Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

Première partie. Facteurs et modalités de la pratique

Chapitre 2. Les modalités de pratique

Lara Muller

Texte intégral

1Les deux tiers des sportifs pratiquent de façon entièrement autonome. Un tiers a au moins une activité physique ou sportive dans un cadre institutionnalisé (club, association, licence, cours). Mais ces deux types d’organisation sont complémentaires : les personnes inscrites en club ont aussi des pratiques non encadrées. Le degré d’institutionnalisation dépend fortement des disciplines. Les sports collectifs, les arts martiaux sont le plus institutionnalisés, la compétition y est très développée et le rythme par conséquent soutenu. Les amateurs de tennis, d’équitation, de sports mécaniques se partagent entre loisir et assiduité. La course à pied, le vélo, le roller ont lieu tout au long de l’année mais plus ou moins régulièrement, tandis que les sports nautiques, la montagne, le golf sont pratiqués principalement pendant les vacances.

2En 2003, 34 millions de personnes de 15 ans ou plus ont une activité physique ou sportive. Pratique autonome, adhésion à une association sportive, compétition, les modalités de pratique varient selon les APS pratiquées : les arts martiaux par exemple demandent un encadrement que l’on trouve le plus souvent dans une association ou un club sportif, les sports collectifs sont traditionnellement orientés vers la compétition, tandis que d’autres encore relèvent bien plus souvent du loisir comme le vélo, même s’il existe aussi des clubs et des compétitions. Nous nous interrogeons ici sur les liens entre le degré d’institutionnalisation des pratiques, la fréquence, le rythme et la nature des APS.

Pratique autonome, pratique institutionnalisée

3Un tiers des pratiquants de 15 ans ou plus a une pratique institutionnalisée au sens où au moins une de leurs APS se fait dans une association ou un club sportif, est assortie de cours ou d’entraînements ou de la détention d’une licence. Par ailleurs, 10 % des pratiquants ont participé à au moins une compétition officielle en 2003, ces derniers étant tous licenciés ou inscrits dans une association sportive (voir Définitions en annexe).

4A l’inverse, les deux tiers des pratiquants ont une pratique entièrement autonome, c’est-à-dire que pour aucune des APS qu’ils pratiquent, ils ne sont inscrits dans une association ni un club sportif, ni prennent des cours, ni possèdent de licence sportive, ni participent à des compétitions officielles (tableau 1).

Tableau 1 - Institutionnalisation et fréquence de la pratique sportive

Effectifs (en milliers)

En % des

15 ans ou plus

En % des pratiquants

Modalités de pratique

Pratique autonome*

22 382

47

66

Pratique institutionnalisée*

11 700

24

34

association ou club sportif*

9 758

20

29

licenciée*

7 084

15

21

cours, entraînement*

6 264

13

19

Compétition officielle*

3 302

7

10

Fréquence de la pratique

Au moins une fois par semaine (toutes activités confondues)

25 209

53

74

Ensemble des pratiquants

34 082

71

100

*Voir Définitions en annexe
Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 34,082 millions de personnes de 15 ans ou plus ont pratiqué au moins une APS au cours des 12 mois précédant l'enquête, soit 71 % de la population de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

5Les pratiquants font en moyenne trois APS différentes, et un tiers d’entre eux en font une dans un cadre institutionnalisé. Cela explique que lorsque l’on considère l’ensemble des pratiques, les pratiques autonomes représentent 88 % des activités physiques et sportives et les pratiques institutionnalisées seulement 12 % (voir Méthodologie en annexe). De même, si 10 % des pratiquants font de la compétition, cette modalité ne concerne que 3 % des pratiques, car les compétiteurs ne sont pas exclusivement tournés vers les clubs sportifs et ont aussi des pratiques autonomes. On fait en général de la compétition dans une seule discipline - seuls 4 % des compétiteurs font de la compétition pour deux sports différents, rarement pour plus. Leur goût prononcé pour le sport et leur profil social favorisé se traduisent alors par une palette d’activités plus large que le reste des sportifs avec en moyenne six APS différentes ; mais les pratiques avec compétition n’en représentent qu’un sixième. Pratiques autonomes et pratiques institutionnalisées ne sont donc pas à opposer, elles sont au contraire souvent complémentaires (voir chapitre 7 et Les adolescents et le sport, 2004).

