Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

« Pas d’échec définitif, pas de victoire facile » : Le cheminement des Françaises jusqu’au bronze à Pékin

Marc Dellenbach

Texte intégral

1Bérengère Schuh, Virginie Arnold et Sophie Dodemont constituent l’équipe médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Pékin, qui a effectué l’ensemble de la saison 2007 avec une qualification olympique au championnat du monde de Leipzig. Sur 2008, l’équipe se déstructure, car Virginie passe à côté de la première étape de sélection en mars 2008, ce qui l’exclura des deux premières manches de Coupe du monde, fin mars et début avril. A l’issue de la première étape de sélection, deux filles se détachent : Bérengère et Sophie ; Virginie ne les rejoindra qu’à trois mois de l’échéance olympique. Cet article se propose de retracer le parcours de ces trois filles de l’équipe de France dans leur cheminement individuel et collectif vers Beijing.

JO D’ATHÈNES : LE DEUIL DE L’ÉCOLE FRANÇAISE

2En 2004, deux équipes étaient qualifiées, mais le bilan ne fait apparaître aucune médaille (les filles sont quatrièmes et les hommes, dixièmes) et aucun match gagné en individuel. Durant l’olympiade 2000-2004, deux démissions avaient conduit à ma nomination au poste d’entraîneur national hommes, en septembre 2002, et à la nomination d’un nouveau DTN, en novembre 2003. Jusque là, les résultats semblaient conjoncturels plus que structurels et indiquaient que, pour envisager des résultats de manière pérenne, il fallait modifier en profondeur la stratégie de préparation et d’entraînement de la filière de haut niveau et de l’équipe de France. Il s’agissait en effet de privilégier une approche qui visait l’augmentation des curseurs à tous les niveaux, qu’ils soient d’ordre technique, physique ou mental. De notre point de vue, il fallait surtout insister sur les domaines technique et physique parce que, dans l’approche de la compétition, la concentration était notre point fort, notre marque de fabrique. Habituellement, on arrivait bien à préparer le jour J, c’est-à-dire que les archers français parvenaient, en général, proches de leur meilleure performance ou battaient leur record personnel le jour de la compétition de référence ; pour réussir, il fallait donc qu’on réunisse toutes les conditions pour que l’athlète soit à 100 % le jour J. Notre raisonnement a consisté à élever suffisamment les curseurs en amont, dans les différents domaines de la performance, pour que le jour où le tireur est un peu en deçà, il puisse rester quand même compétitif. L’objectif, c’est bien d’augmenter le potentiel des athlètes afin de gagner en régularité, dans le sens où un archer qui va avoir un score de 660 de moyenne (correspondant à un score de qualification aux Jeux olympiques sur soixante-douze flèches - deux séries de six volées de six flèches), et non pas 660 en meilleure performance, va être plus facilement capable (et ce, quelles que soient les conditions) de le reproduire en compétition. L’idée, c’est de rassembler des compétences et cela s’est traduit par la nomination, en décembre 2003, d’un entraîneur coréen, qui arrive en août 2004.

3Pourquoi un entraîneur coréen ? Parce que leur compétence est unanimement reconnue (100 % des médailles d’or aux JO, chez les filles, cf. tableau 1). On sait que leur point fort se situe sur les aspects techniques, avec une masse de tireurs à des niveaux de performance très élevés : sur une seule compétition, plus de cent vingt tireurs à 660 chez les garçons, alors qu’on n’en a pas eu dix en France depuis vingt ans. C’est comme s’il y avait un pays qui regroupait cent vingt athlètes en dessous de 10 secondes au 100 m, alors qu’il n’y en a pas dix au monde.

4Les Coréens ne prennent pas en compte la différence de volume de flèches entre le championnat du monde et les Jeux olympiques. Je n’ai jamais pu débattre avec l’entraîneur coréen de cette distinction que nous faisons entre quantitatif et qualitatif, et qui sont, pour lui, deux notions indissociables. Ils partent d’un principe qu’on peut traduire par « qui peut le plus peut le moins »,

Tableau 1. Illustration de la suprématie des Coréens aux Jeux olympiques depuis 1988

Tableau 1. Illustration de la suprématie des Coréens aux Jeux olympiques depuis 1988

5alors que, de notre côté, on joue sur ce paramètre pour planifier les volumes de flèches, en s’appuyant toujours sur la situation de référence :

6• Championnat du monde : 144 flèches de qualifications + échauffement = 200 flèches, donc volume journalier d’environ 250 flèches.

7• Jeux olympiques : 72 flèches de qualifications + échauffement = 120 flèches, donc volume journalier d’environ 150 flèches.

Tableau 2. Formats de comptétition olympique pour l’épreuve de tir à l’arc

Tableau 2. Formats de comptétition olympique pour l’épreuve de tir à l’arc

8Notre voyage en Corée pour recruter cet entraîneur sera aussi l’occasion de découvrir le système qu’ils ont mis en place, de l’école primaire aux équipes professionnelles. Celui-ci se caractérise par la rigueur et le volume, les deux principales caractéristiques qui m’intéressent ; s’ajoute à cela la concurrence, inexistante en France, grâce à laquelle ils maintiennent la rigueur et le volume.

9Le niveau de l’entraîneur coréen est difficile à évaluer, car la carrière d’un entraîneur, en Corée, c’est l’ascension par les résultats : ils commencent au primaire puis, s’ils obtiennent de bons résultats, passent au collège, puis au lycée, à l’université et, enfin, aux équipes professionnelles, voire, pour certains, à l’équipe nationale, d’abord juniors puis seniors. Le nôtre était entraîneur de l’équipe nationale juniors.

