Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Quatrième partie. Autour de la pratique

Chapitre 10. Pratique sportive et perception de l'état de santé

Brice Lefèvre

Texte intégral

1Huit Français sur dix se sentent en bonne ou très bonne santé. S’il semble naturel que les plus jeunes se sentent en meilleure santé, c’est aussi plus souvent le cas des personnes appartenant à des milieux favorisés. On constate aussi que les personnes qui se considèrent en bonne santé sont plus souvent des personnes qui ont une pratique sportive, mais sans pouvoir établir de lien de cause à effet.

2L’objet de ce chapitre est d’éclairer la relation entre la pratique sportive d’une part, et d’autre part le niveau de santé perçu. L’état de santé perçu par un individu est une auto-évaluation globale qui prend en compte à la fois son état physique et son état psychologique. Un problème de santé ponctuel comme par exemple se casser la jambe n’empêche pas de se déclarer en bonne santé. A contrario, il est possible de ne pas avoir de problème de santé (identifié) et se sentir en mauvaise santé.

Près de trois Français sur quatre se considèrent en bonne santé

  • 1 « Auto-évaluation de l'état de santé dans la Communauté européenne », Statistique en bref, Eurostat (...)

3Près d’un quart des Français de 15 ans ou plus se perçoit en très bonne santé, presque la moitié en bonne santé et environ un cinquième en santé moyenne (tableau 1). La part des Français s’estimant en bonne ou en très bonne santé est proche de la moyenne européenne qui se situe à environ deux tiers des personnes selon Eurostat1. Ainsi, rares sont les personnes qui déclarent un état de santé médiocre à très mauvais.

Tableau 1 - État de santé perçu. En %

Etat de santé perçu

Répartition

Très bon

22

Bon

48

Moyen

22

Médiocre

5

Mauvais

2

Très mauvais

1

Total

100

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 2 - État de santé perçu selon les problèmes de santé. En %

Problèmes de santé

Etat de santé perçu bon ou très bon

Difficulté de déplacement

21

Aide personne extérieure

24

Maladie grave ou chronique

36

Médicaments pendant 1 mois minimum

45

Avoir eu l’un des problèmes de santé précédents – sauf le congé maladie

52

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 21 % des personnes ayant des difficultés de déplacement se considèrent en bonne ou très bonne santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

État de santé perçu et état de santé « réel »

4La santé perçue est-elle directement en lien avec leur état de santé « réel » ? De nombreuses études montrent que la perception qu’ont les individus de leur état de santé en est souvent proche (Mignon, Guagliardo, Peretti-Watel, 2003). La proximité entre état de santé « subjectif » et l’état de santé « réel » apparaît aussi très importante au regard de quelques indicateurs de santé « objectifs ». Par exemple, trois quarts des personnes ayant des difficultés de déplacement ou ayant besoin d’une aide extérieure, deux tiers des personnes déclarant être suivies régulièrement pour une maladie grave ou chronique (y compris les séquelles d’un accident ou un handicap) et un peu plus de la moitié des personnes ayant dû prendre des médicaments pendant au moins un mois au cours des douze mois précédant l’enquête ne se déclarent pas en bonne ou en très bonne santé (tableau 2). Ces trois facteurs sont ceux qui affectent le plus la perception d’une bonne santé.

Les jeunes, les personnes diplômées ou au niveau de vie élevé se considèrent plus souvent en bonne santé...

5Avant tout, c’est l’âge qui est l’élément le plus influent sur le fait de se déclarer en bonne santé. Avant 30 ans, plus de neuf personnes sur dix se considèrent en bonne ou très bonne santé ; entre 40 et 59 ans, six sur dix environ ; après 60 ans, moins d’une sur deux (graphique). D’ailleurs, deux personnes se déclarant en mauvaise santé sur cinq ont plus de 60 ans. On rejoint ici les résultats d’autres études portant sur l’activité physique en général affirmant qu’il existe un effet âge très net sur les relations entre paramètres de santé et activité physique.

  • 2 Enquête sociale et de santé, Rapport d'étude, Outaouais, 2001.

