Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Données et études statistiques : jeunesse, sports et vie associative

 | 
Sandrine Bouffin
, 
Myriam Claval
, 
Hervé Savy

La pratique sportive

Le sport chez les jeunes de 12 à 17 ans

STAT-Info d’octobre 2002

Audrey Moreau, Alexandra Pichault et Guy Truchot

Résumé

Les deux tiers des jeunes de 12 à 17 ans pratiquent un sport en dehors des cours d’éducation physique et sportive, la moitié adhère à un club sportif, et de l’ordre du tiers détient une licence sportive. Trois jeunes sur dix participent à des compétitions. Les adolescents qui font du sport ont également d’autres activités culturelles.
Les jeunes sont plutôt influencés dans le choix de leur activité sportive par leurs copains. Près de la moitié d’entre eux a déjà abandonné au moins une discipline, souvent pour en essayer une autre. Les disciplines les plus fréquemment citées comme étant abandonnées sont le judo et les autres arts martiaux, la gymnastique et la danse.
Les filles, moins sportives que les garçons, notamment après 15 ans, ne pratiquent pas tout à fait les mêmes disciplines. Elles sont relativement moins nombreuses à être en club et à détenir une licence. Elles invoquent plus souvent que les garçons les problèmes matériels pour justifier leur abandon d’une activité sportive.

Texte intégral

1La pratique sportive est plus ou moins intensive, plus ou moins organisée, plus ou moins perçue comme telle alors que des disciplines nouvelles émergent, les activités physiques et sportives ne sont pas toujours considérées comme étant du sport par les plus jeunes. Ainsi, la pratique du roller avec des copains est définie comme étant du sport pour moins de 40 % d’entre eux. Se promener à pied en forêt, ou aller à l’école à pied ou en vélo, est perçu comme une activité sportive par respectivement 33 % et 29 % des jeunes de 12 à 17 ans. En revanche, neuf jeunes sur dix jugent que courir ou faire du jogging est du sport.

Pratiques sportives et culturelles des jeunes

2Les jeunes âgés de 12 à 17 ans, un peu moins de 5 millions, sont pour la grande majorité d’entre eux des sportifs : 77 % des garçons et 60 % des filles pratiquent au moins une activité physique et sportive (APS) en dehors des cours d’éducation physique et sportive (EPS) dispensés par l’école (le collège ou le lycée). Alors que les garçons sont aussi sportifs après 15 ans qu’avant, à peine plus de la moitié des jeunes filles de 15 à 17 ans déclare faire du sport en dehors des cours d’EPS obligatoires contre les deux tiers de celles de 12 à 14 ans (Tabl. 1).

Tableau 1 – La pratique sportive des jeunes âgés de 12 à 17 ans (%)

Tableau 1 – La pratique sportive des jeunes âgés de 12 à 17 ans (%)

Lecture : 56 % des garçons âgés de 12 à 14 ans ont une licence sportive
Source : Enquête MJS / Novembre 2001

ENCADRÉ 1
Le taux de pratique sportive des jeunes
Le ministère des Sports a mené deux enquêtes sur les pratiques sportives : l’une en juin/juillet 2000 qui avait pour but de mesurer la pratique sportive des personnes âgées de 15 à 75 ans et l’autre en novembre 2001 pour appréhender notamment les motifs d’entrée ou d’abandon de la pratique sportive des jeunes âgés de 12 à 17 ans.
Pour les 15-17 ans présents dans les deux enquêtes, on observe un taux global de pratique sportive sensiblement différent d’une enquête à l’autre : 80 % des jeunes interrogés en 2000 déclarent faire une activité sportive (spontanément) contre 66 % dans l’enquête menée en 2001.
Cet écart s’explique par l’approche différente du sport par les deux enquêtes : l’enquête 2000 vise à retenir une large conception de la pratique sportive, même occasionnelle, alors que l’enquête 2001 utilise une définition du sport plus étroite. De ce fait, elle dénombre un effectif moins élevé de sportifs : les sportifs « occasionnels » sont moins repérés, mais les sportifs les plus engagés sont cernés dans des proportions comparables dans les deux enquêtes. La part des pratiquants sportifs en club parmi les 15/17 ans est très voisine dans les deux enquêtes (41 % dans l’enquête 2000 et 43 % dans l’enquête 2001). La proportion de sportifs en club, détenant une licence et se livrant à des compétitions est également comparable d’une enquête à l’autre (29 % et 26 %).

