Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Deuxième partie. Des publics

Chapitre 4. Les activités physiques et sportives des seniors

Dominique Crosnier

Texte intégral

153 % des seniors (personnes de 50 ans ou plus) pratiquent des activités physiques et sportives. Dans la spécificité de leur comportement, l’âge joue un rôle décisif. Si d’autres facteurs sociodémographiques tels que le sexe, le niveau de diplôme et le niveau de vie influent également sur leur pratique des APS, leur effet est le même chez les seniors que dans le reste de la population.

2La soixantaine marque une rupture. La réduction de la pratique à cet âge est d’abord le fait des femmes. Les hommes les suivent dans ce mouvement avec un décalage d’une dizaine d’années.

3Comme leurs cadets, les seniors pratiquent majoritairement le vélo, la marche et la natation, mais il n’est pas d’APS qu’ils soient seuls à pratiquer. En revanche, ils sont absents de la pratique des sports collectifs, de combat et des arts martiaux. Compte tenu des activités qu’ils affectionnent et de leur moindre inclinaison à participer à des compétitions officielles, la pratique des seniors est plus « autonome », ce qui ne les empêche pas, pour leurs APS favorites, d’être plutôt plus assidus que leurs cadets.

4L’étude du comportement des seniors est de plus en plus à l’ordre du jour dans toute une série de domaines, compte tenu de la croissance régulière de leur part dans la population, conséquence d’effets démographiques et de l’allongement de la durée de vie. Malheureusement, cette population ne donne pas Heu à un « repérage unique ». Selon les domaines, diverses définitions sont retenues pour attribuer le « qualificatif » de senior aux individus. La description de la pratique des activités physiques et sportives (APS) chez les « seniors » se doit donc de commencer par une délimitation de cette population.

I – Qui sont-ils ?

5Au sein du mouvement sportif lui-même, on atteint la catégorie des « seniors » ou des « vétérans » à des âges variables selon les disciplines, mais généralement Hés à l’intensité du facteur « physique » dans l’accomplissement de la performance sportive. Ainsi peut-on faire valoir « ses droits » à la catégorie de vétéran au football à l’âge de trente-cinq ans, alors qu’au tennis de table c’est à l’âge de quarante ans et à soixante ans pour le char à voile. Il n’y a donc pas une seule définition des seniors et toute définition contient en elle-même un aspect conventionnel.

6Dans cet ouvrage, compte tenu de la nature de l’activité étudiée, nous avons choisi de retenir l’âge de 50 ans comme marquant l’entrée dans la catégorie des seniors, considérant qu’il constitue un compromis acceptable entre diverses définitions des « vétérans » que l’on trouve dans le monde sportif. Cette catégorie n’est toutefois pas à assimiler à celle des « personnes âgées », dans la mesure où elle se définit strictement en relation avec l’exigence physique des APS. Si la cinquantaine ne signifie pas que l’on soit dans le champ des « personnes âgées », elle est par contre une barre significative pour la pratique d’activités sportives. La population des « seniors » est donc plus large que celle des « personnes âgées » qui en constituent une sous-population. Dans ce chapitre, la population des seniors sera donc composée des personnes âgées de 50 ans ou plus. En 2003, cette population se compose d’environ 19,5 millions de personnes, soit 34 % de la population. Sa répartition par âge est la suivante (tableau 1) :

Tableau 1 - Répartition des seniors par âge. En %

Age

Répartition

50 à 54 ans

21

55 à 59 ans

17

60 à 64 ans

13

65 à 69 ans

13

70 â 74 ans

13

75 ans ou plus

23

Total

100

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 2 - Profils comparés des seniors et des 15-49 ans. En %

Profil des seniors

Profil des

15- 49 ans

Sexe

Hommes

45

50

Femmes

55

50

Situation professionnelle

Travaille

29

66

Chômeur

3

7

Retraité

54

0

Inactif

14

8

Etudiant

0

19

Niveau de diplôme

Inférieur au bac

77

55

Bac ou plus

23

45

Niveau de vie

Moins « aisés »

48

55

Plus « aisés »

52

45

Catégorie de commune

Rurale

30

24

Agglomération

56

57

Région parisienne

11

15

Paris

3

4

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Population plutôt féminine, disponible, peu diplômée, au niveau de vie élevé et implantée en zones rurales

7Au-delà de l’âge, ou en relation avec lui, la population des seniors présente des caractéristiques qui lui sont propres et qui la distinguent du reste de la population (tableau 2).

