Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les organisations sportives et l'Europe

 | 
Colin Miège

Première partie. Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes

Premier chapitre. La part de l’Europe dans l’émergence du mouvement sportif et de l’olympisme

Texte intégral

1. L’Europe est le berceau du sport mondial

1Historiquement, les sports commencent à s’organiser à partir de 1860 en Angleterre, et à se doter progressivement de codes qui auront vocation à devenir ensuite universels. Jusqu’en 1880 environ, à l’exception notable de l’Angleterre, le mouvement sportif associatif occupe une place tout à fait marginale en Europe : rares sont encore les associations sportives de « sports anglais » (athlétisme, tennis, football et rugby, essentiellement), et plus encore les fédérations sportives internationales (celle de gymnastique étant la première fondée, en 1891). À cette époque, la conception du sport reste très marquée par le souci de mobiliser, de discipliner et d’aguerrir les jeunes hommes, en vue de défendre la patrie. L’Allemagne, la Belgique, l’Italie, la Suisse, mais aussi la Pologne et la Tchécoslovaquie, ont vu naître et se développer un grand nombre de sociétés de gymnastique et de tir, animées d’un esprit patriotique, voire de revanche – comme en France après la défaite de 1870 –, au sein desquelles les exercices physiques étaient conçus comme un élément de préparation militaire. Par ailleurs, prospère dans chaque pays une culture populaire de jeux sportifs traditionnels qui lui sont propres.

2L’apparition des sports anglais, codifiés et institutionnalisés, correspond à l’essor d’une société urbaine et industrielle qui accompagne l’expansion du capitalisme libéral, avec les valeurs d’individualisme et de compétition qui le sous-tendent. En l’espace de quelques années, à la charnière des deux siècles, le modèle anglais, grâce à l’action de quelques zélateurs, se diffuse alors dans la plupart des pays européens et touche d’abord les grandes capitales, qui voient ainsi apparaître les premières associations sportives. L’annonce du projet de rénovation des Jeux olympiques par Pierre de Coubertin, en juin 1894, à Paris, suivie des premiers jeux d’Athènes, en 1896, donne incontestablement le coup d’envoi au développement du sport moderne, même si les débuts furent modestes et laborieux. À partir de cette impulsion initiale, le sport va unifier progressivement ses règles et se structurer en clubs, fédérations et championnats. Les premières compétitions internationales sont organisées, rassemblant quelques délégations à l’origine, pour ensuite gagner sans cesse en participants et en notoriété. C’est de la mise en oeuvre du projet visionnaire de Pierre de Coubertin que procède, pour une large part, la structuration historique du mouvement sportif selon les principes d’universalité et de hiérarchie, qui lui confère une incontestable unité de par le monde. Le « modèle sportif européen », évoqué plus loin, tire ainsi l’essentiel de ses caractéristiques fondamentales de cette période fondatrice.

3La démocratisation des pays occidentaux, la reconnaissance juridique des associations et l’élévation constante du niveau de vie vont permettre à la pratique sportive de se développer régulièrement durant la première moitié du XXe siècle, et à ses cadres de se renforcer. Toutefois, c’est depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale que le sport est devenu un véritable phénomène de société, avec une expansion considérable de sa pratique sous différentes formes et dans toutes les catégories sociales. Son impact éducatif, social, culturel et économique n’a cessé de croître et tous les gouvernements nationaux ont été amenés, en conséquence, à s’y intéresser, parfois en intervenant fortement dans son organisation et sa régulation.

4Ainsi, la plupart des disciplines sportives modernes, comme la majorité des organisations responsables de leur promotion et de leur codification, sont nées en Europe occidentale, entre le milieu du XIXe siècle et aujourd’hui. C’est sur son territoire qu’a vu le jour la rénovation des Jeux olympiques et qu’a été créé le Comité international olympique (CIO), instance dirigeante suprême.

2. L’Europe reste un acteur essentiel du sport mondial

  • 1 Sur vingt-huit fédérations olympiques des sports d’été, vingt-trois ont leur siège en Europe, dont (...)

5Les origines historiques européennes du sport restent très perceptibles au plan international. Ainsi, outre le CIO, installé en Suisse, la plupart des grandes organisations sportives internationales ont leur siège en Europe occidentale. En effet, sur un total de soixante-six fédérations internationales reconnues par le CIO, cinquante-trois (soit 80 %) sont installées en Europe, dont vingt-quatre (soit le tiers) dans un État membre de l’Union européenne1.