3En dehors du sport, les jeunes ont de nombreuses activités ; la plupart regardent la télévision, écoutent de la musique, et cela quasi quotidiennement. Les sportifs sont proportionnellement toujours un peu plus nombreux que les non sportifs à pratiquer des activités culturelles telles que lire, aller au cinéma, jouer d’un instrument de musique (38 % des sportifs et 28 % des non-sportifs jouent d’un instrument de musique). Ils ont également plus d’occupations liées au sport, comme aller voir des rencontres sportives ou lire des journaux sportifs. C’est sur la lecture des journaux sportifs que les écarts sont les plus forts : 76 % des sportifs lisent des quotidiens ou des magazines sportifs contre 56 % des non-sportifs.

Filles et garçons évoquent les mêmes raisons de ne pas faire de sport

4Plus le niveau culturel de la famille (mesuré par le niveau de diplôme du parent répondant) est élevé, plus la pratique du sport est fréquente : 80 % des jeunes dont un des parents a un diplôme supérieur au baccalauréat font du sport contre 55 % quand le parent n’a aucun diplôme.

5« J’ai trop de devoirs » est la première raison avancée par les jeunes pour ne pas faire de sport. Ensuite les garçons évoquent plutôt le manque de temps alors que les filles avouent « ne pas aimer le sport » (Tabl. 2). Dans les milieux les plus favorisés, dans lesquels les jeunes font le plus de sport, les raisons scolaires sont plus fréquemment évoquées que les raisons plus personnelles pour justifier la non pratique quand le jeune est interrogé en présence du père.

Tableau 2 – La non pratique sportive des jeunes âgés de 12 à 17 ans (en %)

Motif de la non pratique

Filles

Garçons

J’ai trop de devoirs pour l’école

21

23

Je n’aime pas le sport

20

15

Le sport obligatoire à l’école me suffit

18

16

Je n’ai pas le temps de faire du sport

15

21

J’ai un problème de santé

9

7

Je n’ai jamais trouvé un sport qui me plaisait

7

6

Le sport que je voulais faire coûtait trop cher, mes parents n’ont pas voulu

6

5

Autres raisons(1)

2

7

Total

100

100

(1) Essentiellement « je ne savais pas quel sport choisir » pour les garçons.
Source : Enquête MJS / Novembre 2001

Le jeune choisit lui-même son activité sportive

6La moitié des jeunes ont commencé à faire une activité physique et sportive parce qu’une personne de leur entourage la pratiquait déjà. Neuf fois sur dix, les jeunes eux-mêmes choisissent finalement leur sport.

7Ce sont les copains qui influencent le plus les jeunes dans le choix d’un sport, puis les parents : les filles sont le plus fréquemment influencées par leur mère, alors que les garçons suivent plus l’exemple de leur père. L’influence des parents est plus déterminante dans les foyers dont le niveau d’études est élevé ; elle s’accroît au détriment de la famille élargie, qui joue un rôle non négligeable dans les milieux moins favorisés culturellement.

8Les garçons semblent plus passionnés que les filles : 84 % des garçons âgés de 12 à 14 ans adorent leur sport contre 74 % pour les filles du même âge. Cet écart reste constant au fil des années.

Des activités inégalement encadrées

9Certains sports sont pratiqués massivement, alors que d’autres ne sont le fait que d’une minorité des jeunes : parmi les premiers, on trouve la natation et le vélo, cités chacun par près de 40 % des jeunes, et le football par un tiers (Tabl. 3). À l’opposé moins de 5 % d’entre eux déclarent pratiquer les sports de combat, la musculation, la voile, le tir, la marche sportive, le golf et l’escrime.

10Les activités les plus fréquemment pratiquées en club (plus de 70 % des sportifs) sont l’escrime, les sports de combat, les arts martiaux, l’athlétisme, la gymnastique, la danse et le basket-ball. Entre 12 et 14 ans, 80 % des garçons sportifs sont en club contre 75 % pour les filles du même âge. Mais parmi ces sportifs en club, les garçons sont beaucoup plus orientés vers la compétition : un peu plus des trois quarts des garçons en clubs se livrent à des compétitions alors que moins de la moitié des filles s’y adonnent.

