Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Dominique Naton, un DTN présent dans tous les coins

Frédéric Ragot

Texte intégral

1Ces Jeux olympiques de Pékin resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Mais j’en garderai un sentiment très mitigé. Ils ont été, sans conteste, les plus durs à vivre, à titre personnel. La boxe est un sport qui ne vous laisse pas respirer du premier au dernier jour. Surtout avec neuf qualifiés. Et plus on avance dans la compétition, plus la tension monte, même si le nombre de boxeurs en lice, lui, diminue. Mais il est hors de question pour l’encadrement de transmettre ce stress aux boxeurs. Il faut donc prendre sur soi, garder la tête froide en permanence, avaler des couleuvres, même lorsque nos garçons sont injustement battus... À l’issue de la défaite d’Alexis Vastine, j’ai d’ailleurs tellement pris sur moi que j’ai dû aller consulter le service médical. J’avais un gros coup de moins bien, des pulsations, mais le tournoi n’était pas fini et je devais, moi aussi, repartir au combat.

2A contrario, ces Jeux olympiques resteront aussi les meilleurs, pour la délégation française, depuis Anvers (1920). Même si le résultat en lui-même ne me satisfait pas pleinement – car compte tenu du scénario, je reste persuadé que nous aurions pu repartir de Pékin avec deux ou trois médailles de plus –, le bilan est flatteur, et même au-delà de nos prévisions. J’avais dit, avant les Jeux, qu’une médaille serait un résultat correct, qu’avec deux médailles, nous pourrions parler de perfection, et qu’au-delà, ce serait vraiment fabuleux. Malgré mes réserves, donc, c’est fabuleux ce que nos boxeurs ont réussi à accomplir. Trois médailles pour neuf qualifiés, nous aurions signé les yeux fermés avant de partir ! D’autant que les retombées sont extrêmement positives pour notre sport et que cette performance permet la reconnaissance du travail effectué au sein de la Fédération. Et valide aussi les options que nous avons tous pu prendre, à un moment ou à un autre, en allant au bout de notre projet malgré les difficultés.

JE N’OUBLIE PAS QU’EN 2006

3À deux ans des Jeux olympiques, nous n’étions clairement pas au mieux. En 2005 déjà, il y avait eu des gros problèmes d’ambiance dans le groupe et, au lendemain des championnats d’Europe de Plovdiv, où nous n’avions remporté qu’une seule médaille de bronze, j’avais dû tirer la sonnette d’alarme en tant que DTN. Nous allions droit dans le mur. Nous devions absolument nous remettre en question, opérer des changements, mais pas au niveau des boxeurs. Si j’en avais écouté certains, à l’époque, j’aurais écarté Jérôme Thomas, mais aussi Khedafi Djelkhir et Daouda Sow. Heureusement que je n’en fais qu’à ma tête et que j’écoute avant tout mon instinct ! J’ai dit au comité directeur de la Fédération française : « On ne vire personne, je reviens une dernière fois aux affaires. » À l’époque, j’avais pris du recul avec le ring, même si depuis ma nomination comme DTN en 2002, je suis toujours resté homme de terrain. Non pas parce que je cherche la lumière – j’en ai suffisamment eu en tant que boxeur et en tant qu’entraîneur – mais je considère que je suis le capitaine d’un bateau et qu’on est tous dans la meme galère. Sauf que si le bateau coule, c’est le capitaine qui est entraîné par le fond. Et je veux être ce capitaine.

DÉJÀ, POUR LES JO DE 2004, J’AVAIS REMIS LE BLEU DE TRAVAIL

4Il y avait une forme de dilution au niveau de l’autorité sur l’équipe et Jérôme Thomas posait clairement problème. Les entraîneurs de l’époque voulaient l’écarter, ses résultats n’étaient pas à la hauteur, tout comme son comportement. Mais je considérais qu’on ne pouvait pas se passer d’un tel talent à quelques mois des Jeux. Je suis revenu dans son coin, ainsi que dans celui de Willy Blain, et, au final, Jérôme est le seul qui a remporté une médaille à Athènes ! Mais j’ai très mal vécu ces Jeux olympiques de 2004. Il y avait des distensions dans l’encadrement, avec deux options – l’une technique, l’autre physique – qui s’opposaient. La pression y était trop forte, en tant que DTN et entraîneur. Je m’étais promis de ne plus cumuler ainsi les fonctions.

