Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Économie du sport

De l'utilité d’un compte du sport pour l'analyse économique du sport

Wladimir Andreff

Résumé

Il faut partir du constat selon lequel la préoccupation de construire un compte du sport est postérieure à l’apparition des premières réflexions et analyses économiques consacrées au sport, lesquelles sont bien évidemment postérieures à la pénétration de grandeurs économiques (de « l’argent ») dans les activités physiques et sportives - APS (1). La première utilité d’élaborer un compte du sport a donc découlé de la volonté des autorités du sport (fédérations, comités olympiques, ministères des sports) d’être mieux informées sur ces grandeurs économiques pour tenter de proportionner leur pouvoir dans la société au poids économique du sport : le compte du sport a ici une vocation principalement descriptive et informative (2). Il est vite apparu cependant qu’un compte du sport est un instrument exigeant et assez coûteux à élaborer, dont il faut ensuite assurer la maintenance et la « routinisation » si l’on veut que l’information économique sur le sport soit rendue systématique, régulière et suffisamment détaillée ou désagrégée dans sa présentation (3). Un tel coût est évidemment un facteur qui a retardé la production de comptes du sport par rapport aux besoins, aux espoirs et aux avancées de l’analyse économique du sport.
Néanmoins, une autre impulsion est venue stimuler les efforts de comptabilisation du sport, à savoir le besoin de connaître l’impact économique de l’organisation des grands événements sportifs, puis les incidences d’autres décisions politiques concernant le sport et ayant inéluctablement aujourd’hui des conséquences économiques (4). L’estimation des effets d’un choc exogène, le calcul de multiplicateurs d’impact, voire la modélisation, se sont surtout tournées vers le Tableau Entrées-Sorties (TES). Il faut noter enfin l’accélération (pour ne pas dire « l’explosion ») dans le développement de la « science économique du sport »
(sports économies), depuis 1997-1998, avec la publication d’un nombre croissant d’articles traitant de l’économie du sport dans les meilleures revues économiques généralistes (American Economic Review, Journal of Economie Perspectives, etc.), la création en 2000 du Journal of Sports Economies (répertorié dans le Journal of Economie Literature), celle de l'International Association of Sport Economists en 1999, la préparation à la demande d’un éditeur anglais d’un « handbook » d'économie du sport rassemblant une centaine d’auteurs (Andreff & Szymanski., 2005), et ainsi de suite. Cette expansion de l’analyse économique du sport est évidemment gourmande en données (5) pour pouvoir vérifier ses hypothèses, ses schémas analytiques et ses éventuelles recommandations de politique économique et sportive.

Texte intégral

1. Une mise en perspective historique

1La pénétration de flux économiques dans le sport remonte en fait à l’Antiquité, y compris aux premiers Jeux Olympiques. Un premier saut quantitatif et qualitatif s'est produit avec la fabrication artisanale d’articles de sport entre le XIIIe siècle (crosses) et le XVIIIe siècle (gants de boxe) (Andreff & Nys, 1987) et les débuts de la professionnalisation de certains sports (boxe, cane) en raison des paris dont leurs résultats étaient l’enjeu. Le XIXe siècle marque le passage à la production industrielle de biens destinés à la pratique sportive, l’organisation de compétitions nationales et l’extension du professionnalisme. Les années 1930 sont celles de la consolidation du professionnalisme sportif en Europe (40 ans après l'Amérique du Nord) et de l’internationalisation des compétitions, dans un certain nombre de sports majeurs (Bourg & Gouguet, 2001). Immédiatement après la seconde guerre mondiale, le spectacle sportif professionnel devient un loisir structurant du mode de vie nord-américain et attire des financements privés sans précédent, en même temps que le sport est valorisé comme moyen d’intégration économique et sociale de l’individu et des minorités (les Noirs, les Porto-ricains, etc.). Il faut attendre les années 1970 pour voir autant de financements pénétrer dans le sport en Europe (où le professionnalisme est moins généralisé qu’en Amérique du Nord) et la fin des années 1980 pour que se développe en Europe un modèle financier de sport professionnel ayant quelques similitudes avec le modèle nord-américain (Andreff & Staudohar, 2000).

  • 1 Notamment Sauvy (1968) et Sloane (1971).