  • C’est d’abord une population plus féminine avec 55 % de femmes contre 50 % dans la population hors seniors.

  • Elle dispose de plus de temps libre. En 2003, seulement 28 % des seniors exercent un emploi (dont 68 % des 50-59 ans) contre 66 % des moins de 50 ans.

  • Elle est moins diplômée. La photographie 2003 de l’enquête présente des seniors dotés d’un niveau de diplôme sensiblement moins élevé que celui du reste de la population. Alors qu’ils sont seulement 23 % à posséder un diplôme au moins égal au baccalauréat, les 15-49 ans sont eux à 45 % dans le même cas.

  • En revanche, elle dispose d’un niveau de vie supérieur à la moyenne d’ensemble de la population. 52 % des seniors appartiennent à la moitié la plus « aisée » de la population contre seulement 45 % de la population hors seniors.

  • Enfin, les seniors sont implantés davantage dans des zones rurales que la population des 15-49 ans : respectivement 30 % pour les seniors contre 24 % pour la population hors seniors.

II – Quelle pratique des activités physiques et sportives ?

8Ces caractéristiques de la population des seniors ont bien évidemment une influence sur leur pratique des activités physiques et sportives. Certaines d’entre elles vont contribuer à éloigner cette population des comportements moyens, d’autres vont l’en rapprocher.

Une rupture à la soixantaine...

9Globalement, 53 % des personnes de 50 ans ou plus pratiquent une activité physique ou sportive, contre 84 % du reste de la population de plus de 15 ans. L’âge explique l’essentiel de cet écart et son effet va croissant.

10De 50 à 59 ans, le taux de pratique des APS est de 70 %. C’est un taux élevé, relativement proche du taux de pratique de la population hors seniors (84 %). C’est seulement à la soixantaine qu’apparaît une véritable rupture. À partir de cet âge, le taux de pratique sportive se réduit selon un rythme assez soutenu, jusqu’à atteindre environ 25 % pour les 75 ans ou plus, niveau qui reste malgré tout assez élevé (tableau 3).

Tableau 3 - Taux de pratique sportive des seniors, selon l'âge et le sexe

Age

Hommes

Femmes

Ensemble

50 à 54 ans

74

63

69

55 à 59 ans

76

66

71

60 à 64 ans

76

51

62

65 à 69 ans

69

43

56

70 à 74 ans

49

36

42

75 ans ou plus

40

16

24

Ensemble

65

43

53

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

... principalement due aux femmes

11En matière de pratique des activités physiques et sportives, il existe, chez les seniors, des comportements selon les sexes significativement différents de ce que l’on observe dans le reste de la population. En effet, dans la population des 15 à 49 ans, l’écart entre les hommes et les femmes en matière de pratique des activités physiques ou sportives n’est que de 7 points. Le taux de pratique des hommes est de 87 % contre 80 % pour les femmes. Par contre, chez les seniors, ces taux sont respectivement de 65 % et 43 %, ce qui correspond à un écart de 22 points. L’âge amplifie donc l’écart entre les deux sexes à l’égard de la pratique sportive. En particulier, cette réduction de l’activité inhérente à l’âge se produit plus tôt chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, la rupture de la soixantaine qui s’observe globalement a pour origine exclusive une réduction de la pratique féminine : 51 % des femmes de la classe d’âge 60 - 64 ans pratiquent les APS, contre 66 % des femmes d’un âge compris entre 55 et 59 ans (tableau 3). En revanche, chez les hommes, la soixantaine n’a aucun effet sur le niveau de leur pratique des APS, une première inflexion apparaissant cinq ans plus tard et la véritable rupture se produisant à l’âge de 70 ans (graphique 1).

Santé et sentiment de vieillissement affectent la pratique sportive

12Ce constat mérite d’être rapproché de l’analyse des causes de l’absence de pratique physique ou sportive régulière. Parmi toutes les raisons proposées dans l’enquête, les seniors répondent par un choix marqué sur deux d’entre elles : avoir des problèmes de santé et s’estimer trop âgé pour la pratique physique ou sportive.

