Desktop versionMobile version

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Les analyses institutionnelles

Le dopage aux Jeux olympiques : de l’impunité à la tolérance zéro

Pierre Bordry

Full text

1Manifestation sportive la plus ancienne et la plus universelle, les Jeux olympiques modernes suscitent l’appétence des sportifs et des médias du monde entier. Revers de la médaille, les trophées olympiques obtenus par les athlètes ont parfois été instrumentalisés pour vanter les mérites de différents régimes politiques, au prix de quelques écarts avec l’éthique sportive, au premier rang desquels figure le dopage. La recherche du succès à tout prix, de la célébrité, fût-elle éphémère, peut aussi conduire à de pareils errements.

2Comme dans l’ensemble du sport en général, la prise de conscience de la nécessité de mener un combat résolu contre le dopage n’est intervenue qu’il y a une vingtaine d’années, avec, comme point de départ, un scandale retentissant intervenu à l’occasion des Jeux de Séoul (1988). Il a ensuite connu une accélération remarquable, avec la création de l’Agence mondiale antidopage en 1999.

3Cette évolution a aussi été rendue possible par l’action du Comité international olympique et il convient, à cette occasion, de souligner le rôle pionnier du prince Alexandre de Mérode, en sa qualité de président de la commission médicale du CIO – poste qu’il a occupé depuis sa création, en 1967, jusqu’en 2002 –, ainsi que l’engagement ferme du président Jacques Rogge en faveur d’une politique de « tolérance zéro » à l’égard du dopage.

  • 1 Il ne sera traité ici que des seuls Jeux d’été, qui sont les plus universels ; les Jeux d’hiver aya (...)

4De Sydney, en 2004, à Pékin1, en 2008, les progrès sont évidents et, si l’appellation « Jeux propres » est toujours en cours de labellisation, les moyens désormais consacrés à dissuader et à confondre les tricheurs sont la preuve que la lutte contre le dopage est devenue essentielle à la réussite de la compétition sportive la plus prestigieuse qui soit.

HISTORIQUEMENT, LES JEUX OLYMPIQUES N’ONT PAS ÉTÉ ÉPARGNÉS PAR LE DOPAGE

5Le premier cas de dopage répertorié aux Jeux olympiques est à mettre au compte du marathonien américain Thomas Hicks, aux Jeux de Saint-Louis, en 1904, aux États-Unis. Fortement éprouvé par la chaleur, il se fit injecter à deux reprises par son entraîneur du sulfate de strychnine, en qualité de stimulant, et but une bonne rasade de cognac, ce qui lui permit de reprendre la course et de l’emporter. Il fut hospitalisé dès après l’arrivée, en raison de l’engourdissement et des hallucinations causés par la strychnine.

6Mais le premier drame de l’ère moderne survint aux Jeux de Rome, en I960, lorsque le cycliste danois Knud Enemark Jensen décéda d’un arrêt cardiaque au cours de l’épreuve des 100 km sur route contre la montre par équipes. Alors que, dans un premier temps, le motif du décès avait été mis sur le compte d’une insolation, les instances fédérales révélèrent par la suite que cet accident dramatique devait être attribué à l’absorption conjuguée de comprimés de Ronicol, un vasodilatateur, et d’amphétamines.

7Suite à cet évènement dramatique, la Fédération internationale de cyclisme effectua des contrôles officieux sur les cyclistes sélectionnés aux Jeux de Tokyo de 1964. Ces résultats ne furent jamais divulgués mais, à Mexico, lors des Jeux olympiques d’été de 1968, le CIO officialisa les contrôles antidopage et obligea également les femmes à se soumettre à des tests de féminité. Au total, 667 contrôles furent réalisés lors des jeux de Mexico, mais un seul athlète fut disqualifié pour dopage, le Suédois Hans-Gunnar Liljenwall, membre de l’équipe de pentathlon moderne, qui avait dépassé le taux d’alcoolémie autorisé par le règlement.

