Version classiqueVersion mobile

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Vie associative

Les associations sportives

Guy Truchot

Résumé

On dénombre de l’ordre de 880 000 associations en France en 2000 ; dont 195 000 associations sportives, 430 000 associations de jeunesse et d'éducation populaire, et 250 000 associations culturelles, d’action sociale, d’enseignement et de défense des droits, appelées par la suite le secteur social (Tabl. 16 pour le détail de ces catégories).
Pour ce qui concerne les seules associations sportives, cet ordre de grandeur est cohérent avec l’enquête annuelle du ministère de la jeunesse des sports et de la vie associative auprès des fédérations sportives nationales agréées, qui dénombre de l’ordre de 170 000 clubs ou sections de club.
Seule une minorité sont des associations employeuses, de l’ordre de 15 % (Tabl. 1). Cependant, la prise en compte de l’emploi est essentielle dès lors que Ton s'intéresse aux caractéristiques des associations (effectifs, montants et structures des budgets, etc.).

Texte intégral

Tableau 1 – Nombre d’associations selon le secteur d’activité et l’existence d’emplois salariés

Associations sans salarié

Associations employeuses

Total

Sports

158 000

37 500

195 500

Éducation populaire

368 200

64 200

432 400

Action sociale, culture, enseignement, défense des droits

208 800

43 300

252 100

Total

735 000

145 000

880 000

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Les associations sportives comptent en moyenne plus d’adhérent

1Ce sont les associations sportives qui attirent le plus d’adhérents, et l’enquête INSEE-Epcv de 2002 indique que 14 % de la population des 15-75 ans sont adhérents à une association sportive. Un tiers des associations comportent moins de 50 adhérents et 40 % plus de 100. C’est aussi dans le domaine du sport que l’on trouve le plus grand nombre d’associations avec plus de 100 adhérents (Tabl. 2).

Tableau 2 – Répartition des associations selon le nombre d’adhérents

Sports

Éducation populaire

Secteur social

Total

Moins de 10

Ns

5 %

3 %

3 %

De 10 à moins de 50

23 %

40 %

34 %

33 %

De 50 à moins de 100

26 %

20 %

24 %

24 %

De 100 à moins de 500

39 %

28 %

28 %

32 %

500 et plus

10 %

5 %

10 %

8 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

2L’enquête annuelle auprès des fédérations sportives nationales agréées permet de dénombrer « en moyenne » 82 licences par club ou section de club.

Les associations sportives sont plus anciennes

3Bien que le tissu associatif soit ancien les associations sont généralement jeunes : 58 % des associations ont moins de 20 ans et seules 8 % ont été créées avant 1946. Cependant on trouve un peu moins d’associations employeuses parmi les associations qui ont moins de 10 ans d’ancienneté.

4La distribution par âge des associations sportives et des associations du secteur social est semblable pour les associations non-employeuses, et ces deux types d’associations ont une ancienneté plus forte que les associations de jeunesse et d’éducation populaire.

5Ces dernières, et surtout celles qui ne sont pas employeuses, sont les plus récentes, ce qui peut s’analyser également comme une mortalité plus forte dans ce secteur, manifestement compensée par une natalité plus forte également.

6Parmi les associations employeuses, les associations sportives sont les plus anciennes : 39 % datent d’avant 1969, contre 30 % de celles du secteur social et 24 % des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Tabl. 3).

Tableau 3 – Répartition des associations selon la date de création (observation fin 2000)

Associations sans salarié

Associations employeuses

Total

Sports

Éducation populaire

Secteur social

Sports

Éducation populaire

Secteur social

Avant 1910

2 %

2 %

4 %

4 %

2 %

2 %

2 %

1910 à 1929

4 %

2 %

5 %

8 %

2 %

3 %

3 %

1930 à 1945

4 %

2 %

3 %

6 %

3 %

3 %

3 %

1945 à 1959

10 %

5 %

12 %

12 %

7 %

10 %

8 %

1960 à 1969

10 %

6 %

7 %

9 %

10 %

12 %

8 %

1970 à 1979

20 %

17 %

14 %

21 %

17 %

17 %

17 %

1980 à 1989

24 %

25 %

26 %

24 %

28 %

26 %

25 %

1990 à 1999

26 %

41 %

29 %

18 %

32 %

26 %

33 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des000 premières réponses.

Les associations sportives représentent 7 % de l’emploi et 28 % du bénévolat associatifs (en équivalent temps plein « ETP »)

7Les associations sportives sont un peu plus souvent employeuses, mais pour un plus petit nombre d’emploi, et pour la durée de travail la plus courte. Par contre, elles sont épaulées par un bénévolat plus important.

