Version classiqueVersion mobile

Cognition et performance

 | 
Jean-Pierre Famose

Troisième partie. Habileté et difficulté de la tâche

Les aptitudes

Raymond Thomas

Texte intégral

1Le psychologue cherche à établir des lois générales mais il observe que selon les individus les résultats de ces expériences diffèrent. Il a donc été amené à s'intéresser aux différences interindividuelles dans le cadre de ce que l'on nomme la psychologie différentielle. L'un des chapitres de ce domaine concerne l'étude des aptitudes, c'est-à-dire des dispositions stables permettant de réussir dans certaines tâches. Le sport constitue l'activité typique qui met en relief les aptitudes physiques. La compétition est destinée à révéler le meilleur. Si le champion réussit à s'imposer, il le doit certes à sa technique mais aussi à des qualités physiques particulières. Dans le domaine intellectuel, on a coutume de considérer que si certaines personnes réussissent mieux que d'autres, cela est dû à une disposition particulière et l'on traduit cette idée par le concept d'intelligence. Un nombre considérable de recherches a été effectué pour analyser cette notion, notamment en relation avec la réussite scolaire. Les spécialistes ont tenté d'en préciser l'origine en l'imputant à l'hérédité, au milieu social, ou au milieu familial. Ils ont aussi voulu évaluer cette notion et la mesurer. Le domaine moteur a été exploré un peu plus tard en liaison avec le milieu industriel. Le taylorisme qui préconisait de mettre "the right man in the right place" devait rechercher une correspondance étroite entre un profil de poste et un profil d'aptitudes. De nombreux travaux ont donc été menés pour essayer de définir les aptitudes correspondantes à tel poste de travail.

APTITUDE, CAPACITE, HABILETE

2Etant donné que le facteur explicatif de la réussite à un certain nombre de tâches peut être attribué à l'hérédité ou au milieu, le psychologue a été amené à distinguer aptitude et capacité, l'aptitude étant la part due à l'hérédité et la capacité ce qui est observé, c'est-à-dire ce que l'influence du milieu a fait de l'aptitude. Les termes anglais prêtent aussi à confusion. Skill, ability, fitness sont toujours difficiles à traduire. Pour les auteurs français classiques, le mot anglais ability recouvrirait sans distinction les mots français aptitude et capacité. Mais, répétons-le, "l'aptitude est le substrat constitutionnel d'une capacité, préexistant à celle-ci, qui dépendra du développement naturel de l'aptitude, de la formation éducative..." (Piéron, 1979). Pour les auteurs anglo-saxons, l'ability est un attribut individuel relativement stable permettant de réussir dans une tâche. Mais les auteurs insistent sur le fait qu'une partie de l'ability est héritée, et ils font même certaines fois la distinction entre ability (aptitude) et capability (capacité). Richard Schmidt, dans son ouvrage Apprentissage moteur et performance (1992), écrit : "les scientifiques qui étudient les différences individuelles dans la performance utilisent généralement la notion d'aptitude définie comme une caractéristique héritée, relativement persistante, stable d'un individu, qui sous-tend ou supporte divers types d'activités motrices et cognitives ou habiletés motrices. On pense que les aptitudes sont en grande partie définies génétiquement et qu'elles ne sont pas essentiellement affectées par l'expérience".

3Si l'on distingue aptitude et capacité, il est évidemment beaucoup plus facile d'apprécier celle-ci que celle-là. Pour estimer l'aptitude, les chercheurs ont fait appel à des méthodes statistiques appliquées à la comparaison de performances de jumeaux élevés dans le même milieu avec celles de jumeaux élevés dans des milieux différents. Ils ont également comparé des jumeaux homozygotes avec des jumeaux hétérozygotes, ce qui a donné naissance au concept d'héritabilité. Les chercheurs ont montré que l'influence de l'hérédité était très importante dans le cas des facteurs explicatifs de la réussite sportive et même du choix de la discipline (Thomas et coll., 1989).

