Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Les analyses institutionnelles

Des Jeux hors normes

Jean-François Lamour

Texte intégral

1“Je suis allé à Pékin pendant toute la durée des Jeux olympiques de 2008, en tant que consultant sur l’escrime pour France Télévisions. J’avais également un rôle plus politique, toujours pour France Télévisions, en ma qualité d’ancien ministre, sur la partie organisation des JO, les relations avec le CIO et les organisateurs chinois, et le dispositif de lutte contre le dopage... Je voyais, dans cette opportunité, une manière d’être actif dans cet environnement qui a été ma vie pendant de nombreuses années. J’étais à la fois impatient et curieux de voir comment les Chinois allaient organiser cette xxixe édition des Jeux olympiques de l’ère moderne. Il était tout à fait normal, selon moi, que la Chine, pays plus qu’émergent ayant démontré son savoir-faire en matière de sport ces dernières années, ait enfin l’opportunité d’organiser les JO. Même si cela n’obérait pas ma réflexion sur la relation assez particulière que les Chinois entretiennent avec les droits de l’homme.

2Je dois bien reconnaître que nous avons vu, l’été dernier, des Jeux olympiques uniques. Il me paraît aujourd’hui difficile pour un pays quel qu’il soit, à part un jour peutêtre l’Inde, d’organiser des Jeux dans de telles conditions, avec 40 milliards de dollars de budget, des dizaines de milliers de volontaires, des dizaines de milliers de mètres carrés dédiés, des équipements neufs pratiquement pour tous les évènements... C’est un paramètre dont nous devrons tenir compte à l’avenir. Nous étions jusqu’à présent dans une logique de surenchère. Or, on sait aujourd’hui qu’on ne pourra jamais faire mieux que les Chinois. Ces Jeux 2008 ne sont même pas une norme. Ils sont hors normes. Il faudra bien garder cela en tête lorsque les Jeux olympiques de Londres débuteront.

3Les Pékinois étaient heureux de voir les Jeux organisés chez eux et ils ont tout fait pour placer les participants et les spectateurs dans les meilleures conditions possibles. Seul bémol : il manquait peut-être le côté fête spontanée de Barcelone et de Sydney. Et je pense que c’est sur ce point précis que Londres devra faire des efforts pour se démarquer dans quatre ans. Les Anglais pourront très bien organiser des Jeux standard en matière de compétition, de prise en charge des sportifs, mais leurs JO devront être une fête permanente et se dérouler finalement autant à l’extérieur qu’à l’intérieur des stades.

4Malgré leur gigantisme, les Jeux olympiques restent les Jeux olympiques. Ils évoluent, eertes, olympiade après olympiade, mais la compétition, elle, conserve ses principes fondamentaux. Et il est impensable que cela change un jour, sous peine de voir cet évènement disparaître. Avec Jacques Rogge à la tête du CIO, je pense qu’il y a peu de chances que cela arrive. Un exemple : les finales de natation programmées le matin devaient totalement changer la donne. Or, quand on voit la réussite de ces épreuves, le formidable engouement autour des différentes courses, les records du monde, même si les combinaisons y sont certainement un peu pour quelque chose, la fête n’a pas été gâchée, comme certains le craignaient. Bien au contraire. L’exemple n’est peut-être pas à reproduire dans tous les sports, mais globalement, l’esprit olympique n’a pas changé d’un iota. Alors oui, un évènement comme les JO n’est clairement plus à la portée de tous les pays. Et cela ne dépend pas simplement du budget, mais surtout de la complexité à organiser une telle épreuve, à concentrer dans un espace donné près d’une trentaine de disciplines différentes. L’universalité tient moins dans le fait de pouvoir organiser les JO que d’y participer. Il ne serait de toute façon pas crédible aujourd’hui d’entraîner des pays d’Afrique dans une telle impasse. Le Brésil, ou dans une moindre mesure l’Argentine, pourrait peut-être un jour organiser les Jeux. Tout comme l’Inde à l’orée 2028-2032. En espérant que, d’ici là, la France aura eu une nouvelle opportunité d’être désignée. Sur le strict plan des performances, j’ai vécu des moments très forts cet été, à Pékin. La semaine passée au Cube d’eau de natation ma particulièrement marqué. Aussi bien, d'ailleurs, l’échec de Laure Manaudou que l’émergence d’une nouvelle génération qui a su reprendre le flambeau de manière exceptionnelle. Ces résultats sont, pour moi, l’expression d’une organisation sportive française très performante, basée sur une fédération délégataire de service public, d’outils comme l'INSEP ou les pôles France, qui doit être certes améliorée année après année, mais qui a une nouvelle fois démontré sa pertinence. La natation est partie de loin, après l’échec des Jeux d’Atlanta de 1996 (aucune médaille), mais elle a su se remettre en question, s’appuyer sur son modèle fédéral, améliorer ses structures, son encadrement, pour atteindre les résultats que l’on connaît aujourd’hui. Je n’oublie pas également la formidable conclusion proposée par nos handballeurs, après une succession de belles performances, notamment celles des escrimeurs, des filles du BMX, des vététistes, des lutteurs... J’aurais d’ailleurs bien aimé être dans la salle quand les frères Guénot ont gagné leurs médailles et partager ce moment d’intimité avec eux. D’autant plus quand on sait combien ce sport peut être dur et ingrat. Mais je sais aussi trop bien, pour l’avoir vécu moi-même, que ces moments appartiennent en priorité aux sportifs et à leur entourage.

