Version classiqueVersion mobile

Les adolescents et le sport

 | 
Hervé Canneva
, 
Guy Truchot

Deuxième partie. Disciplines sportives et mode de pratique

Chapitre VI. Une grande diversité de disciplines pratiquées

Estelle Liverneaux

Texte intégral

1En 2001 près de 70 % des adolescents de 12 à 17 ans déclarent pratiquer au moins un sport. Leur activité physique et sportive se caractérise par une grande diversité de disciplines dans l'ensemble, et pour chaque jeune sportif une multitude de pratiques : sur l'ensemble des 12-17 ans, un jeune sportif pratique en moyenne sept activités différentes.

2Les adolescents font donc souvent plusieurs sports, mais ne les pratiquent pas forcément régulièrement ; seulement la moitié de leurs activités physiques et sportives sont pratiquées toute l'année (période scolaire et vacances), et environ 40 % ont lieu au moins une fois par semaine.

Quel que soit le sport choisi, les garçons ont une activité physique et sportive plus soutenue que les filles

3Plus de garçons que de filles font du sport (77 % contre 60 %). En revanche, parmi les sportifs, les garçons ne pratiquent pas un nombre d'activités beaucoup plus grand que les filles : en moyenne sept ou huit disciplines pour eux, et entre six ou sept pour elles. La plus grande participation des garçons se traduit surtout par un éventail d'activités plus large que celui des filles.

4Ils sont majoritaires dans la plupart des sports ; les filles ne sont majoritaires que dans trois familles de disciplines : danse, gymnastique et équitation, avec respectivement 80 %, 77 % et 72 % de filles (tableau 2). De plus, garçons et filles ont des sports de prédilection différents. Le palmarès des sports les plus pratiqués diffère sensiblement suivant le sexe, même si certains d'entre eux sont des activités de masse, comme le vélo ou la natation, qui ont des taux de pratique élevés chez les garçons comme chez les filles. Si dans leur "top 10" on retrouve huit sports identiques, ceux-ci n'occupent pas la même position (tableau 1). Les deux familles qui apparaissent uniquement chez les filles, la danse et la gymnastique, sont par ailleurs deux des trois seules familles d'activités pour lesquelles les filles sont majoritaires en nombre.

5Les différences garçons-filles existent aussi au niveau de leurs modalités de pratique du sport. D'une manière générale, les garçons font du sport plus régulièrement et de façon plus encadrée que les filles, ceux-ci étant plus souvent en club. Ceci est particulièrement vrai pour les sports qui comptent les plus grandes proportions de garçons, le football et le rugby, pour lesquels la pratique des filles est très souvent occasionnelle, alors qu'elle est assidue pour la plupart des garçons. Mais ce n'est pas seulement vrai pour des sports "masculins" : c'est aussi le cas pour la danse par exemple, qui est l'un des sports les plus féminins : 100 % des pratiques pendant l'année scolaire pour les garçons adeptes de cette activité ont lieu au moins une fois par semaine, et 40 % plus de trois fois par semaine, contre 87 % et 2 % respectivement pour les filles (tableau 3).

Tableau 1 – Palmarès des sports les plus pratiqués

Tableau 1 – Palmarès des sports les plus pratiqués

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : 50 % des garçons, 13 % des filles et au total 32 % des adolescents jouent au football. Les taux sont différents du tableau x chap 4 qui donne la part des footballeurs parmi les sportifs
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Une insertion inégale des adolescents issus des milieux les moins favorisés selon les sports

6De manière générale, les adolescents issus des catégories socioculturelles les plus aisées ont un taux de pratique sportive plus élevé que celui des adolescents provenant des milieux les plus modestes (voir chapitre II). Ce résultat se retrouve dans la plupart des familles de sports : le taux de pratique des adolescents augmente avec le niveau de revenu et de diplôme des parents. Les sports les plus marqués sont le ski et la voile, pour lesquels les taux de pratique sont plus de cinq fois supérieurs pour les adolescents des familles aux niveaux de revenu et de diplôme les plus élevés par rapport aux adolescents des milieux les plus modestes. Au niveau du revenu, le taux de pratique du ski, par exemple, passe de 4 % pour les adolescents dont le revenu familial est inférieur à 1 070 € à 21 % pour ceux dont le revenu familial est supérieur à 2 745 €, respectivement de 1 % à 7 % pour la voile (graphique 1).

