Versión clásicaVersión móvil

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Des ruines d’Athènes au sommet de la muraille de Chine…

Claude Onesta

Texto completo

LE HANDBALL MASCULIN : LA PERFORMANCE SPORTIVE À PÉKIN, UNE HISTOIRE SINGULIÈRE

1Il est toujours complexe de relater, en quelques lignes, une aventure humaine ayant abouti à un résultat probant.

2Où a-t-elle commencé ?

3Qui en sont les acteurs ?

4Comment sont-ils entrés dans ce projet et avec quel degré de transformation en sortent-ils ?

5Quelles sont les clés de cette réussite ?

6Les clés existent, mais ce n’est jamais la même qui ouvre la porte.

7Même avec un groupe identique, à chaque moment, à chaque joueur, va correspondre une clé adaptée.

8Le rôle du coach est d’accepter cet équilibre instable et de veiller à toujours trouver la solution du jour et, déjà, se préparer à en changer le lendemain.

9Les clés changent sans cesse, mais le cadre d’évolution doit, lui, être identifié et servir de référence permanente.

10Avec ce groupe, les grands principes de notre cadre de référence étaient les suivants :

  • Participation et responsabilisation des joueurs ; à l’initiative, plutôt qu’obéissants.

  • Addition des compétences dans un staff en ébullition permanente.

  • Le coach est en charge du casting humain et des choix finaux en matière de stratégies. Il assure l’arbitrage de toutes les frictions nées de la recherche d’évolution permanente.

  • Nous sommes tous guidés par la notion prioritaire d’intérêt général.

  • L’équipe de France confère beaucoup plus de devoirs que de droits. Chacun est là pour la servir et nul n’y est indispensable.

  • Au quotidien, nous cherchons à donner du sens aux valeurs de respect, de fidélité, de confiance, d’humilité et de solidarité.

  • Nous devons être aussi fiers de nos résultats que de l’image que nous laissons aux gens qui croisent notre route. L’expérience acquise au cours des sept années passées à la tête de l’équipe de France me permet, aujourd’hui, de relativiser les notions d’échec et de réussite.

11Une demi-finale contre la Croatie, qui bascule en notre faveur dans les cinq dernières minutes, et la route du titre olympique s’offre à nous. Nous allons devenir des héros.

12Mais à cinq minutes près, nous aurions pu perdre cette demi-finale, peut-être rentrer sans médaille et, enfin, succomber aux critiques concernant notre incompétence. Avec une mention spéciale à l’entraîneur et son incapacité à diriger un groupe pourtant doté d’un talent immense.

13Dans l’analyse des médias et de ceux qu’ils « informent », les notions de travail, d’investissement, de détermination, de solidarité, de complicité, de partage ne résistent pas à l’échec. Heureusement, en interne, nous nous nourrissons de cette démarche, nous tirons notre énergie de cette richesse relationnelle.

14J’ai donc pris le parti d’analyser cette aventure en identifiant son point de départ, au soir de notre élimination en quarts de finale à Athènes.

15Je suis convaincu que la réussite de Pékin est liée aux quatre saisons au cours desquelles le groupe s’est façonné, où nous avons su faire évoluer notre jeu, tout en préservant nos principes de vie, en dépit des critiques de la masse d’experts autoproclamés, la compétition n’ayant été que la concrétisation du travail engagé.

16Avant de débuter l’analyse, je tiens à insister sur un point rarement mis en valeur : l’entraîneur et les joueurs ne se suffisent pas ; on ne gagne pas les Jeux olympiques sans un staff dévoué, déterminé et compétent.

17Merci à eux, pour tous ces moments partagés, pour le handball et le sport français.

JEUX OLYMPIQUES D’ATHÈNES : AOÛT 2004

18Après avoir remporté ses cinq rencontres dans la phase préliminaire, l’équipe de France échoua en quarts de finale contre la Russie.

19Un manque de maîtrise pendant quinze minutes nous avait précipités dans l’échec. Nous étions tombés contre une équipe de vieilles stars, qui avaient retrouvé une seconde jeunesse à cette occasion.

20À l’évidence, ils avaient fait de cette rencontre leur premier rendez-vous déterminant dans cette compétition, alors que nous jouions tous les matchs à fond, sans discernement.

21Nous avions pourtant la sensation que le travail lors de notre préparation était adapté et que les joueurs s’étaient totalement investis.

