Version classiqueVersion mobile

Cognition et performance

 | 
Jean-Pierre Famose

Quatrième partie. Interventions pratiques

La préparation psychologique

Raymond Thomas

Texte intégral

1Parmi les nombreux facteurs qui influencent la performance, le stress joue un rôle important au moment de la réalisation. Chacun de nous l'a éprouvé lors de ces moments décisifs, tels les examens, au cours desquels nous avons tendance à perdre notre calme, à nous désorganiser, et donc à réaliser une mauvaise performance. Les sportifs de haut niveau connaissent particulièrement bien ce problème de la régulation de leur activation. G. Jones et L. Hardy (1990) relatent des interviews qu'ils ont effectuées avec des champions. La plupart de ceux-ci reconnaissent qu'il s'agit d'un facteur notable, mais pas tous. Une gymnaste interviewée déclare en effet qu'il ne s'agissait pour elle que d'un élément d'influence modérée.

2Les sportifs indiquent que cet impact du stress peut être positif ou négatif. Pour Steve Backley, l'un des meilleurs lanceurs de javelot du Monde, le stress était susceptible d'augmenter sa performance de 10 %. Nous pouvons témoigner, ayant participé à de nombreuses compétitions internationales, que c'était également notre cas. Dans les compétitions auxquelles nous avons pris part, certains champions recherchaient même cet état de stress afin de pouvoir se surpasser. Cependant, de temps à autre, ils éprouvaient un stress trop élevé et la performance se détériorait. La relation entre le niveau de stress et la performance ne se révélait donc pas comme linéaire. Il apparaissait également que le meilleur niveau de stress variait selon les épreuves sportives. Ces observations individuelles des sportifs de haut niveau trouvent des explications dans les recherches des psychologues et des biologistes.

3Le stress influence les capacités et les habiletés du sujet par l'intermédiaire de la formation réticulée et du niveau de vigilance (arousal). Cette élévation de la vigilance engendre une augmentation de l'activation. Mais cet accroissement de l'activation ne produit pas une amélioration linéaire de la performance. Nous verrons qu'il existe plusieurs théories explicatives de ce phénomène. Avant de les décrire, il convient d'abord de préciser la notion de stress qui constitue un concept central de celles-ci.

LE STRESS

4Le mot utilisé dès le XIVe siècle signifiait fatigue, épreuve, adversité (Lumsden, 1981). Au XVIIe siècle, il est utilisé en physique par Hooke et a pour sens, dans ce contexte, une contrainte subie par un matériau. Une charge (load) produit une force sur la surface du matériau (stress) et entraîne une déformation (strain). La notion de stress a été popularisé en biologie par Hans Selye qui, travaillant sur des rats auxquels il injectait un produit, remarqua des réactions constantes d'hypertrophie du cortex surrénal, de diminution du thymus et du nombre de lymphocytes, et d'apparition d'ulcérations au niveau de l'estomac. Il retrouva ces réactions en injectant d'autres substances et il comprit qu'elles se manifestaient à la suite de toute agression. Il décrivit alors ce qu'il appela le syndrome général d'adaptation, comprenant trois phases : alarme, défense, épuisement, dont la dernière, si elle est prolongée, conduit à la mort.

5En psychologie, le stress se rapporte aux difficultés auxquelles le sujet doit faire face. Pour certains psychologues, le terme de stress devrait être réservé à des situations répétitives ou chroniques dans lesquelles peuvent se manifester les maladies de l'adaptation. La vie moderne semble engendrer davantage d'agressions psychologiques que naguère et, de ce fait, l'individu de notre société actuelle se sent fortement stressé. Mais l'intensité du stress varie et sur cette dimension les conséquences sont elles aussi variables. Ceci amène à distinguer un "eustress" d'un "distress". Dans le premier cas, qui est favorable, le sujet contrôle parfaitement la situation ; dans le second, défavorable, le sujet est désadapté. On verse dans la détresse, mot dont l'origine est identique à celle du stress. Il faut aussi mentionner que souvent le mot stress désigne à la fois l'agent du stress, ou stresseur, et le résultat de cette action sur les diverses dimensions de la personnalité du sujet

