Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Cinquième partie. Pistes de réflexion méthodologique

Chapitre 11. Entre 2000 et 2003, la pratique sportive a-t-elle progressé ?

Guy Truchot et Patrick Mignon

Texte intégral

1Comparer les résultats des enquêtes de 2000 et de 2003 sur la pratique sportive n’est pas un exercice immédiat. Du fait des différences dans les modes de questionnement, des précautions s’imposent quand on cherche à dresser des comparaisons.

2On peut alors mettre à jour, dans les deux enquêtes, de forts écarts de perception de la pratique sportive entre les différentes catégories sociales. La confrontation des résultats permet ensuite de suggérer que la pratique physique et sportive est sans doute proche d’avoir « fait le plein » pour les catégories aisées, mais que se dessine peut-être une augmentation de la pratique pour les catégories sociales les plus modestes, du moins sur le plan de la pratique autonome. Enfin, la comparaison des résultats et des méthodes milite pour l’élaboration d’un indicateur stabilisé de la pratique sportive.

  • 1 L’enquête 2000 faisait elle-même suite à l’enquête menée par l’INSEP en 1985. De plus, le ministère (...)

3En 2000, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a mené, en collaboration avec l’INSEP, une enquête sur la pratique sportive1. En 2003, le ministère s’est associé à l’INSEE avec le ministère de la Culture et de la Communication pour réaliser une enquête sur la participation culturelle et sportive des Français.

4Entre 2000 et 2003, la pratique sportive de nos concitoyens s’est-elle développée ? Si l’intervalle de temps est trop court pour mesurer l’évolution de phénomènes de masse, peut-on néanmoins espérer déceler des changements plus rapides ? Conçues dans des contextes différents, les enquêtes de 2000 et de 2003 ne sont pas a priori strictement comparables. La comparaison n’est donc pas immédiate, mais elle est possible quand on prend les précautions nécessaires.

I – Comparer deux enquêtes différentes a-t-il un sens ?

Deux enquêtes d’esprits sensiblement différents

Le contexte de l’enquête 2000

5En 2000, il s’agit d’une enquête par téléphone, exclusivement consacrée aux activités physiques et sportives. Cette enquête a été menée par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative en partenariat avec l’INSEP, son établissement national consacré au sport. La question est libellée ainsi :

« Au cours des douze derniers mois, avez-vous fait, même occasionnellement ou même pendant vos vacances, des activités physiques et sportives, ou d’autres activités de ce type, en dehors des cours obligatoires d’éducation physique et sportive à l’école ? »

6Dès lors que les personnes interrogées répondent par l’affirmative, elles sont décomptées comme sportives.

7Cette question intervient dès le début du questionnaire, c’est la première question. Elle indique explicitement que la définition du sport est très large : « ... même occasionnellement, même pendant les vacances... ou d’autres activités de ce type... ». Les personnes qui répondent « Oui » étaient alors invitées à indiquer librement la ou les activités physiques ou sportives qu’elles pratiquaient. C’est donc une question très ouverte. En effet, pour éviter des filtres sociaux, on ne demandait pas aux personnes enquêtées, si elles faisaient du cyclisme, par exemple. Elles étaient libres de dire « je fais du vélo », de la randonnée à bicyclette, du VTT, etc. Une table de quelque 400 disciplines avait été prévue ; de l’ordre de 250 ont finalement été citées.