2Il n’est donc pas surprenant que l’économie du sport (en tant qu’analyse ou discipline scientifique) ait vu le jour aux États-Unis. On la fait remonter à l’article fondateur de Rottenberg (1956) consacré au marché du travail des joueurs de base-bail et qui introduit en fait la notion d’équilibre compétitif (différent de l’équilibre économique, et c’est tout le paradoxe) d’un championnat, en sport collectif. Une nouvelle vague de publications accompagne la première grave crise financière - et de redistribution des droits de TV - dans les sports professionnels américains en 1960-1961 (crise retracée dans Andreff et al., 1987). À partir de là, un nombre croissant d’articles est publié en économie du sport en Amérique du Nord (les plus représentatifs de ces articles sont rassemblés dans Zimbalist, 2001). Dans les années 1990, l’économie du sport devient une discipline d’enseignement dans les départements universitaires de Economics et elle a récemment été consacrée comme telle dans deux manuels d’enseignement (Fort, 2003 ; Leeds & von Allmen, 2001). En Europe, la littérature économique sur le sport se développe à partir de la fin des années 1970, à quelques exceptions près1, avec les premières difficultés financières du football professionnel et aussi avec la commercialisation croissante des sports non professionnels, souvent à partir de travaux initiés par des sociologues (en France en particulier avec l’influence de la pensée de Bourdieu dans ce milieu). En France, le premier cours d’économie du sport dans une Faculté de Sciences Économiques apparaît en 1978 à Limoges, l’introduction de l’économie du sport dans les Facultés de STAPS se généralise peu après, le premier ouvrage à vocation de manuel empirique sur l’économie du sport date de 1986 (Andreff & Nys, 1986). Les autres pays européens où les publications progressent le plus entre les années 1970 et 1997 sont l’Angleterre (notamment les travaux de P. Sloane, C. Gratton, S. Szymanski) et l’Allemagne (avec les travaux de K. Heinemann et W. Weber, B. Frick). Depuis 1997, les publications se multiplient très rapidement. Un ouvrage de synthèse de l’économie du sport en français rassemblait péniblement seize auteurs, pas tous économistes, en 1989 (Andreff, 1989). Le « handbook » en anglais susmentionné en rassemblera une centaine, après sélection, dont dix-sept Français, quinze économistes et deux juristes.

3Les différents domaines de l’analyse économique du sport se sont enrichis. Un bilan d’étape (Andreff, 1995) montrait qu’une majorité d’analyses relevaient de facto du « management » du sport, dérivant de près ou de loin des anciennes approches sociologiques du sport qui avaient mis le doigt sur sa dimension économique et sa gestion. Les 126 références recensées, qui appartenaient plus spécifiquement au champ de l’analyse économique du sport, se répartissaient entre l’économie publique du sport, la consommation engendrée par la pratique sportive, le développement économique (impact du sport sur), l’économie industrielle du sport, les services sportifs, le travail et l'emploi sportifs et, avec un nombre limité d’entrées, l’économie internationale du sport et la démographie du sport. Cependant, une telle vision de la discipline « économie du sport » est aujourd’hui périmée en raison de l’explosion du nombre des publications qui lui sont consacrées depuis 1997. Le contenu du « handbook » (voir infra) est à cet égard beaucoup plus représentatif.

  • 2 Une version française de Andreff (2001) a été diffusée en son temps dans le Groupe de travail sur l (...)
  • 3 Le contenu de ce commentaire est tributaire de ma compréhension limitée de la langue allemande.

4Par rapport à cet historique, où et quand vient prendre place le compte du sport ? À ma connaissance, il n’y a pas eu de tentative d’élaborer une comptabilité économique du sport là où on pouvait l’attendre - étant donné le développement plus avancé de l’économie du sport-, c’est-à-dire aux États-Unis. La raison est simple : l’économie du sport y est une branche (industry) dont toute l’activité s’exerce en régime de propriété privée, l’apport public au sport est nul ou négligeable si l’on excepte la fourniture des stades et, par voie de conséquence, la seule comptabilité qui importe est privée (même pour le sport « amateur » des collèges qui est devenu un vrai business professionnel). C’est donc en Europe (et au Canada) que l’on trouve les premières tentatives de mise au point d’une comptabilité nationale de l'économie du sport. Ces tentatives sont retracées, ainsi que les méthodologies mises en œuvre, dans Andreff (2001 & 2005)2. Sans reprendre ici en détail cet historique des comptes économiques du sport à l’échelle européenne, rappelons-en les phases les plus marquantes. Le travail pionnier revient à Malenfant-Dauriac (1977) avec l’élaboration d’un compte satellite de l'économie du sport en France pour l'année 1971 : la technique du compte satellite y est explicitée pas à pas au cours de sa mise en œuvre mais, à l’époque, l’auteur souffre de la difficulté de collecter certaines données économiques concernant le sport. Un compte satellite du sport a aussi été élaboré pour l’année 1990, pour l’Allemagne réunifiée (Weber et al., 1995), consistant, dans le cadre du Tableau Économique d’Ensemble, à dénombrer, outre les offres et demandes sportives, les opérations de répartition et financières afférentes, les effectifs de pratiquants et les emplois liés aux APS3. Ce travail très intéressant a cependant fait l’objet de commentaires soulignant que, malgré le respect du cadre comptable, il ne se fondait pas sur une analyse des relations économiques mises en jeu au sein de l’économie du sport et que les données étaient présentées d’une manière qui ne permettait guère de nourrir un système d’équations (modèle) susceptible de rendre possible un test de cohérence des estimations proposées dans le compte (Kurscheidt, 2000).