8Après un pic à hauteur de 2079, lors des jeux de Munich de 1972, le nombre des contrôles a connu une baisse tendancielle pour les olympiades suivantes : 1786 à Montréal, en 1976, 1645 à Moscou, en 1980, 1507 à Los Angeles, en 1984, et 1598 en 1988, à Séoul. Mais ce fut précisément lors de ces XXIVes olympiades que survint l’évènement le plus marquant et le plus déterminant pour le développement de la lutte contre le dopage. C’est en effet le vainqueur de la plus attendue des compétitions, le 100 m masculin en athlétisme, qui fut le héros, heureux puis malheureux, de ces Jeux. Après avoir remporté la course, en établissant un nouveau record du monde de 9 secondes 79 centièmes – battant ainsi son propre record de 4 centièmes –, le Canadien Ben Johnson fut disqualifié en raison de la détection, dans ses urines, d’un agent anabolisant, le Stanozol.

9La fin des années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix ont été marqués par une actualité chargée, en matière de dopage. C’est au cours de cette période, alors que l’usage de l’EPO et des stéroïdes anabolisants se répand assez largement dans le milieu sportif, qu’éclatent plusieurs affaires liées au dopage dans le sport. C’est ainsi qu’un responsable du laboratoire de l’université de Los Angeles, qui analysait les échantillons durant les Jeux de 1984, le docteur Craig Kammerer, reconnaît en 1994 que neuf contrôles antidopage positifs n’ont pas eu de suite. La chute du mur de Berlin et l’analyse des archives de la police secrète de l’ex-République démocratique allemande, la Stasi, ont également permis d’apporter les preuves de l’existence d’une politique d’État de dopage des sportifs est-allemands, dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Les disciplines particulièrement concernées par cette pratique planifiée étaient la natation, le cyclisme, l’athlétisme et l’haltérophilie. La révélation, à la même époque, par une ancienne gymnaste soviétique, que l’avortement était une méthode de dopage courante dans son pays, a soulevé, dans le monde entier, une vague d’indignation à l’encontre de cette pratique totalement contraire aux valeurs morales universelles.

10Dans un tel contexte, la mise en place d’une action internationale concertée apparaissait de plus en plus nécessaire, la découverte d’un véritable système organisé de dopage au sein de l’équipe Festina, lors du Tour de France cycliste 1998, faisant office de détonateur final.

LA PRISE DE CONSCIENCE DE LA NÉCESSITÉ D’UNE ACTION INTERNATIONALE CONCERTÉE

11I1 convient de rappeler que cette prise de conscience n’était pas totalement nouvelle et que les premières tentatives d’harmonisation des politiques nationales en matière de dopage résultent d’initiatives au plan européen.

12Dès 1984, en effet, le Conseil de l’Europe avait adopté une Charte européenne contre le dopage dans le sport, sur la base de laquelle fut élaboré le texte de la Convention contre le dopage, signée à Strasbourg le 16 novembre 1989-Cette convention européenne peut être considérée comme la première tentative sérieuse de créer un instrument juridique supranational de lutte contre le dopage. Les États signataires s’engageaient en effet à prendre, au plan interne, des mesures efficaces de lutte contre le dopage dans le sport, qu’il s’agisse de la circulation, de la détention, de la distribution ou de l’utilisation d’agents et de méthodes de dopage interdits, ou encore de la mise en place de laboratoires de contrôle antidopage. Si elle traite de toutes les questions liées au dopage, la Convention pêche cependant par manque de précision et par l’absence de lien avec le mouvement sportif. Sans compter que nulle sanction n’est prévue contre les États qui ne respecteraient pas leurs engagements.

13À la suite des évènements précités, une conférence mondiale sur le sujet fut organisée à Lausanne, en février 1999, sous l’égide du Comité international olympique, rassemblant tous les acteurs de la lutte antidopage – mouvement sportif, gouvernements et organisations internationales, parmi lesquelles le Conseil de l’Europe, dont on a vu le rôle pilote dans ce combat.