6Le stress présente un versant physiologique et un versant psychologique. Le premier se caractérise par une certaine activité du système nerveux et des sécrétions hormonales. Au plan psychologique, qui nous intéresse plus particulièrement ici, le stress agirait donc d'abord sur la vigilance, puis ensuite à partir de l'évaluation cognitive de la situation sur le niveau d'activation. La vigilance est liée à la perception, l'activation à l'effort pour répondre, pour faire face (coping). Ce dernier terme est important dans l'étude du stress. Le coping est l'effort constant de changement cognitif et comportemental pour réguler les demandes spécifiques internes et/ou externes qui sont évaluées comme ponctionnant lourdement ou dépassant les ressources personnelles (Lazarus et Folkman, 1984). Pour expliciter ces relations entre vigilance et activation, Sanders (1983) nous propose le modèle représenté à la figure 1, dans lequel l'évaluation de la situation joue un rôle important.

7Le lecteur voit donc qu'il existe une dimension cognitive importante. L'évaluation de la situation, la comparaison de la demande avec les possibilités personnelles engendre chez le sujet une anxiété qui va influencer la performance.

Figure 1 - Modèle de relation entre le stress et la performance (d'après Sanders, 1983).

L'ANXIETE

8Il s'agit d'une notion très proche de celle de stress, ceci parce que pour certains spécialistes, tel Spielberger, l'agent stressant crée la perception d'une menace laquelle engendre l'anxiété. L'ensemble constitue le stress. Il faut néanmoins distinguer l'anxiété-trait et l'anxiété-état. La première est une disposition personnelle et la seconde un état momentané dû à une situation. Toute situation dangereuse crée un stress et donc de l'anxiété-état, mais l'impact sur la personne sera d'autant plus élevé que l'anxiété-trait sera grande. Autrement dit, certains sujets ont tendance à développer plus d'anxiété que d'autres dans des conditions apparemment identiques. Ils percevront la situation comme plus menaçante. Dans la conception classique, l'anxiété-état comprend une dimension subjective et une dimension objective. La première est un sentiment de crainte, de tension, la seconde est une élévation de l'activité du système nerveux autonome. Il existe des questionnaires psychologiques qui mesurent ces deux dimensions de l'anxiété et, dans le domaine sportif, Martens (1977) a créé un outil permettant d'apprécier l'anxiété engendrée par la compétition. Le sujet doit répondre sur une échelle en trois points : "presque jamais", "quelquefois", "souvent", à une quinzaine de questions du genre : "avant une compétition je me sens mal à l'aise". Martens a également élaboré une échelle pour les enfants et une autre pour les adultes.

9En psychologie, différents outils mesurent l'anxiété-trait, notamment l'échelle de Cattell qui reprend certains items de cinq dimensions fondamentales de son inventaire de personnalité : le défaut de cohésion de la conscience de soi (facteur Q3), le manque de force du Moi (facteur C en négatif), l'insécurité paranoïaque (facteur I), la propension au sentiment de culpabilité (facteur O) et la tension ergique (facteur Q4). L'inventaire de personnalité de Eysenck apprécie également l'anxiété ou neurotisme. Certaines recherches ont montré qu'il y avait une forte part d'hérédité dans ce trait d'anxiété. Citons notamment le travail de chercheurs suédois qui ont fait subir le test de personnalité d'Eysenck à 12.898 paires de jumeaux et ont conclu, en ce qui concerne le neurotisme, à une part d'hérédité de 0,50 chez les hommes et 0,58 chez les femmes (Floderus-Myrred et coll., 1980).

LES FACTEURS FAVORISANT LE STRESS ET L’ANXIETE

10En dehors de l'anxiété-trait, un certain nombre de facteurs influencent l'impact du stress, ou le stress et l'anxiété-état créée par la situation. Ces facteurs auront tendance à élever l'activation du système nerveux autonome.

L'évaluation et la compétence perçue

11Pour les cognitivistes, l'évaluation de la situation (appraisal) joue un rôle important. Lazarus distingue l'évaluation primaire et l'évaluation secondaire. La première consiste en un jugement pour prendre conscience si une épreuve est pertinente ou non pertinente, bénigne positive ou stressante. La seconde est un jugement sur ce que l'on doit et ce que l'on peut faire. On distingue également la réévaluation qui peut être réalisée à la suite d'une nouvelle information.

