Version classiqueVersion mobile

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

L’aventure Guénot

Franck Bouchetal Pellegri

Texte intégral

1Le 13 août 2008, à 16 h 30, heure de Pékin, Steeve Guénot devient champion olympique en lutte gréco-romaine. Une demi-heure plus tard, son frère Christophe décroche la médaille de bronze. Il y a quatre-vingt-quatre ans que la lutte gréco-romaine n’a pas eu de titre et douze ans qu’elle n’a pas obtenu de médaille olympique. C’est, en outre, la première médaille d’or française, après cinq longues journées d’attente... et sans doute le début d’une nouvelle ère pour notre sport.

2Pour la lutte française, il y aura un avant et un après Pékin, dont les frères Guénot seront les déclencheurs. Pourtant, lorsqu’il faut dire ce qui explique ce succès, il est bien difficile de faire la part des choses entre les différents éléments sportifs ou extrasportifs, individuels ou collectifs, internes ou extérieurs à la lutte... Une seule chose est sûre : c’est une aventure humaine collective qui a conduit à la victoire.

UNE HISTOIRE DE FAMILLE

3Décrire l’aventure Guénot, c’est parler d’une histoire de fratrie. On ne peut pas imaginer Steeve sans Christophe ou Christophe sans Steeve, tant leurs performances sont liées. La relation entre les deux frères est certainement bien antérieure à leur accès au haut niveau et dépasse largement le contexte de la lutte, mais, dans leur réussite, elle explique largement les résultats qu’ils ont obtenus à Pékin.

4Steeve s’appuie énormément sur Christophe, dans sa vie quotidienne, pour gérer les différentes contraintes qu’il rencontre. Ainsi, c’est le grand frère qui assure l’intendance et le secrétariat à la maison. Ils vivent ensemble et Christophe est non seulement un soutien quotidien, mais également un conseiller et un confident disponible et attentionné pour son frère. Une grande part de la spontanéité et de l’engagement de Steeve s’explique par ce rôle clé joué par son frère. Toujours là, vigilant et prévenant, il lui permet véritablement de « se lâcher », aussi bien sur le tapis que dans la vie, et d’avoir l’insouciance qu’il faut pour tout oser et ne pas se poser de questions.

5Mais leur interrelation n’est pas à sens unique ; de son côté, Steeve a eu une influence importante sur Christophe en lui ouvrant la voie. La carrière de Christophe a en effet été plus laborieuse que ne l’est celle de Steeve, et c’est au moment où son cadet fait ses performances qu’il réussit à atteindre les podiums. On a souvent dit et écrit – ils aiment d’ailleurs à le souligner – que l’engagement de Christophe dans la lutte était à l’origine de la motivation de Steeve. Je veux bien le croire, mais je crois surtout, à les voir fonctionner, que Christophe a été décomplexé par la progression et le succès de son frère. Un peu comme si l’épanouissement du cadet dans la victoire, sa fougue et sa réussite avaient poussé l’aîné à lâcher prise et à se transcender.

6Au-delà de cette relation fraternelle, qui est certainement l’une des clés de leur performance, il y a un clan familial fort et soudé, avec des parents attentionnés qui savent être présents mais pas écrasants, un petit frère et une histoire familiale qui est ancrée dans un terroir et dans la lutte. Un grand-père lutteur, un père entraîneur, une grande sœur lutteuse et, surtout, une maman très prévenante, qui sait écouter et soutenir. On raconte souvent cette anecdote de Steeve, alors tout petit, qui, voyant les Jeux olympiques à la télé, promet à sa mère de lui ramener une médaille en cadeau... Peut-être est-ce dans ce rêve qu’il faut chercher l’origine de sa motivation ; toujours est-il que la relation avec sa mère est également un élément clé de son engagement dans la lutte.

7La famille, pour les Guénot, c’est aussi les potes lutteurs. Ce n’est pas seulement deux frères qui font une performance à Pékin, mais toute une génération. On parle seulement des médaillés Steeve et Christophe, mais il faut aussi y associer Mélo (Mélonin Noumonvi) et Yannick (Szczepaniak), qui finissent tous deux au pied du podium, Sébastien (Hidalgo), qui explose véritablement cette saison, Didier (Darcier), le partenaire fidèle, Tarik (Belmadani), le jeune qui monte... et tellement d’autres qui ont tous leur place dans cette équipe. C’est en effet toute la « gréco » française qui s’illustre cet été à Pékin derrière les deux médaillés, comme elle l’a déjà fait l’année d’avant, à Bakou, aux championnats du monde... Avec cinq qualifiés sur sept catégories, le style réussit une performance inégalée dans l’histoire de la lutte française, mais avec deux médailles et deux places de cinquièmes, il se hisse à la seconde place au classement des nations, juste derrière l’intouchable Russie.

8Ce succès collectif de la gréco est le fait d’une génération de lutteurs forte de sa cohésion et de sa dynamique, et qui atteint aujourd’hui sa maturité sportive et humaine. Loin d’être des adversaires, ils sont des frères, qui se connaissent, s’entendent et se respectent aussi bien sur le tapis que dans la vie quotidienne. La proximité construite au fil des saisons dans les pôles, dans les déplacements et, surtout, dans la vie quotidienne à l’INSEP, cèle une fraternité qui nourrit la performance. Au fond, derrière Steeve qui gagne, c’est tout le groupe qui réussit et, comme me l’a dit l’un d’entre eux : « Aujourd’hui, c’est lui, demain, ce sera peut-être moi ou un autre... mais nous serons tous toujours là pour l’aider ». Cette entraide, cette solidarité est essentielle à la confiance, à l’engagement, à la motivation et à l’entraînement quotidien. À les voir travailler tous les jours, à l’INSEP aussi bien qu’à Pékin, il m’apparaît évident qu’il existe un lien quasi familial entre ces lutteurs. J’ai parlé de la famille gréco, mais le groupe ne s’arrête pas à ce style. À Pékin, dans les gradins des athlètes, tous les jeunes lutteurs libres de l’INSEP ont fait le déplacement pour encourager leurs potes... sur le thème : « Aujourd’hui, c’est eux, demain, ce sera nous... ». La famille n’est pas limitative, les cousins des autres styles sont aussi des frères d’armes pour faire gagner la lutte !

9Cette notion de famille, essentielle à la dynamique de victoire, est également présente au sein de l’encadrement : Patrice (Mourier), Franck (Abrial), Jean-Marc (Cardey), Ghani (Yalouz) se connaissent depuis très longtemps et représentent une « génération » marquée par une « histoire commune ». Ils ont lutté ensemble, ont été en pôle ensemble, se sont entraînés ensemble, ont vécu ensemble... Franck a été le partenaire et l’adversaire de Ghani pour les Jeux de 1992 et 1996. Franck et Jean-Marc ont été en pôle à l’INSEP, ont partagé la même colocation et les mêmes tranches de vie. Patrice, l’aîné, a fait sa carrière avec eux : il était du même club de l’ASPTT Grand Lyon que Franck et a entraîné Ghani... Leur relation n’est pas que professionnelle, elle est d’un ordre intime, qui permet de tout se dire et de ne pas avoir besoin de mots pour exprimer les pensées et les émotions... Cette histoire de famille s’est construite, dans le temps, autour d’émotions partagées qui servent de références et de repères dans les moments clés. Ainsi, on s’appuie sur les souvenirs de déplacements ou de stages, sur les expériences communes de crises ou d’échecs, sur les histoires de vie collective, pour réagir, rebondir ou, simplement, pour échanger et se rassurer. Les photos, les évocations, les références à cette vie commune sont omniprésentes, aussi bien sur les fonds d’écrans des ordinateurs que dans les moments de joie ou de crise.