22Avec le recul, il apparaît :

  • un manque d’équilibre et d’homogénéité dans le groupe de joueurs,

  • un leadership de Jackson Richardson qui n’était plus une réalité de terrain,

  • un manque de complémentarité dans le staff et des problèmes relationnels non résolus (conflit joueurs/médecin),

  • un manque d’expérience de ma part vis-à-vis des particularités olympiques (exposition médiatique, engouement populaire, vie au village...),

  • une surévaluation de notre potentiel (aucun des entraîneurs étrangers qualifiés pour les Jeux n’avait pronostiqué notre accès au podium).

23Cette élimination va générer de très vives critiques, qui vont se cristalliser autour de moi, journalistes et collègues experts mettant clairement en doute ma capacité à gérer cette équipe.

MONDIAL EN TUNISIE : JANVIER 2005

24L’équipe de France, dans une composition quasi similaire à celle des Jeux, s’est présentée au Mondial en quête de rachat.

25Mais nous étions en souffrance ; la cicatrice d’Athènes était encore béante et nous n’avions pas réglé nos problèmes.

26L’évolution du staff (changement de médecin, avec l’arrivée de Pierre Sébastien, présence permanente du préparateur physique Alain Quintallet) satisfaisait les joueurs.

27Nous avons manqué notre début de compétition – défaite contre la Grèce et match nul contre la Tunisie –, ce qui occasionna un véritable parcours galère.

28Tous les jours, nous nous accrochions, nous survivions, pour finir enfin sur la troisième marche du podium.

29Cet épisode fut un véritable tournant pour cette équipe.

30Tous les ingrédients étaient réunis pour que l’aventure ne se termine là. Les « savonneurs de planche » ayant rajouté leur talent à la difficulté sportive. Le groupe s’était resserré, le staff s’était solidifié.

31Rien ne serait plus comme avant...

32À l’issue de la compétition, trois joueurs historiques ont décidé de dire adieu à l’équipe de France : Jackson Richardson, Grégory Anquetil et Guéric Kervadec.

33C’étaient les trois derniers « Barjots ». Une page venait de se tourner.

EURO EN SUISSE : JANVIER 2006

34Nous allions assister à une redéfinition des rôles et des statuts à l’intérieur du groupe. L’absence de Richardson allait rendre à chacun la part de lumière qui lui paraissait légitime.

35Les doutes avances par les médias sur la capacité de ce groupe à survivre à la retraite des anciens allaient susciter un formidable challenge.

36C’était devenu une quête d’identité... un carburant formidable !

37Après un moment de doute, dû à une défaite contre l’Espagne, et une bonne remise en question, nous allions dérouler et dominer cette compétition comme jamais.

38Victoire de six buts en demi-finale contre la Croatie, championne olympique.

39Victoire de huit buts en finale contre l’Espagne, championne du monde. C’était le premier titre européen pour le handball français, le plus difficile à obtenir au regard de la domination des nations européennes sur le handball mondial.

40Ce résultat valait confirmation pour le groupe de joueurs mais, surtout, validation pour le staff. Il lui conférait de la légitimité et venait donner du sens à sa démarche originale, construite sur la responsabilisation de chacun.

MONDIAL EN ALLEMAGNE : JANVIER 2007

41Nous avons abordé cette compétition avec une équipe construite sur le groupe champion d’Europe un an plus tôt.

42Après une phase préliminaire maîtrisée sans génie (cinq victoires et deux défaites), nous débutions la phase finale par une victoire probante en quarts de finale contre la Croatie.

43Nous sommes qualifiés pour la demi-finale et cela allait être l’évènement de ce championnat du monde : France-Allemagne à la Kölnarena, devant vingt mille supporteurs allemands.

44En fait, nous allions tomber dans un véritable traquenard.

45En désignant une paire d’arbitres suédois totalement dénués d’expérience à ce niveau, la commission d’arbitrage de la Fédération internationale avait pris une décision de poids, qui allait complètement dénaturer cette rencontre.

46Nous perdîmes cette rencontre d’un petit but, à l’issue de deux prolongations, avec, en prime, une égalisation tout à fait valable, mais refusée par les arbitres, à la dernière seconde.

47Nous étions privés d’une finale et, sûrement, d’un titre mondial, puisque nous avions battu le finaliste polonais, en phase préliminaire, de... neuf buts ! Cette sensation d’injustice, partagée par l’ensemble des équipes de cette compétition et par la totalité des médias présents sur l’évènement, aurait pu suffire à notre analyse.

