Version classiqueVersion mobile

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Au-delà du bilan, resituer les jeux dans leur contexte social et historique

Les Jeux olympiques de Pékin et l’esprit de l’olympisme

Georges Vigarello et Patrick Mignon

Texte intégral

UNE DES PREMIÈRES CHOSES À FAIRE SERAIT DE RESITUER LES JEUX DE PÉKIN DANS L’HISTOIRE GÉNÉRALE DES JEUX OLYMPIQUES...

1Georges Vigarello : Les Jeux de Pékin occupent une place particulière dans l’histoire générale des Jeux olympiques pour plusieurs raisons. Première raison : ils caractérisent le moment où une grande nation politique émerge comme grande nation olympique. Cela s’était déjà passé avec l’arrivée des pays de l’Est, en 1948, où l’on voit la victoire de Zatopek, représentant de la Tchécoslovaquie, ou avec les grands résultats de l’URSS, en 1952, à Helsinki, lorsque celle-ci rentre dans le concert des grandes nations olympiques. À partir de 1948, et surtout de 1952, on rentre dans la concurrence entre l’Est et l’Ouest. Ce qui s’est produit en 2008, si l’on prend simplement en compte le problème des relations entre nations, a un arrière-plan politique, qui est la relation entre la Chine et les États-Unis. N’oublions jamais que, si les Américains ont gagné cent dix médailles et la Chine, cent, c’est cette dernière qui a le plus grand nombre de médailles d’or. Dans les décomptes, c’est donc elle qui devient la première nation olympique, ce qui a évidemment des effets dans la vision que l’on se fait des nations et dans la façon dont les concurrences s’installent, avec l’arrière-plan politique que l’on connaît.

2Deuxième raison : la question de la retransmission télévisée. La première retransmission télévisée, qui a eu lieu en I960, à Rome, n’avait pas été l’objet de financements considérables. Or les financements des retransmissions ont fortement augmenté depuis plusieurs olympiades et une des conséquences, en 2008, est le fait que ces retransmissions ont imposé des déplacements d’horaires des épreuves. Ce n’était pas la première fois que ça se faisait, mais jamais de façon aussi massive, en particulier concernant les horaires des épreuves de natation, qui ont eu lieu le matin. On sait que les nageurs, en général, résistent à trouver leur meilleure forme le matin. Or elles ont eu lieu le matin. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Amérique attendait les exploits de Phelps, exploits qui ne représentaient véritablement un gain financier pour les télévisions américaines que si le nageur américain apparaissait le soir au journal télévisé. Le problème de la retransmission me paraît donc d’une lourdeur considérable, même si ce qui s’est produit en 2008 n’est que l’accélération de ce qui se produisait déjà dans les décennies précédentes.

3La troisième raison est que, plus que dans d’autres Jeux, s’est posée la question de l’esprit olympique. Cette question s’est toujours posée au moment des Jeux, avec des contestations, des boycotts. N’oublions pas, par exemple, le boycott des pays africains en 1974. Ils ont refusé de participer aux Jeux d’alors parce qu’ils protestaient contre la présence d’équipes qui avaient rencontré les Africains du Sud, alors que ceux-ci étaient considérés, par eux, comme devant être exclus de la communauté sportive. En 1980, il y a eu le boycott, par l’Amérique, des JO de Moscou et, en 1984, celui, par la Russie, des Jeux de Los Angeles. En 2008, ce n’est pas tellement la question du boycott qui était en jeu, même s’il y a eu des menaces. Car celui-ci s’avère inefficace, se retournant généralement contre ceux qui ne viennent pas, tellement, finalement, la participation aux Jeux s’est avérée incontournable, parce que porteuse de passion, porteuse d’investissement national, porteuse de gain financier pour tout un ensemble d’instances, dont l’instance télévisuelle, précisément.