13Avant de les analyser plus avant, il convient de remarquer que ces deux causes majeures ne sont pas de même nature. On peut en effet accorder à la première un statut relativement objectif : sans être d’une gravite extrême, les problèmes de santé peuvent empêcher de pratiquer dans de bonnes conditions l’activité que l’on affectionne. En revanche, la seconde est d’une nature beaucoup plus subjective, deux individus de même âge, de même sexe, dans un même état de santé pouvant avoir une appréciation diamétralement opposée de leur aptitude à pratiquer la même activité physique. Quels que soient le sexe et l’âge, de ces deux causes, les raisons de santé sont toujours dominantes pour expliquer la non-pratique.

Graphique 1 - Taux de pratique sportive des seniors, selon l'âge et le sexe. En %

Graphique 1 - Taux de pratique sportive des seniors, selon l'âge et le sexe. En %

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

14En particulier, ces raisons viennent alimenter la rupture constatée chez les femmes. Entre 60 et 64 ans, 58 % de celles qui ne pratiquent pas d’activité physique ou sportive invoquent des raisons de santé pour expliquer ce choix et 24 % s’estiment trop âgées. C’est seulement après 75 ans que les raisons de santé seront présentées comme une cause de non-pratique dans une proportion supérieure à ce qu’elle est dans la classe d’âge 60-64 ans. Chez les hommes du même âge, ces raisons sont avancées dans le même ordre, mais à des niveaux moins élevés, l’écart entre hommes et femmes étant particulièrement important quand il s’agit des raisons de santé (tableau 4).

Tableau 4 - Raisons de l'absence de pratique sportive chez les seniors selon le sexe et l'âge. En %

Tableau 4 - Raisons de l'absence de pratique sportive chez les seniors selon le sexe et l'âge. En %

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

15En revanche, au moment de la rupture chez les hommes, autour de 70 ans, les deux raisons ont tendance à être de même importance. À cet âge, parmi les hommes qui ne pratiquent pas d’activité physique ou sportive, 57 % d’entre eux citent des raisons de santé alors que 52 % s’estiment trop âgés. Entre 70 et 75 ans, cette hiérarchie entre les raisons et cette convergence s’observent également chez les femmes, à des niveaux inférieurs, la rupture s’étant produite dix ans auparavant. À l’inverse de la situation précédente, l’écart le plus faible entre les hommes et les femmes porte alors sur les raisons de santé.

Niveau de diplôme, niveau de vie jouent comme dans le reste de la population

16Autant l’âge caractérise le comportement des seniors en matière de pratique des APS et les distingue du reste de la population, autant leurs comportements sont ceux de tout un chacun quand on s’intéresse à d’autres facteurs à caractère sociologique.

17Ainsi en est-il quand on considère les effets du niveau de diplôme sur la pratique des activités physiques ou sportives. Chez les seniors, comme dans le reste de la population, plus le niveau de diplôme est élevé, plus grand est le taux de pratique des APS. De la même façon, comme dans le reste de la population, le phénomène de la non-pratique est accentué chez les femmes à niveau de diplôme faible par rapport à leurs consœurs diplômées. L’écart entre hommes et femmes est de 14 points chez les seniors diplômés, il est de 24 points chez les non-diplômés (tableau 5).

18Le même constat s’applique si l’on considère le rôle de la situation professionnelle. Il produit, chez les seniors, des résultats analogues à ceux rencontrés dans le reste de la population.

19En particulier, les « inactifs » (hors étudiants) ont une pratique des activités physiques ou sportives inférieure à celle des autres catégories de la population. Tant qu’ils sont en situation « active », qu’ils aient un emploi ou non, les seniors ont une pratique des APS élevée, surtout les hommes (76 %). Quand ils ne sont plus dans cette position, qu’ils soient retraités ou retirés des affaires, leur taux de pratique des APS reste sensiblement supérieur à celui des seniors « inactifs » : respectivement 47 % et 35 %. Ce phénomène, se retrouve dans le reste de la population pour les inactifs (hors étudiants). Au-delà du strict effet de l’âge, tout se passe comme si une situation de socialisation réduite, liée au statut d’inactif, entraînait une pratique des APS à un niveau inférieur (Blanpain, Pan Ké Shon, 1999). On peut d’ailleurs penser que les tendances récentes à l’accroissement de l’engagement associatif des seniors (Michaudon, 2000 ; Fèbvre, Muller, 2003) sont susceptibles de réduire cette tendance à la désocialisation et redresser la valeur de leur taux de pratique des APS, à la condition que l’offre d’activités soit adaptée à leurs souhaits.

