Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Alexis Vastine, cœur de boxeur

Frédéric Ragot

Texte intégral

1“Je suis rentré à l’INSEP en 2004, quelques semaines après les Jeux olympiques d’Athènes, et c’est à ce moment précis que ma carrière chez les seniors a véritablement débuté. Je ne pensais pas encore, à l’époque, aux Jeux olympiques. Ce n’est qu’un an plus tard, aux Jeux de la francophonie, que j’ai pris conscience que je pouvais peut-être voir à plus long terme. Je disputais alors ma première grande compétition avec l’équipe de France amateurs et je me suis imposé. J’étais déjà sérieux, de nature, à l’entraînement. Je n’ai pas changé après cette performance. Mais je me suis dit que je pouvais essayer d’aller encore plus loin, de repousser mes limites et de chercher le « goût du sang » dans la bouche, comme on dit dans notre sport. J’ai commencé à en retirer les premiers bénéfices en 2006. Lorsque je rencontrais des têtes de série de ma catégorie dans des tournois, je perdais, certes, mais de deux ou cinq points, au maximum. Je me disais qu’avec un peu plus de travail, je pourrais les battre. Je sentais que je n’étais pas loin et je commençais à croire en mes chances pour les Jeux olympiques.

2Les championnats du monde de Chicago, en novembre 2007, représentaient, pour nous, le premier tournoi de qualification olympique. Juste avant de rejoindre les États-Unis, je ne voulais pas avoir de regrets et je m’étais dit que je devais m’entraîner à mon maximum, lors du stage terminal avec l’équipe de France, à Chypre, pour ne rien regretter. J’ai toujours fonctionné comme ça. En arrivant à Chicago, je n’avais pas spécialement de pression, même si c’était, à l’époque, la compétition la plus importante depuis le début de ma carrière. Je n’avais rien à y perdre, mais, au contraire, tout à y gagner.

3Pour valider mon billet pour Pékin, je devais accéder au quart de finale. Et c’était, au départ, mon seul objectif. Lorsque j’ai vu qu’au premier tour, je devais boxer le champion du monde en titre, je n’ai pas paniqué. Je me suis dit : « Tu ne peux pas faire machine arrière. Pour être un grand, il faut se mesurer aux plus grands. » Et j’ai gagné. Cette victoire reste une étape fondamentale pour moi. Mentalement, elle m’a fait franchir un palier. Elle m’a montré qu’avec de l’envie je pouvais y parvenir. Du coup, j’ai pris confiance et je suis arrivé jusqu’en quarts de finale sans connaître de réels problèmes. En huitièmes de finale, j’ai ressenti, bien sûr, un peu plus de pression, car je savais qu’une nouvelle victoire m’offrirait un aller simple pour la Chine. Mais j’ai su rester concentré et je me suis appliqué jusqu’à la dernière minute. En revanche, inconsciemment, j’ai dû me contenter de savoir que j’étais qualifié et je me suis complètement relâché. Du coup, j’ai perdu contre l’Anglais Bradley Saunders en quarts de finale. J’étais très déçu après ma défaite, car il était à ma portée, et je ratais également l’opportunité de décrocher, peut-être, une médaille mondiale un an avant les Jeux. Mais cette compétition restera, au final, une étape importante. Non seulement parce que j’y ai décroché ma qualification, mais aussi parce qu’elle m’a fait passer un cap sur le plan mental. Le fait de battre des grands champions à l’occasion d’une échéance aussi importante et de passer des tours malgré la pression m’a fait énormément progresser. Et c’est certainement là que j’ai bâti mes futurs succès.

EN RENTRANT DES MONDIAUX

4Je me suis blessé à la main gauche et j’ai dû déclarer forfait pour les championnats de France. Cette coupure a été, finalement, un mal pour un bien, car elle m’a permis de me reposer. Si cela n’avait tenu qu’à moi, je n’aurais pas arrêté. D’autant que j’ai douté pendant cette période. Je me demandais si j’allais retrouver l’intégralité de mes moyens, si je serais toujours aussi performant... Je me suis rapidement rassuré lors de ma rentrée au tournoi préolympique de Saint-Quentin, en mai, face au Kazakh Sapiev, champion du monde en titre. Je revenais tout juste de blessure, je manquais clairement de préparation et, pourtant, je suis arrivé à faire jeu égal avec lui lors des deux premiers rounds. Je me suis écroulé sur la fin car j’étais physiquement « cuit ». Mais, techniquement, j’étais meilleur que lui et il me manquait juste un peu de « caisse » pour tenir. C’est la première fois que j’étais aussi content de moi après une défaite.