5Pourtant, en 2006, j’ai décidé de replonger. Mais, cette fois-ci, en étant vraiment le patron. J’ai demandé carte blanche à la Fédération, ma fonction a évolué, avec 70 % de présence sur le terrain et 30 % à gérer les affaires courantes comme DTN. J’ai surtout redéfini un cadre, mis des coups de bâton à ceux qui le méritaient, réorganisé les méthodes d’entraînement et tout l’encadrement. Il n’est pas si évident de tout remettre en question à deux ans des Jeux. J’ai dû beaucoup discuter avec les boxeurs eux-mêmes afin de mettre en place une stratégie commune à laquelle ils devaient adhérer, sinon cela ne marcherait pas. J’ai eu, à cette époque, de longues discussions avec les membres de la Préparation olympique et paralympique (POP) afin qu’ils comprennent et valident notre action.

MA PREMIÈRE DÉCISION

6A été de redéfinir les rôles de chacun sur le groupe de performance. Avec une seule option : celle du responsable. La mienne, donc. Après avoir écarté en douceur les anciens responsables techniques, j’ai décidé que trois jeunes entraîneurs qui n’avaient jamais fait les Jeux composeraient l’encadrement. À commencer par John Dovi, un ancien boxeur, vice-champion du monde en 1999, qui venait de passer le professorat de sport. Il avait l’avantage d’être proche de certains membres de l’équipe avec lesquels il pouvait faire le lien. J’ai ensuite demandé à Kévin Rabaud, déjà à l’INSEP, de coordonner le travail sur le terrain, tant au niveau administratif que technique. De devenir en quelque sorte mon bras droit. Et, enfin, j’ai recruté Mehdi Nichane pour s’occuper plus spécifiquement de la préparation physique. Nous avons mis en place une planification qui nous permettrait de monter en puissance jusqu’aux JO. Mais j’ai été clair dès le départ : « On fait une opération commando, je prends les rênes, je n’étouffe personne, je suis derrière vous, mais, par contre, je veux être au courant de tout. Je reste le taulier du projet. » Tout devait être carré dès le départ, pour espérer remonter la pente en deux ans.

7J’ai fait l’inventaire des forces vives et il y avait, à l’époque, une vingtaine de boxeurs capables de faire des résultats. Des hommes d’expérience et des jeunes avec du culot. Le plus important était de faire l’amalgame de toutes ces compétences. On a dit, à l’époque, que je prenais un risque. Mais quel risque ? Sans prétention, fort de mon expérience, j’ai une certaine confiance en mes capacités et en mes compétences. Je sais de quoi je suis capable, je suis prêt à m’investir, à donner sans compter au niveau de mon temps. Je tenais absolument à remettre une certaine rigueur dans le groupe. Et j’ai exigé, pour cela, la prise en compte de tous les détails. Que ce soit les athlètes ou les entraîneurs, tout le monde devait être logé à la même enseigne. Il était impératif de respecter les catégories, d’être pointu dans l’approche spécifique de chacun, dans l’individualisation... La prise en charge personnelle de la part des athlètes est une donnée importante pour moi. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai rencontré la psychologue de l’INSEP, Meriem Salmi. Le suivi longitudinal oblige chaque sportif à avoir un entretien avec un psychologue et, comme pour tout ce qui touche à nos athlètes, je voulais savoir où ils allaient mettre les pieds. Je me suis donc rendu aux premiers entretiens et le courant est bien passé. J’ai tout de suite compris qu’elle pouvait constituer un apport essentiel. Les entraîneurs ne peuvent pas gérer tous les problèmes personnels des athlètes. La dimension affective nous échappe parfois.

APRÈS MA REPRISE EN MAIN, EN 2006

8J’ai rapidement récolté les premiers fruits des nouveaux axes de travail puisque, dès le mois d’octobre, nous sommes partis disputer deux tournois, en Espagne et à Tampere, avec, à chaque fois, huit médailles d’or. Les résultats dans les tournois qui ont précédé les Jeux, et surtout le nombre de qualifiés, ont donné du crédit à mon action. Chacun s’est impliqué et est allé au bout du projet. Mais cette solidarité, on a fait en sorte de la créer en multipliant les stages. Vivre les uns pour les autres pendant une ou deux semaines, dans des conditions parfois difficiles, resserre forcément les liens dans le groupe. À l’INSEP, tout le monde a ses repères. Alors, rien de tel, pour comprendre la vie d’un groupe, qu’un stage à l’extérieur. Et en termes de progression, j’ai compris, il y a déjà longtemps, qu’il fallait absolument que nos boxeurs se confrontent, à l’entraînement, avec les meilleurs mondiaux. C’est la raison pour laquelle, depuis les années quatre-vingt, je programme régulièrement des stages à Cuba. Et cette année, pour la première fois, nous sommes même allés y disputer un tournoi, à quelques semaines seulement des Jeux, face à certains de leurs qualifiés olympiques. C’est grâce à de telles initiatives que nous avons construit nos futures victoires.

