Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Au-delà du bilan, resituer les jeux dans leur contexte social et historique

Les Jeux olympiques et la Chine : efficacité et maturation

François Jullien

Texte intégral

1Je crois que, culturellement, ces Jeux ont été d’une importance exceptionnelle, puisque :

  1. les Jeux se sont exportés dans une autre culture,

  2. on y voit la rencontre entre une culture de l’exploit et une culture du rituel,

  3. les Jeux olympiques se manifestent comme étant l’aboutissement du grand emprunt de la Chine à l’Occident,

    • 1 Ce texte est le fruit d’un entretien réalisé par Patrick Mignon et Jean Fournier avec François Jull (...)

    il y avait une négociation diplomatique et politique qui a, il faut le reconnaître, plutôt tourné à l’avantage de la Chine, puisque finalement, concernant les droits de l’homme, elle a fait ce qu’elle a voulu sur l’affaire du Tibet, et que, finalement, tout le monde était à Pékin1.

LES JEUX OLYMPIQUES, LA GRÈCE ET LA CHINE

2L’important est que, pour la première fois, les Jeux olympiques forgés en Grèce, puis développés en Europe, se sont vraiment exportés dans une autre culture, la culture chinoise. Quand ils sont sortis d’Europe auparavant, c’était soit vers le Japon, alors sous l’influence américaine de l’après-Seconde Guerre mondiale, soit vers l’Australie.

3C’est considérable parce que, en 2004, ils se sont justement déroulés à Athènes, où ils se sont retrouvés dans leur creuset initial, et que la logique des Jeux est grecque. Elle repose sur des choix culturels grecs : le culte de la performance, du héros, de « 1’agon », c’est-à-dire de la rivalité et de la mise en compétition permettant la révélation de la prouesse individuelle ; rivalité des sportifs aussi bien que des philosophes, car le philosophe est quelqu’un qui réalise des prouesses théoriques ou argumentatives. La Grèce a pensé l’émulation et l’héroïsation par la rivalité, et les Jeux sont vraiment un moment essentiel pour les Grecs ; la compétition héroïque est valorisée comme telle, ce qui n’a pas été reconnu de la même façon dans le contexte chinois. Si l’on se reporte au cadre chinois ancien, on voit que, dans l’Empire du milieu, quelque chose a prévalu, qui est le rituel. Autrefois, il y avait aussi des concours, disons athlétiques, en Chine. Le plus important était celui du tir à l’arc, élément déterminant de la formation de l’aristocratie chinoise à l’époque archaïque. Parmi les épreuves, venait en tête le tir en musique, dans lequel il était moins important de viser la cible que de faire les mouvements en cadence, selon les airs à suivre, ou d’exécuter le rituel de salutation, celui que l’on réalise avant de monter pour tirer, puis celui qu’on fait ensuite en descendant. L’exercice « athlétique » est donc d’abord pris en charge par le rituel.

IL Y A TOUJOURS EU, DANS LA TRADITION CHINOISE, UN SENS DE LA PROUESSE

4Et de l’exploit sportif. Simplement, elle n’est pas prise en charge par la culture lettrée et c’est là la grande différence avec la Grèce. Dans cette dernière, en effet, ce sont les plus grands auteurs qui célèbrent l’exploit sportif : Homère, Pindare, les auteurs du théâtre grec, tous montrent que l’exploit est vraiment totalement consacré. Alors qu’en Chine, quand on lit les romans plus tardifs, au XIVe siècle par exemple, il y a des grands combats, avec des coups d’épée qui s’échangent et dont le sens est bien celui de la prouesse, mais on les trouve dans la littérature populaire. En Grèce, c’est une valeur qui est affirmée ostensiblement par ceux qui sont au pouvoir, et donc, par ceux qui incarnent la culture. Mais quand vous lisez les grands textes chinois classiques, vous n’avez pas de célébration de la force ou de la prouesse. Au sommet de la hiérarchie de ce type de célébration – car ce sont plus des célébrations que des compétitions –, c’est moins la cible qui compte que le fait de se maintenir dans le rythme, dans la cadence, en accord avec les autres, dans une sorte de ballet. En Chine, les lettrés ont la valeur du rituel, même s’ils ne peuvent totalement écraser cette revendication d’exploit, plus populaire, et qu’on trouve dans les littératures vernaculaires. Ce qui paraît important, ce n’est pas qu’il n’y ait pas eu sens de l’exploit en Chine, mais que l’essence culturelle n’ait pas été du tout du même ordre.

