Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Au-delà du bilan, resituer les jeux dans leur contexte social et historique

Le département du sport de haut niveau de l’INSEP : au service de la performance

Jean-Claude Vollmer

Texte intégral

1 Placé dans un contexte qui enregistre des évolutions profondes et rapides en matière de sport de haut niveau, tant à l’échelon mondial (stratégies très volontaristes et « ciblées » de pays, professionnalisation accrue...), que national (décentralisation, rapports public-privé...), l’INSEP, centre de préparation unique au monde, avec sa vision et sa conception appuyées sur le « double projet » et la présence permanente, en son sein, de cinq cent soixante sportif(ve)s de haut niveau, a été une fois encore, lors des Jeux olympiques de Pékin, le centre de préparation olympique le plus performant du monde : vingt et une médailles pour celui-ci, contre huit pour le plus grand centre de préparation d’Allemagne (l’Olympiastützpunkt de Berlin - OSP), neuf pour le centre le plus important de l’English Institute of Sport (EIS) du Royaume-Uni (à Bisham Abbey) et vingt-trois médailles revendiquées par l’AIS (Australian Institute of Sport) de Canberra - mais avec une définition du (de la) sportif(ve), par l’AIS, particulièrement élargie !

2Si l’INSEP, qui représente 2,19 % de l’ensemble des sportif(ve)s médaillé(e)s aux JO à l’échelon mondial (neuf cent cinquante-huit médailles distribuées pour les trois cent deux épreuves), veut confirmer et, mieux, renforcer son rôle de « vaisseau amiral » du sport français, contribuant ainsi au rayonnement de la France, il doit poursuivre ses efforts sur (pour) la recherche permanente de l’excellence. Il est fondamental que l’INSEP, pour garder sa compétitivité, ait les moyens de ses ambitions, car la concurrence internationale ne reste pas les « bras croisés ». Elle mobilise d’énormes moyens humains et financiers. Et la compétition sera encore accrue à l’avenir. Les actions d’aide à la performance entreprises dès 2007, au sein de l’INSEP, par le département du sport de haut niveau (DSHN), et qui ont déjà eu une influence directe sur les performances des Insépiens et Insépiennes aux Jeux olympiques et paralympiques de Pékin, sont, en ce sens, riches en enseignements.

LES ACTIONS D’AIDE À LA PERFORMANCE ET D’ACCOMPAGNEMENT SCIENTIFIQUE

3La recherche de la « performance » et la place du (de la) sportif(ve) sont très clairement affichées par la direction de l’INSEP comme l’épicentre des préoccupations. L’aide à la performance est au cœur de toutes les initiatives et actions de ses diverses composantes : la sécurité mise en place dès l’entrée de l’établissement contribue à la performance en protégeant les athlètes dans leur environnement, les techniciens des équipements sportifs créent des conditions favorables à leur entraînement... Même si ces actions ne sont pas à placer sur le même registre que celles d’un préparateur physique, d’un kinésithérapeute ou d’un médecin, qui interviennent directement sur l’amélioration du potentiel des athlètes, elles doivent être bien appréhendées comme concourant, elles aussi, à la performance. Un spécialiste des équipements sportifs, un enseignant, un médecin, un préparateur physique, un entraîneur... sont, ainsi, de plus en plus proches de l’aide directe apportée à la performance.

4Le DSHN est placé au confluent de tous les services. Il constitue un service transversal qui impulse des actions collectives au service de la performance. Conformément aux termes de la lettre de mission établie (2007) par le directeur de l’INSEP à l’intention de son responsable, le DSHN assure des missions de coordination d’actions des services de la recherche, du médical et du paramédical. Sa mission fondamentale reste de soutenir la performance sportive, en développant, optimisant et coordonnant les ressources de l’INSEP, afin de répondre aux besoins des sportif(ve)s de haut niveau, des entraîneurs et des fédérations dans la conduite de leurs projets de performance au plus haut niveau mondial.

5Interlocuteur privilégié des vingt-six pôles de l’INSEP, qui disposent chacun de ressources internes partielles, le DSHN met à leur disposition des ressources supplémentaires et facilite les liaisons opérationnelles entre les pôles et les différents services de l’établissement ; une mutualisation des compétences et des ressources indispensable pour optimiser les performances des athlètes et de leur encadrement. Le DSHN contribue à leur évaluation et assure un suivi régulier « de terrain » des actions et projets des structures. Il favorise également les échanges entre les différents acteurs de l’entraînement et coordonne les actions des autres départements, notamment ceux de la recherche et du médical, pour une meilleure cohérence et une plus grande efficacité des actions. Au sein du DSHN, prêt à répondre à des problématiques complexes, une dizaine d’experts se tient au service des pôles de l’INSEP – et dans le respect de leurs prérogatives –, au titre de la préparation sportive : récupération/réhabilitation aquatique, préparation physique/athlétique, préparation mentale, programmation-planification, préparation artistique...

