Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 3. Cas de récupérations spécifiques

Chapitre 20. La récupération en rugby

Charles-Yannick Guezennec et Julien Piscione

Texte intégral

Introduction

1La récupération en rugby pose le problème plus général de la récupération en sport collectif. Cet aspect, largement étudié, repose sur les bases physiologiques des activités constituées d’efforts intermittents d’intensité variable. En plus de ce type de contraintes, le rugby présente certaines particularités : important volume total de travail isométrique de poussée, nombre élevé d’impacts et de contacts, répétition de chocs, de percussions et d’exercices courts et très intenses (qui sollicitent des contractions musculaires de type excentrique). L’activité peut être délétère pour les structures membranaires des cellules musculaires et donc, à terme, pour la fonction musculaire elle-même lorsque la récupération devient insuffisante. On peut donc énoncer comme principe de base que la récupération d’un match de rugby imposera une double récupération, celle des réserves métaboliques utilisées aussi bien pour les déplacements que pour le travail musculaire isométrique, et celle des lésions musculaires et des processus inflammatoires résultant des contacts.

2Pour évaluer les temps de récupération, il faut donc connaître avec exactitude le poids des contraintes que nous venons d’énumérer. Il faut déterminer l’ampleur de la diminution des performances qui en résulte et dégager des index fiables de récupération. La maîtrise de ces paramètres doit permettre d’évaluer l’efficacité des différentes méthodes de récupération.

1. Évaluation de la dépense énergétique en match

3Plusieurs études récentes se sont attachées à évaluer le niveau de dépense énergétique lors d’un match. Les méthodes utilisées ont certes évolué avec le temps, mais toutes reposent sur un même principe : l’analyse des déplacements selon la distance et l’intensité. Les premières analyses étaient faites à partir d’un descriptif visuel établi par un observateur. En moyenne, un joueur qui reste sur le terrain 80 min fournit un effort d’une intensité le plus souvent supra-maximale de 2 à 4 s (démarrage-sprint, saut, blocage-changement de direction, duel, percussion, placage, poussée...) toutes les 30 à 40 s, ce qui représente environ 110 à 115 actions intenses par joueur et par match (Godemet 1994). Notons que ces chiffres moyens ont significativement augmenté au cours de ces vingt dernières années (Godemet 1994). Récemment, deux méthodes concurrentes d’analyse, beaucoup plus précises, se sont développées : celle, au moyen de multiples caméras, des déplacements des joueurs et celle par le port de GPS individuels. Malgré ces progrès techniques, une composante majeure de la dépense énergétique demeure très difficile à évaluer : la dépense liée au travail isométrique sans déplacement externe mesurable.

4Une revue de question publiée par Duthie et al. (2003) a permis de résumer les données obtenues par enregistrement vidéo. Cette méthode consiste à répertorier l’ensemble des actions réalisées par les différents joueurs et à leur attribuer une valeur d’intensité à partir d’une classification préalablement établie. L’avantage de cette méthode tient au fait que toutes les actions dynamiques et statiques sont prises en compte, mais l’absence de quantification directe de la dépense énergétique est un inconvénient. Les données obtenues confirment que les activités de faible et moyenne intensités représentent 85 % du temps d’un match de rugby (15 % du temps est consacré aux activités de forte intensité, différentes selon les postes). Les activités statiques sont nettement plus longues chez les avants, à cause des mêlées et des mauls : selon Robert et al. (2008), le temps total de travail statique par match est d’environ 7 min pour les avants, alors que leur temps de course rapide est de 2 min. Par contre, le temps de course rapide des arrières est plus élevé et les tacles sont plus fréquents. Les limites techniques rencontrées dans la mesure exacte des distances par enregistrement vidéo ont encouragé l’utilisation de la méthode GPS afin de mesurer précisément la distance totale parcourue lors d’un match (Cunniffe 2009). Les résultats obtenus montrent qu’elle se situe entre 7 et 8 km pour un match de niveau international (environ 11 % sont courus en sprint ou à un rythme rapide). Cette méthode confirme les différences précédemment observées entre arrières et avants, ces derniers ayant une distance totale plus élevée et les arrières des distances de sprint plus longues. L’estimation de la dépense énergétique liée aux déplacements serait, selon ces auteurs, autour de 1 400 Kcal pour les arrières et de 1 600 Kcal pour les avants. La dépense totale est certainement plus élevée, car il est actuellement très difficile d’évaluer celle des efforts statiques et celle due aux chocs, impacts, changements de direction et détente verticale. Il est donc fort probable que la dépense moyenne dépasse les 2 000 Kcal pour un match de haut niveau, ce qui correspond à un épuisement des réserves glycogéniques.