10À cet entraîneur coréen, est associé un préparateur physique, parce que je considérais, à l’époque, que la préparation physique était insuffisamment approfondie : en fait, on en faisait parce qu’il fallait en faire et que tout le monde en faisait. Il suffît de prendre un arc pour se rendre compte que les qualités physiques ne paraissent pas si déterminantes par rapport à d’autres sports : tout le monde peut arriver à tirer sur un arc, mais pour atteindre des niveaux de performance élevés et parvenir à bien tirer dans la durée, il faut une condition physique particulièrement aiguisée et adéquate. On sait très bien qu’on n’arrivera pas à tirer les mêmes volumes de flèches que les Coréens parce que, culturellement, nous n’y sommes pas préparés, parce que les athlètes français s’inscrivent dans le double projet (performance et formation), parce que le tir à l’arc, on n’en vit pas... mais notre idée, c’est d’accentuer la préparation physique (qui permettra à nos athlètes de mieux maîtriser leur arc), plus que de tirer un gros volume de flèches. Après les JO d’Athènes de 2004, on part avec un groupe d’athlètes sur ce projet-là.

MISE EN ŒUVRE DU « PROJET PÉKIN » : DE L’IDÉAL AUX PREMIÈRES DIFFICULTÉS...

11L’entraîneur coréen restera sur les saisons 2004-2005, 2005-2006 et 2006-2007, 2007 étant l’année du championnat du monde, qui attribue des quotas (places qualificatives) pour les JO de Pékin. Au cours de la saison 2007, on séparera l’entraînement des hommes de celui des femmes, pour des raisons d’organisation en compétitions (le programme est différent) et aussi parce que les femmes ne souhaitent plus travailler avec l’entraîneur coréen. Après le championnat du monde, la France obtient trois quotas chez les femmes et aucun chez les garçons. Se pose alors la question du maintien de cet entraîneur... Son contrat ne sera finalement pas renouvelé pour diverses raisons. Son approche est organisée de manière trop collective et elle manque d’individualisation : c’est, en tout cas, le motif de refus des filles, alors que l’individualisation relève davantage de mon registre d’intervention.

INDIVIDUALISER TOUT EN GARDANT LE NIVEAU D’EXIGENCE

12On travaille sur l’autonomie des filles pour la saison 2006-2007. Sophie et Bérengère font le championnat d’Europe 2006. Sophie y fait de bonnes qualifications, en terminant deuxième, mais n’obtient pas de résultat en individuel et par équipes. Sophie avait déjà fait du haut niveau dans les années quatre-vingt-dix. Pour Bérengère, c’est difficile, car elle a plus de mal à l’extérieur : elle a un gros palmarès sur le tir en salle, mais qui ne se concrétise pas à l’extérieur. Virginie, à cette époque-là, continue, à l’extérieur, sa progression au niveau national et débute l’international dans l’équipe championne du monde en salle en 2005. Bérengère était sortie de l’INSEP parce qu’elle ne supportait pas les contraintes et le manque d’individualisation de l’entraînement. Elle retourne en club, avec un entraîneur personnel et, pour moi, l’enjeu est de travailler en collaboration avec celui-ci, en profitant de la proximité géographique (en Île-de-France, puisqu’elle s’entraîne à Chennevières). Cela me permet de les faire venir à l’INSEP pour travailler ensemble. Remettre un peu le pied à l’étrier et évoluer dans un environnement de haut niveau. La collaboration se passe très bien, nous mutualisons nos compétences, nous confrontons nos analyses et je peux exprimer ma vision des choses pour établir une stratégie de préparation. Les trois archères sont en club. Sophie, la plus expérimentée et la plus autonome, travaille avec un entraîneur de la Fédération quelle voit une à deux fois par mois. Virginie, elle, travaille avec un entraîneur de club au quotidien.

13On part sur 2004-2005 : on sait, et on sent, que cela va progresser, mais il faut du temps. D’ailleurs, les objectifs sont centrés sur les JO de 2012. Entre-temps, on a des échéances à préparer, car le travail avec le préparateur physique et l’entraîneur coréen, ça ne va peut-être pas payer tout de suite. Du coup, on établit un dispositif complémentaire qui s’adresse à des archers qui ont de la disponibilité, de l’expérience, et qui ont envie de préparer les prochaines échéances (motivation) ; et, là, c’est à la carte. Cela signifie que nous essayons d’aider, dans la mesure de nos moyens, ceux qui veulent se préparer en club. Ainsi, on ne les exclut pas et ils vont avoir accès aux sélections, à des aides matérielles, à un suivi régulier avec, périodiquement, un entraîneur. On collabore avec ces athlètes, mais ils ne sont pas à l’INSEP au quotidien, car ils n’acceptent pas le menu dans sa totalité. Avec le recul, on se rend compte qu’aux JO de 2008, les deux garçons sont un pur produit du système. En revanche, chez les filles, il n’y a que Bérengère qui en fait un peu partie, puisqu’elle a été en pôle Espoirs, puis en pôle France, à l’INSEP, avec l’entraîneur coréen, puis sortie et revenue, avec des aménagements. Ce dispositif permet à plusieurs tireurs de la vie sportive nationale de progresser.