4Mais l'essentiel des recherches a porté sur les capacités. Il règne actuellement une certaine confusion entre les deux termes aptitude et capacité. Du fait que, souvent, le terme aptitude est entendu dans ce même sens de disposition observée à un moment donné, nous emploierons indifféremment les deux mots dans ce sens général. Les capacités sont destinées à expliquer la réussite dans diverses habiletés. Une habileté étant un niveau de compétence dans une tâche particulière, comme grimper à la corde ou jouer du piano. Toutes les habiletés nécessitent trois étapes : perceptive, cognitive et motrice. Mais, suivant le type d'habileté, les contributions des processus perceptifs, cognitifs et moteurs varient. Dans cet ordre d'idée, il est évident qu'une grande différence existe, par exemple, entre l'habileté à sauter en hauteur et l'habileté à jouer aux échecs. Ici, nous nous intéresserons essentiellement aux habilétés qui nécessitent une part importante de processus moteurs.

ORIGINE ET DEVELOPPEMENT DES RECHERCHES

5L'origine de ce domaine de recherche se confond avec celui de la psychologie expérimentale et notamment avec l'étude des temps de réaction, car, si les chercheurs travaillent sur la perception, ils étudient aussi la réaction motrice. Dès le milieu duXIXe Donders (1868) étudie le temps de réaction à des choix multiples. Les recherches se développent avec l'étude de la communication en morse et aussi avec les travaux de Thorndike. Ce que les chercheurs vont tenter de mettre au jour, ce sont donc les aptitudes qui sous-tendent ces habiletés. Les travaux vont s'intensifier en ergonomie, puis pendant la seconde guerre mondiale et à sa suite avec les études de Fleishman.

6Dans le secteur de l'ergonomie, les spécialistes avaient exploré ce qu'ils appelaient les aptitudes psychomotrices. Friedman et Ivens (1954) notamment en décrivaient trois : la vitesse psychomotrice, aptitude à réaliser rapidement et avec précision une série de mouvements exigeant une coordination main-oeil, la coordination psychomotrice, aptitude à contrôler et à coordonner les mouvements des grands muscles du corps, et la dextérité manuelle, aptitude à manipuler des objets rapidement avec les mains.

L'ANALYSE FACTORIELLE

  • 1 La noégénèse est un processus qui engendre la connaissance, qui est source de connaissance.

7De même que dans le domaine de l'étude de l'intelligence, les recherches ont été effectuées à l'aide de l'analyse factorielle. A ce propos, il convient de rappeler qu'un facteur est une entité mathématique et que lorsque le chercheur lui donne un nom c'est en raison du fait qu'il regroupe les résultats à un certain nombre d'épreuves. Pour mesurer ce facteur, le statisticien recherche la ou les épreuves dont les résultats sont les plus corrélés avec lui. Il s'agit d'une méthode dont le but est une économie de temps. Au heu de faire subir un grand nombre d'épreuves à un sujet dont on veut apprécier les capacités, on découvre celles qui résument au mieux cette information recherchée. A la suite de Spearman et de sa méthode statistique, les chercheurs ont essayé de découvrir un facteur général, le facteur G, lequel pour Spearman mesurait la "noégénèse"1. Ce facteur était associé à des facteurs spécifiques. Puis, avec l'élaboration d'autres méthodes statistiques, les spécialistes se sont orientés vers l'analyse multifactorielle. Dans certains cas, le psychologue travaillait à partir d'hypothèses et donc réalisait à la suite du résultat de l'analyse factorielle une opération destinée à rechercher la meilleure adaptation aux hypothèses (rotation des axes) ; dans d'autres cas, le statisticien se contentait de décrire ses résultats (Analyse en Composantes Principales ou ACP). Ce travail s'est considérablement développé lorsque les psychologues ont eu des ordinateurs à leur disposition. Cette évolution que nous venons de décrire pour l'étude de l'intelligence se retrouve dans l'historique des recherches consacrées à notre domaine de l'éducation physique et du sport. Ainsi Vernon (1952) écrit : "l'existence d'un facteur général physique-athlétique se manifeste nettement, ainsi que celle de facteurs de groupe clairement distincts dans les types différents de performance athlétique. [...] Jones et Seashore soulignent que les capacités musculaires globales ont un degré de généralité plus élevé que les capacités analytiques et qu'il est beaucoup plus légitime de parler d'un facteur athlétique général que d'un facteur moteur général". Mais ce facteur général fait rapidement place à une pluralité de facteurs.