5Ces analyses successives ont mis en évidence une évolution des contraintes physiologiques du rugby de haut niveau. En vingt ans, le rugby s’est complètement transformé : moins de phases statiques, division par deux du nombre de mêlées et de touches, augmentation considérable des phases dynamiques et de défense, percussions, placages, regroupements actifs, temps de jeu collectifs et individuels plus longs. À ceci, il convient d’ajouter l’évolution des règles du jeu autorisant à présent les remplacements (et donc le « coaching »), qui permettent d’avoir sur le terrain les joueurs les plus performants. Les sollicitations physiques, physiologiques, biologiques imposent en conséquence aux joueurs certaines qualités : être plus athlétiques, posséder plus d’« explosivité » et être plus rapides sur des distances très courtes, avoir beaucoup plus de puissance au niveau des membres inférieurs mais aussi, comme l’évolution récente du jeu le démontre, dans la partie haute du corps, afin de maintenir un rythme très élevé le plus longtemps possible dans un match, de résister aux percussions répétées et, donc, de présenter une récupération rapide entre deux ou plusieurs actions intenses. Autant de qualités qui, bien sûr, prennent toute leur acuité en fonction du poste occupé sur le terrain.

6De cette analyse succincte, physique et physiologique, quatre groupes de qualités se dégagent :

  • Qualités morphologiques

  • Qualités d’explosivité, de vitesse, de puissance

  • Qualités d’endurance spécifique ou capacités à reproduire des actions techniques intenses aléatoirement réparties dans des espaces et des durées de plus en plus réduits

  • Qualités physiologiques sollicitant surtout le métabolisme glycolytique pour répéter des actions intenses de courte et de très courte durées, ainsi que le métabolisme aérobie

7Une récente étude menée sur des joueurs de sports collectifs permet d’établir une hiérarchie des différentes qualités physiologiques déterminantes pour la capacité à répéter des exercices intermittents de haute intensité comme c’est le cas en rugby (Buchheit et al. 2012). Les résultats obtenus montrent que la capacité aérobie et la vitesse de course à VO2max sont de meilleurs prédicteurs de la capacité à répéter ce type d’effort que la vitesse maximale en sprint ou les cinétiques on/off du V̇O2. L’adaptation de ces données au rugby permet de postuler le fait que la capacité aérobie est fortement impliquée dans l’aptitude globale des joueurs et qu’elle a un poids important sur la récupération entre les actions en match.

2. Estimation de la récupération métabolique

8En tenant compte des estimations de la cinétique d’utilisation des réserves glycogéniques, bien établie en fonction de la dépense énergétique, les travaux expérimentaux d’Hermanssen et Vaage (1984) montrent qu’après un effort induisant une dépense de 1 200 à 1 500 Kcal, on observe une réduction de 70 à 80 % du glycogène musculaire et que la récupération des valeurs de repos nécessite un délai de plusieurs dizaines d’heures. La resynthèse du glycogène hépatique est toutefois sensiblement plus rapide. Ces différents éléments indiquent que la vitesse de resynthèse du glycogène peut varier en fonction de chaque sujet, mais les résultats expérimentaux s’accordent sur une valeur moyenne de resynthèse de 5 à 6 mmol de glycogène par kilo de muscle et par heure, ce qui représente, après épuisement des réserves, une resynthèse de 4 % des stocks initiaux par heure de récupération. Après un effort de longue durée, il faut donc un minimum de 24 h pour reconstituer les stocks initiaux de glycogène, cette durée pouvant même atteindre 48 h. Il est donc tout à fait probable qu’après un match de rugby, la durée moyenne nécessaire à la resynthèse des réserves glycogéniques s’inscrive dans cet intervalle de temps : 24 et 48 h. Sur un plan pratique, il est important de rappeler que cette durée peut être réduite au moyen d’apports nutritionnels riches en hydrates de carbone, ce dès la fin du match, mais qu’elle peut aussi être augmentée si les entraînements intenses reprennent de façon trop précoce.