12Cette évaluation avec ses différentes composantes est fonction de facteurs individuels. Ainsi la compétence perçue constitue dans ce contexte un facteur important. Si le sujet a le sentiment qu'il maîtrise parfaitement la situation, que sa compétence lui permet d'affronter l'enjeu avec une forte probabilité de réussite, l'anxiété qu'il éprouve sera plus faible que dans le cas contraire. L'anxiété-état est fonction de l'appréhension et l'appréhension l'est de la compétence.

13Ce sont les travaux d'Albert Bandura sur l'apprentissage social qui ont éclairé cette question. Ce chercheur a testé les effets de la perception d'une inefficacité à faire face à une situation sur l'anxiété-état du sujet (Bandura, 1991). Ses expériences montrent très précisément que quelle que soit la situation, cognitive ou motrice, plus la perception de sa propre inefficacité à faire face est élevée, plus le stress éprouvé par le sujet est élevé. Les techniques de préparation psychologique doivent donc tenir compte de cet aspect. Un certain nombre d'entre elles consiste donc à accroître la confiance du sujet. Elles portent sur les croyances (beliefs) de la personne.

L'extraversion

14Il s'agit d'un trait de personnalité fondamental décrit d'abord par Jung. L'extraverti est un sujet tourné vers l'extérieur, à l'inverse de l'introverti replié sur lui-même. Des questionnaires de personnalité permettent d'apprécier cette dimension. Plusieurs psychologues, dont H. Eysenck, ont émis l'hypothèse que les individus extravertis possèdent naturellement un faible niveau d'éveil et, de ce fait, recherchent de fortes stimulations.

Le facteur "hardiness"

15Ce trait influence également la sensibilité au stress. Il comprend diverses dimensions : la confiance en soi, l'engagement et le défi. Il pourrait être un facteur intermédiaire entre l'évaluation et le stress (Kobasa et coll., 1982).

Le type "A"

16Les chercheurs qui se sont intéressés aux facteurs personnels prédisposant au stress ont décrit un type de personnalité, dit type "A", le "type-A behavior pattern" ou "TABP" des Américains. Les sujets de cette catégorie ont une forte ambition, de l'agressivité, un esprit de compétition élevé. Ils sont impatients et toujours pressés et ils sont prédisposés aux maladies de la circulation coronaire. Il s'agit donc d'un facteur de risque.

17Mais il est aussi certain que beaucoup de dimensions constituant ce type favorisent la performance sportive.

La présence de spectateurs

18Au delà des facteurs personnels, certains éléments de la situation provoquent de l'anxiété et élèvent naturellement la vigilance du sujet. La présence de spectateurs joue un rôle qui a son importance dans le cas du sportif.

19Tout un chapitre de la psychologie sociale s'est intéressé à l'influence de la présence d'autrui sur la performance du sujet. Les premiers travaux datent de 1898 et ont été menés par un psychologue américain nommé Triplett. Ils constituent d'ailleurs la première recherche de psychologie sociale expérimentale. Ce secteur d'étude a d'abord été appelé celui de la "facilitation sociale" parce que les chercheurs pensaient que la coprésence favorisait la performance. Triplett avait en effet montré qu'un enfant réalisait de meilleures performances en présence de spectateurs passifs que seul. La recherche s'est poursuivie jusqu'à nos jours et, actuellement, la théorie veut que la présence d'autrui élève le nombre de réponses dominantes. Ce qui a pour conséquence le fait qu'un sujet obtient de meilleurs résultats si la tâche est bien maîtrisée, les réponses dominantes sont de bonnes réponses, et de moins bons résultats si la tâche est mal contrôlée, les réponses dominantes sont de mauvaises réponses.

20Dans le domaine sportif les spectateurs ne sont pas passifs. L'équipe qui joue à l'extérieur subit une forte pression de la part du public. Le stress éprouvé par les joueurs sera donc élevé. Pour pallier cette pression, une technique a été mise au point il y a déjà plus d'une vingtaine d'années : il s'agit de l'entraînement modelé qui consiste à reproduire lors de l'entraînement les conditions du futur match, d'en réaliser un modèle. Cette procédure a été conçue dans les pays de l'Est, vers la fin des années 60. Les concepteurs se référaient très précisément à la notion de stress et aux travaux effectués sur ce sujet. Il s'agissait aussi de préparer l'athlète à agir seul (Vanek et Cratty, 1970).