5Au cours de cette période, j’ai participé à tous les stages avec les autres membres de l’équipe de France qui, eux, n’étaient pas qualifiés. La motivation n’était pas la même, forcément, puisque j’étais relâché, alors qu’ils étaient sous pression. Mais il était important d’être tous ensemble sur la route des Jeux. Je pense que cela m’aurait « tué », psychologiquement parlant, d’être obligé de me battre jusqu’à la fin pour décrocher ma qualification. Là, j’ai pu bien récupérer, m’entraîner comme je le souhaitais, sereinement, en montant en pression régulièrement.

6C’est en juin que je suis vraiment rentré dans la dernière ligne pour Pékin, lorsque nous sommes tous partis en stage à Cuba pendant deux semaines. J’ai dû, à cette occasion, descendre de poids, j’ai mis les gants avec le numéro un cubain, futur médaillé olympique... Un séjour formateur, d’autant plus que nous étions coupés de tout, sans télévision. On s’entraînait et on dormait, c’est tout... avec quelques petites parties de poker entre nous pour nous détendre. Le fait d’être ainsi rassemblés pendant plusieurs jours, tous ensemble, en dehors de nos repères habituels, en étant uniquement concentrés sur la boxe, s’est avéré très important pour nous tous. Bien sûr, ce n’était pas facile tous les jours, comme lorsque nous avons effectué un stage en Ukraine, dans le froid et la neige. Des moments difficiles, où j’avais parfois envie de rentrer en France. Mais je savais aussi pourquoi je faisais ça et la perspective des Jeux suffisait à me remotiver.

7Et lorsque j’avais besoin d’être rassuré, je me tournais vers l’encadrement et vers ma famille, notamment mon père avec qui j’ai débuté la boxe. Il me disait par téléphone des choses qui me confortaient ou me « boostaient ». Mentalement, c’était très important pour moi. De toute façon, même si on en a parfois assez de prendre des coups, il suffit de penser aux Jeux olympiques pour oublier tout ça.

8Les deux derniers stages avant les JO avaient lieu à Bugeat, en Corrèze, et en Thaïlande. J’avais encore quelques doutes, car les entraînements ne se déroulaient pas toujours comme je le souhaitais. Mais je me répétais sans cesse : « Tu n’as pas le droit de baisser les bras maintenant. Il faut y aller. » En Thaïlande, une dizaine de nations étaient présentes et je voyais bien que tout le monde était motivé par une seule chose : la médaille olympique. Nous étions neuf Français et nous n’avions de cesse de nous supporter, de nous encourager pendant les entraînements, et c’est ce qui a aussi fait la différence. J’avais conscience que tout pouvait se jouer dans cette dernière ligne droite. Les conditions étaient idéales et le climat nous a aidés pour notre régime, même si, pour ma part, j’étais déjà au poids depuis longtemps. Je commençais aussi à penser de plus en plus à mon tournoi et je me disais alors que si je passais au moins un tour, ce serait déjà beau. Et qu’une médaille de bronze serait magnifique !

9Arrivé à Pékin, et malgré les quinze jours de stage en Thaïlande, j’ai eu du mal à m’adapter au climat, chaud, humide et lourd. J’étais vite fatigué. J’étais aussi impressionné par le site olympique et la sensation de gigantisme qui s’en dégageait, même si l’encadrement nous en avait beaucoup parlé. Pour en profiter, je me disais qu’il fallait d’abord faire mon travail, et le faire bien. Comme je boxais le 10 août, je n’ai pas pu participer à la cérémonie d’ouverture, deux jours avant, mais à aucun moment je n’ai eu de regrets. Je me rappelle avoir dit à M. Nato, mon DTN : « Il faut rater des choses pour en gagner d’autres. » Au village, j’étais en chambre avec Jérôme Thomas, qui avait déjà une longue expérience des Jeux. Il m’a beaucoup aidé tout au long de ma préparation. Ses conseils, qu’ils soient tactiques ou par rapport au système de pointage, se sont avérés, pour moi, très précieux. J’ai pris connaissance du tirage au sort deux jours avant mon entrée en lice et je me suis contenté de regarder seulement le premier combat, sans me soucier de mon tableau. La seule chose que je savais, c’est qu’il ne fallait pas me « louper » après toutes ces années de sacrifices.

