Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Emplois-jeunes

Les emplois-jeunes du champ Jeunesse et Sports au 30 juin 2002

Guy Truchot et Jean-Paul Boisson

Résumé

Fin juin 2002, un peu plus de 60 000 jeunes sont bénéficiaires de contrats emplois jeunes dans le champ « jeunesse et sports » (périmètre antérieur à la nomination du gouvernement actuel), dont 20 000 sur un projet « Sport ».
Les associations sont les principaux employeurs : de l’ordre de 85 % des jeunes recrutés sur un projet « Sport » et 60 % des jeunes recrutés sur un autre projet travaillent dans une association. La plupart des jeunes salariés dans des associations sont dans de très petites unités : c’est particulièrement vrai pour le port.
Sept jeunes sur dix étaient demandeurs d’emploi avant d’entrer dans le dispositif. Ils sont plutôt un peu plus âgés que ne le prévoyait ce dernier, et quatre sur dix possèdent un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat.
Des sorties massives de ce dispositif sont à prévoir dès l’exercice 2003 : 6 200 sorties pour les bénéficiaires dans les projets « Sport » dont 80 % dans des associations et 13 000 pour les autres projets, dont 60 % dans des associations.

Texte intégral

1Au 30 juin 2002, 60 000 jeunes sont en poste sur un contrat « emploi-jeune » dans le champ « jeunesse et sports » (stock), dont 20 000 pour un projet sport (voir encadré). 57 % des jeunes employés sur un projet « sport » sont animateurs sportifs (Tabl. 1).

2La durée normale du contrat est de 5 ans. Cependant, le nombre de ruptures avant ce terme est élevé : un nombre important de jeunes quitte le dispositif avant le délai de 5 ans. Au 30 juin 2002on dénombre 101 000 jeunes à être passés par le dispositif « Nouveaux services - Emplois jeunes » dans le champ « Jeunesse & Sports » (flux). Ce total représente près de 33 000 personnes employées sur un projet « sport » et 69 000 personnes sur un autre projet, notamment des projets culture (16 000 jeunes), famille (12 500 jeunes), et éducation (10 300 jeunes).

Tableau 1 – Les frontières du champ « jeunesse et sports » au 30 juin 2002 (Nbr de jeunes en poste)

Fonction

Projets

Sport

Autres

Total

Animateurs sportifs

11 404

1 953

13 357

Autres fonctions

8 569

38 367

46 936

Total

19 973

40 320

60 293

Source : fichier CNASEA – DARES

Un public d’anciens chômeurs, assez âgés, assez diplômés

37 jeunes sur 10 étaient demandeurs d’emploi au moment de la signature de leur contrat, cette proportion étant assez stable, pour les garçons comme pour les filles, quel que soit leur niveau d’étude.

4Cependant, comme pour l’ensemble du programme, ce ne sont pas les jeunes les plus en difficulté qui sont les bénéficiaires dans le champ « jeunesse et sports » : 47 % des jeunes recrutés possédaient un niveau de formation supérieur au baccalauréat (niveau III et plus). La proportion de diplômés est moins forte pour les animateurs sportifs (28 % d’entre eux ont un diplôme supérieur au bac, pour 47 % des jeunes recrutés sur les autres fonctions). Le nombre de jeunes sans aucun diplôme est très faible quelle que soit la fonction, de l'ordre de 2 à 3 %.

5Si le programme a touché en nombre égal les garçons et les filles, ces dernières sont minoritaires parmi les animateurs sportifs (26 %), et nettement majoritaires dans les autres fonctions (58 % de filles).

661 % des jeunes en poste avaient au moins 24 ans au moment de leur embauche. Les filles sont plus jeunes que les garçons et les personnes recrutées sur un projet « sport » sont plus jeunes que celles embauchées sur les autres projets (Tabl. 2).

Tableau 2 – Répartition des emplois jeunes en poste au 30/06/02 selon leur âge (%)

Âge

Projet « Sport »

Autres projets

Total

Garçons

Filles

Garçons

Filles

Inf. 24 ans

45

50

32

38

39

24-25 ans

27

26

30

30

30

26 ans et +

28

24

38

32

31

Total

100

100

100

100

100

Source : fichier CNASEA - DARES

Les deux tiers des emplois ont été offerts par des associations

7Les deux tiers des emplois sont des emplois associatifs. L’emprise associative est plus marquée pour les projets « sport » — l’employeur y est une association pour 86 % des jeunes actuellement en poste — que pour les autres projets, dans lequel 58 % des emplois « seulement » sont offerts dans des associations.

