Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Cinquième partie. Pistes de réflexion méthodologique

Chapitre 12. La mesure de la pratique sportive dans les enquêtes statistiques

Lara Muller

Texte intégral

1La mesure du taux de pratique sportive varie parfois fortement d’une enquête à l’autre, même quand elles ont lieu la même année. Avant de chercher à comparer les résultats de deux enquêtes statistiques, il convient de s’interroger sur ce qu’elles s’efforcent d’estimer et sur la nature des écarts mesurés, afin de faire la part des choses entre les aspects techniques, méthodologiques et conceptuels, et l’évolution réelle des pratiques.

2Des enquêtes conçues dans des contextes distincts conduisent toujours à des choix différents en terme de méthode et de contenu des questionnaires. Les écarts produits par les différences d’ordre méthodologique semblent être bien moins importants que les écarts provenant de différences dans les concepts utilisés.

3Lorsque le questionnement et le contexte restent similaires, les comparaisons sont plus légitimes : il apparaît que la tendance est à une légère augmentation de la pratique sportive aux cours des dernières années.

4On déplore souvent le manque de cohérence entre les différentes enquêtes sur la pratique sportive rendant impossible toute comparaison directe et limitant les analyses en terme d’évolution du nombre total de pratiquants ou du nombre de pratiquants d’une discipline en particulier. Même deux enquêtes proches dans le temps ne conduisent souvent pas aux mêmes estimations de la pratique sportive. Ce constat récurrent n’est d’ailleurs pas propre à la pratique sportive. Il convient donc de s’interroger sur l’origine des écarts de mesure en tentant de distinguer les effets de questionnaire des effets liés à la définition du thème étudié et aux représentations qu’il suscite.

5Le chapitre précédent dressait une comparaison entre l’enquête de 2000 (MJSVA et INSEP) et l’enquête de 2003, en tenant compte de leurs caractéristiques propres dans la perspective d’analyser l’évolution de la pratique sportive au cours des dernières années.

6Dans ce chapitre méthodologique, nous nous proposons de mettre en regard l’approche de la pratique sportive dans trois enquêtes du dispositif d’enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages de l’Insee : les indicateurs sociaux de mai, les indicateurs sociaux d’octobre et l’enquête « Participation culturelle et sportive » de 2003 (voir encadré).

I – Des difficultés de mesurer la pratique sportive

7D’une enquête à l’autre, la mesure du taux de pratique sportive varie parfois du simple au double, même quand les enquêtes ont heu la même année. Selon l’enquête sur la pratique sportive en France, réalisée en 2000 par le ministère des Sports et l’Insep, plus de huit Français sur dix pratiquent une activité physique ou sportive, parmi les personnes âgées de 15 à 75 ans. Selon les indicateurs sociaux de mai et d’octobre 2000, cette proportion est proche de quatre sur dix (tableau 1). Comment expliquer ces différences ?

Encadré : Les enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages de l'Insee
Le dispositif d'enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages (EPCV) de l'Insee permet, depuis janvier 1996, d'étudier chaque année l'évolution d'indicateurs sociaux harmonisés dans l'ensemble de l'Union européenne.
Indicateurs sociaux ou « parties fixes »
L'ensemble des indicateurs est divisé en trois groupes dont chacun fait l'objet d'une enquête annuelle, en janvier, en mai ou en octobre, auprès d'un échantillon de 8 000 logements. L'enquête de janvier intitulée « Qualité de l'habitat et de l'environnement », apporte des données sur les nuisances subies par les ménages aux alentours et à l'intérieur de leur logement, sur l'importance des équipements de proximité et sur l'insécurité aux alentours du logement. Celle de mai traite des problèmes de santé et des difficultés financières des ménages et celle d'octobre des contacts sociaux et de la participation à la vie sociale.
Ces questionnaires, qui ont exactement la même configuration tous les ans, sont appelés « parties fixes » des enquêtes PCV. La partie fixe de mai dans son volet sur la santé et la partie fixe d'octobre comportent toutes deux une question sur la pratique sportive, mais formulée de façon distincte en mai et en octobre.
« Parties variables »
Lors de chacune des trois enquêtes annuelles, les partenaires de l'Insee ont la possibilité d'adosser aux indicateurs sociaux, un questionnaire supplémentaire, d'une durée moyenne de 20 minutes, appelé « partie variable », ces questionnaires abordent des thèmes divers. En mai 2003, le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative et le ministère de la culture et de la communication se sont associés à l'Insee pour concevoir l'enquête « Participation culturelle et sportive » (voir aussi la Présentation de l'enquête en annexe).