2006-2007

14On a plusieurs coupes du monde pour préparer le championnat du monde. C’est la même équipe qui fera les trois manches. En équipe, elles font deux fois quatrièmes (sur la première et la dernière manche de Coupe du monde). Ces résultats sont très encourageants mais il faut resituer le contexte : c’est difficile à l’époque d’évaluer le niveau de l’équipe de France féminine à cause de son absence sur les grands championnats : impasse sur les championnats du monde 2005 (nouveau système, niveau de performance insuffisant, critères de sélection de niveau international – les minima), et on passe à côté du championnat d’Europe de 2006.

15Néanmoins, le niveau de l’équipe de France féminine avant 2004, c’est une quatrième place aux JO, une quatrième place aux championnats du monde de 2003, une troisième place au dernier Grand Prix européen (ancêtre de la Coupe du monde, européen mais open, avec la présence des Coréens, des Américains...). Mais il faut bien comprendre que, de cette équipe, seule Bérengère est encore titulaire, les deux autres ayant arrêté leur carrière. Compte tenu de ce contexte, il paraît délicat de reproduire ces résultats en 2007 avec une nouvelle équipe, tout en sachant que la qualification pour les Jeux olympiques se fait sur les championnats du monde (il faut être dans les huit meilleures équipes). On a une idée du niveau avant 2007, mais on ne sait pas vraiment quoi espérer pour les évènements à venir. La qualification dépend en effet des performances de l’équipe, mais également des résultats individuels, en sachant qu’il est préférable de privilégier le mode de sélection par équipes, qui paraît plus accessible.

PARCOURS INDIVIDUELS D’UNE HISTOIRE COLLECTIVE

16C’est avec Bérengère que j’ai le plus travaillé. Sophie et Virginie continuent de progresser dans leur club. Je recherche simplement un contact, afin d’établir une relation saine avec leurs entraîneurs respectifs et comprendre leur fonctionnement à l’entraînement et en compétition.

BÉRENGèRE

17est sur son mode de fonctionnement du tir en salle, c’est-à-dire qu’elle attend la fin du décompte du temps qui lui est imparti pour tirer et, surtout, pour se décider à tirer ses flèches. En fait, le décompte du temps est une aide à la décision pour tirer ses flèches, qui l’oblige ainsi à ne pas trop réfléchir, trop analyser... Pour des volées de trois flèches, on a deux minutes et, pour six flèches, quatre minutes. Systématiquement, elle attend la moitié du temps imparti et est donc obligée de s’engager pour tirer ses flèches en vingt secondes. Le point négatif, c’est ce côté stéréotypé, que je lui ai expliqué de la manière suivante : c’est comme un joueur de tennis qui n’aurait qu’un seul coup à son jeu, qu’une seule surface de prédilection, et elle, elle n’est que sur un profil de réussite. Cette limite ne se pose pas en tir en salle - quoique - mais est accentuée à l’extérieur : les conditions météo demandent parfois de provoquer, ou bien d’attendre, avant de déclencher le tir. Si le tireur attend les dernières secondes pour tirer sa flèche, il risque (par exemple, lors d’une rafale de vent dans les dix dernières secondes) de ne plus avoir la possibilité de la tirer. En 2007, Bérengère fait une très bonne saison, avec de bons scores en qualifications. Elle se classe régulièrement dans les dix ou quinze premières, mais a du mal, en revanche, à gagner ses matchs : elle perd souvent au premier ou au deuxième tour (à partir des trente-deuxièmes de finale, l’opposition est directe, avec un adversaire identifié dans des matchs un contre un).

LE DÉCLENCHEUR

18En Turquie, dernière Coupe du monde avant le championnat du monde, Bérengère fait de très bonnes qualifications : elle tombe, au premier tour, contre une Biélorusse moins bien classée qu’elle. La Biélorusse va saisir sa seule chance de gagner : tirer vite ses six premières flèches, les mettre toutes dans le jaune et faire peur à la Française. En proie à ce coup de pression, Bérengère s’est figée. Elle attend les deux dernières minutes pour tirer ses six flèches, alors que les six flèches adverses sont déjà en cible... Bérengère, quand elle attend, peut regarder ce que fait l’adversaire et suivre les impacts en cible ; lorsqu’il y a six flèches dans le jaune, on le voit à soixante-dix mètres, il y a une tache noire dans le jaune et elles tirent sur la même cible. Bérengère voit que son adversaire a une bonne volée et en est déstabilisée. On a utilisé ça, avec Bérengère, pour l’amener à changer. On va ainsi modifier sa stratégie d’attente à l’issue de cette compétition, parce qu’elle a pris conscience du problème posé. Pas d’échec définitif, donc... S’ajoute à cela un changement sur le tir par équipes, où je décide de la faire tirer en premier, alors qu’elle tirait habituellement en dernier, pour, encore une fois, optimiser la gestion du temps. En effet, en tir par équipes (trois archers), chaque archer tire une flèche et on dispose d’un temps limité (une minute pour trois flèches) pour l’équipe. Sur les premiers tours, chaque archer tire deux flèches - donc deux minutes pour l’équipe. Jusqu’alors, les deux filles se pressent pour laisser un maximum de temps à Bérengère : entre 50 et 60 secondes, qu’elle n’utilisera pas, puisqu’elle attend les 40 dernières pour déclencher son tir. En l’obligeant à s’engager tout de suite, dans les 40 premières secondes, elle offre plus de temps à ses partenaires, ce qui la place dans une attitude plus offensive que défensive : ce n’est ainsi pas la fin du temps qui l’oblige à déclencher son tir, c’est elle qui le choisit pour que ses partenaires puissent bénéficier d’un temps supplémentaire, soit 10 à 15 secondes. Il y va de l’intérêt de l’équipe. Bérengère se révèle alors active, autonome et c’est fondamental. Elle deviendra championne d’Europe grâce à ça, en mettant à son tour la pression sur son adversaire, pour qui la situation est déstabilisante (l’impression d’être contre une machine offensive imperturbable). J’ai souvent employé l’expression « étoffer les coups » – comme au tennis, on « étoffe son jeu » –, pour gagner dans toutes les conditions, en salle comme à l’extérieur. Au championnat du monde, elle continue sur sa lancée et battra un record de France en qualification, avec une excellente performance de niveau mondial, mais un niveau encore un peu difficile en match. Pas de victoire facile...