3. Évaluation des effets des chocs et des impacts, et du travail musculaire excentrique

9Il a été largement démontré que les contraintes mécaniques, diverses, s’exerçant sur le muscle aboutissent à une forte réponse inflammatoire. Le point de départ est tissulaire, puisqu’il prend son origine au niveau des structures membranaires du tissu musculaire, lequel possède des systèmes de liaisons intercellulaires sensibles aux contraintes mécaniques. Ces contraintes s’exercent au niveau de la membrane par un système de molécules d’adhésion (les intégrines), mais aussi à partir des phénomènes métaboliques intramusculaires. Cette réponse intègre donc, dans un même ensemble, la totalité des contraintes locales du muscle et déclenche une réponse systémique qui mobilise les mécanismes généraux de la réponse à l’inflammation qui, dans ce cas spécifique, se traduit par un recrutement de cellules sanguines telles que les neutrophiles et les macrophages. La régulation de la réponse inflammatoire à l’échelle de l’organisme entier est obtenue par la balance entre les cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires. Les cytokines sont des glycoprotéines solubles qui modulent les relations entre les cellules immunitaires et les cellules non immunitaires de l’organisme. Elles facilitent l’influx de lymphocytes, monocytes et autres cellules impliquées dans la réponse inflammatoire. Une grande variété de cellules et d’organes (tels le foie et le cerveau) est capable de répondre à différentes cytokines. Elles peuvent être groupées selon leur structure ou leur fonction en interleukines (IL), en interférons (INF), en facteur de nécrose tumorale (TNF), en facteurs de croissance et en chémokines. Ces cytokines peuvent être « inflammatoires », « pro-inflammatoires » ou « anti-inflammatoires ». Les réponses cytokiniques à un exercice musculaire sont constituées par une réponse précoce et intense des cytokines pro-inflammatoires, suivie par une réponse coordonnée de cytokines anti-inflammatoires (Pedersen et al. 1998), les concentrations salivaires et urinaires d’interleukine 6 (IL6, protéine pro-inflammatoire) sont augmentées après un exercice physique excentrique et/ou intense. L’augmentation de l’IL6 lors d’un exercice intense et épuisant est aussi un indicateur du niveau d’utilisation du glycogène musculaire. Les taux d’IL6 sont positivement corrélés aux concentrations sériques en myoglobine et en créatine kinase spécifique du muscle squelettique (MM3 créatine kinase), deux marqueurs de la souffrance musculaire (la réponse circulante des enzymes intramusculaires est utilisée depuis longtemps pour évaluer la souffrance musculaire à une contrainte). Le mécanisme de cette réponse suit l’évolution de la gravité des lésions musculaire. Dans un premier temps, l’élévation sanguine des taux de créatine phosphokinase (CPK) résulte d’une simple augmentation de la perméabilité musculaire, mais l’apparition de dommages plus importants des structures du muscle, et plus particulièrement les ruptures de membranes, renforce ce phénomène. Ce principe permet d’utiliser l’évolution des taux de CPK et de marqueurs immunitaires et des cytokines comme des indicateurs du niveau de la contrainte subie par le muscle pendant le match et, surtout, d’évaluer la cinétique de récupération. Il faut aussi rappeler que la réaction inflammatoire consécutive à des exercices physiques très contraignants est associée à une modulation des fonctions immunitaires. Ce fait souligne l’intérêt de surveiller simultanément l’évolution de certains paramètres de l’immunité pour suivre la récupération. Un modèle de réponse musculaire aux dommages causés par les sports de contacts a été proposé par Smith et al. (2008). Selon ces auteurs, on distingue trois phases :

  • une première phase de destruction musculaire, dont le pic se situe immédiatement après le match, mais qui peut s’étaler sur plusieurs jours,

  • une phase de réparation, dont le pic est entre le 5e et le 7e jour,

  • une phase de remodelage musculaire, qui permet de retrouver un muscle totalement fonctionnel et qui peut durer jusqu’à plusieurs semaines.