MÊME SI LA PRÉPARATION SEMBLAIT BIEN SE PASSER DEPUIS 2006, J’AI DÛ À NOUVEAU INTERVENIR

9De manière plus directe après les championnats du monde amateurs de Chicago, en novembre 2007 (deux médailles de bronze pour le clan français). Les athlètes ont perdu leurs moyens et ont rapidement été dépassés par l’enjeu. J’ai compris qu’il persistait un malaise dans l’encadrement et que certains entraîneurs, consciemment ou pas, empêchaient les athlètes de s’exprimer pleinement. À neuf mois des Jeux, j’ai dû à nouveau prendre des décisions radicales, en écartant Aldo Consentino, qui était entraîneur national depuis 1980, de l’aventure olympique. Une prise de position loin d’être facile pour moi, mais je sentais que le groupe était à nouveau tiré vers le bas et que nous devions encore plus resserrer les liens.

10Je n’ai jamais eu peur d’en faire trop ou d’inhiber les athlètes. Bien sûr, j’avais conscience de ce que je représentais pour eux. J’étais non seulement, entre autres, l’ancien entraîneur de Brahim Asloum, mais aussi leur DTN. Il y en a certains avec qui je pouvais me permettre de dire des choses, d’autres que je devais ménager. À force de bien les connaître, je me suis adapté. Mais le message était clair dès le départ : « On est tous derrière un seul objectif. Je ne suis pas contre vous, ni devant vous. On est tous sur le même bateau, au service de la performance. À vous de vous prendre en charge et on est là, au cas où, pour régler le maximum de problèmes ». La réussite, finalement, c’est de la grande cuisine. Le chef met un peu de sel, il monte un peu le feu, il le baisse un peu, il goûte, il rajoute un peu d’eau, si nécessaire. Voilà la recette. On ne peut pas dire : « On allume le feu et on ramasse le plat ». Ça ne marche jamais comme ça. Pour illustrer mon propos, je me rappelle d’un stage en Italie, à trois semaines du dernier tournoi de qualification pour les Jeux olympiques. Nous n’avions alors que quatre boxeurs qualifiés, les garçons n’étaient pas très impliqués. J’ai décidé que nous n’avions plus de temps à perdre et j’ai chamboulé tout le programme. J’ai décidé de durcir encore plus la préparation. J’ai pris contact avec des amis ukrainiens et nous sommes partis à vingt kilomètres de Kiev, au fond des bois, pour un entraînement à la dure. Daouda Sow n’en pouvait plus, il voulait rentrer. Mais il n’est jamais parti, heureusement d’ailleurs. Et derrière, nous avons réussi à qualifier cinq boxeurs supplémentaires. Un vrai coup de poker gagnant.

