Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Amélie Cazé, la pression de gagner

Frédéric Ragot

Texte intégral

“L’AVENTURE OLYMPIQUE MA DEUXIÈME EN L’OCCURRENCE

1Puisque j’avais déjà disputé les JO d’Athènes en 2004 (douzième place), a démarré au lendemain de mon premier titre mondial, en août 2007. Ce succès m’a offert du même coup mon billet pour Pékin. Contrairement à 2004, où j’avais couru toute la saison après ma qualification, je savais que je pouvais, cette foisci, me préparer sereinement, pendant plusieurs mois, avec, comme seul enjeu, le podium olympique. Depuis mon entrée à l’INSEP en 2003, et malgré une première expérience à Athènes, les Jeux olympiques de 2008 restaient mon véritable objectif.

2Après un long break, ma saison et, donc, ma préparation ont vraiment commencé en janvier 2008. Ma qualification en poche, j’ai pu choisir de m’aligner sur les étapes de Coupe du monde que je souhaitais afin de monter petit à petit en puissance. J’avais, à l’époque, décidé d’alléger mon calendrier, car je n’ai jamais aimé courir pour courir. J’ai besoin d’avoir un sens à chaque compétition. L’objectif, pour moi, était de monter progressivement en intensité, dans l’entraînement, pour arriver à une préparation terminale dans les deux derniers mois, mais surtout d’être performante en mai pour les championnats du monde. En tant que tenante du titre, j’avais vraiment à cœur de disputer cette epreuve et d y briller, même si l’échéance était assez proche des Jeux. Les bons résultats enregistrés lors de mes sorties en Coupe du monde m’avaient mise en confiance.

3Mais au final, j’ai certainement mis un peu trop d’énergie dans ces Mondiaux. J’ai fait une préparation intense d’un mois et demi avant l’échéance et je suis arrivée sur place très fatiguée. Certes, j’ai gagné et, donc j’ai conservé mon titre. Mais ma course à pied était déjà très mauvaise et j’en suis ressortie complètement « rincée ». J’ai mis dix jours pour récupérer et pour reprendre goût à l’entraînement, seule, à Font-Romeu. Cette victoire aux championnats du monde qui, normalement, aurait dû enclencher une dynamique, m’a, au contraire, empêchée de voir que certains aspects de ma préparation étaient défaillants.

AVEC LE RECUL, JE PENSE AUSSI QUE J’AURAIS DÛ MIEUX PLANIFIER MA SAISON

4Les Mondiaux me tenaient, certes, vraiment à cœur, mais personne ne m’a clairement dit : « Ok, c’est normal, tu veux conserver ton titre mondial, mais les Jeux sont beaucoup plus importants. » Je le savais, bien sûr. Mais j’aurais aimé que quelqu’un décide pour moi et m’oriente un peu plus. Je suis déjà assez autonome dans mon fonctionnement. Si on m’avait dit : « Les Mondiaux, on laisse tomber, on se focalise sur les Jeux », j’aurais peut-être levé le pied. Même si, quand j’ai décidé quelque chose, je suis en général assez têtue ! Mais si j’avais été plus soutenue, mieux orientée sur la reprise de l’entraînement après les Mondiaux, avec une analyse fine de ce qui n’avait pas marché, je serais peut-être repartie sur des axes de travail différents. Là, je n’ai même pas profité du titre, car je savais que je n’avais pas fait une belle compétition. J’étais déjà concentrée sur les Jeux et les dix jours que j’ai passés seule, à Font-Romeu, n’ont fait que m’isoler un peu plus. J’ai finalement eu du mal à trouver le juste milieu entre mon autonomie et le besoin d’avoir un recadrage de la part d’un entraîneur. Encore une fois, j’ai toujours su ce dont j’avais besoin. Du moins, je pensais le savoir. Mais quand j’avais « la tête dans le sac », notamment dans les derniers mois de préparation, j’aurais peut-être eu également besoin d’un regard, d’une voix extérieure, qui m’aurait guidée. L’encadrement de l’équipe de France était finalement comme moi, avec ce titre mondial qui a fait penser à tout le monde que j’étais sur la bonne voie, et également la pression inhérente aux Jeux et ce statut de favorite qui ont inhibé tout le monde.