10Cette complicité des cadres, qui rappelle beaucoup celle des lutteurs, se construit dans leur histoire commune, mais également dans leur travail quotidien, au gré des conflits et des succès. Il est pour moi évident que le succès de Steeve et de Christophe est indissociable de la cohésion qui existe entre Patrice, Franck, Jean-Marc et Ghani. Dans l’entraînement, comme à Pékin sur le bord du tapis, chacun joue sa partition avec générosité et confiance, chacun est à sa place, à la fois complémentaire et différent, mais il n’existe aucun écart dans la philosophie de l’entraînement, comme dans la manière de concevoir la performance. Patrice coordonne, dirige, mène les athlètes, avec une exigence et une rigueur sans concession, qui répond à son caractère entier et parfois tranché. Franck le soutient en se montrant tout aussi exigeant et rigoureux, mais avec la générosité paternaliste et l’art de savoir faire passer les messages qui le caractérisent. Jean-Marc, avec la même volonté de rigueur, les assiste, en apportant ses qualités d’écoute et son calme naturel. Enfin, l’ensemble ne serait pas complet sans l’apport de Ghani qui, par sa générosité et sa proximité, joue un rôle clé de modérateur et de manager dans l’équilibre du groupe, aussi bien entre les entraîneurs que dans la relation avec les lutteurs. Si tous sont différents, tous sont unis et cohérents comme les doigts de la main ou, je dirais plutôt, comme les parents d’une même famille.

11Au-delà de ce groupe qui a construit la performance, il faut aussi associer les proches et les moins proches qui les ont soutenus... Ceux de la famille de la lutte bien sûr (club, élus...), ceux de la famille du sport de haut niveau et, enfin, tous les autres, qui font aussi partie de cette grande aventure familiale. Cela semble bien banal, tant tous les sportifs sont aujourd’hui entourés de gens pleins de bonnes intentions, mais, dans le cas des Guénot, cela prend une dimension supplémentaire. À Pékin, en effet, la tribune des athlètes était bien remplie, les judokas et beaucoup d’autres sportifs de l’INSEP étaient présents, pas seulement pour le spectacle ou la médaille, mais parce que Steeve et Christophe sont leurs potes au quotidien... Ce ne sont pas des cas isolés, car, pour beaucoup de sportifs qui les côtoient, à l’INSEP comme ailleurs, ils se montrent abordables, proches, et cette convivialité, qui les rend humains, explique l’enthousiasme qu’ils soulèvent autour deux. Comme me l’a dit un journaliste, « quand on est avec eux, ils nous donnent l’impression qu’on est de leur famille depuis toujours ». Cette proximité avec les gens, cette générosité dans les rapports humains est une richesse forte, dont Steeve et Christophe savent jouer pour évoluer et trouver les soutiens nécessaires à leur engagement et à leur progression. Combien de personnes, à l’INSEP ou ailleurs, m’ont dit : « cette victoire, ils la méritaient, ils sont tellement gentils et généreux... ». Je suis convaincu que tout cet élan de fraternité et de sympathie qu’ils ont su générer et nourrir au quotidien, par leur chaleur et leur simplicité, les a également portés dans leur cheminement et leur victoire.

UN LONG CHEMIN VERS LA VICTOIRE

12Derrière cette histoire d’hommes qui nourrit leur performance, se cache un long parcours, qui les conduit de L’Abergement-Sainte-Colombe à Pékin. Leur médaille ne s’est en effet pas gagnée en un jour, mais repose sur toute une progression et une évolution personnelle qui débute très jeune dans leur club.

13Il faut tout d’abord souligner l’importance de la pratique en club, qui a permis à Christophe de s’engager dans la lutte et d’y trouver la satisfaction nécessaire à son investissement. Il évoque facilement le rôle joué par son entraîneur, son père, dans sa pratique. Ensuite, il faut noter l’efficacité de l’identification des talents assurée par les cadres techniques, qui ont permis de repérer très tôt Christophe, puis Steeve, pour les faire entrer dans le système d’entraînement fédéral. Cette détection s’est appuyée sur leurs performances, mais également sur des éléments plus subtils d’analyse de leur potentiel. Steeve n’a pas été leader de sa catégorie en juniors ; pourtant, Patrice le fait monter à l’INSEP et le surclasse pour participer aux Mondes seniors, en 2005. Il lui donne sa chance à de multiples reprises, confiant qu’il est sur ses capacités.

14La filière de haut niveau, mise en place à partir des années quatre-vingt et très largement développée après 1996, est également une des clés de la performance. Christophe débutera sa progression à Dijon, avant de rejoindre le pôle olympique de l’INSEP. Sa formation de base en lutte libre ne l’empêche pas de s’exprimer au plus haut niveau en lutte gréco-romaine, en seniors. Ce choix tardif de la gréco est lié à des opportunités, ce qui montre que la spécialisation précoce n’est pas une obligation. Steeve passe par le pôle Espoirs de Font-Romeu, puis par le pôle France de Besançon, en juniors, avant de rejoindre l’INSEP en 2005. Ce cheminement dans les structures fédérales de haut niveau n’a rien d’exceptionnel, puisque plus de 90 % des lutteurs du collectif seniors gréco l’ont suivi entre 2005 et 2008. Il permet d’assurer une formation de base de qualité, grâce à l’intervention de cadres riches de leur expérience, compétents et disponibles à plein-temps, mais également grâce à la qualité des équipements et des conditions de vie offerte par les établissements d’accueil. Au-delà de ces atouts structurels clés, deux éléments essentiels expliquent la progression rapide des lutteurs dans la filière : d’une part, le regroupement de lutteurs du même âge et du même niveau autour d’un entraîneur de haut niveau, qui permet d’installer une dynamique de groupe et de confrontation ciblée sur la performance et le succès (émulation, engagement) et, d’autre part, la disponibilité et la sérénité des lutteurs, qui leur permettent de se concentrer sur leur projet sportif (entraînement biquotidien). Il m’apparaît évident que l’émergence de la génération actuelle de lutteurs performants s’explique grandement par les aménagements d’études et les soutiens financiers qui sont apportés dans les pôles. L’ensemble aide les jeunes à trouver, à la fois, la motivation et les moyens nécessaires à leur progression vers le haut niveau international.

15Dans la suite de ce travail sur une dizaine d’années qui permet d’acquérir les bases du haut niveau, le pôle olympique de l’INSEP apporte les clés d’accès au niveau international seniors, en regroupant les athlètes des collectifs. Si les atouts sont globalement les mêmes que ceux des pôles France – qualité et disponibilité de l’encadrement, qualité des installations et des équipements, conditions de vie aménagées, disponibilité et sérénité des lutteurs pour leur entraînement, cohérence et dynamique du groupe… –,la différence se situe dans la charge de travail et le niveau d’exigence attendu. En regroupant les deux à quatre meilleurs Français de chaque catégorie, la structure maintient en effet l’émulation au sein du groupe, aussi bien dans les séances de lutte que dans le travail non spécifique. Ainsi, deux fois par jour tout au long de l’année, les athlètes sont stimulés pour s’engager à 200 %, ce qui leur permet d’acquérir des qualités physiques et physiologiques exceptionnelles qui constituent le premier atout de la lutte française au niveau international quand il faut enchaîner les matchs et combattre des adversaires difficiles. Dans cette rigueur supplémentaire demandée aux lutteurs et permise par la structure, il faut souligner le rôle essentiel de l’équipe de cadres et, en particulier, du responsable du pôle, des services de l’INSEP et, enfin, des moyens financiers alloués par le ministère.