Tableau 3. Résultats de l’épreuve par équipes en 2007 et 2008 sur les coupes du monde (CM) et le championnat de l’année

Tableau 3. Résultats de l’épreuve par équipes en 2007 et 2008 sur les coupes du monde (CM) et le championnat de l’année

19Au Mondial de Leipzig, les Françaises réaliseront de bonnes qualifications (record de France par équipes). Le premier match, contre les Japonaises, est correct, tant sur la performance que sur l’attitude. Le quart de finale nous oppose à la Corée... Intouchable ! Elles sont quand même qualifiées aux JO. Nous capitaliserons leur attitude dubitative contre les Coréennes, où elles « lâchent le morceau », une défaite étant tolérable, mais sans renoncement. L’objectif, à la rentrée 2007, consiste à renforcer la collaboration avec les filles : les voir régulièrement et travailler de concert avec leurs entraîneurs personnels. C’est plus du relationnel avec les filles, à partir de quelques orientations, mais il s’agit surtout de définir des objectifs et les moyens pour y arriver : du coaching en compétition, donner des « feedbacks » aux tireurs, aux entraîneurs personnels, renforcer la collaboration maintenant que l’on sait qu’on est qualifié pour Pékin... Je serais le seul entraîneur aux JO, mais il faut que l’on avance ensemble. Bérengère revient deux fois par semaine à l’INSEP et, fin novembre 2007, y viendra tous les jours.

20Pour Sophie et Virginie, c’est réellement à partir de leur première sélection (le CM1 en Corée) que j’entame un travail de suivi d’entraînement avec elles.

21SOPHIE, je vais la voir une fois tous les quinze jours dans son club, j’apporte un regard extérieur et apprends à connaître ses points forts et ses faiblesses, pour optimiser mes interventions de coaching en compétition. A l’occasion de la Coupe du monde en Turquie, elle ne tire pas très bien en individuel et, avec son entraîneur personnel, on la soutient en procédant à quelques modifications matérielles et à une redéfinition de l’approche de la compétition (moins de contrôle, plus de relâchement, de laisser-faire). La confiance mutuelle s’installe : plus sereine et forte de cette expérience, elle fera un bon championnat du monde.

22VIRGINIE, quant à elle, effectue une très bonne saison, battant ses records personnels quasiment à chaque sortie. La collaboration avec son entraîneur personnel se passe bien : nous apprenons à nous connaître.

23Au final, l’enjeu est de respecter le fonctionnement de chacune, tout en élevant les curseurs technique, physique et mental, pour gagner en régularité et rester compétitif en toutes circonstances.

L’ANNÉE OLYMPIQUE : D’OCTOBRE 2007 À AOÛT 2008

24Pour souder l’équipe, on part en stage une semaine par mois, à partir de novembre (à Vittel, puis aux Arcs, en décembre, puis en Australie, en janvier), à la suite de quoi la saison est lancée et le travail consiste à monter en puissance, monter le niveau de performance. Un petit peu technique, Bérengère met encore l’accent sur ces aspects, Sophie aussi, sur cette période hivernale, tandis que Virginie continue de renforcer ses points forts.

LE POIDS DE LA SÉLECTION

25Les quotas ne sont pas nominatifs : nos trois athlètes devront donc passer par deux étapes de sélection (une sélection interne ouverte aux dix meilleures Françaises). C’est intéressant, parce que ces trois filles, qui ne devraient pas avoir à se poser de questions par rapport à la sélection – alors qu’elles sont allées chercher le quota, qu’elles sont nettement au-dessus du lot sur la saison 2006-2007 – se mettent tout de même dans un état d’esprit défensif : elles savent qu’elles peuvent perdre leur place, car toutes les autres viennent aux sélections pour tenter un hold-up. On a donc, aux sélections, la situation suivante : trois filles qui se sont battues pour gagner le billet olympique et continuent à se battre pour ne pas le perdre, et toutes les autres, qui veulent leur chiper le billet. À ce jeu-là, Bérengère et Sophie, malgré une première étape de sélection moyenne, se mettent relativement à l’abri, mais Virginie passe à côté, ce qui va l’exclure des deux premières coupes du monde, où il n’y aura pas d’étincelles dans l’équipe de France, à part Sophie et Bérengère. Pour la troisième place, les filles se regardent. Cette situation me conduit à me remémorer la saison passée : on avait fait une très bonne saison, alors que là, on est encore dans la phase de sélection – on se regarde, mais on n’est pas en préparation des JO. Virginie s’entraîne deux fois plus que ce qu’elle faisait avant, on garde le contact et je lui fais confiance, je sais qu’elle peut y arriver, quelle en a les capacités. Finalement, elle gagnera la deuxième étape de sélection devant Sophie et Bérengère, et devant toutes les filles, puisqu’elle terminera première aux qualifications et qu’elle gagnera tous ses matchs contre toutes les autres filles. Du coup, elle gagne sa sélection pour le championnat d’Europe.

