Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Escrime : évolution du programme olympique et analyse de la concurrence internationale

Michel Sicard, Éric Srecki et Patrick Menon

Texte intégral

LES CONSTATS

1L’évolution du programme olympique en escrime, entre 1992 et 2008, est illustrée dans la figure 1.

2Les Jeux olympiques de Barcelone ont été les derniers à ne pas être précédés de phases qualificatives. En 1992, seul le fleuret est pratiqué par les femmes. Huit épreuves sont au programme de ces Jeux : quatre individuelles et quatre par équipes.

3Les Jeux olympiques d’Atlanta sont marqués par l’arrivée de l’épée féminine, sept ans après l’organisation des premiers championnats du monde, ainsi que par la mise en place de phases qualificatives à l’occasion des championnats du monde organisés en 1995. La France ne se qualifiant pas pour l’épreuve de fleuret par équipes, elle participe donc à neuf des dix épreuves au programme (cinq individuelles et cinq par équipes).

4Le programme des Jeux de Sydney est identique à celui des Jeux d’Atlanta. Il y est également nécessaire de « gagner sa place » à l’occasion des championnats du monde précédents. La France est engagée dans neuf des dix épreuves, suite à la non-sélection de l’équipe de fleuret féminin pour l’épreuve par équipes.

5Les Jeux d’Athènes, quant à eux, marquent l’arrivée au programme olympique du sabre féminin cinq ans après l’organisation de ses premiers championnats du monde. Le CIO, bien que séduit par l’idée de parité du programme olympique, contraint la Fédération internationale d’escrime (FIE) au respect d’une double contrainte : celle du nombre d’épreuves (dix) et celle du nombre d’escrimeurs accrédités (environ deux cents). Aux six épreuves individuelles, s’ajoutent quatre épreuves par équipes. Dès lors le sabre féminin (dernier arrivé dans le concert olympique) ne bénéficie pas d’épreuve par équipes, tout comme le fleuret féminin, qui perd la sienne. La France est engagée dans les dix épreuves.

Figure 1 : Évolution du programme olympique et médailles françaises de 1992 à 2008

Figure 2 : Classement de la France aux Jeux olympiques de 1992 à 2008 (tableau des médailles et indice PO)

6Aux Jeux de Pékin, enfin, l’escrime doit toujours respecter les deux contraintes imposées par le CIO, et ce sont le fleuret masculin et l’épée féminine qui perdent leur épreuve par équipes, suite à l’arbitrage rendu par la FIE. La France est engagée dans neuf des dix épreuves, l’équipe de fleuret féminin ayant raté d’un rien sa qualification.

7Quel sera le programme des Jeux de Londres, en 2012 ? Devant l’insistance des fédérations nationales, il faut espérer que la FIE obtienne du CIO l’inscription de douze épreuves au programme olympique.

8La France et l’Italie sont les deux seuls pays à figurer sur tous les podiums du classement des nations au cours des cinq dernières éditions olympiques, tant au classement des médailles qu’au classement PO. Avec la Russie, l’Allemagne et la Hongrie, l’Europe domine toujours l’escrime mondiale. La Chine a, quant à elle, dépassé la Corée du Sud et est devenue la meilleure nation asiatique. Les États-Unis ont, pour leur part, dépassé Cuba et sont désormais la meilleure nation du continent américain (figure 2).

RÉPARTITION DES MÉDAILLES REMPORTÉES PAR LA FRANCE

9Au cours de la période étudiée, la France a remporté vingt et une médailles chez les hommes et sept chez les femmes (figure 2). On peut noter que la France a été médaillée dans quatre des six disciplines au programme olympique, l’épée dames étant la seule arme féminine médaillée.

10Dernier rentré au programme des Jeux, le sabre féminin n’a pas encore permis à la France de remporter des médailles olympiques, alors que les sabreuses figurent régulièrement sur les podiums des championnats d’Europe et du monde.

11La dernière médaille olympique du fleuret féminin remonte aux Jeux de Los Angeles de 1984 (bronze par équipes). L’équipe de fleuret féminin a néanmoins remporté deux médailles mondiales et deux médailles européennes au cours de la dernière olympiade.

12La discipline de l’épée féminine est marquée par l’empreinte de Laura Flessel, championne exceptionnelle qui est montée à trois reprises sur le podium de l’épreuve individuelle (or en 1996, bronze en 2000 et argent en 2004). Mais deux autres épéistes sont également montées sur un podium individuel (Valérie Barlois, pour l’argent, en 1996, et Maureen Nisima, pour le bronze, en 2004).

L’ANALYSE DES RÉSULTATS DE L’ÉQUIPE DE FRANCE

REGROUPEMENT DE L’ÉLITE

13L’organisation du haut niveau en France se caractérise par le regroupement des meilleurs éléments au sein de centres permanents d’entraînement. Ce système semble assez répandu dans les sports d’opposition ou de combat.

