Desktop versionMobile Version

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Les analyses institutionnelles

Les filières du sport de haut niveau et les résultats aux Jeux olympiques

Sébastien Ramonell

Volltext

CADRE JURIDIQUE DES FILIÈRES

  • 1 Les filières d’accès au sport de haut niveau seront remplacées à partir du 1 er juillet 2009 par le (...)

1Concept défini et établi par la Commission nationale du sport de haut niveau (CNSHN) du 30 juin 1994, les filières d’accès au sport de haut niveau1 formalisent, pour chaque sport, la stratégie fédérale globale visant à conduire tout sportif détecté jusqu aux podiums des grandes échéances internationales (cf. instruction no 95-057 JS, du 24 mars 1995).

2La filière s’appuie notamment sur des structures, en particulier les pôles France et les pôles Espoirs, conçus comme des centres de ressources et organisés en réseau.

3Les filières du haut niveau sont mises en place pour chaque discipline sportive reconnue de haut niveau et comprennent un ensemble de moyens humains, financiers, matériels et structurels mis à disposition des collectifs France et Espoirs.

4Elles reposent aujourd’hui sur une base juridique réglementaire et font l’objet d’une section du Code du sport (articles D. 221-17 à R. 221-26, dispositions issues du décret no 2002-1010 du 18 juillet 2002).

5À la demande de la fédération compétente et après avis de la CNSHN (art. D. 221-24), la validation de la filière est accordée par le ministre chargé des Sports (art. R. 221-23), au vu d’une présentation des objectifs poursuivis, du nombre, de la nature et du lieu d’implantation des structures mises en œuvre, ou à mettre en œuvre, pour atteindre ces objectifs, et du cahier des charges auquel est soumis le fonctionnement de la filière et, en particulier, des structures qu’elle regroupe (art. D. 221-18). La validation de la filière est valable pour la période de quatre ans qui commence à courir à compter du 1er juillet qui suit immédiatement les JO d’été (art. D. 221-24). Le DTN veille au bon fonctionnement de la filière (art. D. 221-25).

6Chaque année, le ministre chargé des Sports établit et rend publique la liste des pôles France et des pôles Espoirs dont le fonctionnement respecte le cahier des charges (art. R. 221-26).

7Cette procédure de labellisation s’appuie sur l’avis du DTN, du directeur régional de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, et, le cas échéant, du directeur d’établissement, si le pôle est implanté au sein d’un CREPS, d’une école nationale ou de l’INSEP.

8Les sportifs inscrits dans les filières d’accès au sport de haut niveau sont soumis à une obligation de suivi médical (article L. 231-6 du Code du sport), dont la nature et la périodicité des examens sont précisées par un arrêté du ministère chargé des Sports (arrêté du 11 février 2004, modifié par l’arrêté du 16 juin 2006).

SOUTIEN MINISTÉRIEL AUX FILIÈRES

9Le soutien aux filières d’accès au sport de haut niveau passe par trois canaux principaux.

LES SUBVENTIONS VERSÉES AUX FÉDÉRATIONS SPORTIVES POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT DE HAUT NIVEAU DANS LE CADRE DE LA CONVENTION D’OBJECTIFS (CO)

10Ces moyens couvrent les trais relatifs :

  • aux collectifs (participation aux stages et aux compétitions de référence),

  • au fonctionnement des structures (principalement les pôles France),

  • à la formation et à l’insertion professionnelle des sportifs (y compris par l’octroi « d’aides personnalisées » : manque à gagner, primes à la performance, aides sociales et remboursement de frais),

  • au suivi de la santé des sportifs dans le cadre réglementaire (sportifs de haut niveau, sportifs Espoirs et sportifs non listés, inscrits dans les pôles),

  • à l’organisation de grands évènements sportifs en France (principalement, les compétitions de référence).

11Le tableau ci-dessous décline l’ensemble de ces financements pour l’année 2008 et illustre la forte priorité accordée aux trente et une fédérations olympiques, au sein des cinquante-cinq fédérations, disposant aujourd’hui d'au moins une discipline reconnue de haut niveau.

12Cette tendance a été particulièrement marquée en cette année olympique (85,3 % des financements du haut niveau accordés aux fédérations olympiques en 2008 dans le cadre des CO, contre 84,6 % en 2007 et 83,3 % en 2006).

UN SOUTIEN DIRECT ACCORDÉ AU NIVEAU CENTRAL

13Il concerne les crédits relatifs :

  • au fonctionnement des structures implantées à l’INSEP et dans les écoles nationales (pôles France et pôles Espoirs),

  • à l’insertion professionnelle et à l’accompagnement des sportifs de haut niveau vers l’emploi (en particulier, les conventions d’insertion professionnelle mises en place au niveau national).