FAIRE CONFIANCE POUR OPTIMISER LA PRÉPARATION FINALE

26On arrive au championnat d’Europe et on est encore un peu dans cet état d’esprit, parce que la sélection n’est pas validée. Le championnat d’Europe se passe très bien pour Bérengère, puisqu’elle gagne. Sophie, elle, ne fait pas une très bonne prestation, notamment en match individuel. Quant à Virginie, elle se fait éliminer au premier tour. On arrive au tir par équipes et je ne sens pas bien les choses dans ce climat incertain ; je me dis qu’il faut qu’on arrête le mode de sélection : c’est la seule solution pour qu’on finisse ce championnat sur une bonne touche. Je sais qu’il est important de faire un bon résultat par équipes et j’ai plutôt envie de leur dire de se centrer dessus, sans penser à leur propre sélection, surtout Virginie, qui est la plus en balance... Mais j’ai là la meilleure équipe de France et il m’apparaît inutile de prolonger le processus sélectif et l’incertitude de l’équipe : avec une étape supplémentaire de sélection, on aboutirait à exactement la même composition. Je leur fais donc part de cette réflexion à l’approche du tir par équipes, à l’échauffement, entre cinq et dix minutes avant le match : « Je prendrai mes responsabilités, le temps n’est plus à la sélection, mais à la préparation : j’ai la meilleure équipe de France sous les yeux, c’est cette équipe qui ira aux JO » et c’est une véritable libération pour elles. Je sens que ça les soulage d’un grand poids et, derrière, elles font un très bon match, puisqu’on se retrouve en quarts contre les Russes et qu’on est devant, quasiment jusqu’au bout... mais on fait une mauvaise dernière volée et on perd le match. Ça ne passe pas ; on relève deux erreurs mais, globalement, c’est positif, avec une entente, une envie « d’aller au charbon » et d’en découdre. Dans la démarche et dans l’attitude, c’est positif. Les deux erreurs nous coûtent le match, mais on est dans le vrai : il y a une entente, de l’engagement dans l’attitude, de l’envie, je sens que l’équipe est en train de renaître. Le déclic est là : l’idée, c’est qu’on n’a pas eu des résultats à la hauteur de ce que l’on espérait, mais que la confiance dans le groupe est maintenue, et je suis sûr que ça a eu une incidence sur la préparation finale.

27Il y a des règles mathématiques, pour la sélection, par rapport au niveau de performance, avec un système de bonus/malus, en référence au niveau international. S’il y avait eu un résultat au championnat d’Europe, la sélection était automatique, sinon le comité de sélection se donnait la possibilité, ou pas, de refaire une dernière étape de sélection. C’est là où, moi, je devance un peu ce comité de sélection, en leur disant que ce n’est plus la peine puisque, dorénavant, ça sera elles, parce qu’elles sont les meilleures, que la saison a démarré très tôt et qu’il est temps de se centrer ensemble sur l’objectif. L’idée, c’est de commencer tout de suite la préparation finale, dès la fin mai, parce que, sans cela, on supprimait une semaine de break après le championnat d’Europe et on reculait encore la préparation, avec une dernière étape de sélection début juin, alors que j’ai une Coupe du monde deux semaines après.

28Je prends cette équipe-là et je l’entraîne pour faire une bonne préparation finale, avec une bonne dernière Coupe du monde, plutôt que de refaire une dernière étape où j’aurais probablement les mêmes filles à l’arrivée.

DERNIÈRE COUPE DU MONDE

29Une semaine de break après le championnat d’Europe et, ensuite, quatre semaines après, dernière Coupe du monde, en France. Elle est intéressante parce que Bérengère, c’est moyen, en revanche, Sophie et Virginie, c’est mieux, en tout cas sur les qualifications (montée en puissance). Tir par équipes. Un match ne se gagne ou ne se perd jamais qu’avec la dernière flèche mais c’est souvent celle que l’on retient. Quarts de finale, on est dans le coup jusqu’à la dernière flèche, plus ou moins deux points. Sophie ne fait pas une bonne dernière flèche : elle ne termine pas son action. Elle s’engage bien au moment où ça part, mais ne finit pas son geste ; ça, on le capitalise, parce que cette dernière flèche, ce n’est pas grave, cette erreur, c’est une acquisition valable pour le travail – rester sur les actions, ne rien lâcher, rester jusqu’au bout. « Briefing » positif individuel et en équipe : ce n’est pas passé, mais ça monte en puissance. En termes de résultats bruts, le bilan n’est pas bon, parce que, déjà, sur les deux premières coupes du monde, ce n’est pas la même équipe (manque Virginie). On a en référence, sur la saison, le championnat d’Europe (là, c’est la bonne équipe, mais pas officielle, le championnat d’Europe constituant le retour à la compétition internationale de Virginie qui n’a pas refait d’international depuis le championnat du monde 2007) et la dernière Coupe du monde sans podium. Je me dis qu’il y a une marge. Le résultat brut n’est pas satisfaisant, mais qu’est-ce qu’on peut dire du résultat des deux premières coupes du monde, sachant que ce n’est pas l’équipe qui ira aux JO ? Quelques enseignements pour Bérengère et Sophie, mais on continue à y croire parce qu’on est dedans. Je sens l’augmentation du potentiel individuel des filles, en tout cas sur cette Coupe du monde, pour Sophie et Virginie. Quant à Bérengère, elle a dû gagner deux fois plus de matchs en une saison qu’en quatre ans.