LA CHINE, LE CORPS ET LE SPORT

5La vision que la culture chinoise a de la façon de s’occuper du corps n’était pas du tout la même que celle de la culture grecque. Le corps grec est essentiellement anatomique : on décrit les composants du corps, les muscles, les ligaments, etc., et la physique, c’est-à-dire la traction, la pression, l’équilibre, etc. C’est pour cela qu’on a consacré et célébré le nu grec. Il faut tenir compte de ce que les Jeux olympiques, en Grèce, sont liés à une certaine vision de ce qu’on appelle, nous, le corps, qui est un corps musculaire, anatomique et physique. Quand je prends les planches de Léonard de Vinci, dans son Traité de la peinture, on voit comment il travaille sur les tractions, les équilibres, les points de pression, etc., à tel point que l’anatomie des dessins de Léonard de Vinci est extrêmement rigoureuse. En Chine, le corps est un corps énergétique, c’est un sac avec des trous d’entrée et de sortie. Si vous regardez une planche d’acupuncture, qu’est-ce que vous voyez ? Une circulation extrêmement fine de l’énergie, qui passe d’un point, là, dans la tête, jusqu’au bout du pied. Par contre, la forme du corps est nulle, les mains sont mal dessinées. Ceci pose des questions qui sont essentielles.

6Les Grecs ont pensé ce qu’était un corps, d’autant plus qu’il est opposé à lame. En Chine, il n’y a pas vraiment de notion d’âme. Il y a des énergies liées à la mort, par exemple, qui vont vers le haut, d’autres qui vont vers le bas, mais elles ne sont pas douées d’une conscience, contrairement à ce que vont en faire progressivement les Grecs jusqu’au point d’en faire quelque chose d’immortel. Par contre, qu’appelle-t-on le corps en Chine ? C’est le fait que je suis une actualisation d’énergie, je suis fait de l’énergie coagulée puisque, dans la vision chinoise, il n’y a que de l’énergie dans le monde. Cette énergie se concentre, elle « s’individue », elle forme quelque chose qu’on appelle, nous Occidentaux, l’être physique, qui est une actualisation d’énergie. Ce qu’on appelle le corps, c’est donc un sac, avec des trous, comme on peut le voir sur les planches d’acupuncture. Du point de vue de la forme anatomique, ce n’est pas magnifique ; par contre, c’est très rigoureux dans la circulation énergétique ; c’est ce que l’acupuncteur suit dans son travail, les veinures de souffle qui parcourent et qui font qu’il peut vivre.

FAISONS UN PETIT DETOUR PAR LA QUESTION DE LA NUDITÉ

7J’ai écrit un petit livre sur la question du nu. C’est vraiment une question fondamentale, parce qu’on y découvre que le corps n’est pas un universel de la pensée. Le corps relève en fait de choix culturels. Nous avons, en Occident, pensé le corps pour penser l’âme, le soma, le somatique, etc., et donc, l’anatomie et la physique du corps. Ce sont nos questions. Mais la Chine, non ! Si vous êtes chinois, vous pensez le réel, non pas en termes de matière et de forme, comme Platon, mais en termes d’énergie qui, soit se condense, soit se déploie. « Se condense », cela forme l’opacité du sensible ; « se déploie », cela forme l’inspiration spirituelle. Les images que je présente dans mon livre sont tout à fait révélatrices du rapport entre le vide et le plein, qui n’est pas du tout le rapport entre les parties et le tout des Grecs, comme on le trouve dans les traités d’anatomie de Galien. Il y a très peu d’anatomie en Chine, non pas parce qu’ils seraient restés dans l’enfance de l’art, mais parce que l’anatomie, c’est la mort, parce que c’est une privation d’énergie. Si on pense notre réalité en termes d’énergie, on voit qu’effectivement, ce qui compte, c’est la synthèse énergétique, et non pas la forme du corps ou des muscles.

8En Grèce, on se met nu dans la palestre. Dans La République, Platon écrit qu’il faut que les femmes fassent les mêmes exercices physiques – peut-être à un moindre niveau – que les hommes et, à la question posée : « Mais alors, est-ce que vous avez pensé que les vieilles femmes seront nues ? », il répond : « Mais oui ! Il faut être logique avec nous-mêmes ! Il faut que les femmes pratiquent des exercices physiques comme les hommes », donnant, du coup, à cette nudité grecque, un statut culturel. Alors qu’en Chine, le rapport à la nudité, donc à l’anatomie du corps et au spectacle des muscles au travail, ne compte pas. Il n’y avait d’ailleurs aucun nu dans l’art chinois, sauf dans l’art érotique. Sur une gravure, vous voyez quelqu’un dont on dit que, quand il avait bu, il recevait les gens, nu dans sa chambre. Or, nous voyons qu’il est tout habillé, en fait, avec des plis, des vêtements amples qui ressemblent à un feuillage. Cela montre une intégration de son être physique dans le milieu naturel. Qu’apprend-on à peindre en Chine quand on est étudiant en peinture ? Non pas le nu – comme c’était la tradition grecque et européenne, comme dans les écoles des beaux-arts aujourd’hui – mais bien plutôt des rochers. Et qu’est-ce qu’un rocher ? Un rocher a n’importe quelle forme ; seulement, c’est une condensation d’énergie. On appelle les rochers « les racines des nuages ». Il y a de l’énergie coagulée dans ces masses qu’on appelle des rochers.

