Version classiqueVersion mobile

Pékin 2008

 | 
Institut national du sport et de l'éducation physique

Le point de vue des sportifs et des cadres sportifs

Du rêve à la réalité

Sébastien Darrigade

Texte intégral

1Vice-champion olympique de gymnastique au saut de cheval aux Jeux olympiques de Pékin 2008, sur les terres des « maîtres » de la discipline, Thomas Bouhail, né le 3 juillet 1986, a réussi un formidable exploit, symbole de travail, d’acharnement et d’abnégation.

2À l’origine premier remplaçant de l’équipe de France, Thomas a intégré celle-ci à la suite du forfait, sur blessure, d’un gymnaste titulaire, et a ainsi participé aux Jeux olympiques, son rêve de toujours.

3Cette médaille d’argent récompense un garçon plein de dynamisme, d’enthousiasme, de gentillesse, travailleur et doué d’un sens gymnique et acrobatique phénoménal. Présentant également des qualités d’explosivité exceptionnelles, précis, efficace et perfectionniste dans son travail à l’entraînement, Thomas est avant tout, et surtout, un véritable et formidable « compétiteur », qui ne vient pas « à l’entraînement », mais qui vient « s’entraîner ».

4Vice-champion d’Europe au sol (2007), champion de France au sol (2006), au saut (2007 et 2008), vainqueur du tournoi de Coupe du monde de Glasgow (2008) et plusieurs fois médaillé sur le circuit de Coupe du monde au saut de cheval, Thomas a commencé la gymnastique à l’âge de 6 ans. Après cinq années passées dans une structure régionale d’Île-de-France, il intègre l’INSEP en août 2001.

5Titulaire du brevet d Etat d éducateur sportif (BEES) premier degré et actuellement en formation deuxième degré, son objectif sportif principal est « Londres 2012 ».

6Le contexte international au saut étant très relevé, de même que le niveau national (l’équipe de France dispose de plusieurs excellents éléments à cet agrès), les deux sauts présentés par Thomas à Pékin ne suffiront peut-être plus : le premier était un « Tsukahara double salto arrière corps carpé » et le second, une « lune double salto avant corps groupé avec demi-tour ». Nul doute qu’il faudra élever son niveau de jeu durant cette olympiade pour prétendre rééditer une telle performance, voire « innover pour se démarquer ».

7Ce titre de vice-champion olympique s’est construit sur plusieurs années, en passant par différentes étapes : la mise en place technique des deux sauts, les tournois internationaux et la dernière saison précédant les JO, certainement la plus compliquée de toutes.

MISE EN PLACE TECHNIQUE DES DEUX SAUTS QUI ONT PERMIS LA PERFORMANCE

8Le premier saut de compétition : « rondade sur la table suivie d’un double salto arrière corps carpe »

9Du nom de son créateur, le gymnaste asiatique Lu Yufu ou, autrement dit, « Tsukahara double salto arrière corps carpé », il s’agit d’un saut par renversement, avec une demi-rotation longitudinale (rondade) sur la table de saut dans la première phase d’envol, suivie de deux rotations transversales corps carpé dans la seconde.

10Thomas a commencé à travailler ce saut en juin 2004, juste après les championnats d’Europe juniors.

11C’est un saut qui demande de grandes qualités physiques, acrobatiques et de coordination, mais également beaucoup de cran. Il ne donne pas le droit à l’erreur (risque de blessure), car la sanction physique serait immédiate.

12Sa réalisation nécessite donc le respect des différentes phases d’apprentissage et la totale maîtrise des éducatifs :

  1. Rondade avec tapis au-dessus du cheval, arrivée debout.

  2. Rondade avec tapis au-dessus du cheval, arrivée sur le dos, très grande hauteur de tapis derrière le cheval.

  3. Tsukahara salto arrière carpé tombé dos avec tapis à hauteur de cheval (recherche de l’amplitude).

  4. Tsukahara double salto arrière carpé, réalisation globale en fosse à cubes.

  5. Tsukahara double salto arrière carpé, réalisation globale en fosse pleine.

  6. Réalisation du saut en fosse avec un tapis dur pour la réception.

  7. Réalisation du saut avec réception sur le « dur », à l’entraînement.

  8. Réalisation du saut en compétition.

13Le travail avec un rebondisseur a été effectué en complément, ainsi que le travail acrobatique au trampoline sur la double rotation arrière corps carpé (travail de la réception et de la figure, en partant du ventre sur la toile).