LES THEORIES EXPLICATIVES

21Le modèle le plus courant pour relier performance et stress est celui de la courbe en U inversé de Yerkes et Dodson (1908). Suivant cette loi, il existe un optimum de niveau d'activation permettant d'obtenir la performance la plus élevée comme l'indique la figure 2. Or, dans la conception classique, le niveau d'activation est une fonction linéaire du stress. Nous avons donc la relation suivante : stress  niveau d'activation  performance qui se traduit par la courbe de la figure 2 reliant activation et stress.

Figure 2 - Relation entre le niveau d'activation et la performance.

22Ce modèle est ancien et offre encore un cadre explicatif assez correct des phénomènes observés. Il fournit une bonne base théorique aux techniques de préparation psychologique qui doivent essayer de situer le niveau d'activation du sujet vers l'optimum d'activation. C'est-à-dire, si ce niveau est en dessous, l'élever, s'il se situe dans la bonne zone, l'y maintenir et, s'il est trop élevé, cas le plus fréquent, l'abaisser. Ce modèle a été un peu amélioré par la prise en compte d'une typologie des tâches selon la dimension tâche stéréotypée - tâche complexe. Pour une tâche très simple, le niveau d'activation correspondant à la meilleure performance est très élevé, pour une tâche complexe, il est très bas. Pour mieux comprendre le phénomène, Oxendine (1984) a proposé le schéma représenté à la figure 3.

23La relation en U inversé de Yerkes et Dodson a été critiquée pour diverses raisons. Les cognitivistes notamment lui reprochent de ne prendre en compte que les aspects comportementaux. L'anxiété cognitive joue en effet un rôle non négligeable dans l'évolution de la relation entre l'activation et la performance. Certains chercheurs ont été amenés à modifier le modèle. C'est le cas de Hardy et Fazey (1984) qui proposent une conception tenant compte de l'anxiété cognitive. Cette nouvelle dimension engendre un modèle plus élaboré qui trouve sa base théorique dans les travaux de René Thom sur les catastrophes. Dans certains cas, l'augmentation insignifiante d'une variable engendre une évolution considérable d'une ou plusieurs autres. Le rapport entre le niveau d'activation et la performance va se transformer selon le degré d'anxiété cognitive. La figure 4 schématise la relation triangulaire qui se situe donc dans un espace à trois dimensions. La surface supérieure (grise) est celle de la performance. Le modèle montre que cette dernière peut brusquement baisser suite à une faible augmentation de l'anxiété cognitive. Pour une valeur donnée de vigilance, une faible élévation de l'anxiété cognitive peut produire une chute brutale de la performance. Il conviendra donc de tenir compte de cet aspect dans les méthodes de préparation psychologique.

Figure 3 - Influence du niveau de difficulté de la tâche sur la relation activation  performance (d'après Oxendine, 1984).

24Un autre modèle a aussi été proposé par Apter (1982), celui de la "reversai theory", ou théorie de l'inversion. La théorie se fonde sur un aspect central de la motivation, la relation entre le niveau d'activation (arousal) du sujet et la tonalité hédonique qu'il éprouve. Cette tonalité varie d'un pôle plaisant vers un pôle déplaisant. Un bas niveau d'activation peut être plaisant et le sujet est en état de relaxation, ou déplaisant et le sujet s'ennuie. De même, un haut niveau d'activation peut être plaisant et le sujet est en état d'excitation, ou déplaisant et le sujet est anxieux. On observe donc deux courbes de variation du ton hédonique en fonction de l'activation, l'une de fuite de cette activation, allant de l'état d'anxiété à l'état de relaxation, l'autre de recherche de l'activation qui part de l'ennui pour aller vers l'excitation. A chaque niveau d'activation, le sujet peut permuter d'une courbe à l'autre, du premier système vers le second, car le ton hédonique peut varier. Il se produit alors une inversion. Apter en conclut qu'il existe un système bistable. Ceci rend l'approche de l'optimum de motivation plus complexe.

25Apter décrit des états métamotivationnels (télique, paratélique, etc.) qui expliquent les conduites du sujet. Notons aussi que pour ce chercheur les processus mentaux sont des épiphénomènes des processus biologiques.

Figure 4 - Le modèle catastrophe (d'après Hardy et Fazey, 1987).