11Pour un jeune en club, le lien entre la prise d’une licence et la participation à des compétitions peut être plus ou moins étroit suivant les disciplines. Il dépend en particulier du besoin d’encadrement et de la technicité des activités ; pour le football, mais aussi le vélo et le handball la plupart des jeunes en club sont à la fois licenciés et compétiteurs.

  • * Activités déclarées par au moins 5 % des jeunes

Tableau 3 – Les activités sportives déclarées par les jeunes de 12 à 17 ans*

Tableau 3 – Les activités sportives déclarées par les jeunes de 12 à 17 ans*

Lecture : 39 % des jeunes de 12 à 17 ans pratiquent de la natation. Parmi eux, 45 % sont des filles et 30 % adhèrent à un club.

12Les sportifs qui pratiquent en club des sports tels que le basket-ball, les sports de neige ou le volley-ball ne sont pas tous licenciés, mais ces derniers se livrent majoritairement à des compétitions. Dans les disciplines telles que les arts martiaux, la voile, le tennis, la prise de licence n’implique pas forcément de participer à des compétitions. Enfin les jeunes qui pratiquent en club la danse, les sports de glace, l’équitation, la musculation, les sports de combat ne sont pas forcément licenciés et encore moins compétiteurs (Tabl. 3).

Abandonner une discipline : plus souvent le fait des filles

13Un jeune sur deux a pratiqué dans le passé au moins un sport, qu’il a abandonné ensuite. Parmi les jeunes qui ne font pas de sport aujourd’hui, un tiers n’en a pas pratiqué auparavant : 11 % des jeunes de 12 à 17 ans déclarent ainsi ne pas pratiquer et n’avoir jamais pratiqué une activité en dehors des cours d’éducation physique et sportive.

14Parmi ceux qui sont sportifs en 2001, un peu moins de la moitié a déjà essayé et abandonné une discipline. Cependant avoir pratiqué puis abandonné un sport peut traduire des réalités différentes : pour les jeunes actuellement non sportifs, mais qui ont pratiqué dans le passé, il s’agit d’un éloignement du sport temporaire ou définitif. Pour les jeunes sportifs actuels, qui ont cependant abandonné des disciplines pratiquées dans le passé, on peut évoquer la curiosité sportive, voire le zapping.

15Les filles sont plus nombreuses que les garçons à n’avoir jamais fait de sport (14 % contre 8 %), et à avoir abandonné un sport sans reprendre d’autres activités sportives (26 % des filles contre 15 % des garçons). Les sportives sont de même un peu moins nombreuses à avoir expérimenté d’autres activités que celles qu’elles pratiquent actuellement.

16Les jeunes les plus éloignés du sport (ceux qui n’en ont jamais fait dans le passé et n’en font pas actuellement) représentent 19 % des enfants de familles sans diplôme, contre 7 % des enfants des familles de niveau bac et plus. Parmi les adeptes du sport (qui en font actuellement et qui ont pratiqué des disciplines autres dans le passé), on retrouve 19 % des enfants de famille sans diplôme, mais 36 % des enfants des familles de niveau Bac et plus.

Les sports les plus abandonnés sont souvent des disciplines réputées exigeantes

17Les principales disciplines que les jeunes de 12 à 17 ans ont déclaré avoir abandonnées sont les arts martiaux, la danse et la gymnastique. On trouve à la fois des disciplines très exigeantes mais aussi des sports collectifs et individuels, des sports pratiqués plutôt par les filles ou par les garçons.

18Si 8 % des jeunes entre 12 et 17 ans déclarent pratiquer des arts martiaux, ils sont en fait 21 % à pratiquer ou avoir pratiqué cette discipline. De même, le nombre d’adeptes en 2001 de la danse ou de la gymnastique est deux fois plus important si on inclut ceux qui en ont fait dans le passé avant de l’abandonner (Tabl. 4).