9Les Jeux olympiques, dans leur caractère d’esprit sportif, sont liés à ce qu’est le corps, le corps musculaire dans son conflit physique avec la résistance des éléments contre lesquels il faut aller. Il faut que le corps construise cette sorte de prouesse pour aller à la limite de ses possibilités. C’est ce que n’a pas développé la pensée chinoise classique, pour laquelle le corps est une action d’énergie, avec des pratiques énergétiques qui sont les grandes pratiques chinoises de longévité et toute la gamme des exercices chinois de la tradition taoïste. La tradition classique est une recherche pour affiner son énergie – comment faire pour que la respiration puisse traverser tout mon être physique – comme l’exprime la phrase de Laozi : « L’homme du commun respire à partir de la gorge, le sage respire à partir des talons ». Les grands exercices vont dans le sens de la circulation intérieure, de l’affinement du souffle, au point que, si votre souffle est totalement affiné, vous restez complètement alerte ou vous ne vous usez plus, vous avez une longévité qui dure des siècles, etc. Et c’est ce qui est en jeu dans l’affaire des Jeux olympiques. L’emprunt chinois, c’est que les gens ont utilisé une autre façon de concevoir l’exercice qu’on appelle, nous, physique. Quitte à avoir encore les pratiques physiques qui sont les leurs. Elle ne les supprime pas, au contraire.

LA CHINE ET L’EMPRUNT DU SPORT : DÉFIER L’OCCIDENT

10Mais la Chine s’est vraiment installée dans son idée d’emprunter cette modernité occidentale, de s’y manifester, d’y être la première et de dépasser l’Occident sur son propre terrain. Il faut tenir compte de l’histoire et du fait que l’Europe est allée deux fois en Chine. Une première fois avec les missions religieuses, à la fin du XVIe puis aux XVIIe et XVIIIe siècles, sans grand effet du point de vue des conversions, car les missionnaires y ont eu beaucoup de mal. Ils ont rencontré beaucoup de résistance, dans une situation tout à fait inverse de ce qu’ils ont connu juste avant, quand l’Europe de la Renaissance sort de ses frontières et va d’abord vers le Nouveau Monde, quelle conquiert, qui ne lui résiste pas, quelle convertit, comme si le territoire qu’elle découvrait était un monde vide, qui ne pouvait résister. Quasiment au même moment, les Européens se tournent vers les ports de la Chine du sud, et là, y rencontrent un monde plein. Ils vont devoir apprendre le chinois, honorer l’empereur, étudier les classiques, se civiliser. Cette première rencontre de l’Europe et de la Chine a peu d’influence sur place.

MAIS L’EUROPE REVIENT UNE SECONDE FOIS EN CHINE

11Au milieu du XIXe siècle, et ouvre de force les ports chinois. Là, la Chine se réveille, agressée par une civilisation qui s’est développée, depuis le XVIe siècle, de façon étonnante, grâce à la science, et particulièrement, la science appliquée à la nature. Jusqu’aux XIXe et XVe siècles, la Chine est pourtant aussi, voire plus, développée, techniquement, que l’Europe. Pensez aux grandes inventions chinoises, comme la poudre, la boussole, les jonques, l’imprimerie, l’hydraulique, etc. À la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, pourtant, s’opère un renversement qui correspond, en Europe, à l’invention de la science galiléenne, d’une nouvelle physique, « mathématisante » et « modélisante », qui va avoir des conséquences techniques considérables. Les sciences qui existaient un peu partout dans le monde vont alors converger vers la seule Europe. Pendant deux ou trois siècles, en passant par Pise, par Florence, grâce à Descartes et à Newton, ce mouvement va changer totalement la planète. Et à la fin du XIXe siècle, la Chine se fait agresser par cette culture européenne, adossée à la science et à ses effets techniques, qui ont permis de développer une puissance tout à fait nouvelle. En réponse, elle va emprunter une partie de cette science, ainsi qu’un certain modèle politique, avec la révolution, puis le parti communiste et le sport.