6Ce travail sur le terrain, mené par le DSHN au quotidien, a notamment permis de faire émerger des besoins et de répondre à des demandes spécifiques avant les Jeux olympiques et paralympiques de Pékin.

LES JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES DE PÉKIN

7Comment les services d’aide à la performance et d’accompagnement scientifique de l’INSEP ont-ils contribué, directement ou indirectement, aux performances des athlètes français à Pékin ? Quelques exemples peuvent l’illustrer.

PRÉPARATION PHYSIQUE EN TAEKWONDO

8L’action d’aide à l’entraînement du DSHN pour le taekwondo remonte à l’été 2005, avec une périodicité de deux fois une heure et demie par semaine. Le souhait exprimé par le responsable du pôle consistait en une recherche d’accroissement de la force explosive pour l’ensemble du collectif. Cette demande s’est construite en liaison avec le laboratoire de biomécanique, sur la base de procédures d’évaluations successives confirmant les orientations des cycles de travail réalisé. Cette collaboration s’est étalée jusqu’à la mi-2007, puis a été gérée en autonomie, par le pôle, jusqu’aux sélections olympiques de Manchester, début 2008. Le DSHN a alors été de nouveau sollicité pour gérer, cette foisci, la préparation physique dans son ensemble, pour un collectif restreint qui comprenait deux sélectionnés olympiques, deux remplaçants et un groupe variable de partenaires d’entraînement (entre dix et deux, d’avril à août). Le volume d’intervention comprenait quatre séances par semaine, sur l’INSEP, et la participation à huit déplacements en stages et compétitions (Monaco, Lacaune, Bakou, Vittel, à deux reprises, Tianjin, Jeju, Pékin).

9L’organisation de l’intervention du DSHN s’est construite à partir de l’analyse des exigences, en compétition, du taekwondo, de la valeur physique des postulants olympiques et des possibilités de chaque structure d’accueil. Un préparateur physique a donc œuvré, sur l’ensemble de la PO, pour augmenter les caractéristiques de mobilité et de vivacité des combattants, leur force et endurance spécifiques, par le biais de différents renforcements, avec également des conseils sur l’acquisition de matériels utiles, et l’adaptation et la gestion de séances en fonction des structures à disposition.

10Au final, il ressort que la permanence d’intervention et de suivi des athlètes a permis de coller au plus près à la réalité des besoins, forcément individualisés, des athlètes olympiques, en tenant compte de leurs spécificités mor phologiques et des impondérables traumatologiques récurrents. La liaison forte avec le staff fédéral (DTN, entraîneur, médical) a favorisé les ajustements et les adaptations aussi souvent que nécessaire et la présence de l’intervenant DSHN comme observateur, notamment aux stages, aux séances spécifiques et aux compétitions, a permis de nourrir les contenus proposés en préparation physique.

11Lors de son bilan des JO de Pékin, le DTN adjoint de la Fédération française de taekwondo, Michaël Aloïsio, en a déduit que, « si la dimension de la préparation physique n’est certainement pas suffisante pour conquérir des titres, elle est, néanmoins, absolument nécessaire pour ne pas en perdre ».

RÉHABILITATION AQUATIQUE EN ESCRIME

12La spécificité du milieu aquatique permet à un athlète blessé de reprendre rapidement ou de continuer l’activité physique, sans risque de blessure ou d’aggravation, et contribue à un retour à l’entraînement de manière progressive. Le service de réhabilitation aquatique, coordonné par Jacqueline Delord, a travaillé en étroite relation avec le service médical et l’entraîneur national d’escrime dans les mois qui ont précédé les Jeux olympiques, afin de permettre à un athlète blessé de retrouver l’intégralité de ses moyens et de revenir rapidement dans un cycle de reprise d’entraînement classique. Le sportif en question, qualifié pour Pékin, a bénéficié de ce service en deux circonstances : la première fois, de fin janvier à fin février, pour une entorse à la cheville gauche (neuf séances) et une seconde fois, de début mai à fin juillet, pour une déchirure à la cuisse droite. Cette dernière blessure est survenue lors d’un stage, alors que le sportif était sur le point d’entamer sa préparation spécifique pour les Jeux olympiques. Le contact à distance avec l’entraîneur et le médecin a permis de dégager les objectifs pour les semaines précédant la date de reprise du travail spécifique prévue par le médecin et la date de l’échéance de sa compétition. Cette prise en charge, à distance dans un premier temps (deux séances), s’est organisée autour de la connaissance de l’athlète et de sa pratique déjà maîtrisée lors de la précédente blessure.

