Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 2. Stratégies pour optimiser la récupération

Chapitre 16. La récupération par immersion

François Bieuzen

Texte intégral

Introduction

Revue de la littérature scientifique : récupération et immersion

1Cette technique de récupération consiste à immerger dans l'eau une partie du corps ou sa totalité. Dans la littérature scientifique, quatre modalités d'immersion (différentes selon la température de l'eau) sont principalement étudiées :

2■ eau tempérée, de 15 à 36 °C (TEMP),

3■ eau chaude > 42 °C (HWI),

4■ eau froide < 15 °C (FROID)

5■ contraste de température (CWT), cette dernière modalité consistant à alterner immersion en eau froide et immersion en eau chaude.

6Plusieurs aspects (i. e. métabolique, neurologique, cardiovasculaire et musculaire) des conséquences de ces procédés de récupération ont été étudiés, en relation avec les multiples constantes physiologiques et mécaniques modifiées par la fatigue. Pour ce faire, différentes modalités d'immersion ont été testées (Barnett 2006). Le plus souvent, l'immersion des athlètes est réalisée soit dans une eau chaude, soit dans une eau froide (Howatson et van Someren 2008), mais certains chercheurs ont également tenté de les coupler, en alternant ces deux pratiques et d'autres, à des effets de pression hydrostatique comme mécanisme principal d'une récupération précoce, pensant qu'il serait intéressant de se tourner vers l'immersion en eau tempérée à profondeurs variables (Wilcock et al. 2006).

1. Les mécanismes en réponse à l'immersion

7Les mécanismes avancés pour justifier de la qualité de la récupération par immersion sont principalement liés à trois facteurs : la pression hydrostatique (Vaile et al. 2008a, b), les phénomènes antalgiques (associés à la vasoconstriction locale dans le cadre d'une immersion en eau froide) et la vasomotricité (lorsque la technique d'immersion par contraste de température est utilisée) [Cochrane 2004],

8Dans le premier cas, la pression hydrostatique est supérieure à celle de l'air (au niveau de la mer) sur toute la surface du corps, provoquant un mouvement des gaz, substances et fluides en direction du thorax. Ceci permettrait d'améliorer la récupération et de réduire la taille de l'œdème produit par l'exercice (Wilcock et al. 2006). De plus, l'influx nerveux serait limité par la compression des muscles et des nerfs, du fait de la pression hydrostatique.

9Dans le second cas, la diminution de la température corporelle, consécutive à l'immersion en eau froide, présenterait également un intérêt sur la transmission nerveuse ou encore sur les phénomènes d'inflammation. La transmission nerveuse serait altérée, via la diminution de la température, lors d'une exposition en eau froide. La diminution des messages nerveux pourrait donc expliquer, encore une fois, la modification de la perception de la fatigue. Néanmoins, d'autres phénomènes peuvent être impliqués, comme une vasoconstriction au niveau local qui limiterait les produits du métabolisme et le degré d'inflammation, ce qui diminuerait donc les douleurs et les gênes perçues lors du mouvement.

10Dans le troisième cas, les vaisseaux cutanés réagissent au froid par vasoconstriction et, à l'inverse, par vasodilatation lors d'une exposition à des températures chaudes (Wilcock et al. 2006). L'association de la vasodilatation et de la vasoconstriction stimulerait le flux sanguin en réduisant ainsi l'inflammation et la durée de celle-ci. Ce pompage du sang (ou « vaso-pumping ») serait l'un des mécanismes permettant le mouvement des substances métaboliques, la réparation du muscle soumis à l'exercice et la diminution des processus métaboliques dans celui-ci (Cochrane 2004). L'augmentation du flux sanguin permettrait alors de répondre correctement à la différence de gradient en favorisant les mouvements vers le milieu extracellulaire.

11Cette augmentation du flux sanguin va également produire une augmentation du volume d'éjection systolique (VES) en augmentant la précharge du cœur. Couplée à l'augmentation du VES, on observe alors une diminution des résistances périphériques lors de l'immersion CWT jusqu'au niveau du cou. Ce phénomène produit donc une augmentation du débit sanguin via une augmentation de la précharge, sans augmenter la fréquence cardiaque. À l'inverse, une vasocompression locale associée à la production d'œdèmes altérerait ce temps de transport. Pratique d'une immersion par contraste de température et œdème auraient donc des effets opposés sur l'écoulement du sang et les mouvements biochimiques.