LA CHINE EMPRUNTE DONC BEAUCOUP DE CHOSES AUX TRADITIONS EUROPÉENNES

12Pour prendre sa revanche sur le terrain de l’adversaire, sur le terrain même de l’Occident. La Chine a vécu un immense trauma à la fin du XIXe siècle, quand l’Occident est allé en force chez elle et l’a colonisée : les concessions, les traités inégaux, etc. Elle a emprunté avec le sentiment qu’elle découvrait sa pauvreté, son incapacité face à la modernité occidentale. Elle a emprunté avec le sentiment légitime de revanche. En Chine, il existe l’opposition dedans/dehors. Et il y a, du coup, le dedans chinois et le dehors occidental. Au XIXe siècle, le dehors, c’était plutôt l’Europe, l’Angleterre, l’Allemagne, la France. Maintenant, ce sont surtout les États-Unis. Mais l’idée est qu’il y a toujours un grand vis-à-vis au dedans chinois. Il faut bien voir que, dans la mentalité chinoise, emprunter une idée n’est pas honteux du tout. Comment apprend-on ? Tout le monde le sait : on apprend par imitation. Il existe d’ailleurs un verbe chinois qu’on traduit tout aussi bien par apprendre que par imiter, sans qu’il y ait la pensée, comme il pourrait y avoir en Europe, qu’on dévalorise l’idée d’invention ou d’originalité. L’emprunt manifeste simplement l’idée que, y compris sur le terrain occidental, la Chine peut faire mieux que l’Occident. Elle a l’idée qu’elle peut être la première partout. Et cela touche la question des Jeux et de l’emprunt que la Chine a fait du terrain sportif. Ces JO de 2008 montrent en effet que la greffe a pris, puisque la Chine a su totalement adopter les exigences et les normes des Jeux olympiques occidentaux. Au pire moment de son histoire, au début du XXe siècle, le grand mot d’ordre de la Chine, qui était alors de rattraper et de dépasser l’Occident, a été poursuivi et les Jeux olympiques de 2008 ont été le moment qui a fait apparaître la fin du rattrapage et le début du dépassement. Les JO en ont, en effet, été la manifestation la plus spectaculaire, avec les envois des fusées dans l’espace et le premier cosmonaute chinois. On voit bien ici comment la Chine a décidé d’emprunter à l’Occident et de se confronter à lui. Et c’est une opposition flagrante avec l’Inde, qui devient pourtant aussi une puissance économique majeure. Voilà deux pays émergents, comme on dit, qui sont aussi en compétition entre eux. Simplement, l’Inde n’a pas besoin de rivaliser avec l’Occident, parce que l’Inde a sa culture, bien sûr, mais elle a aussi l’anglais, fruit de la colonisation, comme la démocratie, et l’Inde n’a pas cette idée d’une revanche, disons culturelle, telle que la Chine a cherché à la développer. Pour la Chine, il y a vraiment l’idée d’une concurrence qui s’exprime dans les Jeux olympiques, chercher ce qui s’impose au regard de tous et qui montre la nouvelle Chine, telle que son nouveau fondateur l’a engagée.

13Les Jeux olympiques ont donc montré cela. Ils ont montré aussi que la Chine était, depuis 1976 et la mort de Mao, passée d’une économie dite socialiste à une économie hypercapitaliste, avec, certes, toujours des contrôles d’État, mais une économie dont le mobile premier est l’enrichissement personnel. Or, elle la fait – et, c’est exceptionnel – sans rupture importante ; c’est ce que j’appelle là la transformation silencieuse par la transformation progressive. La preuve, c’est qu’il y a toujours un parti communiste au pouvoir – qui n’a plus rien de communiste, bien sûr –, qui est beaucoup plus un outil de gestion administrative du pouvoir bureaucratique. Quand je parle de transformation, on voit comment l’image de Mao s’est transformée en quarante ans. À la mort de Mao, on a dressé son mausolée, il était le leader de la révolution, il était le leader du tiers-monde. Maintenant, ce n’est plus ça du tout, mais il s’agit d’une transformation sans rupture, puisqu’il est peu à peu devenu le fondateur du nouvel empire. Le sens de l’hommage à Mao a totalement changé, mais sans rupture, et l’art du parti communiste chinois a été d’avoir ménagé la continuité pour rester lui-même au pouvoir. Lui-même s’est transformé : il n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y a quarante ans.

