Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

La pratique sportive

Les Franciliens sont aussi sportifs que les provinciaux et fréquentent davantage les équipements culturels

Christel Collin

Résumé

En moyenne plus jeunes, plus diplômés et disposant de revenus plus élevés, les Franciliens effectuent davantage de sorties et de visites culturelles que les provinciaux. S’ils ne sont pas plus sportifs que leurs homologues de province, ils se distinguent par les sports pratiqués : natation, gymnastique, ski, roller... Au sein de la région, les Parisiens fréquentent davantage les équipements culturels, plus nombreux et plus faciles d’accès dans la capitale.

Texte intégral

1En mai 2003, 6,5 millions de Franciliens âgés de 15 ans ou plus déclarent faire du sport, de façon plus ou moins régulière ou intensive. Leur taux de pratique est semblable à celui observé pour les provinciaux (70 %). En revanche, ils sont relativement plus nombreux à fréquenter les équipements culturels. En effet, ils déclarent plus souvent sortir et ce, quel que soit le type de spectacle.

La participation à la vie culturelle et sportive des Franciliens...

  • 1 Théâtre ; spectacle historique, son et lumière ; spectacle de danse ; cirque ; spectacle comique, c (...)

2Au cours des douze derniers mois, 64 % des Franciliens se sont rendus dans une salle de cinéma (contre 49 % des provinciaux), 27 % sont allés au théâtre (contre 13 %) et 54 % ont assisté à un spectacle vivant1 (contre 47 %). Ils sont relativement plus nombreux que les provinciaux à avoir visité un monument historique, une exposition ou un musée (Graph. 1). Ils ont fréquenté aussi davantage les bibliothèques (21 % contre 15 %).

3L’opposition ne se manifeste pas entre ceux qui ont choisi de ne faire que du sport et ceux qui ne se consacrent qu’à la culture, mais plutôt entre les personnes qui n’ont aucune activité et celles qui cumulent diverses pratiques à la fois culturelles et sportives. Ces dernières sont relativement plus nombreuses dans la région : un tiers contre 27 % en province.

... est principalement due à leur profil sociodémographique

4C’est essentiellement le profil sociodémographique des Franciliens qui explique leur plus forte utilisation des équipements culturels et leur cumul plus fréquent d’activités culturelles et sportives. En effet, ils sont, en moyenne, plus diplômés, issus de catégories sociales plus favorisées, disposent d’un niveau de vie plus élevé et sont plus nombreux parmi les jeunes actifs, caractéristiques qui vont de pair avec l’intensité de ces pratiques.

Graphique 1 – Les Franciliens vont plus au spectacle...

Graphique 1 – Les Franciliens vont plus au spectacle...

5En Île-de-France, seuls les Parisiens semblent bénéficier de l’avantage procuré par la proximité ou la diversité des équipements culturels. Même si l’on « gomme » leurs caractéristiques plus « avantageuses » (plus diplômés, issus des catégories sociales les plus élevées de la région), leur pratique du théâtre reste plus importante que celle des habitants de banlieue ou de province. Ils utilisent aussi davantage les équipements culturels que le reste des Français à l’exception des habitants des grandes unités urbaines de plus de 100 000 habitants. Ces derniers ont un comportement proche de celui des Parisiens si l’on raisonne à caractéristiques données.

6Mais, si l’on raisonne à caractéristiques individuelles données (Tabl. 1), les différences de comportements disparaissent, avec parfois même un avantage aux provinciaux. Ainsi, la probabilité pour un Francilien d’être allé au théâtre n’est pas significativement différente de ceux-ci s’il a les mêmes caractéristiques en termes d’âge, de sexe, de revenu, de diplôme, de catégorie socio-professionnelle, d’occupation et de type de ménage auquel il appartient. Dans ces conditions, la probabilité pour un Francilien d’avoir effectué une sortie au cinéma, des visites culturelles ou d’avoir fait du sport est même plus faible que celle de son homologue de province.

... et font plus de visites culturelles

... et font plus de visites culturelles

Source : Insee, enquête « Participation à la vie culturelle et sportive », partie variable de l'enquête permanente sur les conditions de vie de mai 2003
Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 64 % des Franciliens déclarent
être allés au moins une fois au cinéma au cours des douze derniers mois.