5La deuxième piste a été ouverte par le Comité de Développement du Sport du Conseil de l’Europe, en 1985, en soutenant une étude sur l’importance économique du sport, achevée en 1989, coordonnée par un expert britannique (Jones, 1989). L’ambiguïté du terme « importance » (significance) d’une part, la disparité et la rareté relative des données économiques sur le sport dans les neuf pays européens sélectionnés d’autre part, ont débouché sur une comptabilisation assez hybride. Pour certains pays, seules quelques données disponibles ont été fournies à Jones. Dans d’autres pays, « importance » a été compris comme étant l’impact économique du sport et des estimations de celui-ci ont été proposées (voir infra). Le rapport Jones a cependant permis de régler plusieurs problèmes en vue de la comparaison entre pays : le choix d’une même année de collecte des données (1985), d’une même unité de calcul (le dollar PPA), la définition du champ du sport (celle adoptée dans Rodgers, 1977), la délimitation de sept secteurs participant à l’économie du sport suggérée par le Henley Centre (1986) et que l’on retrouve dans l’étude de Cambridge Econometrics (2003) et, enfin, la recommandation de présenter les comptes su sport selon un tableau croisé dont les lignes et les colonnes seraient les sept secteurs et les cases contiendraient les flux financiers (économiques) allant d’un secteur à l’autre. L’objectif était de parvenir à une estimation de la dépense intérieure consacrée au sport, en particulier les dépenses de consommation. Seule la contribution anglaise au rapport Jones a respecté toutes les recommandations méthodologiques au pied de la lettre, en particulier la présentation en tableau croisé.

  • 4 La République tchèque, non sélectionnée par le CDDS, a pu néanmoins participer officieusement à l’e (...)

6Une deuxième étude a été confiée par le Conseil de l’Europe à une équipe française d’experts, portant sur l’année 1990, achevée en 1993 et adoptée en 1994 par les ministres européens du sport (Andreff et al., 1994). Les bases de comparaison entre pays posées par Jones sont conservées, mais plusieurs changements méthodologiques interviennent, outre l’accroissement de la taille de l'échantillon de pays (douze pays plus un4). Ceci résulte d’une optique différente : l’étude cherche à retracer le financement de la dépense intérieure sportive d’abord selon ses principales sources de financement (ménages, entreprises, État, collectivités locales, etc.), ensuite selon les principaux destinataires des financements (fédérations, événements sportifs, haut niveau, etc.). La recommandation de présentation en tableau croisé est abandonnée. Basée sur un questionnaire identique envoyé aux treize pays, l’enquête permet de bâtir pour tous les pays un tableau de financement de la dépense sportive, un tableau de destination des fonds affluant vers le sport, un tableau reprenant la production, la consommation et le commerce extérieur d’articles de sport, un tableau comparant l’importance du financement du sport au taux de pratique sportive, le tout en données comparables et en une même unité (dollar PPA), sous réserve de l'indisponibilité de certaines données dans certains des pays. L’optique du financement de la dépense, adoptée par les experts français (avec l’accord de leurs interlocuteurs européens), découlait des préoccupations du MJS à l’époque et d’une première compilation de données réalisée sur cette base (SEJS, 1991). La même présentation a été conservée pour la publication des données agrégées retraçant le poids économique du sport en France par le MJS depuis 2000 dans les livraisons annuelles de STATInfo. Une troisième vague d’études devait être soutenue par le CDDS du Conseil de l’Europe et aurait dû porter vraisemblablement sur l’année 1995 ; elle devait être confiée à une équipe d’experts allemands rassemblée autour de Wolfgang Weber - qui travaillait sur le compte satellite (supra) - et soutenue par le Bundesinstitut für Sportwissenschaften. Des coupes sombres dans le budget du CDDS ont interdit à cette troisième étude européenne de voir le jour.

7Une dernière (chronologiquement) tentative d’élaborer des comptes du sport s’est inspiré des études d’impact économique du sport et s’est appuyée sur l’utilisation du TES, transposant à l’ensemble de l’économie du sport une méthodologie jusque-là plutôt réservée à l’étude de l’impact d’un grand événement sportif sur l’économie (régionale, nationale). La variante canadienne (Saint-Germain & Harvey, 1 998) consiste à faire subir un choc exogène à la demande finale adressée à deux branches (no 147 et 203) du TES canadien en 216 branches, branches supposées contenir l’une la production des articles de sport, l’autre la production des services sportifs. Les effets directs et indirects du choc sont propagés dans toutes les branches du TES. Calculs effectués pour l’année 1990, une quinzaine de branches sont significativement affectées (variation de l’ordre de 1 % ou plus de leur production) par le choc exogène, outre les deux branches représentatives de l’économie du sport. La même méthode, quant à son principe fondamental, a été utilisée en Allemagne avec le modèle de simulation SPORT (Ahlert, 2000 ; Meyer & Ahlert 2000). Le premier quadrant du TES allemand en 58 branches se voit adjoindre sept branches dont la production est spécifique au sport. Ce TES élargi est au cœur du modèle macroéconomique multisectoriel SPORT représentatif de l’économie allemande, économie du sport comprise (150 variables et 36 000 équations pour les 65 branches). Ce modèle a permis de calculer l’impact économique attendu de l’organisation du Mondial de football en Allemagne en 2006 et l’impact d’une réorientation totale de la demande d’APS, des clubs sportifs vers des fournisseurs de sport commercial.

