Version classiqueVersion mobile

La pratique des activités physiques et sportives en France

 | 
Hervé Canneva

La pratique sportive, entre le poids des déterminismes sociaux et la force des choix individuels

Guy Truchot

Texte intégral

1La pratique sportive est un immense paradoxe. D’une part les 108 fédérations nationales agréées délivrent de l’ordre de 15 millions de licences annuelles et ce nombre continue d’augmenter : peu d’institutions en France délivrent autant de cartes d’adhésion annuelles sur une base volontaire. D’autre part, ce sport « encadré », c’est-à-dire en club, et la plupart du temps avec une licence, ne représente qu’une partie de la pratique sportive, de l’ordre d’un pratiquant sur trois. Ainsi, les activités qui regroupent en France le plus grand nombre de pratiquants - le vélo, la natation, la marche - fédèrent en fait assez peu de cyclistes, de nageurs ou de randonneurs.

2L’analyse de la pratique sportive des individus prend alors un sens particulier : faut-il analyser les modes de pratique (en club ou non, avec ou sans compétition, etc.) ou bien faut-il analyser les disciplines une à une ? Peut-être faut-il s’attacher plutôt aux publics, on est dès lors rapidement confronté au poids des déterminismes sociaux. Mais alors, que dire des choix individuels dans la pratique sportive ? Ces angles d’analyse sont tous légitimes (I). En réalité, ils sont même fortement dépendants les uns des autres (II). De fait, la prise en compte de ces interactions, de la part des déterminismes et des choix individuels délimite de larges espaces de politiques publiques (III).

I – Trois axes d'analyse

3Quand on analyse, ou plus modestement quand on décrit la pratique sportive, trois angles d’attaque, parmi d’autres, s’imposent rapidement.

  • Une approche par les disciplines. L’étude d’une discipline, le football, le ski etc., conduit à prendre en compte les contraintes qu’elle comporte et qui s’imposent à ses adeptes. On peut pratiquer le jogging, les sports de nature, la glisse urbaine dans un grand nombre d’endroits et à différents moments (chapitres 6 et 7). Mais dans les conditions idéales, il faut réunir au moins vingt-cinq personnes et disposer d’une surface adaptée pour jouer au football. La plupart des disciplines, comme les bonnes tragédies, exigent des contraintes de temps, de lieu et d’action. Elles sont conditionnées par des installations, la constitution d’équipes ou la présence de partenaires, d’arbitres, de moniteurs pour certaines, un corpus de règles et l’existence de matériel ad hoc.
  • Une approche par les modes de pratique : la fréquence, le lieu social d’exercice - en club, avec ou sans compétition, tout seul à la maison, en groupe mais hors d’une association, dans la rue ou dans l’espace public, etc. Toutes les disciplines ne se pratiquent pas nécessairement avec la même assiduité. Ce ne sont par ailleurs pas toujours les mêmes disciplines qui se déroulent pendant le temps des vacances et au cours de l’année scolaire (chapitre 2).
  • Une approche par les publics. Les enquêtes montrent de façon récurrente que trois variables sociodémographiques peuvent caractériser la pratique sportive. Sur le mode : « Dis-moi qui tu es, je te dirai si tu fais du sport, lequel et comment », le sexe, l’âge, et un indicateur d’intégration socio-économique suffisent souvent car on identifie toujours nettement des sports de jeunes, des sports de femmes, des sports d’élites (chapitres 1, 3, 4), mais des changements se dessinent sans doute (chapitres 11 et 12). Les pratiquants sportifs et les non-pratiquants sont aussi des publics qui peuvent retenir l’attention, en tant que consommateurs par exemple, ou du fait des comportements induits par la pratique sportive, notamment en matière de santé (chapitres 5, 9, 10). En outre, il est tout aussi opportun de s’interroger sur les liens entre pratique sportive et activités culturelles, puisque ce sont les mêmes facteurs qui favorisent ces deux types de pratiques, souvent perçues comme concurrentes, mais qui s’avèrent complémentaires (chapitre 8).

4Ces trois approches sont légitimes parce qu’elles permettent la mise en place de politiques. On comprend qu’un responsable de structure ait besoin d’une approche par discipline. On comprend également qu’il ait besoin d’une approche par les modes de pratique : qui fréquente les clubs et qu’en retirent ces personnes ? Cet apport peut-il être utile à celles qui n’y vont pas ? Faut-il construire tel équipement même s’il obèrera la capacité à en construire d’autres ? On comprend également qu’à d’autres moments une approche par les publics soit nécessaire. C’est même souvent l’une des clés des politiques publiques que de promouvoir la pratique sportive là où elle est la moins forte.

