Version classiqueVersion mobile

Cognition et performance

 | 
Jean-Pierre Famose

Avant-propos

Jean-Pierre Famose

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les textes de plusieurs auteurs, regroupés et organisés autour du thème général de la performance, la performance motrice et la performance sportive étant des sous-catégories. En combinant, dans le titre du livre, le terme de performance avec celui de cognition, nous avons voulu mettre en évidence qu'au-delà de la diversité des domaines de recherches abordés, toutes ces contributions ont un point commun : elles participent de la même approche "cognitiviste" et "cognitive" de la performance.

2Les auteurs se réclament d'abord d'une perspective''cognitiviste''. Ils partagent en effet la même position scientifique qui est à la fois de nature théorique et épistémologique. La prise de position théorique concerne la réponse à apporter à la question : existe-t-il des activités psychologiques, des processus, ou encore des opérations mentales qui guident ou sous-tendent le comportement moteur des pratiquants et jouent ainsi un rôle fondamental dans la détermination de la performance ? Tous donnent une réponse positive à cette question et affirment que la connaissance de toutes ces activités psychologiques est non seulement fondamentale pour comprendre et analyser la performance mais aussi pour l'optimiser et la prédire. Les auteurs partagent aussi une conception méthodologique ou épistémologique fondamentale : ces réalités inobservables sont''connaissables''scientifiquement et cette connaissance peut être obtenue au moyen de la méthode expérimentale. Autrement dit, une connaissance scientifique de ces réalités psychologiques inobservables est possible en adoptant les méthodes des sciences de la nature.

3Les auteurs se réclament aussi d'une approche''cognitive''. La cognition est au centre des diverses analyses de la performance présentées dans cet ouvrage. Ce terme, dans son sens le plus général, fait référence aux opérations de création, manipulation, stockage et rappel des connaissances, qui donnent naissance à des comportements intentionnels et dirigés vers un but. Il correspond à la capacité chez l'homme à connaître le monde, à se le représenter, à le penser et par cet intermédiaire à agir sur lui. Cependant, la question des relations entre cognition et performance peut être abordée à différents niveaux d'analyse. Au plan neurophysiologique ou même neuropsychologique, elle met en rapport les influences mutuelles entre les fonctions sensorielles et motrices des différentes parties du cerveau. Au plan psychologique, qui est celui de ce livre, les relations entre cognition et action se situent à un niveau plus moléculaire. Ici, derrière le terme général de cognition, sont articulées différentes opérations qui concernent la perception, l'élaboration des représentations, la prise de décision, le contrôle de l'exécution du geste, etc. Ce qui permet d'unifier toutes ces fonctions derrière la dénomination commune de cognition et qui leur donne une cohérence entre elles tient surtout à leur lien avec le concept de traitement de l'information. C'est pourquoi, la "psychologie de la cognition" renvoie largement à l'étude du recueil, du stockage, de la transformation et du traitement de l'information chez l'homme.

4Parmi ces activités de traitement, dont cette approche postule l'existence et dont elle suppose l'influence sur la performance, plusieurs font l'objet d'articles dans cet ouvrage. C'est le cas :

  • des opérations mentales mises en jeu pour prendre une décision rapide dans les situations sportives, calculer et prendre des risques, optimiser les apprentissages moteurs, organiser ses gestes techniques.

  • des croyances du sujet concernant son habileté et sa capacité à atteindre une performance donnée, ainsi que la confiance qu'il a en lui.

  • des représentations de la difficulté de la tâche, la perception subjective du caractère plus ou moins menaçant de la situation pour l'estime de soi.

5On peut penser qu'en unifiant les différentes fonctions psychologiques évoquées ci-dessus, la notion de cognition les sépare évidemment d'un certain nombre d'autres. C'est notamment le cas de tout ce qui relève de l'affectivité, de la motivation. On pourrait dire, en effet, que dans le domaine de la cognition les phénomènes se déroulent de manière informationnelle et, dans celui de l'affectivité, de manière énergétique. Ainsi les effets s'exerceraient, dans un cas en fonction du contenu informationnel et à un bas niveau énergétique, dans l'autre à un bas niveau informationnel mais avec une forte composante énergétique. Cependant, on considère actuellement qu'une telle séparation n'est pas justifiée et que, loin de concevoir ces deux types de fonctions de manière séparée, on doit les aborder non seulement comme interagissant les unes avec les autres mais aussi comme s'interpénétrant mutuellement.