5Après les championnats du monde, j’ai repris le fil de ma préparation avec les championnats d’Europe qui se profilaient en juillet, mais qui ne constituaient pas un objectif en soi. Je n’ai, d’ailleurs, fait aucune séance d’entraînement spécifique pour cette compétition. Je ne suis pas arrivée affûtée comme d’habitude et j’ai levé le pied, parce que j’avais peur de perdre trop d’influx, à quelques semaines des JO. En fait, j’aurais dû, soit déclarer forfait, soit donner mon maximum pour avoir des informations précises sur mon potentiel du moment. J’ai compris, mais trop tard, qu’il ne servait à rien de modifier toute ma préparation simplement pour les Jeux olympiques. C’est une compétition comme les autres, et peut-être même plus facile que les autres, en pentathlon moderne, car nous n’avons pas à disputer une journée de qualifications. Tout se joue sur une finale directe, en une seule journée, et l’épreuve est moins éprouvante, physiquement parlant. Quelques athlètes sont également absentes, en raison du système de quotas.

SEUL L’ASPECT MÉDIATIQUE DONNE UN SURPLUS DE PRESSION

6Après mon deuxième titre mondial, on n’a cessé de me parler des Jeux, alors que je n’y pensais pas encore. Mais ce n’est pas la raison de mon échec. J’avais déjà connu, en 2004, l’expérience des Jeux et je savais, forte de cela, qu’il ne servait à rien de stresser durant les deux semaines qui précèdent l’épreuve. Pour se rassurer, beaucoup d’athlètes, à l’approche d’une compétition aussi importante, se disent qu’ils ne sont pas très bien en natation ou en course, et du coup, à l’entraînement, en font plus qu’à l’accoutumée. Or, c’est là où les Jeux peuvent se perdre, si on les fait dans sa tête trop longtemps à l’avance. C’est un peu ce qui m’était arrivé en 2004, alors que cette année, je ne suis pas tombée dans ce piège. C’est seulement le jour J, celui de mon épreuve, que, mentalement, je n’ai pas été à la hauteur.

7L’explication vient aussi peut-être du fait que je n’ai pas forcément bien vécu la dernière ligne droite jusqu’aux Jeux. Après les championnats d’Europe, j’ai en effet eu droit à quinze jours de vacances, avant d’enchaîner par un stage au centre équestre de Saumur, jusqu’au 10 août. Puis, nous sommes partis pour le stage terminal à Séoul, en Corée, jusqu’au 18 août. Et c’est là, à mon avis, que j’ai perdu les Jeux olympiques. J’ai très mal vécu ce stage. Contrairement aux autres compétitions, où des sparring-partners nous accompagnent jusqu’au dernier moment, nous nous sommes retrouvés entre sélectionnés olympiques, et, comme j’étais la seule fille du groupe, y compris dans les membres de l’encadrement, la solitude m’a pesé. Les Jeux avaient déjà commencé, avec les premières médailles françaises, et, au lieu de profiter de cette dynamique, je me sentais perdue à Séoul. J’aurais, à la rigueur, préféré rester en France avec le groupe d’entraînement habituel jusqu’au dernier moment. C’est vrai que je suis une individualiste, mais j’ai besoin de points de repères et d’avoir au moins une personne sur laquelle je peux m’appuyer. Lorsque je suis arrivée à Pékin, j’étais simplement heureuse d’y être enfin. Comme un soulagement pour moi de ne plus être seule, de pouvoir retrouver les autres athlètes français, de partager avec eux. Je voulais avant tout prendre du plaisir. Alors que je n’aurais dû penser, à ce moment précis, qu’à la victoire, j’étais presque déjà sortie de ma compétition. Me retrouver aux Jeux olympiques m’a, paradoxalement, apaisée. Trop, certainement. Les entraîneurs étaient plus stressés que nous, notamment en raison de l’attente des médias. Ils voulaient tellement nous protéger que toute la pression leur est tombée dessus.

