Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Au-delà du bilan, resituer les jeux dans leur contexte social et historique

Faire le bilan des Jeux olympiques est-il une tâche impossible ?

Patrick Mignon

Texte intégral

1Certaines disciplines peuvent considérer avec fierté qu’elles ont contribué au succès des athlètes. Ce sont les sciences qu’on appelle dures, telles la biomécanique, la physiologie ou la biologie, parce qu’elles ont concouru à la mise en place de la meilleure préparation physique ou parce que leurs savoirs ont pu servir à mettre au point de nouveaux matériaux. Des sciences considérées comme plus molles tirent leur épingle du jeu. Ainsi la psychologie, qui est aussi une science de l’intervention, sous ses différents aspects qui travaillent pour le soin ou pour la préparation mentale, a pu remettre sur rail un athlète ou l’aider à mieux se concentrer. Peut-être l’économiste pourrait-il faire courir plus vite un sportif en aidant à la mise en place d’un système de récompenses monétaires. Mais, par définition, l’historien vient après coup, le sociologue ou l’anthropologue voient trop large et, tout comme l’historien ou l’économiste qui s’intéressent aux structures, ils contextualisent trop pour être vraiment utiles dans la courte durée de la compétition. C’est pourtant ce qu’on a souhaité faire en demandant à des historiens, philosophes, économistes et épidémiologistes de livrer leurs analyses de l’évènement qu’ont constitué les Jeux olympiques de 2008 à Pékin, parce que c’étaient des Jeux comme les autres et parce qu’ils se déroulaient à Pékin et que, de ce fait, ils n’étaient pas comme les autres- puisqu’on attendait de savoir si, oui ou non, la Chine était devenue une grande puissance sportive, et, pour d’autres raisons, si on avait eu raison de lui accorder l’organisation des Jeux.

CAR LE SPORT N’EST JAMAIS SIMPLEMENT QUE DU SPORT

2Lorsqu’on écoute les acteurs du sport d’élite, en privé ou en public, devant les médias ou lors d’un colloque, qu’ils soient des membres de l’administration, des élus des fédérations, des cadres techniques ou les experts spécialisés dans le domaine, de quoi parlent-ils ? De passion désintéressée pour le sport, bien sûr, mais aussi d’argent, qui manque ou qui est mal distribué, de structures, qui sont trop lourdes ou défaillantes, de culture sportive en général ou de la diversité des cultures sportives, de cultures nationales, qui favorisent ou non la ou les cultures sportives, des transformations économiques du sport, qui font entrer dans le sport olympique des acteurs nouveaux. On évoque aussi la grandeur nationale. Car les JO, qu’on le veuille ou non, surtout dans les pays où l’on a fait le choix d’avoir des sportifs compétitifs, sont un moment de mise à l’épreuve de l’état sportif d’une nation. Malgré les références à l’esprit olympique, c’est ce qu’ils sont très vite devenus : une traduction de la place du sport dans les différentes sociétés nationales et dans la compétition sportive entre les nations, comme en témoigne le fait que le sport soit entré dans les indicateurs de performance des nations, dans la mise en scène de leurs qualités concernant l’efficacité et la rationalité de leurs politiques, aussi bien sportives que sanitaires ou scientifiques, tout simplement leur richesse, comme en témoigne le texte de Wladimir Andreff. Les Jeux traduisent aussi des évolutions du politique, parce que ce sont des évènements très médiatisés et qu’ils sont devenus un lieu de mise en visibilité des acteurs politiques. Il est donc normal que beaucoup de choses soient dites avant, pendant et après.