ENCADRÉ 1
L’enquête « Participation à la vie culturelle et sportive »
Le dispositif Insee d'enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages (EPCV) permet, depuis janvier 1996, d'étudier chaque année l'évolution de divers indicateurs sociaux. L'ensemble des indicateurs est divisé en trois groupes, dont chacun fait l’objet d'une enquête annuelle, en janvier, en mai ou en octobre, réalisée auprès d’un échantillon de 8 000 logements pour la France métropolitaine. En mai 2003, la partie variable de l’enquête EPCV portait sur la participation culturelle et sportive. 3 000 logements ont été échantillonnés en Île-de-France. Dans chaque ménage une personne de 15 ans ou plus, tirée au sort, a été interrogée.
L’enquête a fait l’objet d’un cofinancement des ministères chargés du sport et de la culture aux niveaux national et régional, et de l’IAURIF au niveau régional.

*

ENCADRÉ 2
Les femmes, moins de sport mais plus de « culture » que les hommes
Les Franciliennes font moins de sport que leurs homologues masculins (67 % contre 78 %). Cet écart est encore plus net sur l’ensemble de la métropole (64 % contre 79 %). Les « sportives » sont majoritaires dans des disciplines individuelles (gymnastique, danse, patinage) ainsi que pour la randonnée pédestre. Les sports collectifs et de combat sont, quant à eux, beaucoup plus fréquemment masculins.
Les Franciliennes sont un peu plus nombreuses à suivre des cours ou à participer à des stages sportifs (22 % contre 20 %). 13 % sont licenciées dans une fédération sportive contre 23 % des Franciliens (respectivement 16 et 27 % en province). Leur présence dans les compétitions officielles (3 %) et les manifestations sportives (6 %) est, par contre, beaucoup plus rare que celle des hommes (14 et 19 %).
Les femmes font en revanche plus de sorties ou de visites culturelles. Elles fréquentent davantage les musées (42 % contre 37 %) et les expositions d’art (39 % contre 32 %) et vont plus au théâtre (31 % contre 27 %). Elles lisent également davantage.

Les Parisiens fréquentent davantage les équipements culturels que les autres Franciliens

7Les Parisiens vont deux fois plus au théâtre que les habitants de la grande couronne, fréquentent plus les salles de cinéma (trois sur quatre s’y sont rendus au cours des douze derniers mois, contre six habitants de petite ou grande couronne sur dix) et effectuent plus de visites culturelles (huit contre six sur dix) (Tabl. 2). Ils sont également plus nombreux à cumuler une participation active à la vie culturelle et à la vie sportive (45 % contre 26 % en petite couronne et 31 % en grande couronne).

Être jeune, diplômé et avoir un niveau de vie élevé favorise la participation culturelle et sportive

8Être jeune favorise l’activité sportive et physique. Dans la région, 92 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans déclarent pratiquer au moins un sport, en dehors de leurs obligations scolaires ou professionnelles (Tabl. 2). Cette proportion décroît progressivement avec l’âge pour atteindre 40 % chez les plus de 65 ans.

9L’intensité de l’activité culturelle est également influencée par l’âge. C'est très net pour le cinéma où les plus jeunes sont les plus assidus : 90 % des 15-24 ans s’y sont rendus au moins une fois dans l’année. Cette proportion de « cinéphiles » faiblit avec l’âge et n’est plus que de 39 % chez les plus de 65 ans.

  • 2 Les ménages qualifiés d’aisés sont ceux du dernier quartile, c’est-à-dire le quart des ménages ayan (...)

10La pratique culturelle est liée au niveau de vie. Si 85 % des ménages les plus aisés2 déclarent avoir effectué au moins une visite culturelle dans l’année, ce n’est le cas que pour 44 % des plus modestes.

11La probabilité de pratiquer un sport ou de fréquenter des équipements culturels est d’autant plus grande qu’on appartient à un foyer aux revenus élevés ou qu’on a atteint un certain niveau de formation. Les ménages les plus aisés comptent 83 % de sportifs contre 55 % pour les plus modestes.

12La pratique sportive et culturelle, qui augmente avec le niveau de diplôme, est particulièrement intense pour les détenteurs d’un diplôme supérieur au baccalauréat. En effet, 62 % d’entre eux sont allés au théâtre au cours des douze derniers mois, soit dix fois plus que les non diplômés et quatre fois plus que les bacheliers. Les diplômés du supérieur sont aussi trois fois plus sportifs que les autres.