LES TRAVAUX DE FLEISHMAN

8C'est Fleishman qui va décrire ce secteur de capacité athlétique général à l'aide de l'analyse statistique multidimensionnelle. Nous avons synthétisé ses résultats à l'aide d'un modèle (Thomas, 1975) reproduit à la figure 1.

9Les travaux de Fleishman ont fondé les recherches destinées à mettre au point des instruments de détection des talents en sport. A partir de ce modèle et des tests proposés pour mesurer les divers facteurs, nous avons essayé de caractériser le profil d'un certain nombre de sportifs en soumettant des spécialistes de haut niveau à la batterie de tests censée apprécier toute la motricité athlétique. Il apparaît que certains facteurs sont plus importants que d'autres. La force explosive, notamment, est une capacité fondamentale pour la réussite sportive. Etant donné que les capacités peuvent être étudiées par différentes sciences, il est d'ailleurs possible de proposer une certaine correspondance entre l'approche du psychologue et celle du physiologiste en considérant les diverses filières énergétiques décrites à partir de l'Adénosine Triphosphate ou ATP. Et le Sargent Test est utilisé par les scientifiques issus des deux disciplines. Pour les physiologistes, il est censé mesurer le potentiel anaérobie et, pour les psychologues, le facteur force explosive (Thomas et coll., 1987).

  • 2 La méthode adoptée est la même que celle utilisée pour l'étude de la personnalité dans le cadre de (...)

10Il faut cependant retenir que l'analyse factorielle est un outil statistique qui ne prend en compte que les données que l'on lui fournit. Il ne peut ressortir à la fin du traitement mathématique que ce qu'on a introduit au départ. En d'autres termes, si l'on oublie certains aspects du domaine que l'on veut étudier, ces aspects ne ressortiront pas de l'analyse. Fleishman a réalisé son travail en répertoriant les tests qui étaient utilisés dans les diverses universités américaines. Ceci constituait sa base de départ. Il en a extrait un échantillon2. Mais, du fait qu'il n'a pas incorporé d'épreuves d'effort de longue durée - la course la plus longue qui génère le facteur stamina était de 600 yards-, il n'est pas apparu de facteur reflétant ce type de capacités. La filière aérobie est par suite mal représentée dans le modèle de Fleishman. Par ailleurs, nous sommes ici dans le domaine bio-énergétique et le domaine bio-informationnel n'est guère pris en compte.

Figure 1 - Modèle de Fleishman.

LES DIFFERENTS TYPES DE CAPACITES

11Les sports sont divers et un certain nombre d'aptitudes pour le succès relèvent des domaines perceptif et cognitif. Ce modèle de Fleishman concernant la motricité athlétique ne permet que partiellement leur analyse. Si nous prenons en considération les aspects perceptifs et cognitifs, les habiletés peuvent se situer, d'une part le long d'un continuum allant du perceptif au moteur et, d'autre part, elles peuvent être simples ou complexes. Ceci amène Dennis Holding (1989) à proposer un schéma comprenant deux axes perpendiculaires définissant un plan sur lequel on peut placer les diverses habiletés (figure 2).

12Pour Holding, la dimension perceptif  moteur correspond aussi à controlé  automatique. Les activités à caractère perceptif sont aussi les habiletés ouvertes et les activités motrices sont les habiletés fermées. Par ailleurs, sur l'autre axe les activités complexes correspondent aux habiletés fines et les activités simples aux habiletés globales. Il convient donc de prendre en considération ces dimensions. Le lecteur intéressé par la classification des tâches motrices pourra se reporter à l'ouvrage : Apprentissage moteur et difficulté de la tâche (Famose, 1990).

Figure 2 - Classification de Holding.