48Nous avions l’explication de notre échec, mais elle ne nous suffisait pas...

APRÈS LA SOUFFRANCE... LA PRISE DE CONSCIENCE

49Nous nous sommes alors posé la question suivante : « Comment aurions-nous pu gagner malgré ce contexte ? »

50Il nous est apparu que notre jeu manquait de précision et de variété pour nous permettre de dominer nos adversaires plus franchement.

51L’état des lieux du jeu de l’équipe de France venait d’être décrété.

52J’ai demandé à mon adjoint, Sylvain Nouet, et à Vincent Griveau, le responsable vidéo, de tout reprendre à zéro.

53Il me fallait une nouvelle banque de données sur notre jeu et sur celui de nos principaux adversaires.

54Nous devions :

  • constater ce qui ne fonctionnait plus dans notre jeu et faire le tri entre les éléments qui ne correspondaient plus au handball moderne et ceux dont l’imprécision limitait la performance,

  • identifier les secteurs de jeu où nous constations du retard sur nos adversaires.

55Il s’ensuivit six mois de travail acharné (de mars à septembre 2007) devant les écrans d’ordinateurs, à faire évoluer les logiciels d’analyse et à se repasser des milliers de séquences de matchs.

56Le résultat fut saisissant et nous donna, à grands renforts de statistiques, une radiographie du jeu de l’équipe de France.

57Nous étions à dix mois des Jeux olympiques et nous voyions clairement le chemin à parcourir pour espérer viser l’excellence.

58Nous savions où aller, il ne restait plus qu’à décider de la méthode à employer.

59Et il restait de nombreuses interrogations, dont les réponses devaient définir nos choix :

  • La capacité du groupe à vivre le changement.

  • La présentation de la réforme, afin que le groupe se l’approprie.

  • Le temps limité dont on disposait (six semaines incluant l’Euro en Norvège).

60Nous savions que cette réorganisation allait d’abord produire une perturbation (nouveaux repères, temps de maturation différent pour chaque joueur) avant de pouvoir espérer une amélioration.

61Il apparaissait que notre prestation au championnat d’Europe subirait cette perturbation et qu’il faudrait s’accommoder, à quelques mois des JO, des critiques médiatiques et des rumeurs pernicieuses de l’armée d’experts qui gravitent autour de nous.

62Nous avons décidé d’en assumer le risque, car nous étions intimement persuadés que le véritable risque serait de ne pas en prendre.

SAISON 2007-2008

STAGE DE TOUSSAINT : OUVERTURE DU CHANTIER SUR LE JEU OFFENSIF

63L’amélioration de notre jeu en attaque placée passe par une redéfinition de nos enclenchements, qui doivent associer des mouvements combinés des bases arrière et avant.

64Jusque-là, notre jeu semblait trop facile à identifier par nos adversaires. Nous nous étions préparés à utiliser la semaine d’entraînement et les deux matchs amicaux contre l’Égypte pour analyser la capacité des joueurs à s’investir dans le travail et les délais nécessaires pour en ressentir les premiers effets.

65Malheureusement, nous avons dû faire face à une hécatombe de forfaits pour blessures (douze joueurs) et ce travail perdait tout son sens. Nous avons donc perdu une semaine de travail et repoussé l’ouverture du chantier au rassemblement suivant.

PRÉPARATION DE L’EURO ET EURO EN NORVÈGE : JANVIER 2008

66Les deux premières semaines de janvier ont servi à la préparation du championnat d’Europe qui se déroulait du 17 au 27 janvier.

67Outre le travail sur l’amélioration du jeu en attaque placée, nous avons décidé de sensibiliser les joueurs sur la nécessité de rendre plus performant notre jeu rapide.

68Il nous fallait progresser dans l’amélioration des repères d’anticipation de la contre-attaque et sur les projets de jeu de transition, en fonction des joueurs sur le terrain.

69Nous avons fourni aux joueurs un DVD, véritable lexique de notre jeu, qui reprenait tous les enclenchements, en les situant dans les rapports de force adaptés et en identifiant les points clés dont découlaient les solutions.

70Ce document fut à la base de très nombreuses discussions avec les joueurs afin d’élaborer ensemble notre nouveau projet de jeu.

71Devant chaque problème, nous recherchions un consensus sur la solution. Lorsque le débat s’éternisait, je tranchais et décidais de manière définitive.