Tableau 1 – Les facteurs explicatifs de la pratique culturelle et sportive en Île-de-France

Tableau 1 – Les facteurs explicatifs de la pratique culturelle et sportive en Île-de-France

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
(1) Probabilité d'être allé au théâtre, au cinéma, d'avoir effectué au moins une visite culturelle (monument historique, exposition d'art, exposition d'un autre genre ou musée) au cours des douze derniers mois ; 'ns' signifie que l'écart à la situation de référence est non significatif.
Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle, et sportive" partie variable de l'enquête permanente sur les conditions de vie de mai 2003
Ref. : situation de référence
(*) le 1
er quartile des revenus par UC (unité de consommation) correspond au 25 % de ménages ayant les revenus les plus faibles par UC.

13La pratique culturelle et sportive dépend de plusieurs facteurs mais certains sont liés entre eux : par exemple, les personnes diplômées ont, en général, des revenus plus élevés. Les écarts observés selon le niveau de formation résultent donc, en partie, d’un effet revenu. Il est alors intéressant d’isoler l’effet propre de chaque facteur. Cela a été réalisé à l’aide d’une analyse multivariée sous forme d’un modèle LOGIT prenant en compte les caractéristiques suivantes : le sexe, l’âge, le revenu du ménage, le niveau de diplôme, la catégorie du ménage, la profession (catégorie socioprofessionnelle) et l’occupation.

14Ce modèle permet d’estimer dans quelle mesure chacun des facteurs affecte la probabilité d’aller au cinéma, au théâtre, d’avoir effectué au moins une visite culturelle ou au moins un sport.

15D’après les données observées, les Franciliens vont plus au cinéma que leurs homologues de province, 63 % contre 49 %. Mais si l’on considère un provincial ayant les mêmes caractéristiques d’âge, de sexe, de revenu, de diplôme et de catégorie de ménage d’un Francilien, sa probabilité d’aller au cinéma est plus élevée de sept points.

16En Île-de-France, les femmes ont, toutes choses égales par ailleurs, une probabilité plus forte de neuf points d’aller au cinéma que les hommes, pris ici comme situation de référence. En revanche, elles ont une probabilité inférieure de huit points de faire du sport.

17Globalement, les cadres et dans une moindre mesure les professions intermédiaires, catégories surreprésentées en Île-de-France, déclarent des taux de pratique sportive et de fréquentation des équipements culturels nettement plus élevés que les autres catégories de population.

18Ainsi, 90 % des premiers et 86 % des seconds déclarent faire du sport contre 62 % des ouvriers.

Tableau 2 – Être jeune, diplômé et avoir des revenus élevés favorise la participation culturelle et sportive

Tableau 2 – Être jeune, diplômé et avoir des revenus élevés favorise la participation culturelle et sportive

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle et sportive", mai 2003
(*)
le 1er quartile des revenus par UC (unité de consommation) correspond au 25 % de ménages ayant les revenus les plus faibles par UC.
Lecture : 90 % des 15-24 ans sont allés au cinéma au cours des douze derniers mois.

Natation, course, gymnastique, ski, roller : sports les plus cités par les Franciliens

19Les sports les plus prisés par les jeunes, tel que le roller, et par les diplômés, comme la natation, sont pratiqués intensivement par les Franciliens, en moyenne plus jeunes et plus diplômés que les provinciaux (Graph. 2). La gymnastique, la course, la natation, relativement plus fréquemment adoptées dans la région, traduisent la recherche de la forme ou de l’entretien physique notamment pour les catégories moyennes ou supérieures, diplômées, disposant de revenus suffisants pour permettre une activité régulière.

Graphique 2 – Sports les plus pratiqués par les Franciliens

Graphique 2 – Sports les plus pratiqués par les Franciliens

Champ : personnes de 15 ans ou plus.
Lecture : 37 % des Franciliens déclarent avoir pratiqué la natation ou la plongée au cours des douze derniers mois, même occasionnellement.
Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle et sportive", mai 2003

20Certains sports, plus coûteux ou exercés généralement sur un lieu de vacances comme le ski, la voile, le tennis ou le golf sont plus souvent cités par les Franciliens, dont les revenus sont en moyenne plus élevés.