AVANT LES JEUX, ON S’ÉTAIT FAIT PEUR

3En se demandant s’ils auraient bien lieu, en raison des évènements du Tibet. On verra dans les textes proposés plus loin (ceux de Georges Vigarello et de François Jullien, notamment) comment le problème a été résolu et, surtout, pourquoi. Mais on a surtout beaucoup joué au jeu des prévisions et des pronostics sur le nombre de médailles. C’est amusant, mais ce n’est pas seulement pour cet innocent plaisir. Sont en jeu des réputations, des récompenses symboliques, des retombées économiques, parce que les résultats vont prouver quelque chose quant au travail accompli par les techniciens du sport et leurs élus, le bien-fondé des choix budgétaires ou de la politique générale suivie par les États. On peut se situer du point de vue de celui qui jouera sa place lors du renouvellement des cadres techniques ou des élus des fédérations. On peut, à un niveau plus général (académique par exemple), prédire la déroute du système de la politique sportive. Dans la presse britannique, on voit qu’en même temps qu’on s’intéresse à Pékin, on se projette un peu vers Londres 2012.

PENDANT LES JEUX, C’EST L’ÉMOTION QUI PARLE

4L’enthousiasme en cas de victoire et la déception pour les défaites ou face aux in justices, du sort ou de l’arbitrage. Avant les Jeux, les médias ont lancé le grand récit olympique : Va-t-elle gagner ? Va-t-il revenir ? Aura-t-on autant de médailles ? Pendant les Jeux, le suspens est maintenu : il y a des surprises et « à ce jour, on n’est toujours pas arrivé au chiffre qu’on avait atteint à Athènes au même moment ». Et là encore, le coup d’œil sur la presse britannique, après avoir lu L’Équipe et regardé les compétitions à la télévision, nous ramène vers la lutte des nations pour les médailles. On n’oubliera pas le doute qui se fait jour face à certaines performances et Jean-François Toussaint, Georges Vigarello et Pierre Bordry nous aideront à discuter de ces doutes.

APRÈS LES JEUX, ON A BIEN SÛR VU QUE LA CHINE

5Était capable de bien organiser des JO et qu’elle était devenue une grande nation sportive. Surtout, on réagit aux résultats et on se projette vers 2012. Peut-on être pleinement satisfait des résultats ? Par exemple, on regarde avec envie les Britanniques, qui ont remporté un grand nombre de médailles, mais on apprend aussi qu’un cadre technique d’une grande discipline, l’athlétisme, peut être immédiatement remercié pour avoir échoué d’une médaille. On compare donc des performances et des systèmes de production de performance avec ses incitations : mais combien sont-ils payés ? Quel est leur statut ? Comment sont-ils sanctionnés ? En fait, on entend ce qu’on entend depuis quelques olympiades, depuis que les enjeux sont montés : des cadres d’État fonctionnaires ne peuvent pas être vraiment performants, les athlètes sont trop choyés, les Français sont trop fragiles face aux derniers défis. Mais cette année, il y a un fait nouveau qui vient de ce que l’économie du sport olympique s’est radicalement transformée, ce n’est pas nouveau mais, vu de France, c’est plus spectaculaire ou plus surprenant qu’ailleurs, avec l’arrivée de groupes sportifs, un peu comme en cyclisme, qui alignent, en quelque sorte, leurs athlètes dans les compétitions. On peut donc aussi se prononcer sur le succès ou l’échec des athlètes défendant les couleurs de telle grande entreprise de communication. Car voilà un autre enjeu, après la question chinoise, à savoir la question de la part respective des financements privés et publics dans le sport d’élite, et, par contrecoup, celle du partage des éloges en cas de victoire ou du mode de rétribution pour les succès.

6Les Jeux olympiques sont donc des occasions de polémique. Mais ce sont des polémiques qui portent sur des choses très sérieuses : comment réguler le sport quand il est investi par les capitaux ? Qu’est-ce qu’aujourd’hui l’esprit olympique ? Comment faire face au doute quant au dopage ? Comment faire la différence entre ce qui peut être une aide légitime à la performance et ce qui est un danger pour la santé ou une aide injuste ? Comment doivent être attribués les Jeux olympiques ? Peut-on stopper la course aux records ? Sur ces questions, les textes de Georges Vigarello, de Jean-François Toussaint et de son équipe seront particulièrement éclairants. Sur la question de savoir comment mesurer l’efficacité d’un système de production de la performance, il serait aussi important de pouvoir juger, mais comment en juger ?

