Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Vie associative

L'emploi dans l'association : des relations difficiles ?

Guy Truchot

Texte intégral

Introduction

1En 1997, le CNVA a publié aux éditions de l’INJEP (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) une étude intitulée « l’association, le bénévole et l’emploi » qui défendait la thèse selon laquelle le mouvement associatif était créateur d’emploi. À l’opposé, pour certains, les associations développent des pratiques de concurrence déloyale. Toutefois, il convient de reconnaître que bien souvent, l’action des associations répond à une demande non solvable sur des « non marchés ». Ainsi par exemple la vente de loisirs s’oppose à la lutte contre l’illettrisme qui s’adresse par essence à des publics qui ne disposent pas des ressources leur permettant de financer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

2On peut se poser la question suivante : au-delà de l’interrogation connue sur la concurrence que l’association fait peser sur l’emploi, l’emploi associatif peut-il mettre en danger l’association, dès lors que cet emploi n’est pas assis sur une demande solvable ?

1 – DES ASSOCIATIONS EMPLOYEUSES TROP LOURDEMENT SUBVENTIONNÉES PAR RAPPORT À LEURS RESSOURCES PROPRES ?

A - Des volumes considérables en public concerné, en ressources humaines et budgétaires

a) Les adhérents et les associations

3L’enquête de l’INSEE de 2003 sur la vie associative indique qu’un Français sur deux de 15 ans et plus (soit 21 millions de personnes) était membre d’une association. Cette proportion est stable depuis 1997, première année depuis laquelle la question est posée systématiquement. La crise du bénévolat, souvent évoquée, ne semble pas se traduire par une crise des adhésions.

4Les critères déterminant l’adhésion ne sont pas tant l’âge (même s’il existe un pic important entre 60 et 69 ans) ou encore le sexe, même si les hommes sont plus souvent adhérents que les femmes, mais plutôt les niveaux de revenu et de diplôme. Ainsi, les personnes sans diplôme adhèrent deux fois moins à une association que les personnes ayant suivi des études après le baccalauréat. Concernant les revenus, les individus se situant dans le premier quartile (le quart qui a le plus faible revenu) participent à hauteur de 32 % à une association alors que ceux se situant dans le quatrième quartile (le quart qui a le revenu le plus élevé) sont 57 % à adhérer à une association (Tabl. 1).

Tableau 1 – Qui adhère à une association en 2002 ?

Total

45

Hommes

49

15-29 ans

37

30-39 ans

44

40-49 ans

44

50-59 ans

46

60-69 ans

58

70 et plus

46

Sans diplôme

27

Inferieur du bac

44

Bac

51

Supérieur au bac

57

1er quartile

32

2e quartile

41

3e quartile

48

4e quartile

57

Source : Insee Oct 2003 EPCV.

5Par ailleurs, l’enquête de l’INSEE a également permis de montrer qu'au sein des associations, un « modèle de reproduction sociale » pouvait fonctionner : les cadres dirigent les mouvements, les « techniciens » les animent et les employés et ouvriers sont plus souvent de simples adhérents, ou bien des consommateurs de la prestation fournie.

6Ce fonctionnement est intéressant à relever quand on parle de la fonction citoyenne de la vie associative.

7Il existe près de 900 000 associations « vivantes » en France (enquête CNRS Matisse, 2000, exploitation partielle sur 5 000 associations, Tabl. 2). À noter qu’il n’existe pas actuellement en France de moyen statistique permettant de dire combien d’associations « fonctionnent ». Seules les créations sont déclarées en préfecture. Il n’existe pas d’obligation de déclaration d’arrêt d’activité ou du moins cette obligation n'est pas appliquée systématiquement. S’ajoute à cette première difficulté le fait que les préfectures ne disposent pas d’outils communs permettant de dénombrer de façon identique les associations.

Tableau 2 – Nombre d’associations selon le secteur d’activité et l’existence d’emplois salariés

Associations sans salarié

Associations employeuses

Total

Sports

158 000

37 500

195 500

Éducation populaire

368 200

64 200

432 400

Action sociale, culture, enseignement, défense des droits

208 800

43 300

252 100

Total

735 000

145 000

880 000

Source : CNSR Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations.