12Par ailleurs, il existe d'autres mécanismes bien connus provoquant une diminution de la perception de la fatigue, comme la poussée d'Archimède. En effet, au cours de l'examen électromyographique, on note une diminution de l'activation neuromusculaire nécessaire au maintien de la posture et une diminution globale des transmissions nerveuses. Le corps serait quasi totalement à l'état de repos (Rutkove 2001 ; Wilcock et al. 2006).

13Si les techniques d'immersion semblent théoriquement pouvoir favoriser les processus de récupération, les études de terrain montrent cependant une forte variabilité des résultats en fonction des modalités utilisées (Wilcock et al. 2006). Afin de proposer une vision plus claire et pratique de la situation au regard des connaissances scientifiques, nous aborderons les effets des différentes techniques d'immersion en fonction du type d'exercice préalable. Nous distinguerons donc les études traitant de la récupération par immersion suite à des exercices induisant des dommages musculaires de celles centrées sur les exercices de haute intensité (« All-out » ou time trial) et des travaux s'inscrivant directement dans une pratique sportive (match, tournois, etc.)

2. Exercices induisant des dommages musculaires et immersion

14Depuis 2000, le nombre d'articles s'intéressant à la récupération par immersion a considérablement augmenté. Cependant, la part de ces derniers ayant pour objet principal ce type particulier de récupération suite à un exercice induisant spécifiquement des dommages musculaires reste faible, malgré l'intérêt que présentent ces travaux en vue d'une adaptation des résultats aux séances de musculation spécifiques par exemple. (Bailey et al. 2007 ; Burke et al. 2000 ; Corbett et al. 2012 ; Eston et Peters 1999 ; French et al. 2008 ; Jakeman et al. 2009 ; Robey et al. 2009 ; Sellwood et al. 2007 ; Skurvydas et al. 2008 ; Vaile 2008 ; Vaile et Gill 2003 ; Vaile et al. 2007, 2008a). Un profil méthodologique commun se dégage de ces quelques études et reprend ceux utilisés dans les nombreux travaux traitant des exercices induisant des dommages musculaires (EIMD). Cette méthode consiste à générer des dommages musculaires à partir de contractions répétées, majoritairement de type excentrique (sauts, contractions maximales répétées, etc.), puis à appliquer immédiatement la modalité de récupération. Plusieurs indices sont ensuite mesurés et comparés avec les valeurs initiales. Parmi ces indices, on retrouve le plus souvent des marqueurs mécaniques tels que la force maximale volontaire (MVC, isométrique ou isocinétique) et biologiques avec notamment la concentration sanguine ou plasmatique en créatine kinase (CK) ou en myoglobine, mais très peu de marqueurs de la performance en situation. Outre la méthodologie similaire de ces différentes études, le choix de la méthode d'hydrothérapie est également très caractéristique. En effet, toutes les études, sans exception, utilisent l'immersion en eau froide (ou CWT pour trois d'entre elles) comme technique potentiellement efficace sur la réduction des dommages musculaires générés par l'exercice (Fig. 16.1). Ceci n'est que très peu surprenant au regard du nombre d'études qui ont déjà mis en avant l'effet positif du froid (ice pack, froid pulsé, etc.) sur la diminution des dommages musculaires.

Figure 16.1. Variation en pourcentage de la performance lors de squat isométrique (Force pic) suivant FROID (a), HWI (b), et CWT (c). La performance a été mesurée en pré- et post-exercice musculaire « dommageant » et à 24,48, et 72 h post-exercice.

Figure 16.1. Variation en pourcentage de la performance lors de squat isométrique (Force pic) suivant FROID (a), HWI (b), et CWT (c). La performance a été mesurée en pré- et post-exercice musculaire « dommageant » et à 24,48, et 72 h post-exercice.

* : différence significative entre l'intervention par immersion et la situation passive. FMV : Force maximale volontaire D'après Vaile et al. (2008b).

