Versión clásicaVersión móvil

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Nicolas Lopez a fait mouche

Frédéric Ragot

Texto completo

1Ma préparation pour les Jeux olympiques de Pékin a véritablement démarré en avril 2007, avec les phases de qualification. Il y avait, à l’époque, différents scénarios, mais, pour résumer, si nous arrivions à qualifier l’équipe de France pour l’épreuve par équipes, trois tireurs pouvaient également prétendre à une sélection individuelle. Alors que, si l’équipe échouait, seuls deux sabreurs avaient une chance de participer aux Jeux, en fonction de leur classement individuel mondial. Dès le 1er avril, chaque compétition nous permettait d’ouvrir un quota par nation et, à titre individuel, de marquer des points pour avoir une chance d’être sélectionné. J’ai rapidement senti la différence par rapport à une saison « normale ». Si la préparation, technique ou physique, ne change pas vraiment, l’état d’esprit dans lequel on aborde les entraînements et les différentes épreuves, lui, est complètement différent. On sait qu’à chaque combat, chaque touche, on joue une partie de notre avenir olympique. La motivation est beaucoup plus forte. On fait aussi plus attention aux détails, notamment en ce qui concerne l’hygiène de vie.

2La première Coupe du monde sélective, à Madrid, m’a plutôt bien réussi, puisque j’y ai terminé troisième en individuel, avec, également, une victoire dans l’épreuve par équipes. Une semaine plus tard, je terminais dans les huit premiers d’une nouvelle étape du circuit, en gagnant à nouveau des points précieux à titre personnel. Reste que le plus important, pour nous, était de qualifier l’équipe et, pour cela, je devais oublier mon propre classement. La compétition majeure restait les championnats du monde par équipes en 2007. Et en terminant deuxieme, nous avions quasiment assuré la place de la France à Pékin. Ce résultat nous a tous libérés d’un poids. Mais encore fallait-il faire partie des trois meilleurs Français pour intégrer cette équipe ! Je savais que je devais, pour cela, être performant entre janvier et mai 2008. Mais juste avant de partir pour Athènes disputer la première Coupe du monde de l’année, en janvier, je me suis fait une grosse entorse à la cheville. À six mois des Jeux, alors que je n’étais pas encore sûr d’être qualifié ! Le staff médical m’a remis sur pied et permis de tirer sans gêne. Ma deuxième place dans ce tournoi n’en a été que plus belle. Mais quelques jours plus tard, je me suis à nouveau blessé : une déchirure à la cuisse, avec six semaines d’arrêt. J’ai un peu paniqué, à ce moment précis, car je savais que j’allais rater au moins une épreuve sélective et que je n’aurais, ensuite, plus le droit à l’erreur. Cette période a été difficile à vivre, psychologiquement parlant, car je voyais les autres sabreurs français, avec qui j’étais en concurrence, s’entraîner à la salle, alors que je marchais avec des béquilles et que je me contentais de séances de rééducation en piscine. Pour autant, je ne me suis jamais découragé. Je savais que j’avais déjà fait un bon résultat et, qu’en cas de qualification, il me resterait quatre mois pour me préparer intensément pour les Jeux. Pendant mon indisponibilité, j’ai aussi eu la chance – si l’on peut dire – que les autres Français n’obtiennent pas de résultats supérieurs au mien. Pour mon retour, à Alger, j’ai perdu au premier tour, mais un mois plus tard, lors de la dernière épreuve sélective, j’ai fini douzième, et premier Français, un résultat synonyme de qualification pour Pékin. Sur le coup, j’ai ressenti une forme de soulagement et, surtout, je savais qu a 28 ans, j’allais vivre pour la première fois des épreuves olympiques. En 2004, je n’avais jamais été dans le coup pour prétendre à une sélection, mais j’avais beaucoup misé sur Pékin. Le soir même, je me suis dit : « Cela fait huit ans que tu t’entraînes pour cela. Aller aux JO, c’est pas mal, bien y figurer, c’est mieux. » Je savais que je n’avais franchi qu’une étape et je me suis vite remobilisé.