II – Une interaction globale

5En réalité, il n’est guère possible de se passer de l’une ou l’autre de ces approches tant elles reposent sur des phénomènes en forte interaction. L’observation des publics révèle par exemple qu’il existe des disciplines majoritairement réalisées par des femmes, telles que l’équitation et la gymnastique. Mais cette analyse montre également que la pratique féminine se fait moins souvent en club fédéral. La marche à pied ou la gymnastique à domicile en sont de bonnes illustrations. De plus, la pratique sportive féminine, quand elle a lieu en club, est moins souvent orientée vers la compétition (chapitre 3). Ainsi, beaucoup de femmes font de la gymnastique mais peu des agrès de compétition. Les femmes gymnastes vont donc plus souvent fréquenter une forme particulière de clubs : ceux de fédérations multisports, peu tournées vers la compétition, ou bien des clubs privés ou des salles de remise en forme.

6Prenons un autre exemple et retenons cette fois les disciplines comme point d’entrée : le football, le tennis, la randonnée renvoient nécessairement à des pratiques sportives différentes. Le football, collectif et populaire, est structuré autour de compétitions fréquentes et est fortement licencié. Le tennis, sport de catégories plus élevées socialement, sport d’affrontement duel et non plus collectif, nécessite également des installations et des structures particulières, bien plus que le jogging, la randonnée ou le vélo.

7Enfin, si l’on s’intéresse d’abord aux modes de pratique, les interactions sont encore une fois aisément identifiables. La compétition nécessite des organisations spécifiques : des clubs fédérés, des standards de compétition etc. Cela attire des publics particuliers à qui ces normes conviennent. L’âge et le sexe vont jouer particulièrement, la catégorie socioprofessionnelle plus subtilement – par exemple le fonctionnement d’un club peut être beaucoup moins élitiste que l’accès à celui-ci. La pratique sportive autonome n’échappe pas à cette analyse : la pratique autonome des personnes qui ne fréquentent pas de club est-elle la même que celle des personnes qui pratiquent de façon autonome une discipline particulière, mais sont en club par ailleurs ? Plus précisément la gymnastique faite à domicile par des mères de famille peut-elle se comparer avec le « fun » au risque maîtrisé, mais toujours poussé au maximum, des glisseurs ? Ces derniers sont très souvent en club mais pour d’autres disciplines que la glisse (chapitre 7).

III – Des choix individuels et des politiques publiques

8On ne doit cependant pas occulter les choix individuels qui sont également essentiels et témoignent de la bonne santé du sport. En effet, la pratique sportive ne se réduit pas aux déterminismes sociaux liés à l’âge, à la catégorie sociale et au sexe, ni du reste aux contraintes inhérentes à l’organisation d’une discipline, ni même à l’offre disponible. Un peu mécaniquement, on peut déterminer dans cet espace d’organisation sociale du sport au moins trois lieux d’exercice de la liberté de choix. Le premier est sans doute le plus vaste, mais les deux autres sont également très larges et, en face de chacun, les politiques publiques seront différentes.

9En premier lieu donc, on peut choisir sa discipline « dans sa catégorie » : si je suis un jeune de milieu modeste, je serai porté à faire du football, mais je peux pratiquer tout aussi bien un sport de combat, du volley, du cyclisme, autres sports également populaires. Si j’ai 50 ans et si je suis arrivé socialement, je pourrais faire du golf, mais pas seulement. Cette première famille de choix offre sans doute un grand nombre de possibilités. Mais elle est la moins riche en politiques publiques novatrices car elle préserve le confort d’idées et de politiques prêtes à l’emploi.

10Ensuite, il s’agit du choix « absolu » de disciplines au-delà des conformités sociales. Il y a, heureusement, des femmes qui jouent au foot en club - sait-on d’ailleurs qu’il y a presque autant de licences féminines de football que de licences féminines d’athlétisme ? - des cinquantenaires qui font du rugby, des garçons gymnastes, des jeunes qui aiment la randonnée pédestre, des régatiers qui ne sont pas ingénieurs et des boxeurs qui ne sont pas issus « des cités ». Cette liberté-là existe bien. Elle est en outre profondément vecteur de mixité sociale et démographique, une des choses dont on a fort besoin par les temps de cristallisation sociale qui courent. On mesure l’intérêt de cette voie-là pour le politique, l’acteur de terrain, ou plus simplement l’« honnête homme dans le siècle », quand on se garde bien de dévier vers l’instrumentalisation toujours possible du sport.

11Vient enfin le choix du mode de pratique. Considérons les personnes qui pratiquent une ou des activités physiques ou sportives, mais aucune dans un club. Si l’on fait la part des déterminismes sociaux qui excluent une part non négligeable de la population, on trouve ici un public sportif ayant une pratique parfois régulière, intense, organisée, qui se donne des règles et qui s’impose des échelles de niveau, mais en dehors de toute structure. Ce sont donc des personnes gagnables à la pratique structurée, au travers d’une politique délibérée.

12Se pose ainsi la question de l’adaptation de la pratique encadrée à une partie plus large de la population. Certaines organisations le font déjà : ouverture aux femmes de pratiques traditionnellement masculines, pratique en famille au heu de l’habituelle segmentation par catégories d’âge, cartes de vacances ou pour une durée inférieure à l’année proposées à côté des licences traditionnelles etc. Pour d’autres mouvements, cela est plus difficile, mais n’est ce pas le développement de la pratique sportive qui est en jeu ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© INSEP-Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search