6L’importance relative des pratiques autonomes par rapport aux pratiques institutionnalisées provient en partie du fait qu’on inclut dans le champ de l’étude même des activités qui n’ont été pratiquées qu’une seule fois dans l’année. De plus, certaines APS s’éloignent parfois sensiblement de la conception traditionnelle qui associe sport et compétition à l’instar de la pêche ou la pétanque par exemple. Si l’on se restreint aux pratiques hebdomadaires, le poids de la pratique autonome diminue, tout en restant élevé (74 %), car les APS pratiquées très assidûment sont plus souvent institutionnalisées. À titre d’exemple, le football qui figure parmi les disciplines les plus institutionnalisées compte pourtant deux tiers de pratiquants autonomes. Et même parmi les personnes qui y jouent au moins une fois par semaine, 45 % le font en dehors de tout cadre institutionnel.

La pratique autonome domine dans quasiment toutes les APS

7Exception faite des arts martiaux et du rugby, la pratique autonome est le mode qui domine dans toutes les APS (graphique). Ainsi, on se passe d’encadrement pour un grand nombre de pratiques qui se limitent donc à la sphère privée : on pratique seul, en famille, entre amis, entre collègues... On peut en effet assez facilement pratiquer tout seul la natation, la course à pied, le footing, même à un rythme soutenu, d’où la faible institutionnalisation de ces pratiques (6 % à 7 %). Quand l’aspect détente ou loisir prédomine, on se tourne également moins vers un club ou une association que lorsque l’on souhaite faire de la compétition : le vélo, la randonnée, la pétanque, la pêche comptent également peu de pratiquants inscrits dans une association pour ces APS. Il est en de même pour des pratiques historiquement auto-organisées, nées de sports de rue, comme le roller et le skate (voir chapitre 7), ou encore pour des APS auxquelles on s’adonne principalement pendant les vacances ou à certaines périodes, telles le ski et le canoë.

8Les pratiquants autonomes sont présents dans toutes les APS. Il n’y a ainsi pas d’APS qui seraient propres aux personnes qui ont une pratique institutionnalisée. Mais les pratiquants autonomes sont surtout nombreux dans les APS qui se pratiquent plutôt de temps en temps tout au long de l’année ou pendant les vacances et qui ne nécessitent pas la prise de licence ni d’encadrement institutionnel : la natation, la plongée ; le vélo ; la pétanque, le billard ; la randonnée pédestre ou en montagne ; la chasse ; la pêche.

9À titre d’exemple, les deux tiers des personnes qui ont fait du vélo ont une pratique sportive entièrement autonome (et pour le vélo, et pour leurs autres APS), contre 51 % des pratiquants de course à pied, footing, athlétisme. C’est-à-dire que parmi les coureurs et les athlètes, la moitié sont en club (pour une de leurs APS), mais c’est rarement pour la course ou l’athlétisme.

Graphique - Modes de pratique par APS.En %

Graphique - Modes de pratique par APS.En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.
Lecture : parmi les pratiquants d'arts martiaux, 74 % font cette discipline dans un cadre institutionnalisé (8 % avec de la compétition, 66 % sans).
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Sports d'opposition et sports collectifs : plus institutionnalisés et plus de compétition

10Les sports d’opposition et les sports collectifs sont les APS les plus institutionnalisées. 74 % des adeptes d’arts martiaux, 55 % des rugbymen, 49 % des boxeurs et pratiquants d’autres sports de combat sont inscrits dans une association ou un club, possèdent une licence ou suivent des cours ou des entraînements (tableau 2). Mais c’est aussi le cas en gymnastique et en danse à hauteur de 45 % et du golf pour 40 % des joueurs.

11L’apprentissage de la technique, jalonné d’étapes, comme le passage des ceintures en judo, un entraînement régulier indispensable pour progresser ou entretenir sa forme, expliquent que ces disciplines soient plus souvent que les autres pratiquées dans un cadre institutionnel. Pour les sports collectifs, faire partie d’une association ou d’un club offre également plus de possibilités de trouver des partenaires et de participer à des rencontres.

Tableau 2 - APS le plus souvent institutionnalisées

 % de pratiquants institutionnalisés (en club, en association, avec licence ou avec compétition)

Activités physiques et sportives

> 50 %

74 % arts martiaux
55 % rugby

40 à 50 %

49 % sports de combat
45 % danse
44 % gymnastique
40 % golf

30 à 40 %

32 % football

20 à 30 %

28 % musculation
28 % équitation
26 % tennis
22 % autres sports collectifs

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS en 2003.
Lecture : 74 % des pratiquants d'arts martiaux font partie d'une association ou d'un club, possèdent une licence sportive ou ont suivi des cours ou des entraînements en 2003.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

  • 1 Et 66 % des footballeurs licenciés.
  • 2 La Fédération française de football est au premier rang des fédérations unisport, celle de basketba (...)