4Pourtant, même si le boycott semblait impossible, la question de l’esprit olympique ne s’est peut-être jamais posée en 2008 comme elle l’avait été dans les décennies précédentes. Pourquoi ? Parce que s’est posée, de façon forte, la question de la légitimité olympique de la nation qui recevait les Jeux, en raison, notamment, des évènements du Tibet quelques mois auparavant. Mais ce n’est pas seulement cela qui a joué dans la question de l’esprit olympique. Il y a une première raison : elle porte sur la façon dont la Chine a eu tendance à imposer sa propre norme, en menaçant, par exemple, de décaler les reportages de quelques instants pour interdire ou, du moins minorer, le fait que des manifestations puissent avoir lieu.

5La deuxième raison, c’est la façon extrêmement ferme de dicter des comportements aux athlètes, en interdisant tout signe de protestation, ce qui était une sorte de surenchère sur l’esprit olympique, ou d’intervenir sur la cérémonie d’ouverture et de menacer de répercussions les nations qui n’y auraient pas été représentées. La Chine a manipulé, dans une certaine mesure, le Comité olympique.

6Il y a enfin une troisième raison : c’est la façon dont la flamme olympique, pour la première fois, a voyagé de continent en continent. Chacun a pu voir que la Chine avait eu tendance à gérer cette flamme comme si c’était sa propriété, y compris sur le sol étranger, sans prendre en compte la manière dont ce sol étranger avait quand même toute légitimité pour gérer son propre espace. Des sportifs ont été très surpris de ce comportement ; je pense à David Douillet et à quelques autres.

7La question de l’esprit olympique s’est ainsi posée de manière frontale. Face à quoi, le Comité olympique a faiblement réagi et s’est avéré porteur d’une certaine impuissance, conduisant les représentants de l’olympisme et les athlètes à des attitudes totalement minimales. Et la question reste posée : est-ce que c’était logique et normal que le recours à un certain nombre de sites Internet soit interdit ? Est-ce que c’était logique que la communication Internet, dans certains cas, le soit aussi ? Tout ceci pose quand même des problèmes extrêmement importants sur l’esprit olympique et démontre une certaine fragilité de la part de cet esprit.

ALORS, « FRAGILITÉ DE L’ESPRIT OLYMPIQUE », EST-CE QU’ON PEUT ALLER PLUS LOIN EN PARLANT, PEUT-ÊTRE AUSSI, DE « FRAGILITÉ DE L’INSTITUTION OLYMPIQUE » ?

8Georges Vigarello : Je crois effectivement qu’il faut se pencher sur le problème de l’institution olympique. Ces Jeux nous apprennent beaucoup de choses. On s’était rendu compte, depuis longtemps, de la caractéristique un peu spéciale de l’institution olympique. Pourquoi est-ce une caractéristique spéciale ? Parce que c’est une institution qui se donne comme totalement internationale, qui se donne, également, comme représentative d’une forme de mondialisme émanant de l’ensemble des nations, et c’est vrai que se trouvent en son sein la plupart des représentants des nations du monde d’aujourd’hui. Mais en même temps, quand on regarde la façon dont ses représentants sont désignés, on se rend compte que ce ne sont pas des représentants qui émanent de la volonté d’un pays. Ce sont des représentants qui sont cooptés par l’institution olympique, elle-même. Leur représentativité par rapport à leur propre pays reste donc limitée. Il me semble que, dans le monde d’aujourd’hui, avec les fonctionnements internationaux que l’on connaît, type ONU ou UNESCO, les représentants de chaque nation sont des représentants qui sont mandatés par leur propre pays. Du coup, ils ont une vraie légitimité. Or, dans la situation du Comité international olympique telle qu’on la connaît aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Et ceci peut effectivement poser problème parce que, dans une certaine mesure, il y a, de leur part, quelque chose qui est de l’ordre d’un certain manque de responsabilité.

9Le fait de considérer que leur légitimité repose sur l’esprit olympique, c’est très bien, mais on ne peut pas uniquement la faire reposer là-dessus. Dans une situation internationale, il faut aussi fonder sa légitimité sur le fait d’avoir un certain nombre de mandats. On parle forcément au nom de quelqu’un. On ne peut pas parler simplement au nom d’un esprit. Et actuellement, on est dans cette situation-là : on parle au nom d’un esprit olympique qui, bien sûr, est généreux, qui, bien sûr, est intéressant, qui, dans une certaine mesure, est utile internationalement, mais je pense qu’on ne peut parler au nom de cet esprit que si, par ailleurs, on a aussi une légitimité qui vient d’un mandat.