Tableau 5 - Taux de pratique sportive des seniors par sexe selon le niveau de diplôme, la situation professionnelle et le niveau de vie. En %

Hommes

Femmes

Ensemble

Niveau de diplôme

Inférieur au bac

61

37

48

Bac ou plus

79

65

72

Situation professionnelle

Travaille

76

65

71

Chômeur

79

56

69

Retraité

58

37

47

Inactif

42

34

35

Niveau de vie

Moins « aisés »

53

30

40

Plus « aisés »

75

57

65

Champ : personnes de 50 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

20Le niveau de vie est un autre facteur qui joue sur la pratique des APS des seniors comme pour les autres catégories de la population.

21Dans l’ensemble de la population, plus le niveau de vie est élevé, plus la pratique sportive est élevée. Ce phénomène se retrouve chez les seniors : dans la population des moins de 50 ans, pour la moitié la moins « aisée », le taux de pratique sportive est de 79 %, alors qu’il est de 89 % pour la moitié la plus « aisée ». Chez les seniors, ces taux sont respectivement de 40 % et 65 %. L’effet est donc de même nature mais en plus accentué chez les seniors : l’écart est de 10 points dans la population hors seniors alors qu’il est de 25 points chez les 50 ans ou plus. Il est probable là aussi que les situations de socialisation réduite sont renforcées par un faible niveau de vie, les deux phénomènes se cumulant pour se traduire dans un effet amplifié chez les seniors.

III – Que pratiquent-ils ?

Vélo, marche, natation, comme tout le monde

22Les préférences des seniors quant au choix des activités physiques ou sportives s’apparentent à celles du reste de la population. Comme chez leurs cadets, les trois activités physiques ou sportives dominantes sont le vélo, la marche et la natation. Simplement, deux nuances doivent être apportées : d’une part, ces pratiques se font à des niveaux sensiblement plus faibles que dans le reste de la population (graphique 2), d’autre part l’ordre est légèrement modifié, le vélo apparaissant toujours en tête chez les seniors, alors que la randonnée pédestre devance la natation.

Graphique 2 - Taux de pratique des seniors et des 15-49 ans par APS. En %

Graphique 2 - Taux de pratique des seniors et des 15-49 ans par APS. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Pas de « spécialisation », pas de sports collectifs

23Au-delà de ce premier résultat, on remarque que certaines APS, dont on pourrait penser a priori qu’elles sont plus particulièrement prisées par les seniors, ne le sont pas réellement. Ainsi en est-il de la pétanque et du billard dont le taux de pratique est beaucoup plus élevé chez les moins de 50 ans que chez les seniors, de l’ordre de 29 % contre 12 %. Il en va de même pour la pêche, pratiquée à hauteur de 13 % par les moins de 50 ans et 8 % par les seniors, ainsi que pour le golf, peu répandu à tous les âges (graphique 2). Il n’existe donc pas, à proprement parler, d’APS qui serait spécifiquement réservée aux seniors. Par contre, il existe des APS qui ne sont pas, ou très peu, pratiquées par les seniors. C’est le cas, principalement, des sports collectifs, de combat et les arts martiaux. Au football, au rugby, au volley-ball, au hand-ball, au basket-ball, les taux de pratique des seniors sont nuls ou quasi. Ces sports ne se pratiquent presque plus au-delà de la quarantaine. En dehors des stricts critères physiques, le fait que ces APS soient, plus que d’autres, organisées autour de la compétition peut aussi expliquer en partie ce résultat.

Les activités physiques de base subissent la loi de l'âge

24La rupture constatée à la soixantaine provient d’une réduction des taux de pratique des femmes dans les APS qu’elles affectionnent particulièrement. Pour le vélo, de 33 % entre 50 et 59 ans, ce taux tombe à 26 % une fois passée la soixantaine, soit une réduction de 7 points. Pour la natation, l’écart est de 13 points (resp. 29 % et 16 %). Pour la randonnée pédestre, il est de 10 points (resp. 31 % et 21 %). Par contre, leur pratique de la gymnastique ne connaît pas une telle réduction. C’est d’ailleurs l’activité physique qui reste la plus pratiquée au-delà de 75 ans (tableau 6).