Tableau 1 - Taux de pratique sportive mesurés dans des différentes enquêtes

Année

Enquête

Producteurs

Taux de pratique sportive (en %)

2000

Indicateurs sociaux de mai

INSEE

40

Pratique sportive en France

MJSVA, INSEP (1)

82

Indicateurs sociaux d’octobre

INSEE

43

2003

Indicateurs sociaux de mai,

INSEE

44

Participation culturelle et sportive

INSEE, MJSVA, MCC (1)

71

Indicateurs sociaux d’octobre

INSEE

47

(1) MJSVA = ministère de la jeunesse, des Sports et de la Vie associative ; MCC = ministère de la Culture et de la Communication.

8Il est difficile d’interpréter de tels écarts uniquement comme le reflet de changements dans les pratiques puisque les enquêtes ont été réalisées la même année sur un public similaire représentatif de la population de 15 ans ou plus de France métropolitaine. Nous allons voir qu’ils peuvent avoir plusieurs causes.

Des divergences techniques

9Les enquêtes présentent souvent des différences purement techniques qui produisent nécessairement des résultats distincts. Ces critères objectifs sont maîtrisables, ils portent sur :

  • la population interrogée (personnes de 15 ans ou plus, de 18 ans ou plus, de 15 à 75 ans...) ;

  • la période de référence de l’enquête (les douze derniers mois, les vacances, les quatre dernières semaines, pas de période de référence) ;

  • le mode de recueil des réponses : enquête téléphonique, en face-à-face, questionnaire écrit auto-administré.

10Par exemple, pour comparer les résultats de deux enquêtes portant sur des publics différents, il convient au moins de se rapporter à la population commune aux deux enquêtes. Par ailleurs, les personnes ne répondraient pas de la même façon par téléphone ou face à un enquêteur. Afin de comparer deux enquêtes, on tentera de reproduire les mêmes conditions de l’entretien pour limiter les effets du type d’entretien. Mais bien d’autres points d’ordres méthodologique et conceptuel différencient les enquêtes sur la pratique sportive.

Des approches différentes

  • 1 Le rôle de coordination du Conseil national de l'information statistique (CNIS) concerne plus le th (...)

11La façon d’aborder le fait sportif change d’une enquête à l’autre car les commanditaires des enquêtes ne sont pas toujours les mêmes1 : les objectifs fixés et le contexte de l’enquête dépendent de l’approche des maîtres d’œuvre. On ne cherche pas à mesurer la même chose dans une enquête approfondie portant sur un public particulier, qu’en glissant une question sur le sport au sein d’une enquête plus générale (sur la santé ou les loisirs par exemple). Ainsi, les questionnaires se font tantôt très précis, tantôt très généraux. Dans l’enquête 2000, on invite les personnes interrogées à citer les activités physiques ou sportives qu’elles ont pratiquées aux cours des douze mois écoulés afin de les connaître dans le détail, tandis que dans les indicateurs de santé de l’Insee on demande simplement « Pratiquez-vous une activité sportive ? » comme un témoin de leur forme physique, de leur santé.

12La place de la question au sein de l’enquête peut aussi jouer sur les réponses. L’enquêté répondra avec sans doute plus d’application à la question sur la pratique sportive quand elle est posée en début de questionnaire et détermine la suite du questionnaire comme dans l’enquête 2000, que lorsqu’elle fait partie d’une batterie d’indicateurs sur la santé : en mai, cette question est insérée entre les questions « Fumez-vous ? » et « Au cours de douze derniers mois, avez-vous consulté un médecin généraliste ? ». Dans le questionnaire d’octobre, la question sur la pratique sportive fait partie du volet sur les loisirs qui contient une quinzaine de questions sur la lecture (livres, presse), les sorties (cinéma, théâtre, concert, musée, manifestation sportive), l’audiovisuel (télévision, radio, musique), la pratique sportive, le bricolage, le jardinage et autres travaux manuels. Aucun de ces thèmes n’est approfondi car l’objectif de l’enquête est bien de collecter des indicateurs simples sur les loisirs. Le temps de réponse accordé par l’enquêteur sera aussi plus court dans ce cas, car les questions sont construites sur le même modèle et sont censées s’enchaîner aisément.