6C'est donc avec cet arrière plan cognitiviste et cognitif qu'il faut comprendre les différentes contributions présentées dans cet ouvrage.

7Afin de fournir au lecteur une brève description des thèmes abordés et aussi des questions, des propositions et des perspectives décrites dans chaque chapitre, nous proposons ci-après un bref résumé de la composition des quatre parties de l'ouvrage ainsi qu'un rapide contenu des différentes contributions.

8• La première partie, comportant un seul chapitre introductif écrit par Jean-Pierre Famose, est consacrée à la résolution de problèmes terminologiques et théoriques concernant essentiellement la notion de performance. Ce terme est utilisé avec des connotations parfois très différentes, aussi bien dans la littérature professionnelle de l'éducation physique et du sport que dans la littérature scientifique. Il est en outre employé de manière interchangeable avec plusieurs autres : résultat, échec, réussite, exploit, etc., de telle sorte que sa signification est ambiguë et mal définie. L'auteur s'attache à définir de manière précise tous ces termes dont la signification semble fondamentale pour la compréhension de l'action des différents facteurs cognitifs sur la performance. Il propose une double méthode pour y parvenir : situer chacun d'eux à l'intérieur d'une séquence temporelle d'événements survenant au cours de la séquence tâche - activité - résultat puis comparer terme à terme les différentes notions : résultat - performance ; performance - performance motrice ; performance motrice-performance sportive, performance - échec et réussite, etc.

9• La seconde partie est centrée sur un des processus cognitifs les plus importants en rapport avec la performance : la prise de décision. Quatre thèmes principaux sont abordés qui traitent de plusieurs aspects de ce processus : la prise de décision dans les activités à forte charge informationnelle (exemple des sports de raquette), l'optimisation du processus d'apprentissage moteur, la prise de risque, et enfin le problème du choix de la direction et de l'intensité du comportement en fonction des expectations et des valences.

10Jean-Jacques Temprado et Claude Alain proposent quelques éléments pour la compréhension du comportement décisionnel du joueur défenseur dans les sports de raquette. Leur article est une synthèse des recherches effectuées dans le domaine de la prise de décision du joueur défenseur. L'analyse du comportement moteur repose sur le postulat selon lequel le joueur peut être assimilé à un système de traitement de l'information. Sa tâche est d'optimiser le fonctionnement des opérations cognitives qui conduisent au déclenchement de la réponse. Pour cela, il se prépare à réagir. La stratégie de préparation est déterminée grâce à l'utilisation des informations disponibles dans l'environnement qui permettent au joueur d'élaborer une représentation de la situation-problème. Elle constitue l'espace de résolution au sein duquel sont choisies les stratégies. La représentation de la situation intègre également des éléments issus du contexte de la tâche. Ici, l'affectivité intervient dans le choix des stratégies.

11Avec Marc Durand, l'acquisition des habiletés motrices peut être analysée à partir des modèles de l'optimisation de la performance. Ces modèles rendent compte des mécanismes par lesquelles un individu s'efforce :

  • de minimiser les coûts de ses adaptations.

  • de trouver le meilleur compromis possible face à des contraintes contradictoires (vitesse et précision, force et vitesse, etc.).

12Plus un individu est expert dans une tâche donnée, plus ses réponses sont proches de la solution optimale au problème posé. On peut considérer l'apprentissage comme une recherche active de la solution optimale. Bien que peu nombreuses, les études sur ce thème révèlent que, dans une même tâche, des individus différents adoptent des stratégies variées. Ces stratégies consistent en une exploration de l'espace de travail défini par les contraintes de la tâche. Leur efficacité varie selon la capacité des individus à choisir une démarche systématique : critères précis et constants d'arrêt ou de continuation de l'exploration, dimensions pertinentes à explorer, acceptation des coûts (attentionnel et énergétique) associés à la recherche et à la succession des solutions envisagées, etc. Les pédagogues ont la possibilité de rendre ces stratégies plus efficaces. Cela nécessite de leur part des interventions qui portent spécifiquement sur les composantes de la stratégie mise en oeuvre par le débutant.