  • 5 Voir la communication de Gilles Johannet à cet atelier.

8Le quatrième effort, original, est celui engagé au sein du Groupe de travail sur les comptes économiques du sport au MJS, en France, depuis 2001. Son résultat, au stade actuel, est l’élaboration d’une nomenclature d’APS (NAPS présentée par ailleurs5), dont l’intérêt serait de présenter les flux économiques (et démographiques) liés aux APS d’une manière désagrégée, non seulement selon les nomenclatures existantes (NAF-CFP, douanes), mais aussi selon une classification des (familles de) sports eux-mêmes, en fonction de leurs caractéristiques économiques.

9Nous ne mentionnerons que pour mémoire les tentatives d’élaborer des comptes économiques régionaux du sport dont les données, l'heure venue, pourraient venir alimenter les comptes nationaux, du moins s’ils sont élaborés en respect des principes de la comptabilité nationale et présentés en des nomenclatures « traduisibles » dans les nomenclatures existantes et/ou dans la NAPS (en France : Gouguet et al., 1 998 ; Maudet & Coste, 2003).

2. Informer, décrire et évaluer le poids économique du sport

10Ces rappels historiques ont le mérite de mettre en exergue les raisons pour lesquelles l’élaboration de comptes économiques du sport est susceptible d’être entreprise ou, autrement dit, à quel type de besoin elle peut répondre.

  • 6 Avec ici une difficulté supplémentaire : quel que soit le chiffrage adopté, le bénévolat sportif es (...)

11La première mission d’une comptabilité économique du sport est d’ordre descriptif : il s’agit de donner une vision statistique et économique, cohérente et organisée, des flux monétaires et financiers mis en mouvement par les APS. L’information étant source de pouvoir, il est évident qu’une demande d’information, de description et d’évaluation économiques relatives aux activités qu’ils contrôlent a émané des ligues, des fédérations sportives et des comités olympiques. L’intention en général est de démontrer que le poids économique du sport (ou d’un sport particulier) est le plus élevé possible en vue de justifier l’attribution de subventions ou de dotations extrabudgétaires accrues, mais aussi d’attirer des capitaux privés (publicité, sponsors, médias). Bien évidemment, les ministères des sports (où les ministères en charge du sport - par ex. le ministère des Finances en Suède) ont, en général, la même préoccupation dans le but de négocier la part la moins négligeable possible dans le budget général de l’Etat. Cet état de fait a conduit à la multiplication des études visant à décrire (de la manière la plus majorée possible) l’économie du sport et à évaluer le poids économique du sport (ou d’un sport particulier) selon des méthodologies très variées, allant des plus fantaisistes à d’autres moins éloignées des méthodes comptables (privées ou nationales), avec la conséquence suivante : la coexistence de chiffrages très différents pour le (supposé) même ensemble d’activités économiques liées au sport. L’amplitude des chiffrages obtenus pour le bénévolat sportif (Andreff & Nys, 1984) en est l’une des meilleures illustrations6.

12La première, et sans doute principale, utilité d’un compte du sport est donc de fournir sur une base régulière, suffisamment fréquente (annuelle de préférence), une information (description) aussi complète que possible du champ économique des APS, fiable et comparable d’année en année, et opposable à des chiffrages fantaisistes ou « gonflés », pour les raisons indiquées ci-dessus, qui ont longtemps été (sont encore ?) la pratique la plus répandue dans le domaine considéré. À ce niveau, la contribution d’une comptabilité nationale du sport à l’analyse économique du sport est empirique, celle d’une bonne connaissance empirique du domaine étudié, permettant non seulement les calculs du poids du sport (dans la consommation des ménages, dans la FBCF, dans les transferts), mais encore la détermination des proportions basiques requises par une analyse macroéconomique élémentaire du sport : propension à consommer du sport, taux d’investissement du sport, besoin de financement / FBCF du sport, salaires et cotisations sociales du sport/PIB sport, etc.). En outre, une telle information doit mieux instruire les décisions publiques et privées concernant les APS, donc répondre aux besoins du ministère des sports, des instances sportives, des collectivités locales et des entreprises impliquées dans le sport. Elle intéressera aussi les universitaires et chercheurs en économie du sport (5 infra), bien que leurs analyses exigent plus encore des données microéconomiques, ou sport par sport, dans l’état actuel des théories mobilisées par l’analyse économique du sport. Ceci pose donc aussi la question du degré de désagrégation utile d’un compte du sport, dans la collecte et la présentation des données. De plus, pour maintenir une fréquence de publication annuelle du compte, une « routinisation » de la collecte des données, rassemblées dans le cadre stable du compte, est évidemment préférable à toute autre solution.