8Par type d’activité sont dénombrées :

  • pour le sport, 200 000 associations (dont 37 500 employeuses) ;

  • pour l’éducation populaire 432 000 (dont 64 000 employeuses) ;

  • pour l’action sociale, la culture, l’enseignement et la défense des droits 252 000 (dont 43 000 employeuses).

9Seules environ 15 % des associations sont employeuses.

b) Les ressources humaines des associations

10La vie associative emploie 907 000 ETP (équivalent temps plein) soit à peu près 1 600 000 personnes (Tabl. 3) : il faut bien voir que ce nombre est très important par rapport au quelque 21 millions de salariés en France, ou même aux 1,6 million de la fonction publique territoriale (Voir : Les collectivités territoriales en chiffres, ministère de l’Intérieur, publication annuelle).

11L’enquête du Matisse CNRS-Paris I met bien les ordres de grandeur, et donc les enjeux, en évidence :

  • dans le sport 63 000 ETP, soit 180 000 personnes, ce qui permet d’avancer qu’« en moyenne les individus travaillent à 1/3 de temps » ;

  • dans l’éducation populaire, 300 000 ETP soit 600 000 personnes (en moyenne les individus travaillent à mi-temps) ;

  • dans le secteur social, 500 000 ETP soit 800 000 personnes (en moyenne les individus travaillent à deux tiers de temps).

12Il faut bien entendu se méfier de ces moyennes : il y a probablement des associations ou l’emploi est à plein temps et d’autres ou il est, par soustraction, bien inférieur aux moyennes.

Tableau 3 – Effectifs des emplois salariés et du travail bénévole par secteur d’activité

Tableau 3 – Effectifs des emplois salariés et du travail bénévole par secteur d’activité

ETP = Équivalent Temps Plein
Source : enquête CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations

13Le nombre d’emplois par association employeuse en équivalent temps plein est de 1,7 pour le sport, 5 pour l’éducation populaire (soit 10 salariés), 12 (soit 18 salariés) pour le secteur social (Tabl. 3).

14Concernant les bénévoles (il est considéré que le travail fourni par un bénévole représente 5 % d'un ETP, en rapportant l’effectif bénévole au temps bénévole), ils sont estimés dans le sport à 3 600 000, soit 200 500 ETP, soit 1 salarié pour 3 bénévoles ; à 6 500 000 - 326 500 ETP, dans le secteur de l’éducation populaire soit 1 salarié pour 1 bénévole et à 4 300 000 - 517 000 ETP, dans le secteur social soit « ½ bénévole » pour 1 salarié.

15C’est donc dans le sport que « l’encadrement » du travail salarié par le bénévolat serait le plus important, mais il faut le vérifier. Mais en même temps, il y a plus de bénévoles en ETP dans le secteur « jeunesse - éducation populaire » que dans le sport, et, dans le secteur social, il y en a autant (Tabl. 3).

16Les situations sont donc très contrastées par type d’activités. Ces données exercent des effets non négligeables sur la structure des budgets des associations.

17Il conviendrait pour compléter ces données de calculer la masse salariale correspondante. Pour bien faire il serait nécessaire d’exploiter les DADS (déclaration annuelle de données sociales, déclaration obligatoire des employeurs concernant les salariés, auprès de l’INSEE) et les fichiers SIRENE. Une discussion est actuellement en cours entre l’INSEE et le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative à ce sujet.

18Toutefois on peut risquer une estimation : en raisonnant sur la base du SMIC, un emploi revient à 15 000 € par an. Il paraît assez juste de valoriser tous les salaires sur la base du SMIC même si certains salariés sont mieux rémunérés car de nombreuses animations sont simplement indemnisées. Au total pour les 900 000 ETP, la masse salariale peut donc être évaluée à 15 milliards d’euros. À titre de comparaison, en 2003, seuls six ministères atteignaient ou dépassaient ce montant de dépense.

c) Les ressources financières des associations

19Face à ces ordres de grandeur, il est donc très important d’examiner les budgets des associations Les budgets des associations s’élèvent à 47 milliards d’euros soit à peu près le produit de l’impôt sur le revenu de l’année correspondante. Les 15 % des associations employeuses concentrent près de 90 % du budget total des associations (Tabl. 4).