3La préparation a changé au niveau de l’investissement psychologique. Le temps était compté et il me restait beaucoup d’efforts à accomplir afin d’être prêt pour Pékin. Même si je reste persuadé, au fond de moi, que ce sont les dix ou quinze années de travail qui finissent par payer le jour J, il est important de ne rien négliger et de se donner à fond jusque dans la dernière ligne droite. Seul problème : je me suis à nouveau blessé, en juin, lors des championnats de France par équipes avec mon club, l’Amicale tarbaise. Une énième déchirure à la cuisse qui m’a privé des championnats d’Europe, début juillet. Cette compétition était importante pour le classement mondial, lui-même décisif pour le tirage au sort du tableau de l’épreuve individuelle des Jeux olympiques. Je savais déjà, à ce moment précis, que j’allais arriver à Pékin très mal classé et que j’aurais un parcours difficile. Et l’échéance se rapprochait. Je suis reparti à l’entraînement, strappé, avec un nouvel état d’esprit. J’étais en retard et chaque assaut sur la piste devait se rapprocher de la perfection. J’étais attentif au moindre détail. Je m’en voulais lorsque je n’arrivais pas à reproduire tel ou tel schéma de jeu. Je pense que toute cette période s’est avérée, au final, très bénéfique pour les Jeux. Mes adversaires ne m’ont pas beaucoup vu sur les pistes tout au long de l’année et ils ont manqué de repères par rapport à mon jeu. J’ai peut-être réussi à les surprendre grâce à ça. A contrario, je n’ai pas pu non plus travailler comme je l’aurais souhaité. Je suis arrivé aux Jeux avec un peu plus de fraîcheur que les autres, mais il m’en a aussi peut-être manqué en finale...

4Lors du stage terminal de l’équipe de France, à Yantai, deux semaines avant l’ouverture des JO, j’ai dû redoubler d’efforts, car je n’avais pu m’entraîner que quelques semaines avant le départ pour la Chine. Je devais être « carré » dans tout ce que je faisais et travailler plus précisément mes points faibles. J’ai mis l’accent plus spécifiquement sur deux ou trois actions différentes qui me permettraient de déstabiliser au maximum mes adversaires. Je me suis focalisé sur ces petits détails pendant les deux semaines de stage, les nerfs parfois à vif, comme toujours avant une compétition très importante, même si j’essayais de ne pas perdre trop d’influx, en pensant également à bien récupérer entre les séances.

5Les Jeux olympiques se gagnent sur une somme de petits détails, dans les dix ou quinze années qui précèdent, mais aussi dans les derniers jours. Est-ce qu’on peut gagner une médaille si on fait un « truc » en plus à ce moment précis ? Je ne le pense pas. En revanche, si on fait la compétition avant, si on est pris par l’évènement, si on a moins confiance en soi et en son jeu, on peut perdre les JO. Certains escrimeurs ont d’ailleurs peut-être raté une médaille à Yantai parce qu’ils sont rentrés trop tôt dans la compétition. Vu qu’il me manquait du travail, je n’ai pas vraiment eu le temps de réfléchir. Je suis vraiment rentré dans les Jeux lors des deux derniers entraînements individuels dans la salle du Palais omnisports des ouvriers de Beijing. Je me suis dit : « C’est maintenant qu’il faut être bon. » J’ai commencé à avoir de très bonnes sensations. Dès que je tentais un « truc », ça marchait. Le scénario était parfait. Je voulais être prêt le 12 et le 17 août, pas avant. J’ai profité de la cérémonie d’ouverture mais, dès le lendemain, j’ai rebasculé psychologiquement dans la compétition en veillant à bien récupérer.