13Des approches différentes conduisent par conséquent à adopter des méthodes de questionnement et à utiliser des concepts différents.

De la formulation des questions ou l'effet méthode

14En pratique, au sein d’une enquête, le mode de questionnement n’est pas neutre non plus sur les réponses données par les enquêtés. Or les façons de poser les questions dans une enquête statistique sont très diverses et les choix portent sur :

  • le mode d’interrogation : question fermée (avec des modalités de réponses préétablies) ou question ouverte (où l’enquêté formule une réponse « en clair », avec ses propres mots »), avec ou sans relance, question générale ou question avec énumération des disciplines, contenu de la liste des disciplines proposée etc. ;

  • le mode de réponse (dans le cas des questions fermées) : Oui/Non, fréquence de la pratique, régularité de la pratique, faire citer librement, liste des sports pratiqués, principaux sports pratiqués.

15En outre, le travail de mémoire de la personne interrogée ne se fait pas de la même façon si l’année écoulée est considérée de façon globale que si elle est découpée en plusieurs périodes. L’effort de mémoire n’est pas non plus le même selon la période de l’enquête, si l’enquête a eu lieu en octobre juste après l’été et les grandes vacances (pour certains) ou si elle se déroule en mai.

Une question de concept ?

16Les termes de la question ont aussi une grande importance. Il ne revient pas au même de parler de « sport », d’« activité sportive » ou d’« activités physiques ou sportives » car ces expressions ne renvoient pas exactement aux mêmes notions.

17La question « Faites-vous du sport ? » n’est pas univoque ; elle renvoie aux formes traditionnelles du sport, c’est-à-dire le sport institutionnalisé (club, licence) et la compétition (Louveau, in Les pratiques sportives en France, 2002). Les activités physiques ou sportives forment en revanche un ensemble plus vaste d’activités, qui incluent des pratiques de l’ordre du loisir : par exemple le vélo dans une acception large, pas seulement limitée au cyclisme.

18Fournir une liste la plus complète possible dans le questionnaire permet de lever certaines imprécisions de ce type et de délimiter plus explicitement le champ de l’enquête, sans pour autant les écarter totalement. Car les représentations du sport ne sont pas les mêmes pour chacun ; au contraire, les résultats de l’enquête 2000 et d’autres études montrent que l’image que les personnes se font du « sport » dépend pour beaucoup de leur position sociale. Nous le constaterons aussi dans les exemples ci-dessous.

19De plus, les conceptions du sport évoluent dans le temps. Aujourd’hui la pratique sportive ou l’activité physique recouvre des finalités diverses - loisir, forme, hygiène, goût de l’effort, recherche de sensations, expressivité, dépassement de soi bien au-delà de la maîtrise de la technique et de la compétition - que reflète la multiplicité des pratiques (Thomas, 2002). La pratique institutionnalisée est toujours vive comme en témoigne l’augmentation continue du nombre de licences délivrées par les fédérations sportives depuis cinquante ans. Mais les pratiques autonomes ont un poids beaucoup plus important (voir chapitre 2).

20Cette part de subjectivité dans les représentations individuelles incite donc à la plus grande prudence dans l’interprétation des résultats diffusés.

II – Les enseignements tirés des enquêtes PCV

21Quantifier les changements dans la pratique sportive est donc un exercice délicat tant l’estimation même de la pratique sportive est sensible à l’outil de mesure. Les écarts entre les estimations issues de différentes enquêtes sont néanmoins sources de connaissance sur la pratique sportive, à condition de les considérer avec les précautions nécessaires.

22Le travail exploratoire du chapitre 11 visait précisément à définir les conditions de comparaison entre les résultats de l’enquête « Participation culturelle et sportive » et ceux de l’enquête de 2000.

23Afin d’analyser les effets d’un changement dans le mode de questionnement nous nous appuierons ici sur l’exemple des enquêtes PCV. Tout d’abord nous confronterons les résultats des enquêtes de mai et d’octobre. Puis, en comparant la partie fixe et la partie variable de mai 2003, nous chercherons à donner un sens à des écarts qui s’avèrent être de plus grande ampleur.

