Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Les analyses institutionnelles

Christophe Blanchard-Dignac s’est prix aux Jeux

Christophe Blanchard-Dignac et Frédéric Ragot

Texte intégral

“LES JEUX OLYMPIQUES DE PÉKIN

1Dans le cadre de mon activité professionnelle, je suis allé l’été dernier en Chine et j’ai eu la chance de pouvoir assister à quelques moments forts des Jeux de Pékin. Je me souviens notamment de l’exceptionnelle cérémonie d’ouverture, où tous les sportifs étaient, encore à cet instant précis, sur un pied d’égalité. Et ce principe d’égalité des chances me tient particulièrement à cœur, puisqu’il est le fondement même de l’activité de l’entreprise que je préside. J’étais à Pékin en tant qu’ami du sport et partenaire du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Entre deux épreuves de natation et de handball, j’ai pu constater à quel point cet évènement était extrêmement bien organisé, tant du point de vue des Chinois que du côté de la délégation française. Et le message était, lui aussi, symboliquement très fort. Arriver à rassembler ainsi toutes les nations autour des valeurs du sport donne l’espoir que nous pourrions en faire de même sur des thèmes essentiels pour le développement durable et l’avenir de la planète.

LES PERFORMANCES FRANÇAISES EN CHINE

2La France est à sa place. Elle aurait pu faire mieux. Et je reste persuadé qu'elle peut faire mieux. Mais si vous comptabilisez l’ensemble des médailles (quarante), et pas seulement les médailles d’or, et si vous prenez en compte les places de finalistes, ce résultat est une belle performance. Il y a bien eu quelques déceptions, mais aussi et surtout de remarquables instants de joie, avec notamment un garçon comme Thomas Bouhail, en gymnastique (médaillé d’argent au saut), qui est l’un des lauréats de notre fondation et qui, à 22 ans, est très prometteur.

L’ENGAGEMENT POUR UN SPORT DURABLE

3Au-delà des Jeux olympiques de Pékin, l’engagement pour un sport durable reste, à mon sens, une priorité absolue. Je fais par là référence à l’engagement sur la durée de la part des sportifs, mais référence aussi à ceux qui les soutiennent. Bien sûr, quelques « génies » du sport apparaissent, parfois aussi vite qu’ils disparaissent, d’ailleurs. Mais la plupart du temps, arriver au sommet est une entreprise de longue haleine et exige beaucoup de travail. Les succès enregistrés par le sport français aux Jeux olympiques sont donc le fruit d’une politique inscrite dans la durée. Au même titre que son financement. Et tous deux ne doivent pas fluctuer au gré des modes ou des circonstances. Le choix du sport pour tous, qui prévaut en France, reste le plus pertinent. Ainsi, dans le cadre de notre fondation, nous ne privilégions pas une discipline plutôt qu’une autre. Aider tous les sports convient bien à la philosophie d’une entreprise comme la nôtre, qui s’adresse au plus grand nombre, avec, pour base, l’égalité des chances ; et pour valeur, le respect des règles.

ORGANISER, EN FRANCE, DES ÉVÈNEMENTS SPORTIFS INTERNATIONAUX

4Pour démocratiser la pratique du sport, les médailles et les titres sont indispensables. Les sportifs, quels qu’ils soient, vivent en effet de l’exemple de leurs champions. Mais il faut pouvoir ensuite canaliser l’extraordinaire enthousiasme populaire qui en découle, avec des structures d’accueil pour les jeunes, une base suffisante de bénévoles. Le travail réalisé au sein des clubs et des associations est donc crucial. Cet investissement a besoin de reconnaissance et, parfois, d’un élan supplémentaire. C’est la raison pour laquelle il me paraît essentiel d’être en mesure d’accueillir des évènements sportifs internationaux d’envergure en France. Je ne parle pas seulement des Jeux olympiques, mais également des compétitions comme le Mondial de football ou la Coupe du monde de rugby, qui ont un impact incroyable. La France sait alors démontrer ses qualités en termes d’organisation, de sécurité et d’accueil du public.

PLUS D’ARGENT POUR LE SPORT FRANÇAIS ?