10Ces phases soulignent l’intérêt pratique et fondamental d’un travail qui a utilisé le delta d’augmentation des CPK à l’issue d’un match de rugby pour évaluer le niveau de contrainte musculaire et la cinétique de récupération (Smart et al. 2008). En effet, les résultats montrent que l’augmentation des CPK circulantes est bien corrélée avec le temps de jeu de chaque joueur et le nombre d’impacts. Ces auteurs proposent donc d’utiliser le delta CPK pour suivre la récupération individuelle de chaque joueur.

11Un travail mené par une équipe japonaise a permis de mesurer la réponse immunitaire lors de deux matchs consécutifs en rugby à 7, séparés par un intervalle de 4 h (Takahashi et al. 2007). Les paramètres étudiés étaient la numération leucocytaire, le dosage des immunoglobulines, l’évolution des compléments, le typage CDU et CD16, la réponse dynamique de l’activité phagocytaire et les taux de radicaux libres. L’ensemble de ces données montre de faibles changements après le premier match mais un net effet après le second, ce qui permet de conclure qu’il existe, dans cette situation particulière, un effet cumulatif, sur les paramètres immunitaires, de plusieurs matchs de rugby séparés par une récupération incomplète. Ces données soulignent donc de façon évidente l’intérêt majeur que présente l’évaluation des effets des contraintes mécaniques sur le système musculaire et sur les répercussions systémiques lors de la récupération d’un match de rugby.

12Les altérations métaboliques et structurales du muscle sont responsables d’une diminution de performance à l’issue d’un match. À ce jour, un seul travail non publié (Piscione et al. 2008) a été réalisé immédiatement à l’issue d’un match international, avec des joueurs de moins de 19 ans. Ce travail met en évidence une augmentation entre 4 et 5 % du temps de sprint sur 10 et 20 m, et une diminution de 6 % de la détente verticale. La force isocinétique du quadriceps a été mesurée à intervalles réguliers dans les jours suivants, montrant que le pic de diminution de force se situe 12 h après le match et dure jusqu’à 72 h.

13Le volume d’entraînement des joueurs conditionne lui aussi les capacités de récupération métaboliques et inflammatoires tout au long d’une saison, comme l’a montré Hartwig (2009) à l’aide d’un questionnaire soumis à de jeunes joueurs de rugby. Ces données appuient donc l’hypothèse selon laquelle les adaptations physiologiques résultant de l’entraînement comptent parmi les facteurs de la récupération.