20Pour les associations non-employeuses, le budget moyen est de 11 000 € dans le sport, de 6 600 € dans l’éducation populaire et de 7 200 € dans le secteur social.

21Parmi les associations non-employeuses, les associations sportives sont donc les plus riches. A contrario, dans les associations employeuses, ce sont les associations à vocation sociale qui disposent le plus de moyens financiers (500 000 € en moyenne), puis l’éducation populaire (230 000 €) et enfin le sport (100 000 €) (Tabl. 4).

Tableau 4 – Budget moyen par association, nombre d’association budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié

Tableau 4 – Budget moyen par association, nombre d’association budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié

Source : CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations

22Ces montants sont considérables et permettent de mesurer les difficultés des associations à trouver chaque année les financements nécessaires à leur activité.

B - Les associations employeuses sont fortement dépendantes des financements publics

a) Des associations non-employeuses proches de l’indépendance

23Les associations non-employeuses sont plus indépendantes : 77 % de leurs ressources proviennent de fonds propres ; elles se trouvent donc à l’abri d'éventuels arbitrages financiers opérés par la puissance publique. À noter que les aides en nature (prêt d’un local ou de matériel,...) ne sont pas comptabilisées (Diagramme 1). Le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a en projet de connaître ces dépenses pour le sport.

Diagramme 1 – Quel est le budget réel des associations non-employeuses ?

Diagramme 1 – Quel est le budget réel des associations non-employeuses ?

Note : Si l'on intègre les aides en nature dans les budgets des associations, ceux-ci sont alors plus élevés et la part des ressources propres diminue d'autant.

b) Les ressources propres sont minoritaires dans les associations employeuses

2477 % des ressources des associations non-employeuses proviennent de financements privés contre 44 % pour les associations employeuses. Cela signifie que pour l’ensemble des associations employeuses, plus de la moitié des ressources proviennent de la puissance publique (Tabl. 5).

Tableau 5 – Structure des ressources privées et publiques selon le type d'activité

Tableau 5 – Structure des ressources privées et publiques selon le type d'activité

Source : CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations

25On constate que les différents domaines associatifs ne dépendent pas tous des mêmes pouvoirs publics : les associations sportives reçoivent une plus grande partie de leurs subventions des communes que le secteur « Jeunesse-éducation populaire ». Mais c’est un effet de structure : les communes dépensent au total plus d’argent pour la « jeunesse et l’éducation populaire » que pour le sport, car 27 % de 5,6 Md d’euros font au total moins que 19 % de 17,7 Md d’euros. On note l’importance des organismes de sécurité sociale pour les associations du secteur social.

26Il convient de noter que les données concernant l’emploi ne font pas état des emplois jeunes (l’enquête date de 1998, date à laquelle le dispositif ne faisait que débuter-il existait alors 14 000 emplois jeunes recensés par le ministère contre 42 000 fin 2002-(Source : CNASEA DARES, traitement ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative) toutefois dans la même période le nombre d’emplois aidés — contrat emploi solidarité (CES) et contrat emploi consolidé (CEC) — a diminué. Le nombre d’emplois jeunes créés dans les associations témoigne pourtant de la « soif » d’emploi de ce mouvement (Tabl. 6).

Tableau 6 – Les emplois jeunes dans des associations dans le secteur Jeunesse et sport (au 31 décembre de chaque année)

Tableau 6 – Les emplois jeunes dans des associations dans le secteur Jeunesse et sport (au 31 décembre de chaque année)

Source : CNASEA DARES traitement MJSVA

II - UNE « SURUTILISATION » DU STATUT ASSOCIATIF ?

27Nous quittons ici le domaine des chiffres pour entrer dans celui de la spéculation et il convient donc d’être prudent.

A) Un contexte fragile

28Le monde associatif employeur recouvre des réalités très diverses. Il s’agit à plus d’un titre d’une « quatrième fonction publique ». Les pouvoirs publics (y compris les collectivités territoriales) ont en quelque sorte « externalisé » un certain nombre d’activités qu’ils ont confié en « sous-traitance » à des associations. Ce fonctionnement n’est pas forcément dommageable pour la puissance publique, cela lui permet notamment plus de souplesse de gestion et aussi une connaissance de terrain et un pragmatisme qui ne sont pas négligeables. Cela permet sans doute aux usagers un service différent de ce que peuvent leur apporter les administrations nationales ou locales.