14En dépit de divergences entre les positions du mouvement sportif et celles des gouvernements sur la question de l’indépendance du futur organisme, la conférence déboucha sur la mise en place, le 10 novembre 1999, d’une nouvelle structure chargée d’harmoniser les actions en matière de dopage, l’Agence mondiale antidopage (AMA). Fondation de droit suisse, dont le siège est installé à Montréal, l’AMA est un organisme original où se retrouvent représentants du mouvement sportif, organisations internationales – comme le Conseil de l’Europe ou l’Union européenne – et certains gouvernements.

15Dans le cadre de son programme mondial antidopage et conformément à sa mission visant à la promotion et à la coordination de la lutte internationale contre le dopage, l’AMA a élaboré un Code mondial antidopage, destiné à servir de cadre aux politiques, règles et règlements antidopage des organisations sportives et des autorités publiques. Issu d’un vaste processus de consultation, ce code se présente comme un document extrêmement complet, qui couvre tous les champs de la lutte contre le dopage des sportifs.

16Approuvé le 5 mars 2003 par toutes les plus grandes fédérations sportives et près de quatre-vingts gouvernements du monde entier, lors de la Conférence mondiale contre le dopage dans le sport qui s’est tenue à Copenhague, le Code, entré en vigueur le 1er janvier 2004, est désormais la référence obligée pour tous les gouvernements et organismes sportifs qui entendent afficher leur soutien à la lutte antidopage. Il s’agit au surplus d’un document quasi universel. Dans un premier temps, en effet, cent soixante-trois gouvernements ont signé la déclaration de Copenhague qui, si elle ne les liait pas juridiquement, leur permettait néanmoins de mettre en avant leur acceptation de l’AMA et du Code mondial antidopage, et leur intention de le mettre en pratique.

17Pour pallier l’insuffisance de force contraignante du Code, l’Unesco a ensuite été saisie, à l’initiative de la France, d’une proposition visant à élaborer une convention internationale contre le dopage dans le sport.

18L’article 37 de la Convention conditionnait son entrée en vigueur à l’adhésion officielle de trente États, selon les procédures en vigueur dans chaque pays.

19Elle est ainsi entrée en vigueur le 1er février 2007, un mois après sa ratification par le trentième État. Le Parlement français en a autorisé son adoption par la loi du 31 janvier 2007 et la France l’a ratifiée le 5 février 2007. Elle est entrée en vigueur sur notre territoire le 1er avril 2007, tandis qu’à la date du 27 octobre 2008, cent deux pays étaient arrivés au terme de leur procédure. Cette relative célérité des États s’explique notamment par une décision de l’AMA, selon laquelle les États qui n’appliqueront pas les principes du Code, placé en appendice à la Convention, ne pourront plus organiser les Jeux olympiques sur leur sol.

20Toutefois, seules deux dispositions de cette convention créent une obligation contraignante pour les États : d’une part, celle qui consiste à se soumettre aux dispositions des standards de l’AMA relatifs aux autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) et, d’autre part, celle relative à la liste des produits interdits, ces deux éléments constituant deux annexes qui, elles, font partie intégrante de la Convention, ainsi qu’en dispose son article 4. Il convient cependant de rappeler, qu’en droit public français, une convention internationale, si elle dispose d’une valeur supérieure à la loi, n’est pas en revanche d’application directe. Cette application exige en effet la prise d’actes législatifs ou réglementaires, qui constituent ensuite réellement la norme applicable en France.

DE SYDNEY À PÉKIN, DES OLYMPIADES SOUS HAUTE SURVEILLANCE

21Depuis la création d’une agence mondiale, les différents aspects de la lutte contre le dopage se sont professionnalisés et plusieurs programmes de surveillance ou de sensibilisation ont été appliqués. LAMA a notamment mis au point le programme des « observateurs indépendants », afin de contribuer à renforcer la confiance des athlètes et du public dans les programmes de contrôle du dopage et de gestion des résultats lors de grandes manifestations sportives.

22Ce programme a été appliqué, pour la première fois, lors des Jeux olympiques de 2000 à Sydney, à l’invitation du Comité international olympique (CIO). Les observateurs indépendants de l’AMA surveillent au hasard et font rapport sur toutes les phases du processus de contrôle du dopage et de la gestion des résultats, d’une manière neutre et sans parti pris. Après les Jeux, les quinze membres de l’équipe des observateurs ont publié un rapport, attestant que les procédures de contrôle du dopage avaient été appliquées comme il convenait et suggérant des améliorations.