5Outre les performances françaises, Usain Bolt a peutêtre été celui qui m’a fait le plus vibrer, le plus sourire, à la fois par la beauté de son geste et dans la façon dont il s'était préparé à s’exprimer devant le public et à affronter ses adversaires. Et la cérémonie d’ouverture restera, pour moi, un moment exceptionnel. On s’attendait à beaucoup d’excès. Or, je trouve au contraire qu'elle a été magnifique et équilibrée. Avec des trouvailles particulièrement sympathiques pour allumer la flamme olympique. Il y avait même assez longtemps que l’humain n’avait pas été à une aussi bonne place pour ce moment symbolique.

6Ce n’est pas parce que je ne suis plus ministre que je n’assume pas ma part de responsabilités, tant dans les échecs, d’ailleurs, que dans les victoires. Deux ans avant les JO de Pékin, en quittant le ministère, j’avais annoncé quarante médailles. Le but d’un ministre en charge des Sports est de pousser ses troupes, que ce soit ses fonctionnaires ou ses athlètes. Notre logique était de poursuivre l’élargissement de la base de potentiel d’obtention de médailles, en nous appuyant sur des fédérations qui, au niveau mondial, tenaient le haut du pavé – l’escrime, le judo, le cyclisme sur piste, la natation – et une structure comme la POP, que j’avais tenu à renforcer pour en faire un véritable outil d’analyse et d’expertise et, donc, de prospectives... J’avais confiance à la fois dans cette expertise, mais aussi dans les sportifs eux-mêmes et dans la capacité des cadres techniques à accompagner ces athlètes. Dans ce contexte, nous pouvions légitimement être ambitieux. Et même si cette barre des quarante médailles paraissait difficile à atteindre, nos athlètes ont su se sublimer pour remplir les objectifs qui avaient été fixés. Il manque simplement, peut-être, quelques médailles d’or qui nous auraient permis d’être mieux placés dans le concert des nations. Mais cela ne tient à rien. Le relais 4 x 100 m en natation, par exemple, a manqué l’or de quelques centièmes, les escrimeurs auraient pu remporter une ou deux médailles de plus, les judokas également. Ces trois ou quatre médailles d’or qui nous manquent pour être un ou deux rangs au-dessus, elles étaient à notre portée. Mais il ne faut pas s’arrêter à ce constat et, au contraire, se demander comment faire pour aller les chercher. Avec, peut-être, plus de précisions dans la préparation, plus de moyens, un resserrement de l’élite, même si je reste interrogatif sur cette mesure qui me paraît pertinente pour Londres 2012, mais qui ne doit pas occulter le renouvellement de générations, indispensable si nous souhaitons être performants en 2016, 2020... C’est un choix stratégique important qui doit être assumé par une nation comme la nôtre. Notre modèle sportif est performant. Mais le vrai enjeu est de se maintenir, et même d’aller au-delà des quarante médailles. J’avais d’ailleurs annoncé cinquante médailles dans la perspective de Londres 2012, parce que nous étions, à l’époque, en pleine restructuration ; restructuration qui se poursuit aujourd’hui avec la rénovation, en cours, de l’INSEP. Il faut quand même se souvenir d’où l’on vient. Nous ne pouvions pas continuer à baisser en termes de nombre global de médailles et également de sports récompensés. La tendance aujourd’hui est inversée. Maintenant, allons chercher l’or.