12Ce sont d’ailleurs les disciplines qui comptent aussi le plus de compétiteurs : 33 % des rugbymen ont participé à une compétition en 2003, 26 % des footballeurs1 et des golfeurs, 13 % des pratiquants d’autres sports collectifs, 12 % de tennismen, 8 % des pratiquants d’arts martiaux. Ces disciplines s’appuient sur un réseau fédéral très développé : les fédérations respectives sont celles qui délivrent le plus grand nombre de licences2. Toutefois, force est de constater que les taux d’adhésion à une association ou un club sportif, de licenciés et de cours sont peu élevés pour le football, le tennis, les arts martiaux, même s’ils sont au-dessus de la moyenne.

Des pratiques choisies pour la compétition ?

13Peut-on dire alors que c’est la discipline qui détermine le degré d’institutionnalisation ? Dans une certaine mesure, c’est le cas, puisqu’on peut difficilement s’initier ou pratiquer des arts martiaux sans encadrement, ou pratiquer un sport collectif « dans les règles » en dehors de structures institutionnelles. Les personnes qui souhaitent faire de la compétition se tournent moins massivement vers l’athlétisme ou la natation. Étant donné l’organisation actuelle du sport fédéral principalement tourné vers la compétition et le recrutement tôt des champions, les jeunes ont sans doute une gamme de choix plus large que les pratiquants d’âge plus avancés au moment d’opter pour un sport de compétition. Cependant, il apparaît que même les sports où la compétition est le plus présente – les sports collectifs en particulier - et a fortiori dans les disciplines moins compétitives, la compétition ne mobilise qu’une faible part des pratiquants. De plus, ce sont le plus souvent des hommes, jeunes et issus de milieux favorisés (voir chapitre 1).

L'institutionnalisation va de pair avec une pratique régulière

14Les arts martiaux sont les disciplines dont les pratiquants sont les plus assidus : 73 % s’y adonnent régulièrement tout au long de l’année et 82 % à raison d’au moins une fois par semaine (tableaux 6 et 7). La danse et la musculation comptent environ 60 % de pratiquants réguliers et autant qui en font au moins une fois par semaine. Le football, le rugby, le basket, le volley, le handball concentrent aussi plus de joueurs réguliers et hebdomadaires qu’en moyenne, de l’ordre de 40 à 50 %. La gymnastique fait également l’objet d’une pratique fréquente puisque 78 % des pratiquants s’y adonnent au moins une fois par semaine. Ainsi, les APS institutionnalisées sont pratiquées plus régulièrement que les autres.

15Le golf échappe toutefois à cette règle : bien que 40 % des joueurs de golf détiennent une licence ou fassent partie d’un club pour cette discipline, elle n’est pas pratiquée plus fréquemment que la moyenne - sans doute en raison de l’éloignement des parcours de golf et de leur nombre restreint par rapport à d’autres équipements sportifs. La moitié des pratiquants n’en fait que pendant les vacances ou à certaines périodes, les autres n’en font pas très fréquemment non plus. Le fort taux de licenciés de cette discipline provient du fait que la licence est exigée pour l’accès à un parcours quel qu’il soit. Il est donc naturel de voir que les personnes qui ont au moins une pratique institutionnalisée sont celles qui font du sport le plus fréquemment : 97 % d’entre elles en font au moins une fois par semaine quand on prend en compte l’ensemble de leurs pratiques. C’est moins souvent le cas des pratiquants autonomes parmi lesquels les sportifs occasionnels sont plus nombreux. Mais ils ne sont pas de reste car près de 60 % ont quand même une activité physique ou sportive une fois par semaine. Ainsi, globalement, plus des deux tiers des pratiquants sportifs ont une APS à hauteur d’une fois par semaine (tableau 3).