7Le niveau de diplôme des parents est encore plus discriminant que le revenu du foyer pour la pratique de la plupart des sports. Le taux de pratique du sic passe de 2 % pour les adolescents dont les parents n'ont aucun diplôme à 29 % pour ceux dont un des deux parents au moins a un diplôme supérieur au bac, respectivement de 1 à 8 % pour la voile (graphique 2).

8Le ski et la voile sont de loin les disciplines dont la pratique dépendent le plus de ces critères socioculturels ; les différences sont également significatives pour d'autres sports, parmi lesquelles le tennis, l'escalade ou le tennis de table. Cette tendance se retrouve même pour les sports de masse : les adolescents des milieux les plus favorisés font deux fois plus de natation et de vélo que les adolescents issus des milieux les plus modestes.

9Ce phénomène d'écart entre adolescents issus de milieux socioculturels différents s'estompe pour d'autres sports, comme l'athlétisme ou les sports de boules : pour ces activités le taux de pratique semble indépendant du revenu ou du diplôme des parents. La tendance s'inverse même pour les sports de combat, puisque le taux de pratique diminue à mesure que le revenu familial et le niveau de diplôme des parents augmentent : le taux de pratique descend de 9 % à 1 % de la classe des adolescents dont les parents sont les moins diplômés à celles des adolescents dont les parents sont les plus diplômés (graphique 2).

10Quelques autres sports permettent une bonne insertion des adolescents issus des milieux les moins aisés : c'est le cas du rugby et du football, pour lesquels les taux de pratique sont les plus forts pour les adolescents dont les parents appartiennent aux catégories de revenu les plus faibles. Le football se distingue particulièrement par sa proportion très élevée d'adolescents pratiquants appartenant aux familles dont le revenu est inférieur à 1 070 € par mois.

Graphiques 1 et 2 – Les taux de pratique des différentes familles d'activités sportives selon le niveau de revenu et de diplôme des parents

Graphiques 1 et 2 – Les taux de pratique des différentes familles d'activités sportives selon le niveau de revenu et de diplôme des parents

Natation et vélo massivement pratiqués

11Les sports de loin les plus fréquents chez les adolescents sont la natation et le vélo, avec 39 et 41 % de pratiquants parmi les 12-17 ans. Un peu plus de la moitié d'entre eux pratique au moins une de ces activités, et les trois quarts des sportifs en font.

12La famille d'activités "natation" regroupe la natation proprement dite, la baignade, les sports pratiqués en piscine, ainsi que la plongée) ; celle du "vélo" comprend toutes les activités déclarées sous les noms de cyclisme, vélo ou VTT, ainsi que le cyclotourisme, le bi-cross, le free style et le trial. En terme de poids, natation et vélo regroupent presque un quart de l'ensemble de leurs pratiques sportives.

  • 23 Dans l'enquête, on a demandé aux adolescents s'ils pratiquaient leur sport "seulement pendant l'an (...)

13Les adolescents sont très nombreux à nager ; 67 % des activités regroupées dans la famille "natation" sont de la natation proprement dite (en piscine ou en eau libre), 27 % sont des activités de baignade et 4 % de la plongée. Mais bien cette famille de sports soit l'une des plus répandues, dans plus de la moitié des cas elle n'est pratiquée que pendant les vacances. Ceci est d'autant plus vrai pour les adolescents qui déclarent la baignade ou la plongée. Parmi les pratiques qui existent pendant l'année scolaire23, presque la moitié ont lieu au moins une fois par semaine. Quelle que soit la façon dont elle est pratiquée, la natation est une famille de sport complètement mixte : autant de filles que de garçons s'y adonnent ; de même la pratique varie très peu avec 1'âge.