STAGE DE PRÉPARATION

30Nous sommes au début du stage de préparation olympique de l’équipe de France, en Turquie.

31C’est à ce moment-là qu’une réelle confiance s’installe entre les filles et leur entraîneur. Leur sélection étant assurée depuis fin mai, après les championnats d’Europe, elle s’épanouit avec la perspective de se projeter le plus concrètement possible sur le rendez-vous de Pékin.

32Cette situation assure alors un réel confort de travail, surtout pour les athlètes qui, libérées du couperet de la sélection, peuvent se concentrer sur la préparation olympique proprement dite. D’une manière générale, il y a une bonne ambiance entre les filles et les garçons, et le travail est studieux et appliqué.

UN CHOIX ATYPIQUE

33L’option retenue est un peu différente par rapport à celles d’autres fédérations, qui se sont plutôt orientées vers des stages préalables en Chine ou dans d’autres pays d’Asie.

34Le cadre, l’ambiance ou le climat du pays hôte ne constituent pas, pour moi, un critère déterminant pour orienter le choix d’un terrain de stage. En effet, le séjour d’une quinzaine de jours à Pékin étant déjà suffisamment long, il convenait de ne pas le porter à un mois, avec tout ce que cela pouvait impliquer en tension, lassitude ou impatience.

35La finalité de ce stage préolympique était axée sur la performance, avec la mise en place de plusieurs situations de recherche de performance (qualifications, matchs alternés, répétition des différents scénarios). Il était préférable de privilégier la qualité technique, ainsi que la préparation mentale, et de préserver la cohésion de l’équipe.

LA PROBLÉMATIQUE DU DÉCALAGE HORAIRE

36La préoccupation majeure se situait au niveau du décalage horaire de six heures. Compte tenu de notre expérience, notamment avec les déplacements aux antipodes, comme l’Australie – qui accuse douze heures d’avance sur la France –, et grâce à un minimum de préparation et de suivi des athlètes, et un choix des horaires de vols, il est possible d’être rapidement opérationnel en deux ou trois jours. Nous avons ainsi pu vérifier la pertinence de cette arrivée dans le « juste créneau » pour assimiler le décalage, tout en évitant les « cogitations » vécues lors de précédentes échéances.

37La « course contre les fuseaux horaires » a fait l’objet d’une prise en compte au cours du stage et d’une préparation avant le départ.

LE STAGE, UNE RÉPÉTITION GÉNÉRALE

38Le stage d’une semaine en Turquie a permis une mise en situation rigoureuse, à la recherche du meilleur score dans le cadre des règles de fonctionnement et de la configuration du terrain de compétition olympique dans toutes ses composantes : chronométrages, déroulements chronologiques des qualifications et des matchs, tant individuels que par équipes.

39Contrairement aux épreuves habituelles, où les archers vont eux-mêmes recueillir leurs résultats, s’autocontrôlent sous la surveillance de jugés, aux Jeux olympiques, cette « routine conviviale » cède le pas à un rituel plus solennel, confié à des agents qui relèvent les scores et ramènent les flèches. Le tireur, ne quittant jamais le pas de tir, doit apprendre à gérer cette attente.

40Mais le tireur doit aussi intégrer une autre dimension : celle du temps qui s’écoule entre les matchs. En effet, au cours d’une compétition classique, cent vingt-huit tireurs disputent soixante-quatre matchs en même temps, ce qui permet ainsi un enchaînement fluide des épreuves. À l’inverse, aux Jeux, avec deux terrains à deux cibles, le nombre de matchs est limité à seize dans la journée et chaque tireur dispute un ou, au mieux, deux tours par jour.

41L’objectif étant de discuter avec chacun, de donner des pistes pour gérer ces longs intermèdes, la vidéo que j’avais réalisée aux préolympiques a permis, entre autres, de bien baliser le format des jeux et de permettre aux filles de se mettre dans l’ambiance.

42Sachant que seule Bérangère avait une expérience des Jeux, j’ai organisé le stage autour de cette gestion des différentes étapes de la compétition : chambre d’appel, contrôles, échauffements, mise en place sur les terrains... tout en maintenant le travail technique et l’acquis au plan physique, assuré par Anne, notre préparateur physique et capitaine d’équipe, pendant une bonne semaine. Avant le relâchement indispensable, à dix jours de l’échéance, tout le monde a vraiment joué le jeu du « scénario olympique ».

Le choix de la Turquie

43C’est avant tout pour des raisons climatiques : la confrontation avec la chaleur (40 °C) et un degré hygrométrique élevé et, donc, la possibilité de tester les équipements proposés aux athlètes, notamment des gilets froids qui, d’ailleurs, ont été utilisés à Pékin par trois des cinq athlètes sélectionnés.