  • 2 Avec près de 500 millions d’habitants, l’Union européenne représente à peine 8 % de la population (...)
  • 3 Pour la première fois en 2008, un Chinois a été élu président d’une fédération internationale, cel (...)

6Si l’on considère la nationalité des dirigeants des instances sportives internationales, on note que près de trois quarts des membres des comités directeurs sont des Européens, parmi lesquels 62 % sont des ressortissants de l’Union européenne. Quant aux présidents des fédérations internationales sportives, près des deux tiers sont des Européens et 57 % des nationaux d’un des Etats membres de l’Union européenne. Cette prépondérance européenne est sans rapport avec le poids démographique de l’Europe occidentale dans la population mondiale, partie du continent qui s’avère largement surreprésentée dans les instances du sport international2. Une telle situation, qui s explique avant tout par des raisons historiques, permet aux dirigeants sportifs issus des pays de l'Europe occidentale d’exercer une influence souvent déterminante au sein d’organisations qui obéissent essentiellement à des logiques de réseau, parmi lesquelles les affinités nationales ou les solidarités régionales et culturelles prennent fréquemment un caractère décisif. Sa pérennité n’est pas pour autant garantie face aux évolutions radicales que connaît le monde du sport et à la pression exercée par d’autres continents, notamment l’Amérique et l’Asie3.

7Par ailleurs, les pays européens ont de tout temps accueilli un nombre élevé de manifestations sportives internationales. En effet, plus de la moitié des Jeux olympiques d’été ont été organisés sur leur territoire entre 1896 et 2008, ainsi que la moitié des coupes du monde de football entre 1930 et 2008. Il y a donc une incontestable concentration des rencontres sportives de haut niveau en Europe.

8Quant aux résultats sportifs, on peut souligner qu’à l’issue des Jeux olympiques de Pékin de 2008, l’ensemble de l’Union européenne a remporté un total de quatre-vingt-sept médailles d’or, ce qui peut la situer comme la première puissance sportive mondiale, devant la Chine et les États-Unis.

3. Le modèle européen du sport

  • 4 Commission européenne – « Le modèle sportif européen », document de consultation de la DGX, 1998.

9L’idée qu’il existe un modèle européen du sport transcendant les disparités d’organisation observées dans les différents pays a été développée dans un document de réflexion publié par la Commission européenne en 19984. Il s’agit d’abord du constat que les différents sports sont organisés selon une structure pyramidale, dont la base est formée des multiples associations sportives ou clubs enracinés localement. Le club de base, tout d’abord, est le lieu privilégié de l’initiation des jeunes et de la pratique sportive amateur du plus grand nombre, grâce à un encadrement bénévole omniprésent, qui peut s’exprimer selon des modalités variables suivant les traditions culturelles de chaque pays. On peut en effet distinguer un bénévolat de type latin et un volontariat de type nordique. Au-dessus des clubs, se trouve un échelon associatif départemental ou régional – correspondant généralement au découpage administratif du pays –, dont l’objet est d’organiser les championnats régionaux, de coordonner la discipline et de la représenter auprès des autorités publiques à ce niveau. Viennent ensuite les fédérations nationales, qui fédèrent les échelons régionaux et les clubs, et qui sont elles-mêmes affiliées à une fédération internationale. A ce titre, elles sont chargées de l’organisation et de la promotion de leur discipline sur le territoire d’un pays, ainsi que de sa représentation au plan national et international. Elles mettent en place les championnats nationaux, à l’issue desquels sont délivrés les titres officiels, et exercent un rôle de régulation, en disposant du pouvoir d’infliger à leurs membres affiliés, le cas échéant, des sanctions disciplinaires. Ces fédérations sont dans une situation de monopole, qui découle du fait qu’il n’existe qu’une organisation par pays chargée de représenter et de gérer une discipline sportive donnée. Le sommet de la pyramide, enfin, est constitué des fédérations sportives internationales, instances suprêmes de direction et de régulation pour chaque sport. Les fédérations sportives européennes peuvent s’intercaler entre les niveaux national et international, mais on observe que leur périmètre d’intervention présente de grandes disparités et que leur action se limite souvent à la mise en place de championnats européens.

10Ce tableau se complète avec l’ajout du Comité international olympique, qui est représenté dans chaque pays par un comité national olympique (CNO), dont le rôle peut varier, selon les cas, de simple vecteur de l’olympisme jusqu’à celui de confédération nationale pour l’ensemble des disciplines sportives. Les CNO de l’Europe continentale sont rassemblés au sein de l’association des comités olympiques européens (COE).

