Version classiqueVersion mobile

Les adolescents et le sport

 | 
Hervé Canneva
, 
Guy Truchot

Deuxième partie. Disciplines sportives et mode de pratique

Chapitre VIII. Les pratiquants de glisse fortement engagés dans des activités sportives institutionnelles

Fabrice Burlot et Muriel Paupardin

Texte intégral

1Les activités dites de "glisse" sont pratiquées par 40 % des jeunes sportifs. Elles regroupent à la fois des pratiques émergentes comme le snowboard et des pratiques plus anciennes comme le patinage sur glace. Elles se développent souvent en dehors du cadre institutionnel des fédérations et ont pour traits communs de valoriser les qualités d'équilibre sur la neige, la glace, l'eau et le bitume. Les pratiquants sont plutôt bien insérés socialement et économiquement et recherchent davantage dans leurs activités l'engagement, les sensations et le risque. Ils sont par ailleurs, contrairement aux idées reçues, largement engagés en dehors de la glisse dans des pratiques compétitives.

2A l'exception du groupe des sports sur glace traité séparément, les activités retenues sont identiques à celles de l'enquête 2000 sur les pratiques sportives en France. Le choix des activités renvoie ainsi aux mêmes questions. Devions-nous inclure toutes les pratiques de ski ? Pourquoi choisir le patinage sur glace ? Pourquoi assimiler le roller à une pratique de glisse ?

3Et finalement quel sens donner au terme "glisse" ? Ces questions sont d'autant plus importantes que parler d'activités liées à la glisse pose à la fois le problème du caractère technique et symbolique de sa définition et plus particulièrement le problème d'avoir voulu définir avec un terme technique des activités hautement symboliques.

4Nous retenons finalement un ensemble de disciplines intitulées "glisse" et consignées dans le tableau 1. Ces activités sont traitées à partir de quatre groupes : la glisse urbaine, la glisse nature, le ski et la glisse sur glace. La glisse urbaine, pratiquée par 23 % des adolescents de 12 à 17 ans, est de loin l'activité la plus répandue et confirme l'intérêt porté par les adolescents pour ce type de pratique dans la ville. Elle est aujourd'hui plus importante que le ski pratiqué par 15 % des adolescents. Dans l'enquête 2000 seulement 10 % des 15-19 ans pratiquaient des activités de glisse urbaine contre 14 % pour le ski. Ils étaient par ailleurs beaucoup mieux insérés socialement et économiquement. Aujourd'hui, les pratiquants de glisse urbaine se distinguent fortement, dans la hiérarchie sociale, des pratiquants des activités de glisse nature et de ski, sans pour autant rejoindre les activités de glisse sur glace qui restent beaucoup plus populaires.

Tableau 1 – Les activités dites de "glisse"

Groupes d’activités retenues

Activités retenues

Pourcentage d’adolescents déclarant l’activité

Glisse urbaine

Roller et Skate

23 %

Ski

Ski, Ski alpin

15 %

Glisse nature

Bodyboard, Planche à voile, Snowboard, Surf, Surf des neiges

11 %

Glisse sur glace

Patinage

7 %

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : 23 % des adolescents pratiquent la glisse urbaine.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Une glisse nature masculine et plus âgée, une glisse urbaine mixte et plus jeune

5Les pratiquants de glisse dans leur ensemble ne sont ni plus jeunes, ni plus masculins que l'ensemble des jeunes sportifs (tableau annexe IX). Par contre, de façon isolée, la glisse urbaine a un recrutement sensiblement moins âgé. A l'inverse, la glisse nature attire plus spécifiquement les garçons (les trois-quarts des adeptes) et ses pratiquants sont plus vieux. La difficulté technique et le niveau d'engagement des activités de glisse nature expliquent en partie cette inversion. Même si les sensations fortes, la prise de risques, le dépassement des limites et la maîtrise technique sont des facteurs recherchés pour adhérer à une pratique de glisse, ces caractéristiques sont davantage présentes dans les activités de glisse nature. En effet, les pratiques de glisse urbaine sont beaucoup plus accessibles (et faciles) que des pratiques comme le surf, le snowboard ou encore la planche à voile qui constituent les principales activités des pratiques de glisse nature. La question du risque perçu par les parents au regard de cette réalité objective participe également à cette différenciation puisque les parents sont fortement partie prenante de l'acte d'engagement dans une pratique.

