Version classiqueVersion mobile

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Jeunesse

Centres de vacances et placements de vacances : baisse de la fréquentation depuis 1995

Géraldine Gorgeret et Catherine Croiset

Résumé

L’analyse des déclarations des séjours depuis 1994 fait apparaître un nombre de nuitées en diminution de 15 % entre 1995 et 1998. La répartition entre les types de séjours, les destinations, les tranches d’âge des enfants est constante depuis quelques années. La durée moyenne des séjours diminue et se situe autour de la semaine. Les hébergements en centres de vacances concernent en 1998 presque deux tiers des enfants, l’autre tiers se répartissant entre les camps fixes, circuits itinérants, séjours linguistiques et placements de vacances, les congés d’été concentrent 75 % des séjours.

Texte intégral

Une perte de 15 % du nombre total des nuitées en trois ans

1Le nombre de séjours connaît une évolution en dent de scie depuis 1994. En 1998, il est à son niveau le plus bas.

2Les enfants participant à des séjours en centres de vacances ou en placements de vacances, sont moins nombreux chaque année, passant de plus d’1,6 million en 1994 et 1995 à moins d’1,5 million en 1998, ce qui représente une perte de 10 % en 4 ans. (Tabl. 1)

Tableau 1 – Évolution des volumes d’activité de 1994 à 1998

Nbre de séjours

(4-18 ans)

Nbre de nuitées

1994

43 257

1 627 184

27 672 463

1995

44 618

1 654 989

27 975 258

1996

43 898

1 590 182

26 498 250

1997

44 079

1 559 624

25 228 684

1998

42 761

1 480 562

23 625 754

3La durée moyenne d’un séjour par enfant est passée de 17 jours en 1994 à 16 jours en 1998, perdant une journée par enfant. (Tabl. 2)

Tableau 2 – Évolution des moyennes d’activité de 1994 à 1998

Nbre moyen de mineurs par séjour

Nbre moyen de jours par séjour et par mineur

1994

37,6

17,0

1995

37,1

16,9

1996

36,2

16,7

1997

35,4

16,7

1998

34,6

16,0

4Cette tendance s’explique par les deux effets conjugués de la baisse du nombre d’enfants partant dans ce type de séjours et de la perte d’une journée par séjour et par enfant.

5Au total, le nombre total de nuitées, indicateur le plus pertinent qui combine les trois précédents, fait apparaître depuis 1995 une baisse significative de 15 % de ce mode de vacances collectives pour les enfants et les jeunes.

En 1998, la moitié des séjours sont inférieurs à 15 jours et presque 90 % inférieurs à trois semaines

6La durée des séjours a évolué à la baisse en quatre ans. Alors que 44 % des séjours étaient inférieurs à deux semaines en 1994, ils sont 51 % en 1998.

Graphique 1 – Évolution du nombre de séjours et de mineurs de 1994 à 1998

Graphique 1 – Évolution du nombre de séjours et de mineurs de 1994 à 1998

7La part des séjours les plus courts, (entre 6 et 8 jours) a augmenté de 4 points, ils représentaient 18 % de la totalité des séjours en 1994 et 22 % en 1998.

8Dans le même temps, 86 % des séjours étaient inférieurs à trois semaines (22 jours) en 1994, ils sont 89 % en 1998.

Quelques pistes pour expliquer ce phénomène

9Diverses hypothèses ont été émises par l’ensemble des partenaires de ce secteur : Tout d’abord, le public potentiel connaîtrait mal ou aurait une perception passéiste de la réalité des centres de vacances d'aujourd’hui. Parallèlement on peut se poser la question de la complète adéquation entre les offres de séjours et les demandes actuelles des familles. D’où la nécessité de revaloriser ce mode de vacances et sa spécificité éducative.

10Cette baisse peut trouver une explication dans la désaffection des séjours avec hébergement hors du domicile familial au profit des structures de loisirs de proximité proches du domicile familial comme les Centres de Loisirs Sans Hébergement. Les loisirs de proximité en plein essor depuis une dizaine d’années sont moins onéreux et plus souples d’accès.

