Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Deuxième partie. Des publics

Chapitre 3. L'activité sportive et culturelle des femmes plus influencée par le milieu social que celle des hommes

Estelle Beretti-Liverneaux

Texte intégral

1En 2003, parmi les femmes de 15 ans ou plus, deux sur trois pratiquent au moins une activité physique et sportive (APS), contre quatre hommes sur cinq. Les femmes sont donc moins nombreuses que les hommes à faire du sport. Au-delà de ce constat global, on observe que les écarts entre le taux de pratique sportive des hommes et celui des femmes s’estompent dans les milieux favorisés et s’accentuent dans les milieux populaires. Le niveau d’études est le facteur qui joue le rôle le plus important sur la pratique sportive des femmes, les plus diplômées étant de loin les plus nombreuses à pratiquer des APS.

2Contrairement au sport, les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans la plupart des activités culturelles. Dans tous les milieux, les pratiquantes sportives sont les plus nombreuses à avoir des activités culturelles.

3En 2003, 64 % des femmes âgées de 15 ans et plus, soit près de 16 millions de femmes, déclarent avoir pratiqué au moins une activité physique et sportive (APS), contre 79 % des hommes. Mais la pratique sportive des Français étant très influencée par les caractéristiques sociodémographiques (voir chapitre 1), la pratique sportive féminine varie considérablement selon les milieux. Les femmes sont encore plus sensibles que les hommes à ces facteurs.

I – L'âge et le milieu social plus déterminants que le sexe

Les jeunes femmes aussi sportives que les jeunes hommes

4L’âge est le principal facteur de sportivité. En effet, plus une femme est jeune, plus elle fait du sport, ce résultat - vrai aussi chez les hommes - étant encore plus marqué pour elles : 90 % des femmes âgées de 15 à 24 ans déclarent une APS, contre 79 % des femmes de 25 à 44 ans et seulement 63 % des femmes de 45 à 65 ans. Plus on considère des personnes jeunes, plus les différences entre hommes et femmes sont faibles, jusqu’à disparaître pour les 15-24 ans : parmi les jeunes adultes, les femmes sont aussi sportives que les hommes (graphique 1).

Le diplôme est le facteur sociodémographique qui a le plus d'influence

5Après l’âge, l’appartenance sociale est le facteur le plus discriminant pour la pratique sportive des femmes. De la même manière que pour l’âge, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses à pratiquer des APS dans les milieux les plus favorisés, tandis que l’écart avec les hommes s’estompe : si les femmes appartenant aux faibles niveaux d’études et de revenu sont beaucoup moins souvent sportives que les hommes de ces mêmes catégories, le taux de pratique sportive des femmes est en revanche quasiment égal à celui des hommes dans les catégories sociales les plus élevées.

Graphique 1 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge. En %

Graphique 1 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

6Le niveau de diplôme est le facteur qui a le plus d’influence, et il est encore plus discriminant chez les femmes que chez les hommes : entre les hommes sans diplôme et les diplômés du supérieur, le taux de pratique sportive augmente de moitié (de 62 % à 90 %) ; chez les femmes, ce taux de pratique double, passant de 41 % à 86 % (graphique 2). Le niveau de vie a un effet similaire, mais moins important que celui du diplôme. Ainsi, même pour les activités physiques et sportives les plus chères - comme le ski, le canoë ou la voile, et dont la pratique est beaucoup plus fréquente dans les milieux les plus aisés, les différences sont encore plus fortes suivant le niveau de diplôme. Par exemple, les femmes au niveau de vie le plus haut sont trois à quatre fois plus nombreuses à faire du ski que les femmes appartenant aux ménages les moins aisés ; en même temps, le taux de pratique de ski est huit fois plus élevé pour les femmes diplômées du supérieur que pour les femmes sans diplôme (graphique 3).

Toutes les femmes ne sont pas moins sportives que les hommes

7Il serait incomplet de se limiter à dire que les femmes sont moins nombreuses que les hommes à pratiquer des APS, car si cela reste généralement vrai à catégorie sociodémographique fixée, certaines catégories de femmes pratiquent plus souvent des APS que les hommes d’autres catégories. Les femmes de 15 à 24 ans sont par exemple plus sportives que les hommes de 25 à 44 ans (graphique 1).

