Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Deuxième partie. Des publics

Chapitre 5. La pratique sportive en Ile-de-France

Magali Andrier

Texte intégral

1En 2003, 72 % des Franciliens de 15 ans ou plus pratiquent au moins une activité physique ou sportive. Les caractéristiques sociodémographiques de la population francilienne, plus jeune et plus diplômée que sur l’ensemble de la France, donc propices aux pratiques sportives ne se répercutent pas totalement sur la pratique sportive : à profil équivalent, les Franciliens sont moins sportifs que les provinciaux. La pratique licenciée apparaît aussi plus faible en Ile-de-France qu’ailleurs en France. Les Franciliens sont néanmoins plus nombreux à faire de la natation et de la course à pied, font du roller et de la musculation plus régulièrement que les autres Français, mais pratiquent moins de sports de nature.

2L’attractivité économique de l’Ile-de-France en fait une région à part. Conçue pour être exploitée au niveau national, l’enquête « Participation culturelle et sportive » a fait l’objet d’une extension régionale en Ile-de-France – réalisée par la Direction régionale de l’INSEE, en partenariat avec la DRDJS, la DRAC et l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région d’Ile-de-France (IAURIF), qui permet des études sur le plan régional.

I – Les pratiquants sportifs en Ile-de-France

Spécificités de la population francilienne

  • 1 Voir données économiques départementales de l'Insee.

311 millions de personnes vivent en Ile-de-France soit près de 20 % de la population française. La région se caractérise par une densité de population plus forte que dans le reste de la France, mais aussi par une population en moyenne plus jeune, globalement plus diplômée, et appartenant plus souvent aux catégories socioprofessionnelles élevées. En effet, 26 % des Franciliens ont entre 15 et 29 ans, contre 15 % des autres Français (tableau 1). La population francilienne est également plus diplômée : par exemple, 20 % des Franciliens ont un diplôme de niveau bac+3 ou plus, contre 9 % des Français vivant hors de l’Ile-de-France. Soulignons toutefois que ces données globales ne doivent pas masquer les disparités fortes présentes sur le territoire francilien, avec des zones rurales et d’autres secteurs « sururbanisés », et parmi ceux-ci, les disparités entre l’Est de la région relativement défavorisé et l’Ouest ainsi que Paris plus aisés1.

6,5 millions de pratiquants de 15 ans ou plus

4En 2003, 72 % des Franciliens de 15 ans ou plus, soit 6,5 millions de personnes, pratiquent, même occasionnellement ou pendant leurs vacances, une activité physique ou sportive (APS). Le taux de pratique sportive en Ile-de-France est donc sensiblement le même qu’ailleurs en France métropolitaine (tableau 2).

5En Ile-de-France, comme ailleurs en France, l’âge et le niveau de diplôme sont les principaux critères favorisant la pratique physique ou sportive (voir chapitre 1 et Collin, 2004). Autrement dit, plus la population est jeune et plus le nombre de pratiquants est élevé ; plus la population est diplômée, plus elle comporte de pratiquants sportifs. Au vu du profil de la population francilienne, on aurait donc pu s’attendre à ce que la pratique sportive soit plus importante en Ile-de-France qu’ailleurs en France. Mais ce n’est pas le cas.

6Tableau 1 - Profil de la population francilienne. En %

Ile-de-France

France hors Ile-de-France

Sexe

Homme

48

49

Femme

52

51

Age

15 à 24 ans

16

15

25 à 34 ans

20

17

35 à 44 ans

20

17

45 à 54 ans

18

17

54 à 64 ans

12

65 ans ou plus

15

22

Niveau de diplôme

Aucun ou CEP

22

31

Inférieur au bac

26

34

Bac

10

7

Bac+1 ou bac+2

11

9

Bac+3 ou plus

20

9

Lycéen

7

7

Etudiant après le bac

5

3

Situation professionnelle

Employé

17

14

Cadre

15

6

Professions intermédiaires

13

11

Ouvrier

8

12

Autres professions

3

5

Chômeur

6

6

Retraité

17

24

Etudiant*

12

11

Autre inactif

8

11

Total

100

100

* Etudiant après le bac, lycéen, militaire
Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 2 - La pratique sportive en Ile-de-France et ailleurs en France