10C’est la raison pour laquelle je me suis mis beaucoup de pression pour mon premier combat. Je connaissais bien mon adversaire, le Lituanien Kavaliauskas, pour l’avoir rencontré, et battu, lors de précédents tournois. Mais j’ai eu du mal à me libérer. Je voulais vite marquer mes touches, j’étais « brouillon », techniquement parlant, pas assez précis. Mon cœur, lui, y était. L’encadrement a réussi à me recadrer, je me suis détaché de l’évènement et c’est comme cela que je l’ai emporté. Quand je suis sorti du ring, j’étais soulagé et content d’avoir réussi à passer au moins un tour aux JO. J’avais fait un gros pas en avant, mais il m’en restait deux pour décrocher une médaille.

11Le plus difficile à gérer, pour moi, restait l’attente entre les tours. Nous avions deux à trois jours de battement et, que ce soit physiquement, pour rester au poids, ou mentalement, j’ai dû apprendre à gérer et à rester concentré. Je m’entraînais, j’allais supporter mes collègues, je restais dans ma chambre... Mais quand je voyais les lutteurs et les judokas revenir au village avec une médaille après une seule journée de compétition, je me disais qu’ils avaient bien de la chance.

POUR MON DEUXIÈME COMBAT, JE RETROUVAIS L’ANGLAIS BRADLEY SAUNDERS

12Qui m’avait donc battu aux Mondiaux. J’avais visualisé en vidéo ses derniers combats, mon père m’avait aussi appelé au téléphone pour me donner deux ou trois conseils et, quand je suis monté sur le ring, j’étais en confiance. J’avais tiré des enseignements de notre précédente confrontation. Je savais que je pouvais le battre. Et j’ai su faire la différence malgré la pression, le public et, également, la scoring machine (11-7). J’avais mis en place une nouvelle tactique et le pointage n’était également pas le même qu’aux championnats du monde. À Pékin, il fallait appuyer les touches et quelles soient très nettes pour marquer un point. Je devais donc me poser plus, être moins aerien. Et marquer de belles droites, bien détachées, pour que les juges les voient bien. Tout le monde est prêt, physiquement parlant, aux Jeux. C’est tactiquement et mentalement que la différence peut se faire.

13Après ma victoire contre Bradley Saunders, je me suis dit que j’étais bien dans ma compétition. Mais je voulais rester concentré et je me suis tout de suite projeté vers le prochain combat, décisif pour la médaille.

14Pour ce quart de finale, j’avais mis une tactique en place, en fonction des informations glanées ici et là sur mon adversaire, le Mongol Uranchimeg. Mais ce dernier a complètement changé de stratégie contre moi. Dès le premier round, je pensais qu’il allait avancer et, au contraire, il a passé son temps à reculer. J’ai dû m’adapter et changer de plan en plein combat. C’est, encore aujourd’hui, le combat dont je suis le plus fier. Le tournant du tournoi olympique, pour moi. Je ne me suis pas laissé déstabiliser, malgré l’enjeu. Pendant le combat, je n’ai pas pensé à la médaille. Ma mère m’avait appelé juste avant pour me dire de ne penser qu’à la victoire et c’est ce que j’ai fait. Même quand j’étais en avance, je ne me suis jamais dit : « Ça y est, c’est bon. » J’ai su, au contraire, rester très calme. Et j’en suis particulièrement fier.

15Lorsque les juges ont rendu leur décision (victoire par 12 à 4) et que j’ai compris que j’étais qualifié pour les demi-finales, avec une médaille assurée, j’ai eu du mal à y croire. Je pensais à mon père devant sa télé, je me demandais comment il avait réagi. Je me disais aussi que, modestement, avec cette médaille olympique, j’avais un peu, à ma manière, marqué la boxe amateur française. J’ai pleuré un bon coup, mais je ne voulais pas trop me relâcher et faire la même erreur qu’à Chicago, après ma qualification. J’ai eu, cette fois-ci, la chance d’avoir trois jours de repos avant ma demi-finale, ce qui m’a permis de me reposer, de reprendre mes esprits et de me remobiliser.