11Un chef de projet doit savoir s’adapter et insuffler de la confiance à ses troupes. Ils m’ont fait confiance. Comme lorsque j’ai dit que les neuf qualifiés pouvaient tous avoir une médaille. Je voulais qu’ils soient forts dans leur tête en arrivant aux Jeux. C’est un aspect sur lequel on a beaucoup travaillé avant les JO : pourquoi de nombreux athlètes perdent-ils leurs moyens aux Jeux. Notre objectif était d’arriver à exploiter le potentiel maximal de chaque boxeur le jour J. Et je pense qu’on y est arrivé. Ils sont tous partis ultra-déterminés. C’est ce qui a fait la force de cette équipe, au final. Si j’osais une comparaison par rapport à l’athlétisme, je dirais que six de nos boxeurs ont battu leur record personnel à l’occasion des JO. Ils sont allés au-delà de leurs limites sur certaines séquences et ont réussi à se surpasser pour battre des adversaires qui étaient, intrinsèquement, plus forts qu’eux. Je me rappelle de trois ou quatre combats qui se sont terminés par une victoire en notre faveur, alors qu’après deux reprises, nous étions menés aux points. C’est la preuve que, mentalement, ils étaient prêts. Pendant le tournoi olympique, Alexis Vastine a été deux fois meilleur que je ne l’ai jamais vu. Il a boxé de manière académique alors que je ne l’en aurais jamais cru capable. Khedafi Djelkhir, lui, était hyper-déterminé. Il ne pouvait pas revenir sans médaille. Et Daouda Sow est allé au-delà de ses limites. Tous se sont surpassés. Nous avons réussi à convaincre nos boxeurs qu’ils étaient bien, même s’ils étaient fatigués. Cette fusion entre l’encadrement et les athlètes est un travail de longue haleine. Tout ce que nous avons vécu et traversé ces deux dernières années a porté ses fruits cet été. Et quand je parle de préparation mentale, je pense aussi à celle des cadres. Car ce sont eux qui insufflent la détermination aux athlètes. Il ne faut pas croire, par exemple, que je n’avais pas peur, moi aussi, pendant ces Jeux. Mais je le gardais pour moi. Lors du tirage au sort, quand Djelkhir tombe sur un boxeur américain qui, neuf mois avant, l’a « baladé » chez lui, à Chicago, je me dis : « ça va être dur ». Mais le message que je fais passer à mon boxeur, c’est : « Il t’a battu une fois, mais pas deux ».

À PÉKIN, J’AVAIS UNE NOUVELLE FOIS LA DOUBLE CASQUETTE – DTN ET HOMME DE COIN

12En réalité, j’étais bien plus que cela, car j’étais également attaché de presse, intendant, nutritionniste, etc. Je voulais tout contrôler... tout en déléguant aussi, malgré tout. Chacun, dans l’encadrement, avait un rôle précis qui, s’il était respecté, permettait à l’ensemble de la machine de bien tourner. Au village olympique, nous vivions tous ensemble et nous faisions chaque soir un débriefing de la journée, tout en nous projetant déjà sur le lendemain. Contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, je ne suis pas le « Guy Roux » des boxeurs, dans le sens où je ne suis pas là à surveiller leurs moindres faits et gestes. Il faut rester vigilant, mais je sais aussi qu’il est nécessaire de les responsabiliser. Mon rôle était de manager toute cette équipe, des athlètes aux entraîneurs. Et de trancher lorsque cela devenait nécessaire, notamment sur les aspects extrasportifs. Je prends l’exemple de la famille et des amis : les boxeurs se prenaient la tête pour trouver des billets pour tout le monde. Ils y perdaient de l’influx et commençaient à s’énerver. Je me suis débrouillé pour leur trouver des billets, tout en posant certaines limites, notamment lorsque certains voulaient venir au village. Cette casquette de DTN, je la laissais au village dès que je montais dans le bus pour aller à la salle. Là, c’est le manager, l’entraîneur, l’homme de coin qui prenait place. Je dirais que je suis arrivé à maturité à Pékin, en tant qu’entraîneur. Toute l’expérience accumulée lors des précédentes olympiades m’a beaucoup servi durant ces trois semaines. Je connaissais mieux les athlètes, avec qui j’avais beaucoup partagé et pour lesquels je pouvais faire du travail à la carte (car on ne coache pas, par exemple, de la même manière Khedafi Djelkhir et Daouda Sow). Et puis, j’avais, cette fois-ci, la chance de pouvoir m’appuyer sur un staff, avec deux coentraîneurs (John Dovi et Kevin Rabaud) et un spécialiste de la préparation physique (Mehdi Nichane). J’ai beaucoup délégué pendant la durée des Jeux, tout en gardant le contrôle. John et Kevin avaient chacun en charge un groupe d’athlètes, dont ils devaient s’occuper dès le matin, les emmener à la pesée, les suivre jusqu’à leur combat. Moi, je restais en retrait jusqu’à l’heure du combat, sauf à partir des quarts de finale où, là, toute l’équipe devait accompagner le boxeur, et ce, dès la pesée. Par contre, dès que le combat commençait, une seule personne devait parler, moi en l’occurrence, John ou Kevin intervenant seulement par petites touches, lorsque le besoin s’en faisait sentir. Lorsque je suis dans le coin, j’essaye de rassurer tout le monde et de motiver – et même surmotiver – les boxeurs, leur donner confiance, tout en prenant les bonnes options tactiques. Là aussi, il n’y avait qu’une option directionnelle, la mienne. Et tactiquement, je dois l’avouer, on ne s’est pas beaucoup trompé. Ceux qui ont respecté les consignes jusqu’au bout sont ceux qui ont fait un résultat. Si Daouda Sow élimine, en demi-finales, le champion du monde cubain, que tout le monde estime imbattable, c’est tout sauf un hasard. Un mois et demi avant les Jeux, Daouda l’avait déjà affronté chez lui, à Cuba, ce que personne n’avait jamais fait. Il avait certes perdu 8 à 1, à l’époque, mais je sentais déjà qu’il n’était pas si loin. Et aux Jeux, nous avons réussi à trouver les bonnes options. Daouda a fait un match parfait. Il a su saisir sa chance au bon moment. Même quand il s’est retrouvé mené au score, il ne s’est pas affolé. Et là, mon expérience a peut-être joué. Quand ton boxeur a du retard, il faut trouver les mots pour le garder motivé. Quitte à mentir un peu sur le score ! S’il avait quatre touches de retard, je lui disais : « Tu n’as que deux touches, rien n’est perdu, tu fais ça et ça... ». Et je sais que si, physiquement, le boxeur tient le coup, il te suit et repart gonflé à bloc. C’est l’expérience qui veut ça. J’ai aussi certainement plus d’assurance aujourd’hui.