8En outre une relance était prévue pour les personnes qui avaient répondu « non » à cette première question. Une liste d’activités était alors lue (voir encadré 1) après la question suivante :

« Et parmi la liste d’activités de sport et de loisirs que je vais vous citer, y en a-t-il que vous avez pratiqué au cours des douze derniers mois ? »

Encadré 1 : Les activités dans la relance en 2000
NB : Cette liste de relance sert à relancer les non-sportifs
Marche et randonnée ; danse ; roller, patinage, skate ; natation, aquagym, baignade ; plongée sous-marine ; cyclisme ou VTT ; gymnastique, aérobic, stretching ; ski, luge et autres sports d’hiver ; alpinisme, escalade ; sports de combat ou arts martiaux ; chasse, pêche ; voile (planche...), surf ; jogging, course à pied, footing ; golf ; équitation ; tennis ; squash, tennis de table, ping-pong, badminton ; athlétisme ; yoga, relaxation ; musculation, fitness ; sport d’équipe (football, basket-ball, handball, volley-ball, rugby).

Le contexte de l’enquête 2003

9Le contexte de l’enquête de 2003 est sensiblement différent. L’enquête « Participation culturelle et sportive » est la partie variable de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de l’INSEE de 183 mai 2003 (voir chapitre 12). Ce volet porte sur les pratiques culturelles et sur les pratiques sportives et a été réalisé en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication également. Dans ce questionnaire, les questions sur les pratiques sportives interviennent plutôt à la fin, après environ quarante minutes de questionnement sur les autres thèmes de l’enquête.

10Le mode opératoire est différent de celui de l’enquête 2000. On pose la question suivante (avec carte à l’appui) : « Au cours des douze derniers mois, y compris pendant vos vacances, avez-vous pratiqué même occasionnellement... », et la personne enquêtée se voit soumettre une liste de 27 familles d’APS (voir encadré 2).

  • 2 Enquête sur le comportement des consommateurs d’articles de sport, réalisée pour la FIFAS (Fédérati (...)

11Cette façon de questionner s’apparente à la question initiale de 2000 plus la relance. En effet, la personne enquêtée en 2003 se voit d’emblée proposer une liste d’activités. Or l’effet de cette liste est important. L’enquête du Crédoc de 1994 montrait que certaines activités ne sont pas considérées comme « sportives » par leurs pratiquants2. Quand on leur demande à certaines personnes si elles font du sport, elles répondent « non » ; mais, si on leur montre ensuite une liste d’activités, elles répondent bien « oui, je pratique telle activité de cette liste » et sont dès lors considérées comme sportives au sens de l’enquête.

12Pour résumer, est sportive en 2000 une personne qui considère qu’elle est sportive, et cela est complété par la liste de relance pour les personnes qui n’auraient pas qualifié spontanément d’APS une activité qu’elles pratiquent, parfois même de façon intensive. Est sportive en 2003 une personne qui considère qu’elle pratique l’une des activités qui figurent sur la liste qui lui est soumise.

Encadré 2 : Les activités de la question principale en 2003
NB : Cette liste sert à décompter les sportifs
Course à pied, footing athlétisme ; natation, plongée ; vélo, dont bi-cross, VTT, cyclotourisme ; roller, skate ; gymnastique, gymnastique d’entretien, yoga dont gymnastique artistique, aérobic, fitness, step, gymnastique volontaire, vélo d’appartement, rameur, culture physique, relaxation ; danse, dont danses folkloriques, hip hop, hors sorties en discothèque ou soirées dansantes ; musculation, dont haltérophilie, tir à la corde, culturisme ; judo, karaté, aïkido ou un autre art martial, dont jujitsu, kendo, kung-fu taïchi chuan, taekwondo ; boxe, full contact, lutte ou autre sport de combat, dont kick-boxing, muay-thaï ; sport de neige : ski, surf, dont traîneau ; sport de glace : patinage, hockey, dont curling bobsleigh ; randonnée pédestre, courses d’orientation, trekking, raid ; randonnée en montagne, escalade, alpinisme, spéléologie, dont canyoning, raquettes à neige, vie ferrata ; football ; rugby ; basket, handball, volley ou un autre sport collectif, dont base-bail, cricket, hockey sur gazon ; tennis ; tennis de table, badminton, squash, dont pelote basque ; pétanque, billard ou un autre sport de boule ; pêche ; chasse ; voile, planche à voile, dont plaisance, char à voile ; canoë, aviron ; ski nautique, surf ou un autre sport de glisse sur eau, dont rafting, bodyboard, kayak, joutes ; équitation ou randonnée équestre, dont dressage, poney, tourisme équestre, voltige, course camarguaise ou landaise ; moto, kart, course automobile ou un autre sport mécanique, dont motonautisme, modélisme radioguidé ; golf ; autre sport, dont escrime, sports aériens, tir, tir à l’arc, fléchettes, ball-trap, arbalète, ULM, parachute, deltaplane, aéromodélisme.