Effet technique – Questionner de la même manière autorise à comparer les situations

24Depuis 1999, la partie fixe d’octobre intègre la pratique sportive dans les indicateurs de contacts sociaux. « Avez-vous pratiqué une activité sportive au cours des douze derniers mois ? », telle est la question posée, les personnes interrogées ayant quatre réponses possibles selon le rythme et la période de leur pratique (tableau 2). D’une année sur l’autre, les réponses se répartissent de façon similaire. Environ 10 % de personnes répondent « Oui, de temps en temps tout au long de l’année », 5 % à 7 % « Oui, mais seulement à certaines périodes ». La proportion des personnes qui déclarent « Oui, régulièrement tout au long de l’année » passe de 27 % à 31 %, tandis que les réponses négatives diminuent de 58 % à 53 %.

25Le taux de pratique mesuré à l’aide de toutes les réponses positives augmente donc progressivement, passant de 42 % en 1999 à 47 % en 2003. Il n’apparaît pas de « saut » brutal dans cette série, ce qui laisse donc penser que lorsque l’on interroge les personnes exactement de la même façon, dans le même contexte, la variation des réponses provient de variations dans les pratiques.

26On peut faire le même constat avec la partie fixe de mai. La question posée est « Pratiquez-vous une activité sportive (quelle que soit cette activité ; qu’elle soit pratiquée dans le cadre d’un organisme ou individuellement) ? » et les personnes interrogées répondent en fonction de la fréquence de leur pratique. Entre 1997 et 2003, le taux de pratique varie entre 38 % à 44 % (tableau 3). On n’observe pas non plus de saut brutal dans la série, si ce n’est que ce taux qui ne dépasse pas 40 % avant 2001 s’élève à 44 % en 2002 et 2003. Seule la valeur de l’année 2001 pourrait être considérée à comme aberrante car le taux de pratique n’est plus que de 38 %. Mais dans le détail, la répartition des modalités de réponse est semblable à celles des autres années, mis à part un petit pic de réponses négatives. Sur la période 1997-2003, l’augmentation provient de l’évolution à la hausse des pratiquants de tout type, des plus assidus (+2 points) aux moins assidus (+1 point).

Tableau 2 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV d'octobre. En %

Tableau 2 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV d'octobre. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus
Source : Indicateurs sociaux d'octobre, Insee.

Tableau 3 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV de mai. En %

Tableau 3 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV de mai. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus
Source : Indicateurs sociaux de mai, Insee.

27Les questions sont donc posées dans des termes proches en mai et en octobre : notamment, le concept d’« activité sportive » apparaît dans les deux cas. Il semble que des questions posées dans des conditions comparables conduisent donc au même ordre de grandeur : selon ces enquêtes, quatre à cinq personnes pratiquent une activité sportive en 2003.

Un écart faible mais systématique

28On observe néanmoins un écart de 3 à 4 points en moyenne, entre les résultats des deux enquêtes, le taux étant légèrement plus élevé en octobre qu’en mai. Faible certes, cet écart n’en est pas moins systématique. Il est hasardeux de l’attribuer à une réelle variation de la pratique sportive d’un mois sur l’autre. Cela nous conduit à nous pencher de plus près sur les questions et les modes de réponses. Nous livrons ci-dessous quelques pistes de réflexion qui peuvent expliquer cet écart.

29Comme on l’a fait remarquer plus haut, la notion d’« activité sportive » est employée dans le questionnaire de mai et dans celui d’octobre. Ce constat n’est pas anodin, nous verrons plus bas les effets de changements plus importants des termes des questions.

Octobre : « Avez-vous pratiqué une activité sportive au cours des douze derniers mois ? »
Mai : « Pratiquez-vous une activité sportive (quelle que soit cette activité ; qu’elle soit pratiquée dans le cadre d’un organisme ou individuellement) ? »

30Mais des différences, mêmes légères, sont susceptibles d’influencer le processus de réflexion des personnes interrogées.

31En octobre, la période de référence de douze mois invite l’enquêté à remonter mentalement dans le temps pour se remémorer rapidement les activités sportives qu’il a pratiquées. Il peut alors se souvenir de certaines activités pratiquées au cours des vacances d’été relativement proches.

32En mai, la question est plus imprécise dans la mesure où il n’est fait allusion à aucune période de référence. D’autre part, le temps utilisé dans la question est le présent (dans la question ainsi que dans la parenthèse). Cela peut conduire implicitement l’enquêté à considérer son activité sportive au moment de l’enquête, et l’incite moins à considérer des activités qui auraient été pratiquées quelques mois auparavant même de façon occasionnelle : par exemple des sports saisonniers comme le ski ou le canoë. Les modalités de réponse de mai engagent également à se référer plutôt à une pratique sportive qui aurait lieu toute l’année, même « moins d’une fois par mois », alors qu’en octobre le cas de pratiques occasionnelles est prévu dans la réponse « Oui, mais seulement à certaines périodes ».