6La veille du tournoi individuel, j’ai pris connaissance du tirage au sort. J’étais trente et unième mondial en arrivant à Pékin et je m’attendais à un tableau difficile, mais je ne voulais pas me focaliser dessus. Je me répétais : « C’est une compétition comme les autres, tu es là pour prendre du plaisir, tu fais comme pour une Coupe du monde, tu ne changes rien. » Je ne voulais pas connaître mes adversaires trop longtemps à l’avance. J’avais peur de faire le match. Me connaissant, si j’avais eu le tableau cinq jours plus tôt, je n’aurais pas arrêté d’y penser, le soir en m’endormant, en m’entraînant, etc.

7Je ne suis pas non plus le genre d’escrimeur à étudier mes adversaires en vidéo. J’ai toujours pensé que je devais d’abord me focaliser sur mon propre jeu. Après toutes ces années sur le circuit, je sais à peu près comment mes adversaires tirent... Avec le recul, je peux le regretter. Le Chinois Zhong Man, contre qui j’ai échoué en finale, je ne l’avais jamais affronté et il aurait peut-être été intéressant d’en savoir un peu plus sur lui avant. Mais je reste persuadé que c’est simplement moi qui n’ai pas su m’adapter sur le moment.

8La journée a débuté idéalement. Je ne me suis à aucun moment laissé dominer par l’évènement. J’étais content d’être à Pékin et mes yeux ont pétillé du premier au dernier jour. Mais je savais aussi que les Jeux ne représentaient pas tout dans ma vie. Je les ai vraiment pris comme une compétition comme les autres, en pensant juste que tout le travail que j’avais fait jusquelà pourrait peut-être payer. Mon entraîneur de Tarbes m’a envoyé un texto le matin même, en me rappelant trois règles clés pour moi : « Combat, jeu, plaisir ». Le seul moment où j’ai pris conscience de l’importance de l’évènement, c’est à la dernière touche de la fi nale, où j’ai réalisé que j’avais perdu un titre olympique. Peut-être m a-t-il manqué ce petit truc en plus pour aller chercher l’or, cette motivation supplémentaire, mais qui aurait pu aussi, a contrario, m’inhiber.

9Dès mon entrée dans la salle, le matin de la compétition, j’ai mis en place un petit rituel que j’ai répété à chaque combat. Quand je sortais de la chambre d’appel, je faisais deux petits bonds et je secouais la tête. Je savais aussi que des gens étaient venus me voir. Je me disais : « Quand tu rentres dans la salle, ne regarde pas le public, tu gardes la tête baissée, tu ne penses et tu ne regardes qu’une seule personne : ton adversaire. » La salle était bien faite. On arrivait dans la lumière, on montait sur la piste et ça basculait dans le noir autour de nous. C’est à ce moment-là que je relevais la tête et c’était parti.

10Pour mon premier match, face à un adversaire que je ne connaissais pas, le Burkinabé Ouedraogo, j’ai rapidement été mené 4 à 1. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le tournoi, comme d’habitude, mais je me suis vite ressaisi pour gagner 15 à 6. Il y avait une vraie différence de niveau et j’étais content d’avoir eu une telle entame pour bien me mettre en jambes. Dès que je suis sorti de la piste, les journalistes n’ont pas manqué de me rappeler le nom de mon prochain adversaire, le Russe Stanislav Pozdnyakov, quintuple champion du monde en individuel et champion olympique à Atlanta. J’ai passé une heure en chambre d’échauffement avec lui, en essayant de rester parfaitement concentré. Il ne me faisait pas peur, je savais qu’il ne m’aimait pas et que mon jeu le perturbait. C’était, pour lui, le premier assaut de la journée et, aussi, sa dernière compétition. Une donnée qui a peut-être joué inconsciemment. Je l’ai bien pris d’entrée, en sentant que je maîtrisais le jeu et que lui était perdu. Je pensais : « Continue à lui mettre la pression, laisse-lui la tête dans le sac. » Et, au final, il n’y a pas eu de match (victoire 15 à 7).

