Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

Économie du sport

Les réalisations sur le compte économique du sport au ministère des Sports

Estelle Beretti-Liverneaux

Résumé

Depuis deux ans des travaux ont été réalisés au ministère des sports sur le compte économique du sport, qui ont notamment permis d’obtenir des résultats sur la dépense nationale dans le domaine du sport.
Le sport est devenu un véritable enjeu économique, il est nécessaire de pouvoir mesurer son poids dans l’économie, et de disposer d’informations utiles à tous les acteurs du sport. C’est pour répondre à ce besoin qu’un groupe de travail a été mis en place au cours de l’année 2000, dont l’objectif est l’élaboration du compte économique du sport, comme il en existe déjà dans d’autres domaines : la santé, le tourisme ou le logement par exemple. Il s’agit d’un groupe de travail pluridisciplinaire, regroupant économistes, statisticiens ainsi qu’experts et acteurs du domaine du sport.
Le compte qui doit être élaboré suit une logique de comptabilité nationale, ce qui permet de regrouper dans un cadre cohérent l’ensemble des flux financiers concernant le domaine du sport, et ce qui permet également de pouvoir donner une estimation du poids du sport dans l’économie nationale : c’est-à-dire une comparaison avec les indicateurs macroéconomiques comme le PIB. Ainsi, en 2001, même si la méthodologie et les résultats sont encore incomplets, on estime que le poids économique du sport représente 1,7 % du PIB.
Il est également essentiel d’élaborer une méthode d’estimation qui soit pérenne, qui permette de mesurer le poids économique du sport chaque année. Plusieurs tentatives d’élaboration de compte du sport ont eu lieu précédemment en France, qui ont souligné cette contrainte de durabilité.

Texte intégral

1. Les réalisations méthodologiques

1L’objectif principal de l’élaboration du compte est d’être en mesure d’estimer les poids économiques du sport dans l’économie nationale.

2C’est ensuite de pouvoir analyser l’économie du domaine, c’est-à-dire de comprendre et de mesurer les modes de financement et les coûts de production des activités du domaine du sport.

3Les travaux du groupe de travail ont été dans un premier temps essentiellement d’ordre méthodologique. Les deux problèmes essentiels étaient :

  • d’abord délimiter les contours du domaine de l’économie du sport,

  • ensuite élaborer le cadre de comptabilité spécifique à ce domaine.

1.1 Délimitation du domaine

4Le concept de comptabilité nationale, et donc du compte satellite qui suit la même logique, est basé sur la notion de dépense nationale, ici la dépense nationale de sport.

5Ce concept de dépense nationale est lié à la notion d’activité, ici activité de sport (au sens économique du terme).

6Il est donc essentiel au départ d’établir quelles sont les activités qui constituent le domaine de l’économie du sport.

7(La notion de sport dans le compte est définie largement, et couvre la diversité des pratiques : du haut niveau à la pratique de masse, qu’elle soit institutionnalisée ou non).

8Trois postes de la Nomenclature d’Activités Française (NAF) regroupent la majorité des activités de sport :

  • NAF92.6A : Gestion d’installations sportives

  • NAF92.6C : Autres activités sportives. Ce poste comprend notamment : l’organisation et la gestion d’activités sportives, les activités de promotion et d’organisation de manifestations sportives, les activités des sportifs professionnels, entraîneurs, les activités des établissements d’enseignement sportif.

  • NAF52.4W : Commerce de détail d’articles de sport

9Ces trois postes ne comprennent pas l’activité des centres de musculation, aérobic, fitness, qui fait également partie des activités de sport (mais qui est intégrée dans la NAF dans un poste intitulé « autres soins corporels »).

10À ces activités de sport doivent être ajoutés les activités annexes : Les administrations publiques gérant le sport.

11En dehors de ces activités, appelées activités caractéristiques du domaine du sport, doivent être prises en compte les activités concernant les biens et services connexes, activités qui sont directement liées à l’activité sportive, sans être caractéristiques de ce domaine.

12Il s’agit principalement de :

  • la fabrication de vêtements et de chaussures de sport, de bateaux, vélos, avions, armes...

  • la construction d’équipements sportifs,

  • la presse sportive.