LE SECTEUR DE LA PSYCHOMOTRICITE

13Dans une autre série d'études, Fleishman, en utilisant la même méthode que précédemment, c'est-à-dire l'analyse factorielle, a étudié les capacités perceptivo-motrices. Ses travaux ont permis de mettre au jour une autre série de facteurs : la précision du contrôle, la coordination multi-membres, l'orientation de la réponse, le temps de réaction, la vitesse de mouvement des bras, le contrôle de la vitesse, la dextérité manuelle, la dextérité des doigts, la sûreté du bras, la vitesse de l'ensemble poignet-doigts et le pointage (ou visée). Ces facteurs ont une importance variable suivant le type d'habileté considéré. Ainsi, dans le tir au pistolet, les facteurs du premier modèle (figure 1) ne jouent pas un grand rôle ; en revanche, le pointage, la sûreté du bras sont évidemment des capacités décisives. Evidemment, en haltérophilie ou en lancer de disque, ce sont essentiellement des facteurs du premier modèle qui conditionnent la réussite.

LE DOMAINE COGNITIF

14Comme nous l'avons déjà mentionné, le domaine cognitif a été fortement prospecté. Afin de présenter un outil général de diagnostic et de sélection pour le secteur de l'ergonomie, Fleishman le prend en compte dans ses dernières publications. Il établit ainsi une liste de toutes les aptitudes humaines et en recense 52 qui sont répertoriées au tableau 1.

15Pour le domaine qui nous intéresse, celui des activités physiques et sportives, il est évident que ce sont d'abord les aptitudes athlétiques, puis ensuite les aptitudes perceptivo-motrices qui présentent de l'importance. Les aptitudes intellectuelles sont de moindre intérêt. Les recherches menées en psychologie du sport sur la relation entre réussite sportive et quotient intellectuel n'ont guère donné de résultat. Cependant, certaines des aptitudes répertoriées dans le domaine cognitif, comme l'orientation spatiale, jouent un rôle non négligeable.

DETERMINATION DES APTITUDES REQUISES POUR LA REUSSITE DANS UNE TACHE MOTRICE

  • 3 Alors qu'en éducation physique les instructions ont évolué d'un travail sur les groupes d'aptitudes (...)

16La connaissance des aptitudes qui conditionnent la réussite dans une tâche est une opération importante pour le pédagogue et pour le technicien sportif. L'enseignant en EPS doit évidemment savoir quelles aptitudes il sollicite lorsqu'il demande à l'élève d'effectuer telle tâche3. L'entraîneur ne peut bâtir un plan cohérent de perfectionnement du sportif dont il a la charge que s'il sait quelles sont les aptitudes requises dans la spécialité dont il s'occupe. La détection de talents repose sur l'appréciation des aptitudes fondamentales sollicitées par la discipline. Ce domaine de la détection a d'ailleurs été à l'origine d'un grand nombre de recherches et, dans divers pays européens, les travaux de Fleishman ont servi de point de départ à l'élaboration de batteries de tests. En France, c'est à partir de notre étude sur la réussite sportive que les essais de détection ont trouvé leurs fondements pour l'élaboration de batteries de tests. Par la suite, on a introduit d'autres épreuves sans tenir compte de la logique de l'opération à mener. C'est ainsi que l'on a ajouté le multi-bond qui est saturé en force explosive, laquelle était déja appréciée dans le saut en longueur sans élan.