14Le vélo ou cyclisme est un sport beaucoup moins mixte : les adolescents amateurs de vélo sont plus souvent des garçons, qui représentent presque les deux tiers des pratiquants. Près de 70 % en font tout au long de l'année, pendant la période scolaire et les vacances. Parmi eux, les deux tiers en font au moins une fois par semaine. Le VTT est une activité très prisée : il représente près de la moitié des pratiques de vélo déclarées. La période des vacances semble un peu plus propice à cette discipline, puisque plus du tiers des pratiquants du VTT n'en font que pendant les vacances, alors qu'ils sont moins de 25 % pour les autres activités de vélo.

15Même si le cyclisme concerne davantage les garçons et représente une pratique plus régulière que la natation, ces deux familles d'activités ont des profils assez similaires. Ce sont les sports les plus répandus, mais ce ne sont toutefois pas ceux qui sont pratiqués de façon la plus assidue. Très peu d'adolescents en font en club (dans 6 % des cas pour la natation, 2 % pour le vélo), le taux de licences est encore plus faible et la compétition quasi-inexistante parmi les 12-17 ans.

16Ces activités sont d'ailleurs souvent appréhendées comme du loisir plutôt que du sport : par exemple la moitié des adolescents n'a pas l'impression de faire du sport en allant à la piscine avec des copains. De plus une fois sur deux la pratique n'est pas déclarée spontanément par la personne interrogée, mais seulement après relance de l'enquêteur.

17Ces disciplines sont par ailleurs souvent complémentaires avec d'autres sports : la quasi-totalité des pratiquants de natation ou de vélo font au moins un autre sport. Elles vont aussi de pair avec une grande implication envers le sport, puisque leurs pratiquants font en moyenne plus de 8 sports différents, contre 3 pour les autres sportifs.

18Enfin, ce sont des activités relativement "universelles" au sens où elles comptent les trois quarts des sportifs et quelles touchent de façon importante toutes les catégories d'adolescents, quel que soit leur sexe, leur âge ou leur origine sociale.

Tableau 2 – La pratique des différentes familles d'activités sportives

Tableau 2 – La pratique des différentes familles d'activités sportives

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : Les footballeurs se répartissent en 80 % de garçons et 20 % de filles, 37 % de 12-13ans,
31 % de 14-15 ans, et 32 % de 16-1 7 ans ; Par ailleurs, 34 % des footballeurs pratiquent en club,
32 % ont un licence et 31 % se livrent à des compétitions.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

Le football : le principal sport des garçons

19Le football se place en troisième position après la natation et le vélo ; 32 % des adolescents en font. Ceci est principalement dû à l'activité des garçons, qui représentent 80 % des pratiquants. C'est d'ailleurs le sport pratiqué par le plus grand nombre de garçons : un sur deux déclare en faire.

20Pour ces derniers, la pratique varie assez peu avec l'âge (de 54 % pour les 12-13 ans à 45 % pour les 16-17 ans) et quel que soit le type de scolarité, le taux de pratique avoisine 50 %. Chez les filles, la participation est au contraire très liée au type d'établissement fréquenté. Elle est la plus importante pour les lycéennes, pour lesquelles on atteint un taux de pratique du football de 18 % (contre 11 % au collège et seulement 4 % pour les autres filières d'études).

21Et si le football est une activité pratiquée occasionnellement par les filles (les trois quarts en font moins d'une fois par semaine), la fréquence de pratique est très forte pour les garçons : dans environ 85 % des cas ils en font tout au long de l'année (tableau 3), parmi lesquels les trois quarts en font chaque semaine, et plus de la moitié au moins deux fois par semaine. Cette intensité de la pratique s'explique en partie par le fait qu'elle est relativement encadrée : dans un peu plus d'un tiers des cas les footballeurs sont en club, et presque autant sont licenciés et participent à des compétitions.