11Tout le monde me parlait alors d’exploit. Sauf que, si je perdais au tour suivant, tout cela n’aurait servi à rien. J’étais juste content d’avoir bien débuté la journée. Le vrai tournant pour moi a surtout eu lieu en huitièmes de finale, contre le Sud-Coréen Oh Eun-Seok. J’avais de bonnes sensations en rentrant sur la piste et, pourtant, je me suis rapidement retrouvé mené 7 à 1. C’est quand j’ai regardé le tableau et que j’ai vu le score que je me suis dit qu’il fallait impérativement serrer le jeu. J’ai commencé à remonter, lui n’a pas su réagir. J’ai réussi à adapter mon jeu au sien, techniquement parlant. Au lieu de placer une attaque sur la préparation au bout de deux retraites, je faisais par exemple semblant de la faire, je l’embarquais dans une autre retraite, et là, j’attaquais. L’encadrement a aussi, peut-être, joué un rôle. Patrice Menon, le directeur du haut niveau, était en bout de piste. Et à force de me crier dessus, il m’a certainement fait réagir !

12Cette victoire difficile (15-11), après avoir été largement mené, m’a fait du bien pour le reste de la journée. J’ai senti que j’étais vraiment dans le coup et capable d’aller chercher une médaille. Je suis resté dans cette dynamique, en quarts de finale, face à l’Espagnol Pina. C’était un combat âpre, serré, mais après la pause, j’ai pris deux touches d’avance que j’ai réussi à conserver. C’est mon état d’esprit qui, je pense, a fait la différence sur ces différents assauts. Je n’avais pas envie de perdre. Même mené, je me devais de me battre sur chaque touche « comme un chien » et ne rien lâcher jusqu’à la fin (15-10).

13Après ce quart de finale, j’ai commencé, pour la première fois de la journée, à « gamberger ». Nous n’étions plus que quatre escrimeurs pour trois médailles. Je ne voulais pas finir à la plus mauvaise place, mais j’espérais aussi ne pas tomber contre mon compatriote, Julien Pillet, pour la médaille de bronze ou, pire, en finale, car pour l’épreuve par équipes, l’ambiance aurait été tendue. En plus, je n’avais jamais encore battu mon adversaire des demi-finales, le Roumain Covaliu. C’était un moment un peu particulier à gérer. J’ai vu ma mère et mon frère deux minutes. J’ai essayé de penser à autre chose et, surtout, comme à chaque échauffement, je me suis servi de la musique pour rentrer progressivement dans le combat. J’avais mon baladeur, avec des chansons dans un ordre précis que j’écoutais avant de remonter en piste : du reggae au début, plutôt cool, pour finir par du rap, qui me motivait et m’énervait un bon coup. Juste ce qu’il me fallait pour avoir la « rage » avant de retourner au combat.

14La rencontre contre Covaliu a été serrée jusqu’au bout et j’ai cru que l’arbitre ne me donnerait jamais la dernière touche. Il m’avait déjà battu pour une médaille aux championnats d’Europe de 2007 et il était hors de question qu’un tel scénario se reproduise. C’est ce que je me suis répété pendant tout le combat. Quand j’ai réussi à prendre l’ascendant, je me suis motivé en me disant qu’il avait assez gagné contre moi et que c’était à mon tour, désormais. Je sentais qu’il commençait à douter et là, je ne devais plus le lâcher et le « bouffer ». L’escrime est un sport de combat. La différence se fait aux niveaux tactique et mental. Il faut arriver à prendre le dessus sur ton adversaire, trouver les coups qui vont le déstabiliser, comme pour la boxe ou le judo.

