Version classiqueVersion mobile

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Gwladys Epangue

Oury Sztantman

Texte intégral

1“Parler d’une championne, médaillée olympique, n’est pas chose facile. Comment, en effet, tutoie-t-on les sommets ? Quel est l’ADN qui favorise l’accès aux podiums de l’excellence ? Pénétrer l’univers « extra-normal » des champions est toujours plus complexe qu’il ne semble au premier abord.

2Pour comprendre qui se cache derrière la virtuose du taekwondo féminin, il nous faut remonter dans le temps et restituer certains évènements sportifs de ces quatre dernières années, qui ont façonné sa rage de vaincre et son destin. Ce récit de mémoire retrace l’itinéraire d’une enfant prodige des tatamis, qui débuterait aux Jeux manqués d’Athènes, en 2004, et s’arrêterait aux Jeux – presque – réussis de Beijing, en 2008.

3La relecture des évènements qui font la carrière de Gwladys nous enseigne que le haut niveau est la capacité à faire basculer des matchs à haute tension face à des adversaires qui ont des ressources mentales et physiques extraordinaires. À chaque compétition, Gwladys ne se contente pas de faire jeu égal avec les meilleures de la planète. Tout au long de ses matchs, elle est constante sur un point essentiel de la performance : son envie de se battre pour gagner. Le scénario tactique idéal et la chance n’ont rien à voir avec sa réussite. Gwladys est championne parce qu’elle est animée par un feu intérieur, la gagne, qui lui fait oublier et transcender ses efforts quotidiens pour progresser encore et encore, jusqu’à atteindre, un jour, la consécration olympique.

JEUX OLYMPIQUES D’ATHÈNES (2004)

4Son premier rendez-vous avec les Jeux est aussi sa « première sortie de route en mondovision » – comme elle la qualifie elle-même –, avec une défaite, au premier tour, contre l’Italienne Cristiana Corsi. Un échec qu’elle aura du mal à digérer et qui l’entraînera dans une spirale de questions existentielles. L’enjeu l’a-t-elle tétanisée ? S’est-elle rendue vulnérable en favorisant l’offensive et en s’exposant aux contres de son adversaire ? Au fond du trou, déçue tant par la manière que par le résultat, Gwladys entame alors une longue traversée du désert, au cours de laquelle elle songe même à arrêter sa carrière. Il lui faudra du temps pour comprendre et refaire le match, inlassablement, « comme un disque rayé », pour soulager sa terrible déception. Après quelques semaines de « deuil » nécessaire, Gwladys arrive à la conclusion que la seule issue à cette crise identitaire reste le chemin de l’entraînement, la pleine remobilisation et la reprise du parcours du combattant, sans se ménager, avec Beijing 2008 en ligne de mire. Deux mois après les Jeux, Gwladys revient sur le tapis, enfouie sous des couches de bonnet, capuche et autres coupe-vent, telle une boxeuse qui renoue avec l’esprit de l’arène et du ring à la fois. Sa décision est prise : elle change de catégorie et combattra désormais en - 67 kg. En attendant, dans le huis clos du « dojang », elle ne desserre pas les mâchoires – « Je ne suis pas là pour sourire, ni me faire des amis », clame-t-elle - et répète ses gammes sur les raquettes et les « paos », et tout ce qui peut servir d’exutoire à son envie de goûter à la gagne et à la victoire.

CHAMPIONNATS DU MONDE DE MADRID (2005)

5Première note d’espoir après la traversée du désert athénien, Gwladys démarre un nouveau chapitre sous le ciel ibérique lors des championnats du monde 2005. Sa première médaille d’argent a un goût incomparable, après la fracture à vif des Jeux d’Athènes. Cette première compétition mondiale sera marquante, dans sa carrière, pour deux raisons essentielles. Non seulement elle décroche son premier podium à ce niveau, mais elle rencontre, à Madrid, la Coréenne Hwang Kyung-Seon, combattante hors pair et sa future bête noire, avec laquelle elle sera en concurrence, tout au long de l’olympiade 2004-2008, pour prétendre au leadership mondial. Si, jusqu’à la finale, Gwladys semble se « balader » face à des adversaires qu’elle élimine avec une mécanique de rouleau compresseur, le style abouti de la Coréenne dérègle progressivement sa capacité à porter ses attaques sur un timing généralement imparable. La période des entraînements encapuchonnés, à la One million dollar baby, est désormais révolue.