22Les jeunes footballeurs sont d'ailleurs nombreux à apprécier dans le sport l'idée de faire de la compétition et de se mesurer aux autres : c'est le cas de trois quarts d'entre eux (contre deux tiers pour l'ensemble des adolescents). Cette idée va de pair avec les autres traits qui caractérisent leur représentation du sport : ils aiment davantage que l'ensemble des jeunes sportifs faire des rencontres, se surpasser, et pouvoir être apprécié d'un public : le football fait ainsi ressortir la dimension conviviale et sociale du sport.

23Le football se distingue aussi par le fait que c'est un sport relativement populaire ; les adolescents pratiquants de ce sport appartiennent plus souvent aux familles les moins aisées, dont le revenu mensuel est inférieur à 1 830 € par mois (graphique 1).

À chacun son sport collectif

24Presque la moitié des adolescents pratique au moins un sport collectif. Toutefois, cette catégorie de sports ne représente que 17 % de leurs activités physiques et sportives (10 % sans compter le football) ; en effet les adolescents déclarent pratiquer en moyenne un sport collectif et sept disciplines en tout. Les garçons sont plus nombreux à se diriger vers ce type de sport : 60 % d'entre eux, contre seulement 30 % des filles. En tout, 75 % des pratiques de sport collectif sont le fait des garçons.

Tableau 3 – Les période et fréquence de pratique des différentes familles d'activités sportives

Tableau 3 – Les période et fréquence de pratique des différentes familles d'activités sportives

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : 90 % des footballeurs pratiquent le football toute l'année, dont 84 au moins une fois par semaine (garçons).
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre2001.
(1) au moins pendant la période scolaire, c’est à dire à l'exception des seules activités de vacances.

25L'intérêt pour les sports collectifs reste quasiment constant avec l'âge des adolescents (graphique 3). Mais ceux-ci ne s'orientent pas tous vers les mêmes disciplines : les plus jeunes font un peu plus fréquemment du football et du handball, alors que les 16-17 ans sont souvent plus nombreux à préférer le basket et surtout le volley, ainsi que les sports collectifs moins classiques comme le base-ball ou le football en salle.

26Le rugby est un sport collectif un peu particulier. C'est l'activité sportive la plus masculine : 92 % des pratiques sont le fait des garçons. Le plus fort taux de pratique du rugby concerne les 14-15 ans (presque la moitié des pratiquants), et ce sport touche un peu plus les adolescents issus des catégories sociales les moins aisées. Les amateurs de ce sport défendent des valeurs assez spécifiques : ils aiment particulièrement se mesurer aux autres et se surpasser, et sont surtout plus nombreux que les autres sportifs à penser que le sport apporte le respect des autres.

27Les sports collectifs vers lesquels se tournent le plus souvent les filles sont le basket, le football et le volley, même si leur taux de pratique est toujours plus faible que chez les garçons. Ces derniers ont un éventail de sports collectifs plus large que les filles. L'ordre de préférence pour eux est de loin le football, suivi du basket, du handball, du rugby et du volley, chacune de ces disciplines attirant plus de 10 % des garçons.

Graphique 3 – Les taux de pratique de sports collectifs par sexe et âge

Graphique 3 – Les taux de pratique de sports collectifs par sexe et âge

Les sports les plus féminins (danse et gymnastique) ne sont pas ceux où l'on trouve le plus de filles

28Les filles sont majoritaires dans deux grandes familles de sports : la danse et la gymnastique. Ces disciplines comptent chacune plus de trois quarts de filles.