10Il y a quelque chose qui ne peut pas s’articuler avec une volonté nationale. Parce que c’est quand même un paradoxe : d’un côté, les nations sont directement en jeu et discutent de leur présence ou de leur non-présence aux grandes cérémonies qui sont liées à la manifestation olympique – et ils en discutent d’ailleurs comme s’ils avaient des comptes à rendre à leurs propres mandants –, et de l’autre, l’institution olympique fonctionne sans être véritablement mandatée par des nations. Très fondamentalement, un des problèmes de l’olympisme me paraît donc aujourd’hui être celui-là.

11Un autre aspect est aussi le fait que le Comité olympique soit traversé par des systèmes de gains et de profits. Il ne s’agit pas de dénoncer le fait qu’il y ait des gains et des profits. Mais il est bien clair que ces profits ne vont pas forcément et toujours dans le sens qui représente l’intérêt de ce que je pourrais appeler les puissances publiques, qui sont parties prenantes de cette affaire. Et là, il me semble que les puissances publiques ont à intervenir davantage, auraient plus de surveillance à exercer.

12C’est là qu’il faut faire de l’histoire, parce qu’on voit très bien que la construction de l’institution olympique ne pouvait pas se faire avec, d’emblée, des mandats issus de chaque pays. Pourquoi ? Parce que les pays n’étaient pas tous conscients de l’intérêt que pouvait représenter le mouvement olympique. Il a fallu effectivement des décisions prises de manière quasi individuelle. Il a fallu presque des sortes de « diktats », venus des personnes et des individus. Je pense, par exemple, au rôle de Coubertin. De ce point de vue-là, c’était, dans une grande mesure, logique que l’institution se construise autour d’initiatives individuelles ou collectives. Mais plus les Jeux deviennent des manifestations qui touchent au cœur de la vibration mondiale, plus ils touchent au cœur d’une collectivité qui est une collectivité internationale, plus la représentativité internationale doit être présente. Donc, s’il y a, à mon sens, une sorte « d’insuffisance » dans les institutions olympiques aujourd’hui, elle passe par ces deux problèmes : la représentativité et la gestion financière. Bien sûr, il est très difficile de revoir cela, parce que l’institution, elle, existe telle qu’elle a été fondée. Elle a ses règlements, elle a ses statuts. Mais il me semble que l’ONU devrait prendre en charge ce genre de chose.

EST-CE QUE, MALGRÉ TOUT, CES JEUX DE PÉKIN NE SONT PAS EXEMPLAIRES D’UN RETOUR, COMME ÇA A ÉTÉ DIT, AUX VALEURS OLYMPIQUES, AU SENS JUSTEMENT DE LA NATURE ET DE LA VALEUR DES PERFORMANCES SPORSPORTIVES ?

13Georges Vigarello : On peut relever plusieurs choses. La première est que la succession des olympiades semble mettre en place, chaque fois davantage, une recherche de rituels quasiment mondiaux, ce qui assoit toujours plus la légitimité de ce genre de grandes manifestations. On le voit dans la façon dont le Mondial de football, dans ses cérémonies d’ouverture, tente de créer une sorte de quasi-religion – avec beaucoup de guillemets au mot religion, évidemment – du ballon en s’adressant à l’ensemble du monde. On le voyait déjà très bien à Sydney, on le voyait très bien à Athènes, on le voyait tout autant à Pékin. Les Jeux tentent de mettre en place quelque chose qui suscite du rituel, susceptible d’être compris de tous. C’est pour ça que, dans une certaine mesure, ils attirent et ils plaisent, avec le fameux slogan des JO : « un monde, un rêve ». Même si le rêve peut dire n’importe quoi, le fait de dire « un monde, un rêve » tente précisément d’essayer de mettre en place quelque chose qui touche finalement l’ensemble d’un public. On le voit encore dans le détail, avec ces images surprenantes de la cérémonie d’ouverture, cet homme qui court sur une paroi quasi verticale, qui va ensuite allumer la flamme. Il y a cette recherche d’un exploit olympique dans ces cérémonies, et ces JO le confirment.