15En revanche, les résultats obtenus dans ces études sont, eux, beaucoup plus étonnants. En effet, sur les treize études citées précédemment, huit concluent à l'inefficacité de la récupération par immersion en eau froide alors que les quatre autres n'observent qu'une efficacité partielle. Ainsi, sur les indices mécaniques, la majorité de ces études observe que l'immersion en eau froide ne permet pas d'atténuer la perte de force après un exercice fatigant. Howatson et al. (2009) montrent par exemple que, 96 h après l'exercice (100 sauts en contrebas), le groupe contrôle et le groupe ayant utilisé l'immersion ne sont respectivement capables que de reproduire 96 % et 93 % de leur capacité initiale de production de force isométrique des extenseurs du genou et qu'elle n'était que de 75 % immédiatement après l'exercice (Fig. 16.2). De façon similaire, Bailey et al. (2007) observent que la récupération de la force maximale volontaire isométrique des extenseurs du genou n'est pas affectée par la modalité de récupération employée après un exercice intermittent de type navette de 90 min, suivi de 10 min d'immersion à 10 °C. De la même façon que pour les indices mécaniques, les marqueurs biologiques reflétant l'importance des dommages musculaires ne sont que très peu affectés par l'immersion en eau froide. Ainsi Sellwood et al. (2007) ne montrent pas d'effet d'une récupération par immersion en eau froide (3 x 1 min à 5 °C) sur l'activité enzymatique de la CK suite à un exercice excentrique des jambes, comparativement à une immersion identique en eau tempérée (24 °C). De façon similaire, Jakeman et al. (2009) n'observent aucune modification de l'activité de la CK suite à 100 sauts en contre-mouvement suivis d'une immersion de 10 min à 10 °C, comparativement à un groupe contrôle.

16Les hypothèses explicatives de cette absence de résultats seraient, d'une part, l'incapacité à contenir la réponse inflammatoire et, d'autre part, la diminution de la conduction nerveuse provoquée par le froid. Pendant un temps, ceci empêcherait alors l'athlète de produire une puissance maximale (Rutkove 2001) et une force maximale, qu'elle soit volontaire ou stimulée (Peiffer et al. 2009b). En effet, certains travaux montrent qu'il existe une corrélation entre la diminution de la température du muscle et l'activité musculaire (i. e. signal électromyographique) [Kinugasa et Kilding 2009], De plus, la comparaison, après immersion, des deux modes de contraction volontaire (maximale ou stimulée), permet de penser que la perte de fonction neuromusculaire serait périphérique plutôt que centrale (Peiffer et al. 2009b). Enfin, une étude sur les réflexes conclut également que le froid induit une diminution de la performance musculaire via une augmentation de l'excitabilité du pool de motoneurones (Oksa et al. 2000).

Figure16.2. (A) changement en pourcentage de la force maximale volontaire isométrique avant et après les séries 1 et 2.

Figure16.2. (A) changement en pourcentage de la force maximale volontaire isométrique avant et après les séries 1 et 2.

* : atténuation significative de la production de force entre la série 2 et la série 1 (p < 0,05). Moyenne ± ET, n = 16. (B) Activité de la créatine kinase plasmatique avant et après les séries 1 et 2. Moyenne ± ET, n = 16. D'après Howatson et al. (2009).

17À la lecture des précédentes données, il serait facile de conclure à l'inefficacité de toute forme d'hydrothérapie par immersion en récupération sur la diminution des dommages musculaires. Cependant, les quatre études mettant en avant des résultats significativement positifs (Eston et Peters 1999 ; Pournot et al. 2011 ; Vaile et al. 2007, 2008a) empêchent une conclusion trop rapide, notamment lorsque la technique de CWT est utilisée. En effet, Vaile et al. (2008a) montrent notamment que, 24 h après un exercice induisant des dommages musculaires, suivi d'une immersion complète du corps dans une eau à 15 °C pendant 14 min, l'augmentation de la CK est limitée à 3,6 %, alors que celle-ci augmente de plus de 300 % après une récupération passive. De plus, ces études sont pour la plupart décontextualisées des pratiques de terrain où ces seuils de dommages musculaires ne sont que très rarement atteints. Nous verrons par la suite que lors de la répétition de matchs ou d'entraînements, les effets de la récupération par immersion sur les dommages musculaires peuvent être très variés.

3. Exercices de haute intensité et immersion

18Les effets de la récupération par immersion suite à des exercices de haute intensité représentent la part la plus importante des travaux scientifiques sur cette thématique. Nous entendons ici par « haute intensité » tous les exercices dont l'intensité est supérieure au seuil anaérobie (environ 85-95 % de la V̇O2max). Dans la littérature, trois types d'études se distinguent nettement selon l'exercice fatigant choisi pour générer la fatigue mais également selon les conditions ambiantes : les exercices supramaximaux « all-out » (de type Wingate d'une durée de 30 s), les contre-la-montre (dont les durées et intensités sont variables) et les exercices en ambiance chaude. Ces exercices induisent des fatigues dont l'origine principale diffère et dont les conséquences conditionneront les résultats potentiels liés aux modalités de récupération testées. Dans ce cadre, nous les traiterons séparément.