14Le travail de préparation physique reste classique, avec un renforcement général des membres inférieurs et supérieurs.

15Concernant la course d’élan, elle doit être optimale (variable en fonction des gymnastes), avant de bien écraser le tremplin pour permettre un bon renversement du corps et un excellent blocage du second bras sur la table, pour prendre la hauteur dans la seconde phase d’envol : « hauteur = sécurité ».

16Thomas a réalisé ce saut :

  • en fosse à cubes, en septembre 2004,

  • en fosse pleine, en octobre 2004,

  • sur le « dur », à l’entraînement, en mars 2005,

  • en compétition, pour la première fois en juin 2005, aux Jeux méditerranéens (remplaçant à l’origine).

Lu Yufu (Tsukahara - double salto arrière corps carpé)

Drăgulescu (lune double salto avant corps groupé avec demi-tour) Illustrations Christian Biaise

17Il a été finaliste à cet agrès, mais ne l’a, malheureusement, pas réussi et a fini à la sixième place.

18À partir d’octobre 2006, Thomas a commencé à maîtriser ce saut en compétition.

19Le second saut de compétition : « lune double salto avant corps groupé avec demi-tour »

20Ce saut s’appelle le « Drăgulescu », en référence au gymnaste roumain Marian Drăgulescu, premier à l’avoir réalisé en compétition et qui, d’ailleurs, était présent lors de la finale olympique (quatrième) de Pékin et grandissime favori. C’est un saut par renversement avant (lune) dans le premier envol, suivi d’une double rotation transversale en avant corps groupé avec un demi-tour dans le second envol. Cet exercice est plus complexe dans sa réalisation, car il demande davantage d’aisance dans l’espace, de par le fait qu’il faut combiner les deux rotations : transversale et longitudinale. Le gymnaste doit présenter d’excellentes qualités acrobatiques, afin de bien sentir à quel moment il doit déclencher le demi-tour pour permettre une bonne réception.

21Pour réaliser parfaitement ce saut, il est nécessaire de maîtriser parfaitement la lune double salto avant corps groupé, avec beaucoup de hauteur et de vitesse de rotation transversale.

22La démarche reste sensiblement la même que pour le premier saut, à savoir la bonne maîtrise des étapes intermédiaires :

  1. Lune, arrivée debout avec une grande hauteur de tapis.

  2. Lune salto avant corps groupé avec un tapis plus haut que le cheval.

  3. Lune double salto avant corps groupé avec réception surélevée (recherche de l’amplitude).

  4. Lune double salto avant corps groupé avec un tapis à hauteur du cheval.

  5. Lune double salto avant corps groupé avec demi-tour en fosse à cubes.

  6. Lune double salto avant corps groupé avec demi-tour en fosse pleine.

  7. Réalisation du saut en fosse avec un tapis dur pour la réception.

  8. Réalisation du saut avec réception sur le « dur », à l’entraînement.

  9. Réalisation du saut en compétition.

23Lors de toutes ces différentes étapes, il est préférable de travailler toute la partie acrobatique au trampoline, c’est-à-dire le double salto avant corps groupé et le double salto avant corps groupé avec demi-tour. Le gymnaste doit les maîtriser, quelle que soit la situation de départ sur la toile : départ du dos ou départ debout.

24Afin de maîtriser également la réception, le gymnaste répète ces éléments avec une arrivée sur le « dur ».

25Le travail de préparation physique reste classique, avec un renforcement général des membres inférieurs et supérieurs.

26Sur ce saut, la course d’élan de Thomas est très rapide et lui permet un maximum d’amplitude. Ses qualités intrinsèques d’explosivité et sa dimension acrobatique se retrouvent complètement à travers cette figure.

27Thomas a réalisé ce saut :

  • en fosse à cubes, en février 2006,

  • en fosse pleine, en mars 2006,

  • sur le « dur », à l’entraînement, en août 2006,

  • en compétition, pour la première fois, en mars 2007 (tournoi de Coupe du monde, Paris-Bercy).