72Nous passions ensuite sur le terrain pour la mise en œuvre des solutions et, à nouveau, nous prenions le temps d’ajuster, de tâtonner et de répéter autant qu’il le fallait. La compétition s’est enchaînée de manière performante et nous n’avons échoué qu’en demi-finale contre la Croatie, dans un match que nous avons perdu tactiquement et où nous avons touché du doigt les limites de notre jeu actuel (attaque placée avec trois arrières droitiers).

73Seul le champion d’Europe se qualifiait pour les JO, et c’était le Danemark.

74Il nous faudrait donc gagner notre billet olympique lors d’un tournoi se déroulant à Paris à la fin du mois de mai et réunissant, outre la France, l’Espagne, la Norvège et la Tunisie.

75Quatre grandes nations de handball. Seuls les deux premiers classés verraient Pékin.

76L’horizon nous apparaissait alors quelque peu assombri...

TOURNOI DE BERCY : MARS 2008

77Poursuite des premiers chantiers sur le « jeu placé en attaque » et le « jeu rapide », et ouverture du dernier chantier, « la variété des stratégies défensives ».

78Le dernier Euro nous avait déjà apporté pas mal de réponses sur les deux premiers chantiers.

79De l’avis général, notre jeu en attaque s’était amélioré et les tris dans notre banque de données paraissaient de plus en plus efficaces.

80Le secteur défensif a toujours été l’argument principal de l’équipe de France.

81Nous étions en avance sur nos adversaires dans ce secteur de jeu et notre défense homme à homme, étagée et agressive, continuait de provoquer des cauchemars chez mes collègues entraîneurs étrangers.

82Il apparaissait tout de même que cette défense était une grosse consommatrice d’énergie et, lorsque vous préparez une compétition de huit matchs en quinze jours, vous devez vous préoccuper de suffisamment ménager votre monture, en vue du sprint final.

83Il fallait donc prévoir des stratégies alternatives, à plus faible volume d’action, plus alignées, donc moins coûteuses, et pouvant être employées durant des moments de rencontres ou contre des adversaires de niveau plus faible ne justifiant pas un engagement total.

84Nous avons réalisé une bonne semaine de travail, ponctuée par trois rencontres (dont deux victoires – contre le Portugal et la Russie – et une défaite contre la Russie).

TOURNOI DE QUALIFICATION OLYMPIQUE À BERCY : MAI 2008

85Nous récupérions les joueurs à l’issue de la saison des clubs. Ils sortaient donc des finalités nationales ou européennes. Ils étaient épuisés et nous avons beaucoup redouté des blessures graves dans les dernières semaines, qui auraient pu mettre à mal notre projet de qualification.

86Il n’en fut rien et nous pûmes débuter notre préparation.

87Nous avions basé notre stage à Capbreton, à proximité du CERS, pour insister sur la récupération et la régénération. Nous avions prévu beaucoup d’activités dérivatives (surf, golf, sorties en vélo) la première semaine, pour n’aborder le handball qu’à huit jours du tournoi.

88Mais très vite, les joueurs nous ont fait comprendre qu’ils préféraient s’entraîner et préparer à fond cette qualification aux Jeux.

89C’était un premier signe fort sur leur degré de mobilisation et de détermination.

90Nous avons remporté nos trois matchs, avec des stratégies défensives différentes chaque fois.

91Le billet pour les Jeux en poche, nous sommes partis en vacances pour trois semaines.

LA PRÉPARATION : DU 23 JUIN AU 1ER AOÛT 2008

LA TOUSSUIRE ET SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

92Nous nous sommes retrouvés à La Toussuire, en Savoie, pour débuter cette préparation.

93Au programme des douze jours de stage, essentiellement du travail physique (courses et musculation), agrémenté de quelques activités propres à la montagne (accro-branche, via ferrata, VTT, randonnées en altitude), propices à générer de la souffrance et à tester les vertus de ce groupe.

94Nous avions sélectionné vingt et un joueurs pour commencer, tout en sachant qu’il n’en resterait que quinze (quatorze titulaires et un remplaçant) à Pékin.

95L’isolement, la qualité de l’hébergement (à l’hôtel « Les Soldanelles ») et la prévenance des municipalités de La Toussuire et de Saint-Jean-de-Maurienne nous ont offert des conditions de travail exceptionnelles.

