Desktop versionMobile Version

Les organisations sportives et l'Europe

 | 
Colin Miège

Première partie. Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes

Sixième chapitre. L’éducation physique et sportive en milieu scolaire dans les états membres

Volltext

1La situation de l'éducation physique et du sport en milieu scolaire constitue une préoccupation récurrente, au regard des tendances à la baisse de l’activité physique observées chez les jeunes et de la progression concomitante de la sédentarité et de l’obésité. Bien des problèmes concrets de santé physique ou mentale peuvent en effet être résolus en consacrant un horaire suffisamment large à l’éducation physique et au sport dans les écoles.

  • 42 Laporte Willy – « L’enseignant d’éducation physique dans les établissements secondaires de l’Union (...)

2La comparaison de la situation de l’éducation physique dans les pays de l’Union permet de dégager à la fois des différences et des similitudes. De prime abord, les activités rangées sous cette appellation présentent des caractéristiques nationales, voire régionales, et sont en partie déterminées par la culture propre à chaque pays. Un rapport réalisé en 1997 par le Réseau européen des instituts de sciences du sport (REISSE), sous l’égide de la Commission européenne, soulignait la longue tradition d'éducation physique en Europe, avec des apports variés tels que la gymnastique allemande ou suédoise, combinés au mouvement sportif anglais42. Parmi les diverses conceptions de l'éducation physique mises en oeuvre, on peut dégager les tendances suivantes :

  • la conception du « sport pour tous », orientée vers une certaine spécialisation sportive, a surtout inspiré l’Allemagne et le Royaume-Uni ;
  • la philosophie du « sport récréatif », reposant sur l'épanouissement de la personnalité, notamment au travers des activités de plein air, caractérise davantage les pays nordiques tels que le Danemark, la Suède, la Norvège ou bien encore la Finlande, même si le programme britannique semble évoluer vers cette conception ;
  • l’éducation physique conçue avant tout comme éducation motrice fondamentale a longtemps été le propre de pays latins tels que l’Espagne, l’Italie, la France ou le Portugal.

1. Les fondements conceptuels de l’éducation physique à l’école

3Tous les Etats européens se sont dotés d’un cadre réglementaire en vue de définir les principes directeurs de l'éducation physique, cette matière relevant de la politique éducative qui incombe traditionnellement aux pouvoirs publics. Ainsi, les enseignants d’éducation physique disposent de programmes officiels spécifiques, tant au niveau primaire que secondaire, en vue d’assurer des prestations comparables sur l'ensemble du territoire national (toutefois, en Finlande, les écoles ont la possibilité de déterminer leur propre programme, en tenant compte des potentiels et des besoins de chaque enfant).

4Les objectifs de ces programmes présentent des similitudes assez marquées et traduisent des valeurs communes. Ainsi, ils visent tous au développement physique, mais aussi psychologique, culturel et social de l’élève, ce qui implique notamment l’accroissement de son potentiel physique, le maintien et le renforcement de sa santé, l’acquisition d’un patrimoine de pratiques sportives que l’élève pourra gérer de façon autonome à l’âge adulte. Plus globalement, sont recherchés dans tous les cas l’épanouissement de l’élève, avec une ouverture aux autres et à l’environnement, et le développement de certaines valeurs morales et comportementales.

  • 43 Étude portant sur les programmes d’éducation physique de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et (...)

5On peut donc noter, d’un pays à l’autre, des convergences dans les manières de concevoir la formation corporelle fondamentale assurée en milieu scolaire. Une étude sur les programmes d’éducation en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni observe ainsi « une variété de déclinaisons d’une même idée de l’éducation physique, sur un continuum allant d’une sportivisation scolaire à un développement des compétences individuelles », tout en notant une tendance récente des programmes à insister davantage sur les apprentissages scolaires que sur les activités sportives enseignées43. L’élaboration concertée des programmes, enfin, constitue une autre caractéristique commune.

