Version classiqueVersion mobile

Les organisations sportives et l'Europe

 | 
Colin Miège

Préface

Thierry Maudet

Texte intégral

1Ma participation – en qualité d’expert, à l’invitation du directeur des sports du ministère – à la réunion (certes informelle) des (27) ministres européens chargés des sports, à Biarritz les 27 et 28 novembre 2008, m’a apporté une nouvelle démonstration :

  • d’une part, du caractère essentiel de très nombreux sujets traités dans le cadre européen pour l’avenir même du sport de haute performance ;
  • d’autre part, de l’évolution, ou plus exactement des évolutions, des approches des différents responsables. Indéniablement, après la phase de la superbe indifférence – parfois tempérée par l’appui des instances européennes sur le sport comme vecteur de communication –, puis celle des incompréhensions, semble être venue celle du dialogue ; l’Union européenne, et tout particulièrement la Commission – le Livre blanc sur le sport de la Commission européenne (juillet 2007) marquant d’ailleurs un moment et une étape significatifs –, et le mouvement sportif international dans ses diverses composantes – les fédérations sportives internationales, bien sûr, mais aussi le CIO, l’UEFA, la FIFPro... – ont su prendre récemment un ensemble d’initiatives assez novatrices.
  • 1 Traduite en particulier dans le document « Ensemble pour un sport européen. Contribution du CNOSF (...)

2Certes, l’adoption rapide, via la ratification par tous les Etats membres de l’Union, du traité de Lisbonne (13 décembre 2007), dont l’article 165 (ex-149) reconnaît la spécificité du sport, viendrait donner un coup d’accélérateur, doublé d’une légitimité renforcée, à ces démarches ; mais la volonté de progresser est, d’ores et déjà, bien réelle. Surtout, l’analyse initiale et l’organisation de la réflexion – et des propositions –, en particulier du côté de la « sphère sportive », sont bien plus pertinentes que jusqu’alors. Ainsi la qualité du travail effectué en amont de la présidence française de l'UE par le mouvement sportif français, à l’instigation du CNOSF1, associée à l’intensité des échanges développés avec les services du ministère, a-t-elle permis de valoriser les propositions et de limiter au strict minimum des différences d’approches dont l’exposé était, parfois, de nature à nuire à l’impact de l’argumentaire et à leur possible prise en considération. Une autre illustration a été fournie à Biarritz, le 27 novembre 2008, avec les présentations, complémentaires et cohérentes entre elles, opérées par Sepp Blatter, président de la FIFA, Michel Platini, président de l’UEFA et Bernard Lapasset, président de l’IRB, invités par le secrétaire d’Etat français aux Sports, Bernard Laporte, devant les ministres européens chargés des sports et le commissaire européen en charge du sport, Ján Figel’.

  • 2 Document figurant en annexe du présent ouvrage.

3La déclaration commune, adoptée par les ministres chargés des sports présents, à l’issue de la réunion de Biarritz2 – et plus particulièrement ses développements portant sur l’activité d’agent sportif, l’action des structures de formation ou la double formation des jeunes sportifs et sportives – doit constituer une nouvelle base solide qui permettra d’enregistrer de réelles avancées dans les années à venir. Je ne peux, pour ma part, en tant que directeur de l’INSEP, que me féliciter de voir la « double formation » (ou « double projet ») clairement identifiée en tant qu’objectif partagé par le mouvement sportif, l’État français, l’ensemble des autres États et la Commission européenne.

4J’avoue donc, aisément, que, lorsque Colin Miège m’a fait part de son souhait de réactualiser son ouvrage Les organisations sportives et l’Europe, dont la dernière édition datait de 2000, je n’ai pas hésité : d’une part, l’actualité et la pertinence du thème ne se discutent pas, d’autre part, les échanges que j avais eus avec l'intéressé depuis de nombreuses années sur des sujets très diversifiés liés au sport m’avaient plus convaincu que de longs discours.

5Je connais de longue date sa passion pour ce thème, sa rigueur méthodologique, mais aussi son approche novatrice à bien des endroits de thèmes clés. Colin Miège ne se limite pas à de simples constats ; il a, en permanence, la volonté de développer des analyses, des explications et, si besoin est, des suggestions, marquées du souci de la clarté. Le risque à prendre n’était, au final, pas bien grand.

6Bonne lecture à toutes et à tous.

Notes

1 Traduite en particulier dans le document « Ensemble pour un sport européen. Contribution du CNOSF sur le sport professionnel » (juin 2008).

2 Document figurant en annexe du présent ouvrage.

© INSEP-Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search