CHAMPIONNATS D’EUROPE DE RIGA (2005) ET DE BONN (2006)

6Gwladys devient la terreur de l’échiquier européen. Les championnats d’Europe se suivent et se ressemblent, à peu de choses près. Lors de ces compétitions continentales, elle écrase toute concurrence et joue sa quatrième et cinquième finale européenne, en marquant les esprits par une troisième médaille d’or et une deuxième médaille d’argent. Ces championnats d’Europe sont, pour Gwladys, un véritable réservoir de confiance inébranlable qui la structure et la « booste » pour le reste de la saison.

7Certes, ses adversaires progressent et profitent, parfois, d’un de ses moments d’absence pour réaliser le « holdup » ; à l’image de la Turque Sibel Guler, qui, en 2006, lui ravit d’un point (3-4) un quatrième titre européen. Mais aux championnats d’Europe, Gwladys affine sa capacité particulière à visualiser « le trou » dans le jeu tactique adverse, à anticiper l’intention de l’adversaire, et à « catapulter » des coups de pied au plastron ou au casque, à une vitesse d’exécution largement au-dessus de la moyenne.

CHAMPIONNATS DU MONDE DE BEIJING (2007)

8L’abonnement à la deuxième marche du podium ne satisfait plus Gwladys qui est installée durablement parmi les meilleures mondiales et ne cache plus ses ambitions. Elle veut prendre la couronne de la catégorie en - 67 kg. Si elle franchit sans difficultés majeures les tours éliminatoires qui la séparent de la grande favorite Hwang Kyung-Seon, elle perd à nouveau en finale, dans un scénario déjà connu. Pourtant, Gwladys se livre et tente des actions opportunistes qui reflètent son envie de jouer à fond son rôle de « challenger » et sa maîtrise grandissante de la gestion du risque face à une adversaire sûre d’elle. Gwladys s’incline d’un point et, si le syndrome du « fear factor » n’est pas la cause de sa défaite, il faut reconnaître, qu’à aucun moment, elle n’est parvenue à créer le doute et l’incertitude dans le jeu adverse. Cette médaille d’argent à Beijing, Gwladys la doit à son engagement physique énorme, à son esprit conquérant, à sa farouche détermination à s’imposer dès le début du match et à jouer de cet atout tout au long de la compétition.

TOURNOI DE QUALIFICATION OLYMPIQUE DE MANCHESTER (2007)

9Gwladys pré pare tout l’été ce tournoi de qualification olympique mondiale, qui se déroule à Manchester. Son objectif est de finir dans les trois premières de la catégorie pour qualifier la France aux Jeux olympiques de 2008. Après avoir passé sans encombre les premiers tours, elle se retrouve en demi-finales, le combat phare attendu par tous, pour décider de la qualification olympique des pays engagés dans cette catégorie. Gwladys engage alors un match serré et prend l’avantage sur son adversaire, l’Allemande Helena Fromm, très gênée par les initiatives et la pression de la Française, et qui doit abandonner sur blessure au second round. Malgré sa qualification, Gwladys ne veut pas en rester là et retrouve la Coréenne Hwang Kyung-Seon pour la première place du tournoi. Gwladys fait un sans-faute et, libérée de toute pression de résultat, bat enfin « sa bête noire » (6-2), prouvant ainsi qu’elle possède toutes les qualités requises pour être leader, et peut-être décrocher le titre suprême, en août 2008, à Beijing.