4. La perte hydrique

14Au cours de l’exercice, les apports spontanés en boisson (sous l’effet de la soif) ne permettent de remplacer (dans le meilleur des cas) que 80 % des pertes hydriques. Lorsque le niveau d’hydratation est laissé libre, il est classique d’enregistrer des niveaux de déshydratation volontaire (malgré la parfaite disponibilité en boissons) variant de 2 à 6 % du poids corporel. Ce niveau de perte est directement responsable d’une baisse des performances physiques et mentales, qui apparaît dès une perte de poids corporel atteignant 2 % et qui s’aggrave rapidement au-delà. Lorsque les pertes hydriques sont supérieures aux apports, il en résulte une diminution des volumes liquidiens circulants. Cette hypovolémie a une influence sur le système cardiovasculaire. Afin de maintenir un débit sanguin musculaire adapté à l’intensité de l’exercice, et compte tenu de la réduction du volume systolique consécutive à la déshydratation, le système cardiovasculaire s’adapte en augmentant progressivement la fréquence cardiaque, réaction qui a pour but de maintenir un débit cardiaque constant en dépit de la réduction des volumes circulants. Ce phénomène, que l’on appelle « dérive cardiaque », augmente de façon significative le travail cardiaque. Une autre conséquence de l’hypovolémie est la réduction du débit sudoral et du débit sanguin cutané, ce qui a pour conséquence de considérablement limiter l’efficacité des processus de thermolyse. Associé à la chaleur métabolique, ce phénomène majore l’augmentation de la température centrale. L’hyperthermie qui en résulte alors est à l’origine d’une altération importante de l’ensemble des mécanismes de la contraction musculaire et du fonctionnement du système nerveux (central et périphérique), mais aussi d’un ralentissement des mécanismes de récupération. Il est actuellement bien démontré que le stockage de chaleur dans l’organisme est un des principaux facteurs de fatigue pendant l’effort et lors de la récupération. Une étude menée sur des footballeurs (dont le type d’efforts en match est proche de celui du rugby) montre que la baisse des performances physiques et mentales à l’issue du match est parfaitement liée au niveau d’hydratation et à la température centrale (Edwards et al. 2007). La récupération des pertes hydriques est conditionnée par l’apport de liquides pendant mais aussi après l’effort. Un rigoureux plan de réhydratation doit donc être observé à l’arrêt de l’exercice afin de compléter rapidement les pertes et de favoriser la récupération (Guezennec 2011). Une première étude menée sur une équipe anglaise participant à un tournoi de rugby à XIII en Australie était très rassurante de ce point de vue, car elle mettait en évidence une perte moyenne de moins de 1 % du poids de corps à l’issue des matchs (Meir et Halliday 2005). Les mêmes chercheurs ont publié en 2011 une étude sur le suivi du poids de corps d’un grand nombre de rugbymen à l’issue de quatorze matchs, étude qui montre une grande disparité des résultats (un nombre important de joueurs présente une perte supérieure à 2 %, mais certains atteignent 4 %) [Meir et al. 2011]. La comparaison de ces deux publications soulève une réflexion d’ordre général : les conditions d’encadrement d’une équipe nationale à l’étranger favorisent le respect des recommandations d’apport hydrique, alors que la diversité des informations et du suivi des joueurs dans le cadre d’un championnat national ne favorise pas l’homogénéité des pratiques d’hydratation. Il est donc certain que l’association d’une hydratation insuffisante et d’une augmentation de la température centrale à l’issue d’un match de rugby est un facteur de diminution des capacités physiques. Ce constat démontre l’intérêt d’associer à la récupération hydrique les différentes méthodes de refroidissement.

5. Méthodes d’optimisation de la récupération

15Les méthodes de récupération en rugby ont fait l’objet de nombreuses études récentes. Les principes en sont les mêmes : ils consistent à établir les intérêts respectifs de l’immersion en eau froide, de l’hydrothérapie de contraste, de la récupération active ou du port de vêtements compressifs (Webb et al. 2012 ; Hamlin et al. 2012 ; Higgins et al. 2012). Les méthodes d’évaluation de l’efficacité de ces procédés reposent soit sur des dosages d’indicateurs de lésions musculaires soit sur des tests de performance. Le premier constat que l’on peut tirer de ces données est que ces mesures améliorent plus les paramètres de la récupération que la récupération passive. Il semblerait par ailleurs que l’hydrothérapie de contraste présente un léger avantage.

16La comparaison de ces différentes méthodes de récupération applicables au rugby de haut niveau a fait l’objet d’un travail comparatif de Gill et al. (2006). Des joueurs ont été suivis, à l’issue de quatre matchs successifs, en respectant différents modes de récupération. La récupération a été évaluée par le dosage de la CPK, les prélèvements étant réalisés à l’issue de chaque match, 36 h et 84 h après. Les méthodes de récupération administrées ont été la récupération passive, la récupération active (sous la forme de 7 min d’ergocycle à 150 W après le match), l’hydrothérapie de contraste (qui consiste à imposer la succession de bains de la partie inférieure du corps (1 min à 8-10 °C puis 2 min à 40-42 °C, ce cycle étant répété neuf fois) et le port d’un vêtement de compression du membre inférieur (pendant 12 h après le match). Les résultats, évalués sur la cinétique de la CPK, montrent que les trois procédés de récupération accélérée (récupération active, hydrothérapie de contraste et compression) donnent les mêmes résultats. La courbe de récupération est nettement moins rapide dans la situation de récupération passive.