29Cependant, du strict point de vue du monde associatif, il faut bien peser les avantages et les inconvénients. En particulier, un tel système fonctionne bien quand les budgets publics sont en expansion, mais pas en régression, car le « coût marginal » de la baisse sera plus fort sur le chapitre des subventions que sur les chapitres de fonctionnement courant. En outre, on perd en lisibilité économique sur la vie associative.

30Par exemple, de très grosses structures de la formation professionnelle ou de l’information des jeunes émargent sur le budget des subventions aux associations, ce qui ne facilite pas la clarté de la vision du fonctionnement associatif. Parmi d’autres, l’AFPA, les missions locales sont des associations. Ainsi on retrouve les montants des subventions que leur accorde l’État dans les « Jaunes » budgétaires au titre du soutien à la vie associative. Au-delà du statut de ces organismes, au-delà de leur incontestable utilité sociale, s’agit-il cependant de véritables associations au sens de la vie associative, c’est-à-dire d'organisations capables, sur leur projet, d’amener un certain nombre d’adhérents à y participer ?

a) Des associations non solvables sur des « non marchés »

31Qu’est ce qu’une association solvable ?

32Considérons une association qui compte 100 adhérents et qui emploie un salarié (au SMIC soit 15 000 €), chaque adhérent devrait verser annuellement 150 € pour rémunérer cet emploi, soit plus du double de ce qu’il paie actuellement (en moyenne, un adhérent paie 123 € pour la vie associative mais la médiane des cotisations est à 40 €, ce qui signifie que la moitié des adhérents débourse au plus cette dernière somme).

33On voit bien que nous sommes alors dans une situation très difficile pour au moins deux raisons :

34– La première est que l’enquête de l’INSEE de 2003 sur la vie associative indique que la moitié des adhérents à une association paye moins de 40 € par an, adhésion et participation aux frais compris : rajouter une centaine d’euros est beaucoup. La deuxième est que 100 adhérents est déjà un effectif important : on estime que pour le sport, la taille moyenne des clubs est de l’ordre de 80 adhérents. Ce nombre est lui-même élevé, si l’on compare les 21 millions d’adhérents aux 900 000 associations.

35– Dans un autre registre, le CEREQ vient de publier le profil des nouveaux recrutés de moins de 25 ans. La branche V4 correspond aux métiers du sport, de l’éducation populaire et du social, un domaine assez proche de l’action d’un grand nombre d’associations. Dans cette branche, 47 % des nouveaux embauchés l’ont été sur des emplois aidés et 22 % sur des emplois saisonniers, soit 2/3 sur des contrats précaires. Il faut signaler que ces situations ne sont pas le lot commun de la jeunesse qui débute sur le marché du travail. Les seuls à connaître un sort comparable sont les jeunes non qualifiés, ce qui n’est pas le cas de l’animation... ni des emplois jeunes.

b) Des crédits publics volatiles

36Observons un secteur « au hasard », plus précisément dont l’objet est bien identifié (ex. : les interventions en faveur des droits des femmes) sur plusieurs années dans les jaunes budgétaires. Mais il convient d’être très prudent et une étude plus globale reste à faire sur l’ensemble des chapitres.

37Sur les 4 années observées, le nombre d’associations bénéficiaires qui auraient pu, grâce à ces subventions, subventionner au moins un emploi à mi-temps au SMIC est passé de 28 à 32 puis à 74 puis à 11 la dernière année (sur la période 85 % des bénéficiaires ont disparu) et le montant des subventions moyennes de 33 000 à 206 000 €. Au-delà de l’accident statistique de l’année 2001, on constate surtout la fin du saupoudrage, car la plupart des associations subventionnées en 2002 étaient subventionnées les années antérieures, pour des montants très voisins.

Tableau 7 – Les subventions aux associations chapitre 43-02 interventions en faveur du droit des femmes (Jaunes budgétaires)

Tableau 7 – Les subventions aux associations chapitre 43-02 interventions en faveur du droit des femmes (Jaunes budgétaires)

(1) sur la base de 15 000 € par an, nbr d'associations ayant perçu au moins 7 500
Source : « Lois de Finances » - « jaunes budgétaires 1999-2002 »

c) Un tournant de la professionnalisation difficile à négocier

38La professionnalisation, bien entendu, est nécessaire dès lors que les destinataires relèvent de politiques publiques ou bien encore qu’il existe des conditions particulières de sécurité à mettre en œuvre. Il n’est pas anormal que des pouvoirs publics qui confient des sommes très importantes à des associations pour mettre en place des politiques publiques demandent à ces associations la professionnalisation nécessaire.