8Mais avant même les Jeux, j’avais commencé à entreprendre une démarche très personnelle, en me faisant plus confiance. Je souhaitais plus m’écouter et ne pas suivre seulement ce qui était écrit sur le papier. Je commence à suffisamment bien me connaître et à savoir ce qui est le mieux pour moi. J’ai surtout eu besoin de prendre des risques et de ne pas répéter aveuglément ce qui avait fonctionné avant les championnats du monde, tout en osant dire à l’encadrement ce que j’avais envie de faire ou non. Une nouvelle démarche pour moi, loin d’être évidente à mettre en place. D’autant que, si j’ai besoin d’autonomie et de me réapproprier ce que les entraîneurs me proposent, je veux aussi être accompagnée. Une dualité qui nécessite une grande complicité entre l’athlète et son encadrement. Et, d’un côté comme de l’autre, le chemin vers les Jeux n’a pas toujours été un long fleuve tranquille.

LORSQUE LA COMPÉTITION A DÉBUTÉ

9Le 22 août, j’étais plutôt sereine. J’avais passé une bonne nuit, alors qu’à Athènes, en 2004, je n’avais dormi que deux heures. Je me suis présentée sur le site de la compétition sans avoir de pression, mais sans « bon » stress non plus. L’épreuve de tir, la première des cinq de la journée, se déroulait dans une pièce cloisonnée et sans fenêtre, et il y avait beaucoup d’attente. Je suis arrivée à rester lucide, mais lorsque mon tour est venu, je n’ai pas réussi à me lâcher totalement, avec de nombreux « 8 ».

10Il a fallu que je me fasse violence à un moment, au huitième plomb, où je me suis dit : « Maintenant, ça suffit : ressaisis-toi. » Une démarche volontaire qui m’a permis de sauver mon tir en terminant vingt-deuxième, mais pas si loin de la première. Arrivée dans la salle d’escrime, j’étais encore détendue, je souriais dans le vestiaire, ce qui est assez rare ! Mais j’ai vite perdu mon sourire. La configuration de la salle, le placement des pistes, m’ont complètement déstabilisée. J’ai l’habitude de regarder un minimum les filles que je vais tirer lors de mes prochains assauts, mais là, je ne savais pas du tout sur quelle piste je devais me rendre, je me suis focalisée là-dessus et je n’ai jamais trouvé la clé. J’ai enchaîné les défaites, alors que l’escrime est habituellement mon point fort. Le pire, c’est que cette situation n’a rien provoqué en moi. Elle ne m’a pas énervée. L’encadrement peut certes jouer un rôle lorsqu’un tel scénario se présente, mais l’intervenant en escrime qui me suit toute l’année à l’entraînement n’est jamais présent sur les compétitions. Et j’ai du mal, dans ce cas, à parler technique avec l’entraîneur principal, puisque ce n’est pas lui qui me donne habituellement la leçon à l’INSEP. C’est un vrai problème pour nous. D’autant que l’escrime de pentathlon est spécifique et sensiblement différente de l’escrime traditionnelle. La prise de risque n’est pas la même, la stratégie non plus, puisqu’un assaut en pentathlon se joue en une seule touche.

À LA FIN DE L’ÉPREUVE D’ESCRIME

11Vu que j’étais passée à travers, du moins par rapport à ce que j’ai l’habitude de faire, j’ai compris que ce serait dur pour moi d’aller chercher une médaille. J’ai décidé de prendre le reste de la journée épreuve par épreuve, car je ne m’étais pas entraînée si durement ces quatre dernières années pour lâcher aussi vite. Une compétition de pentathlon n’est pas finie jusqu’à la cinquième épreuve. Il peut y avoir des blessées, des contre-performances...