3. « Routiniser » la production d’une information suffisamment désagrégée

13C’est aux deux préoccupations de routiniser la collecte d’informations, en y associant le milieu sportif (les institutions structurant le sport en France) et en mobilisant d’autres sources de données (communes, enquêtes auprès des ménages, EAE), et de désagréger les grandeurs macroéconomiques du sport publiées régulièrement depuis 2000, qu’a cherché à répondre le Groupe de travail sur les comptes économiques du sport du MJS. Du point de vue de la collecte des données, il est apparu que le ramassage des données auprès des clubs sportifs et des communes n’était pas immédiatement routinisable et qu’un travail préalable de recension et de mise en forme des informations existantes s’imposait (deux groupes de travail sont supposés y faire face). Les données détaillées par sports professionnels et par entreprises devraient être la préoccupation suivante, en termes de routinisation de la collecte.

14La question de la désagrégation du compte du sport a déjà été largement explorée dans les travaux mentionnés dans le rappel historique. Les opérations économiques y sont habituellement (pas toujours) rassemblées selon le cadre de la comptabilité nationale : production, consommation intermédiaire, consommation finale, FBCF, opérations de répartition, opérations financières. Les opérateurs sont, suivant le cas, regroupés en secteurs institutionnels (ou dans des secteurs dérivés de ceux-ci, comme ceux du Henley Centre, par ex.) ou bien ce sont des branches industrielles dans les études utilisant le TES, ces branches étant des agrégats de postes plus fins d’une nomenclature d’activités et de produits (du type NAF-CFP). En général, le sport est cantonné à un faible nombre de branches et les interrelations à l’intérieur du domaine économique du sport sont retracées avec peu de finesse (de détail). Avec les secteurs institutionnels, l’activité économique du sport se trouve éclatée entre des institutions dont certaines ne sont en rien spécifiques au sport (Ménages, Administrations, Secteur commercial non sportif, Extérieur, etc.) et celles qui le sont restant agrégées comme, par exemple, le secteur « sport commercial » et le secteur « clubs privés et instances dirigeantes (fédérations sportives) ». L’économiste généraliste peut parfaitement se satisfaire de tels découpages, tant qu’il s’agit de repérer comment le (l’évolution du) poids global de l’économie du sport provient de (l’expansion) de tel ou tel secteur de dépense ou de financement. En revanche, l’économiste du sport qui souhaite identifier des comportements et des évolutions moins macroéconomiques, distincts entre les différents sports, ou même entre les différents acteurs microéconomiques des sports, reste sur sa faim. De cette insatisfaction est venue l’idée d’élaborer une nomenclature spécifique aux APS - la NAPS (travaux du groupe de travail du MJS).

15La double difficulté rencontrée avec la NAPS est de parvenir à renseigner une nomenclature aussi détaillée (mais ce n’est peut-être pas pire que de trouver certaines données requises par un compte satellite) et surtout d’articuler la NAPS avec la nomenclature d’activité existante, par rapport à laquelle elle est orthogonale, semble-t-il.

16La routinisation et la désagrégation du compte du sport permettraient de satisfaire de façon plus rapide et plus détaillée, chaque année, les besoins en information, description et évaluation du poids économique du sport présenté en 2 supra. Si d’aventure un compte du sport pouvait être présenté avec une désagrégation selon les neuf familles de la NAPS, en quel sens ce genre d’information serait-il utile ? Chaque famille d’APS rassemblant des sports ayant de semblables caractéristiques économiques, la publication de données par famille donnerait au ministère des sports une vue ex post plus précise des évolutions contemporaines affectant et différenciant les sports, ainsi que des effets économiques différenciés des mesures de politique sportive qu’il a prises par le passé. Les fédérations sportives, du moins si elles se reconnaissent suffisamment dans les regroupements de la NAPS, pourraient trouver un intérêt à la publication des données par familles pour définir leurs propres objectifs, leurs marchés-cibles et mieux cerner les comportements (évolutions) des sports concurrents ; elles seraient alors incitées à améliorer l’information transmise (en détail et en transparence) au compte du sport. Les entreprises intervenant dans le sport apprécieraient peut-être davantage encore la disponibilité de données fiables et comparables par familles de sports qui, en partie, leur épargnerait de financer des études ad hoc coûteuses. Enfin, pour ce qui est de l’analyse économique du sport, la routinisation du compte du sport permettrait de conduire des analyses en dynamique, sur des séries de données homogènes (impossible aujourd’hui).