14La deuxième chose à dire est que ces Jeux, comme toutes les manifestations précédentes, portent bien sûr leurs drames, leurs histoires, leurs anecdotes, leurs réussites inattendues, leurs échecs, l’exploit qu’on n’attendait pas et qui est là, l’échec qu’on n’attendait pas et qui est là aussi, et permettent de raconter des histoires, et de plus en plus. Ce n’est pas une découverte de 2008. Mais, plus qu’avant, ces histoires sont intégrées dans de la durée : il y a de l’avant et de l’après. Je pense, par exemple, à Laure Manaudou. Son échec a vraiment été autopsié comme quelque chose qui se déroule dans le temps, avec un moment de démarrage et puis, ensuite, d’autres épisodes, des anecdotes, des faits inattendus... comme si on essayait d’inscrire l’échec dans une longue suite narrative ayant sa propre logique. Évidemment, ce genre de chose ne peut pas ne pas plaire, parce que ça crée quasiment de l’histoire en feuilletons. On est face à quelque chose dont les épisodes sont traversés par ce qui apparaît finalement comme étant une logique, y compris dans la victoire. Et avec une fascination qui n’en finit pas, si on parle de la victoire, sur le chiffre. L’exploit ne suffit plus. On ne se contente plus de gagner, comme ça a été assez traditionnellement le cas et comme c’était le cas en Grèce. Non, il faut battre le record. On attend le record. Mais le problème, c’est que ce dernier se complique de plus en plus. Il ne suffit pas de gagner une fois, il faut gagner plusieurs fois. Donc on attend d’Estanguet qu’il gagne une troisième fois, de la même manière qu’on attendait, d’ailleurs, quelque chose de Don Schollander ou de Mark Spitz, ou d’Al Oerter. Donc, on attend. Mais cette succession de victoires devient de plus en plus exigeante, avec des défis : Phelps doit battre absolument le record de sept victoires, il faut qu’il aille à huit. Le fait marquant est qu’on entre dans une sorte de système où l’exploit se trouve de plus en plus des annexes, qui n’en finissent pas de prospérer pour que cet exploit occupe de plus en plus d’espace, de plus en plus d’étendue, bref pour que de la légende puisse se construire. Les JO ne font que confirmer une dynamique qui existe et qu’on connaît, que les journalistes se plaisent, bien entendu, à accentuer. Si on en reste là, on peut dire que l’esprit olympique est plus ou moins respecté.

15La troisième remarque porte sur la télévision. Avec les images des spectacles qu’elle met en scène, elle favorise le fait que les individus jouent de plus en plus leur rôle et trouvent, pour se singulariser, des gestes qui fassent effet sur le public. Il y a un épisode dont on n’a pas beaucoup parlé, c’est celui de la victoire de Usain Bolt, lorsque celui-ci fait un geste assez inconvenant vers ses suivants, un geste qui n’est pas fair-play, un geste de hauteur, pour ne pas dire de mépris, en tout cas qui peut être interprété comme du mépris. Jacques Rogge, le représentant de l’esprit olympique, est intervenu en disant que ce geste était discutable, inconvenant, etc. On a alors vu qu’une polémique s’en est suivie avec le président de la Fédération internationale d’athlétisme, qui a dit que le président du Comité olympique n’avait pas à intervenir et qui a défendu alors son propre sport. Le problème est le suivant : la télévision, comme phénomène spectaculaire, risque, en favorisant le spectacle et la mise en exergue de l’individu, d’aller contre un esprit qui est un esprit collectif de solidarité. N’oublions jamais que ce que de Coubertin attendait, c’était précisément la discrétion absolue du vainqueur. Et la spectacularisation va dans un sens complètement opposé, qui est, au contraire, celui de la luxuriance de l’effet que le vainqueur veut avoir sur les autres.