13Pour les activités caractéristiques (activités de sport et activités annexes), on étudie :

  • le financement : quels sont les agents qui supportent la dépense

  • la production : à quel coût est produite l’activité par les unités de production.

14Pour les activités concernant les biens et services connexes, on étudie seulement le financement, c’est-à-dire la dépense de consommation de ces biens et services (on ne cherche pas à mesurer les coûts de production).

1.2 Élaboration du cadre de comptabilité

15Pour être en mesure de construire le compte, après avoir défini les activités constituant le domaine de l’économie du sport, le groupe de travail a réfléchi à l’élaboration du cadre de comptabilité spécifique. Cela s’est surtout traduit par l’élaboration de nomenclatures spécifiques, de manière à structurer la série de comptes : unités de financement, unités de production, opérations économiques, nomenclature de biens et services sportifs (produits spécifiques), etc.

16C’est au cours de ces réflexions qu’a été décidée la construction d’une nomenclature des activités physiques et sportives, la NAPS.

17La logique du compte satellite consiste alors à élaborer une série de comptes :

  • le financement des activités de sport et des biens et services liés,

  • le financement du secteur de production,

  • les dépenses du secteur de production par activité,

  • le financement final et initial,

  • la dépense de sport en France.

18À ce jour le seul tableau concrètement renseigné est celui de la dépense de sport en France, ou dépense nationale de sport.

2. L’estimation de la dépense nationale de sport

19Parallèlement à l’avancement de cette méthodologie du compte du sport, le ministère a établi des premières estimations de la dépense sportive nationale, qui donne une mesure du poids économique du sport.

20Il y a plusieurs méthodes permettant de mesurer la dépense sportive nationale. Elles dépendent des définitions et conventions que l’on a adoptées (consommation finale ou effective, etc.) et du point de vue duquel on se place : point de vue du secteur de production (c’est-à-dire des unités produisant les activités de sport), ou point de vue du secteur de financement (on parlera dans ce cas de financement de la dépense). La méthode utilisée dans les estimations réalisées au ministère des sports se place du point de vue du secteur de financement.

21On a donc une estimation du financement de la dépense de sport, c’est-à-dire une mesure du financement des activités caractéristiques (activités de sport et activités annexes) et des achats de biens et services connexes.

22Les différentes unités de financement sont : les ménages ; les administrations publiques (l’État et les collectivités locales) ; les entreprises. Le financement de la dépense sportive nationale est mesuré par la somme des dépenses de ces trois catégories d’agents en faveur du sport, dépenses concernant les activités caractéristiques ou achats et biens et services connexes.

23L’estimation produite à partir des données collectées permet seulement de mesurer la dépense totale ainsi que la part des différents financeurs dans cette dépense, mais pas d’identifier les différents bénéficiaires de cette dépense.

24Cette estimation est de plus imparfaite et incomplète, pour deux raisons. La première est due à la méthodologie encore incomplète : d’une part certaines dépenses qui sont définies comme concernant les activités sportives n’ont pas encore été prises en compte (c’est le cas du sport en entreprise, par exemple) ; d’autre part plusieurs questions sont encore en suspens, par exemple celle de comptabiliser ou non les paris sportifs. La deuxième raison est le problème de collecte des données, qui rend la mesure imprécise.

3. Résultats

25Les résultats de cette première estimation montrent que la dépense des ménages est la plus conséquente : un peu plus de la moitié de la dépense nationale. La seconde dépense la plus importante est celle des communes, qui tiennent un rôle vraiment important dans le développement du sport, du haut niveau au sport de masse.

3.1 Estimation de la dépense des différents financeurs

3.1.1 Les ménages

26La dépense des ménages concerne principalement : la construction de terrains sportifs (pelouses), l’achat de matériel de sport, de vêtements et de chaussures de sport, de journaux sportifs, de spectacles sportifs, et de services sportifs : entrées dans des installations sportives, cotisations à des associations sportives, etc.

27Cette dépense est mesurée à l’aide de deux enquêtes menées par l’INSEE : consommation des ménages et budget des familles. La première est une enquête annuelle, comprenant des résultats agrégés, la seconde une enquête menée tous les quatre ans mais fournissant des résultats très détaillés.