Des pratiquants mieux scolarisés et bien insérés socialement et économiquement

6Les pratiquants de glisse sont plus scolarisés et ont une insertion économique et sociale plus favorable que les jeunes sportifs dans leur ensemble. Ainsi, ils sont beaucoup plus engagés dans des filières d'enseignement général et délaissent les filières professionnelles (tableau 2). Leurs parents ont des revenus plus importants, sont mieux dotés en diplôme et ont des professions beaucoup plus élevées dans la hiérarchie sociale. Cependant, dans le détail, les quatre groupes d'activités se différencient fortement et laissent apparaître trois tendances bien distinctes (tableaux annexes IX et X).

7Tout d'abord, les pratiquants de glisse nature et de ski forment un groupe cohérent qui accentue plus encore cette tendance. Près de 55 % des pratiquants contre 27 % pour les jeunes sportifs ont des parents dont les diplômes sont supérieurs au baccalauréat. Le quart des pratiquants appartient aux catégories supérieures alors que le monde ouvrier et les employés sont complètement absents. Cette présence se confirme au regard des revenus puisque plus de 35 % ont des ressources supérieures à 2 750 € par foyer contre 26 % pour les jeunes sportifs dans leur ensemble. De surcroît, ils sont dans une meilleure situation de réussite scolaire. Près de 38 % d'entre eux sont inscrits en lycée d'enseignement général contre 27 % des sportifs en général et surtout, pour le ski, seulement 5 % des pratiquants sont en lycées professionnels.

8A l'inverse, pour les activités de glisse sur glace, seulement 21 % des adolescents interrogés appartiennent à des familles dont les revenus sont supérieurs à 2 750 € et 58 % des pratiquants sont des employés contre 39 % pour l'ensemble des jeunes sportifs. Ils sont par ailleurs largement engagés dans les filières professionnelles, 23 % sont en lycée professionnel et seulement 13 % en lycée d'enseignement général.

9Finalement, seules les activités de glisse urbaine s'inscrivent dans une tendance assez proche de celle des jeunes sportifs dans leur ensemble. La présence importante de collégiens en glisse urbaine confirme la jeunesse des pratiquants de ces activités. Ils représentent 69 % des pratiquants contre 58 % pour les jeunes sportifs.

10Le coût de pratiques comme le ski ou les activités de glisse nature, qui supposent de disposer d'un matériel et d'effectuer des déplacements onéreux, peut expliquer cette distinction qui exclue des populations moins privilégiées. A ce titre, elle serait peut-être une voie d'explication du glissement social des activités de glisse urbaine chez les adolescents. Dans l'enquête 2000 sur les pratiques sportives en France, le recrutement des pratiquants de glisse urbaine souligne une insertion économique et sociale beaucoup plus élevée. Or le recrutement social de cette population semble se transformer dans l'enquête sur les adolescents. Il touche d'une façon quasi indifférenciée les différentes catégories sociales et notamment le monde ouvrier et les employés qui étaient largement sous-représentés dans l'enquête 2000. Cette sensible démocratisation du roller a, sans doute, été accélérée par la proximité et la gratuité de l'espace de pratique (la rue) et par une accessibilité financière plus ouverte (la baisse des prix du matériel) comme a pu l'être le VTT à la fin des années 1990 (cf. enquête 2000 sur les pratiques sportives en France).

Tableau 2 – Répartition des glisseurs selon le type d'établissement scolaire fréquenté

Tableau 2 – Répartition des glisseurs selon le type d'établissement scolaire fréquenté

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : 59 % des sportifs, 58 % des glisseurs, 50 % des glisseurs-nature sont des collégiens
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Une pratique familiale d'élite : le ski

11Le ski apparaît comme une pratique réalisée en famille : parents, frères et sœurs. Seulement 19 % des adolescents skieurs appartiennent à des familles dont les parents sont séparés contre 27 % pour les jeunes sportifs. La composition de la fratrie apporte également un éclairage sur cette question du ski se définissant comme une pratique familiale. En effet, pour les autres pratiques de glisse comme pour les APS d'une manière générale, il y a environ quatre à cinq fois plus de famille à enfant unique que de famille à trois enfants (tableau annexe XI). Pour le ski, il y a autant de famille à un, deux ou trois enfants et cela de façon quasiment indifférenciée. Le nombre d'enfants ne diminue pas l'accès à la pratique malgré le coût très important d'un séjour de ski. Bien au contraire, il y a davantage de famille à trois enfants et plus que dans les pratiques sportives d'une manière générale. 33 % des skieurs déclarent appartenir à des familles de trois enfants au moins contre 17 % pour les jeunes sportifs dans leur ensemble. Il semblerait que le ski représente un moment important pour se retrouver autour d'une activité commune pour les familles nombreuses des catégories supérieures. Cette situation explique la nécessité d'une insertion économique forte. Ainsi, le ski arbore tous les traits d'une pratique familiale d'élite.

