Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Au-delà du bilan, resituer les jeux dans leur contexte social et historique

Sports collectifs : bilan et perspectives

Monique Amiaud

Texte intégral

1En s’imposant en finale face à l’Islande, le 24 août 2008, l’équipe de France de handball s’emparait de la médaille d’or à Pékin. Au-delà de la liesse légitime qu’il a suscitée, le couronnement des « experts » ne doit cependant pas cacher un constat moins flamboyant : la faible exposition des équipes de France de sports collectifs aux olympiades.

2Avant cette superbe performance à Pékin, quel était en effet le palmarès des équipes tricolores ? Trois médailles décrochées ces vingt-cinq dernières années ! Pour mémoire, l’or des footballeurs à Los Angeles, en 1984, le bronze pour le handball masculin à Barcelone, en 1992, et l’argent à Sydney, en 2000, pour le basket-ball masculin.

SPORTS ET COMPÉTITIONS

3Sur les quatorze disciplines olympiques représentées en sports collectifs aux Jeux olympiques d’été, six équipes de France ont participé aux quatre derniers Jeux olympiques : le basket-ball féminin et masculin, le football masculin, le volley-ball masculin et le handball féminin et masculin. Depuis Atlanta, la France a été peu représentée aux Jeux : le football masculin n’est pas réapparu dans un tournoi olympique depuis les olympiades américaines ; le basket-ball ne s’est pas qualifié depuis l’obtention de la médaille d’argent par l’équipe masculine à Sydney ; le volley-ball masculin, en lice à Athènes, n’a pas obtenu son sésame olympique pour la capitale chinoise. Seul à tirer son épingle du jeu, le handball, qui montre une belle stabilité au niveau olympique, a obtenu, chez les hommes, le titre suprême à Pékin. Depuis 1992, les sports collectifs ont pourtant connu de belles réussites au niveau international. On peut rappeler les deux titres – Mondial 1998 et Euro 2000 – des footballeurs ou le titre européen des femmes en basket-ball en 2001. En handball, depuis l’édition de 1993, les hommes, régulièrement convoqués sur le podium des championnats du monde, ont empoché deux titres – en 1995 et 2001 –, et les femmes, sacrées vice-championnes du monde en 1999, ont décroché le titre en 2003. Les volleyeurs, quant à eux, ont accroché la médaille de bronze aux championnats du monde de 2002 et sont devenus vice-champions d’Europe en 2003.

4En basket-ball, en handball et en water-polo, le continent européen constitue une place forte où la compétitivité est vive. Raison pour laquelle les résultats aux championnats d’Europe sont, dans ces disciplines, particulièrement significatifs du niveau mondial. Et si football et volley-ball sont pratiqués dans le monde entier, softball, base-ball et hockey sur gazon sont, quant à eux, des bastions des pays anglo-saxons.

DEPUIS ATHÈNES, UN CHEMIN SEMÉ D’EMBÛCHES

5Trois équipes de sport collectif s’étaient qualifiées à Athènes, en 2004 : le handball féminin et masculin, et le volley-ball masculin. Mais le rendez-vous va s’avérer décevant : aucune des trois équipes n’y monte sur un podium. Et ce, alors qu’elles figuraient parmi les prétendants, grâce aux résultats enregistrés pendant les compétitions internationales. Après les Jeux hellènes, le seul titre international obtenu par une équipe française l’a été par les handballeurs (en core !) lors du championnat d’Europe de 2006. Pendant cette période, les résultats des Tricolores ne vont pas être à la hauteur des espérances. Les handballeurs (toujours !) continuent pourtant de se classer parmi l’élite : troisièmes aux championnats du monde en 2005 et au championnat d’Europe en 2008. Tout comme les basketteurs, qui arrachent la troisième place des championnats d’Europe en 2005 et les footballeurs, qui terminent deuxièmes de la Coupe du monde 2006.