17Les effets du froid associés à la récupération active à l’issue d’une session d’entraînement en rugby ont été étudiés dans un travail de Banfi et al. en 2009. Les résultats ne montrent pas d’effets nettement significatifs de cette méthode sur la cinétique du CPK. Ces mêmes auteurs ont étudié les effets de la cryothérapie en corps entier administrée cinq jours successifs pendant une semaine d’entraînement de l’équipe nationale italienne de rugby. Les paramètres de récupération ont été choisis parmi les marqueurs de l’inflammation (interleukines, protéines d’adhésion, protéines C-Réactive [CRP] et prostaglandines), les marqueurs immunitaires (immunoglobulines et compléments) et les marqueurs de la souffrance musculaire (CPK, myoglobine). Comparé à l’état basal, on n’observe pas d’influence du traitement sur les paramètres immunitaires. Les paramètres de la souffrance musculaire sont par contre significativement améliorés par la cryothérapie ; on observe également une diminution de la cytokine pro-inflammatoire et une élévation de la cytokine anti-inflammatoire.

6. Comment évaluer la récupération après le match ?

18Différents indicateurs sont classiquement utilisés pour évaluer la récupération dans les sports collectifs. Les scientifiques du sport utilisent soit isolément soit de façon combinée des tests de performance (comme la détente verticale ou les sprints répétés), des paramètres physiologiques (comme la fréquence cardiaque ou la température centrale), ou bien des paramètres métaboliques et hormonaux. La perception individuelle de la récupération peut aussi être évaluée par des questionnaires. On ne peut que constater la diversité des approches utilisées, ce qui rend souvent difficile la comparaison entre les études. Le choix de la méthode de récupération doit reposer sur sa sensibilité ou sa spécificité au regard du type de sport ou de poste occupé par le joueur. Citons l’intéressante étude d’Austin et al. (2013) qui montre que la sensibilité des tests d’évaluation de la performance en rugby à XIII dépend du poste du joueur.

19Les paramètres biologiques utilisés sont d’autant plus pertinents qu’ils sont impliqués dans les fonctions physiologiques altérées par l’effort. C’est le cas des paramètres inflammatoires ou des marqueurs des altérations de la structure musculaire. Il est en revanche plus difficile d’interpréter des paramètres hormonaux dont on sait que les modifications sont plurifactorielles. C’est le cas de l’utilisation du rapport entre testostérone et cortisol, la spécificité de ces paramètres dans la mesure stricte de la fatigue physiologique faisant débat (Guezennec 2004). Il est cependant très intéressant de remarquer que l’évolution de ce rapport reflète l’impact psychologique de la réussite à un match de rugby et les méthodes psychologiques de gestion du stress dans la période de récupération (Crewther et al. 2012, 2013).

7. En pratique

20La mesure absolument obligatoire consiste à assurer la récupération des pertes hydriques et des stocks énergétiques dès l’arrêt immédiat des séances d’entraînement et des matchs, la pesée avant et après permettant d’évaluer, de façon simple et rigoureuse, le niveau de la perte hydrique. Il est donc souhaitable de prévoir un plan d’hydratation assurant la récupération des liquides perdus en 2 ou 3 h.

21La récupération des stocks énergétiques peut s’effectuer avec différents types d’apport, le plus classique consistant à fournir des solutés glucidiques dans le respect des recommandations en matière de boissons énergétiques de l’effort. Les recommandations internationales s’accordent pour définir les compositions de ces boissons : pour un litre, on doit trouver entre 15 et 87 g de glucides, 460 à 1150 mg de sodium, et l’osmolarité ne doit pas dépasser 330 mOsm par litre d’eau. La consommation de 1,5 g par kilo de poids corporel dans les trente premières minutes de récupération, et poursuivie toutes les 2 h pendant 6 h après l’effort fait l’unanimité pour favoriser la récupération.

22La vitesse de resynthèse du glycogène musculaire est identique dans la phase de récupération après l’ingestion de glucose ou de polymères de glucose, mais elle est plus lente avec du fructose. À l’inverse, le fructose accélère la vitesse de resynthèse du glycogène hépatique. Dans la mesure où la glycogénosynthèse est soutenue par l’action de l’insuline, administrer des hydrates de carbone avec un index glycémique élevé est utile dans la phase de récupération. Certaines études auraient tendance à montrer que l’addition d’un faible apport de protéines à la ration glucidique pourrait améliorer la vitesse de resynthèse du glycogène, mais ce point est encore discuté.