26Certains spécialistes ont utilisé les travaux de Apter pour proposer une relation entre les types décrits par ce dernier et le choix d'une activité sportive. Ainsi, pour Kerr (1987), la dominance télique prédispose aux choix d'activités d'endurance. Pour Svebak (1990), il existerait une relation triangulaire entre les dispositions biologiques, les dispositions psychologiques décrites par Apter et le sport pratiqué. La dominance télique jointe à une constitution présentant une forte proportion de fibres musculaires de type I (fibres lentes) prédispose aux sports d'endurance. La prédominance de la dimension paratélique et de fibres de type II (fibres rapides) engendre une préférence pour les sports de force explosive.

LES TECHNIQUES DE PREPARATION PSYCHOLOGIQUE

27Il faut d'abord noter qu'il existe trois types de techniques de préparation psychologique : celles qui recherchent la régulation de la vigilance, celles qui tentent d'améliorer le geste technique et celles qui ont pour objectif d'améliorer la communication interpersonnelle. Les premières sont les plus importantes. Il s'agit, ainsi que nous l'avons vu précédemment, de moduler le niveau de vigilance afin d'obtenir la performance maximum. Les deuxièmes se fondent surtout sur l'entraînement mental. En répétant le geste par la pensée, on obtient une amélioration du rendement. Un apprentissage se réalise. Mais la répétition mentale permet également, avant une compétition, de réactiver les programmes moteurs et ainsi d'obtenir un meilleur résultat. Ces techniques sont utilisées intuitivement depuis longtemps par les sportifs, notamment par les skieurs et par les gymnastes. Les troisièmes techniques sont moins employées. Elles relèvent de la psychologie sociale. Nous n'en parlerons pas ici.

La régulation de la vigilance

28Le sportif a toujours ressenti la nécessité de contrôler son émotion lors de la compétition. Pour cela, il a intuitivement développé des techniques fondées sur son expérience et son intuition. Il a tenté de développer des procédés de relâchement, d'excitation, de concentration. Ceux-ci sont assez variés selon les types de sportifs. Les pratiques superstitieuses sont assez fréquentes. Elles ont pour fonction de calmer l'anxiété devant l'incertitude du résultat. Les rituels sécurisent le sujet. La liste des pratiques superstitieuses est longue : mascottes, prières, comportements spécifiques, vêtements fétiches, etc. Elles ne sont pas toujours évidentes, certains sportifs cachant en effet ces comportements. Soulignons qu'il ne faut pas brutalement changer l'habitude d'avoir recours à des pratiques superstitieuses ce qui déstabiliserait le sujet. L'athlète utilise d'autres techniques qui rejoignent celles du psychologue. Il recherche des rythmes musicaux qui le dynamisent, il se parle, il utilise l'imagerie mentale, etc. Les entraîneurs ont aussi conçu des techniques de préparation psychologique. Là, comme ailleurs, ils n'ont pas attendu le spécialiste scientifique pour agir. Mais, de même que pour la biologie, ils savent désormais profiter de l'apport des recherches scientifiques.

29Les techniques de préparation psychologique trouvent leur origine dans les thérapies psychologiques. On s'est d'abord intéressé à la maladie et on a cherché à la guérir ou à soulager le malade. Dans un deuxième temps, on a cherché à améliorer le rendement humain. Ce n'est que récemment que la préparation psychologique a pris un essor important. D'abord en sport, avec la recherche de performances toujours plus élevées, puis dans le domaine du travail pour engendrer un rendement supérieur. Les techniques de préparation psychologique sont désormais fortement utilisées dans le domaine des entreprises. D'une manière générale, il convient de développer la confiance du sujet. Les thérapies puisent leurs sources théoriques à divers courants psychologiques. Il y a déjà deux grandes tendances : d'une part, ce qui provient de la psychologie clinique, notamment de la psychanalyse et, d'autre part, ce qui provient de la psychologie expérimentale avec les techniques comportementales.

30Les premières trouvent souvent une base dans l'hypnose. Elles comprennent, notamment, les techniques de relaxation, la sophrologie, l'hypnose eriksonnienne, le yoga. Les secondes se fondent sur les travaux des behavioristes, puis des cognitivistes. Elles se divisent en thérapies réflexologiques au sens strict, les thérapies cognitivistes et les thérapies sociales (Gaultier, 1985).