39Quand il s’agit de développer une dimension conviviale (qui reste une motivation très forte d’adhésion à une association comme le montre l’enquête de l’INSEE), il n’est peut-être pas forcément nécessaire de professionnaliser où du moins, il faut s’entendre sur le contenu, les modalités de reconnaissance et le champ.

40La question de la professionnalisation abordée ici n’est donc pas une question de compétence (ce qu’il faut savoir et savoir faire), ni une question de mode de certification (la part de la VAE — valorisation des acquis de l’expérience —, par exemple), ni même une question de renforcement des compétences des élus (comptabilité, droit du travail, management, etc.). C’est une question de champ : faut-il faire entrer l’animation bénévole, la pratique de la convivialité organisée, dans le champ ? Ou plus sagement : quelle proportion de cette animation doit y rentrer, selon quels critères, avec quels financements, etc. ?

41Il faut bien voir que le fait de professionnaliser un bénévole, parfois de façon coûteuse pour lui-même, inscrit forcément celui-ci dans une logique économique qui le conduira à rechercher une activité salariée pour exercer ce qu’il faisait bénévolement auparavant. Cette démarche engage alors l’association dans un circuit de recherche de financement qui n’est pas sans interaction avec sa finalité propre : la professionnalisation induit nécessairement le financement public, ce qui n’est pas anormal, mais le financement public induit à son tour une correction des objectifs propres de l’association en application du principe « qui paye décide », ce dernier principe n’étant pas anormal non plus.

42La professionnalisation est bien perçue comme centrale par le ministère en charge de la vie associative : un « pôle ressources » est en cours de constitution au ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative à ce sujet.

B) La question du véritable statut des associations lourdement subventionnées est posée

a) Qu’est ce qu’une association ?

43Une association est un groupement d’individus librement fédérés autour d’un projet commun. Les « grosses » associations subventionnées à 100 % ou presque et ne comptant que quelques militants correspondent-elles encore à cette définition ? (même si le pilotage par un bureau élu permet des choses que ne permettent pas un fonctionnement administratif ou un fonctionnement privé).

b) Une double dépendance

44Il existe une double dépendance des associations. La première est structurelle et résulte du principe « qui paie, décide ». Les effectifs de la vie associative (900 000 ETP) peuvent être comparés à ceux de la fonction publique territoriale (1 600 000 ETP). Le montant des subventions publiques est de 22 milliards d'euros, et la masse salariale (des associations) représente 15 milliards d’euros.

45La seconde dépendance est plus conjoncturelle, elle est liée à la plus ou moins grande volatilité des subventions publiques. Bien souvent, une subvention même minime de l’État conditionne le financement d’autres partenaires. Si elle n’est plus attribuée, que se passe-t-il sur l’ensemble de « la chaîne de financement » d’une association ?

46La Caisse d’allocations familiales du Havre indique que 6 à 7 % des associations qu’elle subventionne sont en mesure de pérenniser les emplois aidés auxquels elles ont recours. Cette étude montre clairement la dépendance d’une association employeuse quant au financement de l’emploi. Elle est très partielle, mais l’évaluation par le Commissariat Général au Plan de la politique des emplois jeunes ne met pas en évidence des possibilités sensiblement différentes.

47Quand l’association ne compte pas de salarié, le bénévole définit et met en oeuvre le projet associatif, il est en contact direct avec le public auquel il s’adresse. Quand une association a recours à des salariés, le bénévole définit toujours le projet mais c’est le salarié qui est en face à face avec l’usager et ce dernier s’adressera au financeur en cas de problème. À l’aboutissement de cette logique, c’est le financeur qui définira le projet associatif (ce qui encore une fois n’est pas fondamentalement anormal du point de vue du financeur) (Diagramme 2).