11La médiatisation récente de certains accidents graves, d’affaires de moeurs, de phénomènes sectaires (au demeurant peu nombreux en centres de vacances) a engendré une certaine méfiance des parents vis-à-vis de ce type de vacances.

12Certaines associations et fédérations nationales organisatrices de séjours analysent le phénomène de la façon suivante : l’augmentation du coût des séjours parallèlement à la baisse des aides publiques ne peut que pénaliser les départs des enfants, principalement parmi les familles les plus démunies, ce qui a une influence sur la fréquentation.

13Depuis une vingtaine d’années l’éclatement des familles traditionnelles en familles recomposées aurait tendance à augmenter le temps des séjours de vacances en famille.

14La conjoncture économique est aussi un facteur important, le poste des vacances et des loisirs de la famille étant un des premiers à diminuer lorsque le budget du ménage est à la baisse.

15Pour conforter cette explication, on peut signaler que la baisse des nuitées en centres et placements de vacances est concomitante à celle observée par le secrétariat d’État au Tourisme pour l’activité touristique de l’ensemble de la population française.

16En effet, le nombre de séjours et de nuitées que réalisent les Français de plus de 15 ans dans le cadre de voyages personnels pour agrément ou tourisme fait l’objet d’une étude mensuelle qui permet de présenter les résultats suivants :

17– entre 1994 et 1998, le nombre total de séjours déclarés par les Français de plus de 15 ans est passé de 177 millions pour l’ensemble de l’année à 162 millions en 1998, et les nuitées respectivement de 998 millions à 947 millions. Ceci représente un recul de 8,5 % du nombre de séjours et de 5 % du nombre de nuitées.

18– la baisse des séjours en centres et placements de vacances s’inscrit donc dans un contexte général de baisse, mais il faut souligner qu'elle y est plus forte.

19Seules des études de type qualitatif ayant pour objet la connaissance fine des publics et des non-publics des centres de vacances (leur opinion sur ce type de séjour et les raisons qui les amènent à y aller ou pas) peuvent aider à expliquer la baisse de la fréquentation.

20Une étude de ce genre est inscrite dans le programme de la mission STAT pour l’année 2001.

  • 1 Ces définitions n'ont pas de valeur juridique

ENCADRÉ 1
Définitions1
B.A.F.A. = Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur de centre de vacances et de loisirs
B.A.F.D. = Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur de centre de vacances et de loisirs
Camp Fixe (CF) DE = Lieu d'hébergement fixe sous tente.
Centre de Vacances (CV) = Établissement ou local agréé par les services départementaux du ministère de la Jeunesse et des Sports en liaison avec d’autres services de l’État, pour accueillir des séjours de vacances de mineurs.
Circuit Itinérant (Cl) = séjour itinérant au cours duquel les mineurs sont hébergés dans des lieux différents selon les nuits.
Mineurs = enfants et adolescents ayant entre 4 et 18 ans, accueillis en centre ou placement de vacances. Hors du temps scolaire et du temps familial ils sont de fait placés sous la responsabilité de l'État (réglementation de la protection des mineurs).
Nuitées = les nuitées correspondent au nombre total de jours passés en séjour pour chaque enfant hébergé.
Placement de Vacances (PV) = Placement d'un ou plusieurs mineur(s) en famille d’accueil ou établissement d’accueil (à distinguer des placements judiciaires) à destination de la France et des pays francophones.
Séjour linguistique (SL) = Placement d’un ou plusieurs mineurs(s) en famille d’accueil ou établissement d’accueil à destination des pays non francophones.

Les résultats pour 1998

Parmi les enfants qui sont partis en vacances lors de l’été 1998, 11 % ont effectué un séjour en centre de vacances

21Rappelons qu’un quart des enfants ayant entre 5 et 18 ans n’ont effectué aucun séjour de vacances lors de l’été 1998, 75 % ont effectué un ou plusieurs séjours, dont 11 % en centres et placements de vacances.