28C’est un élément très difficile à maîtriser, qui demande une concentration extrême, ainsi qu’une forme physique exceptionnelle.

29La fréquence de travail est de l’ordre de trois à quatre séances de sauts de cheval par semaine, pour une répétition des sauts de cinq fois chaque saut par semaine environ en période compétitive.

30Il est à noter que ces sauts demandent un engagement physique et mental tellement important que seul le gymnaste est en mesure de décider de la faisabilité, ou non, des sauts à l’entraînement.

31Lorsque tous les paramètres ont été réunis – physique, technique et mental –, Thomas a réalisé d’excellentes séances.

32La stratégie compétitive Lors des compétitions, les gymnastes doivent réaliser deux sauts pour prétendre accéder à la finale. La moyenne des notes des deux sauts détermine la note finale et le classement.

33La note technique de départ du Tsukahara double salto arrière corps carpé –le premier saut de Thomas – est de 7.00 points (l’exécution est notée sur 10 points).

34La note technique de départ de la lune double salto avant corps groupé avec demi-tour – le second saut de Thomas – est également de 7.00 points (l’exécution est notée sur 10 points).

35En compétition, Thomas a toujours préféré commencer par le saut en Tsukahara, car c’est celui qu’il maîtrise le mieux et qui le met en confiance pour la suite.

36La difficulté du saut de cheval est de rester concentré entre les deux passages. Après la réalisation d’un premier saut exceptionnel dans l’exécution, il est indispensable de se remobiliser pour le second passage ; surtout pas d’euphorie ! C’est pour cela qu’il est préférable, à mon sens, de bien maîtriser son premier saut. Le deuxième saut reste « l’instant magique ». Le passage pour un saut dure environ trois secondes.

37Les deux sauts de Thomas en finale olympique, il ne les a réalisés que quatre fois seulement en compétition avant cela :

  • tournoi de Coupe du monde à Bercy en 2007 (médaille d’argent),

  • tournoi de Coupe du monde à Cottbus en 2007 (médaille d’argent),

  • championnat de France à Toulon en 2008 (champion de France au saut),

  • concours de qualifications par équipes aux JO de Pékin (qualifié pour la finale, en deuxième position, derrière le Roumain Drăgulescu).

38En effet, la perte de figure sur son second saut, en avril 2007, et sa blessure à l’épaule, en juin 2007, l’ont empêché de le présenter davantage en compétition.

39Lors de son tournoi de rentrée, en mai 2008 (Coupe du monde de Moscou), il a réalisé, au deuxième passage, un saut de niveau inférieur qui lui a permis de retrouver la confiance en compétition et la réussite. Il finit médaillé de bronze ex æquo.

40Pour le concours olympique, il n’y avait pas le choix : il fallait réaliser parfaitement les deux « gros » sauts lors des qualifications pour prétendre à la finale.

LES DATES À RETENIR, LES MOMENTS CLÉS, LES « DÉCLICS »

41Tournoi de Ploesti (Roumanie, avril 2006) Lors de ce tournoi, Thomas réalise un excellent parcours et se classe deuxième au concours général. Il participe à la finale du saut de cheval en compagnie de Marian Drăgulescu. Ce sera leur première confrontation (Marian est premier, Thomas quatrième, avec une chute sur son premier saut en Tsukahara et une réussite sur la lune double salto avant corps groupé au second).

42Tournoi de Coupe du monde de Stuttgart (Allemagne, octobre 2006) Thomas sort des championnats d’Europe (avril 2006) et du monde (octobre 2006) par équipes (remplaçant, à l’origine, pour ces deux compétitions) en ayant raté sa prestation au saut de cheval. Il a l’opportunité de participer au tournoi de Stuttgart. Il saisit sa chance et remporte la médaille d’argent, sans toutefois réaliser le « Drăgulescu » en deuxième saut, toujours en cours de préparation. À ce moment-là, Thomas prend conscience de son niveau international et devient ambitieux.