2. La nature de l’autorité de tutelle

6L’éducation physique en milieu scolaire relève traditionnellement du ministère en charge de l’éducation nationale. Le plus souvent, ce département est distinct de celui chargé des sports, quand ce dernier existe ; c’est cependant le cas en Espagne, en Finlande et Portugal, mais aussi en Lettonie, en Lituanie, en Slovaquie et en Slovénie, où le ministère chargé de l’éducation est également responsable du sport. Il est cependant fréquent qu’une collaboration soit instaurée entre l’administration de l’éducation nationale et celle en charge des sports en matière de sport scolaire.

7Le degré de centralisation ou de décentralisation, reflétant le mode général d’organisation de chaque Etat, constitue un paramètre qui doit également être pris en compte. Ainsi, l’existence de structures décentralisées est davantage l’apanage des pays de l’Europe du Nord comme l’Allemagne ou le Danemark, les communautés autonomes espagnoles constituant une notable exception. En Allemagne par exemple, chaque Land établit son propre programme d’enseignement de l’éducation physique et se charge d’en assurer le financement. Au Royaume-Uni, l’éducation physique, qui relevait traditionnellement de la compétence des autorités locales (Local Education Authorities), tend peu à peu vers une conception plus normative et centralisée, avec la mise en oeuvre, dans les années quatre-vingt-dix, d’un « national curriculum » destiné à harmoniser les pratiques des différents établissements scolaires.

8On observe en revanche une organisation plus centralisée, voire une intervention poussée de l’Etat central en matière d’éducation physique à l’école, dans les pays du sud de l’Europe tels que la Grèce, l’Italie, mais aussi l’Autriche. Toutefois, une tendance à la centralisation de la définition des normes pédagogiques et à la décentralisation des mises en oeuvre se manifeste un peu partout.

3. Le volume horaire consacré à l’éducation physique et sportive

9La grande majorité des pays européens préconise entre deux et quatre heures d’éducation physique par semaine, les volumes horaires les plus importants se situant à l’école primaire, pour ensuite diminuer dans le secondaire, tandis que cet enseignement a souvent un caractère facultatif dans l’enseignement supérieur.

10A l’école primaire, les horaires officiels prévoient en général deux à trois séances d’éducation physique par semaine, les extrêmes étant observés d’un côté en France, avec cinq heures préconisées, et de l’autre en Irlande, qui n’en mentionne qu’une. La Finlande, la Suède et la Norvège constituent des cas particuliers, ces pays fixant un volume global d’heures d’éducation physique pour la totalité de la scolarité obligatoire.

11Au collège, la présence d’enseignements optionnels rend les comparaisons plus délicates. Néanmoins, un minimum de deux séances hebdomadaires est généralement assuré, l’Autriche, l’Espagne et le Portugal allant jusqu’à trois, voire quatre heures par semaine. L’Irlande est la seule exception avec moins de deux heures hebdomadaires.

12Selon des chiffres publiés par la Commission européenne portant sur l’année scolaire 2002-2003, le nombre d’heures d’enseignement d’éducation physique et sportive délivrées à l’école primaire varierait d’un minimum de 179 heures par an en Bulgarie à un maximum de 588 heures en Estonie. Dans le secondaire, les extrêmes vont de 86 heures annuelles en Irlande à 540 heures en France. Globalement, la France semble le pays de l’Union qui consacre le plus de temps à l’éducation physique dans le cadre scolaire, avec 180 minutes hebdomadaires, contre 100 en Belgique ou au Luxembourg, pays qui se situent en deçà de la moyenne européenne de 109 minutes ; toutefois, ces chiffres sont à relativiser dans la mesure où certains pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni, promeuvent davantage le sport en dehors du cadre scolaire, en aménageant les emplois du temps à cette fin.