16L’équipe d’encadrement, par sa richesse, sa diversité et sa cohésion, favorise l’émergence de l’individu au sein du groupe, tout en maintenant la dynamique de progression collective. Il n’est pas rare que l’on remette en cause l’effectif important des entraîneurs présents à l’INSEP (trois cadres à plein-temps pour quinze à vingt lutteurs en gréco). Sur un plan strictement quantitatif, un entraîneur seul peut suivre une vingtaine de lutteurs (c’est d’ailleurs la situation des pôles France ou des clubs), mais, dans une perspective de haut niveau international, une telle organisation est impossible. Compte tenu des contraintes de déplacement – plus de cent quarante jours par an –, un ou deux cadres seraient insuffisants pour assurer l’encadrement à l’INSEP et des stages ou compétitions. Sur un plan qualitatif, l’apport quotidien de trois cadres permet le croisement des regards et des consignes, et participe grandement à l’enrichissement du talent et de l’expérience des lutteurs, aux plans technique, tactique et physique. Au niveau du tapis, chacun des cadres intervient tour à tour, selon son feeling et son ressenti, sur chaque athlète, dans le cadre d’un thème de séance imposé et coordonné par le directeur de style dans le programme d’entraînement hebdomadaire et annuel. De même, sur les séances non spécifiques (musculation, course, sport collectif, tests...) ou sur les échauffements et récupérations, les entraîneurs interviennent tour à tour pour apporter leur propre perception et croiser leurs analyses. L’ensemble est coordonné lors de sessions de débriefing informel quotidien ou de réunions de point hebdomadaires plus formalisées. De mon point de vue, c’est cette diversité des regards et des apports qui nourrit la progression du collectif et permet aux athlètes de franchir un cap, au niveau international, dans les deux ans après leur arrivée à l’INSEP. C’est également le croisement des informations ou des analyses, et les échanges constants entre les cadres, qui conduisent à l’efficacité du programme d’entraînement mis en place à l’INSEP.

17Dans cette organisation très efficiente de l’encadrement à l’INSEP, il faut souligner le rôle du directeur de pôle, qui est plus qu’une simple interface entre la discipline et l’établissement, mais véritablement le chef d’orchestre de la structure. Par sa rigueur et sa vigilance, Franck cadre chacun des éléments du pôle et permet ainsi aux athlètes et aux entraîneurs d’être totalement disponibles et sereins pour s’investir pleinement sur les séances. Ce travail quotidien d’échange avec tous les acteurs de l’INSEP, de la Fédération ou d’autres secteurs, de structuration et de coordination des différentes actions individuelles ou collectives, de recentrage des athlètes et des cadres, et d’intendance quotidienne, est lourd et exigeant. Toutefois, il m’apparaît évident qu’il participe grandement à l’efficience de la structure.

18Enfin, dans la progression et le succès de Steeve et Christophe, les déplacements internationaux jouent un rôle essentiel, tant au niveau du développement de leur expérience et de leurs savoir-faire techniques et tactiques, que dans leur engagement vers la victoire. Sur les quatre saisons qui précédaient les Jeux de Pékin, les lutteurs du collectif olympique ont passé plus de cent dix jours par an hors de France, en stages et tournois internationaux. Ils ont, en outre, participé à dix compétitions internationales par an. Au-delà de l’entraînement biquotidien à l’INSEP et de toute la préparation physique et physiologique qui y est développée, ces occasions de confrontation à l’élite mondiale, lors de séances d’entraînement ou de matchs, sont déterminantes pour la performance au plus haut niveau international. Sur ce point, la progression des Guénot est à l’image de celle des autres lutteurs du collectif gréco : après avoir atteint le niveau international seniors vers 20 ans, grâce au travail assuré à l’INSEP, ils doivent encore franchir un cap pour accéder au niveau de l’élite internationale. Lors de cette étape, l’apport de ces expériences à l’étranger est incontournable. Cette logique a été identifiée dès les années quatre-vingt et a conduit les différents entraîneurs à multiplier les déplacements. Patrice effectuera ainsi des stages longs en Russie, avant de faire son titre de champion du monde en 1987. C’est sur la base de cette expérience qu’il prévoit, tous les ans, un stage long en Biélorussie (en lévrier) et un stage long à Cuba (en avril). Il faut y ajouter le stage terminal de préparation, avant les Mondiaux ou les Jeux, qui se déroule sur trois semaines et généralement proche du lieu de compétition. Enfin, de multiples stages ou déplacements plus courts sont prévus tout au long de la saison, dont des stages hivernaux plus axés sur la cohésion de l’équipe, à Font-Romeu.

19Dans la mise en œuvre de tous ces stages et déplacements, les aménagements de formation ou d’emploi sont essentiels. Sur ce point, les outils du suivi socioprofessionnel des lutteurs ont largement permis de favoriser ce secteur de la préparation des athlètes, en permettant de les libérer. L’exemple de Steeve et de Christophe, avec la RATP, est un modèle en la matière. Sans cette facilité, il est impossible de développer une expérience suffisante pour réussir au plus haut niveau. En obtenant leur emploi en septembre 2007, soit un an avant les Jeux de Pékin, Christophe et Steeve ont pu accéder non seulement à un équilibre social et à une sérénité de vie essentielle à leur réussite, mais également à des moyens et des ressources nouvelles, qui leur ont permis de se libérer et d’être pleinement disponibles pour leur carrière. C’est peu de le dire, si l’on considère qu’en juin 2007, après son échec au concours du professorat de sport, Christophe s’interroge sur la suite de sa carrière et que, trois mois plus tard, il obtient une médaille et sa qualification olympique aux championnats du monde.

20Pour conclure sur cette partie relative au chemin de carrière des médaillés, il m’apparaît évident que la performance est indissociable du système qui a été mis en place et qui s’est constamment enrichi depuis les années quatre-vingt, grâce aux outils et stratégies du ministère et à l’expérience développée par les cadres. Ainsi leur vécu des années quatre-vingt dans les sections « sport-étude », à l’INSEP ou à l’étranger (notamment en Russie), a-t-il croisé la structuration des politiques nationales de haut niveau : sections sportives – pôles – filière de haut niveau pour concourir à la mise en place d’outils et de dispositifs pertinents et efficients. Au-delà des structures et des moyens disponibles pour la progression des lutteurs, c’est également une école de la performance qui s’est mise en place dans l’univers de la lutte. L’expérience de Patrice, premier champion du monde de lutte gréco-romaine en 1987, à Clermont-Ferrand, semble ouvrir la voie et servir de creuset à l’émergence d’une logique de performance, qui aboutira à la médaille des Guénot. Dans ce cheminement du modèle de haut niveau fédéral, les résultats de Ghani en 1992, 1996 et 2000, apparaissent comme les signes avant-coureurs de ceux de 2007 et 2008. Dans la construction de ce modèle, les échecs et les succès d’un éclaireur comme Ghani ont permis le calage des dispositifs et servi la structuration de la discipline. Comme si sa carrière avait été le laboratoire d’expérimentations qui ont favorisé l’éclosion de la nouvelle génération.

21Comme il aime à l’affirmer, au cours de cette olympiade 2005-2008, la lutte est passée de la « culture de l’exception » à la performance construite... Les lutteurs ne sont donc plus désormais considérés comme des talents exceptionnels, sortes de « perles rares » douées d’un génie particulier et unique qu’il faut préserver, mais le produit d’un modèle éprouvé et apte à reproduire la performance, pour peu qu’il soit mis en œuvre de manière pertinente, avec des lutteurs motivés. Steeve et Christophe ne sont pas exceptionnels, dans la mesure où ils sont le fruit d’un système – école du haut niveau –, mis en place et construit en s’appuyant sur l’expérience.