8Les associations sportives sont un peu plus souvent employeuses, 19 % contre 14 % des associations d’éducation populaire et 17 % du secteur social, mais ce ne sont pas celles qui emploient le plus de monde. Le secteur social emploie l’équivalent de 517 000 ETP, contre 326 000 pour le secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire et 63 500 pour le sport (Tabl. 4).

Tableau 4 – Effectifs des emplois salariés et du travail bénévole par secteur d’activité

Emplois salariés

Emplois salariés en EPT

Nombre de bénévoles

Bénévoles en EPT (*)

Sports

181 500

63 500

3 625 000

200 500

Éducation populaire

676 500

326 500

6 525 000

307 900

Secteur social

792 000

517 000

4 350 000

207 600

Total

1 650 000

907 000

14 500 000

716 000

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 OOO associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses. (*) L'équivalent temps plein du travail bénévole a été mesuré à partir des durées horaires moyennes de travail bénévole déclarées par les associations

9En outre, les associations sportives, plus que les autres, sont de très petites structures employeuses : 60 % d’entre elles ont un ou deux salariés, contre 37 % dans le secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire et 30 % de celles du secteur social (Tabl. 5).

Tableau 5 – Répartition de la taille des associations employeuses (%)

Nbre de salariés dans l’association

Sports

Éducation populaire

Secteur social

Total

1 ou 2 salariés

61 %

37 %

30 %

41 %

3 ou 4 salariés

16 %

12 %

13 %

13 %

5 à 9 salariés

14 %

18 %

22 %

18 %

10 à 49 salariés

8 %

28 %

26 %

22 %

50 à 99 salariés

1 %

4 %

5 %

3 %

100 salariés et plus

1 %

1 %

5 %

2 %

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

10Par contre, le sport recourt (en ETP) à trois bénévoles pour un emploi, le secteur jeunesse et éducation populaire emploie un bénévole pour un ETP et le secteur social un demi-bénévole pour un ETP. Cependant, au total en ETP, il y a autant de bénévoles dans le secteur social que dans le sport et c’est pour le secteur jeunesse et éducation populaire qu’il y en a le plus (Tabl. 4).

Un budget massivement concentré dans les associations employeuses et dans le secteur social

11La masse budgétaire des associations représente 47 MD euros (308 MD F) en 1998 (Tabl. 7). Le secteur social représente la moitié de cette somme et le sport 12 % seulement.

12L’essentiel de ce budget est détenu par les associations employeuses : 41,4 sur 47 MD €. En d’autres termes, les associations employeuses représentent 17 % des associations, mais 88 % de la masse budgétaire.

13Parmi les associations sans salarié, les sportives sont les plus riches : seules 21 % d’entre elles ont un budget inférieur à 1 000 € (40 % des autres) et 27 % ont un budget supérieur à 10 000 € (env. 15 % des autres). Pour les associations employeuses, c’est parmi les associations de jeunesse et d’éducation populaire et du secteur social que l’on trouve les plus riches (40 et 50 % ont un budget supérieur à 100 000 € contre 19 % des associations sportives employeuses) (Tabl. 6).

Tableau 6 – Taille des associations selon le budget

Tableau 6 – Taille des associations selon le budget

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Tableau 7 – Budget moyen par association, nombre d’associations, budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié (en milliards de francs)

Tableau 7 – Budget moyen par association, nombre d’associations, budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié (en milliards de francs)

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Tableau 8 – Budget cumulé selon le secteur d’activité et l’existence d’emplois salariés en millions d'euros

Associations sans salarié

Associations employeuses

Ensemble

Sports

1 742,8

3 923,6

5 866,0

Éducation populaire

2417,8

15 309,5

17 726,1

Secteur social

1 493,8

22 132,4

23 624,7

Total

5 654,3

41 365,5

47 016,8

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Les associations sportives sont les moins dépendantes des financements publics...

14L’origine de ces budgets est très dissemblable selon les secteurs : les cotisations et recettes d’activité représentent 58 % du budget des associations sportives, 49 % des associations de la jeunesse et de l’éducation populaire, 35 % pour le secteur social (Tabl. 9 et 10).

Tableau 9 – Structure des ressources privées et publiques selon le secteur d’activité

Tableau 9 – Structure des ressources privées et publiques selon le secteur d’activité

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Tableau 10 – Structure des ressources selon le secteur d’activité et l’existence d’emploi salarié dans l’association

Tableau 10 – Structure des ressources selon le secteur d’activité et l’existence d’emploi salarié dans l’association

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

15Le financement public représente 36 % du budget des premières, 45 % des secondes et 61 % des dernières. Ce financement a des origines inégales : les communes représentent 75 % du financement public du sport, 42 % pour la jeunesse et l’éducation populaire, 17 % pour le secteur social. Mais le poids relatif de ces trois secteurs fait que c’est celui de la jeunesse et de l’éducation populaire qui reçoit la plus grosse part des financements communaux (env. 3 367 m€), suivi du secteur social (2 598 m€), et enfin du sport (1 590 m€) (Tabl. 11).

