Version classiqueVersion mobile

Les organisations sportives et l'Europe

 | 
Colin Miège

Première partie. Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes

Quatrième chapitre. La diversité des taux de pratique sportive et des expressions du bénévolat dans le sport

Texte intégral

1Les niveaux de pratique sportive varient considérablement selon les États membres et cette différenciation, qui permet de distinguer une Europe du Nord globalement plus encline aux activités physiques et sportives que celle du Sud, doit être reliée à des facteurs culturels et sociologiques. Cette diversité de pratiques se combine à la multiplicité des expressions du bénévolat au sein des associations sportives.

1. Des taux de pratique sportive très variables selon les pays

2Selon une première enquête réalisée en 1998 par la Commission, le taux de non-pratique sportive varierait d’un minimum de 6 % en Finlande à un maximum de 77 % au Portugal. On peut déduire, à partir de ces chiffres, un taux national de pratique sportive qui permet de classer les pays de l’Union européenne en trois catégories :

  • les pays à population très sportive, dans lesquels les taux de non-pratique s’échelonnent de 6 à 18 % : Finlande (6 %), Suède (10 %), Autriche (13 %), Irlande (13 %), Pays-Bas (16 %) et Luxembourg (18 %) ;
  • les pays moyennement sportifs (de 25 à 35 % de non-pratique) : Danemark (23 %), Royaume-Uni (23 %), Allemagne (30 %) et France (30 %) ;
  • les pays dans lesquels les pratiques sportives restent peu développées (de 37 à 60 % de non-pratique) : Espagne (37 %), Belgique (38 %), Italie (38 %), Grèce (40 %) et Portugal (60 %).

3Toujours selon cette enquête, les activités physiques les plus pratiquées par les Européens sont la marche, le vélo, la natation et la remise en forme (fitness).

  • 32 Cf. étude « Vocasport » précitée, relative à la formation et l’enseignement professionnel dans le (...)

4Ces données sont corroborées par le Réseau européen des instituts de sciences du sport32, selon lequel existent en Europe trois modèles de pratique sportive, qui ont une incidence sur l’emploi sportif :

  • le modèle Scandinave, avec un nombre élevé de pratiquants réguliers (jusqu’à deux tiers de la population),
  • le modèle anglo-saxon, avec un tiers de la population qui pratique régulièrement une activité physique ou sportive (auquel la France pourrait être rattachée),
  • le modèle méditerranéen, avec un faible taux de pratique et à peine 20 % de pratiquants réguliers.

5Une enquête réalisée en octobre 2003 auprès de 16 000 Européens fait état des taux de pratique sportive hebdomadaire suivants, qui corroborent les données déjà identifiées : Finlande et Suède : 70 % ; Danemark : 53 % ; Irlande et Pays-Bas : 43 % ; Royaume-Uni : 42 % ; Luxembourg : 39 % ; Autriche : 34 % ; Belgique : 33 % ; Allemagne, Espagne et France : 32 % ; Italie : 31 % ; Portugal : 22 % ; Grèce : 19 %.

  • 33 Sondage Eurobaromètre spécial 213, « Les citoyens de l’Union européenne et le sport », novembre 20 (...)

6Enfin, un sondage Eurobaromètre réalisé fin 2004 sur « Les citoyens de l’Union européenne et le sport » met en évidence des taux de non-pratique comparables aux précédents, allant de 66 % de la population au Portugal à seulement 4 % en Finlande, la moyenne de l’Union à vingt-cinq pays s’établissant à 40 % de non-pratique33.

7On peut être tenté de rapprocher le taux de pratique sportive et le niveau d’intervention des pouvoirs publics, pour observer que l’interventionnisme étatique semble généralement plus marqué dans les pays de l’Europe occidentale où la pratique sportive des nationaux se révèle comparativement moins forte, sans qu’il soit possible de tirer une conclusion évidente de cette apparente corrélation.

  • 34 Chaker André-Noël – Bonne gouvernance dans le sport, op.cit.
  • 35 Cf. notamment Massiera B. et Honceriu C. – « La représentation utilitaire du sport en Roumanie, un (...)
  • 36 Cf. Zintz Thierry et Camy Jean (collaboration) – Manager le changement dans les fédérations sporti (...)

8Hormis l’aspect déterminant des facteurs culturels, certains ont pu considérer que le niveau actuel d’accès au sport pour le plus grand nombre dépendait davantage de la situation économique de chaque pays que d’éventuelles dispositions législatives instaurant un droit au sport34. Ainsi, dans certains PECO, le nombre de pratiquants inscrits dans un club sportif s’est effondré du fait de la baisse du niveau de vie d’une part importante de la population et de l’accroissement des écarts de revenus. À ces motifs d’ordre économique peuvent s’ajouter une diminution de l’intérêt porté au sport ou une représentation encore trop utilitaire du sport de loisir35. Au sein des PECO, le taux de pratique reste actuellement très faible en comparaison de l’Europe occidentale : le pourcentage de la population affiliée serait ainsi de 2 % en Pologne, de 2,3 % en Hongrie, de 2,8 % en Lettonie, de 8,3 % en Estonie, à comparer à un taux d’affiliation compris entre 20 et 30 % dans les pays du nord de l’Europe occidentale36. Globalement, les niveaux de pratique ne semblent plus progresser, quand ils ne régressent pas. Toutefois, alors que le développement des clubs et de la pratique sportive semble arrivé à maturité en Europe de l’Ouest, on peut supposer l’existence d’un potentiel de croissance dans les nouveaux Etats membres, dans la mesure où la conception hédoniste et consumériste des activités sportives est susceptible d’y progresser encore.