43Tournoi de Coupe du monde de Paris-Bercy (France, mars 2007) Thomas avait deux objectifs majeurs dans sa carrière : remporter une médaille aux JO et décrocher une médaille au tournoi de Paris-Bercy, certainement le plus beau au monde : devant environ 10 000 spectateurs, il s’y classe deuxième, juste derrière Marian Drăgulescu.

44Il s’approche en effet très près de la performance du Roumain, n’échouant qu’à quelques centièmes de points. À cette occasion, c’est la première fois qu’il réalise ses deux « gros » sauts en compétition : il les réussit et sait maintenant qu’il a le programme technique nécessaire pour prétendre jouer les premiers rôles au niveau mondial. Très grand souvenir que ce tournoi, surtout que l’équipe de France y a remporté quatre médailles.

45Championnats d’Europe d’Amsterdam (Pays-Bas, mai 2007) Une compétition spéciale, étrange : Thomas échoue en qualifications au saut (alors que tout le monde l’attend, après sa brillante performance à Paris - malheureusement une perte de figure à l’entraînement en « Drăgulescu » le contrarie dans sa préparation) et réussit à se qualifier pour la finale au sol (agrès où il excelle également par ailleurs).

46Enorme déception pour le saut de cheval, mais Thomas réussit à se remobiliser et tient à se donner à fond lors de la finale au sol. Grandissime favori de cette finale, le Roumain Drăgulescu se blesse et ne peut terminer son mouvement. Hasard du tirage au sort, Thomas passe juste derrière lui. Difficile de se concentrer, surtout que les juges mettent du temps à sortir la note. Thomas attend debout, plusieurs minutes, avant de se présenter : « grosse pression ». Il y a un coup à jouer et il a à cœur de se rattraper de son faux pas au saut de cheval.

47Thomas réussit un mouvement de très grande qualité et décroche le titre de vice-champion d’Europe.

48Destin croisé, son copain d’entraînement, Raphaël Wignanitz, remporte un superbe titre de vice-champion d’Europe au saut de cheval.

49Thomas sort gonflé à bloc de cette expérience européenne qui reste un moment très fort en émotions, puisqu’il y décroche sa première médaille internationale dans un grand championnat.

50Malheureusement, en juin 2007, une douleur à l’épaule vient enrayer cette marche en avant. Nous sommes à treize mois des JO et à un an, tout juste, de la dernière date de sélection pour les Jeux, à savoir les championnats de France, à Toulon, les 14 et 15 juin 2008.

51La blessure principale : l’opération de l’épaule (juin 2007) À la fin du mois de juin, Thomas ressent une douleur à l’épaule droite. Verdict : lésion importante du tendon du long biceps. L’opération est inévitable. Thomas est forfait pour la préparation des championnats du monde par équipes, sélectifs pour les JO qui se dérouleront en septembre 2007.

52Il sera opéré le 18 juillet 2007. Lors d’une visite que je lui rends à l’hôpital, Thomas, le bras en écharpe, me dit que son objectif, c’est les JO, et qu’il fera tout pour être présent à Pékin.

53Le délai de récupération est variable, de trois à quatre mois, avec une reprise progressive de l’activité dans les six mois. Or, il n’en reste que onze pour récupérer, rééduquer, « réathlétiser », reprendre l’activité normalement, se préparer aux échéances et, surtout, se sélectionner.

54La « course contre la montre » est lancée. Sa détermination est immense.

55La deuxième blessure : la tuile (février 2008) Le 11 février 2008, une douleur dans le bas du dos vient freiner le bon déroulement de la reprise de Thomas sur certains agrès et, notamment, sur ces deux agrès forts que sont le saut et le sol.

56Verdict : petite fissure au niveau de la cinquième vertèbre lombaire, environ huit semaines d’arrêt sur les jambes, dont trois semaines d’arrêt complet. Reprise progressive prévue le 10 avril 2008.

57Le temps commence vraiment à manquer.