14J’ajouterai – et ce serait une lâcheté que de ne pas l’évoquer en rapport avec les Jeux – la question des droits de l’homme. Il faut se souvenir qu’on avait refusé à Pékin les Jeux olympiques pour l’année 2000 à cause des droits de l’homme et qu’on leur a accordé ces mêmes JO pour 2008, non pas tellement parce qu’on pensait que les droits de l’homme en Chine allaient se développer, mais parce que la Chine a pris tellement d’importance aux plans économique et diplomatique qu’on ne pouvait pas en priver les Chinois. Il fallait en passer par là et reconnaître l’état de fait qu’était la nouvelle puissance chinoise, et que cela portait atteinte aux Jeux eux-mêmes, que de ne pas les accorder à la Chine. Quand il y a eu les manifestations contre les Jeux chinois, à Paris ou ailleurs, cela a heurté les Chinois parce que, pour eux, c’était vraiment la Chine qui était mise en cause. Les Jeux ont sans doute été, pour les Chinois, le moment où la puissance de la Chine nouvelle permettait de sortir du grand trauma qui avait été celui d’une Chine conquise par la culture occidentale, mise à genou par l’Occident à la fin du XIXe siècle, avec les traités inégaux, etc. Il y avait une grande revanche à prendre, et cette revanche a consisté à gagner, de façon spectaculaire, devant le monde entier. Les Jeux olympiques précédents n’ont jamais eu cette importance-là, l’évènement était véritablement exceptionnel.

15Ce qui paraît remarquable, c’est que la Chine a emprunté massivement de l’Occident, y compris cette culture du sport et de l’exploit, mais sans doute beaucoup plus pour afficher globalement, au niveau de la Chine tout entière, sa puissance actuelle, et beaucoup moins au niveau des individus que de la Chine en tant que telle. Le grand sujet des sports à Pékin, c’était la Chine, ce n’était pas tel ou tel individu. Et ce n’est pas seulement parce que la Chine serait collectiviste, alors que l’Occident serait plus individualiste, car la Chine a aussi un point de vue de l’individu. Simplement, là, il s’agissait du grand acteur qu’était la Chine. Ce qui unifie les Chinois aujourd’hui, ce n’est plus le socialisme, mais le nationalisme, qui est une sorte d’idéologie de substitution au socialisme, ce qui fait que les Chinois restent ensemble.

L’EFFICACITÉ : LES JEUX ET LE POTENTIEL DE LA SITUATION

16« Mais, dira-t-on, la Chine veut quand même gagner et elle emprunte à l’Occident ! » Oui, mais la façon dont la Chine déploie sa puissance reste de l’ordre du potentiel de situation. Les Jeux olympiques ont rendu visible la transformation, plus ou moins invisible, de la Chine. Ils ont été le moment de saillance, le moment où cette transformation, cette maturation progressive, cette transformation d’une économie socialiste en économie de marché ont affleuré en spectacle donné au monde entier. Ce moment est d’autant plus important, en termes de potentiel de situation, car la Chine a fait mûrir celui-ci pendant quarante ans, de façon plus ou moins discrète, et continue, au point d’en afficher le résultat dans ces Jeux.

QU’EST-CE QUE LE POTENTIEL DE SITUATION OU, PLUS LARGEMENT, LE CONDITIONNEMENT ?

17La grande efficacité des Chinois, c’est de dire : « L’efficacité est à chercher dans les conditions : il faut aménager, en amont, les conditions telles que les faits en découlent ensuite en aval, qu’ils paraissent se découler tout seul par immanence ». La stratégie chinoise, telle que j’en ai parlé dans mon Traité de l’efficacité, c’est donc faire en sorte que la situation, progressivement, s’incline comme une pente par laquelle les effets vont pouvoir dévaler. L’image est celle de la pierre ou de la masse d’eau qu’on accumule en haut de la pente et qui ne demande qu’à dévaler et à tout emporter. La grande idée chinoise est que tout s’opère en amont, au niveau des conditions : c’est la phrase de Sunzi, quand il dit que sont victorieuses les troupes qui ont vaincu avant d’entamer le combat. On le voit pour les Jeux olympiques, parce que l’art chinois a été d’opérer en amont, au niveau des conditions et, donc, par une sorte de maturation, une maturation qui fait qu’ils ont aménagé les conditions telles que, durant les quinze dernières années, ils ont pu former une génération nouvelle de sportifs. J’ai été très sensible à l’épreuve d’escrime, où l’on voit que l’entraîneur des Chinois était un entraîneur français, acheté par Pékin, si j’ose dire. J’ai trouvé ça spectaculaire, à la fois dans l’audace du geste et dans son caractère imparable : on va prendre l’entraîneur adverse et le résultat tombera comme un fruit mûr. Comment pouvait-il ne pas tomber ?