9Le sport et l’activité physique constituent un moyen reconnu de préserver la santé et de prévenir des pathologies telles que l’obésité et les maladies cardiovasculaires. Leur promotion, notamment auprès des jeunes et des groupes socioéconomiques désavantagés, constitue donc un enjeu de santé publique, tant au niveau national que communautaire (cf. infra). Par ailleurs, la spécificité des pratiques du sport et des activités physiques de chaque pays a une incidence sur ses organisations sportives, notamment quant à l’expression du bénévolat.

2. Les multiples expressions du bénévolat dans le sport

10L’engagement bénévole est à l’origine du mouvement sportif dans les pays d’Europe occidentale et reste un des moteurs du fonctionnement des organisations sportives, malgré la progression de l’emploi rémunéré. Il constitue en effet l’une des caractéristiques essentielles du sport en Europe, qui repose essentiellement sur des structures associatives sans but lucratif. On estime ainsi qu’environ dix millions de bénévoles œuvrent au profit de 700 000 clubs sportifs au sein de l’Union européenne.

11Leur activité contribue à renforcer l’intégration et la cohésion sociale, la démocratie locale et la citoyenneté active, et il existe dans tous les États membres un large consensus pour la soutenir. Ce soutien est d'autant plus justifié que le bénévolat connaît partout une crise plus ou moins marquée, due à de multiples facteurs comme la montée de l’individualisme et le relâchement des liens sociaux de proximité, la complexité des modes d’organisation, l’accroissement des risques de mise en jeu de la responsabilité individuelle ou encore l’appel à des compétences accrues.

12Le travail bénévole, qui correspond à une fourniture de services sans contrepartie monétaire, peut prendre des formes d’expression différentes suivant les pays, selon leur culture nordique ou latine. Il représente partout un apport socioéconomique considérable, sans lequel les activités sportives seraient beaucoup plus onéreuses et moins nombreuses. Sa conversion en heures et sa quantification monétaire, nécessaires pour valoriser l’apport des bénévoles aux organisations sportives, constituent cependant un exercice délicat et sujet à caution.

13La part du bénévolat apparaît très importante dans les pays nordiques, notamment en Suède et au Danemark, où son montant valorisé apparaît plus élevé que le financement public (respectivement 3,8 fois et 1,7 fois supérieur). En Finlande, il représenterait les trois quarts du financement public. En revanche, son importance est moindre pour l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et la France, où il représente entre 30 et 40 % des budgets publics. L’apport monétarisé des bénévoles au financement total du sport varierait entre 2 % au Royaume-Uni et 14 % en Italie (Espagne : 6 % ; Allemagne : 8 % ; France : 12 %).

14C’est dans ce contexte que la Commission européenne a publié en 1997 une communication sur « la promotion du rôle des associations en Europe », tandis que le traité d’Amsterdam adopté en octobre 1997 comporte en annexe une déclaration qui « reconnaît la contribution importante des activités de bénévolat pour le développement de la solidarité sociale ». Toutefois, le projet de « statut de l’association européenne », visant à encourager l’activité internationale des associations et à lui donner un cadre cohérent, a été abandonné par la Commission en 2005.

15Dans sa déclaration de Nice (décembre 2000), le Conseil européen a appelé les États membres à encourager le bénévolat sportif par des mesures favorisant une protection et une reconnaissance du rôle économique et social des bénévoles, avec le soutien, le cas échéant, de la Communauté européenne.

16Par ailleurs, les ministres européens responsables du sport ont adopté en novembre 2003 à Aarhus (Danemark), une déclaration sur le travail bénévole dans le sport (voluntary work), qui en souligne l'importance pour les clubs, ainsi que sa dimension d’intégration, et qui pose que le « principe de l’autonomie des organisations sportives est une condition fondamentale de l’exercice du bénévolat sportif ».

17De même, le Livre blanc sur le sport publié en juillet 2007 prévoit cinq actions visant à promouvoir le volontariat et la citoyenneté active à travers le sport. La Commission a notamment prévu de lancer une étude européenne sur le bénévolat dans le sport. En outre, nombre de pays ont pris des mesures tendant à reconnaître le rôle social du bénévolat et à encourager ou conforter sa pratique.

  • 37 Edith Archambault distingue ainsi quatre modèles de secteurs non lucratifs en Europe : le modèle r (...)
  • 38 Cf. Halba Bénédicte - Bénévolat et volontariat en France et dans le monde, Paris : La Documentatio (...)