7À ce propos, on peut proposer et voir en œuvre plusieurs niveaux de lecture. Le texte de Wladimir Andreff revient sur le modèle de prévision des médailles. C’est un modèle macroéconomique qui permet, à la fois de comprendre ce qui détermine le gain des médailles, et d’établir des pronostics. Il ne satisfera peut-être pas ceux qui doivent produire les médailles, il montrera peut-être tout de même que les médailles gagnées par les uns sont des médailles perdues par les autres, et que la chance et l’incertitude restent des composantes fondamentales du sport : qu’est-ce qu’un témoin qui tombe ? une faute professionnelle ou de la bonne vieille malchance ? C’est peut-être pour cela que, plus les jours passaient après la fin des Jeux, plus les polémiques s’apaisaient, parce qu’on avait fait la part des choses. À moins que ce ne soit aussi parce que les comptes allaient se solder un peu plus tard.

AU BOUT, ON VOIT AINSI QUE LE TEMPS DES JEUX N’EST PAS HOMOGENE

8Temps de la compétition proprement dite, temps médiatique, temps politiques (au pluriel, car le politique répond à plusieurs régimes : immédiateté du temps médiatique et temps plus long de la décision), temps sportif des athlètes, qui n’est pas celui des entraîneurs, ni celui des élus et, finalement, temps des analystes, encore plus long.

9C’est sur ce temps long que les sciences sociales peuvent, si ce n’est apporter quelques lumières, du moins contribuer au débat, à partir de ce qui a pu être écrit depuis des années, moins sur le sport, d’ailleurs, que sur d’autres univers. Il en va ainsi, par exemple, du bilan du sport féminin, qu’on parle du faible nombre de médailles, du nombre insuffisant de sportives d’élite ou du très petit nombre de cadres techniques ou d’élus femmes, ce dernier point pouvant être aussi rapporté à la question de la place faite aux minorités qu’on dit visibles. Par exemple, il est difficile d’avoir une population de sportives de haut niveau si on ne peut retenir les jeunes filles qui quittent, de façon massive, la pratique sportive à partir de douze ans ; et il est difficile de retenir les jeunes filles s’il y a trop peu d’entraîneurs et d’éducatrices qui puissent servir de modèle ou de référence. La question du lien entre sport de masse et sport d’élite est donc loin d’être réglée.

10On peut évoquer un autre point, souvent soulevé dans les bilans sur les mérites comparés des différents sports : celui de la culture de la performance, de son manque. On voit bien les différentes interprétations qu’on peut en faire, mais on peut en garder une qui renvoie à la définition de base du mot performance, celui de l’accomplissement parfait d’une tâche. Cela oblige à travailler sur ce qu’est le professionnalisme, ce qu’il implique en termes de formation, ce qu’est une culture professionnelle, ses savoirs et savoir-faire, mais aussi sa déontologie (soit ses devoirs), et, enfin, ses responsabilités et son autonomie. Sans doute aussi cela implique-t-il du temps.

11Puisque ces Jeux se sont déroulés en Chine, faisons référence au texte de François Jullien qui, ici, porte spécifiquement sur ce qui peut nous permettre de comprendre comment les Chinois ont construit leur succès. On évoquait plus haut les différents temps qui gouvernent le traitement d’un évènement comme les Jeux olympiques. Avec ces idées de maturation et de potentiel de situation, dont on trouvera le sens défini dans l’article, l’exemple chinois montre qu’il ne suffit pas de vouloir quelque chose, mais qu’il faut construire les conditions, toutes les conditions, pour que des choses arrivent. Cela suppose de laisser du temps au temps et de savoir apprécier tous les gestes qui, à tous les niveaux, contribuent à faire advenir les choses. Traduit en d’autres termes, ceux de la sociologie américaine, cela pourrait être aussi de reconnaître les implications de l’idée selon laquelle la production de la performance est une action collective.

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540