UNE CONJONCTION DE FACTEURS

22Au-delà du dispositif qui a permis leur progression jusqu’au haut niveau international, la performance des Guénot lors des Jeux de Pékin repose sur de multiples facteurs que le programme d’entraînement mis en place par l’encadrement s’est efforcé de gérer. Chacun de ceux-ci représente, en lui-même, un dilemme pour l’équipe d’entraîneurs, dont la régulation annuelle et quotidienne est essentielle. Pour n’en retenir que les plus importants, je souhaiterais identifier les points suivants : les partenaires et le collectif d’entraînement, la nécessité de l’expérience de la compétition, la difficulté de la gestion du poids et la recherche de l’équilibre de vie, gage d’un engagement optimal des lutteurs dans leurs objectifs.

LA GESTION DU COLLECTIF D’ENTRAÎNEMENT ET L’INDIVIDUALISATION DU TRAVAIL

23J’ai déjà précédemment signalé l’importance du groupe dans la performance, mais, au-delà des aspects purement affectifs, l’apport quotidien d’un collectif, homogène en niveau et en motivation, est essentiel à la progression technique et tactique. Le rassemblement à l’INSEP des meilleurs lutteurs français est un élément clé pour la qualité du travail, mais n’est pas sans poser des problèmes de régulation et de gestion de groupe. L’une des difficultés de l’encadrement est de gérer le collectif dans l’intérêt des individus et de ne pas les perdre dans la masse. Dans la confrontation quotidienne et la dynamique de groupe qui s’instaure entre les athlètes, les régulations ne doivent pas laisser le groupe emmener l’individu vers le bas, mais, au contraire, enrichir sa progression vers la performance. Ainsi, l’ensemble des actions des coachs sont portées par une philosophie de l’excellence, forte et omniprésente. La notion de culture de la performance est essentielle à l’émergence de celle-ci au plus haut niveau et, certainement, le point central du travail qui est fait avec les athlètes de l’INSEP. Le choix d’y rassembler les deux à trois meilleurs de chaque catégorie, en imposant une unicité de travail et de discipline, répond à cet objectif. Au sein du groupe, la même rigueur et le même programme s’imposent à tous, quel que soit le niveau de performance, sans qu’il y ait de passe-droit. Tous sont traités sur le même mode et selon les mêmes critères d’exigence. L’adoption d’une tenue uniforme en 2006 (maillot, short et collant noir siglé pôle INSEP) participe de cette égalité des lutteurs dans leur préparation, propre à faire émerger l’émulation et la recherche de l’excellence. L’ensemble s’accompagne d’une exigence de rigueur et de discipline qui dépasse le cadre du tapis pour se traduire dans tous les secteurs de la vie quotidienne (études, attitude...) et de l’hygiène de vie (sommeil, diététique, soins, propreté...). Dans ce cadrage des athlètes, tout l’encadrement est impliqué et les décisions sont prises et assumées collégialement et solidairement, sans concession, à tous les niveaux de l’équipe.

24Dans le même temps, l’individualisation de la préparation repose sur l’interrelation qui s’instaure avec chaque coach et l’approche pédagogique adaptée à chacun, que le groupe d’entraîneurs met en œuvre lors de l’exécution du programme. La philosophie d’ensemble pourrait se résumer à « offrir le meilleur programme commun pour que chacun s’enrichisse des apports du collectif dans sa mise en œuvre individuelle ». À la rigueur et à l’exigence demandées par les cadres, répondent la confiance dans la relation entraîneur-athlète et la responsabilisation des lutteurs dans leurs projets sportifs et extrasportifs personnels. Dans le cas de Steeve et de Christophe, leur qualification nominale et leurs résultats lors des championnats du monde de 2007 ne les ont pas assurés d’une participation aux Jeux olympiques de Pékin. Le suivi d’un programme d’entraînement identique à l’ensemble des autres lutteurs du collectif, avec les mêmes critères d’exigence, a été la base de leur participation. À de multiples occasions, ils ont ainsi dû faire leurs preuves. Ils ont été testés aussi bien dans leur physique que sur leur mental, en tournoi ou en stage, afin de stimuler leur engagement sur l’objectif olympique et de s’assurer de leur niveau de performance. Lors du championnat d’Europe 2008, la contreperformance de Steeve a certainement servi d’alerte et a permis un recentrage pour sa préparation aux Jeux. Mais dans le même temps, les lutteurs ont eu leur part d’autonomie dans leur préparation et ont été écoutés et responsabilisés dans l’adaptation du programme, notamment pour gérer les particularités de chacun. Sur ce point, la gestion de la préparation de Christophe jusqu’aux Jeux, alors qu’il était blessé à l’épaule, a été exemplaire.

L’EXPÉRIENCE DE LA COMPÉTITION

25Le second point clé de la programmation est la gestion du nombre de déplacements annuels. L’équilibre entre le travail de compétition et le travail de préparation physique est en effet essentiel à la performance. Et si l’apport des matchs est fondamental au développement technico-tactique et à la motivation des lutteurs, il n’est pas sans occasionner des fatigues liées aux déplacements et aux pertes de poids, et une lassitude. « Il faut savoir ne pas trop en faire pour garder la faim », mais il faut aussi travailler ses repères et se rassurer face à des adversaires clés. Dans le même temps, le nécessaire travail de base axé sur la condition physique et la force doit être assuré et entretenu tout au long de la saison. Garant de la stabilité de la performance au long des séries, il doit être renforcé à l’approche des compétitions. Cette dichotomie entre compétition et préparation est une des clés de la performance et fait l’objet d’un ajustement quasi quotidien entre les cadres. Pour gérer ce dilemme, ils s’appuient sur leur vécu d’athlètes, leur expérience d’entraîneurs et sur les « feedbacks » des lutteurs. Ainsi, Steeve et Yannick ont été exemptés de certaines épreuves, tandis que Christophe ou Mélonin ont participé à davantage de tournois au cours des deux années qui ont précédé les Jeux. Les stratégies d’engagement sur les tournois, à l’approche des Jeux, ont été ajustées en fonction des besoins de renforcement des qualités physiques ou physiologiques, et de gestion de la « fraîcheur » pour stimuler l’envie et le vécu du combat.

LA DIFFICULTÉ DE LA GESTION DU POIDS ET DE LA FORME

26Dans la programmation, la gestion du poids et de la forme est une préoccupation constante des athlètes et des cadres à l’approche des échéances. Pour ce faire, les coachs s’efforcent d’ajuster les charges et de responsabiliser les lutteurs dans un important travail de communication et d’échange individuel. L’ensemble de la stratégie est basé sur la confiance et la construction de celle-ci par une écoute et une vigilance particulière. Dans ce travail d’équipe, les médecins et les kinés sont également impliqués, mais ce sont bien les lutteurs qui gèrent leur hygiène de vie et, notamment, leur diététique, pour être prêts le jour J. La pesée quotidienne et l’état de forme sur le tapis d’entraînement ne sont que les outils proposés par les entraîneurs pour mobiliser et motiver les athlètes à cette rigueur. Le protocole de gestion du poids a été mis en place dès le début de la carrière, bien avant les échéances internationales, et est largement connu et éprouvé. Il comporte une étape de descente progressive sur plusieurs semaines et une phase finale de descente sur les dernières semaines, qui s’achève le jour de la pesée (veille de la compétition). Au-delà des aspects diététiques et des recommandations qui sont associées au régime, l’essentiel de ce travail est d’ordre psychologique, car c’est bien dans la tête que se situent la maîtrise de soi et la rigueur de l’hygiène de vie nécessaires à la réussite de la perte de poids et au maintien de la forme. La stratégie des entraîneurs est de laisser l’athlète maître de son projet, tout en lui offrant les outils de suivi et de contrôle, mais sans intervenir autrement qu’en lui faisant confiance. Ce rapport, centré sur le projet commun de performance, est essentiel à la relation entre les coachs et les lutteurs. Il s’exprime fortement dans l’ajustement des séances, au jour le jour et athlète par athlète, dans la phase terminale d’approche des Jeux. La suppression des sports collectifs, la réduction du volume des séances, la mise en place de contenus spécifiques pour favoriser la récupération ou le drainage, la mise au repos de certains lutteurs à certaines occasions, le choix de techniques de récupération... sont autant de choix à faire, qui ont permis de gérer la forme et le poids de chacun dans un souci d’optimisation des qualités physiques et physiologiques, et de renforcement du mental.