13Les objectifs ont été centrés dans le domaine cardiovasculaire, avec une recherche d’exigences physiologiques mixtes (aérobie-anaérobie et proche du lactique), en tenant compte de la nature de la blessure (membre inférieur), laquelle ne lui permettait de mobiliser que le haut du corps. Les séances proposées ont donc été réalisées en bassin de cinquante mètres, afin d’augmenter les exigences en termes de difficulté (physique et mentale) et de surcharge musculaire, et pour aller à l’objectif essentiel, l’intensité dans le domaine cardiovasculaire.

14Ces séances « dures » étaient associées à des séances de récupération, auxquelles ont succédé des séances qui avaient pour objectif de « veiller » à une tonicité musculaire et intramusculaire, avec des exercices de vitesse sur de très courtes durées (dix mètres) et la recherche d’une haute fréquence gestuelle à intensité élevée. Ce travail s’est poursuivi jusqu’au 1er juillet.

15Un mois et un demi plus tard, le sportif en question a pu participer aux Jeux olympiques, au cours desquels il a remporté deux médailles.

PRÉPARATION MENTALE EN JUDO

16Quelques mois avant les Jeux olympiques de Pékin, une athlète de l’équipe de France féminine de judo a fait part au DSHN de deux problématiques auxquelles elle était régulièrement confrontée : une problématique tactique et une autre de combativité. Lorsque cette athlète cherchait à être agressive pour être performante, elle perdait ses repères technico-tactiques. L’objectif d’une préparation mentale adaptée était de l’amener à développer sa combativité sans perdre sa lucidité, tout en impliquant ses entraîneurs. Au final, cette athlète est montée sur le podium à Pékin.

17Le staff de l’équipe de France a également sollicité le DSHN afin d’optimiser le coaching des athlètes. Un dispositif particulier a donc été mis en place à Pékin. Les entraîneurs des équipes masculines, postés au bord du tatami pendant les combats, étaient équipés d’une oreillette. Les membres du staff présents dans les tribunes analysaient ainsi les propos tenus par un entraîneur et s’ils s’apercevaient qu’il était pris dans une spirale émotionnelle, affective, et que ses conseils n’étaient plus aussi percutants, ils pouvaient intervenir.

PARALLÈLEMENT AU SERVICE D’AIDE À LA PERFORMANCE, LA MISSION RECHERCHE

18– qui répond à trois objectifs (la recherche, l’accompagnement scientifique de la performance et la formation) – a également participé à la préparation des sportif(ve)s pour les Jeux olympiques et paralympiques, dans le cadre de sa mission d’accompagnement scientifique.

19Deux programmes importants ont notamment été réalisés. L’un pour la Fédération française de cyclisme, l’autre pour la Fédération française de triathlon. Il s’agissait d’étudier la force et la puissance développée à chaque instant du cycle de pédalage et de permettre une analyse technique du geste. En triathlon, le travail portait sur la modélisation de la performance entre les phases de cyclisme et de course, en fonction du parcours, et a donc nécessite un travail approfondi lors de l’épreuve de Coupe du monde de Pékin qui précédait les JO. La validation de l’utilisation d’un accéléromètre dans la chaussure des triathlètes et des pentathlètes a également permis une connaissance plus précise des variations de l’effort en fonction du parcours de compétition.

20Dans un autre registre, un logiciel particulier, utilisé avant et lors des Jeux paralympiques, a été conçu pour l’équipe de natation handisport. Ce logiciel mesurait la fréquence gestuelle du nageur et permettait d’émettre des recommandations sur la fréquence idéale pour chaque nageur (relation fréquence/vitesse), à chaque moment de sa course.

21Les sports d’opposition ont aussi bénéficié d’interventions complémentaires. Une observation et une aide à l’analyse technique et tactique, ainsi que des séances de préparation mentale, ont notamment été effectuées pour le pôle taekwondo et des sessions sur l’entraînement perceptif et la prise d’information, ainsi que de préparation mentale, pour le pôle judo.

LA MISSION RECHERCHE est un département de l’INSEP qui met au service des sportifs et des entraîneurs les connaissances issues de la recherche scientifique. Dans le cadre des JO de Pékin 2008, de nombreuses interventions ont été réalisées, allant de mesures d’évaluation des qualités musculaires, énergétiques, posturales, perceptives ou psychologiques, à la mise en place de dispositifs complexes pour améliorer un geste, une stratégie de course ou de combat, un fonctionnement d’équipe ou les protocoles d’entraînement. Les chercheurs ont aussi produit des documents transversaux comme celui sur les conditions de la performance en contexte de « chaleur humide » ou contribué à la conception de gilets réfrigérants.