5Depuis la fin des Jeux olympiques de Pékin, on peut entendre, ici et là, que le sport et les sportifs français auraient besoin de plus d’argent pour devenir encore plus performants. Je suis très partagé sur le sujet. Un sportif qui peine à trouver des ressources pour s’entraîner en toute sérénité doit bien sûr être aidé. C’est ce que nous faisons, à la Française des Jeux, en accordant une bourse de 10 000 euros à certains sportifs en début de carrière. Mais il ne faut pas, a contrario, frôler l’exubérance financière, voire, dans certains sports, l’excès.

6Je le répète : je suis partisan du sport durable. L’investissement dans la durée, qu’il soit public ou privé, est, selon moi, une option majeure. Des investisseurs privés pourraient décider de financer des stades ou des vélodromes, dont nous manquons, à l’évidence. Mais je ne crois pas aux solutions uniques. Un équilibre doit être trouvé entre investissements publics et privés. En revanche, je suis d’accord pour dire qu’il serait aujourd’hui judicieux d’investir de manière plus raisonnée, plus durable, dans certains sports. Nous ne pouvons plus être dépendants du succès ou de la défaillance de quelques individus, aussi exceptionnels soient-ils. La France doit pouvoir s’appuyer sur un vivier plus large dans la plupart des disciplines. Mais on ne pourra pas le créer du jour au lendemain. Le succès des handballeurs, par exemple, est le fruit de presque vingt ans de travail. Sans pour autant bénéficier de moyens hors normes, il s’est construit sur une base de joueurs importante, une succession de générations prometteuses et une organisation parfaitement rodée.

7Le secteur du pari sportif en ligne s’ouvre prochainement à la concurrence. Nous aurons des concurrents, mais restons différents d’eux. Le modèle économique des opérateurs en ligne actuel n’est pas en effet d’investir dans le sport durable. Depuis trente ans, la Française des Jeux finance le sport pour tous – cela représente un engagement de plus de 3 milliards d’euros ! Depuis dixsept ans, nous intervenons via une fondation dédiée au sport et qui a déjà soutenu près de trois cents athlètes français. Il y a actuellement débat sur ce que sera réellement la contribution des nouveaux acteurs vis-à-vis du sport, la pente la plus naturelle étant que leurs ressources se dirigent vers les disciplines et les sportifs les plus médiatiques, les sports à valorisation immédiate. Quoi qu’il en soit, je crois impératif de maintenir un système de financement du sport pour tous, fondé non pas sur la libre décision des acteurs économiques, mais sur des contributions d’intérêt général qui s’inscrivent dans la durée. Deux pour-cent des mises de la Française des Jeux sont ainsi prélevés depuis des années au service du sport pour tous (226 millions d’euros en 2008). C’est un mécanisme que l’on retrouve un peu partout en Europe et qui permet d’abonder de plus de 2 milliards d’euros, chaque année en Europe, le financement du sport pour tous. La priorité de la Française des Jeux, au-delà des partenariats actifs avec le mouvement olympique, des équipes (cyclisme) ou des fédérations, reste le sport pour tous. Membre du conseil d’administration du CNDS (Centre national pour le développement du sport), je peux constater par moi-même l’utilité d'une telle organisation.

8Si je crois beaucoup au rôle de la redistribution, l’engagement privé est aussi une voie à suivre. Le sport pour tous correspond en effet à des valeurs, à une éthique, dans lesquelles les entreprises responsables peuvent se reconnaître. Et si la crise financière et économique qui frappe le monde rend les choses plus compliquées, c’est dans de tels moments que se vérifie la fidélité aux valeurs du sport. Les financements, publics comme privés, seront plus difficiles. Il sera nécessaire de faire les bons choix et de préserver les mécanismes de solidarité. J’ajoute que je crois beaucoup au mécanisme de redistribution entre sport professionnel et sport amateur.

LE SPORT BRITANNIQUE, MODÈLE À SUIVRE ?