LA NÉCESSITÉ DE TRAVAILLER DANS LA SERENITE

27Au-delà de l’entraînement et des déplacements, la relation avec les athlètes se construit dans un rapport de confiance et de respect, porté par l’objectif commun de la performance. L’atteinte de cet objectif est indissociable de la sérénité et de l’équilibre personnel des cadres et des athlètes. C’est le souci principal du directeur technique national et du directeur du pôle que de veiller au bien-être et à l’épanouissement personnel de toute l’équipe. Cette gestion des conditions de travail des athlètes et des cadres joue un rôle clé dans la performance. Ainsi, Steeve et Christophe, en accédant à un emploi stable un an avant les Jeux, trouvent les conditions nécessaires à leur engagement au plus haut niveau, en termes de ressource, de logement et de sérénité. Il est d’ailleurs frappant de noter, qu’en dehors de Steeve, tous ont franchi un cap dans leur vie affective, au cours de l’olympiade, au moment de leurs meilleures performances : installation en couple, naissance d’un enfant... La préoccupation de la sérénité et du bien-être est donc omniprésente à l’approche de l’objectif et reste un point central du management des ressources humaines. Ghani veille à la qualité de vie de l’encadrement, en assurant une certaine convivialité, en donnant beaucoup de liberté individuelle et en se montrant très à l’écoute et très sensible aux demandes personnelles. Il est vigilant sur la qualité et la convivialité des relations entre les cadres et s’attache à désamorcer très rapidement tout ce qui pourrait nuire à la dynamique du groupe. Il sera amené à réguler sans cesse les rapports humains et à régler les tensions interindividuelles jusqu’à la veille de la compétition olympique, en se montrant toujours avenant, disponible et compréhensif. Pour ce faire, il s’appuie largement sur ses qualités d’empathie et d’écoute, qui font de lui le ciment de l’équipe et l’interlocuteur clé, aussi bien des athlètes que des cadres, dans toutes les situations de doute.

28Au-delà des outils d’accompagnement social, socioprofessionnel ou financier, et des moyens fédéraux qui permettent d’aider et de soutenir les athlètes et les cadres, pour les placer dans les meilleures conditions pour performer, c’est véritablement le management assuré par le DTN, tant au niveau des lutteurs que des cadres, qui favorise l’émergence de la sérénité nécessaire à la performance. Ce management est déterminé par l’exigence de rigueur et l’engagement individuel dans le projet de performance collectif, mais il est porté par les qualités humaines propres à Ghani. Aussi bien pour les athlètes que pour les entraîneurs, les clés de la gestion qu’il a mise en place sont en effet l’écoute, la responsabilisation et la confiance.

LA PLACE DU CONTEXTE

29La performance des Guénot et de la lutte aux Jeux de Pékin n’est pas un « évènement exceptionnel », nous l’avons expliqué précédemment. Toutefois, elle est indissociable d’évènements critiques qui l’ont précédée et qui l’éclairent, en faisant apparaître une évolution en trois actes : 2005 – 2006 – 2007.

L’ÉCHEC DE 2005

30Depuis mon arrivée à la Fédération française de lutte, j’entends les cadres gréco parler de « l’échec de 2005 ». Pourtant, je ne peux m’empêcher de penser que cette saison a été l’année clé du cycle 2005-2008. Aux Jeux d’Athènes, la gréco n’obtient pas de médailles, malgré deux très jeunes qualifiés : Mélonin et Yannick, qui terminent respectivement seizième et sixième. L’année post-olympique est caractérisée par un nombre plus élevé de déplacements et trois objectifs internationaux majeurs : les championnats d’Europe, ceux du monde et les Jeux méditerranéens. Dans la perspective olympique, ces derniers jouent un rôle particulier. Test abordable pour le nouveau collectif, ils sont généralement porteurs de médailles, dans la mesure où seule la Turquie semble constituer un adversaire difficile. Compte tenu des résultats des Jeux et des potentiels des lutteurs, l’année 2005 s’ouvre donc dans une certaine confiance. Malgré ces bons augures, elle s’achève sur deux médailles de bronze pour la gréco, alors que les féminines ou la libre s’illustrent par seize podiums sur les trois échéances, dont un titre pour chaque style. Ce décalage entre les perspectives et les résultats laisse un goût amer de regret et de déception, qui marque les consciences. Toutefois, il ne m’apparaît pas comme un échec, mais comme le signe du renouveau. Au retour de l’olympiade d’Athènes, cette saison voit la mise en place d’un encadrement marqué par la jeunesse de ses membres et d’une équipe de France qui a besoin de temps pour se caler. Patrice prend la direction du style et Jean-Marc intègre l’encadrement de l’équipe seniors, après avoir suivi les juniors et les cadets pendant huit ans. Dès le mois de septembre 2004, Patrice oriente les objectifs du cycle autour de cinq catégories cibles et identifie les athlètes sur lesquels il mise : Yannick (120 kg), Mélo (84 kg), Christophe (74 kg), Steeve (66 kg) et Éric Buisson (60 kg). Toutefois, parmi ces lutteurs, Yannick est blessé et ne peut prendre part aux Mondiaux et, avec Mélonin, il était le seul à avoir l’expérience olympique. Aucun des autres lutteurs n’a encore obtenu de performance internationale sur des épreuves de référence. Steeve, encore junior, participe pour la première fois à une épreuve seniors, sans être le leader de sa catégorie ; Éric, lui, est en première année seniors... En outre, le pôle INSEP se restructure et la filière se réorganise dans une nouvelle stratégie, plus centrée sur la haute performance. Mais la plus grande nouveauté portera sur le passage d’une logique de participation aux épreuves de référence à une logique de recherche de résultats. « On ne va plus aux Mondes parce que l’on est champion de France, mais parce que l’on va y faire une médaille ! », annonce Patrice. Ce changement sera d’autant plus difficile à faire passer sur le terrain que l’année 2005 n’est pas souriante. Mais il va profondément modifier le regard des athlètes sur leur engagement et leur travail. L’équipe de France n’apparaît donc plus comme une récompense normale pour les meilleurs Français, mais devient un collectif de lutteurs dont le niveau international, avéré sur des tournois internationaux cibles, est le gage d’un potentiel de médailles.

31Au fond, le résultat de 2005 n’a rien d’anormal, mais il fait douter, dans un contexte où le désir de performance est grand et l’équipe fragile. De mon œil d’observateur extérieur, cet « échec », très relatif, m’apparaît comme l’évènement fondateur, présent dans l’esprit de tous, qui mobilise le groupe tout au long du cycle 2005-2008.

LE TOURNANT DE 2006

32En 2006, l’équipe se structure autour d’un collectif stable qui restera le même jusqu’à Pékin. Mélonin poursuit sa formation aménagée. Yannick travaille sur sa prise de masse musculaire avec un préparateur. Christophe s’engage dans le professorat de sport, ce qui devait lui assurer une stabilité socioprofessionnelle, gage de sérénité, et permettre à la lutte de disposer d’un nouvel entraîneur compétent... Steeve, qui a fait de superbes performances internationales sur les tournois cibles, est sévèrement blessé lors d’un gala, en février. Il sera indisponible toute la saison. En 60 kg, Éric est talonné par Tarik, un junior à potentiel, et Sébastien, plus en retrait. L’année est organisée autour des deux épreuves de référence, championnats d’Europe et du monde, et suit la programmation habituelle de stages longs et de stages et déplacements plus courts, alternant avec les phases de travail à l’INSEP.