6Hormis les équipes féminines de handball et de basket-ball, toujours classées dans les compétitions internationales, les sports collectifs français, qui n’avaient pas de positionnement affirmé au niveau international en 2004, en sont encore alors à balbutier la structuration de leur haut niveau. D’autres, enfin, n’ont pas opéré les modifications nécessaires à la professionnalisation de leur discipline.

L’AVANT-PÉKIN : UNE SOMME DE DÉCEPTIONS

7Pour les sports collectifs français, l’année 2007 a été marquée du sceau de l’insuccès au niveau international. Lors des championnats d’Europe, les équipes de France masculines se classent pour le volley-ball à la neuvième place, à la cinquième pour le base-ball, à la huitième pour le basketball et au pied du podium mondial pour le handball.

8Les équipes féminines françaises ne brillent pas davantage. Le meilleur résultat est obtenu par les handballeuses et les basketteuses, avec une cinquième place au championnat du monde, les basketteurs ayant terminé à la même place que leurs homologues féminins dans la compétition continentale. On peut cependant observer de positives progressions. Celle des volleyeuses par exemple : promues dans le groupe A des championnats, elles terminent huitièmes de la compétition. Celle, aussi, des joueuses de water-polo, huitièmes du championnat d’Europe 2008. Deux équipes d’ores et déjà en piste pour les qualifications olympiques de 2012.

9Le water-polo masculin, le softball, le football féminin et le hockey sur gazon féminin ne sont pas parvenus à se qualifier pour les compétitions continentales. Et lors de cette décisive période de sélection préolympique, des équipes régulièrement classées dans les compétitions de référence ont, elles aussi, échoué à décrocher leur billet pour Pékin : il s’agit du basket-ball masculin et féminin, du base-bail, du football et du volley-ball masculins. Le hockey féminin, quant à lui, va laisser échapper sa chance, en terminant à la dernière place du tournoi de qualification olympique. Seul le handball, masculin et féminin, parvient à décrocher sa qualification.

10Afin de relativiser l’insuccès des Français dans les sports collectifs majeurs, il convient de garder à l’esprit la difficulté et la complexité des qualifications olympiques dans les disciplines. La densité du niveau sportif des équipes européennes, leur compétitivité, ainsi que le système de qualification, avec un quota par continent, ont parfois pour conséquence des résultats ne correspondant pas à la hiérarchie sportive.

11Il est également important de souligner que ces équipes sont, de manière permanente, en compétition. Elles réalisent globalement une rencontre tous les trois jours. Entre les compétitions de clubs et les compétitions internationales, les calendriers des joueurs sont lourds, voire surchargés.

QUEL PARCOURS POUR LES TRICOLORES MIS « HORS JEUX » ?

12Quatorze disciplines olympiques d’été en sports collectifs appartiennent au programme olympique : le base-ball, le basket-ball (féminin et masculin), le hockey sur gazon (féminin et masculin), le handball (féminin et masculin), le football (féminin et masculin), le softball, le volley-ball (féminin et masculin) et le water-polo (féminin et masculin).

13Observation importante : chaque discipline a son propre système de qualification pour les Jeux olympiques. En règle générale, le championnat d’Europe et, parfois, le championnat du monde sont qualificatifs pour les Jeux. Certaines des autres places obtenues dans ces compétitions majeures peuvent également donner accès à un tournoi de qualification olympique.

14En 2008, la Chine, pays hôte des Jeux, était qualifiée de fait dans tous les tournois. Pour la France, seul le handball (féminin et masculin) était sélectionné. Sport par sport, revenons donc sur le parcours des équipes tricolores.

SOFTBALL

15Sélection : huit équipes. Les quatre premières équipes du championnat du monde sont directement qualifiées pour les JO. Les trois autres sont issues de trois tournois de qualifications continentaux, l’Europe et l’Afrique sont englobées dans le même tournoi.