8Par ailleurs, comme on l’a déjà souligné, il y a souvent une différence moins importante entre hommes et femmes de même catégorie qu’entre les femmes de catégories différentes. Le taux de pratique sportive des femmes les plus diplômées est 2,1 fois plus élevé que celui des femmes sans diplôme, alors que le rapport est entre le taux de pratique des hommes et celui des femmes n’est que de 1,2. Le sexe n’est donc pas le caractère le plus discriminant. L’âge et le milieu social sont bien plus déterminants dans la pratique sportive.

Graphique 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Graphique 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Graphique 3 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de vie. En %

Graphique 3 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de vie. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Les femmes qui travaillent sont plus souvent sportives que les autres

9La pratique sportive des femmes varie avec leur situation professionnelle. Contrairement à une idée parfois reçue, les femmes qui travaillent sont plus sportives que les autres : 77 % d’entre elles pratiquent une APS contre 45 % des autres - en dehors des étudiantes qui sont de loin les plus nombreuses à pratiquer. Ceci reste toujours vrai chez celles qui ont le nombre d’heures de travail hebdomadaires le plus élevé (tableau 1). Pour nuancer cette idée il convient de rappeler que l’activité professionnelle est souvent corrélée à l’appartenance sociale. Néanmoins, à niveau de diplôme ou niveau de vie équivalent, les femmes qui travaillent ont plus tendance à pratiquer des APS. C’est surtout entre les actives et les inactives que la différence est marquée. Le taux de pratique des femmes au chômage est assez proche de celui de celles qui travaillent. Travailler n’apparaît donc pas en soi comme un frein à la pratique sportive des femmes.

Hommes et femmes en couple sont plus souvent sportifs

10La situation familiale n’influence pas de manière forte le fait de faire du sport ou non, chez les femmes comme chez les hommes. Les mères de famille font plus souvent des APS que les femmes en couple sans enfant, elles-mêmes plus sportives que les femmes vivant seules : seulement 49 % des femmes seules déclarent faire du sport, contre 71 % des mères vivant en couple (tableau 2). Si ce résultat traduit surtout un effet d’âge, il apparaît néanmoins un « effet couple » : à âge et milieu fixés, les femmes vivant en couple sont plus souvent sportives que les autres. Parmi elles, à âge égal, celles qui n’ont pas d’enfants pratiquent un peu plus souvent des APS. Cet effet se retrouve également chez les hommes, mais, parmi eux, ce sont les pères de famille qui apparaissent comme les plus sportifs.

II – Hommes et femmes évoquent les mêmes raisons de ne pas faire de sport

11Dans l’ensemble, hommes et femmes qui pratiquent peu ou pas du tout d’APS évoquent les mêmes raisons de ne pas pratiquer plus. Les problèmes de santé, avancés plus d’une fois sur trois par les non-pratiquants, en constituent la première cause. Les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes à les déplorer, surtout entre 25 et 44 ans ; au-delà de 70 ans, elles sont plutôt moins nombreuses qu’eux (voir chapitre 4). Vient ensuite un manque de goût ou d’intérêt pour le sport (25 %), pour les hommes comme pour les femmes, puis le sentiment d’être trop âgé(e).

Des différences marquées au sein de certaines catégories sociales

12La principale différence entre les raisons avancées par les hommes et celles avancées par les femmes tient au fait que les premiers sont plus nombreux à mettre en avant des contraintes professionnelles ou scolaires (23 % contre 13 %) alors que les femmes indiquent davantage des contraintes familiales (17 % contre 9 %).