Diagramme 2 – L’emploi subventionné et la définition du projet associatif

Diagramme 2 – L’emploi subventionné et la définition du projet associatif

c) Une partie du monde associatif ne se confond-il pas avec une « quatrième fonction publique » ?

48On est très tenté, au vu de l’importance du financement public des associations employeuses, de la mission d’intérêt général de ces associations, de leur dépendance financière vis-à-vis des pouvoirs publics, de considérer qu’on se trouve en face d’une « quatrième » fonction publique.

49Il s’agit sans doute d’une fonction publique de la précarité (financements précaires, personnel à statut précaire, et public précaire). Toutefois, elle ne traite pas exclusivement ni complètement de publics précaires et les institutions de l’État interviennent également en direction des publics précaires.

50Cependant, les risques de la voir constituer, en quelque sorte, une variable d’ajustement en matière de marché de l’emploi et d’adaptation aux contextes politiques sont peut-être présents, et sans doute depuis fort longtemps : les interrogations de certaines associations sur les risques de « perte d’âme » sont déjà anciennes.

51En dernière interrogation, l’activité d’intérêt général des associations et les missions d’intérêt général de l'État nécessitent-elles une telle fusion organique ?

Conclusion

Quel est le sens de l’emploi dans une association ?

52Quand l’emploi associatif n’est pas assis sur une demande solvable ou un financement indépendant, l’association devient le support d’une politique publique et non un projet autonome. On peut alors poser trois questions : Faut-il alors considérer, à quelles nuances près, que l’emploi dans les associations doit obéir aux mêmes règles que dans le secteur privé en général, c’est-à-dire être gagé par une demande solvable ou solvabilisée ?

53Faut-il considérer que le système actuel est garant de la souplesse et de la proximité de l’action publique, et qu’en tant que tel, il faut le protéger ?

54Faut-il faire plus clairement la part des choses : La fondation (par exemple) pourrait être un statut plus approprié dès lors qu’il s’agit de mettre en place une politique permise essentiellement par l’argent public, et l’association garde toute sa force quand il s’agit de mettre en place une initiative sans but lucratif gagée par des ressources indépendantes, ou modérément subventionnées ?

55(Note : à la suite de questions de plusieurs membres de la commission, l'intervenant précise qu’à son avis il est plus questions de s’interroger sur l'esprit de la Loi de 1901 que d’envisager une modification de celle-ci.).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

– Profil et Poids des associations sportives et d’éducation populaire Matisse CNRS Paris I, Viviane Tchernonog, Dec 2003

– Le programme NS-EJ dans le champ Jeunesse & Sports, Conseil National de l’évaluation, CG-Plan (Rapport Anicet Le Pors, La Documentation Française Oct 2001

– Une personne sur deux est membre d’une association en 2002, Lara Muller et Michèle Febvre, Insee-Première no 920

– 12 millions de bénévoles, Lara Muller et Michèle Febvre, Insee-Première no 946

– La situation de l’emploi dans les associations financées par la CAF du Havre Driss Cherif Recherches & Prévisions Juin 2004, CNAF

Table des illustrations

Titre Tableau 3 – Effectifs des emplois salariés et du travail bénévole par secteur d’activité
Légende ETP = Équivalent Temps PleinSource : enquête CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 4 – Budget moyen par association, nombre d’association budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié
Légende Source : CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-2.png
Fichier image/png, 80k
Titre Diagramme 1 – Quel est le budget réel des associations non-employeuses ?
Légende Note : Si l'on intègre les aides en nature dans les budgets des associations, ceux-ci sont alors plus élevés et la part des ressources propres diminue d'autant.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 5 – Structure des ressources privées et publiques selon le type d'activité
Légende Source : CNRS Matisse, 2000, exploitation sur 5 000 associations
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-4.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 6 – Les emplois jeunes dans des associations dans le secteur Jeunesse et sport (au 31 décembre de chaque année)
Légende Source : CNASEA DARES traitement MJSVA
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 7 – Les subventions aux associations chapitre 43-02 interventions en faveur du droit des femmes (Jaunes budgétaires)
Légende (1) sur la base de 15 000 € par an, nbr d'associations ayant perçu au moins 7 500 Source : « Lois de Finances » - « jaunes budgétaires 1999-2002 »
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Diagramme 2 – L’emploi subventionné et la définition du projet associatif
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.