Version classiqueVersion mobile

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

La pratique sportive

Sport et culture marchent de concert

STAT-Info d’octobre 2004

Lara Muller

Résumé

Battant en brèche certaines idées reçues, plus de la moitié des Français (ré)concilie sport et culture : ils pratiquent plusieurs sports tout en ayant une vie culturelle bien remplie (lecture, spectacles, expositions, activités artistiques...), 28 % de manière intensive et 25 % plus modérément.
Sont particulièrement actives en la matière les personnes qui ont un niveau de vie et de diplôme élevés, notamment parmi les jeunes adultes. À l’opposé, 10 % des Français n’ont aucune activité sportive ou culturelle et 14 % lisent de temps à autre, font un peu de marche ou vont à la pêche.

Texte intégral

1En 2003, parmi les personnes de 15 ans ou plus, 71 % ont pratiqué une activité physique ou sportive. Par ailleurs, 69 % ont lu un livre, 65 % sont allées au spectacle (cinéma, concert, théâtre...), 56 % ont visité un musée, une exposition ou un monument historique, 31 % ont pratiqué une activité artistique. Dans l’ensemble, 86 % ont fait au moins l’une de ces activités culturelles. Ces chiffres témoignent de la diversité des loisirs. L’enquête « Participation culturelle et sportive » met toutefois en évidence une nette opposition entre des personnes qui n’ont quasiment aucune activité et des individus qui cumulent diverses pratiques sportives et culturelles. Entre ces extrêmes, les pratiques exclusives du sport ou de la culture s’opposent en second lieu, indiquant ainsi que ces deux domaines conservent une réalité distincte. Néanmoins, les « sportifs purs » et les « purs adeptes » d’activités culturelles sont plus rares qu’on ne le croie souvent. Cinq groupes de personnes se dessinent ainsi selon l’intensité de leurs pratiques culturelles et sportives (Graph. 1 et "Pour comprendre ces résultats" p. 56).

Graphique 1 – Cinq formes de participation à des pratiques culturelles et sportives

Graphique 1 – Cinq formes de participation à des pratiques culturelles et sportives

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003
Lecture 28 % des personnes de 15 ans ou plus ont une faible participation culturelle et sportive.

Pratique sportive et culturelle intense pour plus d’un quart de la population

2En 2003, 28 % des personnes de 15 ans ou plus cumulent les activités « en tout genre » et sont aussi bien engagées dans le sport que dans le domaine culturel. Leur dynamisme est caractérisé par une pluralité de pratiques à la fois diversifiées et fréquentes. Ainsi par exemple, ces personnes font en moyenne six sports différents contre trois dans l’ensemble et sont sur-représentées dans toutes les familles de sport (Tabl. 1). Elles vont deux fois plus souvent à des concerts, au théâtre, au cinéma - avec une moyenne de douze séances par an contre six pour l’ensemble des 15 ans ou plus. Leurs nombreuses sorties ne les empêchent pas de lire beaucoup (presse quotidienne, magazines, livres) et d’écouter de la musique ou la radio.

Tableau 1 – Pratiques culturelles et sportives dans les cinq groupes selon l’intensité de la participation (%)

Tableau 1 – Pratiques culturelles et sportives dans les cinq groupes selon l’intensité de la participation (%)

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003
Lecture : 29 % des personnes qui ont une faible participation culturelle et sportive ont lu un livre au cours des 12 mois précédant l’enquête, contre 68 % de personnes de 15 ans ou plus ; durant cette période, les personnes appartenant à ce groupe ont lu en moyenne 1 livre

3En outre, leur participation à des associations artistiques ou culturelles est deux fois plus élevée que la moyenne, de même que leur fréquentation des bibliothèques. En revanche, ces personnes passent moins de temps devant la télévision : 14 heures par semaine contre 19 heures en moyenne. Les études issues des enquêtes « Emploi du temps » de l’INSEE montrent aussi que les personnes les plus actives culturellement et sportivement gagnent du temps sur les activités dites « passives » : télévision et sommeil notamment.

4Ces personnes très actives réunissent aussi les facteurs favorables que sont les « ressources sociales » et économiques. Très diplômées - elles rassemblent 57 % des diplômés du supérieur, elles occupent sur le marché du travail des emplois qualifiés (cadres, enseignants, professions intermédiaires), ou alors sont lycéens ou étudiants. Plutôt jeunes (âge moyen 36 ans), 40 % d’entre elles appartiennent au quart des ménages les plus aisés.

5Elles vivent plus souvent seules ou en couple, sans enfant, situation familiale sans doute plus propice aux sorties. Enfin, habitant souvent Paris ou les grandes agglomérations, elles profitent de l’offre de loisirs culturels des grandes villes et de la plus grande proximité des installations sportives.