6Le capital scolaire joue également fortement sur la perception de l’état de santé : les individus les plus diplômés se considèrent en meilleure santé que les autres, à tous les âges (tableau 3). La perception diffère également selon le niveau de vie. Le sexe en revanche apparaît faiblement en relation avec la perception de l’état de santé même si les femmes de plus de 40 ans se considèrent moins souvent en bonne santé que les hommes du même âge. L’importance des effets de l’âge, du capital culturel et du capital économique est d’ailleurs soulignée dans diverses recherches, dans les enquêtes de santé réalisées au Canada par exemple2.

Graphique - État de santé perçu selon l'âge. En %

Graphique - État de santé perçu selon l'âge. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 94 % des 15-19 ans se considèrent en bonne ou très bonne santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

7Les problèmes de santé touchent pourtant les Français de tous les niveaux de vie à parts égales, mais sont plus répandus parmi les personnes peu diplômées (tableau 4). Cela explique sans doute une partie des écarts dans la perception de l’état de santé. Mais ces écarts sont peut-être liés aux différences de comportements vis-à-vis de la santé selon les milieux. On observe en effet que les catégories les plus aisées de la population effectuent plus souvent des examens à titre préventif et consultent plus souvent des spécialistes que les personnes les moins nanties économiquement. Mieux informées, mieux suivies, les personnes plus favorisées auraient un regard plus positif ou plus confiant sur leur santé.

Tableau 3 - État de santé perçu par âge selon le niveau de diplôme, le niveau de vie et le sexe. En %

Tableau 3 - État de santé perçu par âge selon le niveau de diplôme, le niveau de vie et le sexe. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 76 % des personnes de moins de 40 ans sans diplôme se considèrent en bonne ou très bonne santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 4 - Prévalence des problèmes de santé et comportements selon le niveau de vie et le niveau de diplôme. En %

Tableau 4 - Prévalence des problèmes de santé et comportements selon le niveau de vie et le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 44 % des personnes appartenant à la moitié la moins aisée de la population ont dû prendre des médicaments pendant au moins un mois en 2003.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

...les sportifs aussi

8Parmi les personnes qui pratiquent une activité physique ou sportive, quatre sur cinq se déclarent en bonne ou en très bonne santé, contre moins d’une sur deux parmi les non-pratiquants. Et presque un tiers des pratiquants se considère en très bonne santé.

9Ce lien entre la pratique et la perception de l’état de santé est visible à tous les âges (tableau 5). Il ne provient donc pas seulement du fait que les pratiquants sportifs sont en moyenne plus jeunes que le reste de la population.

Tableau 5 - État de santé perçu selon la pratique sportive par âge. En %

Tableau 5 - État de santé perçu selon la pratique sportive par âge. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

10Le niveau de santé perçu progresse également avec le degré d’institutionnalisation de la pratique d’APS. Par exemple, neuf compétiteurs sur dix se déclarent en bonne ou très bonne santé. Plus précisément, pour les hommes comme pour les femmes, à tous les âges, plus la pratique est institutionnalisée et plus la part de personnes se percevant en bonne santé est importante.

11On retrouve ces résultats dans le fait que les personnes qui ont une pratique intensive (trois fois par mois et plus) sont plus nombreuses à se considérer en bonne ou très bonne santé que les pratiquants plus occasionnels (tableau 6).

Tableau 6 - État de santé perçu selon le degré d'institutionnalisation et la fréquence de la pratique sportive. En %

Etat de santé perçu bon ou très bon

Non-pratiquants

46

Parmi les pratiquants – fréquence de la pratique

moins d'une fois par mois

70

une à deux fois par mois

76

trois fois par mois ou plus

82

Parmi les pratiquants – mode de pratique

autonome

76

Institutionnalisée sans compétition

84

Institutionnalisée avec compétition

91

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 70 % de personnes qui pratiquent une APS moins d'une fois par mois se considèrent en bonne ou très bonne santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

12Toutefois, les différences sont moins marquées entre les pratiquants selon l’intensité de leurs pratiques qu’entre pratiquants et non-pratiquants. De 82 % de personnes qui se sentent en bonne ou très bonne santé parmi celles qui ont une activité physique ou sportive trois fois par mois ou plus, on passe à 70 % parmi celles qui pratiquent moins d’une fois par mois et à 46 % parmi les non-pratiquants.

13Au regard des activités physiques et sportives pratiquées, on constate que les pratiquants de disciplines très exigeantes, généralement « réservées » aux jeunes (voir chapitre 2) sont nombreux à se considérer en bonne santé. En revanche, des nuances existent pour des activités comme la randonnée pédestre, la gymnastique ou encore la pêche, moins spontanément considérées comme des sports, au sens traditionnel du terme : pour ce qui est de la perception de leur état de santé leurs amateurs ne se distinguent pas des personnes qui ne les pratiquent pas (tableau 7).