13Lors d’un séminaire sur l’éducation physique à l’école élémentaire organisé en 1985 à Bilbao sous l’égide du Conseil de l’Europe, il avait été estimé que trois séances d’éducation physique et sportive par semaine constituaient un minimum au niveau élémentaire, une séance quotidienne paraissant même indispensable pour les plus jeunes. Cette préconisation a été reprise par l’Association européenne d’éducation physique (European Physical Education Association, ou EUPEA) qui regroupe les syndicats d’enseignants d’éducation physique d’une trentaine de pays européens.

  • 44 Cf. notamment le rapport Pack, no A4-0197/97, adopté le 13 mai 1997.
  • 45 L’étude en question (Hardman Ken et Marshall M.J. – « Étude sur la situation de l’éducation physiq (...)

14On observe cependant un fréquent décalage entre les programmes officiels et les horaires effectivement assurés. Ainsi, dès les années quatre-vingt-dix, le Parlement européen a considéré à maintes reprises « que la place du sport à l’école a de plus en plus tendance à être réduite à la portion congrue, et qu’il est impératif d’inverser cette évolution »44. Cette appréciation n’est pas propre à l’Europe et les chercheurs ont pu mettre en évidence que « l’éducation physique scolaire se trouvait dans une situation critique dans toutes les régions du monde »45. Des exemples de diminution importante du volume horaire étaient donnés en ce qui concerne entre autres l’Angleterre, l’Autriche, la Finlande, les Pays-Bas ou la Suède.

  • 46 « Éducation physique et sport, une nouvelle approche politique et institutionnelle », réunion des (...)

15Lors de la réunion des ministres européens en septembre 2002 dans le cadre du Conseil de l’Europe, un rapport alarmant sur la situation de l’éducation physique a été présenté. D’après ce rapport, « toutes les enquêtes mettent en évidence un déclin et une marginalisation de l’éducation physique dans les pays de l’ensemble de l’Europe. Les carences sont manifestes du point de vue de la dotation horaire dans les programmes, du statut de la discipline comme matière d’enseignement, des moyens matériels, humains et financiers mis en oeuvre... », en même temps que s’amenuisent les possibilités de pratiquer le sport en dehors des heures scolaires. L’analyse des contenus révèle également que « domine un modèle de programme privilégiant la compétition et les performances »46.

  • 47 Conseil de l’Europe, Rec(2003)6.

16En conséquence, le Conseil de l’Europe a adopté en 2003 une recommandation sur les principes politiques destinés à améliorer l’accès à l’éducation physique et au sport des enfants et des jeunes dans tous les pays européens47.

  • 48 Hardman Ken – « Situation actuelle et perspectives de l’éducation physique au sein de l’Union euro (...)

17Selon une étude publiée en 2007 par le Parlement européen sur le rôle du sport dans l’éducation, depuis 2002, le temps moyen imparti à l’éducation physique a diminué au sein de l’Union, tant dans les programmes de l’enseignement primaire – où il est passé de 121 minutes à 109 par semaine –, que dans ceux de l’enseignement secondaire – où il a été réduit de 117 à 101 minutes par semaine48. Cette diminution générale recouvre de fortes variations différentielles et il apparaît que, depuis 2000, le nombre d’heures d’éducation physique a été davantage réduit dans les nouveaux Etats membres d’Europe centrale et orientale que dans les pays d’Europe occidentale. L’étude évoque une conception étroite et traditionaliste de l’éducation physique, visant à renforcer le sport de compétition et les performances à partir d’un éventail limité d’activités – essentiellement les jeux, la gymnastique et l’athlétisme –, ce qui aurait pour effet de provoquer un taux important de décrochage chez les jeunes.

  • 49 Parlement européen, résolution sur le rôle du sport dans l’éducation, 13 novembre 2007, P6 TA (200 (...)