16La France, qui n’était pas qualifiée pour le championnat du monde, ne pouvait participer à la course à la sélection. Pour le championnat d’Europe, le groupe était constitué d’anciennes joueuses ayant une expérience internationale. En terminant à la deuxième place du championnat d’Europe de deuxième division, les joueuses tricolores ont, depuis, gagné leur accession au championnat d’Europe (groupe A) pour 2009.

BASE-BALL

17Sélection : huit équipes. Les quatre équipes directement qualifiées sont issues des championnats d’Amérique, d’Asie et d’Europe. Les trois dernières équipes le sont d’un tournoi de qualification mondial. Pour l’Europe, les deuxième et troisième places du championnat d’Europe ouvraient la porte au tournoi de qualification olympique.

18Le championnat d’Europe qualificatif pour les JO a été très relevé, puisque les Pays-Bas, l’Espagne et la Grande-Bretagne, au regard de l’enjeu, ont aligné un effectif de joueurs professionnels naturalisés ou possédant la double nationalité (obtenue parfois très récemment) et évoluant dans les ligues mineures américaines ou canadiennes. À l’instar des équipes d’Autriche, de Russie, de Croatie, d’Ukraine et de République tchèque, la France ne possède pas de joueurs professionnels.

19Au cours de la compétition, l’équipe de France a été très irrégulière et a montré le meilleur comme le pire. Après avoir terminé à la troisième place de sa poule, elle a néanmoins réalisé un exploit en battant, pour la première fois, l’équipe italienne, deuxième au championnat d’Europe 2005. Le Tricolore Nicolas Dubaut en a d’ailleurs été récompensé, obtenant le titre de meilleur lanceur de la compétition.

20La France est qualifiée pour la prochaine Coupe du monde. Mais il est à noter, qu a l’échelle mondiale, le continent européen reste d’un niveau relativement faible.

BASKET-BALL FÉMININ

21Sélection : douze équipes. Le champion du monde est qualifié directement, les cinq champions continentaux également. Les cinq dernières équipes sont qualifiées lors d’un tournoi de qualification mondial. À l’issue des championnats d’Europe, les équipes classées de la deuxième à la cinquième place participaient au tournoi olympique mondial.

22Au cours de ce championnat d’Europe, l’équipe a proposé la meilleure défense, grâce aux qualités athlétiques de ses joueuses. Ses difficultés à trouver des solutions offensives face aux défenses de zones et son manque d’adresse lui ont cependant été préjudiciables. Et l’équipe n’a pas été à même de se qualifier.

BASKET-BALL MASCULIN

23Sélection : douze équipes. Le champion du monde est qualifié directement. Sept équipes sont issues des tournois continentaux. Les trois dernières sont qualifiées lors d’un tournoi de qualification mondial. Les deux premières places du championnat d’Europe étaient qualificatives pour les JO. Le champion du monde espagnol (place aux JO déjà acquise) étant européen et finaliste du championnat d’Europe, la troisième place a été qualificative. Les nations classées de 4 à 7 ont participé au tournoi de qualification olympique.

24Après une cinquième place au championnat du monde, la France pouvait légitiment espérer son ticket pour le tournoi de qualification olympique. Pourtant, la préparation au championnat d’Europe va s’avérer particulièrement difficile, à cause de blessures et du problème d’assurance rencontré par le capitaine. Tony Parker, qui obtient une belle deuxième place au classement du meilleur pourcentage aux tirs, s’y montre à la hauteur. Pourtant, les « joueurs cadres » de l’équipe n’ont pas su imposer leur jeu. À l’arrivée, une huitième place décevante les prive de la qualification.

FOOTBALL FÉMININ

25Sélection : douze équipes. Les joueuses ne sont soumises à aucune restriction d’âge pour participer au tournoi. La compétition qualificative pour les JO de 2008 était la Coupe du monde 2007, pour laquelle la France ne s’était pas qualifiée.