Tableau 2 - La pratique sportive en Ile-de-France et ailleurs en France

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 18 % des Franciliens pratiquant une APS déclarent posséder une licence sportive.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

7En effet, les caractéristiques de la population francilienne ne se répercutent pas sur le taux de pratique sportive. Malgré le profil a priori favorable de la population francilienne, ce taux n’est pas plus élevé qu’ailleurs en France. Même si au sein de la population francilienne, les jeunes, les hommes, les personnes diplômées sont plus souvent sportifs que les autres Franciliens, ils le sont moins que leurs homologues provinciaux. Le mode de vie francilien, l’accessibilité des équipements sportifs, la diversité de l’offre sportive, sont autant de facteurs susceptibles d’expliquer cette situation et seront analysés dans ce chapitre.

8Les femmes sont un peu plus nombreuses à pratiquer en Ile-de-France qu’ailleurs en France : 67 % des Franciliennes de 15 ans ou plus déclarent pratiquer au moins une activité physique ou sportive, contre 63 % ailleurs en France (tableau 3). Cette pratique féminine plus importante s’explique par le fait que les Franciliennes sont plus jeunes et plus diplômées qu’ailleurs en France. En revanche, il n’y a pas de différence entre l’Ile-de-France et la province, s’agissant de la pratique des hommes : 79 % d’entre eux pratiquent au moins une activité physique ou sportive. Il reste qu’en Ile-de-France, comme ailleurs en France, on compte plus de pratiquants parmi les hommes que parmi les femmes.

La pratique licenciée plus faible qu'ailleurs en France...

9Près de 1,6 million de Franciliens de 15 ans ou plus possèdent une licence sportive, soit 18 % des pratiquants franciliens, contre 21 % des autres pratiquants français.

10Plus généralement, les 2,121 millions de licences délivrées en Ile-de-France, tous âges confondus, représentent 15 % du nombre total de licences délivrées par des fédérations sportives agréées en 2003 (tableau 4). Cela équivaut donc à un nombre de licences par habitant moins élevé que sur le reste du territoire. L’Ile-de-France est même sous-représentée dans toutes les disciplines ; seul le golf fait exception à ce constat. Ces données de cadrage indiquent donc que la pratique licenciée est plus faible en Ile-de-France qu’ailleurs en France. Les Franciliens ont donc plus souvent une pratique « autonome ». Plus souple qu’une pratique institutionnalisée, elle correspond souvent à une pratique globale moins fréquente : nous verrons que les Franciliens sont en effet un peu moins assidus et qu’ils sont aussi un peu plus nombreux à s’adonner à des disciplines peu institutionnalisées. Rien n’indique si ce choix est contraint ou non, mais on constate toutefois que le nombre de clubs par habitant est moins élevé en Ile-de-France qu’ailleurs en France.

... et des licences inégalement réparties dans les départements franciliens

11Paris, département le plus « âgé » de la région Ile-de-France est aussi celui où le nombre de licences délivrées par des fédérations unisport olympiques est le plus faible. Le département des Yvelines, qui comprend 12 % de la population francilienne, recense le plus de licences unisport olympiques (178 000), tandis que la Seine-Saint-Denis, avec le même nombre d’habitants en recense 95 000 (tableau 4). Le nombre de licences par habitant diffère donc fortement d’un département à l’autre.

Tableau 4 - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licenses %

Tableau 4 - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licenses %

(a) hors groupements nationaux.
Source : MJSVA, recensement auprès des fédérations sportives, 2003.

Tableau 4 (suite) - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licences %

Tableau 4 (suite) - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licences %

(a) hors groupements nationaux.
(b) inclus les licences non réparties par département.
Source : MJSVA, recensement auprès des fédérations sportives, 2003.