22Malgré la baisse constatée précédemment, ce mode de vacances est encore aujourd’hui important dans la totalité des séjours des enfants, (source : Enquête CREDOC réalisée à la demande du secrétariat d’État au Tourisme, voir Stat-Info no 1)

LES SÉJOURS

L’Île-de-France, 1re région d’enregistrement des déclarations des séjours

23Un nombre relativement constant de séjours est déclaré chaque année auprès des services déconcentrés du ministère de la Jeunesse et des Sports. Beaucoup de sièges sociaux d’associations, comités d’entreprise et sociétés commerciales se trouvent à Paris ou dans la région parisienne. Il en découle que 29 % du total des séjours sont déclarés dans cette région et 13,5 % des séjours auprès de la seule Direction Régionale et Départementale de Paris.

Les séjours d’été rassemblent les trois-quarts des enfants

24Les séjours sont répartis en cinq périodes distinctes qui correspondent aux congés scolaires. La période des congés d’été concentre 75 % des enfants ce qui s’explique aisément par la durée des congés d’été (entre 7 et 11 semaines) et la « saison » propice aux vacances, surtout en camp (Tabl. 3).

Tableau 3 – Répartition des enfants participants selon la période des congés et le type de séjour

En nbre de mineurs (4-18 ans)

Camps

Centres de Vacances

Placements de vacances

Total

Hiver

8 885

211 880

6 894

227 659

Printemps

9 386

76 133

18 390

103 909

Été

333 184

631 765

148 742

1 111 691

Toussaint

1 565

16 287

2 956

20 808

Noël

401

13 525

2 769

16 695

Total

351 421

949 590

179 751

1 480 562

Presque deux tiers des enfants sont hébergés en centres de vacances

25Le type de séjour « classique », c’est-à-dire en centre de vacances avec hébergement collectif accueille 64 % des enfants. Ce type de séjour domine largement les séjours en camps ou les circuits itinérants ainsi que les placements en famille d’accueil qui représentent respectivement 24 % et 12 % des enfants sur l’ensemble de l’année. Les camps représentent cependant 30 % des enfants qui partent pour les congés d’été. Les centres de vacances accueillent la quasi-totalité (93 %) des enfants pour les congés d’hiver (Tabl. 3).

La France représente 82 % des destinations des enfants, suivie par la Grande-Bretagne et l’Espagne

26Une grande majorité des enfants partent en séjour sur le territoire français. Des disparités sont toutefois notables selon les tranches d’âges des enfants. Les plus jeunes (4-12 ans) ne sont que 3 % à partir à l’étranger à l’occasion d’un séjour. En revanche 32,5 % des 13-18 ans sont partis en séjours à l’étranger, dont 24,3 % dans un des pays de l’union européenne (Tabl. 4).

Tableau 4 – Répartition des destinations des séjours

Nbre de séjours

Nbre de mineurs

(4-18ans)

Nbre de nuitées

France

35 735

1 216 706

19 037 531

U. E. (hors France)

4 648

195 342

3 360 853

Étranger (hors

2 378

68 514

1 227 370

Total

42 761

1 480 562

23 625 754

À destination de la France, la « montagne » domine sur l’ensemble de l’année

27Pour l'ensemble de l’année, les cinq départements français qui accueillent le plus de séjours sont la Haute-Savoie avec 8,7 % des enfants, la Savoie avec 5,3 %, les Hautes-Alpes avec 5,0 %, l’Isère avec 4,1 % et la Vendée avec 2,8 %.

28Les quatre premiers départements appartiennent à la destination « montagne ». Ils représentent en totalité lorsqu’on y ajoute les Hautes-Pyrénées (2,6 %) 25,7 % des destinations des enfants pour l’année 1998.

29En ce qui concerne précisément les séjours ayant lieu lors des congés d’été, la part de la montagne (les cinq départements présentés ci-dessus) est de 16,1 % des enfants accueillis.

30Elle représente une part importante des séjours d’été mais diminue au profit des départements du littoral atlantique comme la Vendée qui représente 3,5 % des enfants accueillis l’été, le Finistère avec 3,4 %, le Morbihan avec 2,6 %, la Gironde avec 2,4 %, et la Charente-Maritime avec 2,3 %.