29Outre leur dominante féminine, danse et gymnastique ont des profils de pratiquants très ressemblants. Dans un peu plus de 90 % des cas, les pratiquants en font au moins pendant l'année scolaire ; parmi eux presque tous en font chaque semaine, et un quart en fait entre deux et trois fois par semaine. Presque la moitié des danseurs adhèrent à un club, ainsi qu'un tiers des gymnastes, mais relativement peu d'entre eux possèdent une licence et participent à des compétitions (tableau 2). Ces familles d'activités sont surtout appréciées par les collégiens : plus des deux tiers des amateurs de danse ou de gymnastique vont au collège. Pour la danse comme pour la gymnastique, une chute sensible du taux de pratique des filles intervient chez les 16-17 ans ; elle peut être mise en relation avec le fait que ces deux familles de sports sont parmi les plus fréquemment abandonnées par les adolescents (voir chapitre IV).

30Les pratiquants se répartissent dans de nombreuses disciplines. Les jeunes danseurs sont nombreux à adopter les activités récemment apparues : par exemple, le hip-hop rassemble un tiers des pratiques (les deux autres disciplines les plus pratiquées étant le modem jazz et la danse classique). De même dans la famille gymnastique, la pratique relève souvent de disciplines récentes croisant gymnastique et entretien physique, comme le fitness ou le step, la gymnastique proprement dite n'en représentant que 20 %.

31En revanche, ces deux familles de disciplines se distinguent par les motivations de leurs pratiquants : les danseurs aiment davantage la possibilité de donner des spectacles et dette appréciés d'un public, tandis que les gymnastes sont plus motivés par le désir de rester en forme, de se muscler et d'entretenir leur corps.

32L'équitation est la troisième famille d'activités qui compte davantage de filles que de garçons. Elle se différencie un peu des deux premières par le profil de ses pratiquants. Il s'agit plus d'une activité de loisir : dans presque la moitié des cas elle n'a Heu que pendant les vacances. Par ailleurs, l'équitation se remarque par une faible présence de pratiquants issus des milieux modestes, en particulier seulement 3 % d'entre eux ont des parents qui ne possèdent aucun diplôme. Enfin, comme la danse et la gymnastique, cette famille d'activités compte une très petite proportion de 16-17 ans, qui sont deux fois moins nombreux que les plus adolescents.

33Bien qu'elles soient majoritaires dans ces trois familles de sport seulement, les filles sont quand même bien insérées dans la plupart des activités physiques et sportives. Elles représentent moins d'un tiers des pratiquants pour une dizaine de sports seulement, et il n'y a que le football, le rugby, les sports mécaniques et la pêche qui comptent plus de trois quarts de garçons.

Les activités physiques et sportives "individuelles de masse" largement en tête des classes de la NAPS

  • 24 Voir "Une nomenclature pour les activités physiques et sportives : 335 disciplines, 34 familles, 9 (...)

34Les différentes familles de disciplines peuvent être regroupées en neuf classes, selon la Nomenclature des Activités Physiques et Sportives (NAPS). Cette nomenclature a été élaborée principalement pour structurer des données économiques relatives au domaine du sport ; elle regroupe les familles d'activités physiques et sportives selon des critères techniques, démographiques et économiques24.

35Parmi ces neuf classes, celle qui rassemble de loin le plus grand nombre de pratiques sportives des 12-17 ans est celle des activités "individuelles de masse" (IDM) : 39 %, soit plus d'un tiers des pratiques (tableau 4). Elle regroupe en effet, entre autres, les activités de natation et de vélo, qui sont les deux familles de sports les plus développées chez les adolescents.

  • 25 Voir "Les pratiques sportives en France", résultats de l'enquête menée en 2000 par le ministère de (...)

36La hiérarchie des classes est quasiment identique chez les adolescents de 12 à 17 ans et chez les adultes (population de 15-75 ans)25. La seule différence réside dans le fait que chez les adolescents les APS "semi-professionnelles" arrivent devant les APS "de loisirs équipées autonomes" ; ceci est dû à la place importante que tiennent les sports collectifs, comme le basket ou le volley, chez les adolescents.