Graphique 1 – Répartition des glisseurs selon la profession et catégorie sociale du père

Graphique 1 – Répartition des glisseurs selon la profession et catégorie sociale du père

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Pratiques de glisse, pratiques compétitives : une complémentarité plus qu'une opposition

12Le niveau d'engagement institutionnel des pratiquants de glisse (tableau annexe XIII) décrit une population dont l'identité n'est pas forcément positionnée contre ou en dehors de l'institution sportive.

13Même si les individus n'éprouvent pas forcément le besoin d'appartenance institutionnelle dans leur pratique de glisse : seulement 4 % y sont licenciés, 4 % y font des compétitions et 6 % sont inscrits dans des clubs, ils n'en rejettent pas pour autant l'institution sportive. Bien au contraire, les glisseurs sont largement engagés dans des schémas institutionnels sportifs : plus des trois-quarts sont inscrits dans un club sportif, 64 % ont une licence et plus de la moitié font des compétitions officielles ou participent à des manifestations (tableau annexe XIII). Cette situation est particulièrement amplifiée pour les activités de glisse nature et le ski où près de 83 % sont en club, plus de 70 % ont une licence et presque 60 % font des compétitions officielles sportives (voir chapitres VI et VII). L'opposition si souvent décrite entre la pratique institutionnelle et la pratique dite "sauvage" parce que souvent auto-organisée est ici largement infirmée. Les activités de glisse font partie des activités de loisir dont le jeune dispose au même titre que les autres pratiques sportives, le cinéma, les jeux vidéos, etc. Le jeune va opérer des choix parmi ces activités. Dans ces choix, il n'est absolument pas contradictoire à l'intérieur des pratiques sportives d'être fortement engagé dans une activité compétitive et parallèlement de s'investir dans une pratique non compétitive comme peuvent l'être d'une façon générale les pratiques de glisse. Dans cette perspective, ces activités semblent davantage complémentaires aux pratiques compétitives que des pratiques exclusives entraînant un rejet des pratiques institutionnelles. Complémentaires également dans le sens où elles sont, contrairement aux pratiques compétitives, moins souvent exercées tout au long de l'année et à l'inverse fortement pratiquées durant les vacances. Ainsi seulement 6 % des glisseurs déclarent pratiquer uniquement pendant l'année scolaire (contre 17 % pour les jeunes sportifs) et 52 % uniquement pendant les vacances (contre 32 % pour les jeunes sportifs) (tableau annexe XII).

14La glisse nature et le ski avec près des trois quarts de leurs adeptes pratiquant pendant leur temps de vacances abondent dans ce sens. Les adolescents les décrivent en majorité comme des pratiques ponctuellement organisées durant les vacances. A l'inverse les activités de glisse urbaine sortent de ce schéma. Elles sont davantage des activités régulières où la notion de périodicité n'entre pas en jeu. Ainsi, 67 % des glisseurs urbains déclarent pratiquer durant toute l'année contre 50 % pour les adolescents dans leur ensemble. Les activités de glisse urbaines revêtent davantage les traits d'une activité régulièrement auto-organisée "entre copains et copines" dans les espaces de temps libre et renvoient à une certaine forme de proximité avec le cadre de vie quotidien. Le fréquence d'exercice des activités de glisse urbaine souscrit à cette idée. La glisse urbaine est une pratique beaucoup moins engagée. Seulement 24 % des pratiquants en font plus de deux fois par semaine contre 34 % pour les APS dans leur ensemble tandis que 46 % des glisseurs urbains déclarent en faire plus ponctuellement au moins deux fois par mois contre 35 % pour les jeunes sportifs.

Graphique 2 – Glisse et périodes de vacances

Graphique 2 – Glisse et périodes de vacances

Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Graphique 3 - Niveau d'engagement institutionnel des pratiquants de glisse

Graphique 3 – Niveau d'engagement institutionnel des pratiquants de glisse

Graphique 3 – Niveau d'engagement institutionnel des pratiquants de glisse

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Les glisseurs s'investissent dans un éventail très large d'activités

15Si les pratiquants de glisse se définissent donc comme des pratiquants très engagés institutionnellement en dehors de leur pratique de glisse, renvoyant ainsi vers une forme de complémentarité avec les pratiques compétitives, la question est alors de savoir dans quelles activités ils s'investissent. Deux constats sont alors fondamentaux lorsqu'on analyse les taux de pénétration des pratiques de glisse dans les autres groupes d'activités sportives (tableau 3).