8On rappelle que la forte présence des associations, et encore plus dans le sport, est une caractéristique du champ « Jeunesse et Sports » et aucun autre département ministériel n’a eu à gérer cette réalité (Tabl. 3).

Tableau 3 – Répartition des emplois jeunes en poste au 30/06/02 selon le statut de leur employeur (%)

Employeur

Projet « Sport »

Autres. projets

Total

Associations

86

58

68

Collectivités

12

31

24

Autres employeurs

2

11

8

Total

100

100

100

Source : fichier CNASEA – DARES

9La quasi-totalité des titulaires d’un CDI se trouvent dans des associations (Tabl. 4). De l’ordre de 130 jeunes, dont 40 % de femmes, sont par ailleurs employés dans les centres d'Éducation populaire et de Sport (CREPS).

Tableau 4 –Répartition des emplois jeunes en poste au 30/06/02 selon le type de contrat

CDD

CDI

Total

Projet « Sport »

10 987

8 986

19 973

Autres projets

27 431

12 899

40 320

Total

38 418

21 875

60 293

Part du sport

29 %

41 %

33 %

Source : fichier CNASEA - DARES

Petites associations, grandes communes

10Les jeunes employés dans le domaine sportif par des associations ont été recrutés par des petites structures : dans 20 % des cas, ils sont le 1er employé et dans 26 % des cas, il n’y avait qu’un employé avant leur arrivée. 32 % des jeunes sont encore dans des structures de 2 à 5 salariés.

11Dans les projets différents du sport les associations employeurs ont une taille un peu plus importante. 1/3 des jeunes travaillent dans des organismes qui employaient au moins 10 salariés avant leur arrivée, deux fois plus que dans le sport.

12La situation est différente dans les collectivités locales : les deux tiers des jeunes sont en poste dans des structures de 50 salariés ou plus. C’est dire que les contextes de formation ou bien de « basculement » sur un autre poste chez le même employeur sont bien différents selon le type d’employeur.

Plus de 4 jeunes sur 10 ont quitté le dispositif

13Sur les 101 000 jeunes passés par le dispositif depuis 1998, un peu plus de 60 000 sont en poste au 30 juin 2002. Ce qui revient à dire que 41 % des jeunes passés par le dispositif l’ont déjà quitté (Tabl. 5).

Tableau 5 – les emplois jeunes recrutés et encore en poste fin juin 2002 selon l’année de recrutement

1998

1999

2000

2001

2002

Total

Recrutés

23 786

25 269

23 297

21 542

7 505

101 399

En poste (*)

10 604

12 133

13 626

16 776

7 154

60 293

(*) au 30/06/02
Source : fichier CNASEA - DARES

14Quand les derniers contrats conclus en 2002 arriveront à leur terme, la proportion de jeunes ayant quitté le dispositif avant la fin de leur contrat sera plus importante : en effet, 55 % des jeunes recrutés en 1998 l’ont déjà quitté en juin 2002 alors que leur contrat se termine normalement en 2003. Ces ruptures, dont la plupart sont dues à la prise d’un autre emploi [3], sont peu liées aux caractéristiques des jeunes ou de leurs employeurs.

15Le taux de rupture avant 5 ans pour les jeunes recrutés en 1998 est légèrement plus faible dans les plus grosses associations, et cela est plus sensible pour les projets différents du sport. On ne peut cependant pas en conclure que des jeunes recrutés par de très petites structures associatives auraient été fragilisés de ce fait et poussés à l’abandon.

16La proportion de jeunes qui quittent le dispositif avant la fin de leur contrat s’établit de 31 % à 52 % selon les départements (Tabl. 6). On peut s’interroger sur l’existence d’une liaison entre le nombre plus ou moins important d’abandons et l’état du marché du travail dans le département. On l’observe pour les cas extrêmes : les départements où le taux de chômage global est le plus bas sont souvent ceux dans lesquels les emplois jeunes ont été plus nombreux à quitter leur contrat avant la fin du dispositif. De même, moins de jeunes quittent spontanément le dispositif quand le taux de chômage est élevé dans un département.

Les prévisions de sortie

17Les employeurs avaient la faculté, en cas de démission ou de rupture de contrat, de recruter une nouvelle personne sur le même contrat, mais seulement pour la période restant à courir. Cette faculté a été largement utilisée : parmi les jeunes actuellement en poste, 97 % de ceux recrutés en 1998 et 39 % de ceux recrutés en 2002 l’ont été sur des contrats de 5 ans. Dès 2001, plus de la moitié des contrats étaient des contrats de renouvellement.