26Depuis 1971, l’équipe féminine s’est qualifiée trois fois pour les phases finales du championnat d’Europe, en 1997,2001 et 2005, et une seule fois à la Coupe du monde, en 2003.

FOOTBALL MASCULIN

27Sélection : seize équipes. Le football possède la particularité de ne pas faire participer aux Jeux olympiques des « Seniors », au bénéfice des « Espoirs ». Sur notre continent, le championnat d’Europe des moins de 21 ans qualifie les quatre premiers pour les Jeux olympiques.

28Demi-finalistes du précédent Euro au Portugal, les Espoirs tricolores sont tombés de haut, malgré la présence dans leurs rangs de Lassana Diarra, Samir Nasri, Karim Benzema ou encore Hatem Ben Arfa, régulièrement convoqués parmi les Bleus de Raymond Domenech. Au match aller, la France avait dominé, même si elle n’avait pu emporter la rencontre (1-1). Cette contreperformance a mis l’équipe en difficulté pour le match retour, en Israël, au cours duquel elle a été impuissante à marquer. Offrant aux Israéliens leur première qualification pour un championnat d’Europe, la défaite de l’équipe française (1-0) a eu pour conséquence leur non-qualification à l’Euro 2007 des moins de 21 ans, les privant, de fait, des JO.

29Depuis, l’équipe Espoirs a été éliminée des phases qualificatives de l’Euro 2009.

HOCKEY SUR GAZON FÉMININ

30Sélection : douze équipes. Même système que chez les hommes.

31La France a terminé cinquième du groupe B au championnat d’Europe 2007, manquant ainsi son objectif d’accession au groupe A. Retenue pour le tournoi qualificatif olympique après le désistement de l’équipe cubaine, elle y a terminé dernière. Pas de voyage à Pékin, donc, pour elle non plus.

HOCKEY SUR GAZON MASCULIN

32Sélection : douze équipes. Les cinq champions continentaux sont qualifiés. Le championnat d’Europe revêt un intérêt tout particulier, puisqu’il offre trois places qualificatives pour les JO. Les équipes classées de la quatrième à la huitième place restent cependant en course pour les JO : elles participent en effet à l’un des trois tournois préolympiques. Les trois équipes qui en sortent vainqueurs sont convoquées aux Jeux.

33L’équipe est en progression. En terminant à la sixième place des championnats d’Europe, elle est restée en piste pour le tournoi qualificatif olympique organisé en février 2008, en Nouvelle-Zélande. Un tournoi auquel participaient l’Argentine, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, Cuba et Trinidad-et-Tobago. Sa dernière place l’a logiquement éliminée de la sélection olympique.

VOLLEY-BALL FÉMININ

34Sélection : douze équipes. Même système que chez les hommes.

35L’ossature de l’équipe est composée des joueuses cannoises et une seule d’entre elles évolue à l’étranger. L’équipe de France n’était pas apparue au niveau européen depuis sa participation au championnat d’Europe 2001, où elle avait obtenu une huitième place.

36La France a produit un jeu classique, basé sur la paire Salinas-Ravva. Les joueuses françaises sont allées chercher la victoire sur des équipes plus fortes, avec une motivation et une hargne venues pallier la différence de niveau sportif. Leur huitième place augure de leur retour dans le Top 8 européen.

VOLLEY-BALL MASCULIN

37Sélection : douze équipes. Le championnat du monde n’est pas qualificatif pour les Jeux olympiques. Les trois meilleures équipes de la Coupe du monde 2007 étaient qualifiées. Seules les équipes ayant participé aux championnats continentaux 2007 ont pu décrocher leur place pour cette Coupe. Deux autres voies pour se qualifier : les tournois de qualification olympique continentaux et mondiaux.