1. Compréhension orale

30. Attention sélective

2. Compréhension écrite

31. Partage du temps

3. Expression orale

32. Force statique

4. Expression écrite

33. Force explosive

5. Fluidité des idées

34. Force dynamique

6. Originalité

35. Force du tronc

7. Mémorisation

36. Etendue de la souplesse

8. Sensibilité aux problèmes

37. Souplesse dynamique

9. Raisonnement mathématique

38. Coordination globale du corps

10. Facilité numérique

39. Equilibation globale du corps

11. Raisonnement déductif

40. Résistance

12. Raisonnement inductif

41. Vision proche

13. Ordonnancement de l'information

42. Vision lointaine

14. Flexibilité catégorielle

43. Discrimination visuelle des couleurs

15. Vitesse de regroupement d'informations

44. Vision nocturne

16. Flexibilité de regroupement d'informations

45. Vision périphérique

17. Orientation spatiale

46. Perception de la profondeur

18. Visualisation

47. Sensibilité à l'éblouissement

19. Vitesse perceptive

48. Audition générale

20. Précision du contrôle

49. Attention auditive

21. Coordination multi-membres

50. Localisation des bruits

22. Réponse d'orientation

51. Compréhension du discours

23. Contrôle d'objets en mouvement

52. Clarté du discours

24. Temps de réaction

25. Sûreté de la position bras-main

26. Dextérité manuelle

27. Dextérité des doigts

28. Vitesse poignet-doigts

29. Vitesse de mouvements des membres

Tableau 1 - Liste des aptitudes (d'après Fleishman et Quaintance, 1984).

17Comment, dès lors, établir ce profil d'aptitudes requises par une tâche, par une discipline sportive ?

  • 4 En ce qui concerne la gymnastique, cet avantage se démontre par la biomécanique (voir Astrand et Ro (...)

18Pour cela, différentes méthodes se présentent. La première consiste à demander à des experts de donner leur avis sur cette question. Il est même possible d'affiner cette méthode en utilisant des procédures de mises en relation de jugements d'experts comme dans la méthode Delphi. On procède à des allers et retours d'information en demandant à chaque fois aux experts s'ils modifient leurs jugements. Se dégage alors progressivement le véritable noyau des experts. La seconde méthode consiste à réaliser une analyse comportementale du pratiquant. Une observation méthodique permet d'effectuer un profil des aptitudes requises. La troisième méthode enfin réside dans l'étude des champions. On peut les comparer avec des spécialistes de valeur moindre et rechercher les différences de capacités. Il convient d'être attentif au fait que ceux que l'on compare aux champions possèdent déja une forte pratique car les aptitudes requises dans une tâche peuvent varier avec le temps de pratique comme nous le verrons plus loin. Dans les sports qui se mesurent, on peut mettre en corrélation les résultats avec la quantification des diverses capacités. Mais puisque le sport est une activité qui, au moins, hiérarchise les concurrents, on peut aussi montrer l'effet de certaines variables en séparant des groupes de haut niveau en fonction du classement. Nous avons pu ainsi vérifier notre loi d'extrémisation en ce qui concerne la stature (Thomas, 1975). La taille joue un rôle primordial dans toutes les disciplines. Dans certains sports, tels le basket-ball ou le volley-ball, une taille élevée est un facteur favorisant, dans d'autres, tels la gymnastique ou le football, une petite taille constitue un avantage4. Dans une spécialité quelconque, l'écart, e, entre la moyenne des tailles des pratiquants Tp et la moyenne de celles des champions Tc, est fonction : d'une part, de la distance entre la taille moyenne de la population Tg et, d'autre part, du taux de sélection, c'est-à-dire du rapport entre l'élite et la pratique. La relation serait la suivante : e = kd (1/ts), formule dans laquelle e est défini plus haut, k est une constante, d est l'écart entre entre Tp et Tg et ts est le taux de sélection. Nous avons pu vérifier pour un très grand nombre de disciplines qu'il existe toujours une extrémisation de l'élite en séparant dans les grandes compétitions, où l'on classe au moins trente concurrents (jeux olympiques, tournois internationaux), les quinze premiers des quinze suivants. Nous n'avons jamais pu mettre en défaut cette loi représentée à la figure 3.

Figure 3 - Loi de l'extrémisation de la taille.

19Il existe donc plusieurs méthodes pour estimer les aptitudes requises dans une tâche. En ce qui concerne le sport, il est évident que la meilleure consiste à utiliser les résultats. Nous sommes en présence d'une activité dont le résultat se mesure et il est logique de profiter de cet avantage. Les méthodes faisant appel à des experts et à des échelles de difficulté ont été conçues par Fleishman pour le domaine industriel. Dans ce cadre, elles sont très utiles mais moins efficaces que les méthodes que l'on peut utiliser en sport où les données contiennent plus d'information puisqu'elles se situent au moins sur une échelle ordinale et même souvent sont issues d’une échelle de rapport.