96L’engagement total des joueurs et du staff en disait déjà long sur l’état d’esprit et la volonté d’aboutir de ce groupe.

DUNKERQUE

97Après trois jours de repos, nous nous sommes retrouvés à Dunkerque pour un stage de sept jours, où le travail prioritaire allait être de finaliser notre fond de jeu. Au programme, donc, réglages et recherche des meilleures compositions d’équipe en fonction des stratégies décidées.

98Toujours autant d’investissement et un début de tension, hé à la compétition en interne en vue de la sélection finale.

99À la fin du stage, nous décidions de réduire le groupe à dix-neuf et je pris subitement l’initiative d’annoncer le groupe des quatorze pour les Jeux. Il me semblait en effet que 1’émulation avait joué à plein et que nous allions rentrer dans une phase où les combats allaient plus viser les partenaires que les adversaires.

100Le choix des hommes est toujours un moment difficile, mais il est indispensable à la santé du groupe.

101Dans ces moments-là, je pense que les discussions individualisées sont inutiles. L’annonce est toujours faite en grand groupe. Je donne les raisons sommaires de mes choix et je me tiens à disposition de chacun pour un complément d’informations.

102Choisir et informer sans devoir se justifier.

103Il restait à choisir le remplaçant pour les Jeux. Dès lors, les autres savaient qu’ils ne seraient appelés qu’en cas de blessure d’un titulaire.

104Seize joueurs participeront au tournoi de Russie et les trois autres iront à Strasbourg avec Alain Quintallet, le préparateur physique, pour parfaire leur condition.

TOURNOI DE RUSSIE

105Dans une préparation, il faut toujours un moment de galère pour tester la capacité du groupe à réagir et à se réunir, ou bien à pleurnicher et à se désagréger.

106J’avais choisi d’aller à Krasnodar (à mille kilomètres de Moscou) dans cet esprit-là ; j’allais être servi...

107Vingt-quatre heures de voyage à l’aller (trois vols enchaînés et des heures d’attente dans les aéroports) et une arrivée à Krasnodar à 4 heures du matin, après quelques péripéties de changement d’avion en panne à Moscou. Repas à 5 heures dans un restaurant typique, coucher à 6 heures et demie...

108Trois matchs en trois jours, dont une défaite contre la Russie, qui allait être très salutaire, car elle apportait la preuve que, malgré notre potentiel, nous pouvions être battus.

109Les joueurs ont souffert sans trop se plaindre et ont compris que nous n’étions pas encore prêts.

STAGE EN FAMILLE À EUROPA-PARK ET EUROTOURNOI, À STRASBOURG

110Pour aborder la dernière semaine de notre préparation et avant de nous envoler pour un mois en Chine, nous avions décidé de vivre trois jours en famille, dans un parc d’attraction en Allemagne, puis de participer au tournoi préolympique organisé à Strasbourg en compagnie de l’Égypte, de l’Espagne et de l’Islande.

111Nous ne le savions pas, mais le podium des JO était réuni à Strasbourg.

112Nous passions d’un groupe de vingt-neuf (dix-neuf joueurs + dix membres du staff) à un groupe de soixante-quatorze, en ajoutant vingt épouses et vingt-cinq enfants. De la folie, à en croire certains « spécialistes ».

113Entraînement le matin, après-midi et soirée en famille, avec obligation de prendre les repas en commun.

114Un vrai village de vacances, mais qui avait pour objectif :

  • de vivre au contact de nos proches avant que ne débute une longue séparation,

  • d’associer les familles à notre aventure, pour assurer un soutien à distance de tous les instants lorsque nous serions en phase de pression maximale à Pékin.

115De toute évidence, les avantages furent bien plus nombreux que les inconvénients.

116Le tournoi se solda par trois victoires laborieuses dues à la fatigue et à la peur de se blesser juste avant le départ.

À PÉKIN AVANT LE DÉBUT LA COMPÉTITION : DU 2 AU 9 AOÛT 2008

117À notre arrivée, nous avons rencontré des conditions idéales : la vie au village était très fonctionnelle et la proximité des salles d’entraînement rentabilisait le temps d’activité.

118Sur les quatorze joueurs, huit en étaient à leur troisième participation aux Jeux, trois à la deuxième et trois a la première. Ils connaissaient les risques de dispersion au village olympique et le nuage de pression qui y régnait.