Ce STAT-Info paraît également dans la collection Note rapide de l’laurif et la collection « INSEE Île-de-France à la page ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Muller L.- « Document de travail de la Direction des statistiques démographiques et sociales », Insee, à paraître

Sallet-Lavorel H., Peuvergne C.- « Les pratiques de loisirs des Franciliens en Île-de-France, », laurif, mars 2004

« Les pratiques sportives en France, enquête 2000 », Ministère des Sports et Institut national du Sport et de l'Éducation Physique, octobre 2002 Donnat O.- « Les pratiques culturelles des Français, enquête 1997 », La documentation française, Ministère de la culture et de la communication, Département des études et de la prospective, mai 1998

Notes

1 Théâtre ; spectacle historique, son et lumière ; spectacle de danse ; cirque ; spectacle comique, comédie musicale, spectacle de variété ; opéra opérette concert.

2 Les ménages qualifiés d’aisés sont ceux du dernier quartile, c’est-à-dire le quart des ménages ayant le niveau de vie le plus élevé. À l’inverse, les ménages qualifiés de modestes sont ceux du premier quartile (le quart des ménages ayant le niveau de vie le plus bas).
La pratique culturelle et sportive dépend de plusieurs facteurs mais certains sont liés entre eux : par exemple, les personnes diplômées ont, en général, des revenus plus élevés. Les écarts observés selon le niveau de formation résultent donc, en partie, d’un effet revenu. Il est alors intéressant d’isoler l’effet propre de chaque facteur. Cela a été réalisé a l'aide d’une analyse multivariée sous forme d’un modèle LOGIT prenant en compte les caractéristiques suivantes : le sexe, l’âge, le revenu du ménage, le niveau de diplôme, la catégorie du ménage, la profession (catégorie socioprofessionnelle) et l’occupation.
Ce modèle permet d’estimer dans quelle mesure chacun des facteurs affecte la probabilité d’aller au cinéma, au théâtre, d’avoir effectué au moins une visite culturelle ou au moins un sport.
D'après les données observées, les Franciliens vont plus au cinéma que leurs homologues de province, 63 % contre 49 %. Mais si l’on considère un provincial ayant les mêmes caractéristiques d'âge, de sexe, de revenu, de diplôme et de catégorie de ménage qu’un Francilien, sa probabilité d'aller au cinéma est plus élevée de sept points.
En Île-de-France, les femmes ont, toutes choses égales par ailleurs, une probabilité plus forte de neuf points d’aller au cinéma que les hommes, pris ici comme situation de référence. En revanche, elles ont une probabilité inférieure de huit points de faire du sport.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Les Franciliens vont plus au spectacle...
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre ... et font plus de visites culturelles
Légende Source : Insee, enquête « Participation à la vie culturelle et sportive », partie variable de l'enquête permanente sur les conditions de vie de mai 2003Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 64 % des Franciliens déclarentêtre allés au moins une fois au cinéma au cours des douze derniers mois.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 1 – Les facteurs explicatifs de la pratique culturelle et sportive en Île-de-France
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.(1) Probabilité d'être allé au théâtre, au cinéma, d'avoir effectué au moins une visite culturelle (monument historique, exposition d'art, exposition d'un autre genre ou musée) au cours des douze derniers mois ; 'ns' signifie que l'écart à la situation de référence est non significatif.Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle, et sportive" partie variable de l'enquête permanente sur les conditions de vie de mai 2003Ref. : situation de référence(*) le 1er quartile des revenus par UC (unité de consommation) correspond au 25 % de ménages ayant les revenus les plus faibles par UC.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 2 – Être jeune, diplômé et avoir des revenus élevés favorise la participation culturelle et sportive
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle et sportive", mai 2003(*) le 1er quartile des revenus par UC (unité de consommation) correspond au 25 % de ménages ayant les revenus les plus faibles par UC.Lecture : 90 % des 15-24 ans sont allés au cinéma au cours des douze derniers mois.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Graphique 2 – Sports les plus pratiqués par les Franciliens
Légende Champ : personnes de 15 ans ou plus.Lecture : 37 % des Franciliens déclarent avoir pratiqué la natation ou la plongée au cours des douze derniers mois, même occasionnellement.Source : Insee, enquête "Participation à la vie culturelle et sportive", mai 2003
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

Auteur

Insee, Île-de-France

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.