13L'exposé suivant traite de la prise de risque et Didier Delignières envisage les relations entre trois concepts fondamentaux qui sont au centre de ce domaine : le risque préférentiel, le risque perçu et la prise de risque. L'auteur propose un modèle homéostasique de la prise de risque selon lequel l'adoption d'un comportement dangereux est régie, d'une part par une perception du risque actuellement encouru et, d'autre part, par le niveau de risque attendu par le sujet, ou risque préférentiel. Dans le cadre de ce modèle, les relations entre prise de risque et facteurs de personnalité sont particulièrement développées. Enfin les prolongements didactiques de ces recherches, dans la perspective d'un apprentissage de la sécurité, notamment dans le cadre scolaire, sont envisagés.

14Jean-Pierre Famose envisage ensuite le rôle déterminant, vis-à-vis de la performance, des probabilités subjectives que se donne le sujet d'atteindre un certain niveau de performance et de la valeur anticipée que celle-ci représente à ses yeux. Ces deux variables sont appelées en psychologie cognitive, "expectation de performance" et "valence de la performanceSelon cette approche, la performance est une fonction du produit de la valence et de l'expectation. Plus le sujet croit en ses chances d'obtenir un bon résultat et plus ce résultat a de valeur pour lui, plus il s'efforcera de l'atteindre. L'interaction des expectations et de la valence de la performance détermine non seulement l'effort du sujet mais aussi la mise en oeuvre de toutes ses ressources, connaissances, habiletés, stratégies, etc. Inversement, des expectations trop basses ou des valences qui focalisent de manière exagérée sur les aspects négatifs de la performance ont des effets néfastes sur celle-ci. L'auteur montre aussi comment différents facteurs, issus du contexte, de la tâche ou du sujet lui-même, influencent ces deux variables cognitives fondamentales. Il propose enfin un modèle explicatif de la performance qui appréhende celle-ci dans sa complexité cognitive.

15• La troisième partie de cet ouvrage est davantage centrée sur la compréhension des tâches et des ressources du pratiquant qui influent sur la performance.

16Marc Durand, Valérie Geoffroi et Laurent Jacquemont proposent une analyse du concept de technique sportive dans la perspective des recherches scientifiques actuelles sur le contrôle moteur et sur l'analyse des tâches. Les analyses de la technique en sport sont fondées sur le postulat d'une invariance chez les pratiquants : il y aurait une régularité et une constance des mouvements réalisés par un même sportif ou des sportifs différents dans un même sport. Les auteurs ont analysé quelques recherches afin d'envisager quels arguments scientifiques pouvaient étayer cette conception. Elles montrent que si les adaptations des sportifs sont indéniablement orientées vers une recherche de constance ou d'invariance, cette recherche est à concevoir de façon nuancée. Elle se pose différemment lorsque le milieu est "stable" (sans incertitude) ou ''instable'' (avec certitude) et "constant (les conditions de pratiques sont toujours les mêmes) ou''insconsta" (les conditions variait). L'invariance concerne rarement les mouvements eux-mêmes, mais plutôt les dimensions cinématique et cinétique de la réponse, c'est-à-dire le niveau des processus de contrôle de la performance. Dans certains cas même, les régularités observées apparaissent comme la conséquence d'un asservissement ou d'un accord direct non contrôlé et non intentionnel avec les contraintes de la tâche. Enfin, les sportifs de haut niveau recherchent effectivement une certaine régularité dans leurs réponses et les indices environnementaux sur lesquels ils se fondent pour agir mais, dans le même temps, leurs réponses sont très malléables et adaptables, y compris dans des tâches très standardisées.