Graphique 2 - Mineurs accueillis en centres et placements de vacances par région pour l’ensemble de l’année 1998

Graphique 2 - Mineurs accueillis en centres et placements de vacances par région pour l’ensemble de l’année 1998

LES MINEURS

31Lors des séjours, les mineurs sont regroupés en fonction de leur âge et d’une réglementation spécifique. Sur cette base, on peut distinguer 3 tranches d’âge : 4-6 ans, 7-12 ans et 13-18 ans. En 1998, 50 % des mineurs participants à un séjour avaient entre 7 et 12 ans, 48 % entre 13 et 18 ans et 2 % entre 4 et 6 ans.

Les plus âgés partent plus loin avec des séjours moins « classiques » mais pas plus longtemps

32Comme cela a été indiqué plus haut, la destination des séjours varie selon l’âge : les adolescents partent plus souvent à l’étranger que les deux premières tranches d’âge.

33En ce qui concerne le type de séjour, les 4-6 ans sont concernés uniquement par les centres de vacances et les placements en famille d’accueil.

34De même, les 7-12 ans sont aussi peu nombreux dans les circuits itinérants et les séjours linguistiques. En revanche, ils commencent à partir dans des camps fixes, structures d’accueil moins « confortables » que les centres de vacances.

35À partir de 13 ans, les centres de vacances, bien qu’encore prépondérants commencent à diminuer au profit des camps fixes, circuits itinérants et surtout des séjours linguistiques. (Tabl. 5)

Tableau 5 – Répartition des enfants participants selon l’âge et le type de séjour

En % du nbre de mineurs (4-18 ans)

4 – 6 ans

7 – 12 ans

13 – 18 ans

Total

Centres de vacances

2,0 %

38,6 %

23,6 %

64,2 %

Camps Fixes

0,0 %

7,4 %

9,7 %

17,2 %

Séjours linguistiques

0,0 %

0,6 %

8,7 %

9,3 %

Circuits itinérants

0,0 %

0,7 %

5,8 %

6,5 %

Placements

0,3 %

2,2 %

0,3 %

2,8 %

Total

2,4 %

49,5 %

48,1 %

100,0 %

36Au-delà des spécificités dues à la réglementation, un comportement particulier à chaque tranche d’âge transparaît à travers les types de séjours de vacances.

37Contrairement à ce que l’on pouvait supposer, les séjours des 4-6 ans ne sont pas plus courts que la moyenne des séjours. En effet, la différence de la durée moyenne des séjours concernant les « maternels » est même à leur avantage (17,6 jours pour les 4-6 ans, 16 jours pour les 7-18 ans).

LES ORGANISATEURS

38Les organisateurs de séjours qui ont déclaré un séjour pour l’année 1998 sont de l’ordre de 10 000 dans le fichier administratif. C’est ce qui ressort de l’enregistrement des déclarations de séjour par les services départementaux de la jeunesse et des sports.

39Il faut déplorer le manque de fiabilité de cette donnée due à l’absence de numéro SIREN pour les organisateurs de séjours. De ce fait, un même organisateur est parfois répertorié sous des noms différents d’un séjour à l’autre, entraînant d’une part un gonflement artificiel du nombre réel d’organisateurs et d’autre part une très grande difficulté à les regrouper.

80 % des séjours sont déclarés par des structures qui ont le statut associatif

40Sous le statut associatif, on trouve à la fois les associations nationales ou locales agréées par le ministère, des clubs de sports organisant un seul séjour de vacances pour l’année ainsi que certains comités d’entreprise qui ont un statut associatif. 80 % des séjours déclarés sont organisés par des structures qui ont ce statut.

41Les collectivités locales représentent environ 7 % des séjours organisés, les comités d’entreprise non associatifs 4 %, les sociétés commerciales 2 %.

42Enfin, 7 % des séjours déclarés sont organisés par des structures qui ont un autre statut.