119Si vous n’êtes pas très solidaire et très concentré sur la compétition, vous devenez vite spectateur du plus merveilleux cirque sportif du monde. Et là, vous avez perdu avant même de commencer.

120Nous sommes très vite rentrés dans notre bulle et, durant tout notre séjour chinois, nous n’étions bien qu’entre nous et dans nos appartements, serrés les uns contre les autres (vingt-quatre dans quatre appartements).

121Les jours se succédaient et nous rapprochaient du premier match, sans affolement particulier ; un match amical, remporté contre le champion d’Europe danois, nous a donné de la confiance, sans nous rassurer pour autant.

122Nous avons continué à affiner nos réglages techniques et tactiques, à parfaire notre forme physique.

123Nous nous sentions prêts et impatients de commencer.

124À la veille du premier match, j’ai annoncé que la phase de travail était terminée et que, dorénavant, nous ne discuterions plus de réglages ou d’options différentes. Nos plans de jeu étaient en place et, au risque d’être imparfaits, nous devions nous satisfaire des solutions programmées.

125À cet instant, les joueurs devaient passer du rôle « d’analystes constructeurs » à celui « d’acteurs efficaces ».

LA COMPÉTITION OLYMPIQUE : DU 10 AU 24 AOÛT 2008

LES MATCHS DE POULE

126Nous savions que le tirage au sort nous proposait deux rencontres relativement faciles, contre le Brésil et la Chine.

127Deux victoires nous permettaient d’être pratiquement qualifiés pour les quarts de finale, ce qui restait notre première cible. Ce fut fait sans souci (24-26 contre le Brésil et 33-19 contre la Chine).

128Les trois derniers matchs de poule nous offraient la possibilité de faire tourner l’effectif et de ne pas nous user mentalement avant le quart de finale, tout en cherchant à dominer des adversaires candidats au podium.

129Victoire contre la Croatie (23-19), privée de son stratège Balić. Mais la blessure de Jérôme Fernandez fut un véritable moment de déstabilisation.

130C’était la perte d’un élément très important de notre dispositif et capable d’évoluer sur le poste d’arrière droit, qui passe pour être notre talon d’Achille. Nous avons vu, par la suite, que ce pépin avait sûrement servi de détonateur dans cette compétition.

131Face à cette difficulté, le groupe s’est resserré pour devenir encore plus exigeant et méticuleux. Jérôme a assuré un rôle parfait en nous dégageant de toutes les sollicitations médiatiques et en se mettant au service de ses partenaires, toujours positif en dépit de sa légitime frustration.

132Victoire facile contre l’Espagne (28-21), puis un match nul contre la Pologne, dans une rencontre bizarre où planait déjà le choix de l’adversaire des quarts de finale (la Russie ou l’Islande). Après de longs moments d’hésitation, nous avons décidé de jouer le match sans calculer, pour afficher que nous ne craignions aucun adversaire.

133Le sourire des Polonais, à la fin du match, ravis de rencontrer l’Islande, fut de courte durée...

LA PHASE FINALE

134Enfin, nous allions aborder ce quart de finale des Jeux, synonyme de tant de souffrances à Athènes, avec, en plus, un adversaire tel que la Russie.

135La pression était totale et l’approche du match marquée par la volonté d’être au présent à ce rendez-vous.

136Ce fut un match plein, avec un engagement physique total. Notre défense finit par faire plier un adversaire que nous avions dominé tout au long de la rencontre. Victoire 27-24.

137La cicatrice d’Athènes, que l’on n’effacera jamais, commençait à s’estomper. En demi-finale, voilà la Croatie, notre éternel adversaire (victoires en demi-finale de l’Euro 2006 et en quarts de finale du Mondial 2007 ; défaites en demi-finale du Mondial 2005 et de l’Euro 2008). Ils retrouvent le maître à jouer Balić, capable de gagner la rencontre à lui seul.

138Comme à chaque fois, le plan anti-Balić est basé sur la performance défensive de Bertrand Gille.

139Mais, sanctionné deux fois dans le premier quart d’heure, celui-ci ne put plus être aligné en défense. Notre stratégie s’effondrait et il fallut s’adapter vite. Karabatic, puis Narcisse, furent utilisés pour neutraliser Balić ; avec beaucoup de réussite.

140Les Croates avaient annoncé qu’ils concentreraient leur défense sur Narcisse et Karabatic et qu’ils laisseraient jouer Burdet, qu’ils ne craignaient pas. Burdet marqua six buts, décisifs dans notre victoire (25-23).