33Après des championnats d’Europe prometteurs, marqués par la huitième place de Christophe et la troisième place de Mélo, la préparation des Mondiaux se met en place autour d’un stage terminal en Biélorussie. C’est alors que se produit un évènement imprévu et déterminant pour la suite de l’aventure. À l’occasion d’une soirée de relâche en milieu de stage et à dix jours d’un tournoi essentiel de sélection, l’attitude des lutteurs crée une rupture qui interpelle l’encadrement sur sa démarche pédagogique et sur l’engagement des athlètes dans le projet. Elle renvoie tout le monde (coach et lutteurs) au sens et à l’objectif commun. La sanction couperet qui suivra marquera un tournant et consistera à n’inscrire aucun lutteur au championnat du monde, malgré les perspectives de médailles qu’annonçait le début de saison. Cette décision, qui est certainement l’une des plus lourdes que puissent prendre un entraîneur et un DTN, représente une prise de risque vis-à-vis des institutions, vis-à-vis des athlètes et vis-à-vis de soi-même... Elle sera difficile à expliquer aux élus et à porter au quotidien. Mais en même temps, j’y vois un fantastique geste de confiance et une prise de responsabilité, véritable ferment de la suite de l’aventure. Face au risque de ne pas être suivi, face au risque d’abandon et de démotivation des athlètes, face au risque d’échec, cette décision renvoie chacun à ses choix et à ses actes, en marquant la limite des rôles des uns et des autres. Les institutions salueront l’honnêteté et le courage de ce choix et continueront à soutenir l’équipe dans son projet de performance. Les athlètes entendront le double message de responsabilisation et de confiance envoyé par le directeur du style et par le DTN. L’encadrement sportif et médical sera, plus que jamais, soudé dans sa philosophie de la performance et dans ses choix.

34Cet évènement fondera une ligne de conduite centrée sur la rigueur, l’exigence et le respect. En montrant que l’encadrement est prêt à tout pour tenir le cap, il renvoie les lutteurs à leurs responsabilités. Mais en même temps, il les interpelle sur le sens de leur engagement et de leur travail, et la place qu’ils accordent à l’objectif olympique. Après cette sanction lourde, les rapports entre athlètes et cadres seront plus que jamais marqués par le respect mutuel et le souci de cohérence par rapport à la performance. Ses répercussions dépasseront le simple cadre de l’équipe olympique, pour remonter sur tous les collectifs jeunes, les pôles et par-delà les clubs.

LA RÉVÉLATION DE 2007

35Après une saison « d’échec » et une saison « vide », l’année 2007 s’ouvre d’emblée sur la perspective de Pékin. Le championnat du monde préolympique est la plus grosse chance de qualification, puisque les huit premiers de chaque catégorie obtiennent leur ticket pour les Jeux. L’objectif, annoncé dès le mois de septembre, est d’obtenir le plus de quotas possible pour pouvoir préparer sereinement l’échéance de 2008. Le programme d’entraînement est identique à celui largement éprouvé les années précédentes et les tournois se succèdent sans surprise. Le collectif est stable et Steeve, qui revient, prend sa place de leader dès l’automne. Christophe suit un programme allégé jusqu’en juin pour tenir compte du professorat de sport. Yannick poursuit son travail sur la prise de poids et entre sur un poste, à la Défense, qui lui permet de préparer le concours de professeur de sport et d’être serein dans sa vie de famille. Mélonin est toujours leader en 84 kg, il s’installe en couple et poursuit son projet de formation tranquillement. En 60 kg, Éric fait le choix de quitter l’INSEP pour rentrer dans son club, à Lyon. Il est très rapidement en retrait sur les épreuves tests et laisse la porte ouverte à Tarik, encore junior, et à Sébastien.

36Dès le mois d’avril, le championnat d’Europe montre les qualités du collectif... Mais c’est à Bakou, au championnat du monde, que s’ouvrent véritablement les portes de la médaille olympique pour la gréco française. Cette épreuve conforte le collectif et les choix de l’encadrement, en révélant les potentiels de Steeve (deuxième), de Christophe (troisième) et, par-delà, de l’ensemble du groupe, qui installe la France à la sixième place mondiale. Avec trois lutteurs qualifiés pour les Jeux (Steeve, Christophe et Yannick, qui fait un tournoi exceptionnel) et deux médailles, le programme d’entraînement, la planification et la logique de la performance mises en place par Patrice sont validés. L’équipe est maintenant soudée autour de l’objectif olympique et sait que « oui, c’est possible ». Au retour d’Azerbaïdjan, Patrice fixe les enjeux de la saison 2008 : cinq qualifiés, cinq médailles olympiques et la première place pour la France, devant la Russie. La culture de la performance, construite au gré des évènements de 2005, 2006 et 2007, est ancrée dans les esprits et les attitudes de tous. La confiance est au maximum, chacun est à sa place et connaît son rôle, la préparation est rodée et le scénario connu... il ne reste plus qu’à le suivre pour « être au niveau », « être prêt ». Aussi l’année 2008 sera-t-elle marquée par un leitmotiv : « ne rien changer ».

UN INSTANT DE GRÂCE

37Dans la marche sensible entre aptitude à gagner et victoire, la performance est largement déterminée par la gestion de l’évènement. En effet, si tout le travail en amont permet l’acquisition du niveau de savoir-faire et des capacités nécessaires pour atteindre la finale, l’accès au podium est d’un autre ordre. Dans ce challenge, Patrice, Franck, Jean-Marc et Ghani ont su ne pas se tromper de cible et mettre en place le cadre nécessaire à l’émergence de la médaille. Dès le retour de Bakou, s’appuyant sur leur vécu, leur savoir-faire et savoir-être d’anciens lutteurs et d’entraîneurs expérimentés au plus haut niveau, ils ont mis en place tout un travail d’analyse, de projection et de prospective, pour anticiper chaque parcelle de la performance olympique. Ghani a largement exploité ses réseaux relationnels pour se nourrir des avis et expériences des autres disciplines et d’entraîneurs riches de la culture de la performance. Il a également profité de plusieurs déplacements sur place pour étudier le contexte et les difficultés spécifiques de l’épreuve. À chaque fois, il a rendu compte aux entraîneurs, en les informant, en les sensibilisant et, le plus souvent, en questionnant leurs solutions pour stimuler la réflexion. Il a provoqué des réunions d’échange et de concertation en faisant intervenir des experts de la POP ou d’autres fédérations. Sur chaque problématique, il a soulevé les interrogations, mais a toujours laissé les cadres fixer leurs objectifs et leur stratégie en équipe et avec confiance, dans un souci de responsabilisation. De son côté, Patrice a su rester sur ses convictions et ses certitudes, tout en faisant preuve d’ouverture et en interrogeant sans cesse ses pratiques et sa logique. Il a su s’appuyer sur Franck et Jean-Marc, aussi bien au jour le jour dans les séances d’entraînement, que lors de débriefings après les tests ou les compétitions. Au final, ce sont quatre éléments clés que je retiendrai de la gestion de l’évènement : la montée en puissance, l’avant-match, les inter-matchs et la finale.