Les techniques de relaxation

31On distingue en général les méthodes globales et les méthodes analytiques. Les premières, dont la principale est le training autogène de Schultz, recherchent une décontraction générale dès le début du travail. Elles reposent sur des fondements psychologiques. Les secondes, dont la plus connue est la relaxation progressive de Jacobson, font d'abord appel à des relâchements de quelques muscles pour progressivement étendre la relaxation à tout le corps.

32Selon Schultz, lors du training autogène, le sujet recherche par autosuggestion le relâchement le plus complet. Il s'agit "d'induire par des exercices physiologiques et rationnels déterminés une déconnexion générale de l'organisme qui permet toutes les réalisations propres aux états authentiquement suggestifs" (Schultz, 1987). Chez le sportif, cette méthode, en diminuant le stress de la compétition, va améliorer son adaptation à la situation. Elle permet aussi une meilleure récupération. Elle joue donc un rôle important dans les sports de durée. Elle favorise également l'apprentissage technique. Au cours de la séance, le sujet est placé dans un environnement où les stimuli sont très faibles : demi-obscurité, température moyenne, etc. A partir d'une attitude corporelle de repos, on lui demande de faire l'expérience de la pesanteur puis de la chaleur. Ensuite il s'exerce au contrôle de la respiration et de la fréquence cardiaque. La méthode comprend différents cycles.

33La méthode de Jacobson se fonde sur des données physiologiques. Le relâchement musculaire engendre une transformation du psychisme. L'émotion cesse si les muscles sont totalement relâchés. C'est donc sur l'état musculaire que porte l'effort d'attention.

L'imagerie mentale

34Cette technique permet d'abord, nous l'avons mentionné, d'améliorer les habiletés. Un certain nombre de travaux ont effectivement montré son efficacité. Richard Schmidt (1992) présente les résultats d'une recherche à l'issue de laquelle les sujets n'ayant réalisé qu'une préparation mentale ont des résultats identiques à ceux qui ont effectué une pratique physique de l'exercice. La figure 5 indique l'évolution de la performance des trois groupes composant l'expérience, ceux qui n'ont subi aucun entraînement, ceux qui n'ont fait que de la préparation mentale, ceux qui ont régulièrement effectué l'exercice. Mais d'autres recherches n'ont pas fourni des résultats aussi nets. Une synthèse des travaux réalisés dans ce secteur amène les spécialistes à penser qu'il y a effectivement un effet, mais variable selon les sujets, et qu'une combinaison de pratique mentale et de pratique physique est supérieure à une pratique mentale seule (Schendel et Hagman, 1991).

Figure 5 - Evolution de la performance de trois groupes de sujets. Le premier effectuant un entraînement physique, le deuxième un entraînement mental et le troisième aucun entraînement (d'après Schmidt, 1992).

35Comment expliquer cet effet de la répétition mentale sur la performance ? Plusieurs théories essaient de répondre à cette question. La première théorie fait appel à des contractions musculaires extrêmement faibles mais réelles. Des enregistrements de l'activité musculaire, des électromyogrammes montreraient une légère activité pendant la répétition mentale. Il s'agirait donc d'un entraînement physique. Pour une deuxième théorie, dite de l'apprentissage symbolique, "l'entraînement mental permet d'essayer différentes stratégies au niveau cognitif, d'explorer des possibilités visant à éviter et à corriger des fautes, de déterminer la séquence des mouvements, d'envisager 1a conséquence de certaines actions..." (Baker et coll., 1992). La troisième théorie postule que l'imagerie mentale élève la motivation du sujet.

36L'imagerie mentale peut également servir à moduler la vigilance. Grâce à la visualisation de la compétition, le sujet peut arriver à contrôler son degré d'activation au moment crucial. L'athlète se prépare et possède ainsi une certaine maîtrise du stress compétitif. Il peut aussi utiliser l'image mentale pour élever son activation. Steve Backle, le lanceur de javelot, déclare dans l'article de Jones et Hardy, cité plus haut, que sa stratégie pour se mettre sous tension psychologique est de visualiser le moment de la compétition, de se mettre dans des situations telles que celle où il est deuxième et où il ne lui reste qu'un essai pour gagner (Jones et Hardy, 1990, p. 252).