16Le quatrième problème, c’est, bien sûr, celui du dopage. Non pas parce que les JO de Pékin se seraient caractérisés par un nombre considérable de cas de dopage. Mais ces Jeux mettent en évidence, et peut-être plus que les précédents, le fait que des victoires incontestables sur le terrain, incontestables par le chiffre, laissent un doute. Et ce doute, il me semble qu’il pèse plus qu’auparavant. Et je constate ce doute. On pense notamment aux victoires de la Jamaïque, qui accumule les victoires individuelles, accumule les victoires en relais. Il y a aussi les victoires des Anglais en cyclisme. C’est très difficile de tenir ce type de propos, mais je ne m’interdis pas de le faire. Je pense que là, il y a un problème, il y a des questions qui pèsent évidemment, qui pèsent inévitablement sur l’esprit olympique, la légitimité des victoires, la clarté dans laquelle ces victoires sont acquises.

À PROPOS DES BRITANNIQUES, NE PEUTON PAS ÉVOQUER LE RÔLE DE LA TECHTECHNOLOGIE ?

17Georges Vigarello : C’est exact, d’autant qu’il y a eu des victoires anglaises, dont le record du monde de l’heure, acquises grâce à des technologies extrêmement sophistiquées. Nous sommes, de toute façon, dans une dynamique qui ne marque pas une originalité tranchée des Jeux de 2008, qui est la dynamique de l’instrumentalisation et de la technicisation extrêmes. Plusieurs versants peuvent être évoqués. Il y a évidemment le versant qui est indépendant de l’outil utilisé sur le terrain et qui est celui de l’entraînement. Il est tout à fait évident que les systèmes informatiques ont fait exploser les possibilités, en rationalisant les procédures d’entraînement, en multipliant les possibilités de statistiques, en intégrant des données issues des références les plus multiples. Ce n’est pas une invention de 2008, mais les Jeux ont montré que le micro-ordinateur est devenu un outil absolument incontournable et banal, et la préparation un lieu de statistiques infinies.

18Une deuxième remarque est que l’on a vu arriver, en particulier avec les JO de 2008, l’utilisation de matériaux dont la texture inédite semble avoir eu des effets sur la performance. C’est le cas des combinaisons de natation. Il est intéressant de noter le fait que la combinaison a remplacé des maillots qui, jusque-là, étaient d’une minceur et d’une modestie, en termes de tissus, extrêmes. Le grand problème est alors de savoir comment trouver l’équilibre entre ce qui risque de transformer la performance, au point de la rendre inauthentique, et ce qui aide à la performance, tout en laissant la part de talent à l’état brut. On a des exemples, dans l’histoire, de la manière dont ce problème a été géré. Le plus frappant me semble être celui du dérailleur qu’Henri Desgrange a interdit pendant plusieurs décennies sur le Tour de France, parce qu’il disait que le changement de vitesse allait contre l’exercice de la force. Ensuite, ça a été accepté parce que, finalement, la notion même de force est devenue beaucoup plus complexe. Un autre exemple est celui des haies. On peut très bien imaginer la création de haies dont la légèreté soit telle que, finalement, la chute de la haie ne gêne pas considérablement le coureur. Mais on peut trouver aussi des haies dont la lourdeur est telle que le choc sur la haie arrête le coureur. Là encore, il a fallu trouver des équilibres pour que, au fond, la qualité du sauteur l’emporte. On pourrait aussi constater l’investissement considérable sur la voile, par exemple, l’investissement sur la prévision météorologique des vents, des courants ou des clapotis divers, sur l’information dont le pratiquant peut bénéficier, durant même son épreuve. C’est un point qui relève encore de la ressource informatique et qui peut être considérable, comme on le voit bien dans la Coupe de l’America, où le travail sur le temps et la météo est absolument inouï. Et puis il y a aussi l’amélioration des bateaux, leur maniabilité, l’allégement, les matériaux, etc. La voile, la planche à voile, sont des secteurs où la technologie est sans doute la plus révélatrice de cette évolution.