11La structure pyramidale ainsi formée fonctionne selon un double principe de hiérarchie, entre un sommet et une base en interaction, et de participation, avec l’adhésion volontaire des membres à des règles d’organisation et la possibilité d’élire des représentants aux instances dirigeantes.

12Ce système se justifie avant tout par la nécessité d’organiser des compétitions à tous les niveaux, reposant sur le principe de la promotion possible des compétiteurs – athlètes ou équipes – au niveau supérieur, par qualifications successives ou, à l’inverse, de leur relégation au niveau inférieur en cas d’insuccès. Ce type de fonctionnement constitue une caractéristique essentielle, qui permet de distinguer les compétitions ouvertes des championnats fermés, tels qu’ils peuvent exister ailleurs, notamment aux États-Unis. La compétition sportive donne ainsi aux pratiquants et aux spectateurs la possibilité de partager des enjeux et de s'identifier à un groupe. Les équipes représentent la commune, la région ou le pays dont elles sont issues, et leurs exploits comme leurs défaites contribuent à développer le sentiment, encore très présent en Europe, d’appartenance à une collectivité. Le sport de compétition tel qu’il est organisé permet donc l’expression canalisée de la passion identitaire, tout en contribuant à la diversité culturelle qui caractérise le continent européen, avec néanmoins des risques récurrents de dérive vers le nationalisme agressif, l’intolérance, voire le racisme.

13À partir des années quatre-vingt, le modèle traditionnel d’organisation du sport en Europe a connu des changements majeurs, qui ont entraîné l’annexion progressive de sa composante de haut niveau à des intérêts commerciaux et sa redéfinition autour du sport-spectacle. La première étape de cette évolution a été franchie avec la décision historique, prise par le CIO, d’abolir la distinction entre sport amateur et sport professionnel, et d’autoriser le parrainage des Jeux par de grandes sociétés commerciales, qui sont devenues d’indispensables « partenaires ». L’étape suivante a été déterminée par le bouleversement du paysage audiovisuel, avec les mutations technologiques dans la diffusion d’images et la suppression du monopole accordé aux télévisions publiques dans les pays d’Europe occidentale.

14Il en est résulté une âpre lutte pour l’acquisition des droits de retransmission des principales compétitions et une augmentation vertigineuse de leurs montants, dont ont bénéficié les organisations sportives. Les fédérations, qui ont traditionnellement une fonction de régulation, sont ainsi également devenues des négociateurs de droits de télévision, lesquels constituent désormais la principale source de financement du sport professionnel. Comme l’indiquait opportunément le document de consultation élaboré par la Commission européenne, « la question qui se pose est de savoir si les fédérations peuvent être à la fois des organes de régulation et des entités commerciales ».

15La dynamique commerciale a en effet pris un tel essor que les équipes et les ligues professionnelles sont tentées de s’affranchir de la tutelle de ces fédérations, lesquelles paraissent écartelées entre l’encadrement classique du sport amateur et la gestion d’un sport professionnel qui affirme son indépendance. Ces évolutions rapides et incontrôlées risquent de faire décliner le modèle sportif associatif, déjà affaibli par l’effritement du bénévolat observé dans la plupart des pays européens. La prise de conscience de son apport historique à l’identité européenne et de la richesse de ses multiples fonctions sociales a justifié la réflexion entreprise pour tenter de le préserver.

16Mais si le modèle européen du sport constitue un facteur d’unité, il est aussi caractérisé par sa diversité, car il se décline en une multiplicité de sous-modèles selon les pays.

Notes

1 Sur vingt-huit fédérations olympiques des sports d’été, vingt-trois ont leur siège en Europe, dont sept au sein de l’Union européenne ; les sept fédérations olympiques des sports d’hiver sont établies en Europe, dont trois dans l'Union européenne ; quant aux vingt-trois fédérations non olympiques seulement reconnues par le CIO, vingt-trois sont installées en Europe, dont treize dans un pays membre de l’Union.

2 Avec près de 500 millions d’habitants, l’Union européenne représente à peine 8 % de la population mondiale.

3 Pour la première fois en 2008, un Chinois a été élu président d’une fédération internationale, celle de volley-ball.

4 Commission européenne – « Le modèle sportif européen », document de consultation de la DGX, 1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© INSEP-Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.