15Après cette victoire (15-13), j’ai pris conscience que j’avais, quoi qu’il arrive, gagné une médaille en individuel aux Jeux olympiques. Ce qui, vu l’année que je venais de passer, était énorme pour moi. Mais je n’ai pas trop eu le temps de réfléchir non plus, car je devais tirer la finale vingt minutes plus tard. Je n’ai d’ailleurs même pas eu le temps de sortir du gymnase pour me détendre, comme je le faisais entre chaque combat depuis le début de l’épreuve. J’ai dû rester dans la chambre d’appel et je me suis souvent demandé, après coup, si j’étais vraiment sorti de demi-finale, psychologiquement parlant.

16En finale, face au Chinois Zhong Man, je suis pourtant bien rentré dans le match, puisque j’ai rapidement mené 8 à 6. Après la pause, l’arbitre est revenu sur une touche, je me suis senti un peu lésé, j’ai demandé la vidéo... Un incident qui m’a déstabilisé et lui en a profité pour prendre le dessus. Je n’ai pas su contrecarrer ses plans. Sur les trois dernières touches, il était porté par son public. Mon entraîneur avait beau me faire des signes en bout de piste, je n’y arrivais pas. J’ai manqué clairement de lucidité. Je me suis laissé submerger en prenant un 8-0 en fin de match (9-15). Cela reste le seul moment de panique de la journée, finalement. La fatigue a certainement joué un rôle, car autant j’avais réussi à dominer mes précédents adversaires, autant là, je n’y suis jamais parvenu. Le retard pris dans la saison s’est peut-être senti à ce moment-là. Je n’ai jamais pensé à l’enjeu. J’aurais peut-être dû, cela m’aurait donné des ressources. Mais j’aurais pu aussi être complètement inhibé et faire pire !

17La médaille d’argent reste une belle récompense, mais sur le coup, on a plus l’impression de perdre un titre olympique que de gagner une médaille, avec toutes les répercussions que cela entraîne derrière. Je regrette d’ailleurs toujours ma finale. Même si, dès que je prends un peu de recul, je me dis qu’il y a des escrimeurs qui sont peut-être plus doués que moi et qui n’ont pas eu cette chance. Je refais parfois le match dans ma tête et j’aurais aimé me rendre compte que, sur la première partie du combat, certaines touches tournaient en ma faveur, non pas parce que je faisais le bon choix, mais parce que lui faisait des erreurs. J’en profitais, sauf que ce n’était pas moi qui le mettais alors en difficulté. Si je m’en étais rendu compte, j’aurais peut-être pu changer de tactique avant qu’il ne prenne le dessus. Mais, comme on dit, avec des si...

18Je suis, malgré tout, monté sur le podium assez satisfait de ma performance, en voulant surtout profiter de l’instant, car j’avais bien conscience que c’était un moment rare dans une carrière. Mais je pensais aussi à l’épreuve par équipes qui devait se dérouler quelques jours plus tard et je devais rester concentré et ne pas me relâcher pour ne pas les décevoir. Une médaille en individuel n’était que du bonus. Le véritable objectif de ces Jeux olympiques restait le titre par équipes. Ma seule crainte était de ne pas avoir le même niveau qu’en individuel. Je devais donc penser à bien récupérer, rester au calme...

19Lorsque l’épreuve par équipes a débuté, cinq jours après l’épreuve individuelle, j’ai tout de suite senti que je serais sans doute un peu moins fort. Je me sentais fatigué, j’étais obligé de faire beaucoup plus attention. D’ailleurs, tout au long de la journée, j’ai pris certaines touches principalement dues à la fatigue. Mais malgré tout, je savais que j’étais fort, et mes deux coéquipiers également, et que si nous étions au minimum tous les trois à notre niveau, la performance serait au bout. Dès le premier tour, contre l’Egypte, j’ai compris que nous étions dans un bon jour. J’étais motivé à l’idée de gagner une deuxième médaille et, si possible, la plus belle, cette fois-ci.

