Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Jeux paralympiques de Pékin 2008. Bilan et perspectives paralympiques

Christian Paillard

Texte intégral

1 Au lendemain des Jeux paralympiques de Pékin, l’heure des bilans a sonné. La direction technique nationale de la Fédération a ainsi édité ses principales conclusions, l’occasion d’analyser les forces et faiblesses de la France sur la planète paralympique et de mieux préparer les prochaines échéances de 2012 et 2016.

NOUVELLE CARTE INTERNATIONALE

2Attendue, redoutée, la domination de la Chine fut écrasante. Avec quatre-vingt-neuf médailles d’or, le pays organisateur a totalisé deux fois plus de trophées paralympiques que son premier poursuivant, la Grande-Bretagne (quarante-deux). Les performan ces chinoises ne sont guère surprenantes si l’on tient compte des moyens déployés, ces dernières années, pour assurer le succès des athlètes locaux. La montée en puissance du Brésil et de la Russie était également attendue, même si la réussite des Russes interpelle. Les pays de l’Est ont traditionnellement peu de moyens à consacrer au handisport, mais il semblerait que la Russie ait décidé de concentrer ses efforts sur ces Jeux paralympiques. Mais cet élan va-t-il se poursuivre ou n’était-ce qu’un feu de paille ?

3Certaines nations choisissent de ne pas participer à des compétitions de référence entre deux éditions des Jeux paralympiques et il est donc difficile de cerner avec précision leur réel potentiel. D’autant qu’en quatre ans, la marge de progression est importante. Ces pays émergents arrivent aux Jeux paralympiques avec des athlètes inconnus qui bouleversent l’ordre établi. Notamment dans les épreuves féminines et les handicaps très lourds. La Tunisie a ainsi créé la sensation, en 2008, en terminant un rang derrière la France au classement.

4Plus surprenant encore, on remarque l’arrivée de l’Afrique du Sud dans le concert des nations paralympiques dominantes, à la sixième place. Un rang obtenu grâce à quelques athlètes multimédaillés, en athlétisme (Oscar Pistorius) et en natation (Natalie du Toit) ; deux disciplines phares qui s’affirment, une fois de plus, comme les deux juges de paix des Jeux paralympiques, avec leurs trois cents épreuves sur les quatre cent soixante-douze du programme ! LAfrique du Sud a ainsi décidé de concentrer ses efforts sur ces deux disciplines, en négligeant peut-être les générations futures.

5Le programme des Jeux paralympiques repose sur vingt disciplines, mais le contexte économique et la particularité du sport pour handicapés ont conduit, ces dernières années, de nombreuses nations à restreindre leurs champs d’intervention. À Pékin, certains pays n’étaient ainsi représentés que dans six ou sept sports – à 1’image du Canada –, alors que la France avait décidé de rester sur une représentation importante (treize disciplines). Un choix assumé mais qui, aujourd’hui, tend à être remis en question.

6Malgré les moyens importants mis à notre disposition par l’État, il apparaît désormais difficile, pour une seule fédération, de mettre en œuvre une politique de très haut niveau pour l’ensemble de nos disciplines.

LA FRANCE, ENTRE SATISFACTION ET DÉCEPTION

7Septième à Sydney en 2000, avec quatre-vingt-six médailles au compteur, neuvième à Athènes, quatre ans plus tard, avec soixante-quatorze médailles, dont dix-huit en or, les Bleus s’étaient fixé comme objectif, raisonnable et ambitieux à la fois, de demeurer dans le top 10 des nations en Chine. Avec cinquante-deux médaillés, dont douze en or, vingt et une en argent et dix-neuf en bronze, la délégation tricolore a terminé à la douzième place au classement des nations, dominé par la Chine et ses deux cent onze médailles, dont quatre-vingt-neuf en or. Un résultat décevant, car après les Jeux paralympiques d’Athènes, fort de notre potentiel du moment, des nouvelles générations qui émergeaient et des résultats enregistrés dans les compétitions de référence (championnats du monde et d’Europe), les perspectives étaient encourageantes et nous pouvions espérer conserver notre rang, voire gagner quelques places au classement mondial. Au lieu de cela, il s’est avéré que notre dispositif a atteint ses limites à Pékin.

8Avec onze sports médaillés – deux de plus qu’il y a quatre ans –, la France se situe pourtant dans le quatuor de tête des nations les plus polyvalentes, derrière la Chine, au niveau de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Une caractéristique dont nous pouvons être fiers, mais qui n’est pas en phase avec la logique de classement des Jeux paralympiques. À la deuxième place des nations en termes de rapport engagés/médaillés, une fois de plus devancée par la Chine, la France a prouvé, également, la rigueur de son processus de sélection et son engagement en faveur de la promotion d’un haut niveau handisport digne de ce nom. Des critères flatteurs pour la Fédération française handisport, mais qui n’ont que peu de valeurs au strict plan des résultats.

9Depuis les Jeux d’Athènes, nous sommes en recul dans tous les sports, à l’exception du tennis et du tennis de table. Pour la première fois, nous n’étions pas représentés dans les sports collectifs. Nous comptons, enfin, parmi les nations qui possèdent les médaillés les plus âgés. Les générations ne se renouvellent pas autant qu’on le souhaiterait et nous ne maîtrisons pas les logiques de renouvellement, d’entretien, de détection... Il est en effet très difficile, compte tenu des spécificités du handisport (qui dépend, le plus souvent, des aléas de la vie), de préparer l’avenir dans nos différentes disciplines. Autant dire que les statistiques de l’équipe de France n’ont rien de rassurant, alors que le processus d’attribution des quotas pour les prochains Jeux ne va pas tarder à s’enclencher.