Tableau 11 – Montant des financements publics en millions d’euros

Tableau 11 – Montant des financements publics en millions d’euros

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

16Pour le secteur social, c’est la sécurité sociale le premier contributeur, les conseils généraux le second, l’État le troisième, les communes le quatrième. Pour la jeunesse et l’éducation populaire, l’État est le second contributeur derrière les communes.

17Les associations employeuses dépendent fortement du financement public (40 % pour le sport, 55 % pour la jeunesse et l'éducation populaire et 56 % pour le secteur social). Les associations sportives employeuses sont peu dépendantes de l’État (18 % de leur budget), mais les associations de jeunesse et d’éducation populaire le sont lourdement (49 %) et le secteur social un peu moins, soit 40 % mais il y a des financements des organismes de sécurité sociale à hauteur de 17 % (Tabl. 9).

18Les associations sans salarié sont en situation de quasi indépendance financière : les financements publics n’y représentent que 23 % de leur budget (Tabl. 10).

... mais plus de l’aide directe en nature

19Le financement n’est pas la seule forme d’aide : 55 % des associations sont hébergées par la mairie et au total 68 % sont hébergées par un organisme public (80 % des associations sportives employeuses sont hébergées par la mairie et 90 % au total sont hébergées par un organisme public) (Tabl. 13). Les associations employeuses sont toujours plus souvent hébergées. Le local n’est pas la seule aide en nature, le chauffage, le téléphone, le courrier, l’équipement mobilier et parfois la mise à disposition de véhicules sont également des aides fréquentes (Tabl. 14).

L’ancrage local des associations

20La grande majorité des associations ont une aire d’intervention très locale : les deux tiers rayonnent sur le quartier (9 %), la commune (30 %), ou plusieurs communes (23 %). Ceci est à mettre en relation avec la forte contribution communale dans le financement public des associations sportives et de jeunesse et d’éducation populaire.

Tableau 12 – Répartition des financements publics selon leur origine

Tableau 12 – Répartition des financements publics selon leur origine

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de000 associations.
Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Tableau 12 bis – Budgets et masse salariale des associations employeuses

Tableau 12 bis – Budgets et masse salariale des associations employeuses

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
(1) (traitement Mission statistique) sur la base d'un salaire à 15 000 € par an, soit le SMIC charges patronales comprises)

Tableau 13 – Lieu de l’hébergement des associations hébergées

Tableau 13 – Lieu de l’hébergement des associations hébergées

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Tableau 14 – Avantages en nature

Tableau 14 – Avantages en nature

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations.
Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des
000 premières réponses.

21De l’ordre de 10 % des associations ont une activité nationale (7 %), ou internationale (4 %) (Tabl. 16), alors qu’un quart rayonnent sur le département (16 %) ou la région (9 %).

22Il y a peu de différence entre les différents types d’associations sur ce plan (Tabl. 15).

Tableau 15 – Aire d’intervention des associations

Total

Le quartier

9 %

La commune

30 %

Plusieurs communes

23 %

Le département

16 %

La région

9 %

La France

7 %

Action internationale

4 %

Autre

2 %

Total

100 %

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des000 premières réponses.

Tableau 16 – Effectifs de l’échantillon selon la catégorie et l’activité principale

Tableau 16 – Effectifs de l’échantillon selon la catégorie et l’activité principale

Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 – Taille des associations selon le budget
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 7 – Budget moyen par association, nombre d’associations, budget global selon l’activité et l’existence d’emploi salarié (en milliards de francs)
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 9 – Structure des ressources privées et publiques selon le secteur d’activité
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 10 – Structure des ressources selon le secteur d’activité et l’existence d’emploi salarié dans l’association
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 11 – Montant des financements publics en millions d’euros
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 12 – Répartition des financements publics selon leur origine
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de000 associations.Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 12 bis – Budgets et masse salariale des associations employeuses
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.(1) (traitement Mission statistique) sur la base d'un salaire à 15 000 € par an, soit le SMIC charges patronales comprises)
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 13 – Lieu de l’hébergement des associations hébergées
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 14 – Avantages en nature
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations.Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 16 – Effectifs de l’échantillon selon la catégorie et l’activité principale
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Source : Enquête CNRS Matisse de 2000, auprès de 8 000 associations. Les données budgétaires sont de 1998. Exploitation des 5 000 premières réponses.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2333/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search