33Ainsi, une légère modification des termes de la question et des items de réponse peuvent être à l’origine d’un écart de quelques points dans les taux de pratique. Mais cela n’aurait vraisemblablement pas d’influence le sens de variation la série annuelle. Dans les deux cas, la tendance est orientée à la hausse et la variation entre 1999 et 2003 est significative, résultat qui va dans le même sens que celui du chapitre 11.

34Par ailleurs, dans les deux cas, on note qu’aucune activité sportive n’est citée, contrairement à l’enquête « Participation culturelle et sportive » ou à l’enquête 2000. L’enquêté décide donc lui-même si les pratiques auxquelles il pense peuvent entrer dans le champ de l’enquête. Cela explique sans doute en partie que dans le taux de pratique obtenu avec ce genre de questions soit bien plus faible que dans les enquêtes où une liste est proposée. La question avec liste à l’appui s’apparente alors à une relance.

Un changement de concept produit des écarts substantiels

35Contrairement au cas des parties fixes, la pratique sportive est au cœur de l’enquête « Participation culturelle et sportive » de mai 2003. Cette enquête permet d’estimer le taux de pratique sportive en considérant les personnes qui déclarent avoir pratiqué au moins une fois une APS dans une liste de 27 familles de disciplines (voir la Présentation de l’enquête en annexe).

36Comme on l’a vu ci-dessus, la partie fixe de mai à laquelle elle s’adosse comporte aussi, dans le volet sur la santé, une question sur la pratique sportive. Toutes les personnes ayant répondu au questionnaire « Participation culturelle et sportive » ont auparavant répondu au questionnaire sur la santé qui le précède. Il est donc possible de comparer les réponses à la question de la « partie fixe » aux réponses du questionnaire spécifique sur la pratique sportive.

37Cette fois, la délimitation du concept est très différente d’une enquête à l’autre. Dans la partie fixe de mai, les activités qui entrent dans la notion d’« activité sportive » ne sont pas mentionnées et cette notion reste vague. Dans la partie variable, le champ de la question est défini explicitement par une liste d’activités que les concepteurs qualifient d’activités physiques et sportives, mais aucun terme de ce genre n’est cité aux enquêtés.

Mai, Indicateurs santé (partie fixe) : « Pratiquez-vous une activité sportive (quelle que soit cette activité ; qu’elle soit pratiquée dans le cadre d’un organisme ou individuellement) ? »
Mai, « Participation culturelle et sportive » (partie variable de mai 2003) : « Au cours des douze derniers mois, y compris pendant vos vacances, avez-vous pratiqué même occasionnellement... [liste de 27 familles de disciplines] ? »

De 44 % à 71 % de pratiquants sportifs

38Selon les indicateurs sociaux de mai 2003, 44 % des personnes de 15 ans ou plus pratiquent une activité sportive. Dans l’enquête « Participation culturelle et sportive », on estime cette proportion à 71 %. La différence importante entre les deux modes de questionnements (une question générale versus une question décomposée en une liste de 27 questions) explique une partie de cet écart important, puisqu’on a vu que même une légère modification du questionnaire induit des variations. Les écarts de perception mis en évidence dans le chapitre précédent ajoutés aux résultats qui suivent nous incitent à penser que les écarts liés à la modification du questionnaire sont moins importants que ceux qui proviennent de la variation du concept.

Deux tiers de réponses « cohérentes »

39En confrontant les réponses des mêmes personnes aux deux questions, il apparaît que tous les cas de figure se présentent : des personnes qui répondent « oui » à la première question puis « non », « oui » puis « oui », « non » puis « non », et « non » puis « oui ». Cela indique que le concept d’activité sportive n’est pas entendu de la même façon dans les deux questions. On peut supposer que si la deuxième question agissait comme une simple relance, l’écart serait toujours dans le même sens ; or, il y a des personnes qui se « rétractent ».