58Championnats de France de Toulon (14 et 15 juin 2008) À l’orée de cette dernière échéance sélective avant l’annonce des sélectionnés pour les JO, Thomas a fait une bonne rentrée compétitive sur le concours général, lors de la finale de la Coupe de France (17 mai). Il enchaîne avec un excellent parcours lors des championnats de France par équipes (24 mai) et remporte une médaille de bronze au saut en tournoi de Coupe de monde de Moscou (31 mai). Il revient dans la course pour pouvoir prétendre décrocher un ticket olympique ; reste à démontrer qu’il a retrouvé son niveau au saut de cheval et qu’il a un potentiel intéressant pour les JO (capacité à réaliser ses deux « gros » sauts en condition de compétition).

59Malheureusement, Thomas se classe huitième au concours général, en commettant quelques erreurs. Il se qualifie tout de même pour la finale du saut, sans réaliser son « Drăgulescu » en second saut ; il n’était pas bien, à l’entraînement, les jours précédents, et il n’a pas trouvé les ressources physiques et techniques pour le réaliser le premier jour.

60Le lendemain, il se sent bien, physiquement et mentalement : il exécute alors deux sauts extraordinaires en finale et remporte le titre de champion de France. Il a montré qu’il était revenu à son meilleur niveau et qu’il était capable de refaire des sauts de valeur mondiale. Ce jour-là, il était en état de grâce. Très grand moment d’émotion après une saison très perturbée.

LA DERNIERE SAISON AVANT LES JO, « LA COURSE CONTRE LA MONTRE »

61Après avoir insisté sur certaines dates importantes au cours du cycle, il faut quand même revenir rapidement sur la dernière saison 2007-2008 et son déroulement, l’objectif final étant les JO (août 2008) et l’objectif intermédiaire, les championnats d’Europe (mai 2008).

62L’opération, la convalescence (18 juillet 2007) Après six semaines de convalescence, donc d’inactivité complète, Thomas attaque sa rééducation. Tout se passe très bien : au bout de trois mois, il a retrouvé toute sa mobilité articulaire et du volume musculaire. Le « timing » est bon, nous pouvons envisager une remise en condition physique.

63La remise en condition (octobre, novembre et décembre 2007) Thomas part quinze jours en centre de rééducation, à Capbreton (CERS), afin de commencer sa « réathlétisation » et poursuivre sa rééducation. À l’entraînement, à son retour, il reprend la préparation physique générale, à base de travail foncier sur stepper, de musculation du tronc, de renforcement musculaire sur les jambes en circuit et du renforcement personnel progressif pour les épaules. Cette période de remise en condition, qui comprend également la remise en condition gymnique progressive, s’étalera jusqu’à Noël, l’objectif étant de pouvoir travailler correctement à la reprise de janvier.

64L’objectif, la stratégie, l’échéancier Début octobre 2007, nous prenons connaissance des étapes sélectives pour les Jeux olympiques qui seront : les coupes nationales (5 et 6 avril 2008), les championnats d’Europe (du 8 au 11 mai 2008), les championnats de France par équipes (24 mai), les championnats de France « Élite » (14 et 15 juin 2008, pour douze gymnastes uniquement) et les différents tournois internationaux, sachant que les médaillés aux championnats d’Europe gagnent directement leur ticket pour Pékin. Avec Thomas, nous mettons en place un plan d’action : bien se préparer sur cinq agrès, pour les coupes nationales, avec les deux points forts que sont le sol et le saut pour, éventuellement, se sélectionner pour les championnats d’Europe et, ainsi, pouvoir approcher un podium.

65À partir de janvier, la stratégie étant en place et l’épaule allant bien, Thomas commence l’année 2008 plein d’envie et de détermination.

66La préparation physique et technique (janvier et février 2008) Au mois de janvier, l’ensemble des gymnastes du pôle attaque, sur leurs agrès de prédilection, un programme d’endurance spécifique. Thomas est orienté sur le travail au sol.

67Les séries sont composées de mouvements de base, d’enchaînements d’ateliers sur les jambes et d’acrobaties supérieures au sol (réception en fosse).

68Concernant le travail technique, il devait refaire ses deux « gros » sauts en fosse et retrouver son niveau au sol pour la fin février, avec tout un travail acrobatique, au trampoline, pour retrouver la confiance et, surtout, retrouver sa figure, le « Drăgulescu ». Les anneaux étant mis à l’écart à cause de l’épaule, la fiabilité était recherchée sur les trois autres agrès, à savoir le cheval-d’arçons, les barres parallèles et la barre fixe.