Le « rebond » masculin

25Contrairement à ce qui se passe pour les femmes, chez les hommes le passage de la soixantaine et le retrait de la vie active s’accompagnent d’un développement de la pratique des APS de base. Comme les moins de 50 ans, les 60-64 ans sont nombreux à faire du vélo, le taux de pratique s’élevant à 50 %, supérieur de 13 points à ce qu’il est dans la tranche d’âge précédente (tableau 6). Stable pour la natation comme pour la marche, ce taux augmente très sensiblement pour la gymnastique. C’est seulement dans la tranche d’âge suivante que se produit la rupture pour ces quatre APS. À partir de 65 ans, les taux de pratique du vélo, de la randonnée pédestre, de la natation et de la gymnastique perdent respectivement 15, 11, 10 et 7 points. Au-delà de 75 ans, le vélo reste l’APS la plus pratiquée par les hommes, talonnée par la pêche (12 %).

Tableau 6 - Taux de pratique des principales APS des seniors par sexe selon l'âge. En %

Age

Vélo

Randonnée

pédestre

Natation,

plongée

Gymnastique

Femmes

50 à 59 ans

33

32

29

22

60 à 64 ans

26

21

16

20

65 à 69 ans

14

17

8

12

70 à 74 ans

12

12

6

10

75 ans ou plus

4

5

5

7

Ensemble

19

19

15

15

Hommes

50 à 59 ans

37

29

21

5

60 à 64 ans

50

30

24

13

65 à 69 ans

35

19

14

6

70 à 74 ans

18

9

13

9

75 ans ou plus

12

4

7

5

Ensemble

31

21

17

7

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

IV – Comment pratiquent-ils ?

26Trois thèmes contribuent à décrire la pratique des APS : la fréquence, la régularité et le mode de pratique.

L'âge n'influe ni sur la fréquence ni sur la régularité de la pratique

27Chez les seniors, la fréquence de pratique des APS est inférieure à ce qu’elle est dans le reste de la population, mais cet écart est toutefois faible. Parmi les pratiquants de 50 ans ou plus, 64 % d’entre eux s’adonnent à des activités physiques ou sportives plus d’une fois par semaine, ce taux étant de 71 % chez les moins de 50 ans. Qui plus est, ce résultat chez les seniors n’est pas affecté d’une forte dispersion. Par exemple, au-delà de 75 ans, 63 % des pratiquants continuent leurs activités physiques plus d’une fois par semaine. L’âge n’est donc pas un facteur qui, à lui seul, est susceptible de modifier la fréquence et la régularité de la pratique.

28Ce premier constat peut encore être affiné. Quand on observe les cinq APS que les seniors pratiquent le plus, alors le résultat précédent s’inverse, et sur ces cinq activités, les 50 ans ou plus ont une pratique plus fréquente et plus régulière que le reste de la population. Ainsi, par exemple, alors que les 15-49 ans ne sont que 9 % à pratiquer la natation plus d’une fois par semaine, chez les seniors ce taux est de 24 % et ils sont 43 % à pratiquer la natation tout au long de l’année quand ils ne sont que 29 % dans cette situation chez les 15-49 ans (tableau 7).

Les seniors plus assidus dans leurs APS préférées

29Quand on considère, pour chacune des cinq activités préférées des seniors, la part des pratiquants qui s’y consacrent au moins une fois par semaine et régulièrement tout au long de l’année, alors il apparaît que les 50 ans ou plus font montre d’une plus grande « assiduité » dans la pratique de leurs APS favorites que le reste de la population (graphique 3). On constate également que les activités sont rangées dans l’assiduité quasiment de façon identique, quel que soit l’âge, et que, pour les seniors, comme pour leurs cadets, la gymnastique et le vélo arrivent en tête (respectivement 44 % et 23 % pour les seniors). On constate enfin que cette assiduité est somme toute assez relative en ce qui concerne les trois autres APS.

Tableau 7 - Fréquence et régularité de la pratique des seniors et des 15-49 ans. En %

Gymnastique

Vélo

Natation

Randonnée
pédestre

Pétanque, billard

Plus d’une fois par semaine

50 ans ou plus

48

32

24

16

14

15 à 49 ans

37

21

9

7

6

Régulièrement tout au long de l’année

50 ans ou plus

83

35

43

44

17

15 à 49 ans

65

29

19

25

8

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Une pratique souvent autonome

30On distingue trois modes de pratique : autonome, institutionnalisée sans compétition, institutionnalisée avec compétitions officielles.