GÉRER LA MONTÉE EN PUISSANCE

38Dès l’arrivée aux Jeux, la stratégie de l’équipe d’encadrement est de limiter la pression et le stress. Aucun des lutteurs n’est amené sur le site de compétition avant la pesée. Aucun entraînement, avec ou en présence des étrangers, n’est prévu. Les contacts avec la presse sont très limités, la conférence de presse est fixée quatre jours avant. Aucun contact avec les amis ou la famille n’est prévu. La participation à la cérémonie d’ouverture est exclue. Le timing des journées, parfaitement calé et routinier, et les occasions de distraction, encadrées et réduites. L’ensemble est expliqué aux lutteurs dès leur arrivée à Pékin, lors d’un briefing qui s’appuie sur le vécu et l’expérience de Ghani. Cette stratégie conduit à mettre en place une logistique spécifique avec le CNOSF et la POP : arrivée du DTN et du directeur de style deux jours auparavant, réservation d’une salle d’entraînement spécifique, installation d’un tapis, déplacement de partenaires d’entraînement et d’un cadre supplémentaire, organisation des déplacements sur place, choix des personnes accréditées ou ayant accès au village... L’isolement du collectif n’est toutefois pas une contrainte, des espaces de convivialité sont mis en place, comme la visite de Bixente Lizarazu, pour une initiation à la lutte, trois jours avant la compétition... Dans la vie quotidienne, les athlètes et les cadres sont en phase, rigoureux, engagés, concentrés, mais sereins. Ils rigolent, regardent des films et jouent au poker dans leur chambre... L’ensemble respire la performance et la confiance. La veille de ses combats, Steeve plaisante sur le stress qu’il n’a pas. Tous les lutteurs se montrent exemplaires, à l’entraînement, comme dans leur hygiène de vie.

39Le 12 août, Sébastien fait ses matchs et échoue dans son challenge, mais les autres lutteurs ne verront ses combats qu’à la télé, dans leur chambre. En arrivant pour la pesée, Steeve et Christophe voient leurs adversaires pour la première fois et découvrent le site de compétition. Dans les gradins, la famille, les amis et les membres de leur club sont présents, mais ils ne les croisent pas. Ils ne restent que le temps de la pesée et repartent sans avoir connaissance de leur tirage. Leurs portables sont fermés et aucun message de l’extérieur ne leur est transmis, pour ne pas avoir de commentaires sur les potentialités ou les perspectives, heureuses ou malheureuses, que laisse entrevoir le tirage... De retour au village, ils mangent et, comme d’habitude, regardent une vidéo dans leur appartement, avant de se coucher. Un plan que Ghani résume en disant : « Ce soir, il faut qu’ils dorment bien, sereins et confiants ».

40Comme tous les jours précédents, le matin du 13 août commence, à 6 heures, dans les allées du village, par un réveil musculaire encadré par Patrice. Rien de nouveau, rien de différent et, toujours, l’écoute, l’attention, l’adaptation à la forme du jour, au ressenti individuel... Le réveil musculaire, ce matin-là, sera simplement une marche rapide de vingt minutes et quelques mouvements pour s’activer avant d’aller au petit-déjeuner, parce que c’est ce que l’on sent de mieux à ce moment-là. La proximité construite au fil des années, l’expérience commune et la facilité de communication, tant verbale que non verbale, trouvent ici toute leur valeur. On se comprend, on sait ce que l’autre ressent et on peut ajuster au mieux.

41Le rendez-vous est fixé dans la salle d’échauffement à 9 heures, j’arrive avec Didier. Les lutteurs arrivent du village avec Patrice et Franck. Ghani et l’équipe médicale viendront plus tard. Chacun prend sa place sans commentaire, sans discussion. Chacun fait son job et reste disponible et attentif. De l’autre côté, la salle de compétition se remplit, les spectateurs s’installent, les officiels s’organisent et les arbitres entrent. La famille, les amis, les proches et les élus trouvent leur siège, certains essayent d’être au plus près du tapis. Jean-Marc, non accrédité, bataille avec l’organisation pour se mettre au premier rang, histoire d’être proche de ses deux lutteurs qu’il suit depuis qu’ils sont juniors. Sa mission est maintenant terminée : la préparation, le travail d’accompagnement des années, des mois, des semaines et des jours qui précèdent est derrière, et « maintenant, c’est leur jour ». Partageant la même chambre à l’hôtel-sport, nous avons eu largement le temps d’échanger sur la journée qui s’annonce. La veille au soir ou encore le matin, dans le taxi, à aucun moment il ne doute, à aucun moment, il n’a peur de l’échec. Il sait qu’ils sont prêts, il sait qu’ils ont tous les moyens pour faire l’exploit, mais il sait que cela leur appartient et que, quoi qu’il arrive, ce n’est « que du bonheur ».

42Dans la salle d’échauffement, Steeve et Christophe se préparent avec leur partenaire, Didier. Patrice donne quelques consignes, mais tout est rodé depuis longtemps... Ils ne voient pas les autres lutteurs autour d’eux et ne savent d’ailleurs pas lesquels ils vont tirer. C’est un choix stratégique, partagé par les coachs et les lutteurs. Comme le dit Steeve, « de toute façon, il faut tous les battre ». Ensuite, chacun à leur tour, ils rentrent au vestiaire. Didier quitte la zone d’échauffement pour prendre sa place dans les gradins et attendre les matchs. Il a fini sa mission. Il a donné le maximum pour aider ses amis et les amener au meilleur d’eux-mêmes. Il a confiance en eux et ne doute pas : « s’ils gagnent, c’est nous tous qui gagnons au travers d’eux ». Il rejoint Sébastien et d’autres lutteurs et sportifs de haut niveau, venus encourager leurs potes. Mélo et Yannick sont restés dans leur chambre, loin du tapis. Ils suivront les matchs à la télé, avant de venir à la pesée cet après-midi.

43Dans le vestiaire, Patrice donne ses consignes et délivre son message. Il ne doute pas : ils sont prêts, ils vont le faire, tout est possible, c’est leur performance... Dehors, Ghani et Franck regardent les étrangers, sereins, chacun à leur manière. Le stress est là, mais pas le doute, l’incertitude, mais pas l’inquiétude, l’envie, mais pas l’appropriation d’un projet qui n’est plus le leur, d’un combat qu’ils ne feront pas, d’une performance qu’il ne leur appartient pas de réaliser... Le partage des rôles est fait sans discussion, naturellement : Franck suivra Steeve et Ghani s’occupera de Christophe. Chacun est à sa place, chacun connaît sa mission. Patrice quitte le vestiaire et laisse la place au médical.

LE RÔLE DES MÉDECINS ET DU KINÉ

44Il y a le temps des coachs et celui du médecin, puis du kiné... Le vestiaire est un espace essentiel, dans lequel alternent les interventions de Patrice pour briefer, du médecin pour accompagner et rassurer, et du kiné pour masser et soutenir. Chacun son rôle et chacun son temps d’action, dans une mécanique très très rodée, où rien n’est laissé au hasard. On se connaît, on sait ce qu’il faut faire, on se fait confiance et on se comprend d’un regard... voici les clés de cet accompagnement de l’athlète en équipe. L’ensemble s’est structuré au fil du temps et des tournois. Tout le monde est solidaire, centré sur la même vision, le même objectif.

45Dehors, les coachs observent les adversaires et se rassurent mutuellement en questionnant le médecin : « il est bien, doc ? ». Je prends les instructions auprès de Patrice pour la vidéo et rejoins ma place dans les gradins pour la suite. D’ici une demi-heure, chacun des lutteurs sera appelé et fera son entrée dans la salle, suivi de ses deux entraîneurs. Le médecin et le kiné les attendront dans la salle d’échauffement, en regardant le match sur les écrans de télévision. Ils savent que leur intervention est terminée, ils ont rempli leur mission et sont confiants et sereins.