Tableau 1 - Taux de pratique sportive des femmes selon la situation professionnelle et le nombre d'heures de travail hebdomadaire. En %

Situation professionnelle

Taux de pratique

Etudiante

92

Inactive

47

Retraitée

37

Chômage

70

Travaille

77

dont moins de 35 heures par semaine

77

dont entre 35 et 40 heures par semaine

79

dont plus de 40 heures par semaine

76

Ensemble

64

Champ : femmes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge et la situation familiale. En %

Tableau 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge et la situation familiale. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 93 % des femmes qui vivent seules ont pratiqué une APS en 2003.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

13Même parmi les personnes qui travaillent, les femmes évoquent moins qu’eux les contraintes professionnelles ou scolaires (36 % contre 47 %). Il en est de même parmi les étudiants. Cela est en accord avec le fait que celles qui travaillent font autant de sport que les autres, et contredit l’idée reçue selon laquelle le travail constitue un frein à la pratique sportive des femmes. Les contraintes professionnelles restent néanmoins la première raison de ne pas faire de sport pour les femmes actives, mais presque autant d’entre elles évoquent les contraintes familiales ou le manque de goût pour le sport (tableau 3).

Tableau 3 - Principales raisons de ne pas (ou peu) pratiquer de sport par sexe selon le niveau de diplôme et la situation professionnelle. En %

Tableau 3 - Principales raisons de ne pas (ou peu) pratiquer de sport par sexe selon le niveau de diplôme et la situation professionnelle. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus ne pratiquant pas d'APS ou pratiquant peu.
Lecture : 45 % des femmes sans diplôme évoquent des problèmes de santé.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

14Les femmes sont en revanche plus nombreuses que les hommes à évoquer les contraintes familiales. Parmi les personnes qui ont des enfants, 36 % des mères sont concernées, contre 19 % des pères. C’est la principale raison de ne pas faire de sport citée par les femmes de 25 à 44 ans : 39 % d’entre elles l’évoquent, soit plus de deux fois plus souvent que les hommes du même âge (18 %).

La perception du sport dépend-elle du milieu social ?

15Les femmes non diplômées n’évoquent pas plus souvent que les autres le manque d’intérêt pour le sport. Pourtant, à âge et niveau de vie fixés, ce sont celles qui ont le plus tendance à avancer cette raison. Le contraste est moins grand que chez les hommes : les plus diplômés sont de loin les moins nombreux à déclarer ne pas aimer faire du sport, et avancent principalement des contraintes professionnelles.

16On peut interpréter ces résultats par l’idée que les personnes appartenant aux catégories favorisées ont conscience de ce que le sport peut apporter : si elles n’en font pas, ce serait plus en raison de contraintes professionnelles que par désintérêt. On peut également supposer que la perception et la représentation du sport font partie d’une culture liée au milieu social : les femmes des catégories les moins favorisées n’aimeraient pas le sport à cause de la vision partielle ou inexacte qu’elles peuvent en avoir (voir aussi Les adolescents et le sport, 2004).

III – Spécificités de la pratique féminine

Danse, gymnastique et équitation, les APS les plus féminisées

17Les APS les plus féminisées sont la danse, la gymnastique et l’équitation. Elles comptent respectivement 78 %, 77 % et 61 % de femmes parmi leurs pratiquants. Les femmes sont également un peu plus nombreuses que les hommes dans les sports de glace, ainsi qu’en randonnée pédestre et en natation (tableau 4).

Tableau 4 - Part des femmes dans les APS

Sports plutôt féminins
(> 1/3 de femmes)

danse (78 %), gymnastique (77 %)

Sports mixtes
(entre 1/3 et 2/3 de femmes)

équitation (61 %), sports de glace (54 %), natation, plongée (53 %), randonnée pédestre (53 %), vélo (46 %), randonnée en montagne (45 %), roller, skate (45 %), ski, surf (41 %), course à pied, footing, athlétisme (40 %), voile, planche à voile (39 %), canoë, aviron, ski nautique (37 %), golf (37 %), musculation (37 %), tennis(35 %), arts martiaux (35 %), pétanque, billard (35 %), tennis de table, badminton, squash (34 %)

Sports plutôt masculins
(< 1/3 de femmes)

basket-ball, volley-ball, handball (33 %), sports de combat (25 %), moto, kart, automobile (25 %j, pêche (21 %), rugby (13 %), football (12 %)

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant les APS.
Lecture : 78 % des pratiquants de gymnastique sont des femmes.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

18Les activités physiques et sportives qui comptent le plus de femmes ne sont cependant pas les plus féminisées. Comme pour les hommes, le sport le plus pratiqué par les femmes est le vélo : une femme sur trois en fait et cette activité implique plus de la moitié des sportives (tableau 5). Cette APS se place juste devant la natation, pratiquée par 30 % des femmes, et la randonnée pédestre (22 %). Les hommes en revanche préfèrent la pétanque et le billard à la natation et la randonnée pédestre. Mais ils sont aussi nombreux qu’elles à s’y adonner : parmi les pratiquants de ces deux activités dites « de masse », on compte quasiment autant d’hommes que de femmes.