Tableau 3 - Taux de pratique sportive en Ile-de-France selon le sexe, l'âge, le niveau de diplôme et la situation professionnelle. En %

Ile-de-France

France hors Ile-de-France

Sexe

Homme

78

79

Femme

67

63

Age

15 à 24 ans

90

90

25 à 34 ans

83

85

35 à 44 ans

77

80

45 à 54 ans

70

71

55 à 64 ans

65

60

65 ans ou plus

41

30

Niveau de diplôme

Aucun ou CEP

41

45

Inférieur au bac

73

79

Bac

68

70

Bac +1 ou bac +2

88

88

Bac+3 ou plus

87

89

Lycéen

92

91

Etudiant après le bac

93

97

Situation professionnelle

Travail

78

83

Chômage

72

74

Etudiant *

92

93

Retraités

50

47

Autre inactif

46

47

Ensemble

72

71

* Edutiant après le bac, lycéen, militaire
Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 67 % des femmes vivant en Ile-de-France pratiquent au moins une APS.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Pas de spécificités dans l'expression des freins à la pratique

12En Ile-de-France comme ailleurs en France, les deux principales raisons évoquées s’agissant de la non-pratique renvoient à des problèmes de santé ou au fait qu’aucun sport ne plaît (tableau 5). Les problèmes de santé ainsi que le sentiment d’être trop âgé sont cependant moins cités par les Franciliens que par les autres Français, en raison de leur profil plus jeune.

Tableau 5 - Raisons de la non-pratique en Ile-de-France et ailleurs en France. En %

Ile-de-France

France hors Ile-de-France

Problèmes de santé

31

39

Aucun sport ne plaît

24

25

Contraintes professionnelles ou scolaires

22

15

Contraintes familiales

16

14

Trop âgé

15

25

Trop cher

10

8

Personne avec qui pratiquer

4

4

Accès difficile

2

2

Autre raison

13

9

Champ : personnes de 15 ans ou plus qui ne pratiquent pas (ou peu).
Lecture : 31 % des Franciliens qui ne pratiquent pas ou peu évoquent des problèmes de santé.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

13Les contraintes familiales et plus encore les contraintes professionnelles ou scolaires, sont en revanche plus souvent avancées par les Franciliens. Cela provient là aussi des caractéristiques démographiques de la population francilienne, composée de plus de personnes d’âge intermédiaire avec une population active et étudiante proportionnellement plus nombreuse qu’ailleurs en France. On ne saurait donc voir simplement dans ces réponses l’expression d’une réalité professionnelle plus oppressante en Ile-de-France. À l’instar de la faible évocation des problèmes financiers ou des difficultés d’accès, cela ne signifie pas qu’une telle réalité n’existe pas, mais seulement que les personnes interrogées ne l’évoquent pas particulièrement, du moins pas parmi les raisons principales.

14Les problèmes d’accessibilité ainsi que les freins liés au coût de la pratique sont en effet aussi rarement évoqués par les Franciliens que par leurs homologues de province, contrairement à ce qu’on aurait pu attendre.

II - Les APS en Ile-de-France

Plus de natation et de course à pied

15Le « top 10 » des activités physiques et sportives est le même en Ile-de-France qu’ailleurs en France, mais leur ordre diffère. Ainsi, les trois activités sportives les plus pratiquées en Ile-de-France sont le vélo et la natation et la plongée, citées à égalité par 37 % des Franciliens, puis la course à pied, le footing, l’athlétisme (20 %). Ailleurs en France, la course à pied, le footing, l’athlétisme arrivent en revanche en cinquième position (16 %), mais sont devancés par la pétanque (y compris le billard), ainsi que par la randonnée pédestre (tableau 6).

16La natation et la plongée, la course à pied, le footing, l’athlétisme sont donc plus répandus chez les Franciliens qu’ailleurs en France. C’est aussi le cas notamment de la gymnastique, du tennis, du roller et du skate, de la voile et de la planche à voile (tableau 7). Les Franciliens pratiquent en revanche moins que les autres Français la pétanque et le billard, la randonnée pédestre, la pêche et la chasse - les autres APS étant répandues aussi souvent chez tous les Français.