16Je savais que mon futur adversaire, le Dominicain Félix Diaz, était à ma portée, car j’avais mis les gants avec lui lors du stage terminal en Thaïlande. J’étais en confiance, suite à mes précédents combats, et, quelque part, un peu libéré, car je savais que j’avais une médaille assurée quoi qu’il arrive.

17Mais dès le début du combat, je me suis fait surprendre. Mon adversaire s’est jeté sur moi et je n’ai pas su réagir. J’ai mis quelques minutes avant de reprendre mes esprits et mes distances. Et c’est à ce moment précis que l’arbitre a commencé à fausser l’issue du combat. Le Dominicain baissait la tête, il m’accrochait et l’arbitre ne disait rien. Puis, M. Nato s’est fait expulser. J’ai essayé de ne pas en tenir compte. Je savais que M. Rabaud était encore dans le coin, je suis resté concentré. De toute façon, quand on est sur le ring, on essaie de faire abstraction des éléments extérieurs. On ne se pose pas trop de questions. Malheureusement, les avertissements ont commencé à tomber en ma défaveur. Un premier, tout d’abord, au deuxième round, qui m’a fait très mal. Je menais de cinq points, la scoring machine était difficile à allumer et là, je me fais sanctionner de deux points en demi-finales des Jeux olympiques. Les juges ont peut-être été influencés par l’arbitre, mais il y a eu d’un seul coup moins de touches comptées en ma faveur. Sur la fin, on m’a dit que j’avais peut-être un peu trop avancé sur lui, que j’aurais dû gérer... J’aurais pu aussi donner plus de coups, mais je ne voulais pas faire d’erreurs. Le deuxième avertissement est tombé et là, tout s’est écroulé (défaite par 10 à 12). J’ai très vite réalisé que je n’irais pas en finale. Que je ne serais pas champion olympique. J’ai pleuré, j’ai crié : « Ils n’ont pas le droit », car avec tout le travail fourni ces dernières années, j’avais vraiment l’impression qu’on me volait quelque chose. Cela restera le combat le plus difficile de ma carrière, entre ce qui s’est passé sur le ring et en dehors. J’étais acteur, mais aussi spectateur. Dès que je suis sorti du ring, j’ai appelé ma famille proche, j’ai continué à pleurer. Même si, au bout du compte, j’étais médaillé olympique, j’avais plus le sentiment d’avoir perdu quelque chose. Et d’autant plus que mon adversaire n’avait pas été plus fort que moi. Sur ce combat, je n’ai pas vraiment de regrets à titre personnel. Si l’arbitre n’a pas fait correctement son travail, je n’y peux rien. J’ai dit que la médaille avait un goût amer, mais j’ai regretté mes propos, car combien de boxeurs, de sportifs n’ont pas eu la chance d’avoir une médaille olympique... Je n’avais pas trop le droit de dire ça...

18Dès le lendemain, je suis allé supporter les autres membres de 1’équipe de France encore en lice. Et j’étais encore plus motivé pour qu’ils gagnent. J’ai dû, pour ma part, regarder la finale de ma catégorie, car je devais rester assis au bord du ring en attendant la remise des médailles. Un moment particulièrement difficile à vivre. Mais, finalement, j’aurai vécu à Pékin une superbe aventure, sportive et humaine. Après mes combats, j’ai été voir d’autres épreuves, notamment la finale de handball, j’ai partagé avec de nombreux sportifs français et je me suis enrichi à leurs côtés. Je repars aujourd’hui, plus motivé que jamais, avec, dans le viseur, les JO de Londres...”

ALEXIS VASTINE EN BREF

Boxe

Né le 17 novembre 1986,

à Pont-Audemer (27)

Taille : 1,78 m

Poids : 64 kg

Entraîneur : Alain VASTINE

Profession : militaire - Ministère de la Défense (Terre)

Club : Boxing Club Fourmelot (27)

Jeux olympiques : 1re participation

Médaille de bronze à Pékin en 2008

Championnat du monde :

Quarts de finale en 2007

Championnats d’Europe :

3e (juniors) à Tallinn (Estonie) en 2005

Championnats de France :

1er en 2006 et 2007

Résultats significatifs 2007-2008 :

1er tournoi des 4 nations en 2007

Palmarès : 84 combats, 74 victoires, 10 défaites

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.