14Si ce principe d’organisation est une constante depuis près d’une trentaine d’années pour les équipes masculines, avec une implantation des centres d’entraînement à l’INSEP, il n’en est pas de même pour les équipes féminines. En effet, l’implantation des pôles France féminins n’a pas fait l’objet de la même stabilité. Si les centres nationaux d’entraînement du fleuret féminin et de l’épée féminine étaient initialement basés à l’INSEP, ils ont été par la suite « transférés » en province sans pour autant attirer les meilleurs éléments du moment, avant d’être implantés aux CREPS d’île-de-France (à Châtenay-Malabry) et d’Aquitaine (à Talence).

15L’exemple de l’épée dames est significatif : le pôle France est implanté depuis une dizaine d’années au CREPS de Talence, alors que les meilleures épéistes vivent, se forment, travaillent et s’entraînent en Ile-de-France, où elles ont trouvé, au sein des grands clubs de la région, des conditions alternatives d’entraînement.

16A contrario, l’organisation du sabre féminin, dernière discipline olympique, a été, dès son apparition, calquée sur celle des armes masculines, avec un regroupement des meilleures sabreuses au CREPS d’île-de-France, à Châtenay-Malabry.

PRIORITÉ À L’ÉQUIPE NATIONALE

17Il convient de noter qu’au cours de leur carrière sportive les escrimeuses et escrimeurs internationaux ne sont pas tenus, comme dans les sports collectifs, par exemple, de se partager entre objectifs de clubs et objectifs de l’équipe nationale. En effet, ils sont quasi exclusivement concentrés sur les échéances internationales qui engagent l’équipe de France, qu'il s’agisse des épreuves de Coupe du monde ou de grands championnats. Les obligations sportives liées aux clubs restent ainsi tout à fait minimes et se résument, pour les internationaux, à une représentation de leurs clubs respectifs limitée à quelques jours au cours de la saison.

CARRIÈRES « À CONCILIATION »

18Enfin, on peut souligner qu’une des explications aux carrières généralement longues des escrimeurs (souvent au-delà de la trentaine) réside dans le fait qu’il s’agit de carrières dites « à conciliation », qui permettent de mener de front carrière sportive et formation, et/ou insertion professionnelle. Dès lors, un escrimeur ou une escrimeuse pourra poursuivre sa carrière d’autant plus « facilement » qu’il ou elle aura entamé son insertion professionnelle et que les aménagements nécessaires seront en place.

L’IMPORTANCE DE L’ENCADREMENT NATIONAL

19Une autre caractéristique réside dans l’encadrement des équipes de France. Les entraîneurs nationaux sont toujours assistés d’adjoints, chargés de gérer au quotidien un collectif d’une douzaine d’athlètes en moyenne. Ils n’exercent donc pas seulement les fonctions de sélectionneurs mais accompagnent les athlètes dans leur préparation au long cours.

20Très souvent, l’adjoint prend en charge les destinées d’une arme après une période de deux olympiades, période pendant laquelle il a bénéficié d’une sorte de « compagnonnage » avec l’entraîneur national. On remarque que si ce système a entraîné une grande stabilité de l’encadrement chez les hommes, la situation est plus nuancée chez les femmes. L’encadrement du fleuret féminin a souvent été modifié, alors qu’à l’épée féminine, la stabilité de l’encadrement n’a pas été servie par l’absence des meilleurs éléments au sein du pôle France. Seul le sabre féminin a été caractérisé à la fois par la stabilité de l’encadrement et par le regroupement des meilleurs au sein du même centre national d’entraînement.

L’INSEP POUR TOUS LES COLLECTIFS FRANCE

21Alors que la filière d’accès au sport de haut niveau 2005-2009 avait été validée à l’identique de la précédente, l’organisation du haut niveau sera sensiblement modifiée dans le cadre du « Parcours de l’excellence sportive » pour la période 2009-2013. En effet, grâce à la réalisation d’un nouvel équipement de quarante-deux pistes, au sein d'un INSEP rénové, la fédération pourra, dès septembre 2009, accueillir les six collectifs France sur un même site. Avec cette nouvelle organisation, il sera enfin possible de proposer aux équipes féminines les mêmes conditions que celles accordées aux équipes masculines. Autrement dit, plus qu’un traitement différencié, les équipes féminines pourront bénéficier d’un traitement identique à celui accordé à leurs homologues masculins.

22La présence à l’INSEP de quelque quatre-vingt-dix escrimeur(se)s entraînera une émulation, profitable à toutes et à tous. Cette proximité sera également bénéfique aux entraîneurs, qui pourront confronter leurs expériences et partager leurs difficultés. Dès lors, le principe du « compagnonnage » pourra s’appliquer aux entraîneurs des différentes armes.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Évolution du programme olympique et médailles françaises de 1992 à 2008
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Figure 2 : Classement de la France aux Jeux olympiques de 1992 à 2008 (tableau des médailles et indice PO)
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

Auteurs

Directeur technique national

Directeur technique national adjoint

Directeur du haut niveau, de la Fédération française d’escrime

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.