L’ENCADREMENT : ANIMATEURS ET DIRECTEURS

Un tiers des directeurs est titulaire du BAFD, un autre tiers est en cours de formation pour l’obtenir

43Sur les 42 761 séjours organisés en 1998, 4 846 sont des séjours en placements de vacances.

44Parmi les 37 915 directeurs qui encadrent les autres séjours en centres de vacances, 33,4 % possèdent le B.A.F.D., diplôme spécifiquement adapté à l’encadrement des enfants en centres de vacances. 33 % des directeurs sont en cours de formation pour obtenir ce B.A.F.D. et 10 % possèdent d’autres diplômes ou titres équivalents au B.A.F.D. leur permettant d’encadrer des enfants. 24 % des directeurs sont identifiés comme titulaires d’une dérogation ou non identifiés.

45La réglementation exige qu’un directeur ait au minimum 19 ans pour les camps organisés par les associations de scoutisme agréées au plan national et regroupant moins de 60 enfants, 21 ans pour les autres types de séjours mais 25 ans pour les séjours encadrant des « maternels ».

46Deux tiers des directeurs de centre de vacances ont entre 26 ans et 49 ans. Ils sont 5,3 % à avoir moins de 21 ans et 18,3 % ont entre 22 et 25 ans (Tabl. 6).

Tableau 6 – Répartition des directeurs selon leur âge

Nombre de directeurs

% de directeurs

19-21 ans(*)

1993

5,3 %

22-25 ans

6 933

18,3 %

26- 29 ans

7 523

19,9 %

30- 39 ans

10 894

28,8 %

40- 49 ans

7 212

19,1 %

50- 59 ans

2 831

7,5 %

60 et + ans

437

1,1 %

Non Déterminé

92

-

Total

37 915

100 %

(*) Directeurs de camps organisés par les associations de scoutisme agréées au plan national

En moyenne 7 enfants pour un animateur

47Les animateurs en centres de vacances étaient 199 972 au cours de l’année 1998. 56 % de ces animateurs possèdent le B.A.FA. En moyenne, un animateur encadre 7 enfants.

ENCADRÉ 2
Méthodologie
Le bureau des centres de vacances et de loisirs (DJEP1) et la mission bases de données et informations statistiques (DPA-STAT) ont exploité les fichiers administratifs (1994 à 1998) des centres et placements de vacances, issus des formulaires « C », « D » et « E » de déclarations et confirmations des séjours par les organisateurs. Depuis 1994, les informations de ces imprimés sont saisies dans chaque service départemental Jeunesse et Sports et sont
consultables par l’ensemble des services déconcentrés. L’agrégation nationale des données en temps réel est assurée au sein du bureau informatique
(DPA 4). Les bases de données constituent une source importante pour des traitements statistiques.
Le champ couvert par les fichiers administratifs :
Sont comptabilisés les séjours « soumis obligatoirement à déclaration)) s’ils réunissent les deux conditions suivantes : Ils concernent 12 mineurs au moins,
ils vont durer 6 nuitées au moins.
Les séjours ne réunissant pas ces deux conditions ne font pas obligatoirement l'objet d’une déclaration mais sont soumis aux mêmes exigences
réglementaires et au contrôle par les services de l'État.
Leur nombre, leur part dans la totalité des séjours et leur évolution sont actuellement inconnus. Cependant on peut noter qu'un nombre plus important chaque année d'organisateurs de séjours souhaite les déclarer. Certains services déconcentrés du ministère de la Jeunesse et des Sports les enregistrent et leur délivrent un numéro de déclaration. Ces séjours « hors déclaration obligatoire » sont en grande majorité des « courts séjours » (1 à 5 nuitées).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Ministère de la Jeunesse et des Sports, septembre 2000, Les chiffres clés des centres et placements de vacances – 1994 / 1998

Les centres de vacances — Données chiffrées 1994-2002 — Note jeunesse et vie associative no 04-01 de février 2004, ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche

Notes

1 Ces définitions n'ont pas de valeur juridique

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Évolution du nombre de séjours et de mineurs de 1994 à 1998
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 2 - Mineurs accueillis en centres et placements de vacances par région pour l’ensemble de l’année 1998
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search