17Le chapitre suivant aborde la perception de l'effort et de la difficulté. Didier Delignières y expose un certain nombre de travaux encore peu connus en langue française sur la perception de la difficulté et de l'effort lors de la réalisation de tâches motrices. Dans un premier temps, les méthodes psychophysiques utilisées dans ce type de recherche sont rapidement présentées. Puis est proposée une revue des travaux portant sur l'étude des mécanismes fondamentaux de la perception de la difficulté et de l'effort, et notamment sur l'identification du stimulus pris en compte par les sujets. Enfin, l'influence des variables individuelles (sexe, expertise, personnalité) et contextuelles est analysée.

18Puis Jean-Jacques Temprado et Jean-Pierre Famose développent une analyse de la difficulté informationnelle et une description des tâches motrices. La difficulté des tâches motrices peut être analysée à partir de la charge qu'elles imposent au système de traitement de l'information du sujet qui les réalise. Cette modélisation repose sur les travaux réalisés avec les méthodes de chronométrie mentale, grâce à la méthode des facteurs additifs. Elle débouche sur un système de description des éléments de la difficulté informationnelle des tâches motrices. Ce système peut être utilisé par les enseignants pour manipuler la difficulté des tâches d'apprentissage. Les modalités d'utilisation du système de description des tâches motrices dans le cadre de l'EPS, son intérêt et ses limites sont envisagés dans la deuxième partie de l'article.

19Raymond Thomas s'intéresse au rôle des différences individuelles dans le domaine de la performance. Il analyse les notions d'aptitude, de capacité et d'habileté. Il montre qu'il existe des substrats constitutionnels qui permettent d'expliquer la supériorité de certains individus sur d'autres. Il présente les différentes classifications qui ont été réalisées sur les aptitudes et notamment celle de Fleishman. Il décrit également les variations des aptitudes selon différents facteurs tels que l'âge et le sexe.

20Didier Delignières souligne pour finir les rapports entre anxiété, activation et performance. Il propose une revue des derniers travaux réalisés sur le thème de l'influence du stress sur la performance. L'argumentation porte essentiellement sur les théories cognitives de l'anxiété, considérant cette dernière comme une réponse de l'organisme à la perception d'une menace. Ce modèle est analysé, discuté et des correspondances sont évoquées avec des théorisations plus anciennes, centrées sur les notions d'éveil ou d'activation. L'auteur s'est intéressé particulièrement aux relations entre anxiété et performance, ainsi qu'aux possibilités de régulation de l'anxiété dans la perspective de l'optimisation de la performance.

21• La quatrième partie de cet ouvrage est plus particulièrement consacrée à des problèmes d'interventions pratiques sur le terrain. Elle regroupe deux contributions.

22Tout d'abord, Raymond Thomas traite de la préparation psychologique des sportifs. Il montre que le stress agit sur la performance. Il étudie donc les facteurs qui conditionnent cette perturbation du comportement et notamment l'anxiété, montrant que les déterminants héréditaires sont loin d'être négligeables. Il insiste ensuite sur la dimension cognitive qui joue un rôle important dans l'influence du stress sur la performance. Après avoir présenté les différents modèles explicatifs de la relation entre stress et performance, il présente différentes techniques de gestion du stress.

23L'objet de l'article de François Cury et Philippe Sarrazin est d'exposer différentes recherches issues du domaine industriel ou sportif qui appréhendent les effets de la fixation de but (goal setting) sur la motivation et la gestion du stress. Depuis quelques années, les notions de concrétisation du but, de difficulté optimale de celui-ci, ont largement pénétré le domaine de l'éducation physique et sportive. Néanmoins, toutes les variables permettant d'optimiser cette technique n'avaient pas été explorées, pas plus que les processus sous-jacents à celle-ci. Cet article apporte des indications sur les mécanismes par lesquels la fixation de but améliore la motivation et la performance. Il propose également des illustrations concrètes sur les différentes variables - liées à la tâche, au sujet ou au contexte - à prendre en considération ainsi que des repères organisationnels utilisables par le professeur et l'entraîneur.

Auteur

Professeur des Universités.
Directeur du Centre d'étude en psychologie des APS, Laboratoire STAPS. Division STAPS, bâtiment 335, Université Paris-Sud-Orsay - 91405 Orsay cedex.

© INSEP-Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search