18D’une manière générale, l’éducation physique est souvent perçue comme une discipline d’importance secondaire, même si elle a le plus souvent un caractère obligatoire. Ce constat est préoccupant dans la mesure où l’on estime que 80 % des enfants en âge scolaire ne pratiquent une activité physique qu’à l’école, alors qu’il est vivement recommandé qu’ils exercent au moins une heure d’activité physique par jour. L’étude préconise en conclusion une vingtaine de recommandations politiques. À partir de ce rapport, le Parlement européen a adopté en novembre 2007 une résolution qui formule un certain nombre de recommandations, visant notamment à ce que tous les Etats membres rendent l’éducation physique obligatoire dans les écoles primaires et secondaires, adoptent des programmes scolaires comportant au moins trois périodes par semaine consacrées à l’éducation physique, et incitent les écoles à dépasser ce minimum. La résolution préconise également de renforcer le financement des installations sportives scolaires par les fonds structurels européens dans les régions défavorisées, d’améliorer la formation des enseignants et de renforcer les initiatives communautaires dans ce domaine49.

  • 50 Cf. Livre blanc sur le sport, 11 juillet 2007, COM(2007)391 final, point 8.

19La Commission a ainsi manifesté l’intention de créer un label européen, qu’elle attribuera aux écoles qui soutiennent activement la pratique d’activités physiques en milieu scolaire50.

20Certains pays semblent disposés à enrayer la tendance au déclin ; ainsi, le premier ministre britannique a annoncé en juillet 2007 le lancement d’une campagne en vue d’offrir à tous les élèves la possibilité de s’adonner au sport jusqu’à cinq heures par semaine – au lieu de quatre précédemment –, la perspective des Jeux olympiques de Londres de 2012 jouant le rôle de catalyseur. De son côté, le ministre français de l’Éducation nationale a annoncé l’inscription d’une heure supplémentaire de sport dans le primaire à partir de l’année scolaire 2008-2009.

21S’agissant des rapports entre activités sportives scolaires et extrascolaires, on relève des liens étroits entre les organisations sportives et le système scolaire dans des pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique (région flamande), le Danemark, la Grèce, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Suède, sans qu’il soit possible a priori de distinguer des aires géographiques homogènes. Ailleurs, les rapports peuvent être plus distendus.

22Selon le Livre blanc sur le sport, des accords de coopération entre les écoles et les clubs sportifs devraient être envisagés en vue de promouvoir l’activité physique extrascolaire.

Anmerkungen

42 Laporte Willy – « L’enseignant d’éducation physique dans les établissements secondaires de l’Union européenne », rapport du Réseau européen des instituts de sciences du sport, établi sous l’égide de la Commission européenne, 1997.

43 Étude portant sur les programmes d’éducation physique de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et du Royaume-Uni, in Klein Gilles – « L’Europe et l’éducation physique », Dossiers EPS, no 21, Paris : Éditions Revue EPS, 1995.

44 Cf. notamment le rapport Pack, no A4-0197/97, adopté le 13 mai 1997.

45 L’étude en question (Hardman Ken et Marshall M.J. – « Étude sur la situation de l’éducation physique en milieu scolaire au niveau mondial », université de Manchester, novembre 1999) résulte d’un projet de recherche subventionné par le CIO, par le biais du Conseil international pour l’éducation physique et la science du sport (CIEPSS), qui émane de l’Unesco.

46 « Éducation physique et sport, une nouvelle approche politique et institutionnelle », réunion des ministres européens du sport, Varsovie, 12 et 13 septembre 2002.

47 Conseil de l’Europe, Rec(2003)6.

48 Hardman Ken – « Situation actuelle et perspectives de l’éducation physique au sein de l’Union européenne », étude réalisée pour le Parlement européen, université de Worcester, février 2007.

49 Parlement européen, résolution sur le rôle du sport dans l’éducation, 13 novembre 2007, P6 TA (2007) 0503.

50 Cf. Livre blanc sur le sport, 11 juillet 2007, COM(2007)391 final, point 8.

© INSEP-Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search