UN SOUTIEN DIRECT ACCORDÉ AU NIVEAU DÉCONCENTRE

14Il concerne les crédits consacrés au développement du sport de haut niveau dans le cadre des budgets opérationnels de programme (BOP) mis en œuvre au niveau des directions régionales et départementales de la Jeunesse et des Sports (DRDJS). Ces moyens couvrent les frais relatifs :

  • au fonctionnement des structures (principalement les pôles Espoirs),

  • à l’insertion professionnelle (en particulier, les conventions d’insertion professionnelle mises en place au niveau déconcentré),

  • à diverses dépenses de santé relatives aux sportifs inscrits dans les filières,

  • à la participation à la mise en œuvre de grands évènements sportifs.

15Le tableau ci-dessous récapitule le montant des crédits concernant les subventions directes de l’administration centrale et de ses services déconcentrés au bénéfice des filières en 2008.

16Ce sont donc ainsi près de 72 millions d’euros (65,117 + 6,794 = 71,911 mC) que le ministère (avec le concours du CNDS, pour les CO) a consacrés au soutien des filières d’accès au sport de haut niveau en 2008. Ce montant ne comprend ni dépenses d’investissement, ni charges de personnel.

CONTRIBUTION DES STRUCTURES DES FILIÈRES AUX SÉLECTIONNÉS OLYMPIQUES DE PÉKIN

17La proportion d’athlètes sélectionnés aux Jeux olympiques de Pékin issus des pôles s’élève à 63,0 % (203 sportifs sur 322 sélectionnés). Ce taux est en progression par rapport à Athènes (198 sportifs sur 321 sélectionnés, soit 61,7 %) et à Sydney (201 sur 343, soit 58,6 %).

18Pour les JO de 2008, au total, cinquante-trois pôles France, treize pôles Espoirs et douze établissements du ministère de la Santé et des Sports comptaient au moins un sportif sélectionné.

19Au plan géographique, ces soixante-six pôles étaient répartis dans quinze régions (dont quatorze métropolitaines et une en Martinique). L’Ile-deFrance (vingt et un pôles, dont dix-neuf implantés à l’INSEP), PACA (onze pôles), Rhône-Alpes et Pays de la Loire (cinq pôles chacune) étaient les régions les mieux dotées en nombre de structures ayant fourni des sélectionnés olympiques.

20Les graphiques ci-après illustrent respectivement le nombre de sportifs sélectionnés, finalistes et médaillés en pôles France, en pôles Espoirs et en établissements. Du fait du nombre quasi identique des sélectionnés olympiques en 2004 (321) et 2008 (322), il est possible d’établir des comparaisons en valeur absolue.

DE PLUS EN PLUS DE SPORTIFS SÉLECTIONNÉS ISSUS DES POLES FRANCE

21Des sportifs sélectionnés à Pékin, 57,5 % (185 sur 322) appartenaient à un pôle France. Ce taux est supérieur à celui d’Athènes (174 sur 321, soit 54,2 %).

22En outre, le différentiel entre 2004 et 2008, en faveur de Pékin, est d’autant plus grand que le niveau de performance sportive est élevé.

23En effet, si le taux de sélectionnés qui proviennent des pôles France augmente de 6 % d’une olympiade à l’autre (185 contre 174), celui des finalistes s’accroît de 12 % (102 contre 91) et celui des médaillés de 40 % (42 contre 30).

Les sportifs sélectionnés aux JO en pôle France

DE MOINS EN MOINS DE SPORTIFS SÉLECTIONNÉS ISSUS DES PÔLES ESPOIRS

24Appartenaient à un pôle Espoirs 5,6 % des sportifs sélectionnés à Pékin (18 sur 322). Ce taux est inférieur à celui d'Athènes (24 sur 321, soit 7,5 %).

25En outre, le différentiel entre 2004 et 2008, en défaveur de Pékin, est d’autant plus grand que le niveau de performance sportive est élevé.

26En effet, si le taux de sélectionnés provenant des pôles Espoirs diminue de 25 % d’une olympiade à l’autre (18 contre 24), celui des finalistes décroît de 12 % (4 contre 9) et celui des médaillés de 83 % (6 contre 1).

Les sportifs sélectionnés aux JO en pôle Espoirs

LES SPORTIFS SÉLECTIONNÉS AU REGARD DES ÉTABLISSEMENTS

27Des sportifs sélectionnés à Pékin, 49 % (158 sur 322) sont issus d’un pôle implanté dans un établissement du MSJSVA. Ce taux est supérieur à celui d’Athènes (145 sur 321, soit 45 %).