69Thomas est toujours dans les temps.

70Le problème au dos (février et mars 2008) Le 11 février, Thomas se plaint d’une douleur dans le bas du dos. Diagnostic médical : petite fissure. Reprise prévue pour le 10 avril. Nous sommes dans l’obligation de déclarer forfait pour les coupes nationales, donc pas de possibilité de participer aux championnats d’Europe. Il ne lui reste plus que deux échéances pour se montrer : les championnats de France par équipes et « Élite ». La priorité reste la récupération et les soins, afin d’éliminer cette douleur au plus vite, sachant que le mal persistera encore quelque temps malgré le repos. Ce problème lombaire est très handicapant pour la suite de la saison et, surtout, pour le travail au sol et au saut. Thomas souffrait particulièrement sur les rebonds et les impulsions sur le tremplin. Deux mois plus tard, le 10 avril, il a le feu vert du staff médical pour reprendre progressivement l’entraînement. Le temps commence à manquer.

71La remise en route (avril 2008) Il ne reste plus que deux mois avant la dernière échéance sélective. Thomas est un athlète qui a la « gym facile », ce qui lui permet de reprendre rapidement et de retrouver très vite son niveau technique. Sur le plan physique, l’épaule se porte toujours bien, malgré la reprise d’un mouvement de base aux anneaux, et le dos est toujours légèrement sensible. Thomas me dit, à ce moment-là, que, malgré les petites douleurs, il ne s’arrêterait plus et que, s’il avait mal, de toute façon, il ne me le dirait pas, sa seule et unique source de motivation restant les Jeux olympiques.

72La dernière ligne droite (mai, juin et juillet2008) Après un excellent travail lors des championnats de France par équipes, Thomas est dans le groupe des douze gymnastes qui participeront aux France « Élite ». De plus, il participe au tournoi de Coupe du monde de Moscou, où il remporte une médaille de bronze au saut. Il doit maintenant confirmer aux France « Élite », pour, éventuellement, se sélectionner pour les JO.

73Après un concours général en demi-teinte aux championnats de France « Élite » (huitième place), Thomas se qualifie tout de même pour la finale au saut de cheval. Il sait qu’une sélection passe par une énorme performance, avec la présentation de ses deux « gros » sauts. Depuis quelques jours, il n’est pas en très grande forme au saut et, la veille, il n’a pas tenté le « Drăgulescu ». C’était une décision commune.

74Le lendemain, à l’échauffement général pour les finales, il ne me paraît pas en très grande forme non plus. Je m’approche de lui et lui dis qu’il serait plus prudent de ne pas faire le « Drăgulescu » et d’assurer avec la lune double salto avant corps groupé, en second saut.

75À ce moment-là, j’ai vu dans ses yeux que son rêve s’envolait.

76Nous en avons longuement discuté. Sa réponse a été simple : « Si je ne le présente pas, je n’ai aucune chance d’être sélectionné ». Il avait certainement raison. J’ai beaucoup réfléchi, demandé l’avis de mon collègue, Laurent Guelzec, et suis retourné discuter avec Thomas. Il voulait le faire à tout prix. « OK, tu le mets. Par contre, tu es obligé de réussir un beau saut, avec beaucoup d’amplitude et une réception impeccable ». Il m’a simplement répondu : « OK ».

77Il s’est élancé et a réalisé deux sauts extraordinaires, de très haut niveau et de qualité mondiale. Il a ainsi remporté le titre national. Ce fut un moment d’émotion très fort.

78Malgré cette belle performance, Thomas fut sélectionné en tant que premier remplaçant. La déception fut grande, mais le gymnaste ne se laissa pas abattre et repartit à l’entraînement avec toujours la même envie, pour préparer le tournoi en Biélorussie. Lors de cette compétition par équipes, un gymnaste titulaire se blessa à la main. Thomas bénéficia alors de ce forfait pour intégrer l’équipe de France olympique.

79Après une saison très difficile, Thomas s’envolera pour Pékin en tant que titulaire, avec l’envie de soulever des montagnes.

