Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Les analyses institutionnelles

Le déroulement des Jeux olympiques, l’organisation et le comportement de la délégation française

Jacques Rey

Texte intégral

1Pour certains pays, accueillir les Jeux olympiques est l’occasion de faire leur entrée sur la scène internationale. Ce fut le cas du Japon, en pleine renaissance économique, à Tokyo en 1964 ; ou encore de la Corée du Sud, en 1988 à Séoul.

2La Chine, très souvent, ne fait rien comme les autres. La république populaire de Chine est en effet un pays où l’on observe, entre autres spécificités, la synthèse inattendue d’un régime communiste fort et d’un capitalisme néolibéral vigoureux.

3Si l’Empire du Milieu est le pays hôte des Jeux de 2008, c’est plutôt pour que le monde puisse faire son entrée sur la scène chinoise.

4Dans cet Empire, notre approche cartésienne des questions est battue en brèche, car la Terre y est carrée et le Ciel rond. Au milieu de l’univers se trouve la Chine. Dans cet environnement inhabituel, nous avons organisé, à compter de mai 2005, le séjour de trois cent quatorze athlètes et de trois cents cadres, répartis dans les villages de Pékin, Qingdao et Hong Kong.

5Les relations que nous avons entretenues avec les vingt-deux directions du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Beijing nous ont permis de vérifier le cloisonnement qui existe entre chacune d’elles, au sein d’une administration parfois rigide. « La bureaucratie n’a pas de visage », plaisantait un entrepreneur occidental sur place.

6Beijing, que l’on peut traduire du mandarin par « la capitale du nord », compte neuf millions d’habitants et est située au cœur de la municipalité de Pékin, qui abrite près de quinze millions d’âmes.

7Pékin est desservie par neuf autoroutes et cinq périphériques concentriques, qui encerclent et divisent la ville.

8L’organisation et la conception originelle du centre-ville respectent des critères géomantiques très précis, selon le fameux Feng shui adapté aux impératifs des empereurs.

9Et c’est ainsi que le huitième jour du huitième mois de la huitième année des années 2000, à huit heures du soir, débute à Pékin la cérémonie d’ouverture de la xxixe olympiade.

10Si le rouge préserve du mauvais œil, le huit, symbole de la prospérité dans la culture chinoise, porte bonheur.

11Dans le magnifique stade où les Jeux ont fait leur nid, s’éveille alors une ouverture féerique, grandiose, entre prouesse artistique et trouvailles technologiques, entre hier et demain. Deux mille huit joueurs de tambour ancien frappent un compte à rebours, à mesure que leurs instruments s’illuminent.

12Quatre-vingt-onze mille spectateurs s’agitent sur leurs sièges, quelques milliards d’autres devant leur télévision... Les athlètes font leur entrée dans le stade. Honneur aux Grecs, tradition oblige, puis les plaisirs d’un défilé bon enfant, coloré et chatoyant.

13« Allonz’enfants », voici la France : canotier pour les messieurs, béret pour ces dames, du bleu, du blanc et du rouge...

14Pour les sportifs chinois, le géant Yao Ming ouvre le chemin à une délégation de plus de mille personnes. Toutes les équipes sont alignées devant la tribune officielle. Il est temps. Le président Hu Jintao déclare les Jeux ouverts, la pongiste Zhang Yining prononce le serment des athlètes et c’est finalement Li Ning, gymnaste triple médaillé d’or en 1984, à Los Angeles, qui s’élève pour un tour de piste aérien et allume la flamme.

15Ma propre implication directe date du 25 mai 2005, lorsque le conseil d’administration du CNOSF m’a attribué la responsabilité générale de la mission.

LE RÔLE DU CHEF DE MISSION EST PARFAITEMENT CODIFIÉ PAR LA RÈGLE 41 DE LA CHARTE OLYMPIQUE

16Ainsi, durant la période des Jeux, les concurrents, les officiels, les entraîneurs et autres personnels d’équipe d’un CNO sont placés sous la responsabilité du chef de mission.

17Par ailleurs, sa tâche consiste à être en liaison avec le CIO, les CNO étrangers, les fédérations internationales et le Comité d’organisation.

18Toutefois, au-delà de cette description administrative, j’ai souhaité donner du sens au projet, à travers quatre notions fondamentales :

  • placer le sportif au centre de toutes nos préoccupations,
  • éviter la dispersion des actions et des moyens,
  • se préserver des guichets multiples et redondants,
  • définir un projet concerté d’animation de l’équipe de France olympique.