MALGRÉ TOUT, JE N’AI PAS RÉUSSI À TOUT MAITRISER

13Pour preuve, la demi-finale d’Alexis Vastine et mon expulsion. Je persiste à penser que c’était prémédité. On ne vire pas un entraîneur lors du deuxième round. Quand je revois le combat et que l’arbitre donne le deuxième avertissement, on voit clairement qu’il est commandité pour « tuer » le match. Et pourtant, cet arbitre est un ami ! Du moins « était » un ami ! Il m’a exclu du coin, alors que ce n’était même pas moi qui parlais. Il savait très bien qu’il n’aurait jamais pu infliger ce deuxième avertissement à Alexis si j’avais été là. Cette décision a fait pencher la balance. Jamais nous n’aurions dû perdre ce match. Mais Kévin Rabaud n’avait pas l’expérience pour gérer une telle situation. Alexis et lui ont subi à la fois l’arbitre et l’adversaire. Moi, j’étais à l’extérieur de la salle et j’ai très vite compris l’issue du combat. Je me doutais de ce qui allait se passer. Avec le recul, je pense que je n’aurais jamais dû partir, mais j’avais peur de nuire au déroulement du combat et de porter préjudice à mon boxeur. Et même si j’ai eu un coup de moins bien dans la foulée, j’ai dû très vite me remobiliser, car Daouda Sow combattait le soir même. Je suis allé le voir dans sa chambre, on a parlé de ce qui était arrivé à Alexis et on est reparti sur un travail de motivation.

14Je sais que les gens disent parfois : « Dominique Nato, il ne fait que râler ». Mais Dominique Nato, il connaît la boxe. Et il sait quand il se fait arnaquer ou non. Il s’est passé des choses graves tout au long de ces Jeux. Et je suis impuissant face à cela, même si je sais précisément ce qui est arrivé, pourquoi, comment, etc. Là, c’est le DTN, fort de toute son expérience du milieu, qui parle. Un « simple » entraîneur peut vite être dépassé par tout ce manège. J’ai l’avantage d’être à la Fédération mondiale et de connaître toutes les ficelles. Et pourtant, je n’ai rien pu faire. C’est ce qui, depuis, me laisse un goût amer...

15Aujourd’hui, nous sommes déjà repartis vers les Jeux olympiques de Londres de 2012. Nous avons redéfini l’organigramme, mais une chose est sûre : le coin, c’est fini pour moi. Du moins, je ne veux pas éternellement jouer le rôle du pompier volant et dire que, sans moi, la boxe française ne pourrait pas y arriver. Alors que ce n’est pas le cas. Si chacun assume ses responsabilités et sa fonction, il n’y aura pas besoin que le DTN, à 55 ans, ait besoin une nouvelle fois d’être présent dans le coin, à Londres. Les trois membres de l’encadrement qui étaient avec moi à Pékin ont vécu une expérience irremplaçable. Et je sais qu’avec de la volonté, du travail et de la rigueur, ils sauront guider une nouvelle génération vers le très haut niveau. Avec ou sans moi.

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.