Autres différences entre les deux enquêtes

13On relève en outre d’autres différences entre les deux enquêtes.

14L’enquête 2003 comprend par ailleurs diverses questions sur la pratique sportive obligatoire ou « utilitaire », pour des raisons professionnelles, pour se déplacer ou faire de l’exercice.

« Quel(s) moyen(s) de transport utilisez-vous habituellement pour vous rendre sur votre lieu de travail ou d’étude ? ». Les personnes enquêtées avaient la possibilité de répondre entre autres « le vélo, le roller », « à pied ».
« Êtes-vous tenu pendant votre travail ou vos études de pratiquer des activités sportives ? »
« En dehors de vos trajets domicile-travail ou études, choisissez-vous de marcher ou d’utiliser le vélo pour vous déplacer et faire de l’exercice ? »

15Un certain nombre de personnes ont répondu négativement à la question sur les APS, mais positivement à l’une de ces questions. Elles ne sont donc pas comptabilisées dans le taux de pratique sportive établi à parti de la question principale. On peut alors intégrer ces personnes à la population sportive. Ce faisant, on compte des sportifs complémentaires, mais on ne peut pas qualifier leurs pratiques puisque les questions sur le mode de pratique (licence, association...) ne leur sont pas posées. Cela a donc bien sûr pour effet d’augmenter le taux de pratique sportive en 2003. Le but n’est cependant pas de gonfler artificiellement ce taux, mais bien de constituer un indicateur de la pratique sportive comparable à celui de l’enquête 2000.

16Enfin, les résultats d’une enquête par téléphone (cas de l’enquête 2000) ne peuvent complètement se comparer à une enquête en face-à-face (cas de l’enquête 2003). Les principales caractéristiques des deux enquêtes sont résumées dans le tableau 1, il convient de les garder à l’esprit quand nous allons comparer les résultats.

Des résultats que l’on peut comparer sous certaines conditions

17Dans ces conditions, comparer les deux taux de pratique sportive a-t-il un sens ? La question essentielle est d’abord de savoir ce que l’on prétend mesurer...et comparer.

18L’enquête 2000 permet de mesurer un taux de pratique sportive spontané à partir des réponses positives à une question fermée (Oui / Non), un taux de relance (le nombre de personnes qui ont été récupérées après la relance d’après une liste de pratique) et enfin un taux de pratique global qui est la somme des deux autres. C’est ce taux de pratique global qui a été utilisé dans l’exploitation de l’enquête de 2000.

Tableau 1 - Des systèmes d’interrogation différents en 2000 et en 2003

Tableau 1 - Des systèmes d’interrogation différents en 2000 et en 2003

(1) MJSVA = ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative ; MCC = ministère de la Culture et de la Communication.

19L’enquête 2003 permet de mesurer un taux de pratique à partir de la question principale sur la base de 27 familles d’APS. C’est ce taux de pratique qui est utilisé dans l’exploitation de l’enquête 2003, et donc dans l’ensemble de cet ouvrage, à l’exception de ce chapitre.

20Mais on peut également, dans une démarche analogue à celle de l’enquête 2000, qualifier de sportives les personnes qui, en 2003, ne déclaraient pratiquer aucune des APS listées mais répondaient en revanche positivement à une des questions complémentaires portant aussi sur l’activité physique ou sportive, comme cela a été décrit plus haut.