18Cependant, on peut estimer les prévisions de sorties pour les années suivantes avec l’hypothèse d’un taux de démission nul à compter de juin 2002. Un contrat initié en juin 1999 est supposé se terminer en mai 2004, même si la personne actuellement en poste sur ce contrat a été recrutée en 2001, en remplacement d’une première personne. Les effectifs réels de « sorties » seront légèrement avancés dans le temps par rapport à ces nombres théoriques, car les jeunes actuellement en poste peuvent démissionner avant la fin de leur contrat.

19Pour les jeunes recrutés sur un projet « sport » on prévoit 6 200 sorties du dispositif en 2003. Ce nombre décroît régulièrement jusqu’à 3 100 sorties en 2006 et à 900 en 2007 (les sorties de 2007 correspondent aux nouveaux contrats de 2002). Il s’agit d’emplois associatifs dans plus de huit cas sur dix (Graph. 1).

Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département

Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département

Lecture (pour le département de l'Ain) : Parmi les jeunes recrutés depuis 1998 sur un projet « Sport », 120 sont encore en poste au 30 juin 2002. Parmi ces derniers, 28 verront leur contrat se terminer en 2003.
Les autres (120 - 28 - 92) verront leur contrat se terminer entre 2004 et 2007. Ces chiffres s'entendent hors ruptures prématurées.
Source : fichier CNASEA – DARES

Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département

Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département

Source : fichier CNASEA – DARES

Le champ Jeunesse et Sports
La source est le fichier transmis trimestriellement à la DARES (ministère de l'emploi et de la solidarité) par le Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA), destinataire des conventions signées entre les employeurs et les Directions départementales du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle.
Les critères utilisés pour définir le champ sont ceux retenus par l'instance d'évaluation du dispositif « nouveaux services - emplois jeunes » dans le champ « Jeunesse et Sports ». (rapport du Conseil National de l'Évaluation/Commissariat général du Plan, octobre 2001 - Documentation Française).
Chaque contrat est défini par la nature du projet de l’employeur : 11 modalités « éducation, famille-santé-solidarité, logement-vie de quartier, transports, culture, justice, sécurité, environnement, tourisme, sport, autres ». Pour chacun des contrats, la fonction du jeune est également connue.
Le champ « jeunesse et sports » couvre, d’une part tous les projets dont le champ principal d'activité (projet) est le sport quelle que soit la fonction du jeune bénéficiaire d'un contrat, d'autre part tous les dossiers correspondant aux cinq fonctions suivantes : animateur socioculturel ; animateur sportif ; autre animateur ou éducateur ; animateur de développement local ; aide à la gestion associative.
Les statistiques trimestrielles relatives au champ « jeunesse et sports » sont disponibles sur le site Internet du ministère des Sports (rubrique dossiers/statistiques).

Graphique 1 – Les prévisions de sorties du dispositif

Graphique 1 – Les prévisions de sorties du dispositif

Source : fichier CNASEA - DARES

20Pour les autres projets, 13 000 sorties auraient lieu en 2003, 11 000 l’année suivante, en diminution régulière jusqu’à 2 000 sorties l’année 2007. Six fois sur dix il s’agit d’emplois associatifs.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

[1] Le programme « Nouveaux services - emplois jeunes » dans le champ « Jeunesse et Sports ». Conseil national de l’évaluation, Commissariat général du plan. La Documentation Française, 2001

[2] Les mesures d'aide à l'emploi du secteur non marchand. Conseil national de l’évaluation, Commissariat général du plan. La Documentation Française, 2002

[3] Les jeunes sortis du programme « Nouveaux services – emplois jeunes ». Premières Informations – Premières synthèses, Janvier 2002. Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES)

[4] « Nouveaux services-emplois jeunes : regard à mi-parcours ». Cahier Travail et Emploi 2002 Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité – DARES

Table des illustrations

Titre Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département
Légende Lecture (pour le département de l'Ain) : Parmi les jeunes recrutés depuis 1998 sur un projet « Sport », 120 sont encore en poste au 30 juin 2002. Parmi ces derniers, 28 verront leur contrat se terminer en 2003.Les autres (120 - 28 - 92) verront leur contrat se terminer entre 2004 et 2007. Ces chiffres s'entendent hors ruptures prématurées.Source : fichier CNASEA – DARES
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 6 – Les emplois jeunes en poste au 30 juin 2002 et les prévisions de sorties en 2003 par département
Crédits Source : fichier CNASEA – DARES
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 1 – Les prévisions de sorties du dispositif
Légende Source : fichier CNASEA - DARES
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2303/img-3.png
Fichier image/png, 35k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.