Tableau 6 - Taux de pratique sportive en Ile-de-France par APS. En %

Activités physiques et sportives

Ile-de-France

France hors Ile-de-France

Natation, plongée

37

29

Vélo

37

39

Course à pied, footing, athlétisme

20

16

Pétanque, billard

19

23

Randonnée pédestre

18

23

Gymnastique

16

12

Ski, surf

16

15

Randonnée en montagne

11

12

Football

11

9

Tennis de table, badminton, squash

11

11

Musculation

10

8

Tennis

10

7

Roller, skate

8

5

Pêche

8

12

Moto, kart, automobile

8

8

Danse

7

5

Basket-ball, volley-ball, handball

7

6

Voile, planche à voile

5

2

Canoë, aviron, ski nautique

5

5

Patinage, hockey

4

3

Equitation

3

3

Golf

3

1

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 37 % des Franciliens ont fait du vélo en 2003.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 7 - APS plus pratiquées par les Franciliens et par les autres Français

APS plus pratiquées par les Franciliens *

APS plus pratiquées par les autres Français*

Natation, plongée Pêche

Pétanque, billard

Course à pied, footing, athlétisme

Randonnée pédestre

Gymnastique

Pêche

Tennis

Roller, skate

Voile, planche à voile

Football

Musculation

Golf

* On a choisi par convention plus de deux points d'écart entre les taux de pratique.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Le choix des APS : contraint par l'environnement ?

17Deux types d’explications peuvent être avancés quant à l’origine de ces différences.

18La première explication tient à l’accès aux pratiques sportives et la question des équipements sportifs. Ainsi peut-il apparaître logique de constater une pratique moins importante de certaines activités de nature, plus difficiles à pratiquer en Ile-de-France, comme la pêche ou la chasse.

19Une étude conduite par la DRDJS d’Ile-de-France en juin 2004, indiquait que le nombre de piscines pour 100 000 habitants était de 2,9 sur Paris, de 3,1 à 3,8 dans les autres départements franciliens et plus élevé encore dans les autres régions françaises. Bien que ce ratio soit défavorable à l’Ile-de-France, la pratique de la natation y est plus répandue. La grande proximité de ces établissements de bain pour l’usager, notamment dans la capitale, peut favoriser la pratique de la natation.

20Par ailleurs, des activités telles que la course à pied, le footing et l’athlétisme, peuvent aisément se pratiquer de façon autonome, sans contrainte particulière en matière d’infrastructures, tout particulièrement pour le footing. Cette facilité d’accès peut là aussi expliquer le nombre plus élevé de pratiquants en Ile-de-France que dans le reste de la France. Mais de façon générale, l’offre de pratique sportive apparaissant moins diversifiée en Ile-de-France (nombre de clubs par habitant moins élevé), surtout à Paris, on pourrait également avancer l’idée que ces activités sont pratiquées par substitution à d’autres activités moins accessibles dans cette région qu’ailleurs en France.

21La deuxième interprétation renvoie aux critères sociodémographiques de la population francilienne. Certaines activités sportives, relativement coûteuses, sont plus accessibles aux Franciliens qui disposent d’un capital économique plus important que la moyenne nationale - même si c’est en dehors de l’Ile-de-France qu’ils s’y adonnent, pendant les vacances ou les week-ends. La voile et la planche à voile, ainsi que le golf, entrent sans doute dans cette catégorie d’activités. Globalement plus jeunes, les Franciliens se tournent également un peu plus souvent que la moyenne vers des activités nécessitant un effort physique important.