Tableau 4 – Les 9 classes de la NAPS

Sigle

Libellé de la classe

Activités physiques et sportives (APS) retenues dans l'analyse statistique en 34 familles

LEA

APS « de Loisirs équipées autonomes »

Escalade/Montagne/Spéléologie, Bowling & quilles, Musculation, Roller/skate, Pêche

SOL

APS « Socio ludiques »

Marche sportive, Boules et billard, Tennis de table,. Badminton-squash, Danse

HDO

APS « A haut degré d'organisation »

Judo et divers, Autres arts martiaux, Sports aériens, Escrime, Tir

INI

APS « Individuelles, instrumentées »

Sports de glace, Glisse sur eau, Aviron-canoë, Golf

DEQ

APS « D’équipage »

Equitation, Voile & planche

IDM

APS « individuelles de masse »

Natation/baignade, Vélo, Athlétisme/footing, Gymnastique

MEC

APS « Mécaniques »

Sports mécaniques

SPR

APS « Semi-professionnelles »

Basket-bal1 Volley-ball, Handball & autres sports collectifs, Tennis, Sports de combat

PRO

« Professionnelles »

Football, Rugby

37Les activités physiques et sportives des adolescents sont en revanche plus diversifiées que celles des adultes : pour ces derniers plus de la moitié des activités sont concentrées dans la classe des APS "individuelles de masse" ; c'est surtout les cas des femmes, pour lesquelles deux tiers des pratiques sportives sont rassemblées dans cette classe.

38Une autre spécificité dans le sport des adolescents est la présence féminine élevée pour chaque famille d'activités : elles ont un poids plus important que l'ensemble des femmes de 15 à 75 ans dans la plupart des classes. Cela s'explique par deux raisons : d'une part la prédilection des femmes pour les "activités individuelles de masse", alors que les jeunes filles ont une palette d'activités plus élargie. D'autre part, même si les filles sont moins nombreuses que les garçons à faire du sport, les jeunes sportives font presque autant de disciplines que leurs homologues masculins, ce qui n'est pas le cas chez les adultes (seulement un tiers des pratiques des adultes sont déclarées par des femmes, alors qu'elles représentent presque la moitié des pratiquants).

Tableau 5 – Les pratiques au sein des neuf classes de la NAPS

Tableau 5 – Les pratiques au sein des neuf classes de la NAPS

Champ : adolescents de 12 à 17 ans.
Lecture : Les sports individuels de masse (IDM) rassemblent 39 % des sportifs. Parmi eux, 44 % sont des filles, 33 % ont de 12 à 13 ans, et 7 % pratiquent en club.
Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.

39Les pratiques sportives des adolescents, à l'intérieur des neuf classes de la NAPS, ont chacune leurs particularités.

40Les APS de la classe IDM se caractérisent par un très faible encadrement (7 % se font en club) et donnent très rarement lieu à des compétitions. La classe des activités "socio-ludiques" (SOL) arrive en seconde position après la classe IDM : disciplines relativement mixtes, également développées dans chaque classe d'âge, très peu tournées vers la compétition. Une classe relativement proche, au niveau des modalités de pratique, est la classe des activités "de loisirs équipées autonomes" (LEA), totalisant 10 % des pratiques - skate ou roller pour la moitié. Il s'agit de disciplines très propices aux périodes de vacances : 90 % environ ont lieu au moins pendant les vacances.

41Les classes des APS "semi-professionnelles" (SPR) et "professionnelles" (PRO), se ressemblent par leur forte proportion de garçons, ainsi que de pratiques en club (respectivement 31 % au sein de la classe PRO et 26 % dans la classe SPR). De plus, pour les disciplines de la classe PRO, un fait marquant est que la grande majorité des pratiquants en club font de la compétition. La pratique de toutes ces disciplines est régulière tout au long de l'année scolaire. Ces deux classes se distinguent sur certains critères : les pratiques de la classe SPR se distinguent par une forte proportion de 16-17 ans ; celles de la classe PRO par une implication importante des adolescents appartenant aux familles les moins aisées.