C’EST UN EXEMPLE DE CE QU’A éTé LA PRéPARATION

18Du caractère déterminant de la préparation très bien gérée. Et l’Europe, l’Occident, le monde se sont réveillés en disant : « Ah ! Ça a bien marché ». Mais oui, parce que c’est dans l’ordre de la maturation et, pour ça, les Chinois sont excellents : comment préparer le terrain, comment préparer les conditions, comment faire venir ce potentiel qui, ensuite, n’a plus besoin que d’être cueilli dans ses fruits. Il n’y a donc pas de hasard. Il faut se souvenir de la phrase de Sunzi, quand il dit : « À la guerre, ça ne dévie pas ». Cela veut dire qu’il n’y a que des effets de potentiel de situation. La préparation a été bonne, suivie, continue, et les fruits tombent. Et cela a étonné. J’ai trouvé très naïve la réaction occidentale... comme si ça pouvait être autrement. Non, on savait très bien qu’ils auraient le plus de médailles, on savait très bien qu’ils les auraient, parce que tout a été préparé en ce sens, sans risque d’échec, car, même si quelqu’un s’était cassé la jambe avant, il y avait, de toute façon, la réserve. Voyez le cas des quartiers chinois à Paris : vous ne le voyez pas grandir, il grandit tous les jours. Dans mon quartier, le Ve, quand un magasin ferme, il devient chinois, etc. Ça, c’est discret, c’est tenace et puis, un jour, on ne voit que le résultat.

OBLIQUE ET FRONTAL

19On peut mener la réflexion sur l’efficacité à partir de l’opposition entre « de front » et « de biais », et aussi la question du rapport au discours. Au fond, la Chine et la Grèce peuvent se mettre en vis-à-vis. Vaut-il mieux une stratégie frontale entre deux antagonistes, reposant sur l’opposition des paroles et la recherche de la persuasion – d’une certaine façon, c’est la démocratie ? Ou vaut-il mieux une stratégie latérale ou oblique, avec quelque chose qui n’est pas de l’ordre de la parole ouverte, mais du silence, de la situation, tout ce qui est de l’ordre de la pédagogie indirecte, ne pas enseigner, ne pas donner de leçon, ne pas délivrer de messages, mais donner un petit coup de pouce qui décoince une situation ? Dans ce cas, il y a – on le trouve chez Confucius – toute une pédagogie de l’incitation, et non pas de la leçon.

20Est-ce qu’on vise directement les faits ? Par exemple, vous avez mal au ventre, alors on vous appuie sur le ventre ? Ou bien est-ce que vous avez mal à la tête et on vous pique le pied ? Cela pose la question du rapport entre le direct et l’indirect, du frontal ou de l’oblique, de la visée, en termes d’objectif, ou de la maturation. La réflexion est prise dans ce dilemme, par exemple pour des entreprises en changement : est-ce qu’on se donne des objectifs, ou est-ce que c’est justement en faisant élever le potentiel de l’entreprise qu’on changera ? Il y a effectivement, assez globalement aujourd’hui, en tout cas dans le milieu de l’entreprise, l’idée que cette visée – je l’appelle activiste – de la cible, du but, tout ce qui est modélisation projetée, peut gagner à être compensée par une approche en termes de maturation indirecte, de manière d’agir sur les conditions.

CE QUE JE PROPOSE, C’EST D’ARTICULER LES DEUX

21Ce n’est pas de renoncer à la modélisation et à la projection des buts, mais simplement de voir qu’il y a une autre façon de concevoir la chose et qu’on peut également en tirer profit. Si j’oppose modélisation et maturation – modélisation étant le projeté, maturation étant le « faire venir les conditions » –, je vois qu’il y a aussi un point aveugle dans la logique de la maturation. C’est, par exemple, la non-concertation, c’est la manipulation, c’est que vous ne dites pas : « Eh ! Attention à ce que vous allez faire ! ». Tandis que la modélisation a un effet démocratique, il faut l’expliquer aux gens et vous devez les mobiliser par les objectifs que vous leur donnez. Je crois que l’intérêt, aujourd’hui, c’est d’articuler les deux.

LE GÉNIE OU LA TÉNACITÉ ?

22Si je fais un peu de distinction notionnelle, je dirais que ce qu’on a mis en valeur dans la tradition européenne, et déjà chez les Grecs, c’est le choix, la liberté et le caractère décisif du choix, ou tout se joue, comme Hercule, qui doit choisir entre le vice et la vertu. Il y a donc une dramatisation du choix et de ce qui l’inspire, en mettant en avant ce qui le détermine et qui est la liberté. Alors que ce qui compte en Chine, c’est la ténacité. On peut citer les textes classiques, par exemple de Confucius, où il dit que ce qui compte, c’est de tenir jusqu’au bout, que quand on s’engage dans la voie de la sagesse, l’important, c’est la ténacité.