Des sports de nature moins fréquemment, du roller et de la musculation plus régulièrement

22Les Franciliens sont un peu moins nombreux que les autres Français à pratiquer des activités physiques ou sportives plus d’une fois par semaine (71 % contre 74 %). Dans le détail, les APS les plus répandues en Ile-de-France ne sont pas pratiquées plus fréquemment par les Franciliens que par les autres Français. Par exemple, la moitié des coureurs et des athlètes pratiquent au moins une fois par semaine en Ile-de-France et ailleurs en France ; les nageurs provinciaux sont même légèrement plus assidus (tableau 8). Pourtant les Franciliens déclarent pratiquer la course à pied et le footing un peu plus régulièrement, ce qui peut alimenter l’idée que ces sports prennent la place d’autres sports qui, ailleurs en France, font office de sport principal : la pratique du football par exemple est moins intense en Ile-de-France. Dans cette région, on fait en revanche de la musculation et du roller à un rythme un peu plus soutenu. Les autres APS se pratiquent à peu près selon le même rythme en Ile-de-France et en province (tableau 9).

23Les APS plus pratiquées par les provinciaux sont en fait plus souvent des sports de vacances, c’est-à-dire principalement réalisés pendant les vacances ou à certaines périodes. Les Franciliens qui sont moins nombreux à y avoir facilement accès, y goûtent aussi moins régulièrement : plus encore que pour les autres Français, la randonnée pédestre ou en montagne, l’équitation, les sports nautiques sont pour les habitants d’Ile-de-France des activités que l’on pratique seulement à certaines périodes ou pendant les vacances (tableau 10). Mais les golfeurs franciliens semblent être plus réguliers que leurs homologues de province.

Tableau 8 - Fréquence de pratique des APS en Ile-de-France. En %

Tableau 8 - Fréquence de pratique des APS en Ile-de-France. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.
Lecture : en 2003, 77 % des Franciliens qui font de la gymnastique en font au moins une fois par semaine.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 9 - Période de pratique des APS en Ile-de-France. En %

Tableau 9 - Période de pratique des APS en Ile-de-France. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.
Lecture : en 2003, 73 % des Franciliens qui font de la gymnastique en font régulièrement tout au long de l'année.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Un tiers des Franciliens a une pratique culturelle

2441 % des pratiquants sportifs en Ile-de-France ont aussi une pratique culturelle ou artistique (écriture, sculpture, dessin, instrument de musique, chant, théâtre...). Ailleurs en France, ce pourcentage est de 36 %. Ainsi, les Franciliens associent plus fréquemment pratiques sportives et pratiques artistiques. Inversement, 87 % des Franciliens qui ont des loisirs artistiques ont également une pratique sportive (tableau 11).

Tableau 10 - APS pratiquées plus régulièrement par les Franciliens et par les autres Français

APS pratiquées plus régulièrement par les Franciliens

APS pratiquées plus régulièrement par les autres Français

Musculation

Equitation

Golf

Randonnée pédestre

Course à pied, footing, athlétisme

Football

Roller, skate

Vélo

Basket-ball, volley-ball, handball

Danse

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 11 - Les pratiques artistiques au regard de la pratique sportive. En %

Tableau 11 - Les pratiques artistiques au regard de la pratique sportive. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003

Notes

1 Voir données économiques départementales de l'Insee.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - La pratique sportive en Ile-de-France et ailleurs en France
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 18 % des Franciliens pratiquant une APS déclarent posséder une licence sportive.Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 4 - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licenses %
Légende (a) hors groupements nationaux.Source : MJSVA, recensement auprès des fédérations sportives, 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 4 (suite) - Répartition des licences en Ile-de-France. Nombre de licences %
Légende (a) hors groupements nationaux.(b) inclus les licences non réparties par département.Source : MJSVA, recensement auprès des fédérations sportives, 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 8 - Fréquence de pratique des APS en Ile-de-France. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.Lecture : en 2003, 77 % des Franciliens qui font de la gymnastique en font au moins une fois par semaine.Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 9 - Période de pratique des APS en Ile-de-France. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.Lecture : en 2003, 73 % des Franciliens qui font de la gymnastique en font régulièrement tout au long de l'année.Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 11 - Les pratiques artistiques au regard de la pratique sportive. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, « Participation culturelle et sportive », 2003
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search