7L’une des principales leçons à retenir, peut-être, de ces Jeux olympiques de Pékin, pour le sport français, est qu’il est nécessaire d’améliorer l’encadrement des sportifs de l’élite. Non pas les mettre dans de meilleures conditions, car ils le sont déjà. Mais être encore plus performant dans la préparation, être plus précis, proposer des conditions d’entraînement correctes, trouver les bonnes personnes aux bons endroits, pour donner aux sportifs le petit élément supplémentaire, dans le cadre de leur préparation, qui pourra faire la différence. Je ne veux surtout pas parler de cocooning, ni d’assistanat. D’ailleurs, on évoque beaucoup la défaillance mentale pour expliquer certains échecs à Pékin. Mais est-ce qu’on peut réellement penser qu’un garçon comme Tony Estanguet, double champion olympique, a pu fléchir, psychologiquement parlant ? S’il était friable sur ce plan-là, il n’aurait pas été à ce niveau toutes ces années. Tony s’est simplement rendu compte à Pékin, comme cela a été le cas pour moi à Barcelone, en 1992, qu’aller chercher une troisième médaille d’or aux Jeux est un défi extrêmement difficile à relever. Et il faut lui tirer un grand coup de chapeau d’avoir tenté cette aventure. Les Jeux olympiques restent, quoi qu’on en dise, la compétition de référence, notamment pour des sports comme l’escrime, le judo et même l’athlétisme. Demandez aux athlètes s’ils préfèrent être champions du monde ou médaillés olympiques et leur réponse sonnera comme une évidence. Donc, pour eux comme pour tous les autres, l’objectif prioritaire est d’être exact au rendezvous, une fois tous les quatre ans. Et c’est bien là la principale difficulté.

8Le sport français a aujourd’hui clairement besoin de plus de moyens pour mettre nos sportifs dans les meilleures conditions possibles et leur permettre de se préparer avec les meilleurs : les meilleurs entraîneurs, les meilleurs partenaires, les meilleurs médecins... Si vous injectez 30, 100 ou 500 millions d’euros dans un pays qui n’a pas de structures, d’organisation et d’accompagnement, cet argent est perdu. Dans le système français, en revanche, on sait qu’il sera bien utilisé. Les sportifs pourraient en bénéficier, notamment dans des disciplines où être athlète de haut niveau est préjudiciable par rapport à un individu de la même tranche d’âge engagé dans un cursus professionnel et qui a un niveau de vie supérieur. Dans un environnement tendu en matière d’emploi, le retard pris par un sportif de haut niveau en termes d’expérience professionnelle peut avoir son influence. Que la possibilité soit offerte à certains d’être rémunérés pendant deux, voire trois ans, avant les Jeux et de ne faire que ça, pourquoi pas ? Mais à partir du moment où cela ne devient pas systématique. Le double projet doit rester la priorité, avec un emploi du temps optimisé, afin que le sportif ne perde pas de temps à des gestes, des déplacements et des réflexions inutiles.

9Une chose est sûre : le modèle britannique est loin d’être la panacée. Sur le très, très haut niveau, l’élite de l’élite, avec l’exemple du cyclisme sur piste qui a travaillé sous forme de commando, il peut être performant sur du court terme. Nous pouvons effectivement réfléchir à cette notion de commando sur une olympiade. Mais, plus globalement, le système sportif britannique repose sur une organisation très spécifique aux pays anglo-saxons, qui ne s’appuie pas sur les clubs, comme nous, mais sur l’école, avec une organisation du temps à l’inverse de la nôtre.

LE PRIVÉ POURRAIT EFFECTIVEMENT S’IMPLIQUER ENCORE PLUS DANS LE FINANCEMENT DU SPORT FRANÇAIS

10Il l’est déjà fortement dans le sport professionnel et de plus en plus dans le sport d'élite. Mais c’est un équilibre qui doit varier en fonction des sports, des individus et de l’envie personnelle des managers du privé de s’engager dans cette voie. Et n’oublions pas les fédérations et les collectivités territoriales qui ont envie de participer à cet effortlà. La vraie question, finalement, tourne autour de la répartition des compétences. Est-ce que tout le monde participe de la même façon aux mêmes objectifs ou est-ce qu’on se répartit la tâche ? Je dis humblement que je n’ai pas la réponse.

11En France, nous n’avons jamais fait fausse route, depuis la Seconde Guerre mondiale, dans le sport français. Notre dispositif a régulièrement été amélioré. Je ne dis pas qu’il est parfait, mais il est performant. Profitons de la réflexion saine engagée depuis les Jeux de Pékin pour le faire évoluer, sans pour autant le remettre profondément en cause.”

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.