21On a ainsi la configuration décrite dans le tableau 2. En 2000, le taux de pratique sportive total (incluant la relance) est supérieur à celui de 2003, avec 83 % contre 71 %. Mais, si l’on inclut en 2003 le sport utilitaire, les taux de pratique sont du même ordre de grandeur en 2000 et en 2003, ce qui laisse penser que les comportements que l’on mesure sont de nature plus proche. Quelle est pour autant la légitimité de cette démarche ?

22Dans ce qui suit, on qualifiera désormais de « relancées » les personnes qui ont répondu positivement après la relance de 2000 et de « récupérées » les personnes intégrées à la population sportive de 2003 à l’aide des réponses positives à l’une des questions complémentaires.

Tableau 2 - Taux de pratique sportive mesurés en 2000 et en 2003. En %

Enquête 2000

Taux

Enquête 2003

Taux

Taux de pratique spontané

61

Taux de pratique

71

Taux de relance

22

Récupération des sportifs « utilitaires »

14

Taux de pratique global

83

Taux de pratique global

84

II – Des comportements semblables sociologiquement

23C’est la sociologie des relances de l’enquête 2000 et de la « récupération » proposée ici pour 2003 qui va permettre une réponse : les relancés de 2000 présentent un profil sociologique sensiblement voisin de celui des personnes récupérées en 2003. En effet, les personnes relancées en 2000 ont des caractéristiques particulières : ce sont à la fois des personnes de faible capital culturel, des femmes, et des personnes plus âgées. Or, dans l’enquête 2003, leur profil est analogue : déclarent pratiquer des activités utilitaires, mais pas d’APS, les personnes plus âgées, moins diplômées et plus souvent les femmes. Le phénomène est moins marqué car le taux de pratique « spontané » mesuré en 2003 est plus élevé qu’en 2000, du fait qu’en 2003 une liste d’activités est soumise dans la question principale même.

24Plus précisément, dans l’enquête 2000, les relancés représentent 22 % de la population totale et 27 % des sportifs. Mais le taux de relance dépend très fortement du niveau d’étude, et donc de la représentation que l’on a du sport. Par exemple, les relancés représentent 30 % des personnes sans diplôme et 43 % du total des pratiquants non diplômés (tableau 3). Ces proportions décroissent avec le niveau d’études. Parmi les diplômés de l’enseignement supérieur, les relancés ne représentent plus que 11 % des sportifs.

Tableau 3 - Modes de déclaration en 2000 selon le niveau de diplôme. En %

Tableau 3 - Modes de déclaration en 2000 selon le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 à 75 ans.
Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000.

25Le taux de pratique sportive mesuré en 2003 avec récupération obéit à la même logique. Non seulement, les personnes au capital culturel élevé font plus de sport que les autres. Mais les pratiquants récupérés sont aussi sensiblement plus nombreux que dans les milieux les plus populaires et, pour les niveaux d’études les plus faibles. Ainsi, parmi les personnes sans diplôme, 21 % sont « récupérées » et représentent 29 % du total des sportifs de cette population (tableau 4). À l’opposé, la récupération est peu productive pour les personnes au niveau d’études élevé : les personnes récupérées ne représentent que 7 % de l’ensemble des sportifs diplômés du supérieur.

26Une analyse par sexe et par âge conforte cette approche. Dans les deux cas, la proportion de personnes récupérées ou relancées augmente avec l’âge pour les hommes comme pour les femmes. Che2 les personnes de plus de 55 ans, elles représentent de l’ordre de trois personnes sur dix en 2000. Ce phénomène apparaît à un âge plus avancé dans l’enquête 2003 : entre 64 et 74 ans, 17 % des hommes et 31 % des femmes sont récupérés (tableau 5). Finalement, la part de ces personnes augmente avec la diminution du capital culturel et avec l’accroissement de l’âge, en particulier pour les femmes.