38Après une bonne saison, en 2006, l’équipe masculine pouvait légitimement nourrir les objectifs de sa fédération d’une qualification olympique. En effet, après avoir été vice-champions de la Ligue mondiale en 2006, les joueurs de l’équipe de France se classaient au sixième rang du championnat du monde. Mais 2007 commence pour eux en demi-teinte. Et les Français ne rééditeront pas leur performance en Ligue mondiale, en terminant sixième.

39Jouant de malchance, trois joueurs majeurs se sont blessés juste avant ou au cours du premier match du championnat d’Europe (le contreur central, le pointu et le passeur). En ne s’octroyant que la neuvième place du championnat d’Europe, les joueurs français ont vu s’échapper leur droit de participer de facto à la Coupe du monde qualificative pour les Jeux. Ils se voient alors contraints de jouer les phases de qualification du prochain Euro.

40La facture est sévère, puisque dans le même temps, ils vont devoir aussi passer par les phases préliminaires du tournoi de qualification européen, où seul le vainqueur sera retenu. L’alerte du dernier Euro leur permet malgré tout d’aborder en favoris le tournoi préolympique d’Evora. Mais ils échouent en demi-finale, face à une République tchèque qui réalise un match parfait. Cette défaite enlève au collectif français sa dernière chance de participer à la dernière épreuve susceptible de l’envoyer à Pékin. Avec un treizième rang mondial, la septième nation européenne qu’est la France dans la discipline n’est pas qualifiée pour le tournoi préolympique.

WATER-POLO FÉMININ

41Sélection : huit équipes. Sont qualifiés les cinq champions continentaux et les deux premières équipes du tournoi de qualification olympique.

42Le water-polo féminin a fait son entrée aux Jeux olympiques en 2000, à Sydney. Évoluant dans un continent de haut niveau, le water-polo féminin français n’appartenait plus à l’élite européenne depuis 1999. L’objectif de la réintégrer a été atteint depuis, puisque l’équipe a participé à l’Euro 2008 (groupe A). Historiquement, les poloïstes françaises avaient obtenu deux médailles d’argent aux championnats d’Europe 1987 et 1989.

WATER-POLO MASCULIN

43Sélection : douze équipes. Sont qualifiés les cinq champions continentaux, le vainqueur de la Ligue mondiale 2007, les trois premières équipes du championnat du monde 2007 et les deux premiers du tournoi de qualification olympique.

44Les plus grandes nations de la discipline sont européennes. Si elle s’’était qualifiée aux Jeux olympiques de 1988 et 1992, l’équipe de France n’a pas participé aux deux dernières éditions du championnat d’Europe A. Au niveau européen, elle a décroché la huitième place en 1999 et 2001. Depuis, les poloïstes tricolores ont été relégués dans le groupe B. Les Français ont raté de peu leur retour dans l’élite européenne, qui était leur objectif, en réalisant un match nul contre l’Allemagne – qualifiée, elle, aux JO – et en encaissant une défaite, par deux buts, face à la Slovaquie.

QUE RETENIR DE CES INSUCCÈS ?

45Pour les sports collectifs masculins, à l’exception du water-polo, la France a été représentée dans l’ensemble des championnats d’Europe A. Au niveau mondial, il n’y avait pas d’équipe tricolore engagée en base-ball et en hockey sur gazon. Sur l’ensemble des derniers championnats du monde, l’Europe a engrangé 71 % des médailles distribuées, contre seulement 43 % aux Jeux olympiques de 2008.

46Pour les sports collectifs féminins, la France a participé au meilleur niveau européen dans cinq disciplines. En revanche, les joueuses de softball – qui ont depuis obtenu une accession en groupe A pour 2009 – et les hockeyeuses n’ont pas réussi à se qualifier pour les phases finales de la dernière édition de leur dernier championnat d’Europe. La France n’est montée sur aucun podium et n’a participé qu’à deux championnats du monde, dans lesquels elle se classe cinquième en handball et en basket-ball. Sur l’ensemble des championnats du monde, l’Europe obtient 43 % des médailles distribuées, contre 29 % aux Jeux olympiques de 2008.