23Ce n’est pas dans la volonté, au sens du principe du vouloir, du principe de la décision, c’est dans le fait de tenir jusqu’au bout. Et si ça ne tient pas jusqu’au bout, c’est nul. C’est ce dont ont fait preuve les athlètes chinois cet été. Le travail oui, mais surtout la ténacité, c’est-à-dire faire tout ce qu’il faut faire au niveau des conditions, donc de l’entraînement. La culture de la volonté – au sens du libre choix – a été développée par l’Occident en référence à la liberté, dont on sait ce qu’elle représente pour nous, Européens. Et en face, c’est l’idée de voie, qu’on retrouve dans le Tao, c’est-à-dire ce qu’il faut tenir jusqu’au bout. Au fond, la voie ne vaut que par l’effort accumulé. Dans la littérature chinoise, taôiste ou confucéenne, on vous dit : « Si vous voulez aller loin, il faut partir de près ». Il ne s’agit pas de se projeter directement dans le résultat en cherchant la prouesse extraordinaire ; il ne faut pas enjamber, pas se mettre sur la pointe des pieds. Pour aller loin, il faut juste commencer de près. On vous dit : « Pour obtenir le grand arbre, il ne faut pas forcer la semence, il faut lui laisser le temps de se déployer ». La grande idée chinoise, c’est l’infime qui devient infini, comme la semence qui devient le baobab, comme la tour de neuf étages qui commence par une petite pelletée de terre. C’est ce que nous disent les textes chinois : l’arbre, il faut les deux bras pour l’embrasser, mais au départ, ce n’est qu’une petite graine dans la terre. C’est cela qu’on voit dans les Jeux olympiques, c’est cette ténacité. Nous, nous le disons sur le mode du travail, mais je ne sais pas si c’est l’appellation la plus juste, parce que le travail n’est que la condition de cela. Ce serait plutôt l’idée que tout est dans la préparation et la préparation, ce n’est pas seulement avant, la préparation a ses résultats directs, alors que nous, nous avons une philosophie du moment, de l’instant, de l’occasion où tout se joue, le fameux quitte ou double.

IL Y A UN DISCOURS, QUAND ON PARLE DU SPORT

24Qui se tient sur le mode de l’inspiration. Il faut que la personne saisisse un bon moment et le coup de génie est ce qui fait trou dans la maturation des conditions, une sorte d’exceptionnel. En Chine, on se méfie très clairement de cet exceptionnel de la prouesse, du coup de génie, de la chose extraordinaire, qui serait soudainement apparue. Dans la tradition de Confucius, ce qui nous paraîtrait, à nous, trop modeste ou trop terre à terre, est au contraire très honoré. On nous dit qu’il faut progresser patiemment. Dans une image très marquante, on vous dit que l’eau au ras du sol, tant qu’elle n’a pas rempli cette alvéole-ci ou ce creux-là, elle n’ira pas plus loin. Il faut donc qu’elle remplisse entièrement ce trou pour commencer à aller plus loin. Il faut donc que toute cette étape soit complètement comblée pour quelle puisse progresser. Il faut que les conditions soient totalement acquises pour que les choses puissent se développer.

25Nous avons, nous, une sorte de fascination pour ce qui serait le coup de génie, le coup de génie où l’on risque tout et d’où peut émerger le plus grand triomphe. Dans la tradition chinoise, on met d’abord en évidence la maturation discrète des conditions, sans rien de vraiment héroïque, mais dans une ténacité continue. Dans mon Traité de l’efficacité, je fais référence à un passage de Mencius, où il parle de ce paysan qui rentre le soir chez lui et qui dit à ses enfants : « Aujourd’hui, j’ai beaucoup travaillé, j’ai tiré sur les pousses de mon champ, parce que je veux que les pousses poussent, donc je tire sur les pousses ». Évidemment, les enfants accourent et ils voient le champ desséché. Mencius nous dit justement ce qu’il ne faut pas faire : « Vous voulez que ça pousse, vous tirez sur les pousses et le champ est desséché », c’est-à-dire : « Vous voulez obtenir directement les faits, et vous produisez du contre-effet ». Que faut-il donc faire ? Ni tirer sur les pousses du champ, ni regarder bêtement pousser – comme on dit « j’attends que ça pousse » –, mais, régulièrement, donner un petit coup de bêche au pied de la pousse, favoriser la poussée. C’est très révélateur de la Chine, le petit coup de bêche discret, mais tous les jours, comme vous le diront tous les jardiniers. Donner le petit coup de pouce à la pousse et, donc, ainsi, favoriser la poussée, non pas tirer sur la pousse, ce qui serait vraiment spectaculaire, héroïque, très fatigant et de peu d’effets, parce que produisant du contre-effet. Mais il faut favoriser la poussée, c’est-à-dire favoriser les conditions favorables. Les Chinois l’ont très bien fait et c’est pour ça qu’avant les Jeux, on savait que, de toute façon, la mise était pour eux, qu’ils avaient gagné.