27Pour l’ensemble de ces raisons, nous nous sentons autorisés ici à réintégrer ces personnes dans la pratique sportive afin de comparer les taux de pratique des deux enquêtes. Il faut bien sûr rester prudent : le sport utilitaire n’est pas explicitement abordé en 2000. Cependant, les auteurs de l’enquête 2000, qui ont écouté grand nombre des entretiens téléphoniques, estiment, compte tenu des échanges entre les personnes enquêtées et les enquêteurs, que cette dimension utilitaire était implicite - surtout en ce qui concerne la marche, le vélo, et sans doute également la natation - donc également présente dans les réponses de 2000. Même si la récupération et la relance n’ont pas exactement le même sens dans les deux enquêtes, il importe de signaler que c’est bien la même logique sociologique qui semble à l’oeuvre, avec quelques différences de niveau, mais pas de nature entre les deux enquêtes. Dans la suite de ce chapitre, nous tentons d’interpréter les différences de niveau en raisonnant par catégorie de sexe et d’âge.

Tableau 4 - Modes de comptabilisation en 2003 selon le niveau de diplôme. En %

Tableau 4 - Modes de comptabilisation en 2003 selon le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 5 - Taux de pratique sportive en 2000 et en 2003 par sexe. En %

Tableau 5 - Taux de pratique sportive en 2000 et en 2003 par sexe. En %

Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

III – Résultats des comparaisons

Stabilité chez les hommes, augmentation de la pratique féminine

28Les graphiques 1 à 8 permettent de comparer les taux de pratique à la fois par sexe, par âge et par niveau de diplôme, c’est-à-dire en tenant compte des principaux facteurs de discrimination de la pratique. Très globalement, avec la prudence imposée par des modes de questionnement différents, on peut considérer que pour les hommes, le taux de pratique est stable sauf pour les personnes sans diplôme. Pour ces dernières la pratique est plus élevée en 2003 qu’en 2000 à toutes les classes d’âge, sauf peut-être pour les plus jeunes (15-24 ans).

29Pour les femmes, on assisterait à une augmentation de la pratique, nette à tous les âges chez les femmes sans diplôme et encore sensible chez les femmes modestement diplômées (diplôme inférieur au baccalauréat). Pour les femmes des milieux plus favorisés, il n’y a pas d’écart entre les taux des enquêtes de 2000 et de 2003.

30Il se passe bien quelque chose du côté des femmes. En témoigne également l’évolution du nombre de licences sportives délivrées par les fédérations agréées. Elle est orientée à la hausse bien plus fortement pour les femmes que pour les hommes, à l’exception du sport handicapé (le nombre des licences masculines y augmente plus vite que celui des licences féminines) et du sport scolaire (le nombre des filles baisse plus que celui des garçons). Au total, entre 2000 et 2003, le nombre de licences féminines augmente de 13 % et celui des licences masculines de 2 % seulement (tableau 6). Cette évolution, dont on souligne qu’elle ne porte que sur la pratique licenciée, est cohérente avec l’évolution de la pratique globale telle qu’on vient de la mesurer ici. C’est un argument fort en faveur de la légitimité de la comparaison entre les enquêtes de 2000 et de 2003, malgré leurs différences de conception.

Tableau 6 - Évolution du nombre de licences entre 2000 et 2003. En nombre

Tableau 6 - Évolution du nombre de licences entre 2000 et 2003. En nombre

Source : MJSVA, recensement mené auprès des fédérations sportives.

Progression dans les milieux les plus défavorisés ?

31L’augmentation de la pratique des APS chez les jeunes femmes de milieu modeste est un constat à regarder de près, toujours avec de fortes précautions. En effet, des inquiétudes récentes se font jour sur la désaffection du sport de la part des jeunes filles « des cités ». Il est vrai qu’il n’y a pas d’assimilation directe entre être de milieu modeste et vivre dans une cité. De même, il convient de suivre avec attention le taux de pratique sportive des jeunes gens de milieu modeste : il est possible que s’amorce un mouvement de baisse de la pratique sportive des jeunes garçons non diplômés (voir aussi : Mignon, in Les adolescents et le sport, 2004).