17D’autre part, si l’on se réfère au « handbook » d’économie du sport en préparation (Andreff & Szymanski, 2005), son chapitre 5 traite des sports individuels, dans le cadre analytique de la théorie des tournois (une spécification de la théorie des jeux). L’analyse de l’économie d’une douzaine de sports individuels y est proposée ; celle-ci gagnerait sans doute à disposer de séries temporelles de données désagrégées, y compris pour vérifier certaines propositions de la théorie des tournois. Le chapitre 6, plus consistant, analyse neuf sports d’équipe à partir de la théorie des sports d’équipe professionnels (née aux États-Unis), de l’équilibre compétitif d’un championnat, de la fonction-objectif des clubs et des contraintes sur le marché du travail des sportifs professionnels. L’exigence en données, notamment microéconomiques, d’une telle analyse est très forte et déborde ce que peut fournir un compte du sport. Toutefois, une publication de données désagrégées par familles de sport peut tout de même être « un plus ».

4. Prévoir, projeter et modéliser l’impact économique du sport

18La publication de séries temporelles assez désagrégées sur l’économie du sport peut faciliter le travail de projection et de prévision pour lequel les économistes et l’analyse économique sont, de temps à autre, sollicités. On pense, en particulier, à l’accueil dans le pays doté d’un compte du sport d’un événement sportif majeur (du genre Jeux Olympiques ou Mondial de football). D’autres événements sportifs internationaux n’ont pas pour l’heure un impact économique assez fort pour entraîner des modifications très sensibles dans un compte national du sport, leurs retombées économiques étant surtout concentrées à un niveau local ou régional. A fortiori, la mesure de l’impact d’un événement sportif ponctuel ne peut pas vraiment tirer parti des données rassemblées dans un compte national du sport, car elle requiert des évaluations de coûts d’opportunité, de coût du temps, de valeurs d’usage, de valeurs de non-usage qui ne peuvent être estimées qu'à partir d’enquêtes sur des échantillons d’individus (Barget 2001). Pour les événements sportifs majeurs, la disposition d'un compte du sport permet de calculer avec précision la valeur ou la grandeur (celle du multiplicateur) de leur impact économique (voir les multiplicateurs calculés pour les J.O. de 1972 à 2000, compris entre 1,2 et 3,0, dans Preuss, 2000).

19La disposition d’un compte assez désagrégé, par produits et services d’un côté, par familles de sport de l’autre, rendrait également possible des travaux de simulation plus détaillés et plus intéressants pour les décideurs intervenant dans le sport. Le calcul des effets d’un choc exogène sur la demande est d’autant plus précis que le domaine étudié est plus désagrégé dans les comptes nationaux. Par exemple, si des séries temporelles désagrégées étaient disponibles, la simple prolongation des trends serait instructive (par ex. : évolution relative des familles de sport plus administrées, plus commercialisées et plus auto-organisées) et pourrait, en tant que telle, déterminer des actions des fédérations sportives ou du ministère des sports, voire des collectivités locales et des firmes intéressées. Sous réserve d'une modélisation complémentaire (ex. : le modèle allemand SPORT), qu’un compte détaillé facilite, le calcul de variantes autour du trend permettrait un vrai travail de prévision et de préparation de la décision publique par rapport aux effets économiques attendus des évolutions affectant les APS. On peut alors non seulement simuler l’impact d’un grand événement sportif, celui d’un changement assez grossier dans l’économie du sport (ex. : l’offre de services sportifs passant entièrement des clubs à des firmes), mais aussi l’impact de chocs plus fins associés à des mesures de politique économique (ex. : modification de la fiscalité, des cotisations sociales affectant le sport, ou défraiement des travailleurs bénévoles). Dans cette hypothèse, le compte du sport viendrait améliorer l’analyse économique du sport en ce qu’elle pourrait fournir des recommandations de politique économique sur la base de quantifications. Tout participant à l’économie du sport (voire simplement au sport) ne peut qu’être intéressé par les résultats de tels travaux alimentés par les données d’un compte du sport. Connaissant la propension des économistes à fournir des recommandations, on peut aussi être assuré d’un usage prévisionnel de séries temporelles désagrégées par les chercheurs et enseignants en économie du sport.

5. Alimenter en données l’analyse économique (plus théorique) du sport

20Comme on l’a indiqué, l’analyse économique du sport, par la prolifération, la diversification et l’amélioration de la qualité des publications depuis 1997-98, est en train de se constituer en sous-discipline spécifique (dans le domaine de l’économie appliquée) de la science économique. Le « handbook » susmentionné prétend faire un état complet des connaissances dans ce domaine (en rassemblant des auteurs nord-américains, européens et de la zone Pacifique). Il est intéressant de confronter son sommaire avec l’idée d’élaborer un compte du sport, pour cerner les besoins en données de l’analyse économique et les points faibles de l’information disponible à ce jour.