19Les hommes et les femmes ne se tournent donc pas exactement vers les mêmes disciplines. En dehors des sports de masse - natation, vélo et randonnée - qui sont les plus mixtes, les sports collectifs sont un peu délaissés par les femmes, de même que les sports de combat, les sports mécaniques et la pêche. Mais ces dernières sont bien présentes dans une majorité de familles d’APS, qui comptent entre un et deux tiers de femmes parmi leurs pratiquants comme par exemple le roller, la course à pied ou le tennis (tableau 4).

Pas les mêmes APS selon l'âge et la catégorie sociale

20L’augmentation de la pratique sportive des femmes avec les niveaux de vie et de diplôme se retrouve dans la plupart des familles d’APS, les écarts les plus forts concernant le ski, la voile et le canoë. Même pour les sports les plus répandus, vélo et natation, le taux de pratique varie fortement selon les catégories sociales, encore plus pour les femmes que pour les hommes. Par exemple, pour ces derniers le taux de pratique du vélo varie de 30 % à 53 % entre les moins diplômés et les plus diplômés, alors qu’il passe de 18 % à 47 % pour les femmes.

Tableau 5 - Taux de pratique des APS par sexe. En %

Tableau 5 - Taux de pratique des APS par sexe. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

21Font exception les sports collectifs et la pêche, qui sont plus le fait des milieux au niveau de vie le plus bas (voir tableaux A28 à A33 en annexe). Par ailleurs, chez les femmes faiblement diplômées, la pêche apparaît dans les six sports qu’elles pratiquent le plus, ce qui n’est pas le cas pour les autres femmes (tableau 6). Ceci s’explique car même pour les APS les plus répandues, parmi les femmes non diplômées les pratiquantes restent peu nombreuses ; en effet elles ne sont pas beaucoup plus nombreuses que les autres à faire de la pêche, mais au contraire moins présentes dans beaucoup de familles d’APS. Au sein des milieux favorisés, il y a en même temps une plus grande pratique sportive et une plus grande diversité dans les APS.

22Le nombre d’APS pratiquées par les femmes est très proche de celui des hommes de même profil social. Les écarts sont beaucoup plus significatifs entre différentes catégories de sportives. Les femmes des catégories qui ont le plus fort taux de pratique sont aussi celles qui font le plus de sports différents : les plus diplômées font plus de 4 activités physiques et sportives en moyenne, les moins diplômées en font entre 2 et 3 seulement. Le niveau de vie, en revanche, n’influence quasiment pas le nombre moyen de sports pratiqués.

Tableau 6 - APS les plus pratiquées par les femmes selon le niveau de diplôme

Sans diplôme

Inférieur au bac

Bac

Supérieur au bac

Vélo 18 %

Vélo 33 %

Natation 40 %

Natation 51 %

Natation 12 %

Natation 26 %

Vélo 35 %

Vélo 47 %

Pétanque 9 %

Rand. pédestre 18 %

Rand. pédestre 28 %

Rando. pédestre 40 %

Gymnastique 8 %

Gymnastique 18 %

Gymnastique 23 %

Gymnastique 31 %

Rando. pédestre 8 %

Pétanque 14 %

Pétanque 18 %

Ski, surf 27 %

Pêche 8 %

Course, athlé. 11 %

Course, athlé. 17 %

Course, athlé. 23 %

Champ : femmes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Des activités moins diversifiées que les adolescentes

23Les femmes pratiquent globalement les mêmes APS que les adolescentes de 12 à 17 ans (voir Les adolescents et le sport, 2004), leur palmarès des disciplines sportives étant quasiment identique.