19On peut faire une troisième remarque concernant le problème technologique. Tous les sports sont aujourd’hui techniques et on ne peut plus envisager un sport sans techniques. À la limite, même, ce qui caractérise le sport, c’est précisément qu’il appartient à un milieu artificiel, et ce qui fascine le plus, c’est le fait qu’il appartient justement à un milieu artificiel. Il n’y a donc pas de sens à dire que le sport est la nature confrontée à la nature. C’est au contraire l’individu artificiel confronté à un milieu artificiel. Ce n’est pas du tout illégitime. En revanche, ce qui paraît particulier aujourd’hui, c’est qu’il y a des sports qui se caractérisent, de plus en plus intrinsèquement, par l’investissement technologique massif et des sports où l’investissement technologique joue un rôle important, mais plus marginal. On voit ainsi émerger, aux Jeux olympiques, des catégories différentes : à côté des sports traditionnels, les grands sports classiques que sont l’athlétisme, la natation, le cyclisme, etc., se développent des sports où la technologie est centrale, comme le BMX, avec ses vélos très curieux et très sophistiqués. Et je trouve qu’il faudrait s’interroger sur les nations qui réussissent dans ces sports où la technologie est extrêmement subtile, fine et élaborée, et les nations qui réussissent dans d’autres catégories de sport. Il ne faut pas oublier cela, parce que la réussite dans des pratiques où la technologie est extrêmement sophistiquée est une réussite qui a beaucoup de sens par rapport à la nation en question.

20On peut alors faire une géographie de la répartition des médailles. Il y a des pays qui sont partout. Les États-Unis, par exemple, ont des investissements très larges, et on le voit au nombre de participants lors de la manifestation. Mais on voit très bien que les pays occidentaux, l’Europe, conservent des investissements aussi très larges, tout en s’engageant de plus en plus sur les pratiques qui sont très technologiques. Par contre, les pays africains investissent plus sur la course. Il y a donc un partage entre des investissements qui semblent plus technologiques d’un côté et moins de l’autre. Peut-être qu’un des progrès, précisément, des sports, au niveau mondial, serait que des pays qui investissent peu sur les technologies puissent se mettre à investir dessus.

L’APPEL À LA TECHNOLOGIE VA DANS LE SENS DE L’AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE, LE RECORD ET LE SPECTACLE. PEUT-ON PENSER À UNE DÉCROISSANCE DANS LA COURSE AU RECORD ET À UNE REVALORISATION DE LA SIMPLE VICTOIRE ?

21Georges Vigarello : Ilyaun problème qui porte sur l’accroissement constant du record, avec cette idée que, après tout, un jour, cela va se terminer. Il est évident que les possibilités humaines ne sont pas infinies et que nous ne sommes pas prêts de voir un coureur franchir le 100 m en deux ou trois secondes. Mais en revanche, il me semble qu’il y a une extraordinaire fascination pour l’accroissement des records, parce que le sport est un des lieux où reste vivace l’idée que l’on peut toujours progresser. Cette idée est, dans une certaine mesure, paradoxale parce qu’on est dans un monde qui se pose de plus en plus la question du développement durable, qui se pose de plus en plus la question des énergies renouvelables et qui, donc, tente de résister à l’égard de ces progrès infinis qui brûlent en même temps les ressources et les énergies non renouvelables. D’un côté, il y a donc cette hypothèse d’un sport possible sans record, si l’on peut dire, et de l’autre, il y a toujours cette fascination pour l’imaginaire de record, le sport étant un des lieux particuliers où cette fascination pour le record demeure.