19La Mise en œuvre est partagée entre trois entités intervenantes :

  • Le CNOSF, chef d’orchestre, a la responsabilité de l’organisation logistique et de la gestion de la délégation,
    • il organise la synergie des compétences,
    • il coordonne les relations entre les fédérations, la POP, l’Association des DTN, le COJOB, et la direction des Sports du ministère,
    • il mutualise les actions,
    • enfin, il met en place toute la logistique, en s’appuyant sur tous les services du CNOF, notamment le département du haut niveau, mais aussi le service de la communication, le département médical et tous les services administratifs et financiers.
  • La préparation olympique et paralympique, sorte de technicien supérieur,
    • audite les acteurs,
    • expertise les projets,
    • analyse les résultats,
    • organise une veille technologique, et rapporte au ministre.
  • L’Association DTN, qui fait office de référence :
    • fait connaître ses préconisations,
    • instruit les dossiers sur le fond, et crée du lien.

20J’ai enfin suggéré de faire nôtre la devise : « l’unité dans la diversité ».

L’UNITÉ DE L’ÉQUIPE DE FRANCE OLYMPIQUE

21Dans la diversité des disciplines sportives prend en effet en compte une multiplicité d’intervenants. Nous avons eu à concevoir l’unité du multiple, sans toutefois imposer une norme, en appliquant la règle classique des trois unités :

  • unité de temps (la quinzaine de jours),
  • unité de lieu (le site),
  • unité d’action (le concept de performance).

22Par ailleurs, comme la mission d’un dirigeant n’est pas que de penser l’immédiat, nous nous sommes attribué une mission prospective secondaire à l’horizon 2012, qui permet de tracer la route aux successeurs...

23En attendant, l’état-major de la délégation française en Chine était composé d’une trentaine de personnes placées sous l’autorité du chef de délégation et assistées sur place par l’attaché olympique et son adjointe.

24S’appuyant sur cinq adjoints, le chef de mission a organisé l’entreprise en cinq services principaux. Cette organisation a permis une gestion efficace et sereine de l’administration générale, des transports, des accréditations, du médical, de la communication, de la télématique, des équipements ou encore de l’hébergement.

25Sur ce dernier point, en complément des logements du village de Pékin, un immeuble, qui regroupait tous les partenaires de la performance, a été loué.

26Ce fut, au regard des Jeux précédents, une conception unitaire innovante et appréciée de tous les usagers.

27Et puis, au fil des jours, des médailles, des joies, des peines, des déceptions. On a coutume de dire que les nombres régissent le monde, mais la vérité est que les nombres montrent comment il est régi.

28 Quarante : aux côtés des quarante Immortels de l’Académie française, quarante médailles seront désormais attachées aux exploits des Français durant les Jeux de Pékin.

29 Sept médailles, seulement, pour les filles, classées au vingt-deuxième rang des médailles féminines.

30 Treize, sur les quinze possibles, est le nombre d’équipes de sport collectif qui n’étaient pas du voyage chinois !

31 Seize fédérations pourvoyeuses de médailles prouvent la vitalité du mouvement sportif français et la légitimité du modèle fédéral.

32C’est le propre des Jeux olympiques que de mettre la ville et le pays où ils se tiennent sous le feu des projecteurs.

33Pékin et la Chine inspirent ainsi trois sentiments au monde qui les entourent : le respect, la joie et l’espérance.

34Mais cette situation exceptionnelle, qui assure à ce pays l’une des premières places dans le concert des nations, ne lui donne pas tous les droits.

35Aborder une telle question sans la moindre esquisse de doute, au pays de Voltaire et de Joliot-Curie, en dirait long sur la maladie qui affaiblirait l’esprit critique.

36La flamme portée par l’équipe de France olympique, faite de l’excellence des sportifs, du respect de l’adversaire, de liens d’amitiés et des droits de l’homme, s’est installée sur les sites des Jeux.

37C’est un évènement dont nous devons être fiers, car il a d’abord montré le partage des principes de liberté portés par l’olympisme et il a ensuite permis à chacun de manifester son adhésion à ces valeurs.

38Ce fut un moment unique pour adresser à tous les CNO du monde, à celui de la Chine en particulier, un salut amical pétri de paix et de fraternité, directement issu de la tradition de la Grèce ancienne, supposant que tout conflit, toute guerre s’arrêtent pendant la trêve olympique.

39Ce fut un moment unique pour rappeler que la pratique sportive est un droit de l’homme, que le sport, s’il renonce à l’honneur et à la beauté, n’est plus que geste sans âme, que muscle et adresse.

40Ils étaient des missions, seuls ou cent, à porter l’humanité de l’Humanité.

Auteur

Chef de la mission Pékin 2008 au Comité national olympique et sportif français

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.