Tableau 4 - Comparaisons partie fixe - partie variable de mai 2003. En %

Tableau 4 - Comparaisons partie fixe - partie variable de mai 2003. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 30 % des personnes ont déclaré, dans la partie fixe, ne pratiquer aucune activité sportive, puis ont déclaré dans la partie variable avoir pratiqué en 2003 au moins une activité physique ou sportive de la liste proposée.
Source : Insee, Indicateurs sociaux de mai et Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

40Les deux tiers des déclarations sont « cohérentes » : 41 % des personnes ont répondu affirmativement dans la partie fixe et dans la partie variable, tandis que 26 % ont répondu négativement aux deux (tableau 4). 30 % des personnes sont « récupérées », c’est-à-dire répondent « Non, jamais » dans la partie fixe puis déclarent avoir pratiqué au moins une APS au cours de douze mois précédant l’enquête. Enfin, les personnes ayant répondu avoir une pratique sportive dans la partie fixe, mais ne déclarant aucune APS dans la partie variable, sont en fait peu nombreuses (3 %).

41Ces constatations et les résultats du précédent chapitre invitent à regarder de plus près le profil des répondants et les APS déclarées dans la deuxième question.

Des conceptions différentes de l'activité sportive

42Les personnes dont les réponses sont cohérentes d’une question à l’autre (pratiquants et non-pratiquants) ont un profil proche de la population totale. Nous nous intéresserons ici surtout aux personnes dont la réponse change.

43Ce sont en revanche plus souvent des femmes âgées qui répondent d’abord positivement (souvent même « Oui, plusieurs fois par semaine ») mais sans pratiquer aucune des activités citées dans la deuxième partie du questionnaire. Ainsi, même si leur activité sportive leur paraît fréquente, elles ne se retrouvent dans aucune des 27 familles de disciplines de l’enquête « Participation culturelle et sportive », liste qui tend à être exhaustive. Ces personnes déclarent en revanche plus souvent que la moyenne faire du « sport utilitaire » c’est-à-dire marcher ou faire du vélo pour faire de l’exercice (61 % contre 40 %). Elles se dépensent donc physiquement, considèrent qu’elles sont sportives, mais ne pratiquent pas une activité physique et sportive en particulier, du moins elles n’en ont pas pratiqué au cours des douze mois précédents. Pour elles, pratiquer une activité sportive revêt donc un sens très large.

44Les personnes qui, à l’inverse, répondent d’abord par la négative, puis déclarent avoir pratiqué au moins une APS de la liste de la deuxième partie, sont relativement proches des autres pratiquants (ceux qui disent « oui » dès le départ), même si elles sont légèrement plus âgées, moins diplômées, plus féminisées. L’enquête 2000 montrait d’ailleurs que les personnes « récupérées » par la relance étaient plutôt des femmes, peu diplômées, de milieux peu favorisés, des personnes qui ont une moins bonne perception de leur sportivité. En 2003, les personnes « récupérées » déclarent en moyenne autant d’APS que les autres pratiquants (environ 3). On se trouve donc face au cas de figure inverse du précédent : des personnes ne considèrent pas avoir une « activité sportive », alors qu’elles ont pratiqué des activités, qui sont bien prises en compte dans la définition du pratiquant sportif de l’enquête « Participation culturelle et sportive ».

45Les disciplines qui comptent finalement le moins de « relancés » sont celles qui se rapprochent le plus de la conception traditionnelle du sport (sport licencié, compétition) : les arts martiaux, le tennis, la musculation, les sports collectifs, la course à pied, l’athlétisme, le roller, la planche à voile, le golf. Ce sont des disciplines qu’on oublie le moins quand on se remémore ses APS. Les disciplines qui comptent le plus de « relancés » sont celles qui s’apparentent le plus à du loisir : la pêche, la chasse, la pétanque et le billard, les sports mécaniques, le vélo, la natation et la plongée - des disciplines où les façons de pratiquer sont très variées et confinent aux limites de la notion d’activités physiques ou sportives.

Notes

1 Le rôle de coordination du Conseil national de l'information statistique (CNIS) concerne plus le thème des enquêtes que le contenu même des questionnaires.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV d'octobre. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plusSource : Indicateurs sociaux d'octobre, Insee.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 3 - Taux de pratique mesurés dans les EPCV de mai. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plusSource : Indicateurs sociaux de mai, Insee.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 4 - Comparaisons partie fixe - partie variable de mai 2003. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 30 % des personnes ont déclaré, dans la partie fixe, ne pratiquer aucune activité sportive, puis ont déclaré dans la partie variable avoir pratiqué en 2003 au moins une activité physique ou sportive de la liste proposée.Source : Insee, Indicateurs sociaux de mai et Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search