44Indépendamment de ces considérations liées à la météorologie, il y a, en Turquie, l’opportunité de bénéficier, avant tout, d’installations techniques de référence, à savoir le « stade du président » turc de la Fédération internationale de tir à l’arc, mais aussi des commodités et des conditions matérielles propices à l’épanouissement des athlètes. Ce facteur n’est pas négligeable quand on prend conscience de la montée du stress. Cela a été particulièrement le cas pour Virginie, qui est l’athlète la moins expérimentée et qui, lors des évaluations, n’a pas tiré à la hauteur de son niveau. Peu importe, alors, le lieu : c’est la discussion, la prise en compte de la dimension psychologique qui peut apporter une réponse. Ce stage aura également été l’occasion de remettre à chaque fille un montage vidéo réalisé avec des images d’entraînement et de compétitions, des interviews, avec des phrases clés qui caractérisent leur tir, leur fonctionnement, leurs stratégies et un petit clip sur Pékin avec le lieu de la compétition (terrain d’entraînement et phases finales), le tout sur une musique de leur choix. Après, il faut comprendre que la projection, c’est aussi l’occasion de discuter et de faire un point sur l’état d’esprit, juste deux semaines avant de partir aux JO.

L’ultime compte à rebours

45À l’issue du stage en Turquie, c’est le retour en France, le dimanche, pour enchaîner une petite semaine d’entraînement normal à l’INSEP, et entamer, dès le jeudi, le processus de gestion du décalage horaire, en se levant une heure plus tôt chaque jour, afin d’arriver au lundi suivant, jour du départ, à un lever à 4 heures. Il va sans dire que les entraînements et les repas sont décalés d’autant. Le mécanisme de décalage s’accompagne du port des lunettes de luminothérapie. Ce dernier point avait d’ailleurs fait l’objet d’une présentation au stage de préparation.

46Enfin, les athlètes ont pu profiter d’un moment de détente, grâce à un weekend en famille, qui, soit dit en passant, devait notamment faciliter le décalage des repas.

47Au fur et à mesure que l’on se rapprochait de l’échéance, on a pu constater la montée de la tension, l’installation des doutes qu’Anne et moi avons désamorcés, évitant ainsi tout incident majeur.

48Dans ce volet, il convient de signaler qu’Anne, qui n’a pas de rôle de coach, mais qui a l’expérience des Jeux, partage la chambre des filles. Elle a ainsi été à même d’apporter des réponses instantanées, d’entamer un dialogue ou d’éviter des propos inutiles.

LES RENDEZ-VOUS DE PÉKIN

49Après l’arrivée, le mardi 5 août, il faut compter une journée pour l’installation et la découverte du village. Les compétitions débutant dès le samedi 9 août, le matin pour les filles et en début d’après-midi pour les garçons, il importe de se caler sur l’heure locale, tout en assurant deux journées d’entraînement avant d’aboutir à l’ultime répétition officielle, dans le respect du protocole olympique (épreuves sur le terrain des qualifications, matchs dans les arènes), ce qui permet ainsi de se familiariser avec le cadre, d’assurer les réglages et de prendre en compte les conditions météorologiques. La finale par équipes femmes est programmée le dimanche 19 août. Le mardi, se déroulent les éliminatoires premier et deuxième tours, ainsi que les trente-deuxièmes et seizièmes de finale, pour aboutir à la finale « individuel garçon », le mercredi, et celle des filles, le jeudi.

50Le vendredi, un dernier briefing est l’occasion de rappeler les enjeux pour la qualification par équipes, compte tenu du niveau des performances réalisées (autour de 1920 points) et de la nécessité de se situer à la quatrième ou cinquième place. En effet, contrairement aux sports collectifs où les douze meilleures équipes sont qualifiées, en tir à l’arc, il n’y a que dix équipes retenues (dont le repêchage par le jeu des quotas individuels) en sachant qu’avec cinquante nations représentées et des individualités fortes, il est quasiment impossible d’aller en finale si l’équipe ne se situe pas parmi les huit meilleures.

51Le but est donc de se placer dans les six meilleures équipes pour rentrer directement en quarts de finale et, ainsi, éviter un match. J’ai opté délibérément pour la valeur collective des filles, leur niveau global de performances, en évitant de mettre en avant les résultats individuels. Cette démarche est nettement plus bénéfique, en termes de cohésion et de confiance, que celle qui consiste à jouer sur le tableau dont l’optique aurait été, avec une sixième place, d’éviter de rencontrer telle ou telle équipe en quarts de finale. Cette stratégie peut s’avérer dangereuse : l’Italie, qui a fait ce choix - et elle n’est pas la seule - l’a vérifié à ses dépens.

LES QUALIFICATIONS

52L’épreuve se traduit par la confrontation simultanée de soixante-quatre tireurs décochant deux séries de six volées de six flèches. La première série se déroule dans les meilleures conditions, au gré d’une routine bien établie, entraîneur au contact habituel avec les filles, qui tirent sur trois cibles consécutives. Mon intervention reste ponctuelle et personnalisée.

53Au cours de la deuxième série, les conditions météorologiques se dégradent et l’amplification du vent nécessite de privilégier l’élargissement de la zone de réussite plutôt qu’une crispation sur la recherche d’un score parfait qui devient de plus en plus aléatoire.

54Si l’objectif de 1920 n’a pas été atteint, le résultat final de 1903 se situe néanmoins à cinq points du record de France. Finalement classées cinquièmes, les filles ne sont qu’à treize points de la seconde place, ce qui, ramené à chaque athlète, correspond à quatre points. Cette qualification derrière, respectivement, la Corée, le Royaume-Uni, la Chine et la Pologne, est le fruit d’un résultat collectif, où chaque fille a rempli son contrat, préservant ainsi la cohésion et la confiance pour la poursuite de la compétition.