CHAMPIONNATS D’EUROPE DE ROME (2008)

10Si Gwladys vise clairement un quatrième titre européen, elle est déjà, à l’époque, focalisée sur les Jeux olympiques de Beijing, qui ne se dérouleront pas avec des plastrons électroniques, à la différence de cette grande première italienne. Gwladys se fixe alors comme objectif majeur de se mettre dans les meilleures conditions physiques et techniques à quelques semaines des Jeux. Le championnat a, pour elle, un goût de déjà-vu. Les tours s’enchaînent, sans qu’elle ne soit inquiétée, et tout laisse à penser qu’elle vole vers un nouveau succès européen. Pourtant, sa finale se joue au point en or et, comble de malchance, Gwladys, en portant une action offensive, permet involontairement à son adversaire d’exercer une pression sur son propre genou. Cette réaction non homologuée entraîne la validation d’un point litigieux par un système électronique ne différenciant pas l’impact d’un pied ou d’un genou sur les capteurs du plastron, et qui l’empêche d’être à nouveau couronnée sur la scène continentale à quelques mois des Jeux. La réclamation portée par la Fédération française pour modifier l’issue du match n’y changera rien et Gwladys perd la couronne européenne d’un « cheveu ».

LA PRÉPARATION OLYMPIQUE

11Au programme, pendant deux mois, des stages et des compétitions sur toute la planète : Monaco, Azerbaïdjan, Lacaune, Tianjin (Chine), Vittel, INSEP, Jeju (Corée). Des entraînements biquotidiens, en alternance avec des compétitions et des tests-matchs, pendant ces sept phases préparatoires, où Gwladys a en tête le désir absolu d’aller au bout de son talent et de se surpasser dans tous les aspects de la performance. Cette envie d’être la meilleure et sa générosité dans l’effort physique sont moteurs pour ses coéquipiers du collectif olympique, trois filles et deux garçons qui lui servent de partenaires d’entraînement. Gwladys finit chaque stage sur les rotules et passe ses week-ends à dormir. Mais c’est au prix de cette fatigue nerveuse, de cette douleur musculaire, qu’au fur et à mesure, elle se sent prête à affronter toutes les adversaires de sa catégorie et à gagner tous ses matchs.

12Plus que jamais, cette PO va lui servir à se donner les moyens de se confronter à un nouvel exploit. Et de se hisser au sommet de la hiérarchie mondiale en août 2008.

JEUX OLYMPIQUES DE BEIJING (2008)

13Pour raconter son aventure olympique à Pékin, Gwladys est la mieux placée. Je lui laisse la parole :

14« Quatre jours avant ma compétition, c’est le tirage au sort des combats par poules. Je suis impatiente de connaître mes futures adversaires. Depuis mon arrivée à Beijing, je n’arrête pas de faire et refaire dans ma tête tous les scénarios possibles et la pression est au maximum. Qui vais-je rencontrer et dans quel ordre ? Ludo, mon coach, revient du meeting où s’est déroulée la “loterie” et m’annonce le nom de ma première adversaire et des deux probables suivantes, logiquement favorites. Mais y a-t-il une logique en sport de combat ? Leurs noms résonnent dans ma tête avec un certain soulagement. Je sais désormais que je vais rencontrer une Kazakhe, une Marocaine et une Coréenne en demi-finales. Ce menu détaillé, paradoxalement, calme mon stress, car je sais enfin ce qui m’attend. Il me reste trois jours pour d’ultimes réglages, avant de rentrer dans le vif du sujet. Je me sens bien et prête, et je vis sereinement mes derniers moments de décrassage.