21Le chapitre 1 deAndreff & Szymanski (2005) s’intitule « le sport dans l’économie ». Les contributions traitent de la comptabilité du sport (Andreff, 2005), du taux de pratique sportive, de la production de spectacles sportifs, de l’industrie des articles de sport, des médias sportifs, des paris sportifs, du sponsoring et du commerce international des articles de sport. L’optique est macroéconomique et elle bénéficierait énormément de l’existence d’une comptabilité normalisée de l’économie du sport dans plusieurs pays (disons dans les pays développés). Les deux points faibles, en matière de données traitées, sont les paris sportifs et le commerce international.

22Le chapitre 2 traite de la demande de sport : demande de pratique sportive, demande de spectacles sportifs (dans les stades, à la TV), demande de paris sportifs, demande de couverture médiatique (émanant des chaînes de TV). Bien que l’analyse s’oriente ici vers les déterminants (micro et macro) de la demande, le compte du sport offrirait une meilleure connaissance de cette demande. Le chapitre 3 est consacré à l’analyse coûts-avantages du sport : mesure de l’impact économique du sport, sport et santé, l’emploi dans le sport, les externalités créées par le sport, l’impact des grands événements sportifs, l’impact économique des équipements sportifs, le bénévolat sportif. On est renvoyé aux utilisations du compte du sport évoquées dans le chapitre 4.

23Le chapitre 4 s’intéresse au « gouvernement du sport et l’Etat », avec les rubriques : le sport préindustriel, le sport militaire, le sport et la révolution industrielle, le sport et le droit, les instances gouvernant le sport (CIO, fédérations, etc.), le financement général du sport, le rôle de l’Etat et des collectivités locales dans le sport, la dépense publique pour le sport, le sport dans le développement économique régional, les modèles d’organisation du sport (américain, européen, soviétique et post-soviétique, des pays en développement). L’utilité du compte du sport pour informer l’analyse est ici variable selon les rubriques, mais elle serait incontestable pour le financement, la dépense publique, le rôle de l’Etat et des collectivités locales. Il n’y a que pour les analyses du chapitre 7 (et dernier) qu’on ne peut déceler le moindre usage des données d’un compte du sport, puisque ce chapitre couvre des domaines qui ne sont pas comptabilisés, en général parce qu’ils ne sont pas comptabilisables : discrimination raciale et économique dans le sport, discrimination sexuelle et économique, économie du dopage sportif, corruption, matches truqués.

24Une partie des recherches en économie du sport repose aujourd’hui sur une analyse descriptive et empirique. Celle-ci gagnerait beaucoup à être toujours précisément quantifiée, possibilité qu’offre un compte du sport au niveau macroéconomique et sectoriel. Une autre partie des recherches est principalement théorique (théorie des jeux, théorie des tournois) et d’essence surtout microéconomique. Elle ne peut profiter directement des données d’un compte du sport, sauf à bâtir des médiations (toujours délicates) appropriées entre variables macroéconomiques et sectorielles observées et hypothétiques comportements microéconomiques postulés. Des modélisations sont néanmoins susceptibles de surmonter ce traditionnel no bridge micro-macro. Enfin, à mi-chemin entre l’analyse descriptive et l’analyse théorique de l’économie du sport, une économie appliquée visant à la mesure d’impact, à la prévision et à la recommandation de politique économique dans le domaine du sport aurait de beaux jours devant elle si elle pouvait s’appuyer sur un compte du sport à données suffisamment désagrégées et à séries temporelles suffisamment longues.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Ahlert G. (2000).- Reasons for Modelling Sports in a Complex Economic Model: Two Examples, European Journal for Sport Management, 7 (1)

Andreff W. (1989).- dir., Économie politique du sport (Paris : Dalloz)

Andreff W. (1995).- « L'économie du sport : à la croisée des chemins », dans J.-P. Augustin, J.-P. Callède.- dir., Sport, relations sociales et action collective (Talence : Editions de la Maison des Sciences de l'Homme d’Aquitaine)

Andreff W. (2001).- « Los intentos europeos y franceses de elaborar una contabilidad nacional de la economia del deporte », dans J.M. Otero, dir., Incidencia Economica del Deporte (Malaga : Instituto Andaluz del Deporte)

Andreff W. (2005).- “Sports Accounting”, dans W. Andreff & S. Szymanski (2005)

Andreff W., J.-F. Bourg, B. Halba, J.-F. Nys (1994).- The Economie Importance of Sport in Europe: Financing and Economie Impact, Background document to the 14th Informai Meeting of European Sports Ministers, Council of Europe, Strasbourg (édition française: Les enjeux économiques du sport en Europe: financement et impact économique, Dalloz, Paris 1995)