47On peut distinguer le handball, masculin et féminin, comme seule discipline constante aux Jeux olympiques. On peut aussi souligner que le football, le basket-ball masculin et féminin et le volley-ball auraient dû se qualifier pour Pékin. La déception les concernant a donc été légitime, même si l’on peut espérer que leur absence de réussite est conjoncturelle.

48Mais il convient également de demeurer lucide. Le base-ball, le hockey masculin et le volley-ball féminin ne pouvaient être présents à Pékin. Leurs niveaux de structuration du haut niveau et/ou de professionnalisation ne sont pas suffisants, comparativement à ceux de leurs concurrents. De plus, ils ne participent pas aux compétitions mondiales. Pour accéder aux compétitions continentales, puis mondiales, de leur discipline, le football féminin, le hockey féminin, le softball et le water-polo masculin et féminin doivent continuer à structurer leur haut niveau. Une avancée a été faite par le water-polo féminin, qui a rejoint, en 2008, les huit premières équipes européennes. Mais aussi par le softball, dont l’équipe tricolore s’est qualifiée pour les phases finales du Groupe A du championnat d’Europe 2009.

49Se dégagent également un certain nombre de points positifs, communs à la majorité des disciplines, sur lesquels il est possible de s’appuyer. Chacune d’entre elles devra continuer de les développer pour maintenir son niveau par rapport à la concurrence. Parmi ces points forts, on peut relever la formation du joueur ou de la joueuse française qui est de qualité dans la majorité des disciplines et reconnue à l’international ; le système de formation des entraîneurs, qui propose une formation initiale et continue performante ; et la filière d’accès au sport de haut niveau, qui repose, ou tend à le faire, à la fois sur les structures fédérales et les formations des clubs professionnels.

50Il semble cependant difficile de faire l’économie d’une interrogation concernant l’impact des joueurs et des joueuses tricolores, dans leur club respectif, sur le niveau du championnat dans lequel leur équipe évolue et sur leur filière de formation. Lors de cette olympiade chinoise, des problèmes récurrents et communs sont aussi apparus dans la gestion des équipes de France pour les compétitions internationales des nations. Ils concernent :

  • L’adéquation des contenus de formation du joueur et de l’entraîneur, au regard de l’évolution du jeu actuel.
  • L’aménagement des filières pour une meilleure prise en compte de la catégorie 18-21 ans. L’intégration de ces 18-21 ans dans des championnats de niveau élevé doit être meilleure, afin qu’elle puisse leur offrir un temps de jeu suffisant, mais aussi pour se perfectionner techniquement et se renforcer musculairement.
  • La superposition de calendriers (coupes et championnats nationaux et européens de clubs, compétitions internationales des nations), qui ne permet plus aux joueurs d’avoir des périodes de récupération, de repos et de formation, les regroupements pour l’équipe de France s’avérant en effet de plus en plus difficiles à planifier.
  • Les enjeux financiers dans les clubs, devenus très importants, la mise à disposition des joueurs pour les équipes nationales étant devenue difficile (blessure, assurance, etc.), voire parfois compromise.
  • La faiblesse des championnats nationaux français et des budgets des clubs, ainsi que l’absence d’enceintes sportives adaptées, qui sont significatives, aussi, du retard que nous avons pris par rapport à nos concurrents européens dans toutes les disciplines.
  • L’exode des joueurs et des jeunes talents français, notamment chez les hommes, en football, en basket-ball et en volley-ball, et chez les hommes et les femmes, en basket-ball.
  • La difficulté à recruter et à conserver des entraîneurs nationaux (les coachs), pour des raisons économiques imputables à la concurrence des clubs professionnels et internationale.

QUELLES PISTES DE TRAVAIL POUR L’AVENIR ?