141C’est un fait important dans cette aventure.

142Burdet était un joueur que toute la France du handball me reprochait de sélectionner, tandis que lui, me reprochait de ne pas lui faire suffisamment confiance. Il n’avait jamais été décisif et avait toujours été absent lors des précédents titres de l’équipe de France (Mondial 2001 et Euro 2006).

143Lors du dernier Euro, en janvier, il avait été blessé en début de compétition et j’avais décidé de ne pas l’aligner, en accord avec le reste du staff, dans le final de celle-ci. Il s’était ensuite laissé aller dans des déclarations à la presse, à l’issue de la compétition.

144Il avait failli renoncer à l’équipe de France et j’avais failli le virer, mais son envie de participer aux Jeux et mon désir de préserver l’intérêt de l’équipe en avait décidé autrement.

145En demi-finale et en finale des JO, Burdet a réalisé une performance déterminante pour le titre olympique. Ce dénouement m’a permis de tirer les excellentes leçons suivantes :

  • Il n’est pas nécessaire d’avoir des relations affectives avec les joueurs pour générer de la performance.

  • Le coach est seul à choisir et il doit se méfier de tous les avis, même quand ils sont concordants. Il n’est pas contraint d’être consensuel et il peut tenir seul contre tous.

  • Il est nécessaire d’avoir des stratégies, même irrationnelles, susceptibles de surprendre les meilleurs adversaires. Sans la blessure de Fernandez, nous n’aurions jamais su que Burdet pouvait nous faire gagner les Jeux.

  • Après les Jeux, tous ceux qui auraient laissé Burdet à la maison louaient sa performance.

146Nous étions sortis vainqueurs d’un long bras de fer, en les faisant céder physiquement, puis mentalement.

147Nous avions acquis la médaille olympique que nous étions venus chercher. Depuis le début de cette phase finale, nous cherchions à nous isoler, tous les jours un peu plus, dans notre bulle.

148À l’extérieur, la passion grandissait, devenait une cause nationale ; il n’était plus question que de gloire et de lumière.

149À l’intérieur, nous étions progressivement devenus hermétiques aux tracas de la délégation française. L’effervescence du village ne nous atteignait plus. Nous préparions nos matchs sans émotion, de manière méthodique. Nous étions prêts à changer de stratégies, à gagner un match même en le jouant mal. Nous étions devenus froids et terriblement réalistes.

150Je pensais que seules les émotions pouvaient nous faire rater la cible. Nous apportions des réponses rationnelles à toutes les inquiétudes.

151Tous les jours, je demandais aux joueurs de descendre à la mine ensemble, de se préparer à gagner des corps à corps dans l’obscurité.

152Les journalistes parlaient de stars et de héros, je voulais des taupes et des rats.

153Nous étions préparés à un combat de tranchées et, tous les jours, nous cherchions à conquérir ensemble la tranchée suivante.

154Après la conquête de la tranchée russe, nous n’avons rien trouvé dedans. Il fallait continuer...

155Dans la tranchée croate, une médaille, d’un métal incertain. Il fallait continuer...

156Il restait à jouer une finale olympique contre un adversaire imprévu, l’Islande, qui jouait sur un nuage depuis le début de la compétition.

157Nous nous sentions de plus en plus forts mais, pour la première fois, nous étions largement favoris et dans l’obligation de gagner. Une défaite en finale aurait transformé notre magnifique aventure en désillusion pour tout un peuple.

158La stratégie était en place. Il fallait les faire rapidement tomber de leur nuage, ne pas les laisser s’euphoriser une fois de plus.

159Notre défense s’y employa et, après vingt minutes de jeu, l’écart se creusa. Ils acceptèrent progressivement notre domination, résignés devant la puissance dégagée par l’équipe de France. Il restait quarante minutes à jouer et nous savions que le titre ne pouvait plus nous échapper.

160Mais cette bulle était terriblement hermétique et nous avait coupés de toutes les émotions dont on avait rêvé.

161Pas de chavirement au coup de sifflet final.

162Ni larmes, ni chair de poule pour le podium et l’hymne national.

163Alors que l’on aurait voulu s’enflammer, nous sommes demeurés froids, déjà concentrés sur la suite des évènements.

164C’était sûrement le revers de la médaille...

Autor

Conseiller technique sportif, entraîneur de l’équipe de France masculine de handball

© INSEP-Éditions, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search