  • 3 On rappellera que dans l’enquête 2000, les femmes étaient plus insatisfaites que les hommes tant de (...)

32Au-delà de ces remarques, peut-on conclure que l’écart des taux entre 2000 et 2003, pour les catégories sociales les plus modestes, relève d’un simple effet de questionnaire ou bien traduit une réelle, quoique légère, augmentation de la pratique3 ?

33

Graphiques 1 à 4 - Taux de pratique sportive des hommes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Graphiques 1 à 4 - Taux de pratique sportive des hommes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

34

Graphiques 5 à 8 - Taux de pratique sportive des femmes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Graphiques 5 à 8 - Taux de pratique sportive des femmes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

35Nous ne sommes pas en mesure de distinguer strictement un effet questionnaire d’une réelle augmentation de la pratique sportive des personnes issues de catégories modestes. Mais il y a bien une augmentation de la pratique.

Conclusion

36Cette comparaison ouvre donc plusieurs pistes de réflexion. D’abord, une piste méthodologique : il semble clair qu’un indicateur de la pratique sportive stabilisé dans sa définition serait nécessaire afin de permettre des comparaisons directes.

37Ensuite, une piste concernant le potentiel de croissance de la pratique sportive. On voit bien que l’accès à la pratique sportive est différencié socialement, et que la perception de cette pratique est elle-même différenciée. Elle est très vivement perçue pour les personnes qui ont bénéficié d’une formation élevée et qui plus est pratiquent beaucoup, et bien moins par les personnes qui ont un capital socioculturel plus faible.

38Mais par ailleurs, est-on si sûr que la pratique sportive autonome, c’est-à-dire en dehors des clubs et autres structures institutionnalisées, ainsi que la pratique purement utilitaire, correspondent à un choix délibéré des personnes concernées et ne renvoient aucunement à des contraintes sociales, culturelles ou financières ? Les auteurs suggèrent ici qu’il faut également considérer le deuxième terme de cette alternative. Dès lors, dans une perspective de développement de la pratique sportive, c’est sans doute au niveau de l’offre de pratique structurée qu’il convient de réfléchir, principalement en direction des catégories sociales les plus éloignées de la pratique encadrée.

Notes

1 L’enquête 2000 faisait elle-même suite à l’enquête menée par l’INSEP en 1985. De plus, le ministère avait réalisé en 2001 une enquête sur la pratique sportive des adolescents de 12 à 17 ans.

2 Enquête sur le comportement des consommateurs d’articles de sport, réalisée pour la FIFAS (Fédération française des industries du sport et des loisirs).

3 On rappellera que dans l’enquête 2000, les femmes étaient plus insatisfaites que les hommes tant de la quantité et de la qualité de leur pratique sportive.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Des systèmes d’interrogation différents en 2000 et en 2003
Légende (1) MJSVA = ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative ; MCC = ministère de la Culture et de la Communication.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 3 - Modes de déclaration en 2000 selon le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 à 75 ans.Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4 - Modes de comptabilisation en 2003 selon le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5 - Taux de pratique sportive en 2000 et en 2003 par sexe. En %
Légende Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 6 - Évolution du nombre de licences entre 2000 et 2003. En nombre
Légende Source : MJSVA, recensement mené auprès des fédérations sportives.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphiques 1 à 4 - Taux de pratique sportive des hommes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %
Légende Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphiques 5 à 8 - Taux de pratique sportive des femmes en 2000 et 2003 selon l’âge et le niveau de diplôme. En %
Légende Source : MJSVA-INSEP, Enquête « Pratique sportive », 2000 et Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/821/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.