23Les différentes méthodes de cryothérapie ont fait la preuve de leur efficacité. Plusieurs hypothèses théoriques ont été proposées pour expliquer les effets potentiels de ce procédé : récupération du stockage de chaleur, récupération des volumes circulants par un transfert des liquides interstitiels vers le torrent circulatoire, retour plus rapide de la fonction cardiaque vers des paramètres de repos, et surtout récupération plus rapide de la composante inflammatoire. Le choix d’une méthode doit reposer sur des critères pratiques d’administration. La simple immersion dans l’eau froide nécessite des moyens de contrôle et de régulation de la température de l’eau. L’hydrothérapie de contraste impose une organisation matérielle et une gestion des temps d’immersion difficilement applicables dans les conditions habituelles d’entraînement ou de match. La cryothérapie en corps entier n’est possible que dans un nombre réduit de structures. Rappelons enfin qu’il est utile de fixer une méthode applicable dans les conditions d’une équipe et au cours de la saison afin d’habituer les joueurs à cette méthode.

24Le port de vêtements compressifs semble jouer un rôle favorable sur différents paramètres de la récupération. L’avantage de cette méthode est sa simplicité d’utilisation qui peut la rendre systématique quelles que soient les conditions, après un entraînement ou un match.

25L’évaluation de la pénibilité d’un entraînement, d’un cycle de plusieurs séances d’entraînement ou d’un match, de même que les effets sur la récupération, peuvent être évalués par l’utilisation de tests de performance. Leur choix doit être guidé par la capacité de les reproduire de façon rigoureuse dans différentes circonstances : les tests de détente verticale ont l’avantage de la simplicité et surtout d’être relativement peu influencés par la motivation. Les tests de sprint répétés présentent l’intérêt de mesurer une capacité réellement impliquée dans la performance en rugby. Une approche plus exhaustive de la récupération peut inciter à l’administration d’une batterie de tests.

Conclusion

26La pratique du rugby, à l’entraînement ou en compétition, impose une double contrainte (métabolique et inflammatoire). L’évaluation de la récupération métabolique peut se faire sur la base des connaissances solidement admises de son niveau de récupération en fonction de la totalité de la dépense énergétique. Cette mesure est accessible aux méthodes actuelles de mesure des déplacements, mais l’évaluation de la dépense liée aux efforts statiques demeure difficile. La récupération des contraintes mécaniques dues aux impacts et aux efforts excentriques est encore du domaine de la recherche. L’utilisation simultanée de marqueurs de la souffrance musculaire, de l’immunité et de l’inflammation doit permettre une quantification. Les résultats les plus récents portant sur la comparaison des différentes méthodes proposables utilisent cette approche multifactorielle, et soulignent l’intérêt de la récupération active combinée aux différentes techniques de cryothérapie.

Bibliographie

Bibliographie

Austin DJ, Gabbett TJ, Jenkins DG (2013) Reliability and sensitivity of a repeated high-intensity exercise performance test for rugby league and rugby union. J Strength Cond Res 27(4):1128-35.

Banfi G, Melegati G, Barassi A, Dogliottti G, Melzi d’Eril G, Dugué B, Corsi MM (2009) Effect of whole-body cryotherapy on serum mediators of inflammation and serum muscle enzymes in athletes. J of Thermal Biology 34(2):55-59.

Buchheit M, Hader K, Mendez-Villanueva A (2012) Tolerance to high intensity intermittent running exercise: do oxygen uptake kinetics really matter? Frontier in Physiology (3):406-412.

Crewther BT, Cook CJ (2012) Effects of different post-match recovery interventions on subsequent athlete hormonal State and game performance. Physiol Behav 106(4):471-76.

Crewther BT, Sanctuary CE, Kilduff LP, Carruthers J, Gaviglio CM, Cook CJ (2013) The workout responses of salivary free testosterone and cortisol concentrations and their association with the subsequent competition outcomes in professional rugby league. J Strength Cond Res 27(2):471-6.