20Les aptitudes requises pour la réussite dans une tâche varient en fonction du niveau de pratique. Au début d'un apprentissage, certaines aptitudes permettent une meilleure performance puis, avec la poursuite de la pratique et l'amélioration de la technique, ce sont d'autres aptitudes qui sont sollicitées. Fleishman a montré ce phénomène grâce à diverses expériences (Thomas et coll., 1989). Au début, le résultat dépend plutôt de facteurs qualifiés de cognitifs, telle l'orientation spatiale, puis, avec la pratique, de facteurs kinesthésiques et moteurs. Il faut cependant noter que les expériences de Fleishman ont porté sur des tâches de coordination et qu'il serait peut-être aventureux d'étendre ce phénomène à des épreuves athlétiques, tel le lancer de poids, pour lesquelles la variation portera davantage sur les groupes musculaires sollicités.

21En conclusion, nous dirons qu'une tâche peut être décrite en fonction des aptitudes nécessaires pour la réussite. Nous noterons aussi que, dans notre domaine sportif, ce sont surtout les aptitudes de motricité générale, c'est-àdire celles recensées au tableau 1, qui sont importantes. Elles semblent d'ailleurs l'être aussi pour un certain nombre de métiers puisque Fleishman, dans l'exemple qu'il donne, ne prend en compte que ces dix habiletés (Fleishman et Quaintance, 1984).

VARIATION DES APTITUDES

22Les aptitudes varient en fonction de divers facteurs tels que l'âge ou le sexe.

Aptitude et âge

23Les aptitudes varient avec l'âge. Elles se développent, arrivent à maturité et déclinent. Selon le type d'aptitude, le développement est plus ou moins précoce et sa chute plus ou moins rapide. Mais la structure même des aptitudes change peut-être. Notamment la structure des aptitudes motrices, celles qui concernent la figure 1, se transforme pendant l'enfance. Au fur et à mesure que l'enfant grandit les capacités paraissent se différencier. En d'autres termes, on observe d'abord un facteur général plus important qu'à l'âge adulte, puis l'importance de ce facteur général diminue. L'analyse factorielle appliquée à des résultats aux tests de Fleishman sur des enfants d'âges différents montre en tout cas ce phénomène (Thomas, 1986). Dans cette intention, nous avons fait subir à des échantillons de jeunes de 14, 15 et 17 ans dix tests : une épreuve d'équilibre, une course de 50 m départ arrété, une course de 600 m, une épreuve de souplesse dynamique, une épreuve de force abdominale, une épreuve de traction à la barre fixe, une course de navette, un lancer de balle lestée, un saut en longueur à pieds joints sans élan, une épreuve de coordination. L'analyse factorielle des résultats par groupe d'âge montre que la contribution au premier axe diminue au fil des ans. Elle est de 42 % à 14 ans, de 35 % à 15 ans et de 33 % à 17 ans. La contribution au deuxième axe diminue également. En d'autres termes, la structure factorielle se morcelle avec l'âge. Une sorte de facteur g moteur se différencie progressivement. Il faut cependant indiquer que cette constatation statistique pourrait être le résultat d'un artefact. Plus les enfants sont jeunes et plus une différence d'âge joue un rôle important dans le résultat à un test. La capacité augmente plus rapidement lorsque l'on est très jeune. La courbe de développement présente une accélération décroissante. De ce fait, des variations de quelques semaines chez les très jeunes enfants peuvent engendrer des variations sytématiques de capacités et donc les corrélations observées entre deux variables peuvent simplement être dues à l'influence de ce décalage de quelques semaines. Cet artefact diminue au fur et à mesure que les groupes d'enfants considérés sont plus âgés.