9Depuis les Jeux de Pékin, l’exemple du sport britannique est souvent cité comme le modèle à suivre. Je ne sais pas si nous devons réellement nous en inspirer. Une chose est sûre : les Britanniques sont un peuple tenace. Une qualité précieuse dans le domaine du sport. Mais même si nous sommes très proches d’eux, les Français ne sont pas les Britanniques, et réciproquement. Nous devons conserver ce qui fait notre charme, cette capacité extraordinaire à surprendre. Les Français ne sont jamais aussi bons que quand ils ne sont pas favoris. Quand le défi semble impossible à relever, nous trouvons alors les ressources nécessaires pour y faire face et le surmonter. Les Français n’aiment pas les sportifs sans aspérités, prévisibles, qui ne font jamais de contre-performances...

LA GOUVERNANCE DU SPORT

10La question de la gouvernance du sport reste, pour moi, très importante. Il est fondamental de distinguer les fonctions de régulation et celles plus économiques, en associant toutes les parties prenantes du sport. Il y a aujourd’hui beaucoup d’argent dans certains sports. Les structures mondiales de gestion n’ont pas évolué en même temps que les montants engagés. Regardez les budgets des Jeux olympiques, du football... Il me paraît normal d’avoir un droit de regard organisé sur la gestion des JO et autres manifestations majeures, au même titre que nous avons un « reporting » des sociétés ou une transparence du budget des Etats. Les citoyens et les amis du sport ont le droit de savoir d’où vient l’argent du sport, comment il est utilisé et avec quelle efficacité.

L’ÉVÈNEMENT JEUX OLYMPIQUES

11Les Chinois ont placé la barre très haut. Mais je ne suis pas persuadé qu’il soit indispensable d’en faire autant pour faire bien. Qu’attendons-nous, d’abord, des Jeux olympiques ? Que les stades, les équipements, l’organisation et la sécurité soient à la hauteur. Que les exploits sportifs soient au rendez-vous. Les cérémonies d’ouverture et de clôture, en revanche, ne sont qu’un plus. L’organisation d’un tel évènement n’est déjà plus à la portée de certains pays, faute de moyens financiers suffisants. Aujourd’hui, selon les règles du CIO, l’organisation des Jeux ne peut être confiée qu’à un pays seul. Quand je vois que les championnats d’Europe de football sont organisés conjointement par la Suisse et l’Autriche, je me dis qu'il y a là une option à considérer pour l’avenir. J’imagine donc très bien un dossier commun à plusieurs pays pour l’organisation des Jeux olympiques. Pourquoi une candidature francobritannique ou franco-espagnole n’aurait-elle pas été possible ? Pour les Jeux de Pékin, des épreuves ont bien été organisées à Quingdao et à Hong-Kong, bien plus distants que certains pays européens entre eux. Cela me paraît préférable à une course à celui qui aura le plus d’argent, négation même de l’esprit olympique.

RÉUNIR PLUS SOUVENT TOUTES LES PARTIES PRENANTES DU SPORT

12Pour la Française des Jeux, le sport n’est pas un investissement marketing ou commercial à courte vue. Nous n’achetons pas de la visibilité immédiate, comme nous le ferions pour un produit quelconque. Nous respectons avant tout le sport et les sportifs ; notre engagement s’inscrit dans la durée, à l’image de notre investissement dans le cyclisme depuis treize ans. Et lorsque des difficultés se font jour, il nous appartient de les surmonter, car le sport mérite qu’on se batte pour lui. En d’autres termes, je suis intéressé par le sport et désintéressé par son rendement immédiat. C’est une approche qui peut avoir son utilité dans un débat. Il serait intéressant, à cet égard, de donner une suite plus systématique à l’initiative prise par le CNOSF en novembre dernier, lors de la première Conférence nationale sur le sport, pour réunir toutes les parties prenantes du sport. Le CNDS peut être, par exemple, une structure dans laquelle poursuivre ces échanges. Car il reste le seul organisme où sont représentées toutes les parties prenantes du sport : l’État, les élus locaux, les rapporteurs du budget du sport à l’Assemblée et au Sénat, le mouvement sportif et la Française des Jeux. Tous ensemble, pour promouvoir le sport durable.”

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.