LE JOUR J

158h30 : Après un petit-déjeuner frugal en compagnie du staff, je prends la navette du village olympique et me dirige vers la salle d’échauffement. tout est pensé et parfaitement agencé pour le confort et l’ergonomie de l’athlète (tapis cloisonnés d’entraînement, télévisions et écrans de contrôle pour suivre en direct les matchs, un espace de détente et de récupération...). Je suis bien dans ma bulle et me lance dans mon rituel d’échauffement, qui monte en puissance. Je démarre par des déplacements et des foulées relâchées, puis m’étire et marque des poses entre chaque posture de stretching. Je passe à des phases de “shadow”, où j’imagine une adversaire face à moi. Enfin, je règle ma frappe sur des “paos” et des plastrons, avant de terminer par des combats souples en sensation pure. Je suis totalement dans mon univers, je transpire à grosses gouttes, je me sens prête pour la bataille.

1610h 35 : Je m’équipe. J’enfile mes protections (avant-bras, protège-tibias, casque et plastron, protège-dents) et effectue une dernière vérification avant mon premier combat.

1710h 40 : Mon huitième de finale contre la Kazakhe Liya Nurkina. Je ne l’ai jamais rencontrée, j’ai peu d’éléments sur elle, mais je vais la découvrir sans apriori. Je suis heureuse de combattre et, en m’installant au pied de l’aire de combat, j’entends avec délice des cris d’encouragement, des voix familières. Je suis, certes, en Chine, mais j’ai aussi l’impression d’être chez moi, à domicile, en pleine possession de mes moyens. Si mon adversaire ne me pose pas de problèmes particuliers, le premier combat est toujours difficile dans une journée de compétition. En effet, mon corps ne réagit pas de manière optimale. Et si je vois bien tout, j’ai l’impression d’être en léger décalage avec mes actions. Je m’impose toutefois et je suis en phase avec le scénario idéal de ma journée. Je gagne 3-0 grâce à un jeu construit et lucide, où j’ai scoré un point par round. Tout le monde m’entoure et me soutient, le staff et mes supporteurs. Je sens un élan derrière moi, qui me pousse et me donne des ailes. Une fois le match terminé, direction le village olympique. Je me précipite dans ma chambre et m’allonge en surélevant mes pieds pour accélérer ma récupération, les écouteurs aux oreilles, “of course” ! 13h-13h30 : Repas au “méga” self du village, léger et rafraîchissant, et je retourne “piquer” une micro-sieste.

1815h45 : Je n’ai jamais rencontré la Marocaine Mouna Benabderrassoul, mais je m’en méfie, car elle a passé facilement sa première adversaire japonaise et a été médaillée de bronze aux championnats du monde de 2001 et championne d’Afrique. Ce n’est pas une débutante ! Méfiance et vigilance, donc ! Je m’interdis tout excès de confiance. Le match se déroule sur un tempo gênant : mon adversaire ne se livre pas, n’engage pas franchement les hostilités, elle impose un faux rythme de teintes et d’appels, sans réellement partir en attaques franches. Son style me gêne et j’ai beau prendre des initiatives et la contrer plusieurs fois, mes actions ne scorent pas. Au terme du deuxième round, je suis menée (0-1), avec un avertissement en prime. Au troisième round, je marque un point et nous finissons à égalité (1-1). Nous nous retrouvons ainsi, au quatrième round, au point en or. Je me répète qu’il me faut être opportuniste et capable de marquer, en attaque ou en défense. Au terme de deux minutes de tension et d’occasions ratées, nos actions respectives n’aboutissent pas et le tableau électronique affiche zéro des deux côtés. Le suspens est à son comble. La décision arbitrale est désormais le seul recours à notre situation, ce qui génère anxiété et crispations... Paradoxalement, je reste “zen”. Je me dis que si ce match est bien arbitré, je suis la gagnante légitime de ce combat. J’ai été clairement la plus offensive et, logiquement, la plus méritante ! L’arbitre lève finalement son bras dans ma direction. Je suis déclarée gagnante, cette journée m’appartient !