22Une fois qu’on a dit que les potentialités humaines ne peuvent pas être indéfinies, je trouve tout de même que l’imaginaire du record a une force telle qu’il y aura mille façons de trouver des solutions. La plus simple, par exemple, consiste à diviser les temps, comme cela s’est déjà fait, en fractions de plus en plus infimes. N’oublions jamais, par exemple, que Jesse Owens a battu le record du monde du 100 m en dix secondes deux dixièmes et, qu’aujourd’hui, on compte les secondes en centièmes. Et n’oublions jamais que, dans certains sports, on commence déjà à compter les secondes en millièmes. On peut très bien entrer dans un système où, au-delà du centième, on se met à calculer en millièmes et, à ce moment-là, on repousse encore davantage la possibilité d’atteindre la limite. Il ne faut jamais oublier cela parce qu’il y a, à la fois, cette idée, qu’au fond, la limite est incontournable et, en même temps, celle, extrêmement forte, qu’il faut franchir la limite. L’obsession du mur, cette idée quasi spatiale – « il a franchi un mur, il a franchi un plafond, il a franchi l’écran, etc. » – est extrêmement forte dans l’imaginaire occidental. La tentative de trouver des médiations pour continuer quand même à progresser se trouve là. Il y a une deuxième possibilité que nous évoquions tout à l’heure, qui prend un autre sens, maintenant, dans la question que je me posais. C’est de trouver des suppléments ailleurs que dans le simple calcul chiffré du temps réalisé ou dans celui de la performance. Le plus, c’est gagner deux fois, gagner trois fois, gagner sur tous les lieux, gagner le grand chelem, gagner x titres olympiques, etc. Et là encore, l’imagination est infinie sur ce genre de chose. Donc, l’idée que la performance est en permanence améliorable est une idée qui, malgré les résistances de l’organisme humain, est loin de pouvoir s’arrêter. À quoi s’ajoute le fait que nous pouvons compter sur des progrès médicaux, qui peuvent être très importants, qui peuvent s’avérer être des progrès, et ceci sans passer nécessairement par le dopage.

23Parce que, qu’est-ce que le dopage ? La seule définition acceptable n’est pas tellement celle de l’artifice, parce que l’artifice est partout. Répétons-le : la piste d’athlétisme, c’est déjà de l’artifice ; la distance calculée en mètres, c’est également de l’artifice ; le vent, la force du vent, acceptée ou non, c’est toujours de l’artifice. Le dopage n’est donc pas l’installation de l’artificialisation du corps. Le dopage, c’est l’installation d’une artificialisation qui peut s’avérer tout simplement dangereuse, qui met en jeu l’intégrité physique du sujet qui s’y livre. Imaginons qu’une découverte puisse avoir lieu sur la possibilité d’améliorer considérablement le résultat sans porter atteinte à la durée de vie, à la bonne santé des individus, à la manière dont ils s’éprouvent, etc. On est susceptible de rentrer dans ce genre d’univers. La performance peut donc se redéployer sur un mode dont on ne connaît pas encore véritablement les voies.

IL Y A LES JEUX OLYMPIQUES ET PUIS, APRÈS, IL Y A LES JEUX PARALYMPIQUES...

24Georges Vigarello : Les jeux paralympiques posent plusieurs questions, qui sont très importantes et très intéressantes. Première question : le fait de mettre en cause l’idée du normal et de ne pas basculer, comme on l’a fait pendant très longtemps, dans l’anormalité, de ne pas faire basculer dans l’anormalité des personnes qui sont porteuses de difficultés diverses, mais qui ne les empêchent en rien d’appartenir à l’humanité. De ce point de vue-là, l’idée des Jeux paralympiques est une idée quand même extrêmement importante, dans la mesure où elle nous amène à réfléchir de façon plus approfondie et, à mon sens, plus intelligente, à ce que c’est que l’humain.