3.1 « All-out » et immersion

19Le principal facteur limitant la reproduction d'une performance après un exercice de type « all-out » est, pour une très large part, lié à la fatigue métabolique. En effet, l'accumulation des produits métaboliques issus des réactions énergétique (Pi, H+, ADP, HCO3-, etc.) perturbe les milieux intra- et extracellulaires, limitant alors la capacité contractile du muscle. Afin d'accélérer le retour au niveau initial de performance, il a été proposé d'accélérer la clairance de ces métabolites à partir d'une stimulation du flux sanguin, comme lors d'une récupération active. L'immersion dans des eaux à température contrastée (CWT), du fait de la pression hydrostatique ou de l'alternance de phénomènes de vasodilatation/vasoconstriction, permettrait alors une stimulation du flux sanguin. Si l'idée générale est séduisante, les résultats issus de la littérature scientifique ne permettent malheureusement pas de conclure aussi aisément (Al Haddad et al. 2010a, b ; Brophy-Williams et al. 2011 ; Buchheit et al. 2009, 2010 ; Crowe et al. 2007 ; Leal Junior et al. 2011 ; Morton 2007 ; Parouty et al. 2010 ; Schniepp et al. 2002 ; Stacey et al. 2010). En effet, plusieurs auteurs présentent des résultats qui apparaissent (au moins dans un premier temps) comme contradictoires (tableau 16.1). Ceci est notamment le cas pour les travaux de l'équipe de Buchheit, qui, dans un premier article (Buchheit et al. 2010), observe qu'une immersion dans de l'eau tempérée pendant les 2 min de récupération qui séparent six sprints de 50 m en natation permet une diminution moindre de la performance comparativement à une récupération passive hors de l'eau. En revanche, dans un second article simulant les conditions d'une compétition de natation (Parouty et al. 2010), ils observent qu'une immersion de 5 min à 14 °C pendant les 30 min de récupération qui séparent deux sprints de 100 m produit de moins bons résultats (en ce qui concerne la performance) qu'une récupération passive hors de l'eau.

20En fait, ces deux études font ressortir deux points importants : l'influence du temps de récupération entre les deux exercices « all-out » et la température de l'eau. En effet, le temps de récupération proposé entre les exercices est dans un cas de 2 min et dans l'autre de 30 min. Or, la littérature semble établir que lorsque le temps entre deux épreuves de type « all-out » est supérieur à 15 min, la récupération par immersion n'apporte aucun effet positif. Pire, la majorité des études qui ont utilisé l'eau froide en récupération (Crowe et al. 2007 ; Parouty et al. 2010 ; Schniepp et al. 2002) observent même un effet négatif comparativement aux autres techniques de récupération, effet qui serait principalement dû à une altération de la transmission nerveuse du fait de la diminution de la température. Par contre, lorsque le temps entre deux exercices est très court (< 2 min) et/ou que les techniques d'immersion utilisées sont soit l'eau tempérée soit l'immersion contrastée (CWT) (Buchheit et al. 2010 ; Morton 2007), les résultats sont positifs comparativement à une récupération passive. Ces derniers résultats sont toutefois à prendre avec des précautions, car dans l'étude de Morton (2007), l'effet positif de l'immersion contrastée sur la performance est extrapolé à partir de la cinétique de la concentration plasmatique en lactate. Or certains travaux récents (Cairns 2006) suggèrent qu'une forte concentration en lactate sanguin ne serait pas forcément un facteur limitant de la contraction musculaire.

Tableau 16.1. Exemple d'études « all-out ». R : repos entre les répétitions ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion alternée ; TEMP : Immersion en eau tempérée ; LEDT : Thérapie à infrarouges longs ; ACT : récupération active ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase.

Tableau 16.1. Exemple d'études « all-out ». R : repos entre les répétitions ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion alternée ; TEMP : Immersion en eau tempérée ; LEDT : Thérapie à infrarouges longs ; ACT : récupération active ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase.