Andreff W., J.-F. Nys (1984).- « Les dirigeants sportifs bénévoles et leurs relations avec les partenaires sociaux », dans R. Thomas, dir., La relation au sein des A.P.S. (Paris : Vigot)

Andreff W., J.-F. Nys (1986).- Économie du sport, « Que sais-je » ? no 2294 (Paris : Presses Universitaires de France)

Andreff W., J.-F. Nys (1987).- “Sport et économie”, Revue Juridique et Économique du Sport, no 2

Andreff W., J.-F. Nys, J.-F. Bourg (1987).- Le sport et la télévision. Relations économiques : pluralité d’intérêts et sources d'ambiguïtés (Paris : Dalloz)

Andreff W., P.D. Staudohar (2000).- “The Evolving European Model of Professional Sports Finance", Journal of Sports Economics, 1 (3)

Andreff W., S. Szymanski (2005).- eds., The Handbook on the Economics of Sports (Cheltenham: Edward Elgar), forthcoming

Barget E. (2001), Le spectacle sportif ponctuel : essai d’évaluation, Thèse de doctorat en Sciences Économiques, Université de Limoges

Bourg J.-F., J.-J. Gouguet (2001).- Économie du sport, « Repères » (Paris : La Découverte)

Cambridge Econometrics (2003).- The Value of the Sports Economy in England: A study on behalf of Sport England, Sport England, June

Fort R.D. (2003).- Sports Economies (Upper Saddle River: Prenctice Hall)

Gouguet J.-J. (dir.), E. Barget, D. Maillot, M. Perez, D. Primault, A. Rouger (1 998).- Observatoire économique du sport limousin, Centre de Droit et d’Économie du Sport, Limoges, novembre

Henley Centre (1986).- The Economie Impact and Importance of Sport in the United Kingdom, The Sports Council, London

Jones H. (1989).- The Economie Impact and Importance of Sport: A European Study, Council of Europe, Strasbourg

Kurscheidt M. (2000).- “Le poids macro-économique du sport et le spectacle sportif. Méthodologie, résultats empiriques et perspectives économiques pour le cas de l’Allemagne », Reflets et perspectives de la vie économique, tome XXXIX, no 2-3

Leeds M., P. von Allmen (2002), The Economies of Sports (Boston: Addison Wesley)

Malenfant-Dauriac C. (1977).- L’économie du sport en France. Un compte satellite du sport (Paris : Cujas)

Maudet T., F. Coste (2003).- “Les budgets des ligues et comités régionaux sportifs en Midi-Pyrénées”, Revue Juridique et Economique du Sport, no 68

Meyer B., G. Ahlert, C. Schnieder (2000).- Die ökonomischen Perspektiven des Sports: Eine empirische Analyse für die Bundesrepublik Deutschland, Bundesinstitut für Sportwissenschaften, Köln

Preuss H. (2000)- Economies of the Olympic Games: Hosting the Games 1972-2000 (Sydney: Walla Walla Press)

Rodgers (1977).- Rationilising Sports Policies: Sport in its Social Context. International Comparisons, Council of Europe, Strasbourg

Rottenberg S. (1956).- The Base-Bail Players’Labor Market”, Journal of Political Economy, 64

Saint-Germain M., J. Harvey (1998).- “Caractéristiques de la grappe industrielle canadienne du sport à partir de simulations”, Revue Juridiaue et Economique du Sport, no 46

Sauvy A. (1968).- “Économie de la neige”, Ski Français, no 17

SEJS (1991).- Colloque sur le financement du sport, Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, Paris, 23 mars

Sloane P. (1971).- “The Economies of Professional Football”, Scottish Journal of Political Economy, June

Weber W., C. Schnieder, N. Kortlüke, B. Horak (1995).- Die wirtschaftliche Bedeutung des Sports (Schondorf: Hofmann)

Zimbalist A. (2001).- The Economies of Sport, 2 vol. (Cheltenham: Edward Elgar)

Notes

1 Notamment Sauvy (1968) et Sloane (1971).

2 Une version française de Andreff (2001) a été diffusée en son temps dans le Groupe de travail sur les comptes économiques du sport du MJS.

3 Le contenu de ce commentaire est tributaire de ma compréhension limitée de la langue allemande.

4 La République tchèque, non sélectionnée par le CDDS, a pu néanmoins participer officieusement à l’enquête.

5 Voir la communication de Gilles Johannet à cet atelier.

6 Avec ici une difficulté supplémentaire : quel que soit le chiffrage adopté, le bénévolat sportif est à l'origine d’une part importante de la production des services sportifs et, selon la valorisation retenue, il apparaît comme des dizaines de fois plus important que le budget des sports ou que la contribution des entreprises au financement du sport. Retenir la méthode des comptes satellites, par exemple, conduit normalement à ne pas rapporter cette « valeur » de la production sportive bénévole au PIB et, donc, à minorer le poids économique réel du sport dans l'économie nationale.

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540