Tableau 3 - Fréquence de la pratique sportive selon les modalités. En %

Tableau 3 - Fréquence de la pratique sportive selon les modalités. En %

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant une APS en 2003.
Lecture : 69 % des pratiquants ont une APS plus d'une fois par semaine.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 4 - Classement des APS selon la fréquence et la période de pratique

Tableau 4 - Classement des APS selon la fréquence et la période de pratique

Note : la moto et les autres sports mécaniques, l'équitation, le tennis et le golf échappent à ce classement et ne figurent donc pas dans ce tableau.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 5 - Répartition des pratiquants d'APS de vacances selon le niveau de vie. En %

Activités physiques et sportives

1er quartile

2éme quartile

3éme quartile

4ème quartile

Total

Canoë, aviron, ski nautique

11

21

27

40

100

Voile, planche à voile

12

15

18

54

100

Golf

13

20

13

54

100

Ski, surf

13

19

24

45

100

Randonnée pédestre

14

21

28

37

100

Randonnée en montagne

15

18

30

38

100

Ten. de table, badminton, squash

20

21

25

34

100

Pétanque, billard

21

24

28

26

100

Pêche

25

25

26

24

100

Ensemble des pratiquants

21

24

26

29

100

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquants l'APS.
Lecture : 11 % des pratiquants de sports nautiques appartiennent au plus bas quartile de niveau de vie (1er quartile).
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Les pratiques les moins intensives appartiennent le plus souvent au temps des vacances

16Le ski, le canoë, le hockey et le patin à glace, la voile, la planche à voile, les activités de montagne (randonnée, escalade...) ont presque toujours lieu pendant les vacances ou à certaines périodes (74 % à 90 % des cas). Elles requièrent en effet un milieu particulier pour leur pratique (mer, montagne) ou bien elles correspondent à une saison spécifique (hiver, été) ; elles nécessitent souvent des déplacements, de sorte que peu de personnes peuvent s’y adonner toute l’année à moins d’habiter près des lieux de pratique. Les deux tiers des pratiquants s’y sont adonnés moins de douze fois dans l’année, mais ça a pu être au cours d’une semaine de pratique intensive (tableau 6). Il reste que ce sont des pratiques coûteuses qui mobilisent un public beaucoup plus aisé que la moyenne des pratiquants (voir chapitre 1). Le golf dont la moitié des pratiques se font pendant les vacances se rattache à ce groupe d’APS en raison du profil de ses adeptes plutôt aisés.

17La pétanque, la pêche, le tennis de table, le badminton appartiennent aussi plutôt au temps des vacances : dans la moitié des cas c’est aussi seulement pendant les vacances ou à certaines périodes et peu de fois dans l’année que l’on s’y adonne (tableau 7). Elles concernent néanmoins un public moins favorisé, et sont même plutôt des APS populaires.

Tennis, équitation, sports mécaniques, entre loisir et pratique assidue

18La pratique du tennis n’apparaît pas aussi nettement associée à une période particulière. Environ 30 % des tennismen pratiquent régulièrement tout au long de l’année, 30 % de temps en temps et 40 % à certaines périodes ou pendant les vacances, ce qui correspond peu ou prou à la moyenne (tableau 7). De même, la répartition selon le rythme de la pratique s’en écarte peu : 32 % des pratiquants y jouent au moins une fois par semaine, 27 % une à trois fois par mois, et 41 % moins d’une fois par mois. On trouve ici trois rythmes de pratique avec d’un côté des pratiquants réguliers, de l’autre les amateurs d’un loisir auquel on goûte en de rares occasions, et entre les deux des pratiquants modérés - plutôt des jeunes très sportifs pour lesquels le tennis est un sport secondaire.

19Le cas de la randonnée pédestre est similaire. Celui de la natation semblable, à cela près que plus de la moitié des personnes qui font de la natation ou de la plongée en font pendant les vacances ou à certaines périodes. Mais on ne peut qualifier ces activités de pratiques de vacances au même titre que le ski ou les sports nautiques, car les personnes qui pratiquent la natation en dehors des vacances en font à un rythme plus soutenu, une à trois fois par mois.

20On observe le même phénomène encore plus polarisé pour l’équitation et les sports mécaniques. Leurs pratiquants ont des comportements similaires en termes de rythme et fréquence de pratique. Ce sont des activités que l’on pratique soit peu de fois dans l’année, soit très souvent et alors régulièrement. Cela provient peut-être du fait que ces disciplines sont fortement instrumentées : les personnes qui y investissent en font alors « sérieusement », pour les autres c’est une activité exceptionnelle. Dans ces catégories d’APS se mêlent donc sans doute pratiques principales et pratiques très occasionnelles.