21Ces mêmes équipes (Al Haddad et al. 2010a, b ; Bastos et al. 2012 ; Buchheit et al. 2009) et quelques autres (Schaal et al. 2013) ont également mis en place une autre approche des effets de l'immersion sur la récupération après un exercice de type « all-out ». Cette approche est cette fois centrée sur l'observation du système nerveux autonome à travers la variabilité cardiaque. En effet, le système nerveux autonome (ou neuro-végétatif) est en charge du contrôle de l'homéostasie dans l'organisme. En opposition aux neurones contrôlant volontairement ou consciemment des fonctions telles que le mouvement d'un membre, ce système contrôle, hors de toute conscience, de très nombreuses fonctions physiologiques comme par exemple le rythme cardiaque, la digestion, la sudation et l'utilisation des substrats énergétiques. Ainsi, le rythme de contraction des cellules pace maker du cœur est régulé par deux composantes antagonistes du système autonome : l'une cardio-accélératrice (i. e. le système sympathique), l'autre cardio-inhibitrice (i. e. le système parasympathique), qui donnent à la fréquence cardiaque un rythme qui n'est pas strictement régulier. Sachant que de nombreuses études ont montré que la fatigue chronique chez le sportif peut être due à des modifications de l'activité de ce système nerveux, certains auteurs ont mis en évidence la possibilité d'utiliser l'analyse de la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) pour étudier les effets de l'entraînement et du surentraînement (Borresen et Lambert 2008 ; Pichot et al. 2000, 2002). Ces études montrent qu'en cas de surcharge menant à une fatigue chronique du sportif, la VFC tend généralement à diminuer (i. e. l'activité parasympathique baisse), avant un rebond significatif durant la période d'affûtage/récupération (i. e. l'activité parasympathique augmente) [Pichot et al. 2000, 2002]. Ces modifications de la VFC semblent ainsi largement liées aux variations d'état de forme de l'athlète (Borresen et Lambert 2008). Récemment, les travaux de l'équipe de Buchheit ont permis de mettre en avant l'intérêt de l'immersion dans l'accélération de la réactivation du système nerveux parasympathique sans que cette mesure ait cependant une influence positive sur la performance lors de la reproduction d'un exercice « all-out ». Ainsi, la récupération par immersion serait un moyen de réactiver le système parasympathique et donc de rétablir une plus grande VFC. De plus, les auteurs ont également montré que plus la température de l'eau est faible, plus l'efficacité est importante.

22En résumé, la récupération par immersion après un exercice court de type « all-out » semble présenter un léger intérêt pour la répétition de la performance si le temps disponible entre cet exercice et le suivant est inférieur à 2 min, mais les techniques d'immersion doivent être soit l'eau tempérée soit l'immersion contrastée. En revanche, si le temps entre deux exercices est supérieur à 15 min ou que l'eau est froide, les effets de l'immersion sur la répétition de la performance seront nuls voire négatifs. Toutefois, si l'objectif recherché n'est pas la reproduction d'une performance mais une réactivation plus rapide du système nerveux parasympathique, une immersion en eau froide devra alors être privilégiée.

3.2 Temps-limite (contre-la-montre) et immersion

23Les exercices de type contre-la-montre rencontrés dans la littérature évaluant la récupération par immersion diffèrent des exercices « all-out » par leurs durées (plus longues) et intensités (plus faibles). Ces différences conduisent à des adaptations mécaniques et physiologiques particulières, notamment en ce qui concerne la fatigue. Ainsi, si dans le cas des exercices « all-out », les principaux facteurs limitants sont majoritairement dus aux produits métaboliques, dans le cas des exercices de type contre-la-montre, les dommages musculaires tiendront également une place importante. En effet, que ce soit par les contraintes mécaniques, les perturbations énergétiques et métaboliques ou encore le stress oxydatif, tout concourt à l'apparition de dommages musculaires perceptibles notamment sous la forme de courbatures. Dès lors, la limitation du processus inflammatoire ou de la douleur, mais également l'augmentation du flux sanguin en vue d'accélérer la clairance des métabolites sont des objectifs recherchés à partir des techniques de récupération par immersion. Afin d'atteindre cet objectif, plusieurs études ont comparé l'immersion en eau froide (De Pauw et al. 2011 ; Dunne et al. 2012 ; Lane et Wenger 2004 ; Vaile et al. 2011), les immersions alternées (Coffey et al. 2004 ; Versey et al. 2011 ; Versey et al. 2012) ou ces deux modalités (Pournot et al. 2011 ; Stanley et al. 2012 ; Vaile et al. 2008a) à une situation contrôle de type passive ou active. Contrairement à ce qui est observé après un exercice « all-out », la majorité des études traitant des effets de l'immersion sur la récupération après un exercice de contre-la-montre présentent des résultats globalement positifs. Ainsi, Lane et Wenger (2004) ont comparé le travail total réalisé lors de deux sessions de 18 min de vélo à haute intensité (résistance = 80 g.kg-1 de poids de corps) espacées de 24 h. Une heure après l'exercice épuisant, les sujets effectuaient soit 15 min d'immersion des jambes en eau froide (15 °C), soit une récupération active, soit des massages, soit une situation passive. Après chacune des récupérations, la performance du lendemain était identique à la performance de la veille, alors qu'elle était significativement diminuée après la situation passive. De la même façon, Vaile et al. (2008a) [Fig. 16.3] montrent qu'une performance de sprints répétés (66 sprints pour un temps total d'exercice de 105 min) peut être reproduite quotidiennement pendant 5 jours si chaque séance est suivie d'une immersion alternée ou d'une immersion en eau froide. En revanche, la performance baisse si les techniques de récupération sont l'immersion en eau chaude ou la situation passive. À ces résultats sur la performance sont associés ceux sur les courbatures et les dommages musculaires : plusieurs études (Pournot et al. 2011 ; Vaile et al. 2008a) ont montré que l'immersion en eau froide ou contrastée permettait de diminuer les douleurs musculaires et de limiter l'augmentation des marqueurs de dommages musculaires tels que la CK, contribuant ainsi à la restauration de la performance.