23Ce type d’initiative est désormais renouvelé pour chaque compétition olympique et s’accompagne d’opérations de sensibilisation des sportifs au rôle et à l’action de l’AMA en faveur du « franc jeu ».

24Les progrès sont également sensibles dans le domaine de la détection des substances interdites. Ainsi, le test de dépistage urinaire de l’EPO, mis au point au sein du laboratoire de Châtenay-Malabry par Jacques de Ceaurriz et Françoise Lasne, a été utilisé pour la première fois en 2000, lors des jeux de Sydney.

25Les dispositions du Code mondial permettent également de sanctionner les sportifs qui se dérobent volontairement aux contrôles inopinés. Les deux athlètes grecs Ekateríni Thánou et Konstantínos Kentéris ont ainsi décidé de renoncer à participer aux Jeux olympiques d’Athènes de 2004, car ils encouraient une suspension pour trois « no show ».

26Sur le plan quantitatif, on observe une montée en puissance considérable des contrôles entre 2000 et 2008, puisque leur nombre a doublé, passant de 2350 à 4 770. Le nombre de contrôles effectués à Pékin pendant la période olympique (soit 4770) équivaut même au nombre total des contrôles réalisés pendant les Jeux de Moscou, Los Angeles et Séoul !

Nombre de contrôles antidopage et de sportifs disqualifiés aux Jeux olympiques d’été (1968-2008)

LES JEUX DE PÉKIN : DES CONTRÔLES À TRIPLE DÉTENTE

27Si les contrôles pendant la période olympique sont traditionnellement utilisés, les jeux de Pékin ont également été l’occasion, pour les autorités antidopage, de systématiser les contrôles en amont, portant sur les sportifs présélectionnés en vue de cette compétition. La réussite des analyses rétrospectives conduites par l’AFLD pour le Tour de France 2008 a également conduit le CIO à entreprendre une procédure de ce type.

DES CONTRÔLES INOPINÉS AVANT LES JEUX

28Pour la première fois depuis l’instauration de contrôles antidopage aux Jeux, le CIO et l’AMA ont décidé de concert de mener une action de contrôle le plus systématique possible en amont de la compétition. Pareille opération est désormais possible grâce à la création d’un réseau d’agences nationales antidopage se conformant au Code mondial antidopage, à l’uniformisation des règles de procédure pour les contrôles et les analyses, opérée par les standards internationaux, et à l’existence d’une liste officielle unifiée des substances et procédés interdits.

29Le 15 mai 2008, le CIO et l’AMA ont ainsi conjointement adressé une lettre circulaire aux agences nationales antidopage, ainsi qu’aux comités olympiques nationaux, dans l’optique de la mise en place de programmes de contrôles antidopage sur les sportifs susceptibles de participer aux Jeux olympiques de Pékin.

30En deux mois, une trentaine de sportifs recensés ont ainsi perdu tout espoir de participer aux Jeux de Pékin, en raison d’un contrôle positif ou d’une infraction aux règles antidopage ; un nombre élevé de sanctions, proportionnel à celui des contrôles engagés par les agences nationales antidopage ou par l’AMA, pour les pays ne possédant pas d’organisation nationale.

31L’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) a choisi, dès le début de l’année 2008, de constituer son premier groupe cible de sportifs soumis à des contrôles individualisés, en vertu des dispositions de l’article L. 232-15 du Code du sport, parmi les sportifs présélectionnés pour ces Jeux (environ mille sportifs). Elle a travaillé en lien avec le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et les différentes fédérations olympiques, pour réaliser les contrôles sur les membres de la délégation française pour les Jeux olympiques et paralympiques, et répondre ainsi aux objectifs fixés par l’AMA et le CIO.

32La délégation française pour les Jeux olympiques (du 8 au 24 août 2008), telle quelle a été validée par le CNOSF, comprenait trois cent vingt-deux sportifs.