Tableau 4 – Les principaux sports pratiqués et abandonnés

Tableau 4 – Les principaux sports pratiqués et abandonnés

Lecture : 14 % des jeunes ont pratiqué les arts martiaux dans le passé et ne les pratiquent plus, 8 % les pratiquent actuellement. Au total, 21 % des jeunes ont pratiqué ou pratiquent les arts martiaux. (les pourcentages sont arrondis). Le judo représente 4 sur 10 des pratiquants actuels d’art martiaux et 6 sur 10 des arts martiaux abandonnés.

19Certains sports peuvent être qualifiés de « sports de passage » : ils ont été abandonnés, mais les personnes qui les ont pratiqués font souvent un autre sport. Il en est ainsi notamment des arts martiaux, de la gymnastique, des sports de glace.

La principale raison d’abandon : l’activité elle-même

20Les jeunes abandonnent un sport pour divers motifs, liés à la nature même de l’activité sportive, à l’environnement (incompatibilité d’emploi du temps, contraintes familiales, etc.), à des problèmes matériels, ou à des insatisfactions relatives à l’ambiance, au niveau atteint ou à l’encadrement dans la pratique d’une discipline.

21La hiérarchie des raisons invoquées est semblable pour les pratiquants en club et les jeunes qui pratiquent hors d’un club.

22C’est le plus souvent parce que l’activité ne leur plaît pas que les jeunes qui pratiquent en club abandonnent : 37 % des jeunes ayant abandonné une activité citent cette raison et la plupart en ont trouvé une autre. 21 % disent ne plus pratiquer un sport parce que cette pratique était incompatible avec leur emploi du temps. Seulement 15 % ont arrêté parce qu’ils n’arrivaient pas à progresser.

23Les raisons d’abandon déclarées en priorité ne sont pas celles relatives au club. Ainsi seuls 10 % évoquent le fait que l’entraîneur ne soit pas sympathique, 8 % déclarent avoir arrêté parce qu’ils n’avaient pas l’esprit de compétition, 5 % parce qu’on ne s’occupait que des meilleurs et 5 % à cause des reproches trop nombreux de l’entraîneur. Filles et garçons, même si la principale raison d’abandon est la nature de l’activité elle-même, ne sont pas sensibles aux mêmes problèmes. Les filles prêtent plus d’attention aux éléments matériels que les garçons, l’existence de transports par exemple (18 % contre 11 %). Les motifs d’insatisfaction liés à l’ambiance prennent de l’importance pour les filles âgées entre 15 et 17 ans (14 % contre 8 % à l’âge de 12-14 ans). Les jeunes semblent plus sensibles au manque de temps en grandissant qu’aux caractéristiques spécifiques au sport.

24Les jeunes issus de familles dont l’un des parents est sans diplôme citent plus fréquemment les éléments matériels, en particulier celles relevant du transport, que les autres jeunes. Dans ces familles 25 % des jeunes déclarent avoir abandonné parce que personne ne pouvait les accompagner ou qu’il n’existait pas de transport contre 3 % pour les enfants appartenant à des familles diplômées.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

« Les pratiques sportives en France ».– Résultats de l’enquête menée en 2000 par le ministère des Sports et l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique. Éditions de l’INSEP

« Les chiffres-clés du sport ».– Édition septembre 2002 Ministère des Sports – Mission statistique

Notes de fin

* Activités déclarées par au moins 5 % des jeunes

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – La pratique sportive des jeunes âgés de 12 à 17 ans (%)
Légende Lecture : 56 % des garçons âgés de 12 à 14 ans ont une licence sportiveSource : Enquête MJS / Novembre 2001
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 3 – Les activités sportives déclarées par les jeunes de 12 à 17 ans*
Légende Lecture : 39 % des jeunes de 12 à 17 ans pratiquent de la natation. Parmi eux, 45 % sont des filles et 30 % adhèrent à un club.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Tableau 4 – Les principaux sports pratiqués et abandonnés
Légende Lecture : 14 % des jeunes ont pratiqué les arts martiaux dans le passé et ne les pratiquent plus, 8 % les pratiquent actuellement. Au total, 21 % des jeunes ont pratiqué ou pratiquent les arts martiaux. (les pourcentages sont arrondis). Le judo représente 4 sur 10 des pratiquants actuels d’art martiaux et 6 sur 10 des arts martiaux abandonnés.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/2156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© INSEP-Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.