Figure 16.3. Variation de la performance en contre-la-montre.

Figure 16.3. Variation de la performance en contre-la-montre.

* : différence significative entre la condition « Froid » et la condition « Passif » (p < 0,05) ; ** ;
différence significative entre la condition « Alternée » et la condition « Passif » (p < 0,05). D'après Vaile et al. (2008a).

24Lors des épreuves de contre-la-montre, la récupération par immersion en eau froide ou par immersion contrastée semble apporter un bénéfice réel en vue de reproduire une performance dans les 24 h. Les effets sont alors davantage liés à la réduction des dommages musculaires et des courbatures qu'à l'accélération de la clairance des produits métaboliques qui, dans tous les cas, seront éliminés dès les premières heures qui suivent le contre-la-montre.

3.3 Environnements chauds et immersion

25La température extérieure est identifiée comme l'un des facteurs affectant négativement la performance aérobie (Cheuvront et al. 2010). Peiffer et al. (2009a, b, 2010a, b) se sont intéressés aux effets d'une immersion en eau froide sur la fatigue musculaire suite à des épreuves contre-la-montre en ambiance chaude. L'objectif initial était d'abord de manipuler des variables telles que la température extérieure afin d'identifier les facteurs à l'origine de la fatigue. Cependant, ces travaux présentent également un intérêt pour la récupération dans des conditions thermiques particulières. Les résultats de ces études sont partagés et fonction de l'exercice fatigant. Cependant, deux points ressortent plus particulièrement après une immersion en eau froide (entre 5 et 20 min à 14 °C) qui suit un exercice épuisant en ambiance chaude (de 32 °C à 40 °C avec un taux d'humidité de 40 %). D'une part, la température interne (température rectale) est significativement réduite comparativement à une situation lors de laquelle les sujets récupèrent à l'air libre. D'autre part, l'immersion ne permet pas de maintenir la fonction neuromusculaire (force maximale volontaire isométrique). Cependant, dans deux de ces études, les auteurs rapportent que l'immersion en eau froide permet non seulement de maintenir la performance en endurance (Peiffer et al. 2010a, b) mais également de diminuer les sensations de fatigue (Halson et al. 2008).

26L'immersion en eau froide dans un contexte environnemental chaud permettrait donc de faciliter le maintien des performances en endurance de type contre-la-montre sans cependant restaurer la fonction musculaire.

4. Études de terrain et immersion

27Les études de terrain (Ascensao et al. 2011 ; Bahnert et al. 2013 ; Buchheit et al. 2011 ; Cook et Beaven 2013 ; De Nardi et al. 2011 ; Delextrat et al. 2013 ; Elias et al. 2012 ; Garcia-Manso et al. 2011 ; Gill et al. 2006 ; Hamlin 2007 ; Hamlin et Sheen 2004 ; Heyman et al. 2009 ; Higgins et al. 2011, 2012, 2013 ; Ingram et al. 2009 ; King et Duffield 2009 ; Kinugasa et Kilding 2009 ; Montgomery et al. 2008a ; Montgomery et al. 2008b ; Parouty et al. 2010 ; Peeling et al. 2012 ; Pointon et Duffield 2012 ; Pointon et al. 2012 ; Rowsell et al. 2009, 2011 ; Rupp et al. 2012 ; Schaal et al. 2013 ; Tessitore et al. 2007, 2008 ; Webb 2011 ; Webb et al. 2012) constituent une part non négligeable de la littérature scientifique portant sur les effets de l'immersion, malgré la difficulté de la mise en place de ce type de recherche (tableau 16.2). Elles permettent de contextualiser dans un cadre beaucoup plus large les contraintes générées « artificiellement » dans les études des paragraphes précédents. L'objectif commun de ces travaux est alors de comparer plusieurs techniques de récupération classiquement mises en place sur les terrains, afin de quantifier leur efficacité entre deux matchs ou séries, ou au cours d'un tournoi. La difficulté principale rencontrée par ce type d'études est la mesure des bénéfices potentiels que peuvent apporter ces techniques à la performance. En effet, comparer le score final de deux matchs de football espacés de 24 h ne permet en rien d'affirmer que les joueurs ont mieux ou moins bien récupéré. En revanche, mesurer la distance parcourue sur le terrain, des temps ou hauteurs de saut lors de tests standardisés, des concentrations enzymatiques ou encore une perception de la récupération ou de l'effort permettront de renseigner indirectement sur l'effet de la récupération.