Athlétisme

52

Aviron

24

Badminton

2

Boxe

9

Canoë-kayak

15

Cyclisme

28

Équitation

4

Escrime

17

Gymnastique

13

Haltérophilie

4

Handball

30

Judo

13

Lutte

8

Natation

39

Pentathlon moderne

3

Taekwondo

2

Tennis

4

Tennis de table

3

Tir

13

Tir à l’arc

5

Triathlon

5

Voile

16

Total

309

Bilan des contrôles par fédération

33Plus de 96 % de ces sportifs, trois cent neuf précisément, ont été contrôlés, au moins à une reprise, par l’AFLD, dans les deux mois précédant leur départ pour Pékin : deux cent vingt-quatre l’ont été une fois, soixante-cinq l’ont été deux fois et vingt l’ont été trois fois). L’ensemble des résultats d’analyses s’est révélé négatif. Les informations sur ces contrôles, ainsi que la liste des personnes n’ayant pu être contrôlées, ont été transmises à M. Patrick Schamasch, directeur médical du CIO, ainsi qu’à M. Rune Andersen, directeur Normes et harmonisation de l’Agence mondiale antidopage.

34In fine, seuls quatorze sportifs appartenant à la délégation française n’ont pu être contrôlés par l’AFLD, en raison de leur participation à des compétitions à l’étranger ou du délai trop court entre leur désignation et leur départ pour Pékin. Il convient de noter que, si aucun résultat d’analyse anormal n’a été constaté pour les sportifs appartenant à la délégation française, un résultat de ce type, sur une sportive susceptible d’être sélectionnée, a conduit à ne pas retenir cette athlète au sein de la délégation.

35La délégation française pour les Jeux paralympique (du 6 au 17 septembre 2008), telle quelle a été validée par le CNOSF, comprenait cent vingt et un sportifs. Plus de 93 % de ces sportifs, soit cent douze précisément, ont été contrôlés au moins à une reprise avant leur départ pour Pékin. Seuls neuf sportifs appartenant à la délégation française n’ont pu être contrôlés par l’AFLD, en raison de leur domiciliation à l’étranger ou du délai trop court entre leur désignation et leur départ pour Pékin. L’ensemble des résultats d’analyses s’est révélé négatif.

DURANT LES JEUX

36La volonté du président du CIO, M. Jacques Rogge, de mener une politique de tolérance zéro à l’égard du dopage, s’est traduite par la réalisation de 4 770 contrôles à Pékin, soit le plus vaste programme jamais mené à l’occasion d’une édition des Jeux olympiques. Ont été réalisés 3801 prélèvements d’urine et 969 prélèvements sanguins. Parmi les prélèvements d’urine, 817 ont été effectués pour dépister l’EPO et, parmi les prélèvements sanguins, 471 pour dépister l’hormone de croissance. Les tests ont été réalisés entre le 27 juillet et le 24 août 2008, soit sur une période de vingt-neuf jours. En règle générale, les cinq premiers au classement, plus deux autres concurrents choisis au hasard, ont été contrôlés.

37Le nombre de contrôles effectués à Pékin a augmenté de 32,5 % par rapport aux Jeux d’été précédents, ceux d’Athènes en 2004. Les prélèvements ont été réalisés dans quarante et un postes de contrôle antidopage – trente-quatre situés à Pékin et sept dans les autres villes qui accueillaient des compétitions. Tous les sites étaient équipés d’un poste de contrôle où les échantillons d’urine et de sang pouvaient être prélevés.

38En tant qu’organe dirigeant pour les Jeux olympiques, le CIO a délégué la responsabilité de la mise en œuvre des contrôles de dopage au Comité d’organisation des Jeux (BOCOG) et à l’AMA. Ces derniers ont opéré sous son autorité. La commission médicale du CIO a été, pour sa part, chargée de superviser l’ensemble du processus de contrôle, mené conformément aux règles antidopage du CIO, au Code mondial antidopage et aux standards internationaux de contrôle.

39De nouvelles règles, comprises dans le règlement antidopage du CIO, ont été mises en œuvre à cette occasion :

  • Un athlète peut être notifié et contrôlé plus d’une fois durant la même journée.