ARRIVÉE À LA PISCINE

12Je m’étais fixé comme objectif de terminer au moins dans les trois premières, car je savais, pour avoir beaucoup travaillé cette discipline tout au long de l’année, que je faisais partie des meilleures. Je ne pouvais pas me louper, sauf si ma combinaison me lâchait ou si je faisais un faux départ. J’ai réalisé, au final, le deuxième temps et cette performance m’a relancée. Je me disais que je pouvais peut-être remonter au classement, d’autant que l’équitation, ma discipline de prédilection, se présentait.

13Au tirage au sort, je suis tombée sur un cheval à la détente plutôt facile, qui ne m’a pas posé de réels problèmes, même si ce n’était pas un « crack », s’il passait au ras des obstacles et s’il sautait de travers ! Mais sur la fin du parcours, à l’entrée du triple, j’ai fait une erreur technique qui m’a coûté cher. À l’issue de cette avant-dernière épreuve de la journée, j’étais quatrième et j’ai réalisé que c’était définitivement fini. Après le tir, j’étais vingt-deuxième, puis treizième après l’escrime, mais je n’avais pas connaissance de ces classements, sinon, j’aurais déjà eu un coup au moral bien plus tôt dans la journée. J’ai souffert comme jamais pendant les deux heures qui séparaient l’équitation de la course à pied. J’ai appelé des personnes qui me sont chères, mais rien n’a pu me remonter le moral, car je savais pertinemment que je ne pourrais jamais accrocher le podium. En course à pied, on connaît son niveau et celui de ses adversaires, et il y a rarement des surprises. En plus, le parcours ne me convenait pas. Je me suis entraînée toute l’année sur piste, car en finale de la Coupe du monde, à Pékin, en 2007, la course à pied avait eu lieu sur une piste et je m’étais entraînée dans cette optique. Mais l’épreuve olympique s’est, elle, déroulée sur herbe, avec une nouvelle configuration, vi ngt-quatre virages en épingle, des relances... Je m’étais tout de même promis de tout donner jusqu’au bout et de terminer, si possible, finaliste, dans les huit premières. Cette neuvième place m’a donc laissé un goût d’inachevé, forcément. Ces Jeux olympiques de Pékin resteront ainsi une des pires épreuves de ma carrière, car c’est la première fois que je loupe un grand rendez-vous. À chaque fois que j’ai vraiment voulu faire un podium, que ce soit aux Mondiaux ou en Coupe du monde, que ce soit en juniors ou en seniors, j’y suis arrivée. Pékin est donc mon premier gros échec et je dois apprendre à le gérer. Mais c’est dans les défaites qu’on apprend. Au-delà de cette contre-performance, je n’oublie pas que j’ai eu une très bonne préparation et, hormis la dernière ligne droite à Séoul, j’ai abordé l’entraînement comme jamais, avec beaucoup plus de sourire et de relâchement. Toute cette aventure m’a donné envie de continuer ma carrière, car j’étais prête à arrêter. Même en cas de réussite. Je sais que tout s’est bien passé, que j’étais prête et que c’est seulement dans la préparation terminale qu’il y a eu un « couac ». Au lieu de rester dans ma bulle à Pékin, je n’ai pensé qu’à prendre du plaisir avant tout et cela m’a trop coûté. C’est une belle leçon pour l’avenir.”

AMELIE CAZE EN BREF.

14Pentathlon moderne

15Née le 18 février 1985, à Noyon (60)

16Taille : 1,80 m

17Poids : 63 kg

18Pôle France INSEP

19Entraîneur : Christian ROUDAUT

20Profession : professeur d’EPS

21Club : Noyon Pentathlon moderne (60)

22Jeux olympiques :

2312e à Athènes en 2004

24Championnats du monde :

253e en 2006 (junior)

261e en 2007 (senior)

271re en 2008

28Championnats d’Europe :

2916e en 2007

30Championnats de France :

311re en 2004, 2005, 2006, 2008 (senior)

321re en 2004, 2005, 2006 (junior)

33Meilleure performance 2008 :

345800 points

35Autres résultats :

364e à la Coupe du monde du Caire en 2008

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.