Tableau 16.2. Exemples d’études de terrain - R : intervalle de temps entre les matchs ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion contrastée ; TEMP : immersion tempérée ; ACT : récupération active ; GAR : vêtements compressifs ; EMS : electromyostimulation ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase ; [CRP] : protéine C-réactive ; [Mb] : myoglobine ; MVC : force maximale volontaire ; CMJ : sauts en contre-mouvement ; RSA : capacité de répétition de sprints.

Tableau 16.2. Exemples d’études de terrain - R : intervalle de temps entre les matchs ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion contrastée ; TEMP : immersion tempérée ; ACT : récupération active ; GAR : vêtements compressifs ; EMS : electromyostimulation ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase ; [CRP] : protéine C-réactive ; [Mb] : myoglobine ; MVC : force maximale volontaire ; CMJ : sauts en contre-mouvement ; RSA : capacité de répétition de sprints.

28Quoi qu'il en soit, en sports collectifs, les études sont quasi unanimes quant aux effets bénéfiques de la récupération par immersion (FROID et/ou CWT) au cours d'un tournoi ou entre deux matchs (Ascensao et al. 2011 ; Buchheit et al. 2011 ; Gill et al. 2006 ; Higgins et al. 2012 ; Ingram et al. 2009 ; King et Duffield 2009 ; Kinugasa et Kilding 2009 ; Montgomery et al. 2008a, b ; Rowsell et al. 2009, 2011 ; Tessitore et al. 2007). Par exemple, Rowsell et al. (2009) ; (2011) montrent que, lors d'un tournoi de football de 4 jours avec un match par jour, une récupération par immersion en eau froide (5 min à 10 °C) permet de réduire les courbatures, la perception de la fatigue, les marqueurs de dommages musculaires (CK) et la diminution de la distance parcourue comparativement à une immersion en eau tempérée (34 °C). De la même façon, Buchheit et al. (2011) observent qu'un traitement par spa (combinaison de sauna, FROID et Jacuzzi) entre deux matchs de football améliore significativement les distances parcourues et les vitesses maximales atteintes en sprint lors du second match (mesurées à partir d'un système GPS) comparativement à une récupération passive. Toutefois, selon la modalité utilisée, les effets seront différents. En effet, lorsque les modalités de récupération CWT et FROID sont comparées au sein de la même étude, la première présente une efficacité supérieure, que ce soit sur les courbatures, les marqueurs de dommages musculaires ou le recouvrement de la performance anaérobie. Ainsi, Gill et al. (2006) montrent une augmentation moindre des marqueurs des dommages musculaires (CK) lorsque des joueurs de rugby utilisent la modalité CWT. Certains auteurs tels que Higgins et al. (2011) suggèrent même que, comparativement à une immersion contrastée, l'immersion en eau froide a un effet négatif sur la performance anaérobie chez des joueurs de rugby.

29Par contre, peu d'études s'intéressent aux effets de la récupération par immersion sur d'autres activités sportives en condition écologique. Malgré tout, l'étude de Heyman et al. (2009), qui porte sur la pratique de l'escalade en compétition, présente des résultats intéressants. Ces auteurs se sont intéressés à la période de repos qui sépare deux manches et dont le temps moyen est d'une vingtaine de minutes, période pendant laquelle ils ont choisi de tester quatre techniques de récupération classique (passive, active, électromyostimulation et FROID). Leurs résultats montrent que seules les récupérations active et par immersion en eau froide (5 min à 15 °C) permettent de préserver la performance. D'autre part, ils observent également que l'élimination du lactate est plus importante après à ces deux modalités de récupération.

30En résumé, dans un contexte de pratique et plus particulièrement en sports collectifs, la récupération par immersion apporte un bénéfice avéré. Des doutes subsistent encore sur le choix de la modalité à utiliser, mais la littérature scientifique semble suggérer la technique d'immersion alternée.