CE QUI S’EST PASSé ENTRE LA CHINE ET LES ÉTATS-UNIS EST TRÈS INTÉRESSANT

26Les États-Unis ont un héros majeur : Michael Phelps. La Chine n’a pas vraiment eu de héros. Pourtant, elle a eu beaucoup de médailles, mais pas dans la logique selon laquelle un individu va tout gagner, la grande figure que tout le monde aime, qui ne pouvait pas avoir peu de médailles. La préparation était faite ainsi. Cela pose la question qui est celle des deux façons de construire l’efficacité, soit par la finalité, soit par les conditions. Soit vous fixez un but, un objectif, une fin, une cible, et donc, vous visez les faits, ce qui a un aspect, évidemment, mobilisateur pour la volonté, séduisant du point de vue du spectacle. Soit, et c’est une des grandes difficultés pour rentrer dans la pensée chinoise classique, vous retirez la pensée de la finalité, du but, de l’objectif, pour une pensée du conditionnement, et non plus du rapport moyen à fin. Dans mon Traité de l’efficacité, je fais référence à l’exemple de Clausewitz et à cette sorte de maxime qu’il met en avant : l’efficacité, c’est de trouver des moyens qui conduisent le plus directement à la fin visée. En Chine, la notion de but se rétrécit au profit d’une autre, celle de l’image de l’épi et de la faux : faire la moisson, c’est couper le blé lorsqu’il est mûr. C’est l’idée de maturation : au moment venu, on fait la moisson. C’est l’idée qu’on moissonne ce qui a été préparé, conditionné et qu’on ne peut que moissonner. C’est vraiment une grande différence, un grand écart. Est-ce que l’efficacité est entièrement monopolisée par les liens du moyen et du but ou est-ce que, comme nous le disent les Chinois, tout se fait en amont, au niveau des conditions, donc sans hasard, quasiment sans risque, sans résistance, puisque la situation est comme une pente ? Adopte-t-on une stratégie de l’objectif ou une stratégie de la préparation ? Est-ce que c’est par le but qu’on se fixe ? par la motivation ? Ou est-ce que c’est en disant : « Voilà, on peut commencer au niveau des conditions et les conditions, d’elles-mêmes, accoucheront du résultat » ?

27Ne schématisons pas. Je crains beaucoup la parole qu’on tient sur la Chine aujourd’hui. Moi je ne parle qu’en fonction des petits filons, des sillons que j’ai essayé d’ouvrir dans mes recherches et je veux éviter les généralités culturalistes, les schématisations. Je vois qu’il y a deux attitudes aujourd’hui : soit on dit : « la Chine, c’est comme ci, la Chine, c’est comme ça », avec des oppositions tellement frustres qu’on ne sait pas comment faire, soit on dit : « non, tout est pareil ». Moi, je crois que ce n’est pas ça. S’il y a des écarts, il faut les réfléchir. Ils sont intéressants à construire, parce qu’ils sont dans la pensée, y compris vis-à-vis de notre expérience à nous. Depuis que je suis passé par la Chine, je me dis, effectivement, qu’il y a une pertinence du conditionnement et une pertinence de l’objectif, qu’on peut lier de l’indirect ou du direct, de la persuasion ou ce que je peux appeler de la manipulation, qu’on peut agir par situation ou agir par le but. Je crois que ça se réfléchit et que ça peut se développer.

Bibliographie

Pour en savoir plus

Jullien François – Traité de l’efficacité, Paris : Le Livre de poche, coll. « Biblio-essais », 1996.

Jullien François – Le Nu impossible, Paris : Éditions du Seuil, coll. « Points essais », 2005.

Notes

1 Ce texte est le fruit d’un entretien réalisé par Patrick Mignon et Jean Fournier avec François Jullien. L’ordre de l’entretien a été modifié pour la publication afin d’en faire ressortir les thèmes principaux. Les intertitres sont le fait des responsables de l’entretien.

Auteur

Professeur à l’université Paris 7 Denis Diderot, Centre Marcel Granet

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.