16Tout d'abord, les pratiquants de glisse ne semblent pas constituer identiquement un groupe cohérent. Même si le "glisseur" exerce rarement une seule activité de glisse mais s'engage dans de multiples pratiques liées à la glisse suivant les moments et les lieux où il se trouve. L'idée selon laquelle le glisseur et skieur ou snowboarder à la montagne devient surfer ou s'exerce au "morey" à la mer et pratique le roller dans sa ville est quelque peu remise en cause. L'examen montre plutôt un ordre bien établi de réciprocité des affinités entre les différents groupes de glisse. Ainsi, des liens forts sont établis entre les pratiquants de ski et de glisse nature, entre la glisse nature et la glisse urbaine, entre la glisse urbaine et la glisse sur glace et, pour fermer cette boucle, entre la glisse sur glace et le ski de façon plus atténuée. A l'inverse, de véritables relations de rejets réciproques existent entre la glisse urbaine et le ski, d'une part, et entre la glisse nature et la glisse sur glace, d'autre part.

17Cependant, et ce sera l'objet de notre second constat, ces différents marquages identitaires ne freinent aucunement l'intérêt porté à d'autres activités sportives. La présence des glisseurs dans les autres disciplines montre même un éventail très large d'activités investies par ce groupe avec quelques différences qui demeurent finalement peu importantes. Certes, il existe des affinités très affirmées avec l'escalade, les engins sur l'eau, l'équitation, la voile, les sports mécaniques et le rugby, et quelques activités rejetées comme les sports de combat, la danse, la gymnastique sous toutes ses formes et la marche sportive. Mais, ces activités "sur-investies ou sous-investies" ne représentent au total que 11 activités sur les 30 familles analysées, soit environ le tiers des activités possibles. En d'autres termes, les glisseurs s'investissent d'une façon presque indifférenciée dans presque les deux tiers des sports analysés. Ainsi, il n'apparaît pas de fortes distinctions telles qu'elles ont souvent été présentées entre les pratiques. Les pratiquants de glisse sont des pratiquants pluriels qui participent tout aussi bien à des pratiques populaires comme la pêche qu'à des pratiques d'élite comme le golf et ils s'engagent tout autant dans des pratiques à connotation compétitive comme les sports collectifs ou le tennis. Ils sont glisseurs, compétiteurs et délaissent finalement relativement peu d'activités. Il serait intéressant de mieux connaître comment ces pratiquants concilient leurs différentes vies au regard d'un tel investissement, l'idée étant que nous tenons sans doute dans les glisseurs des pratiquants "sur-engagés sportivement".

18Dans le détail, les quatre groupes de disciplines sportives de glisse définies décrivent cependant quelques distinctions spécifiques, mais pour chacune d'entre elles l'idée d'un investissement indifférencié dans une grande majorité des groupes demeure toujours présente.

19Les pratiquants de ski, très bien insérés économiquement et socialement, s'engagent davantage dans des pratiques riches et de plein-air comme la voile, les sports mécaniques ou encore l'escalade, dont on mesure le lien avec les pratiques de vacances. Ils rejettent les pratiques traditionnelles et populaires comme la gymnastique, l'athlétisme et les sports de combat. Cependant même si leur marquage identitaire est plus prononcé, il n'en demeure pas moins qu'ils investissent par ailleurs un champ très large d'activités. Il en est de même pour les activités de glisse nature dont les pratiquants s'impliquent dans des activités à fort engagement énergétique (rugby, musculation) en contact avec la nature (engins sur l'eau, escalade, voile et sports mécaniques) et où la technicité est importante (tir, volley). A l'inverse, ils rejettent les pratiques euphémisées comme la marche sportive et féminines comme la gymnastique et la danse. Quant aux pratiquants de glisse urbaine, ils s'investissent dans la natation (une pratique individuelle urbaine) et se dégagent de pratiques populaires comme le football et les sports de combat ou de pratiques plus âgées comme le volley (difficile techniquement car ils sont plus jeunes) et la danse (la perception du corps à l'adolescence). Cet engagement très large est sans doute à mettre en relation avec l'origine socio-démographique des pratiquants qui est très proche de la population sportive. Les glisseurs sur glace, quant à eux, renforcent le caractère d'investissement indifférencié dans les autres pratiques.