20Boris Sanson a fait basculer, à lui seul, la demi-finale contre l’Italie en notre faveur. Comme d’habitude face aux transalpins, le match a été tendu jusqu’au bout, et même si nous étions meilleurs qu’eux, la décision a mis du temps à se dessiner. Boris s’est sublimé sur ce match, et Julien et moi, nous nous sommes contentés de « faire le boulot. » À aucun moment, je ne me suis senti investi d’un rôle particulier parce que j’étais médaillé. Je devais mettre mes touches, point. Je fonctionne plutôt comme un diesel et il me faut, en général, un petit temps d’adaptation, le temps d’observer et de jauger mon adversaire, quitte à prendre un peu de retard en début de match pour mieux passer devant ensuite. Mais dans l’épreuve par équipes, c’est une stratégie plus difficile à mettre en place, car chaque tireur doit mettre, à chacune de ses entrées, cinq touches seulement. L’important, à chaque fois que je rentrais en piste, c’était donc de mettre mes cinq touches et de ne pas chercher à en faire plus.

21Après cette victoire face à l’Italie, j’étais vraiment satisfait d’être une nouvelle fois en finale, mais je ne voulais pas perdre à nouveau. Je me répétais : « Non, il n’y a pas moyen qu’elle soit en argent. » J’étais aussi attentif au nom de notre futur adversaire, car de l’autre côté du tableau, il y avait de grosses équipes, comme la Hongrie ou la Russie, qui nous avaient déjà posé des difficultés par le passé. Et je l’avoue, lorsque nous avons vu les États-Unis l’emporter en demi-finales face à la Russie, on s’est dit que le résultat n’était finalement pas si mal pour nous. A condition d’être à notre niveau et de produire notre jeu en finale, bien sûr. Ce que nous avons réussi à faire. Cette médaille d’or par équipes est venue récompenser tout un groupe, les quatre escrimeurs qui étaient à Pékin, l’encadrement, mais aussi ceux qui nous ont aidés à nous préparer toute l’année. Elle est surtout représentative de la qualité de la formation du sabre en France. À titre personnel, j’étais bien sûr très fier de gagner une deuxième médaille, même si j’aurais pu être meilleur. J’aurais pu en effet éviter trois touches, par-ci par-là, mais dans mon état de forme – ou plutôt de fatigue –, je pense avoir donné le maximum.

22Ce n’est qu’à ce moment précis que j’ai pu enfin me lâcher et fêter réellement mes deux médailles. Mais cela n’a pas duré bien longtemps, puisque, dès le 19 août, je suis rentré en France. Je n’aurai donc pas vécu les Jeux en tant que spectateur, puisque je n’ai rien vu, hormis le pavillon d’escrime, la cérémonie et le village. Mais je ne regrette rien, bien sûr, car j’y ai accompli ce que je voulais, d’un point de vue sportif. Et j’ai conscience, encore aujourd’hui, d’être un privilégié. J’aurai connu les Jeux au moins une fois dans ma vie et, qui plus est, en les réussissant.

NICOLAS LOPEZ EN BREF

Escrime (sabre)

Né le 14 novembre 1980, à Tarbes (65)

Taille : 1,78 m

Poids : 72 kg

Pôle France INSEP

Entraîneur national :

Maître Jean-Philippe DAURELLE

Profession : étudiant en électrotechnique

Club : Tarbes (65)

Jeux olympiques :

1re participation

Championnats du monde par équipes :

1er en 2006

2e en 2007

3e en 2005

Championnats d’Europe :

-individuel :

3e en 2005

- par équipes :

2e en 2001

3e en 2007

Championnats de France :

1er en 2005 et 2006

2e en 2002 et 2007

Performances significatives : Coupe du monde 2007-2008

- individuel :

2e à Athènes en 2008

3e à Madrid en 2007

- par équipes :

1er à Plovdiv et à Athènes en 2008

Date d’entrée en équipe de France

seniors : 2001

© INSEP-Éditions, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search