18Au-delà de ces éléments communs, les modes d’expression du bénévolat dans le sport et son intensité connaissent d’importantes variations nationales. On peut distinguer un modèle associatif nordique et un modèle latin, voire plusieurs modèles37, ou bien simplement identifier trois groupes de pays38.

19En premier lieu, les pays Scandinaves se distinguent par un bénévolat sportif important. Ainsi, le Danemark, la Finlande et la Suède comptent plus de cinquante bénévoles sportifs pour mille habitants. Dans un pays comme la Suède, où le droit d’adhérer à une association est garanti par la constitution, la notion d’encadrement volontaire (voluntary leadership) est à la base du sport. Le nombre de ces volontaires est estimé à plus de 600 000 sur une population de 9 millions, et leur contribution au sport a pu être évaluée, en 1999, après avoir été valorisée au prix du marché, à trois fois le montant du financement accordé par les autorités publiques. Ainsi, le modèle sportif suédois repose entièrement sur l’apport volontaire de responsables locaux.

20Au Danemark, pays où le bénévolat apparaît également très développé, cette contribution représenterait 1,7 fois le financement public. Au sein de l’ensemble européen, ces deux pays semblent être les seuls dans lesquels le volontariat « monétisé » dépasse largement la somme des subventions attribuées au sport par les pouvoirs publics (État et collectivités locales).

21Viennent ensuite les pays dans lesquels le bénévolat sportif occupe une situation intermédiaire ; il s’agit notamment de l’Allemagne, de la Belgique, de la France et de l’Italie, qui recensent un nombre de bénévoles sportifs allant de dix à trente-cinq pour mille habitants.

22En France, le nombre de bénévoles a été estimé à près d’un million de personnes pour une population de 62 millions, et le nombre des clubs sportifs à 130 000 environ, soit le quart de l’ensemble des associations. Les trois quarts des dirigeants sportifs y sont considérés comme des bénévoles. Les clubs sportifs sont fréquemment de taille modeste par rapport à l’Allemagne ou au Royaume-Uni et emploient encore peu de salariés, même si leur nombre est en augmentation.

23En Italie, le nombre des bénévoles est évalué à 600 000 pour une population totale de 58 millions (soit dix pour mille).

24Globalement, le bénévolat valorisé représente en Allemagne, en Belgique, en Espagne ou en France, des montants sensiblement inférieurs à celui des pays Scandinaves, ne dépassant pas, à chaque fois, 30 à 40 % des budgets publics.

25Enfin, des pays comme l’Espagne, le Portugal et le Royaume-Uni se caractérisent par une certaine faiblesse du bénévolat sportif, avec un nombre de bénévoles qui peut être inférieur à cinq pour mille habitants. Au Royaume-Uni, malgré la persistance d’une tradition de volontariat individuel (voluntary work ou volunteering), le faible nombre de bénévoles dans le secteur sportif peut être rapproché de l’importance de l’emploi rémunéré dans ce domaine.

Notes

32 Cf. étude « Vocasport » précitée, relative à la formation et l’enseignement professionnel dans le domaine du sport dans l’Union européenne, Réseau européen des instituts de sciences du sport, 2004.

33 Sondage Eurobaromètre spécial 213, « Les citoyens de l’Union européenne et le sport », novembre 2004.

34 Chaker André-Noël – Bonne gouvernance dans le sport, op.cit.

35 Cf. notamment Massiera B. et Honceriu C. – « La représentation utilitaire du sport en Roumanie, un frein au développement de la pratique de loisir », in Sport i Societate, Éditions Altuis Academy, IASI, 2005.

36 Cf. Zintz Thierry et Camy Jean (collaboration) – Manager le changement dans les fédérations sportives en Europe, Bruxelles : De Boeck, 2004.
Par ailleurs, d’après l’étude Amnyos précitée, le taux de licence serait de l’ordre de 1 % en Bulgarie, Pologne et Roumanie, contre plus de 30 % en Allemagne, Autriche et Danemark.

37 Edith Archambault distingue ainsi quatre modèles de secteurs non lucratifs en Europe : le modèle rhénan, le modèle anglo-saxon, le modèle Scandinave et le modèle méditerranéen. Cf. Archambault Édith - « Le secteur non lucratif en Europe, quatre modèles », Revue Pour, no (spécial) 169 (« Les Associations construisent l’Europe des peuples »), mars 2001, p. 145-149.

38 Cf. Halba Bénédicte - Bénévolat et volontariat en France et dans le monde, Paris : La Documentation Française, coll. « Etudes de la DF », avril 2003.
Selon cette étude, le taux moyen de bénévolat dans l’Europe à Quinze est de 14,4 pour 1 000 habitants. Le bénévolat sportif apparaît corrélé avec le taux de pratique sportive et semble davantage développé en milieu rural, dans les clubs de faible taille ainsi que ceux créés de longue date.

© INSEP-Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search