3.1.2 Les administrations publiques

28— L’État :

29La dépense de l’État concerne principalement deux ministères : le ministère des sports et le ministère de l’éducation nationale.

30Le budget du ministère des sports, dont l’activité concerne exclusivement l’organisation du système sportif, est intégralement pris en compte. Il comprend notamment la gestion des établissements publics d’enseignement sportif (CREPS, etc.). À cette dépense est ajouté le montant du FNDS, qui est un compte d’affectation spéciale, et qui est distribué sous forme de subventions au mouvement sportif.

31La dépense du ministère de l’éducation nationale concerne l’organisation de l’éducation physique et sportive à l’école ; elle est estimée à partir du compte de l’éducation.

32— Les collectivités locales :

33Leur dépense concerne essentiellement la construction et le fonctionnement d’installations sportives, ainsi que le soutien à l’organisation de manifestations sportives, et l’attribution de subventions à des associations sportives.

34Cette dépense est estimée par des enquêtes auprès des collectivités locales (communes, départements, régions) menées par différentes administrations publiques ; depuis quelques années ces collectivités doivent tenir une comptabilité par fonction, qui comprend une fonction « sport », il est donc plus facile maintenant de repérer leurs dépenses sportives (même si la totalité n’apparaît pas dans la fonction « sport »).

35Les communes ont une importance bien supérieure à celle des autres collectivités locales.

3.1.3 Les entreprises

36La dépense des entreprises comprend deux éléments : le sponsoring sportif et les droits TV.

37La dépense de sponsoring sportif n’est pas étudiée au sein du ministère des sports, mais il existe plusieurs études qui en donnent une estimation. Ces estimations couvrent seulement le parrainage de grandes manifestations sportives, et ne comprennent pas les dépenses de parrainage au niveau local, au sein d’une association sportive, qui représentent souvent une part significative du budget de ces dernières.

38Les droits TV relatifs aux retransmissions d’événements sportifs, versés aux ligues, sont estimés dans le compte de l’audiovisuel.

39On ne peut pas ventiler l’intégralité de cette dépense dans les différentes classes de la NAPS, soit parce que l’information est trop difficile à obtenir, soit parce qu’une partie de cette dépense n’est pas directement imputable à une seule famille de sport. C’est le cas par exemple de l’activité du ministère, on ne peut pas estimer la part de son budget consacrée à une catégorie de sport ou à une autre.

40En revanche il est très intéressant de croiser avec la NAPS certains types de dépenses, ce qui permet de donner une idée de l’importance relative de chaque classe.

41C’est ce qui a déjà pu être fait pour les achats de chaussures et de vêtements de sport, grâce à une étude réalisée par une société d’études de marché. Il s’agit d’une enquête réalisée auprès d’un panel de ménages, à qui on a demandé de noter tous leurs achats de chaussures de sport, en précisant pour quel sport ces chaussures ont été achetées.

42Trois classes de la NAPS ne sont pas représentées ici, leur part dans les achats étant trop faible, voire inexistante.

43— Travaux en cours :

44Ces estimations qui ont été réalisées sur la dépense nationale de sport apportent une vision de l’importance des différentes unités de financement dans le domaine du sport, mais ne permettent pas de mesurer quelle part de ce financement revient à chaque activité, à chaque unité de production.

45C’est l’étape suivante dans le travail mené au sein du ministère ; il s’agit en fait de construire les autres tableaux du compte.

46Pour avancer vers ces objectifs, une étude sur le budget des associations sportives a notamment été élaborée par la mission statistique, avec l’aide de différents experts de ce domaine et la participation de plusieurs directions départementales de la jeunesse et des sports (DDJS). Elle est actuellement en cours de réalisation ; cette étude permettra notamment d’avoir une vision complète de cette activité (financement, production), ainsi qu’un recoupement des données déjà disponibles (sur les subventions versées par les administrations publiques par exemple), et d’une ventilation de cette activité par classe de la NAPS.

47Comme on l’a vu, il convient aussi maintenant d’affiner la méthodologie, notamment de répondre à nos interrogations actuelles sur certaines délimitations du domaine de l’économie du sport, et de poursuivre le travail de collecte d’information.

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.