28Selon les catégories d’établissement considéré, l’évolution n’est pas la même :

  • relative stabilité pour l’INSEP (+ 4,5 % en huit ans) : quatre-vingt-six sportifs « insépiens » sélectionnés aux JO de 2000, quatre-vingt-quatre en 2004 et quatre-vingt-dix en 2008, soit 28 % des sélectionnés à Pékin,

  • progression forte et continue pour les CREPS (+ 46 % en huit ans) : quarante et un sportifs issus de ces établissements sélectionnés à Sydney, cinquante-deux à Athènes et soixante à Pékin, soit 18,6 % des sélectionnés aux derniers JO,

  • évolution non significative pour l’ENE, en raison d’effectifs résiduels (aucun sportif en 2000, neuf en 2004, huit en 2008).

29En outre, le différentiel entre 2004 et 2008, en faveur de Pékin, est d’autant plus grand que le niveau de performance sportive est élevé.

30En effet, si le taux de sélectionnés provenant des établissements augmente de 9 % d’une olympiade à l’autre (158 contre 145), celui des finalistes s’accroît de 17 % (83 contre 71) et celui des médaillés de 28 % (37 contre 29).

31En particulier, en 2008, l’INSEP contribue pour 57 % au nombre des sélectionnés issus des établissements (90 sur 158), pour 58 % au nombre des finalistes (48 sur 83) et pour 68 % à l’effectif des médaillés (25 sur 37).

Les sportifs sélectionnés aux JO en établissements

LA RÉFORME DES FILIÈRES DU HAUT NIVEAU ET LA MISE EN PLACE DES PARCOURS DE L’EXCELLENCE SPORTIVE

32Conformément aux dispositions du Code du sport (article D. 221-24), les Jeux olympiques d’été rythment le processus de rénovation des filières d’accès au sport de haut niveau.

33Au cours de ce printemps 2008, a donc été engagé un « diagnostic partagé » des filières avec les DTN, des représentants de la direction des Sports et, pour les sports olympiques, de la Préparation olympique et paralympique (POP).

34Puis, à l’automne, ont été tirés les premiers bilans des JO de Pékin, à l’occasion du regroupement national du réseau du sport de haut niveau au CREPS de Talence (du 13 au 15 octobre 2008), dans le cadre des entretiens de l’INSEP (21 et 22 octobre à Vincennes) et à l’occasion de réunions techniques conduites par la POP avec les DTN et le concours de la direction des sports (DS).

35De manière plus formalisée, la POP, avec la contribution de la DS, a présenté un bilan écrit détaillé des JO de 2008 en décembre 2008.

36À partir de ces constats, ont été précisées, par voie d’instruction (no 09-028 JS du 19 février 2009), les modalités de mise en place des filières, appelées à devenir les « parcours de l’excellence sportive » (PES).

37Ce changement de dénomination illustre une forte volonté de réforme du dispositif national du sport de haut niveau affichée par M. Bernard Laporte, secrétaire d’Etat chargé des Sports et de la Vie associative.

38Si les détails de cette rénovation n’ont pas encore fait l’objet d’annonces officielles, les consultations se poursuivant avec le mouvement sportif, il est néanmoins possible de dégager quelques lignes directrices qui guideront cette réforme, au vu de déclarations formulées dans la presse par le secrétaire d’Etat au cours des derniers mois.

39Au nombre d entre elles, peuvent ainsi d’ores et déjà être mentionnées :

  • l’ouverture des filières à la reconnaissance d’une plus grande diversité de structures contribuant au haut niveau : associatives (clubs), commerciales, familiales, notamment (en plus des pôles France et des pôles Espoirs),

  • pour autant, le resserrement du dispositif, dans une logique de concentration des moyens sur l’élite sportive, en agissant de manière restrictive sur trois paramètres : la reconnaissance du caractère de haut niveau des disciplines, le périmètre des listes ministérielles (notamment de la liste Espoirs) et le soutien financier aux structures (notamment les pôles Espoirs),

  • dans le même esprit, le resserrement du réseau des CREPS, appelés à se concentrer davantage sur le haut niveau et sur des missions nationales,

  • un rôle reconnu à l’INSEP dans la coordination technique du réseau des établissements, notamment à travers la diffusion de son savoir-faire en matière de formation, d’expertise sportive et de recherche.

Anmerkungen

1 Les filières d’accès au sport de haut niveau seront remplacées à partir du 1 er juillet 2009 par les « parcours d’excellence sportive ».

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/661/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/661/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Bildunterschrift Les sportifs sélectionnés aux JO en pôle France
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/661/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift Les sportifs sélectionnés aux JO en pôle Espoirs
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/661/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 44k
Bildunterschrift Les sportifs sélectionnés aux JO en établissements
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/661/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 42k

Autor

Chef du bureau du sport de haut niveau, DSA2, ministère de la Santé et des Sports, secrétariat d’État aux Sports

© INSEP-Éditions, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search