24Après la maturité, les capacités diminuent. Cette baisse varie selon les capacités. Certaines décroissent très rapidement. Fleishman avait procédé, lors de ses recherches sur la motricité athlétique, à des étalonnages de ses tests. Les courbes de développement montrent que, dans l'ensemble, les performances augmentent rapidement jusque vers 16 ans puis plafonnent (Fleishman, 1964). Les physiologistes de leur côté ont établi des normes. LeV02 max diminue d'environ 30 % entre 20 et 65 ans, et plus chez le sujet entraîné que le sujet non entraîné ; mais le sujet entraîné de 60 ans obtient des résultats supérieurs au sujet non entraîné de 35 ans (Brooks et Fahey, 1987).

25Le lecteur trouvera chez Welford (1977) un ensemble de données sur la diminution des capacités physiques avec l'âge, notamment en ce qui concerne la force des différents groupes musculaires et les temps de réaction à divers types de stimuli.

Aptitude et sexe

26Le premier facteur qui influence nombre de performances motrices est la stature. Or la femme est plus petite que l'homme. Aux Etats-Unis, la taille moyenne adulte de l'homme est de 174,6 cm et celle de la femme de 162 cm. En France, l'enquête santé de l'INSEE de 1970 donnait les chiffres indiqués au tableau 2.

27Il convient d'ailleurs de remarquer que les tailles moyennes augmentent au fil des générations, le processus étant nettement moins prononcé pour les femmes. Les biométriciens n'ont pas d'explication à proposer pour cette différence d'accroissement des tailles.

28Cet écart de taille moyenne entre l'homme et la femme explique notamment une partie de la différence de force. En général, la force de la femme représente 65 % de celle de l'homme (Snook et Ciriello, 1974). Mais elle n'explique pas la supériorité de l'homme en ce qui concerne leV02 max. La figure 4 montre l'évolution respective de cette capacité en fonction du sexe et de l'âge. Nous voyons que la différence est minime pendant le jeune âge puis que l'écart se creuse rapidement. Il en est ainsi de nombreuses aptitudes motrices comme l'indiquent les normes des tests de motricité.

Hommes

Femmes

20- 29 ans

172,5

161,5

30- 39 ans

171,0

160,5

40- 49 ans

170,0

160,5

50- 59 ans

169,0

160,5

60- 69 ans

168,0

160,0

70 et plus

168,0

159,0

Tableau 2 - Tailles moyennes des hommes et de femmes selon l'âge. (Source INSEE. Economie et statistique, avril 1981, no 132).

Figure 4 - Evolution de la V02 max en fonction de l'âge et du sexe.

29Sur certains aspects la femme s'avère supérieure à l'homme, notamment en souplesse. La moyenne de l'amplitude articulaire de nombreux mouvements est plus grande chez la femme comme l'indique le tableau 3.

Hommes

Femmes

Flexion de la hanche

Abducation des épaules

59,8

61,4

genoux en extension

Flexion de la hanche

83,5

86,8

genoux fléchis

117,5

121,0

Tableau 3 - Angle articulaire maximum (en degrés) selon le sexe (d'après la NASA, 1978).

30On observe également des différences dans certains facteurs de la sphère cognitive au profit de l'homme, notamment en aptitude spatiale et en aptitude mathématique (Baker, 1987). Mais il est évidemment difficile d'en préciser la cause. Elle peut être due au milieu social.

31Les aptitudes varient aussi en fonction d'autres facteurs tels que les catégories socio-professionnelles. On sait notamment que la taille moyenne est liée à la catégorie socio-professionnelle. Dans tous les pays européens, on constate l'ordre suivant du plus petit groupe au plus grand : ouvriers, employés, cadres moyens, cadres supérieurs. Cette différence de stature engendre des différences de capacités motrices. Mais d'autres raisons peuvent expliquer les écarts entre les capacités moyennes des groupes sociaux (Thomas, 1992).

32Les capacités d'un individu varient aussi au cours d'une journée. Il existe un rythme biologique qui permet d'obtenir de meilleures performances à certains moments du jour. Les résultats à des tests de capacité physique varient aussi en fonction de la motivation du sujet. Le stress enfin joue également un rôle important.

Bibliographie

Références

ASTRAND (P.O.), RODAHL (K.).- Textbook of work physiology. New York: Mc Graw Hill, 1970.