51Le niveau de structuration et le niveau sportif sont, comme nous l’avons montré, très différents selon les disciplines. Sur le chemin qui conduit de l’amateurisme au professionnalisme, les étapes sont nombreuses. La haute performance, qui est une affaire d’experts et de spécialistes, se construit dans le détail. Il revient donc à chaque sport d’évaluer judicieusement les décisions à prendre, en fonction de son évolution à chaque franchissement de palier.

52Au regard de l’évolution des sports collectifs, tant au niveau sportif que dans leur environnement juridique et économique, il convient de rénover et de mettre en œuvre des stratégies dans plusieurs domaines. Au niveau européen, la concurrence s’est en effet considérablement avivée ces dernières années. Certains pays ont comblé leur retard, alors que la France restait sur ses acquis, concernant la formation du joueur notamment. Et même si certaines fédérations françaises possèdent une filière d’accès au sport de haut niveau performante et reconnue, des mesures urgentes doivent être effectivement mises en œuvre pour espérer améliorer encore la compétitivité des équipes tricolores.

53Pour pallier les carences, il serait sans doute important de regarder ce que font nos voisins en termes de contenus de formation. Les DTN concernés ont déjà réalisé ce constat et n’ont pas attendu pour s’interroger sur les modifications à apporter quant aux contenus de formation des joueurs et des entraîneurs. L’obligation de réunir un certain nombre de joueurs français sur les feuilles de matchs et la détection des joueurs et joueuses de grande taille sont des sujets qui devraient certainement retenir davantage l’attention.

54Le développement économique des clubs est également essentiel, si l’on ne souhaite pas que la France devienne le centre de formation des autres nations. La vitrine du sport français, émulation de nos jeunes, ne peut briller sans championnat national compétitif et sans équipes de France performantes. La mise en œuvre d’un plan national de construction ou de rénovation d’enceintes sportives pour les sports collectifs semble donc aussi indispensable qu’urgente.

55Un positionnement ferme et fédérateur de la France au niveau européen sera aussi nécessaire pour défendre, notamment, les dossiers menant à davantage d’équité dans les championnats nationaux. À cet égard, il serait intéressant de réaliser des enquêtes en Allemagne et en Espagne, et particulièrement en ce qui concerne l’organisation et le financement du sport et des clubs (partenariat privé des clubs, avantages fiscaux, etc.). Ce travail pourrait être mené par la cellule de veille de « l’Intelligence sportive » de la Préparation olympique et paralympique.

56Les investigations engagées par le secrétaire d’État aux Sports, par les rapports « Seguin » et « Besson », devraient, de surcroît, apporter un éclairage pertinent sur la compétitivité des clubs français et sur le financement du sport de haut niveau dans notre pays. Pour peu qu’elles ne fassent pas, naturellement, l’impasse sur l’expertise des techniciens des sports concernés.

57Les exigences à considérer réunissent donc une palette d’éléments qui dépendent du secteur sportif, de la structuration du club et de sa gestion, de la professionnalisation de l’équipe d’encadrement et des sportifs – car l’un ne va pas sans l’autre –, mais aussi du suivi médical, du développement financier, de la mise à disposition d’équipements adaptés ou encore de la médiatisation des disciplines. Relevant de l’intérêt général, certaines solutions concernant la politique des équipements sportifs, ainsi que la réglementation française et européenne du sport professionnel, devront trouver un écho et une réponse favorables au niveau des législations hexagonales et/ou communautaires.

58Au-delà de l’analyse de la prestation qualitative des Français lors des phases de qualification aux Jeux 2008, il est important de considérer que chaque discipline est singulière. L’amélioration des résultats des équipes tricolores viendra, en partie, de la capacité des différentes fédérations à analyser les problèmes qui leur sont propres. À elles de leur trouver, en concertation avec les pouvoirs publics, des réponses adaptées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k

Auteur

Directrice adjointe à la Préparation olympique et paralympique, MSS/SES

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.