GESTION DE LA VIE QUOTIDIENNE À L’INSEP

22L’optimisation du temps étant au centre des préoccupations à l’approche des Jeux olympiques de Pékin, les sportives et sportifs de haut niveau en préparation olympique bénéficiaient, à l’INSEP, d’une chambre individuelle et d’une carte prioritaire pour l’ensemble des services de l’établissement (médical, restaurant...). Au même titre, si des entraîneurs de pôles décidaient de décaler leurs entraînements, le DSHN intervenait auprès des autres départements, notamment la restauration et la formation, pour que les athlètes puissent continuer à bénéficier normalement des services proposés au sein de l’établissement.

PERSPECTIVES

23Le travail, engagé avec détermination en 2007, intensifié en 2008, doit permettre de passer à un réel « changement de culture », avec l’ambition permanente de convergences utiles et de coordinations réussies, afin de « casser », ainsi, des cloisonnements, actuels, peu productifs, entre services au sein de l’INSEP. Il s’agit, avant tout, de créer les synergies nécessaires autour du (de la) sportif(ve) et de sa préparation, pour construire les conditions de sa réussite.

24Le DSHN exploitera, beaucoup mieux qu’actuellement, les constats, analyses et enseignements établis par la Préparation olympique et paralympique (POP), au titre du travail essentiel qu’elle assure en matière de veille. C’est dans ce cadre que les séminaires trimestriels (direction de l’INSEP/POP) seront prolongées et enrichies par des temps de travail réguliers, le plus souvent sur des thématiques « ciblées ». La mise en place et l’animation de « cercles et réseaux de qualité » – transversaux – seront au cœur des actions du département. La constitution d’équipes identifiées sur des thèmes « autour du et pour le (la) sportif(ve) », prenant appui sur des infrastructures et moyens matériels adaptés, constitue l’une des clés prioritaires du succès pour les olympiades futures. Ces regroupements s’opéreront utilement autour d’axes prioritaires, réduits en nombre et bien « ciblés » : la programmation de l’entraînement, la planification des séances, les contenus d’entraînement ; l’accompagnement et le coaching, l’approche terminale, la relation athlète-entraîneur ; l’alimentation du (de la) sportif(ve), la nutrition, la gestion du poids, l’hydratation, les compléments alimentaires ; le suivi de l’entraînement, le suivi physiologique d’évaluation.

25La livraison, fin 2008, du bâtiment dédié au département du sport de haut niveau (bâtiment J) permettra d’initier les actions du « club des entraîneurs ». Un programme significatif de « points-rencontres », débats, animations, conférences, séminaires, « clinics » y seront organisés à l’intention, notamment, des entraîneur(e)s, autour de thèmes liés à la performance du (de la) sportif(ve) de haut niveau. Ces échanges faciliteront la constitution des équipes multidisciplinaires autour de la performance.

26Le DSHN, en déclinaison des missions de l’INSEP (article D. 211-1 du Code du sport, qui lui confère une mission nationale) jouera le rôle de « tête de réseau du sport de haut niveau » dans des domaines tels que l’entraînement et l’environnement de l’athlète. La réflexion, initiée en 2008, a permis d’identifier chantiers et démarches prioritaires. L’année 2009 sera celle de la déclinaison opérationnelle (réunions des intervenants dans les domaines de la performance). Il s’agira de fédérer des actions et initiatives performantes, y compris nées et développées en dehors de l’INSEP, puis d’assurer une diffusion appropriée de « bonnes pratiques ».

27Réussir Londres 2012, c’est dès aujourd’hui vouloir, savoir et pouvoir construire, avec les fédérations sportives et les directions techniques nationales, des projets mobilisateurs et donner un sens et un contenu réels au partenariat pour les prochaines olympiades.

28Les objectifs de l’INSEP, pour les Jeux olympiques de Londres, se doivent d’être ambitieux et clairement affirmés. Et sa contribution aux résultats de la France, dans les disciplines y ayant un pôle, devrait y être supérieure à 55 %-58 %. Pour y parvenir, l’INSEP devra qualifier une centaine de sportif(ve)s et identifier quarante médaillé(e)s potentiel(le)s... Et « ses » sportif(ve)s remporter... vingt-cinq médailles.

29Les championnats du monde et d’Europe permettront dès 2009 une première évaluation de ces objectifs très ambitieux.

Auteur

Responsable du département du sport de haut niveau à l’INSEP

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.