  • Le fait qu’un athlète qui a manqué un contrôle à deux reprises pendant la période des Jeux olympiques, ou à une reprise pendant la période des Jeux olympiques – au cas où cet athlète n’était pas disponible pour les contrôles à deux autres occasions durant les dix-huit mois précédant le contrôle manqué pendant la période des Jeux olympiques –, sera considéré comme une infraction aux règles antidopage.

  • La possession de toute substance figurant sur la liste des interdictions constituera une infraction (auparavant, cela ne s’appliquait qu’à certaines substances de la liste).

ANALYSES RÉTROSPECTIVES

40Le 8 octobre 2008, le Comité international olympique (CIO) a indiqué qu’il allait procéder à une nouvelle analyse des échantillons sanguins prélevés lors des Jeux olympiques de Pékin.

41Ces analyses ont notamment pour objet de tenter de déceler la CERA, une EPO de troisième génération, dite aussi EPO à effet retard, qui a été commercialisée sous l’appellation « Mircera » par le laboratoire pharmaceutique Roche. Le CIO a fait savoir que les échantillons étaient transmis au laboratoire antidopage de Lausanne.

42Emmanuelle Moreau, la porte-parole du CIO, a expliqué que la décision d’analyser à nouveau les échantillons des Jeux a été prise après la mise en évidence de CERA par les autorités antidopage françaises, qui ont détecté la substance en procédant à une analyse a posteriori de certains prélèvements sanguins effectués juste avant et pendant le Tour de France. L’utilisation, dans la matrice sanguine, de la méthode de focalisation isoélectrique mise au point, à l’origine, pour les analyses urinaires, a permis de détecter la CERA.

43À l’heure où cet article est rédigé, Patrick Schamasch, le directeur médical du CIO, a précisé que les dirigeants n’ont pas encore déterminé le nombre et quels échantillons seront examinés à nouveau. Il convient de souligner que tout athlète contrôlé positif par le biais de ces nouvelles méthodes de dépistage peut être sanctionné rétroactivement et privé de ses résultats et de ses médailles.

44Cette décision du CIO a été approuvée par l’Agence mondiale antidopage et le monde de l’olympisme dans son ensemble. Dans un communiqué de presse, également daté du 8 octobre 2008, l’AMA s’est félicitée de l’approche adoptée par le Comité international olympique en relation avec les échantillons des Jeux olympiques de Pékin. Elle considère que « la ré-analyse d’échantillons bénéficiant des avancées de la science est une arme importante dans la lutte contre le dopage dans le sport, ainsi que de récents cas liés au Tour de France l’ont montré ».

45Le Code mondial antidopage permet en effet d’ouvrir une procédure disciplinaire dans les huit ans à compter de la date d’une violation des règles antidopage. « Nous suggérons aux sportifs qui pourraient être tentés de tricher de garder cette réalité à l’esprit et nous pensons que les analyses rétroactives auront un effet dissuasif important », a commenté le président de l’AMA, M. John Fahey.

46Sans verser trop avant dans l’optimisme, force est de constater que la politique de lutte contre le dopage a connu une formidable accélération en l’espace de dix ans, surtout depuis son harmonisation au niveau international. Les Jeux olympiques bénéficient ainsi de l’ensemble de ces avancées scientifiques, juridiques et organisationnelles pour mener à bien cette mission, conformément aux principes fondamentaux de l’olympisme, inscrits à ce titre dans la charte de l’olympisme, que sont le respect des principes éthiques fondamentaux universels et la participation du sport au développement harmonieux de l’homme.

Notes

1 Il ne sera traité ici que des seuls Jeux d’été, qui sont les plus universels ; les Jeux d’hiver ayant également connu un renforcement de leur politique antidopage.

List of illustrations

Caption Nombre de contrôles antidopage et de sportifs disqualifiés aux Jeux olympiques d’été (1968-2008)
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/656/img-1.jpg
File image/jpeg, 75k

Author

Président de l’Agence française de lutte contre le dopage

© INSEP-Éditions, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search