Une personne sur dix sans pratique sportive ni culturelle

6À l’opposé, en 2003, une personne sur dix est « coupée » du sport et de la culture, ne goûtant pas même aux loisirs les plus répandus comme le cinéma, les visites et les sports dits « de masse » : le vélo, la natation ou la marche à pied. Il s’agit, certes, en grande partie, de personnes âgées dont l’état de santé déclinant limite sans doute les sorties et a fortiori la pratique sportive. Mais les occupations d’intérieur comme lire (livres, presse, magazines), écouter de la musique ou la radio ne sont pas privilégiées pour autant, à l’exception de la télévision.

7De façon plus générale, près d’une personne sur quatre s’inscrit en retrait de la vie culturelle ou sportive, s’adonnant très peu au sport et ayant un nombre de sorties culturelles très limité.

8Il n’est pas surprenant que la très grande majorité des personnes les plus âgées se retrouve concentrée dans ce groupe : près de la moitié des personnes de 65 ans ou plus y appartient (Tabl. 2). Mais l’autre moitié est composée de personnes plus jeunes parmi lesquelles les ouvriers et les personnes au foyer sont sur-représentés. Les plus jeunes écoutent la radio et lisent régulièrement la presse régionale, mais il reste que, dans cette catégorie, sept personnes sur dix n’ont lu aucun livre en 2003, contre trois sur dix en moyenne.

9Sans doute peut-on relier cette « désertion » à la place importante occupée par la télévision : 26 % la regardent plus de 4 heures et quart par jour, contre 15 % dans l’ensemble, ce chiffre étant alourdi par la très forte écoute des plus âgés.

10Prenant le pas sur l’âge et l’état de santé, c’est en fait un faible niveau de diplôme et un bas niveau de vie qui apparaissent comme les principaux facteurs jouant en défaveur du sport ou d’activités culturelles : 50 % des personnes sans diplôme ou titulaires du seul Certificat d’Études Primaires (CEP) font partie de ce groupe, de même que 36 % des ménages au niveau de vie le plus faible.

Un quart de la population a une pratique inscrite dans la moyenne

11Un quart de la population des 15 ans ou plus se situe entre ces deux extrêmes et allie les activités sportives et culturelles de façon modérée. Il s’agit de personnes un peu plus âgées que les « super-actifs » (43 ans en moyenne), plus souvent des couples avec des jeunes enfants, issues des classes moyennes (employés, ouvriers), généralement moins diplômées. Qu’il s’agisse de sorties (spectacles, concerts, cinéma, visites) ou d’activités d’intérieur (lecture, activités artistiques, radio, télévision, écoute musicale), elles se démarquent peu de la moyenne. Leur pratique sportive s’inscrit également dans la moyenne nationale. Les seuls sports qui ressortent sont les pratiques « de masse » - vélo, natation, marche - et l’ensemble « pétanque, pêche, chasse ». Les pratiques les moins investies sont les plus exigeantes en terme de forme physique à l’instar de la course à pied, des pratiques de glisse ou des sports de combat. Pour ces personnes, le sport relève davantage de la détente et de l’entretien. Leur pratique est d’ailleurs moins fréquemment assortie de cours ou de compétitions.

Tableau 2 – Répartition des classes d’âge, du niveau de diplôme et du niveau de vie dans les cinq groupes (%)

Tableau 2 – Répartition des classes d’âge, du niveau de diplôme et du niveau de vie dans les cinq groupes (%)

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003
Lecture : 5 % des 15-19 ans ont une participation faible en sport et en culture.

Adeptes de culture, adeptes de lecture

12Une frange importante des personnes de 15 ans ou plus (17 %) se consacre quasi exclusivement à des activités relevant du domaine culturel. Cinéma, spectacles, concerts, visites, expositions, musées : leur affinité se traduit par des sorties nombreuses et variées, sans privilégier certains types de spectacles ou de lieux d’exposition - du moins par rapport aux personnes les plus actives. Ces adeptes de culture se distinguent plutôt par leur appétit pour les livres. Deux tiers de femmes, un âge moyen de 51 ans, une forte proportion d’anciens cadres (12 % contre 6 % dans l’ensemble de la population), telles sont les caractéristiques de cet ensemble de fondus de culture. La faible « sportivité » de ce groupe peut s’expliquer par sa féminisation et par son âge plus élevés, d’autant plus que ces personnes appartiennent à des générations qui ont fait moins de sport dans leur jeunesse.

Les « purs sportifs » sont rares

13Caractérisés par une pratique sportive intensive et une vie culturelle faible, voire inexistante, ceux que l’on est tenté de qualifier de « purs sportifs » ne représentent que 6 % des personnes de 15 ans ou plus, et une minorité de l’ensemble des sportifs (9 %). Ce sont des hommes pour les trois quarts, et des personnes peu diplômées : 83 % n’ont pas atteint le baccalauréat. Leur niveau de vie est faible et ils sont issus de milieux populaires : ils sont notamment ouvriers (26 % contre 11 % de l’ensemble), anciens ouvriers, artisans ou commerçants (6 % contre 3 %), ou chômeurs (11 % contre 6 %).