Cunniffe B, Proctor W, Baker JS, Davies B (2009) An evaluation of the physiological demands of elite rugby union using global positioning System tracking software. J Strength Cond Res 23(4):1195-203.

Deutsch MU, Kearney GA, Rehrer NJ (2007) Time motion analysis of professional rugby union players during matchplay. J Sports Sci 25:461-472.

Duthie G, Pyne D, Hooper S (2005) Time motion analysis of 2001 and 2002 super 12 Rugby. J Sports Sci 23:523-530.

Duthie G, Pyne D, Hooper S (2003) Applied physiology and game analysis of rugby union. Sports Med 33(13):973-91.

Edwards AM, Mann ME, Marfell-Jones MJ, Rankin DM, Noakes TD, Shillington DP (2007) Influence of moderate dehydration on soccer performance: physiological responses to 45 min of outdoor match-play and the immediate subsequent performance of sport-specific and mental concentration tests. Br J Sports Med 41(6):385-91.

Gill ND, Beaven CM, Cook C (2006) Effectiveness of post match recovery strategies in rugby players. Br J Sports Med 40 :260-263.

Godemet M (1994) Étude des exigences physiques et physiologiques du poste de troisième ligne en rugby. Mémoire pour l’obtention de la maîtrise « Ingénierie de l’entraînement sportif ». UFR Staps, université de Bordeaux 2.

Guezennec CY (2004) Overtraining syndrome. Bull Acad Natl Med 188(6) :923-30.

Guezennec CY (2011) Les boissons de l’effort : bases physiologiques de leurs utilisations et composition. Cahiers de nutrition et diététique 46:S46-S53.

Hamlin MJ, Mitchell CJ, Ward FD, Draper N, Shearman JP, Kimber NE (2012) Effect of compression garments on short-term recovery of repeated sprint and 3-km running performance in rugby union players. J Strength Cond Res 26(11):2975-82.

Hartwig TB, Naughton G, Searl J (2009) Load, stress, and recovery in adolescent rugby union players during a competitive season. J Sports Sci 27(10):1087-94.

Hermanssen L, Vaage O (1984) Lactate disappearance and glycogen synthesis in human muscle after maximal exercise. Am J Physiol 223:422-429.

Higgins T, Climstein M, Cameron M (2012) Evaluation of hydrotherapy, using passive tests and power tests, for recovery across a cyclic week of competitive rugby union. J Strength Cond Res 26(12):2012-2018.

Meir RA, Halliday JA (2005) Pre-and post-game body mass changes during an international rugby tournament: a practical perspective. J Strength Cond R 19(3):713-716.

McDermott BP, Casa DJ, Ganio MS, Lopez RM, Yeargin SW, Armstrong LE, Maresh CM (2009) Acute whole-body cooling for exercise-induced hyperthermia: a systematic review. J Athl Train 44(1):84-93.

Meir RA, Brooks LO, Rogerson S (2011) What do changes in prematch vs. postmatch, 1, 2, and 3 days postmatch body weight tell us about fluid status in English Premiership rugby union players? J Strength Cond Res 25(8):2337-43.

Pedersen BK, Ostrowski K, Rodhe T, Brunsgaard H (1998) The cytokines response to strenuous exercise. Can J Physiol Pharmacol 76:503-511.

Robert SP, Trewartha G, Higgith RJ, El-Abd J, Stokes KA (2008) The physical demands of elite English rugby union. J Sports Sci 26:825-833.

Smart DJ, Gill ND, Beaven CM, Cook CJ Blazevich AJ (2008) The relationship between changes in interstitial creatine kinase and game-related impacts in rugby union. Br J Sports Med 42:198-201.

Smith C, Kruger MJ, Smith RM, Myburgh KH (2008) The inflammatory response to skeletal muscle injury. Sports Med 38:947-969.

Takahashi I, Umeda T, Mashiko T, Chinda D, Oyama T, Sugawara K, Nakaji S (2007) Effects of seven matches on human neutrophil-related non-specific immunity. Br J Sports Med 41:13-18.

Webb N, Harris N, Cronin J, Walker C (2012) The relative efficacy of three recovery modalities following professional rugby league matches. J Strength Cond Res 12 :375-380.

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search