LES JEUX OLYMPIQUES DE PEKIN

80Thomas a réalisé un excellent parcours, lors des qualifications, ce qui lui a permis de se qualifier pour le concours général individuel, la finale du saut de cheval, en réalisant deux sauts incroyables, et a bien sûr contribué à qualifier l’équipe de France pour la finale par équipes.

81En finale par équipes, la France se classera en huitième position, tandis que Thomas terminera vingt et unième du concours général individuel.

82Au saut de cheval, Thomas remportera le titre de vice-champion olympique, à égalité de points avec le premier, le Polonais Leszek Blanik (départagés par le règlement olympique), car, aux championnats du monde, ils auraient en fait été premiers ex æquo).

83Je n’ai pas eu la chance d’aller à Pékin. Nous avons donc communiqué, avec Thomas, par téléphone et SMS. Il me donnait des nouvelles de ses entraînements et me tenait informé de ses sensations...

84Lorsque je l’ai vu réaliser cet exploit à la télévision, j’ai vécu un moment magique ; j’ai ressenti à la fois une très forte émotion et une immense fierté. J’ai beaucoup pleuré. J’étais tellement heureux pour lui. Cette médaille, il l’a tellement méritée, il est allé la chercher au fond de lui-même.

85Il en avait le potentiel, il a travaillé pour, il a tenu la pression : « Son rêve est devenu réalité ».

CONCLUSION

86L’équipe de France de gymnastique revient de Pékin avec deux médailles et onze places de finaliste.

87Thomas Bouhail revient avec un titre de vice-champion olympique au saut de cheval. Cette médaille d’argent récompense la volonté, la détermination, le travail et la précision de Thomas durant plusieurs années et, notamment, pendant sa dernière saison.

88Malgré les blessures, Thomas a su garder intacte sa motivation et a toujours cru en sa réussite, il a fait preuve d’une très grande maîtrise technique et d’une immense force psychologique, surtout dans les moments les plus difficiles : Paris-Bercy, les championnats de France de Toulon et, bien sûr, les Jeux de Pékin. C’est pour cela que je tiens à saluer le grand champion qu’il est, mais surtout l’énorme « compétiteur », car tenir la pression comme il a su le faire, je lui dis un grand « bravo ».

89Thomas peut maintenant se tourner vers « Londres 2012 », penser aux futures échéances, car il peut encore nous étonner.

90Merci, Thomas, pour tous ces moments de bonheur et d’émotions que tu nous as fait vivre. Et comme tu l’as dit : « pourvu que ça dure ».

91Je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui l’ont aidé et soutenu lors des moments les plus difficiles, surtout cette dernière saison.

92Je tiens également à remercier l’ensemble du pôle France de gymnastique de l’INSEP (gymnastes et entraîneurs), Laurent Guelzec et notre responsable du pôle France, Sophie Madelenat, les entraîneurs nationaux, la Fédération française de gymnastique.

93Je remercie également les docteurs Didier Fontès et Rémy Pierredon.

94Sans oublier le département du sport de haut niveau (DSHN) de l’INSEP et, enfin, M. Gilbert Avanzini, qui m’a donné la possibilité d’écrire ces quelques lignes.

95Je tiens à remercier l’ensemble des services de l’INSEP. Merci à tous, merci pour lui, et bravo Thomas.

THOMAS BOUHAIL EN BREF

Gymnastique

Né le 3 juillet 1986 à Montfermeil (93)

Taille : 1,64 m

Poids : 64 kg

Pôle France INSEP

Entraîneur : Sébastien Darrigade

Profession : étudiant (BEES 2)

Club : La Sottevillaise (76)

Jeux olympiques Pékin 2008 :

1re participation – médaille d’argent

Championnats du monde :

10e par équipes à Aarhus en 2006

Championnats d’Europe :

2e au sol en individuel à Amsterdam en 2007

Championnats de France :

1er au saut à Toulon en 2008

Autres résultats :

2e au saut en individuel aux Internationaux de France à Paris en 2007

3e au saut de cheval au Tournoi de Moscou en 2008

1er au saut à la Coupe du monde de Glasgow en 2008

Auteur

Conseiller technique sportif, MSS/SES, entraîneur à la Fédération française de gymnastique, pôle France INSEP

© INSEP-Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search