1917 h 15 : Ma demi-finale contre la Coréenne Hwang Kyung-Seon, favorite des Jeux et ma “meilleure ennemie”, puisque sur deux championnats du monde (2005 et 2007), elle m’a battue en finale et m’a privée de l’or. Je suis contente de pouvoir l’affronter et je me sens de taille à la combattre... et à la battre. Je monte mon niveau de jeu face à cette machine de guerre, qui ne me pardonnera pas la moindre erreur. Je suis totalement dans mon combat, anesthésiée par le bruit et la fureur qui règnent autour de moi. Le premier round se boucle dans un score symétrique (1-1), sur une action simultanée. La Coréenne prend l’avantage au deuxième round (1-0), suite à l’addition de deux pénalités dont j’écope au premier et au second round, pour manque de combativité. Au troisième round, j’égalise et reviens au score (1-1). Comme en quarts de finale, je me retrouve dans le difficile exercice du point en or qu’il me faut gagner à tout prix. Je ne vais rien lâcher, je vais vendre chèrement ma peau. Je pars à l’attaque la première et je touche le plastron adverse (dans son côté fermé extérieur), la Coréenne réplique et contre de sa jambe arrière (dans mon côté ouvert intérieur). Le tableau électronique valide le point de Hwang Kyung-Seon. Derrière mon sourire fair-play à mon adversaire, aux juges, au public, j’enrage, j’en veux à la terre entière, je trouve les arbitres incompétents. De retour dans les vestiaires, je m’effondre et verse des larmes de tristesse. Envahie par un sentiment d’abandon et de dépossession, je reste tétanisée et ressasse ma déception. Je n’atteindrai jamais mon rêve ! Tous mes partenaires d’entraînement et le staff viennent à ma rescousse et m’aident à me remobiliser pour aller chercher, en repêchage, la médaille de bronze.

2019 h 00 : Ma petite finale contre une combattante Australienne. Il me faut délivrer la salve décisive pour prétendre au podium. Je joue mes repêchages dans le même état d’esprit que lors de mes matchs précédents : je m’engage à fond sur toutes mes actions. Je domine dès le premier round mon adversaire (2-0), puis passe à 3-1 au deuxième round pour terminer sur un score de 4-1 au terme du dernier round. Tout au long des reprises, je me sens comme libérée et j’esquisse même un sourire. Ce qui ne veut pas dire que je prends à la légère mon adversaire, vainqueur de la Coupe du monde 2007, en Thaïlande, bien au contraire. Ça y est, je suis enfin médaillée olympique. Je suis à la fois heureuse et triste de “n’être qu’en bronze” et d’être passée si près de la finale. Aurai-je une seconde chance, à l’avenir, pour un nouveau challenge olympique ? Serai-je encore sur le tapis en 2012, à Londres ? En attendant, je savoure ma “breloque” et me laisse envahir par la magie des Jeux. Je remercie encore une fois le staff, mes partenaires et supporteurs, et j’ai une pensée particulière pour tous les athlètes talentueux qui reviennent sans médaille, malgré leurs efforts de “galériens” pour atteindre le rêve olympique. »

GWLADYS EPANGUE EN BREF

Taekwondo

Née le 15 août 1983,

à Clichy-la-Garenne (92)

Taille : 1,76 m

Poids : 66 kg

Grade : 3e DAN

Pôle France INSEP

Entraîneur : Oury SZTANTMAN

Profession : sport com (INSEP)

Club : Djoson TKD Club Saint-Maur (94)

Jeux olympiques :

sélectionnée à Athènes 2004

médaillée de bronze à Pékin 2008

Championnats du monde :

vice-championne du monde en 2005 et 2007

Championnats d’Europe : championne d’Europe en 2002, 2004 et 2005

vice-championne d’Europe en 2000, 2006 et 2008

Championnats de France :

9 fois championne de France senior

Résultats significatifs 2007-2008 :

vainqueur du TQO en septembre 2007

vainqueur du tournoi international de Paris

vainqueur de l’Open de l’Azerbaïdjan

Auteur

Entraîneur national, directeur adjoint du haut niveau et responsable du pôle France INSEP

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search