24Les femmes de 15 ans et plus sont majoritaires par rapport à leurs homologues masculins dans un peu plus d’APS que les adolescentes (qui sont plus nombreuses que les garçons seulement pour la gymnastique, la danse et l’équitation), car elles se concentrent dans quelques APS.

25Par ailleurs, les femmes sont proportionnellement moins nombreuses que les adolescentes dans la plupart des APS, hormis le ski et la gymnastique. En particulier, très peu de femmes pratiquent un sport collectif, et il y a en général plus de mixité chez les adolescents dans les différentes familles de sport.

Les femmes presque aussi assidues que les hommes

26Les femmes pratiquent presque aussi régulièrement que les hommes : 65 % des pratiquantes des pratiquants font du sport au moins une fois par semaine, contre 71 % des pratiquants. Les femmes qui n’ont qu’une seule discipline sportive sont aussi celles qui font le moins souvent du sport : seulement 48 % d’entre elles pratiquent toutes les semaines, contre 82 % des femmes qui ont plus de quatre APS différentes.

27Tous les sports ne sont pas pratiqués aussi régulièrement : certains sont plutôt réservés aux vacances, d’autres impliquent une certaine régularité (voir chapitre 2). Mais globalement, hommes et femmes ont la même façon de pratiquer chaque APS donnée, la période de pratique étant liée avant tout à la nature de l’APS. Les arts martiaux sont les disciplines qui demandent le plus d’assiduité mais ne concernent qu’une minorité. Ensuite, les APS pratiquées le plus régulièrement sont les plus féminisées : la gymnastique et la danse. Les disciplines que les femmes pratiquent sensiblement moins régulièrement que les hommes sont surtout la course à pied et le football.

Les pratiquantes moins tournées vers la compétition

28Environ un quart des sportives, comme des sportifs, pratiquent dans un club ou une association sportive, et un peu moins de 20 % suivent des cours ; les femmes sont donc autant adeptes que les hommes du sport encadré, même si elles sont moins nombreuses à posséder une licence sportive (15 % d’entre elles, contre 26 % d’entre eux).

29Elles n’ont en revanche pas les mêmes motivations, car elles sont beaucoup moins nombreuses à aimer la compétition sportive : seulement 4 % des pratiquantes s’y adonnent, contre 15 % des pratiquants. Ce constat peut être mis en rapport avec le fait qu’elles sont rarement adeptes de sports duels ou collectifs, et que tous les sports ou elles sont majoritaires sont des sports individuels qu’elles pratiquent dans une optique d’entretien et de détente et non de performance. On peut alors se demander si le sport licencié n’est pas plus tourné en fonction des attentes des compétiteurs ; les femmes étant moins nombreuses à aimer la compétition, elles se tournent plus vers d’autres formes d’activité sportive.

IV – Les femmes plus impliquées que les hommes dans les activités culturelles

30Contrairement au sport, les femmes sont un peu plus impliquées que les hommes dans le domaine de la culture : 85 % d’entre elles ont participé à au moins une activité culturelle (sortie ou pratique) dans l’année, contre 83 % d’entre eux. De la même façon que le sport le plus pratiqué est le même pour les hommes et les femmes, l’activité culturelle la plus fréquente est la même pour les deux sexes : il s’agit de la lecture, beaucoup plus répandue chez les femmes, avec 74 % d’adeptes contre 62 % chez les hommes. C’est en effet en même temps celle où l’écart entre hommes et femmes est le plus grand (Donnat, 2005). Mais on observe une plus grande participation des femmes dans presque toutes les activités culturelles (graphique 4).

Graphique 4 - Pratiques culturelles par sexe. En %

Graphique 4 - Pratiques culturelles par sexe. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Les écarts entre hommes et femmes plus marqués dans les milieux favorisés

31Comme pour le sport, l’écart entre catégories favorisées et défavorisées est plus grand pour les femmes que pour les hommes, même si dans le domaine culturel les femmes ont une participation plus forte. On constate donc le même effet que dans la participation sportive, mais en inversant l’échelle sociale : les différences hommes-femmes sont plus marquées dans les catégories les plus favorisées, et les écarts quasiment nuls dans les catégories les moins favorisées où les activités culturelles sont bien moins fréquentes (graphiques 5 et 6). Le nombre moyen d’activités culturelles différentes passe de deux environ chez les femmes sans diplôme à sept pour celles ayant le plus haut niveau d’études, l’implication culturelle étant encore une fois plus sensible au milieu social pour elles que pour les hommes.