14Notons que chez les plus jeunes (moins de 40 ans), l’état de santé « réel » est en fait quasiment le même entre pratiquants et non pratiquants, alors que ce constat n’est pas valable pour le niveau de santé perçu. Mais globalement, les personnes qui ont une activité physique ou sportive sont en meilleure santé que les autres : elles sont notamment moins souvent suivies pour des maladies graves ou chroniques et ont moins souvent dû prendre des médicaments sur une longue période au cours de mois précédant l’enquête (tableau 8). Cependant, même à situation de santé « égale », celles qui font du sport se considèrent plus souvent en bonne ou très bonne santé (tableau 9). Elles ne se perçoivent donc pas plus souvent en bonne santé uniquement du fait qu’elles jouissent d’une santé meilleure.

15S’il existe un fort lien entre faire du sport et se sentir en bonne santé, il n’est toutefois pas possible ici d’identifier l’existence d’un lien de causalité. Deux hypothèses peuvent alors être posées :

  • les personnes se sentent en bonne santé et de ce fait deviennent pratiquantes ;

  • les personnes pratiquantes se sentent en meilleure santé du fait de leur activité sportive.

Tableau 7 - État de santé perçu selon les APS pratiquées. En %

Tableau 7 - État de santé perçu selon les APS pratiquées. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 8 - État de santé des pratiquants sportifs. En %

Non-pratiquant

Pratiquant

Ensemble

Difficulté de déplacement

16

4

8

Maladie grave ou chronique

48

23

30

Médicament pendant 1 mois minimum

63

35

43

A un de ces problèmes de santé

Moins de 40 ans

26

24

24

40 ans ou plus

76

54

63

Ensemble

67

39

47

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 9 - État de santé perçu par les pratiquants sportifs. En %

Tableau 9 - État de santé perçu par les pratiquants sportifs. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

État de santé perçu et pratiques culturelles : un lien moins fort

16On peut se demander si la pratique de toute activité n’est pas en lien avec la perception de la santé par les individus. Autrement dit, la proximité entre pratique et bon état de santé perçu est-elle propre au sport ou concerne-t-elle d’autres pratiques de temps libre, comme par exemple les pratiques culturelles ou artistiques ?

17Il apparaît que les personnes actives en matière de pratiques culturelles se sentent également en meilleure santé que celles qui ont peu ou pas d’activités artistiques ou culturelles. Remarquons que nombreuses sont les activités culturelles ou artistiques nécessitant des déplacements (cinéma, visites), contraintes parfois difficiles à surmonter pour les catégories de population les plus fragiles. Mais le lien n’est pas aussi important qu’avec les pratiques sportives (tableau 10).

Tableau 10 - État de santé perçu selon les pratiques culturelles. En %

Tableau 10 - État de santé perçu selon les pratiques culturelles. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 25 % des personnes qui ont lu au moins un livre en 2003 se considèrent en très bonne santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Notes

1 « Auto-évaluation de l'état de santé dans la Communauté européenne », Statistique en bref, Eurostat, Population et conditions sociales, no 12/97, 1997.

2 Enquête sociale et de santé, Rapport d'étude, Outaouais, 2001.

Table des illustrations

Titre Graphique - État de santé perçu selon l'âge. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 94 % des 15-19 ans se considèrent en bonne ou très bonne santé.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3 - État de santé perçu par âge selon le niveau de diplôme, le niveau de vie et le sexe. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 76 % des personnes de moins de 40 ans sans diplôme se considèrent en bonne ou très bonne santé.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 4 - Prévalence des problèmes de santé et comportements selon le niveau de vie et le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 44 % des personnes appartenant à la moitié la moins aisée de la population ont dû prendre des médicaments pendant au moins un mois en 2003.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5 - État de santé perçu selon la pratique sportive par âge. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 7 - État de santé perçu selon les APS pratiquées. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 9 - État de santé perçu par les pratiquants sportifs. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 10 - État de santé perçu selon les pratiques culturelles. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 25 % des personnes qui ont lu au moins un livre en 2003 se considèrent en très bonne santé.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/819/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search