37Dans ce chapitre nous avons essayé de résumer l'essentiel de la préparation psychologique, mais nous rappelons qu'il s'agit d'un secteur de recherche qui s'est fortement développé. Le dernier congrès de préparation mentale qui s'est tenu à Orebro (Suède) en 1991 en témoigne. Plus de 300 spécialistes issus de plus de 30 pays différents ont exposé leurs travaux. Etant donnée l'étendue de ce domaine, certains aspects n'ont donc pas été présentés dans ce texte, tel celui qui concerne l'attention.

38Le lecteur pourra se référer à : THOMAS (R.).- La préparation psychologique du sportif. Paris: Vigot, 1991.

Bibliographie

Références

APTER (M.J.).- The experience of motivation. The theory of psychological reversais. Londres: Academic Press, 1982.

BAKER (F.C.), WHITING (H.T.A.), VAN DER BRUG (H.).- Psychologie et pratiques sportives. Paris: Vigot, 1992.

BANDURA (A.).- Self-efficacity conception of anxiety. In: Anxiety and self-focused attention. R. Schwarzer, R.A. Wicklund (Eds). Chur: Harwood Academic Publisher, 1991.

FLODERUS-MYRRHED (B.), PEDERSEN (N.), RASMUSSON (I.).- Assessment of heritability for personality based on a short form of the Eysenck Personality Inventory. Behavior genetics, 1980, no 10, pp. 153-162.

GAULTIER (C.).- Une application des théories de l'apprentissage : les thérapies comportementales. In : Manuel de psychologie. J. Mathieu, R. Thomas (Eds). Paris: Vigot, 1985.

HARDY (L.), FAZEY (J.).- The inverted-U hypothesis: a catastrophe for sport psychology? Vancouver, Annual conference of the north american society for the psychology of sport and physical education. New York: John Wiley, 1987.

JONES (J.G.), HARDY (L.).- Stress in sport: experiences of some elite performers. In: Stress and performance in sport. J.G. Jones et L. Hardy (Eds). New York: John Wiley, 1990.

KERR (J.H.).- Structural phenomenology, arousal and performance. Journal ofhuman movement studies, 1987, 13, pp. 211-229.

KOBASA (S.), MADDI (S.), KAHN (S.).- Hardiness and health: a prospective study. Journal of personality and social psychology, 1982, no 42, pp. 168-177.

LAZARUS (R.S.), FOLKMAN (S.).- Stress, appraisal and coping. New York: Springer Publishing Company, 1984.

LUMSDEN (D.P.).- Is the concept of stress of any use, anymore? In: Contributions to primary prevention in mental health. D. Randall (Ed). Toronto: Toronto national office of the canadian health association, 1981.

MARTENS (R.).- Sport competitive anxiety tests. Champaign: Human Kinetics Publishers, 1977.

OXENDINE (J.B.).- Psychology of motor learning. Englewood Cliffs: Prentice Hall, 1984.

SANDERS (A.F.).- Towards a model of stress and human performance. Acta psychologica, 1983, no 53, pp. 64-97.

SCHENDEL (J D.) HAGMAN (J.D.).- Long term retention of motor skills in training for performance. New York: John Wiley, 1991.

SCHMIDT (R.).- Apprentissage moteur et performance. Paris: Vigot, 1992.

SCHULTZ (J.H.).- Le training autogène. Paris: PUF, 10e ed, 1987.

SVEBAK (S.).- Sport and personality. In: Sport, medicine and health. G.H.P. Hermans, W.I. Mosterd (Eds). Amsterdam: Elsevier, 1990, pp. 87-96.

VANEK (M.), CRATTY (B.J.).- Psychology and the superior athlete. New York : McMillan, 1970.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Modèle de relation entre le stress et la performance (d'après Sanders, 1983).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 2 - Relation entre le niveau d'activation et la performance.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 3 - Influence du niveau de difficulté de la tâche sur la relation activation  performance (d'après Oxendine, 1984).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4 - Le modèle catastrophe (d'après Hardy et Fazey, 1987).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 5 - Evolution de la performance de trois groupes de sujets. Le premier effectuant un entraînement physique, le deuxième un entraînement mental et le troisième aucun entraînement (d'après Schmidt, 1992).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteur

Professeur des Universités. Directeur du Centre de recherches en activités physiques et sportives. UFRSTAPS, Université de Paris X, 200 avenue de la République - 92000 Nanterre.

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search