25Il y a une deuxième question. On voit bien que le travail qui est fait sur le handicap est également un travail d’artificialisation et qui pose, cette fois, la question de : qu’est-ce que c’est que « artificialiser » et en quoi, dans certains cas, « artificialiser » revient à donner, à des individus, des potentialités très spéciales qui peuvent être discutées. Pourquoi ? Parce qu’elles mettent en jeu ce que l’on pourrait appeler, et qui est très difficile à définir, extraordinairement difficile, l’égalité entre les individus. Le sport est fondé sur cette idée-là, et l’esprit olympique aussi : suppression de l’idée de races, suppression de l’idée selon laquelle il y a des grands et des petits qui sont ostracisés et, au contraire, promotion de l’idée selon laquelle chaque individu, au sens le plus profond du terme, est exactement l’équivalent d’un autre et a parfaitement le droit de participer à l’épreuve comme un autre. Mais, exactement comme dans le cas du dopage, si, à cet individu, on donne des avantages grâce à l’instrumentalisation, des avantages par une aide médicale, qui portent sur l’installation dans le corps d’avantages inacceptables, on revient sur l’esprit olympique et sur l’esprit d’égalité, c’est-à-dire faire courir quelqu’un avec ses propres membres et l’autre, avec un moteur de voiture.

26Là, c’est une question sur ce qu’est l’esprit olympique, sur ce qu’est le principe d’égalité. Prenons quelques exemples simples, où l’on voit comment l’institution sportive est en permanence contrainte à réfléchir et à statuer. D’abord, la perche. À partir du moment où des fabricants de fibre de verre ont proposé des instruments nouveaux, la perche a posé un problème nouveau, à savoir : pouvait-on autoriser les individus perchistes à disposer d’un ressort ? Ça a été l’objet de débats extrêmement sérieux dans l’institution sportive et il a fallu que les tenants de la perche souple l’emportent sur les autres et, lorsqu’ils l’ont emporté sur les autres, il a fallu faire en sorte que cette fameuse perche ne soit pas un ressort absolu. Il a fallu, par exemple, indiquer à quel type de pression devait correspondre tel type de flèche sur la perche. On peut aussi prendre l’invention de la semelle de Stepanov, à la fin des années cinquante, qui a favorisé le saut parce qu’elle créait un véritable tremplin utilisé par le sauteur, et qui a été interdite. Ou l’interdiction, encore, de tourner pour lancer un javelot, comme Erausquin a tenté de le faire dans les années cinquante, interdiction officielle juste avant les JO de 1956 de Melbourne – si-non Erausquin arrivait avec son tourné de javelot et le lançait au-delà de 100 m. On voit donc bien comment, en permanence, se déroule une réflexion à la fois latente et explicite, dans l’instance sportive, pour que l’égalité des participants soit maintenue.

27On voit donc à quel point toutes ces questions posées à l’occasion des Jeux olympiques sont compliquées. C’est compliqué parce que, par exemple, cela pose frontalement une question à la médecine puisque, d’un côté, le dopage se définit à partir du moment où l’absorption de certains produits s’avère dangereuse pour l’intégrité de l’organisme, mais, de l’autre, que dire de certains produits qui ne sont pas dangereux et qui risquent de redistribuer totalement les potentialités ? Je n’ai pas de réponse là-dessus. Mais je pense que la seule réponse à donner face aux cas, lorsqu’ils se présenteront, ce sera d’avoir, bien entendu, une réflexion approfondie de la part de l’institution sportive. Je crois aussi très profondément que cette réflexion ne peut pas ne pas être aidée par la constitution d’un comité d’éthique, qui manque actuellement dans le monde sportif. Tout comme le sport gagnerait à accentuer les rituels mondiaux. Je trouve que c’est positif, je trouve que ça donne le sentiment d’une sorte de participation à un grand esprit, qui serait un esprit collectif, et, de ce point de vue, on n’a pas à condamner le projet olympique en tant que tel. En revanche, l’institution olympique pourrait gagner à accroître sa dimension de démocratisation. Tout le monde a à gagner aux procédures de clarification des entraînements, des recours au dopage. Bref, c’est un monde qui gagnerait à avoir plus de clarté.

Bibliographie

Pour en savoir plus

Vigarello Georges – Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris : Revue EPS/Robert Laffont, 1988.

Vigarello Georges – Passion sport. Histoire d’une culture, Textuel, 2000.

Vigarello Georges – Du jeu ancien au show sportif. La Naissance d’un mythe, Paris : Éditions du Seuil, 2002.

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search