10Nous comptions, comme à notre habitude, trop peu de représentants dans les catégories féminines et les plus lourds handicaps, alors qu’un effort particulier fut consenti par l’International Paralympic Committee (IPC) pour sauvegarder les épreuves de ces catégories dans le programme paralympique. Une politique internationale qui a ouvert des brèches à Pékin, dans lesquelles d’autres que nous ont pu s’infiltrer massivement. Une des problématiques à laquelle nous sommes également confrontés est le nombre de compétitions majeures de référence inscrites au calendrier international. Pour stimuler les athlètes aujourd’hui, il est indispensable d’aller se confronter aux meilleurs. Or, dans certaines disciplines, seulement quatre rencontres internationales par saison sont prévues.

11La cohésion qui a régné dans l’équipe de France est, en revanche, une de nos principales satisfactions. Notre credo était : « On se déplace un ». On arrive tous ensemble, on repart tous ensemble, athlètes, entraîneurs, etc. La grande famille du handisport français a d’ailleurs fait souffler un vent de fraîcheur à Pékin. Et, à titre individuel, les performances de David Smétanine, quintuple médaillé en natation, des athlètes et des équipes France de tennis de table sont porteuses d’espoir. Nous avons une base solide, l’équipe est homogène, alors qu’il y a quelques années, nous nous reposions encore sur une athlète comme Béatrice Hess qui ramenait, à elle seule, sept médailles d’or et qui, lorsqu’elle a décidé d’arrêter, a laissé un grand vide derrière elle.

12Aujourd’hui, l’objectif est de revenir à un rang plus conforme à nos ambitions, soit la septième place mondiale. Et si nous réduisons notre champ d’intervention à quelques disciplines – la natation, l’athlétisme, le tennis de table, en priorité, le tir à l’arc et le tir, ensuite –, nous aurons plus de chances d’y parvenir. Ces disciplines bénéficieraient ainsi de plus de moyens, les athlètes pourraient partir plus souvent en stage, nous pourrions investir sur les cadres... Les sports collectifs, quant à eux, restent une interrogation, car ils ne rapportent qu’une seule médaille mais sont représentatifs des forces d’une nation.

AVENIR PARALYMPIQUE ET CHOIX

13À Londres, les Jeux ne sont pas encore faits, mais s’annoncent d’ores et déjà compliqués, au vu de la jeunesse des médaillés de certains pays du haut du classement, en athlétisme et natation notamment. Pour tenter de redresser la courbe, qui a vu la France passer, en l’espace de douze ans, du sixième au douzième rang des nations paralympiques, il sera difficile de ne pas faire comme les autres. C’est-à-dire consentir un effort colossal sur quatre ou cinq sports, compris et soutenu, à tous les niveaux de la Fédération, mener une politique plus stricte d’accès à l’élite dans les autres disciplines et travailler en relation plus étroite avec les fédérations olympiques dans le développement de notre élite.

14La priorité de la Fédération française handisport a toujours été de faciliter l’accès à la pratique au plus grand nombre, en développant, de manière conjointe, le loisir et la compétition. Mais si nous souhaitons rester dans le concert international et nous mêler à la lutte pour les premières places, le choix de restreindre l’élite apparaît comme une évidence. Et ce, même si la pression est d’autant plus forte sur les épaules des athlètes qui auront la lourde responsabilité de représenter la France. Le collectif France était composé, en 2008, de trois cent vingt garçons et filles. Si nous souhaitons rester dans l’excellence, nous serons peut-être amenés à diviser ce chiffre par deux. Nous allons redéfinir le parcours de l’excellence sportive au sein de nos différentes disciplines, en fonction du handicap, du matériel utilisé... afin d’arrêter l’hémorragie.

15Nous sommes encore dans une logique de sport amateur : nous fonctionnons toujours avec le même réseau de bénévoles – heureusement qu’ils sont là, d’ailleurs – et sommes la seule fédération sportive nationale à disposer d’autant d’entraîneurs nationaux dotés du statut de bénévoles. Nous avons donc déjà quelques mérites à obtenir de tels résultats dans ce contexte. Mais les athlètes s’entraînent dix fois plus qu’avant et ils ont besoin d’être mieux entourés. La professionnalisation de l’encadrement est indispensable, si nous voulons rivaliser à l’avenir avec les autres nations. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous n’avons pas réussi à nous qualifier pour Pékin en basket-ball. Accompagner un ou une athlète sur la route du très haut niveau demande un environnement très pointu et nous ne l’avons pas encore en France.

16Après Athènes, en 2004, nous aurions dû encore plus nous rapprocher des fédérations valides, partager leur encadrement, etc. À nous d’en tirer les leçons, en vue des Jeux de Londres, en 2012. Je travaille en ce sens avec mes homologues des fédérations valides, qui m’ouvrent des portes et mettent des entraîneurs à la disposition de nos équipes. Et nous devons renforcer cette collaboration, même s’il existe clairement une petite appréhension, par simple manque de connaissance, de la part des entraîneurs valides, à l’idée d’appréhender le handicap. En tennis de table, tous nos joueurs et joueuses s’entraînent ainsi dans des clubs valides et sont dans des conditions idéales de pratique. Les rencontres sur le territoire national sont nombreuses, aussi bien avec les valides qu’en handisport. C’est ce type de système que nous souhaiterions transposer dans les autres disciplines.

17Autant de points sur lesquels nous allons travailler ces trois prochaines années. Sauf à décider que la priorité fédérale est ailleurs, que la préservation de la diversité de notre représentation internationale ne souffre aucun compromis.

Auteur

Directeur technique national de la Fédération française handisport

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.