Tableau 3 – Les pratiquants de glisse dans les autres pratiques sportives

Tableau 3 – Les pratiquants de glisse dans les autres pratiques sportives

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : Il y a 13 % de skieurs parmi les golfeurs. Il y a 37 % de skieurs parmi les pratiquants de glisse nature. *La moyenne théorique correspond à la moyenne des taux de pénétration. Elle se lit : en moyenne, les skieurs pénètrent à 17 % dans les autres activités.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Engagement sportif, sensation et beauté du geste

20Lorsque les adolescents parlent de ce qui leur plait dans les activités de glisse, quelques représentations s'éloignent de l'ensemble des activités physiques et sportives.

21En effet, si des caractéristiques communes existent comme la recherche d’une dépense physique, c'est-à-dire le besoin de se défouler d'une manière amusante et plaisante, d'autres apparaissent très différentes.

22Ainsi la place du corps dans la perception de la pratique sportive tend à se démarquer. Dans son ensemble, l'activité glisse n'est pas spécialement envisagée en vue de faire fructifier l'esthétique du corps dans le sens d'une amélioration visible et perceptible de la musculature.

23Cette question n’apparaît pas fondamentale dans les pratiques de glisse. En prenant l'exemple de la glisse urbaine, seulement 46 % des pratiquants la qualifient comme une attente importante contre 52 % pour les adolescents dans leur ensemble. La perception d'un engagement risqué du corps qui induit la prise en compte de chutes et de blessures éventuelles, évoque même un phénomène inverse. Faire un sport de glisse fait davantage référence à l'idée de se surpasser, d'obtenir des sensations fortes. Si 63 % des adolescents estiment que cet aspect est important pour pratiquer une activité physique et sportive, ils sont 70 % à la rechercher dans les activités de glisse et plus encore dans les activités de glisse nature où cette attente touche 77 % des pratiquants.

24Néanmoins le côté esthétique est présent, mais il concerne plus spécifiquement le mouvement, le style, la beauté des gestes. Ces derniers doivent être réalisés avec fluidité et souplesse afin de dégager une apparente facilité. Cette mise en scène des corps fait ainsi lien avec la place importante accordée à l'apprentissage ; cette nécessité de posséder une bonne maîtrise technique est un peu sur-représentée dans les activités de glisse avec 91 % contre 88 % dans les activités physiques et sportives. Là encore l'activité glisse nature possède le taux le plus élevé parmi les activités de glisse avec 93 %.

25Ainsi, les conduites corporelles de glisse ne prennent corps dans l'esprit des adolescents que par un engagement risqué conscient puisque maîtrisé par un plus grand apprentissage, dans le but d'une réalisation esthétique du mouvement. La perception spécifique des activités de glisse trouve leur principale justification dans l'intensité ludique, les sensations éprouvées, une manière d'engager son corps et les expériences partagées avec un groupe de pairs.

Graphique 4 – Les motivations selon les sport de glisse pratiqués

Graphique 4 – Les motivations selon les sport de glisse pratiqués

voir tableau XIV en annexe pour l'ensemble des motivations énoncées.
Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : 55 %des pratiquants de glisse nature le font pour la rencontre et 76 % pour se surpasser.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Répartition des glisseurs selon le type d'établissement scolaire fréquenté
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : 59 % des sportifs, 58 % des glisseurs, 50 % des glisseurs-nature sont des collégiensSource : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Graphique 1 – Répartition des glisseurs selon la profession et catégorie sociale du père
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique 2 – Glisse et périodes de vacances
Légende Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 3 – Niveau d'engagement institutionnel des pratiquants de glisse
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 3 – Les pratiquants de glisse dans les autres pratiques sportives
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : Il y a 13 % de skieurs parmi les golfeurs. Il y a 37 % de skieurs parmi les pratiquants de glisse nature. *La moyenne théorique correspond à la moyenne des taux de pénétration. Elle se lit : en moyenne, les skieurs pénètrent à 17 % dans les autres activités.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Graphique 4 – Les motivations selon les sport de glisse pratiqués
Légende voir tableau XIV en annexe pour l'ensemble des motivations énoncées.Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : 55 %des pratiquants de glisse nature le font pour la rencontre et 76 % pour se surpasser.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© INSEP-Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search