55En quarts de finale, la France affronte l’équipe polonaise, championne d’Europe en titre et pressentie, à juste titre, pour un podium.

56Le briefing de la veille n’est pas aisé, car je ne peux pas m’appuyer sur un palmarès (aucun podium au cours des quatre dernières années), mais je peux mettre en avant le fait qu’aux derniers championnats d’Europe, l’équipe de France a réalisé un meilleur score au premier tour que leurs rivales. Je rappelle aussi l’expérience acquise, le bénéfice tiré des échecs, les progrès réalisés lors des préparations et la nécessité de rester soudées, de s’accrocher, car rien n’est joué avant que la dernière flèche ne soit tirée... surtout dans le contexte olympique.

LE MATCH DES QUARTS DE FINALE

57L’équipe de France peut espérer réaliser un score de 215 (sur un maximum de 240), pour quatre volées de deux flèches pour chaque tireuse. L’entame du match manque un peu de précision pour les filles, qui se cantonnent à la zone du huit, contrairement à leurs adversaires. Le comportement de l’équipe au niveau de l’homogénéité est bon, mais le score accuse jusqu’à sept points de retard au-delà de la première moitié du match. La perception des limites de l’équipe adverse, qui semble moins sereine à un moment donné, facilitée par la présence de l’entraîneur sur le pas de tir, permet de pressentir le basculement du match, avec la reprise du retard en deux volées décisives. La première des deux, qui a permis de réduire de plus de la moitié leur avance (quatre points sur sept), a sans doute fait prendre conscience aux Polonaises que la victoire pouvait leur échapper. Tandis que Bérengère, Sophie et Virginie étaient en mesure de réaliser que la dynamique pouvait changer de camp et que l’objectif de 215 était parfaitement réaliste. Elles ont finalement remporté le match, avec 218 points (record olympique), contre 211 pour l’équipe polonaise... résultat qui correspond justement au score que cette dernière a réalisé au premier tour des championnats d’Europe.

58Les Coréennes qui, dans l’autre quart de finale, se sont imposées devant les Italiennes (avec un score impressionnant de 231 points à 217), affrontent donc notre équipe en demi-finale.

59Le briefing est simple. Sachant que le niveau des Coréennes correspond a peu près à celui des garçons, qu’au niveau global du résultat des qualifications, il y a plus de cent points d’écart (2 004 points contre 1903), la recommandation se résumait à jouer « leur » match au mieux... et à se munir de leur veste de survêtement pour monter sur le podium.

LA DEMI-FINALE

60Conscientes que tout peut arriver, les filles se tiennent à l’objectif fixé pendant la majeure partie de l’épreuve. Mais en raison des conditions météorologiques très difficiles, dès l’entame, il s’avère qu’elles se cantonnent à la zone du sept, alors que leurs adversaires arrivent à se maintenir au huit. Si les Françaises « sortent » à six reprises de leur épure, essentiellement au cours des trois dernières volées, les Coréennes ne consentiront qu’un seul sept.

Tableau 4. Scores de la France et de la Grande-Bretagne

61Le comportement de nos archères est resté relativement homogène, puisqu’elles se partagent équitablement les six sorties.

62Il a néanmoins fallu mettre l’accent sur l’essentiel, à savoir la mise à profit des dernières flèches dans la perspective du match à venir, et intégrer, pour le futur, le fait d’avoir su tenir au maximum.

63En toute logique, la France s’est inclinée sur le score final de 184 à 213, avant d’affronter l’équipe anglaise pour une place sur le podium.

LA PETITE FINALE

64Cette épreuve devait normalement se dérouler dans la foulée, mais en raison des calamités du ciel, les archères ont bénéficié – ou subi – un report de près de 50 minutes. Ce genre de péripétie ne constituait pas forcément un handicap, car nous l’avions intégré avec pertinence dans notre préparation. J’ai mis à profit ce répit pour :

  • essayer de corriger, autant que possible, les atteintes infligées au matériel ;

  • réajuster les réglages qui s’imposent pour redémarrer sur les meilleures bases possible ;

  • dynamiser l’état d’esprit, plutôt positif pour une équipe qui n’a pas démérité, en vue du seul objectif : « aller chercher cette médaille à notre portée ».

65Le match se déroulant sous des trombes d’eau et le cadrage étant fixé délibérément sur la zone rouge, le sept a été respecté.

66À la deuxième volée, nous accusons un retard de deux points pour reprendre l’avantage, grâce à trois points marqués (+1) avant de régresser (-1) et, enfin, d’égaliser. C’est à ce moment que se situe un peu le tournant du match, avec une montée en puissance qui permet de prendre successivement une avance d’un, puis de quatre points, avant de conclure sur le score de 203 à 201 (tableau 4), démarrant ainsi, avec la première médaille de bronze, le décompte des podiums pour les équipes de France.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Illustration de la suprématie des Coréens aux Jeux olympiques depuis 1988
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Tableau 2. Formats de comptétition olympique pour l’épreuve de tir à l’arc
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 3. Résultats de l’épreuve par équipes en 2007 et 2008 sur les coupes du monde (CM) et le championnat de l’année
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre France
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Grande-Bretagne
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteur

Entraîneur de l’équipe olympique de tir à l’arc et responsable du pôle France INSEP

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.