42Parmi les classes les moins bien représentées, apparaissent celles qui se caractérisent par l'instrumentation importante qu'elles nécessitent, les classes des activités "individuelles instrumentées" (INI) et "à haut degré d'organisation" (FIDO). La seconde regroupe des activités très encadrées, puisque la moitié ont lieu au sein d'un club, fortement orientées vers la compétition (un tiers des pratiques), et très soutenues au niveau de la fréquence de pratique. Au contraire les pratiques de la classe INI se font souvent librement, dans un esprit plus tourné vers le loisir : 70 % des pratiques ont lieu uniquement pendant les vacances.

43Enfin, les deux classes regroupant le moins de pratiques sont aussi les plus spécifiques : la classe des activités "d'équipage" (DEQ), équitation et voile, est la seule classe dont la pratique concerne plus de filles que de garçons. Elle est marquée par une grande intensité de pratique, et une fréquente appartenance à un club (29 % des cas). C'est la classe d'activités qui compte à la fois la plus grande proportion de pratiques féminines, et le moins de jeunes filles de 16-17 ans. Cela est peut-être dû au fait que les filles sont plus enclines à abandonner le sport (voir chapitre IV). La classe des activités "mécaniques" (MEC) est celle comprenant la plus forte proportion de garçons. Ces disciplines touchent aussi beaucoup d'adolescents de 16-17 ans par rapport aux autres classes, et concernent surtout ceux dont les parents ont les revenus les plus élevés.

Notes

23 Dans l'enquête, on a demandé aux adolescents s'ils pratiquaient leur sport "seulement pendant l'année scolaire”, "seulement pendant les vacances", ou bien "toute l'année, période scolaire et vacances". Ils ont été interrogé sur leur fréquence de pratique seulement s'ils pratiquaient au moins en période scolaire.

24 Voir "Une nomenclature pour les activités physiques et sportives : 335 disciplines, 34 familles, 9 classes", STAT-info no 02-02, Ministère de la Jeunesse et des Sports, mars 2002

25 Voir "Les pratiques sportives en France", résultats de l'enquête menée en 2000 par le ministère des sports et l'Institut National du Sport et de l'Éducation Physique - Éditions de l'INSFP

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Palmarès des sports les plus pratiqués
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : 50 % des garçons, 13 % des filles et au total 32 % des adolescents jouent au football. Les taux sont différents du tableau x chap 4 qui donne la part des footballeurs parmi les sportifsSource : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Graphiques 1 et 2 – Les taux de pratique des différentes familles d'activités sportives selon le niveau de revenu et de diplôme des parents
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Tableau 2 – La pratique des différentes familles d'activités sportives
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : Les footballeurs se répartissent en 80 % de garçons et 20 % de filles, 37 % de 12-13ans,31 % de 14-15 ans, et 32 % de 16-1 7 ans ; Par ailleurs, 34 % des footballeurs pratiquent en club,32 % ont un licence et 31 % se livrent à des compétitions.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Tableau 3 – Les période et fréquence de pratique des différentes familles d'activités sportives
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : 90 % des footballeurs pratiquent le football toute l'année, dont 84 au moins une fois par semaine (garçons).Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre2001.(1) au moins pendant la période scolaire, c’est à dire à l'exception des seules activités de vacances.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Graphique 3 – Les taux de pratique de sports collectifs par sexe et âge
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau 5 – Les pratiques au sein des neuf classes de la NAPS
Légende Champ : adolescents de 12 à 17 ans.Lecture : Les sports individuels de masse (IDM) rassemblent 39 % des sportifs. Parmi eux, 44 % sont des filles, 33 % ont de 12 à 13 ans, et 7 % pratiquent en club.Source : enquête Pratique sportive des adolescents, ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, novembre 2001.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© INSEP-Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search