RESTER DEDANS ET RÉCUPÉRER

46Ensuite, les combats s’enchaînent : seizièmes, huitièmes, quarts et demi-finales. Ils se déroulent en trois périodes de deux minutes. Une minute de combat debout, puis deux fois trente secondes à partir d’une saisie au sol. Au cours des périodes de combat, les lutteurs doivent s’efforcer de marquer des points et de ne pas en perdre. Mais l’introduction des phases au sol a ajouté une dimension stratégique particulière, notamment liée au poids du tirage au sort. Cela stimule la lutte et impose aux athlètes de prendre des risques. Tout au long du match, les coachs sont là pour encourager, rappeler l’objectif et soutenir l’athlète dans son action et sa vigilance. Lors des pauses, ils s’efforcent de favoriser la récupération, stimuler la vigilance, sensibiliser sur les éléments porteurs pour la performance et, surtout, renforcer la confiance... Dans cette action, chacun est à sa place, chacun a son rôle et sa manière, selon le relationnel particulier développé avec le lutteur. Patrice, plus dynamique, plus impératif, fixe la cible, tandis que Ghani ou Franck, plus réceptifs, rassurent et soutiennent, en frottant vigoureusement les bras ou en ventilant le visage avec une serviette... Ils savent que Steeve ou Christophe sont seuls sur le tapis. Leur mission est terminée... Ils savent qu’ils sont prêts et sont confiants, sereins quant à leurs capacités à gagner.

47Après chaque match, les lutteurs doivent passer par la zone de presse, puis revenir au vestiaire en longeant le tapis d’entraînement. Ils sont encadrés par les deux coachs jusqu’au kiné et au médecin qui les attendent. Ils ne connaissent pas leurs adversaires à venir et ne peuvent pas suivre les matchs de leurs frères, car tout se déroule simultanément. Patrice passe de Steeve à Christophe, et inversement. Dans ce fonctionnement, le risque est grand de se disperser et de perdre le fil... C’est là que se révèlent toute la rigueur et la confiance qui a été construite au sein de l’équipe lors des années antérieures. Ghani et Franck restent avec leur athlète pour permettre à Patrice d’être disponible pour les deux à la fois.

48Dans cet inter-match, à aucun moment le lutteur ne doit sortir de l’objectif ou se poser de questions. Les passages dans la salle de compétition sont limités au temps du combat. Les contacts avec le public ou les amis, proscrits... Il n’a pas la vision des tableaux et se contente d’être sur sa cible, encadré par le staff. À aucun moment on ne revient sur le match passé. On ne se projette pas sur des stratégies ou des perspectives. Dans ces moments-là, le travail du médecin et du kiné est essentiel pour la récupération et la préparation du combat suivant. Chacun est vigilant sur les messages, les attitudes ou les discours, et veille à entretenir la confiance et l’engagement. Les lutteurs français ont un physique et un « cœur » qui leur permet d’enchaîner les performances et de prendre l’avantage sur leurs adversaires ; ils le savent, ils s’en servent.

49Entre deux combats, Patrice visionne un bout des matchs des adversaires sur le caméscope, pour voir leur état et déchiffrer leurs stratégies. Il jette un coup d’œil sur le tableau et repart... Je ne me fais aucune illusion sur l’utilité de la vidéo. Je sais qu’il a confiance et qu’il connaît très bien les adversaires des lutteurs, pour les avoir vus en combat lors des précédents tournois et avoir décortiqué tous leurs matchs avec Franck et Jean-Marc lors des mois de préparation. Au travers de ce coup d’œil rapide dans le viseur de la caméra, il se conforte et, sans doute, refocalise son esprit pour plonger dans le combat suivant. Cette vidéo sera la seule nouveauté dans la routine du coaching. Je repars dans les tribunes. Les matchs se suivent et mon rôle est terminé. Je suis confiant et serein devant toute la force que je sens transpirer de toute l’équipe. Nous n’en sommes qu’aux éliminatoires, mais c’est la journée des Guénot ; c’est dans l’air et quelque chose de grand, pour la lutte, est en train de se passer à chaque minute, à chaque seconde des combats qui s’enchaînent...

« C’EST PAS FINI »

50À peine terminé le match de demi-finale, le mot d’ordre est lancé : « c’est pas fini ». Didier Favori, dans la tribune de presse, fait les commentaires pour France 3. Nous ne le voyons pas, nous ne saurons qu’un mois plus tard ce qu’il dit à ce moment-là, mais en alertant toute l’équipe sur la nécessité de protéger Steeve pour la finale, il résume le leitmotiv que nous avons tous en tête. Le public français dans les tribunes est en liesse. Tout le monde pense à l’exploit d’une finale pour la lutte ! Je pense aux médailles d’or françaises loupées dans les jours précédents dans d’autres disciplines, Toni, Laure, Darbelet... et tous les autres. Nous savons que tout est possible, mais que tout est fragile ! Nous avons tous en tête l’expérience de 1996, maintes fois racontée : l’euphorie qui a fait perdre pied au groupe en oubliant qu’au-delà de la finale, il y avait la médaille d’or. Sitôt le bras de Steeve levé par l’arbitre, c’est un scénario presque écrit qui se met en place automatiquement, sans concertation ni discussion... Sortir du tapis le plus rapidement possible, sans contact avec le public... pas un mot, pas un commentaire... Les cadres emmènent Steeve au village sans émotion, sans explosion, chacun est sur son travail et sur les mêmes mots d’ordre : rester dedans et récupérer dans la confiance et l’écoute. Le repas se passe normalement, rien n’a changé... repos dans la chambre, puis départ pour réchauffement... L’entourage de Steeve et de Christophe est réduit. On limite les sollicitations, on les isole et, surtout, on reste sur les habitudes et les modes de fonctionnement éprouvés depuis des années...

51De mon côté, je les laisse au village pendant la sieste pour rejoindre l’hôtel-sport. Avec Jean-Marc, on se prend à imaginer l’exploit. On y croit. On sait qu’ils vont le faire, qu’ils sont au-dessus. Avant de repartir pour la finale, à 16 heures, je cherche un drapeau pour Steeve. Nous finirons par prendre une banderole de petits fanions dont nous couperons les morceaux avec un briquet, dans le taxi, juste avant d’entrer dans la salle... aucun doute, que de la confiance. Je me mets avec les athlètes et l’encadrement dans la tribune réservée. Les médias sont là et nous harcèlent de questions. Le secrétaire d’État et le cabinet, les sportifs de haut niveau et des cadres d’autres fédérations... tous les amis, toute la famille de la lutte, tout le monde est là, fort et solidaire, pour l’instant de la performance. Patrice est venu à 15 heures pour la pesée de Mélo et de Yannick. Les deux lutteurs sont rentrés seuls au village. Ils regarderont les finales à la télé, dans leur chambre. Steeve et Christophe arrivent dans le calme et le silence, protégés, isolés par Franck, le doc et le kiné. Steeve trouve que la compétition est très bien organisée : les navettes de bus sont toujours à l’heure... Il ne se rend pas compte qu’il est aux Jeux ! « Ne change rien », lui répond Franck.

52Le scénario immuable de l’entrée en combat se répète : échauffement, briefing, médecin, massage... dans le calme, la sérénité et la confiance. Rien n’a changé, chacun sa place, chacun son temps, chacun ses limites, le reste leur appartient... Steeve entre dans la salle, il sait ce qu’il a à faire, il est prêt, il y croit et il gagne. Trente minutes plus tard, Christophe entre à son tour, il n’a pas croisé son frère mais sait qu’il est champion olympique. Il sait ce qu’il a à faire, il est prêt, il y croit et il gagne. La lutte a ses deux médaillés, la France, son premier titre, et l’aventure Guénot est écrite.

Auteur

Directeur technique national adjoint de la Fédération française de lutte, pôle France INSEP

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search