31Au sens de l’enquête, le premier traduit une pratique sans recours aux services d’un club sportif ni à tout autre type d’encadrement et sans la possession d’une licence sportive.

32Le deuxième signifie une pratique dans un cadre institutionnel (l’association sportive ou le club sportif à vocation commerciale), avec ou sans cours, avec ou sans la détention d’une licence sportive mais sans la participation à des compétitions officielles.

Graphique 3 - Assiduité des seniors par APS. En %

Graphique 3 - Assiduité des seniors par APS. En %

Champ : personnes pratiquant l'APS.
Lecture : 44 % des seniors qui font de la gymnastique, en font régulièrement au moins une fois par semaine.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

33Le troisième implique la pratique dans un cadre institutionnel, avec la détention d’une licence sportive et la participation aux compétitions officielles.

34Les différents modes de pratique peuvent correspondre à des choix délibérés comme ils peuvent s’imposer au pratiquant compte tenu des caractéristiques de fonctionnement des fédérations dont son activité dépend. En particulier, certaines disciplines sportives sont plus que d’autres tournées vers la compétition. C’est par exemple le cas des sports collectifs, pour lesquels la pratique s’effectue principalement sous une forme institutionnalisée, par l’intermédiaire des clubs. C’est même parfois quasiment le mode unique de pratique comme le montrent le rugby ou les arts martiaux (voir chapitre 2).

35La façon dont les seniors pratiquent leurs activités physiques et sportives est donc en partie déterminée par la nature même des activités choisies. En particulier, comme ils ne pratiquent pas, ou très peu, de sports collectifs, ils ont une pratique autonome supérieure à celle du reste de la population. Entre 50 et 69 ans, ce mode est stable autour de 72 %, il augmente sensiblement après 70 ans quand ces seniors ne participent quasiment plus à des compétitions ou qu’ils s’adonnent moins à des activités à pratique institutionnalisée comme la gymnastique (tableau 8). L’écart avec le reste de la population se situe principalement sur le troisième mode de pratique, les seniors se montrant peu enclins à participer à des compétitions officielles. Une question, à laquelle l’enquête n’apporte pas d’éléments de réponse, mérite toutefois d’être soulevée : si les seniors participent peu à des compétitions officielles, est-ce un choix ou est-ce parce qu’il ne leur est pas proposé de compétitions adaptées ?

36Comme dans le reste de la population, il existe également des différences dans le mode de pratique des APS selon le sexe. Ainsi, les femmes qui participent moins que les hommes à des compétitions sont, chez les seniors, quasiment absentes des compétitions officielles, alors que les hommes s’y livrent encore un peu au moins jusqu’à l’âge de 70 ans (tableau 9). De même, la préférence des femmes pour certaines activités (la gymnastique en particulier), les conduit à choisir plus que les hommes un mode de pratique institutionnalisé - mais sans compétition.

Tableau 8 - Mode de pratique par âge. En %

Age

Autonome

Institutionnalisée sans compétition

Institutionnalisée avec compétition

Total

15 à 49 ans

62

26

12

100

50 à 69 ans

72

23

5

100

70 ans ou plus

80

18

2

100

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 9 - Mode de pratique des seniors par sexe. En %

Age

Autonome

Institutionnalisée sans compétition

Institutionnalisée avec compétition

Total

50 à 59 ans

Hommes

74

19

7

100

Femmes

69

29

1

100

60 à 69 ans

Hommes

74

16

10

100

Femmes

71

28

1

100

70 ans ou plus

Hommes

82

14

4

100

Femmes

78

22

< 1

100

Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Taux de pratique sportive des seniors, selon l'âge et le sexe. En %
Légende Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 4 - Raisons de l'absence de pratique sportive chez les seniors selon le sexe et l'âge. En %
Légende Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 2 - Taux de pratique des seniors et des 15-49 ans par APS. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 3 - Assiduité des seniors par APS. En %
Légende Champ : personnes pratiquant l'APS.Lecture : 44 % des seniors qui font de la gymnastique, en font régulièrement au moins une fois par semaine.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search