Course à pied, sports de combat, vélo, roller : tout au long de l'année plus ou moins régulièrement

21La course à pied, le footing et l’athlétisme, le vélo, les sports de combats sont aussi des sports qui ont lieu tout au long de l’année, mais la pratique régulière est un peu moins fréquente : elle concerne 30 % à 40 % des pratiquants. La moitié des coureurs et des athlètes déclare néanmoins s’adonner à leur sport au moins une fois par semaine. Pour le vélo et les sports de combat, les pratiquants hebdomadaires sont un peu moins nombreux, mais au total 80 % à 90 % en font au moins une fois par mois. Roller et skate se pratiquent également tout au long de l’année, mais de façon moins régulière. Un tiers des pratiquants en font une à trois fois par mois, mais seulement un quart s’y dédie plus d’une fois par semaine. À noter que les compétiteurs se retrouvent souvent dans ces APS qui s’inscrivent pour eux plutôt en second plan par rapport à leur sport principal.

Tableau 6 - Fréquence de pratique des APS. En %

Activités physiques et sportives

Au moins une fois par semaine

1 à 3 fois par mois

Moins d'une fois par mois

Total

Arts martiaux

82

12

6

100

Gymnastique

78

15

7

100

Musculation

68

22

10

100

Danse

55

23

22

100

Course à pied, footing, athlétisme

51

29

20

100

Football

50

25

25

100

Sports de combat

48

39

13

100

Chasse

46

36

18

100

Vélo

43

34

23

100

Rugby

41

27

32

100

Basket-ball, volley-ball, handball

40

29

31

100

Equitation

36

16

47

100

Moto, kart, automobile

34

25

42

100

Golf

33

17

50

100

Tennis

32

27

41

100

Natation, plongée

28

42

30

100

Randonnée pédestre

27

32

41

100

Roller, skate

26

34

39

100

Tennis de table, badminton, squash

24

29

47

100

Pêche

20

29

52

100

Pétanque, billard

17

27

56

100

Voile, planche à voile

11

23

66

100

Ski, surf

10

12

78

100

Canoë, aviron, ski nautique

10

11

79

100

Randonnée en montagne

8

22

71

100

Patinage, hockey

4

9

88

100

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.
Lecture : 82 % des pratiques d'arts martiaux ont lieu au moins une fois par semaine.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Tableau 7 - Période de pratique des APS. En %

Activités physiques et sportives

Régulièrement tout au long de l’année

De temps en temps tout au long de l’année

Seulement pendant les vacances ou à périodes

Total

Arts martiaux

73

12

15

100

Danse

62

27

11

100

Musculation

57

27

16

100

Football

49

31

20

100

Course à pied, footing, athlétisme

41

35

24

100

Basket-ball, volley-ball, handball

40

29

31

100

Rugby

39

25

36

100

Equitation

39

19

42

100

Chasse

38

18

44

100

Moto, kart, automobile

36

33

31

100

Sports de combat

34

31

34

100

Randonnée pédestre

32

33

36

100

Tennis

32

31

37

100

Golf

32

18

50

100

Vélo

31

39

31

100

Roller, skate

25

39

36

100

Gymnastique

25

39

36

100

Ten. de table, badminton, squash

23

31

47

100

Pêche

20

29

52

100

Natation, plongée

19

27

54

100

Pétanque, billard

10

32

58

100

Randonnée en montagne

9

15

75

100

Voile, planche à voile

8

12

80

100

Canoë, aviron, ski nautique

8

10

82

100

Patinage, hockey

2

25

74

100

Ski, surf

1

8

90

100

Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.
Lecture : 73 % des pratiques d'arts martiaux ont lieu régulièrement tout au long de l'année.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.

Notes

1 Et 66 % des footballeurs licenciés.

2 La Fédération française de football est au premier rang des fédérations unisport, celle de basketball au 5e, celle de handball au 8e celle de rugby au 11e et celle de volley-ball au 12e rang.

Table des illustrations

Titre Graphique - Modes de pratique par APS.En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant l'APS.Lecture : parmi les pratiquants d'arts martiaux, 74 % font cette discipline dans un cadre institutionnalisé (8 % avec de la compétition, 66 % sans).Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 3 - Fréquence de la pratique sportive selon les modalités. En %
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus pratiquant une APS en 2003.Lecture : 69 % des pratiquants ont une APS plus d'une fois par semaine.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 4 - Classement des APS selon la fréquence et la période de pratique
Légende Note : la moto et les autres sports mécaniques, l'équitation, le tennis et le golf échappent à ce classement et ne figurent donc pas dans ce tableau.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », 2003.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search