32L’âge a beaucoup moins d’influence sur l’activité culturelle que sur l’activité sportive, exception faite pour les personnes de plus de 65 ans, qui sont beaucoup moins impliqués dans l’activité culturelle comme sportive. Les jeunes de 15 à 24 ans se distinguent surtout par un fort intérêt pour le cinéma, ainsi que pour les pratiques artistiques, surtout les jeunes femmes : plus de la moitié d’entre elles ont fait du dessin, de la peinture, du théâtre ou de la musique en 2003 (tableau 7). C’est chez les jeunes que la vie culturelle des femmes est la plus riche par rapport à celle des hommes, mais dans l’absolu, ce sont plutôt les femmes de 25 à 44 ans qui ont la vie culturelle la plus intense.

33L’enquête « Participation culturelle et sportive » révèle combien pratique sportive et activités culturelles sont liées (voir chapitre 8). Ce lien est beaucoup plus étroit chez les femmes que chez les hommes : parmi les femmes qui n’ont aucune activité culturelle, seules 16 % pratiquent une APS, contre 53 % chez les hommes (graphique 7a). Et parmi les femmes qui ont au moins une activité culturelle, 71 % font du sport, contre 83 % parmi les hommes.

34Inversement, 31 % des femmes qui n’ont aucune APS n’ont pas non plus d’activité culturelle, contre seulement 3 % des sportives - chez les hommes, ces taux s’élèvent respectivement à 33 et 10 % (graphique 7b). Mais les écarts dans les pratiques culturelles entre pratiquantes et non-pratiquantes sont beaucoup plus marqués parmi les femmes des milieux sociaux les moins favorisés, où les sportives font deux fois plus d’activités culturelles que celles qui ne pratiquent aucun sport. Pour ces catégories, l’écart entre hommes et femmes est quasiment nul, mais l’écart entre les femmes sportives et les femmes non sportives est beaucoup plus important.

Graphique 5 - Sorties au spectacle par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Graphique 5 - Sorties au spectacle par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Graphique 6 - Visites d'exposition par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Graphique 6 - Visites d'exposition par sexe selon le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Graphique 7a - Taux de pratique sportive par sexe selon la pratique culturelle

Graphique 7a - Taux de pratique sportive par sexe selon la pratique culturelle

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Graphique 7b - Taux de pratique culturelle par sexe selon la pratique sportive

Graphique 7b - Taux de pratique culturelle par sexe selon la pratique sportive

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 7 - Pratiques culturelles par sexe, selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Tableau 7 - Pratiques culturelles par sexe, selon l’âge et le niveau de diplôme. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 87 % des hommes 15 à 24 ans ont lu au moins un livre en 2003.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 3 - Taux de pratique sportive par sexe selon le niveau de vie. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 2 - Taux de pratique sportive par sexe selon l'âge et la situation familiale. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 93 % des femmes qui vivent seules ont pratiqué une APS en 2003.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 3 - Principales raisons de ne pas (ou peu) pratiquer de sport par sexe selon le niveau de diplôme et la situation professionnelle. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus ne pratiquant pas d'APS ou pratiquant peu.Lecture : 45 % des femmes sans diplôme évoquent des problèmes de santé.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 5 - Taux de pratique des APS par sexe. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 4 - Pratiques culturelles par sexe. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 5 - Sorties au spectacle par sexe selon le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 6 - Visites d'exposition par sexe selon le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 7a - Taux de pratique sportive par sexe selon la pratique culturelle
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 7b - Taux de pratique culturelle par sexe selon la pratique sportive
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 7 - Pratiques culturelles par sexe, selon l’âge et le niveau de diplôme. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 87 % des hommes 15 à 24 ans ont lu au moins un livre en 2003.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/806/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search