14Le nombre de sports qu’ils pratiquent, plus élevé que la moyenne globale, est cependant plus faible que celui des personnes les plus actives : quatre en moyenne contre six pour ces dernières. En revanche, leur pratique est plus intense dans chacun des sports auxquels ils s’adonnent, sans pour autant que cela ne traduise une participation plus importante à des cours et à des entraînements, ou à des compétitions : 14 % d’entre eux prennent des cours ou suivent des entraînements sportifs contre 19 % de l’ensemble des sportifs (Tabl. 1).

15En fait, ils percent surtout dans les sports traditionnellement masculins et populaires : le vélo et, surtout pour les plus jeunes, le football et les sports mécaniques comme la moto ou l’automobile. À tout âge, ils sont également deux fois plus investis que la moyenne dans la pétanque, la pêche et la chasse qu’ils pratiquent très souvent.

POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS

Sources

16Le dispositif d’enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages (EPCV) permet, depuis janvier 1996, d’étudier chaque année l’évolution de divers indicateurs sociaux, à partir d’un échantillon de 8 000 logements. En mai 2003, la partie variable de l’EPCV - financée par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative et le Ministère de la Culture et de la Communication - portait sur la participation à la vie culturelle et sportive ; dans chaque ménage une personne de 15 ans ou plus, tirée au sort, a été interrogée.

Définitions

17Le niveau de vie du ménage correspond à son revenu par équivalent-adulte et résulte du rapport entre le revenu global du ménage et la somme des unités de consommation (uc). Les uc sont calculées avec l’échelle de l’OCDE qui affecte un coefficient d’une valeur de 1 à la personne de référence, de 0,5 à tous les autres adultes du ménage et de 0,3 aux enfants de moins de 15 ans.

Méthode de constitution des cinq groupes

18Ces résultats ont été obtenus en croisant un indicateur de l’intensité de la pratique sportive et un indicateur de l’intensité des pratiques culturelles. On a fait le choix de privilégier ici les pratiques sportives et culturelles « actives » et prit le parti d’en écarter la télévision, la radio et l’écoute musicale. L’indicateur concernant le sport a été construit en considérant les fréquences de pratique pour 27 familles de sports afin de prendre en compte à la fois l’intensité et la diversité des pratiques. L’indicateur d’intensité des pratiques culturelles suit le même principe et repose sur les sorties au cinéma, à divers spectacles (théâtre, opéra, danse, comédies musicales, spectacles comiques, cirque), et aux concerts, les visites (musées, expositions, monuments historiques), les pratiques artistiques ou culturelles (théâtre, musique, dessin...), la lecture de livres et la fréquentation des bibliothèques.

19Le croisement de ces deux variables délimite ainsi cinq groupes de personnes selon qu’elles associent ou non pratique sportive et activités culturelles : un premier groupe qui cumule de nombreuses activités dans les deux domaines (28 %), un groupe caractérisé par l’absence presque totale d’activités sportives et culturelles (24 %), un ensemble de personnes qui s’investissent dans beaucoup d’activités culturelles mais sans faire de sport (17 %), un groupe qui fait beaucoup de sport mais ne « touche » pas aux activités dites culturelles (6 %), enfin, un groupe qui pratique modérément des activités de tous les types (25 %). Les groupes ainsi constitués trouvent leur sens au regard de la méthode adoptée. Ils ne sont, cependant, pas totalement homogènes d’un point de vue sociodémograhique, il convient donc ne pas en forcer les traits.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

P. Coulangeon, P.-M. Menger, I. Roharik.- « Les loisirs des actifs : un reflet de la stratification sociale », in Économie et Statistique, No 352-353, 2002

O. Donnat.- Les pratiques culturelles des Français, 1 998, La documentation française

Les pratiques sportives en France.- Résultats de l’enquête menée en 2000 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique, 2002, Édition de l’Insep

« Les Franciliens aussi sportifs que les provinciaux fréquentent davantage les équipements culturels ».- C. Collin, Insee, Ile-de-France à la page, No 237, juin 2004

« Participation culturelle et sportive en 2003 tableaux issus de l’enquête PCV de mai 2003 ».- L. Muller, Document de travail, INSEE, Direction des statistiques démographiques et sociales, à paraître en novembre 2004

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Cinq formes de participation à des pratiques culturelles et sportives
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003Lecture 28 % des personnes de 15 ans ou plus ont une faible participation culturelle et sportive.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 1 – Pratiques culturelles et sportives dans les cinq groupes selon l’intensité de la participation (%)
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003Lecture : 29 % des personnes qui ont une faible participation culturelle et sportive ont lu un livre au cours des 12 mois précédant l’enquête, contre 68 % de personnes de 15 ans ou plus ; durant cette période, les personnes appartenant à ce groupe ont lu en moyenne 1 livre
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau 2 – Répartition des classes d’âge, du niveau de diplôme et du niveau de vie dans les cinq groupes (%)
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, Enquête « Participation culturelle et sportive », mai 2003Lecture : 5 % des 15-19 ans ont une participation faible en sport et en culture.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search