BAKER (M.A.).- Sex differences in human performance. New York: John Wiley, 1987.

BROOKS (G.A.), FAHEY (T.D.).- Fundamentals of human performance. New York: McMillan Publishing Company, 1987.

DONDERS (F.C,).- Die schnelligkeit psychischer processe. Arch. Anat. Physiol., 1968, pp. 675-681.

FAMOSE (J.P.).- Apprentissage moteur et difficulté de la tâche. Paris: INSEP-Publications, 1990.

FLEISHMAN (E.A.).- The structure and measurement of physical fitness. Englewood Cliffs: Prentice Hall, 1964.

FLEISHMAN (E.A.), QUAINTANCE (M.K.).- Taxonomies of human performance. New York: Academie Press, 1984, pp. 348-349.

FRIEDMAN, (G.), IVENS (F.).- Factor analysis of the airman classification battery AC-IB; the uses general aptitude test battery, experimental visualization and spatial tests, and psychomotor tests. Air force personnel and training research center. Lackland and Air force base, San Antonio, Texas. Research bulletin, AFTPRC-TR-5457, 1954.

HOLDING (D.).- Human skills. New York: John Wiley, 2e éd., 1989.

NASA.-Anthropometric Source Book, Volume I: anthropometry for designers.

NASA Reference Publication 1024,1978.

PIERON (M.).- Vocabulaire de psychologie. Paris : PUF, 1979.

SCHMIDT (R.).- Apprentissage moteur et performance. Paris: Vigot, 1992.

SNOOK (S.H.), CIRIELLO (V.M.).- Maximum weights and work loads acceptable to female workers. Journal of occupational medicine, 1974, no 16 : pp. 527-534.

THOMAS (R.).- La réussite sportive. Paris : PUF, 1975.

THOMAS (R.) et coll.- Les aptitudes motrices. Structure et évaluation. Paris : Vigot, 1989.

THOMAS (R.) et coll. - La psychologie du sport de haut niveau. Paris : PUF, 1987, p. 31.

Thomas (R.), ECLACHE (J.P.), KELLER (J.).- Les aptitudes motrices. Paris : Vigot, 1989.

THOMAS (R.).- Le choix dans la pratique sportive. Analyse de facteurs d'influence. Thèse d'Etat en Lettres et Sciences humaines, Université de Tours, 1986.

THOMAS (R.).- Psychologie du sport. Paris: PUF, 4e éd., 1992.

WELFORD (A.T.).- Motor performance. In: Handbook of the psychology of aging. J. E. Biren, H.W. Schaie (Eds). New York: Van Nostrand Reinhold Company, 1977.

VERNON (P.E.).- La structure des aptitudes humaines. Paris : PUF, 1952, p. 130.

Notes

1 La noégénèse est un processus qui engendre la connaissance, qui est source de connaissance.

2 La méthode adoptée est la même que celle utilisée pour l'étude de la personnalité dans le cadre de la psychométrie. Cattell, par exemple, a recherché les adjectifs caractérisant la personnalité et en a extrait un échantillon. La procédure d'extraction d'un échantillon de variables pose évidemment des problèmes (voir les travaux de M. Reuchlin).

3 Alors qu'en éducation physique les instructions ont évolué d'un travail sur les groupes d'aptitudes à un autre sur des groupes d'habiletés (des années 50 aux années 80), en sport, ce qui compte pour accéder au haut niveau, c'est de repérer des niveaux élevés d'aptitudes. Il faut aussi remarquer qu’il serait bon que le professeur d'EPS ne néglige pas le travail des capacités.

4 En ce qui concerne la gymnastique, cet avantage se démontre par la biomécanique (voir Astrand et Rodahl, 1970).

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Modèle de Fleishman.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2 - Classification de Holding.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 3 - Loi de l'extrémisation de la taille.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 4 - Evolution de la V02 max en fonction de l'âge et du sexe.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Professeur des Universités. Directeur du Centre de recherches en activités physiques et sportives. UFRSTAPS, Université de Paris X, 200 avenue de la République - 92000 Nanterre.

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search