5. Analyses statistiques de type méta-analyse et revues systémiques

31Le volume de données publiées sur ce type de récupération augmente chaque année. Afin de faciliter la compréhension des données, certains auteurs ont entrepris une analyse statistique globale sous forme d'une méta-analyse (Bieuzen et al. 2013 ; Bleakley et al. 2012 ; Leeder et al. 2012 ; Poppendieck et al. 2013) ou de revue systémique (Barnett 2006 ; Bleakley et Davison 2010 ; Cochrane 2004 ; Hausswirth et al. 2010 ; Hing et al. 2010 ; Hing et al. 2008 ; Wilcock et al. 2006). Une méta-analyse est une démarche statistique combinant les résultats d'une série d'études indépendantes sur un problème donné. La méta-analyse permet d'obtenir une analyse plus précise des données par l'augmentation du nombre de cas étudiés et de tirer une conclusion globale. Cette démarche est largement utilisée en médecine pour l'interprétation globale d'études cliniques parfois contradictoires. Enfin la méta-analyse permet aussi de détecter les biais méthodologiques des études analysées et supprime une grande part de la subjectivité que l'on peut retrouver dans une revue de question non systémique. Parmi les études citées précédemment, on retrouve les analyses sur les effets de l'immersion en eau froide (ou alternée) sur la récupération de la performance (Bleakley et Davison 2010 ; Poppendieck et al. 2013) ou sur les dommages musculaires (Bieuzen et al. 2013 ; Bleakley et al. 2012 ; Leeder et al. 2012). Concernant les dommages musculaires induits par l'exercice, les auteurs (Bieuzen et al. 2013 ; Bleakley et al. 2012 ; Leeder et al. 2012) concluent qu'il existe des preuves de l'efficacité de l'immersion en eau froide ou de l'immersion alternée sur la réduction de douleurs musculaires d'apparition retardée lorsque ces modalités sont comparées à une situation sans intervention. Selon eux, il est cependant impossible de conclure quant aux autres paramètres caractéristiques des dommages musculaires induits par l'exercice tels que la force, la puissance ou les marqueurs biologiques (CK, Interleukines). Poppendieck et al. (2013) montrent, quant à eux, que les effets de l'immersion en eau froide sur le recouvrement de la performance sont réels mais très faibles.

Bibliographie

Bibliographie

Al Haddad H, Laursen PB, Ahmaidi S, Buchheit M (2010a) Influence of cold water face immersion on post-exercise parasympathetic reactivation. Eur J Appl Physiol 108 :599-606.

Al Haddad H, Laursen PB, Chollet D, Lemaitre F, Ahmaidi S, Buchheit M (2010b) Effect of cold or thermoneutral water immersion on post-exercise heart rate recovery and heart rate variability indices. Auton Neurosci 156 :111-116.

Ascensao A, Leite M, Rebelo AN, Magalhaes S, Magalhaes J (2011) Effects of cold water immersion on the recovery of physical performance and muscle damage following a one-off soccer match. J Sports Sci 29 :217-225.

Bahnert A, Norton K, Lock P (2013) Association between post-game recovery protocols, physical and perceived recovery, and performance in elite Australian Football League players. J Sci Med Sport 16 :151-156.

Bailey DM, Erith SJ, Griffin PJ, Dowson A, Brewer DS, Gant N, Williams C (2007) Influence of cold-water immersion on indices of muscle damage following prolonged intermittent shuttle running. J Sports Sci 25 :1163-1170.

Barnett A (2006) Using recovery modalities between training sessions in elite athletes : does it help ? Sports Med 36 :781-796.

Bastos FN, Vanderlei LC, Nakamura FY, Bertollo M, Godoy MF, Hoshi RA, Junior JN, Pastre CM (2012) Effects of Cold Water Immersion and Active Recovery on Post-Exercise Heart Rate Variability. Int J Sports Med 33(11) :873-9.

Bieuzen F, Bleakley C, Costello J (2013) Contrast Water Therapy and Exercise Induced Muscle Damage : A Systematic Review and Meta-Analysis. PLoS One In Press.

Bleakley C, McDonough S, Gardner E, Baxter GD, Hopkins JT, Davison GW (2012) Cold-water immersion (cryotherapy) for preventing and treating muscle soreness after exercise. Cochrane Database Syst Rev 2 :CD008262.

Bleakley CM, Davison GW (2010) What is the biochemical and physiological rationale for using cold-water immersion in sports recovery ? A systematic review. Br J Sports Med 44 :179-187.

Borresen J, Lambert Ml (2008) Autonomic control of heart rate during and after exercise : measurements and implications for monitoring training status. Sports Med 38 :633-646.

Brophy-Williams N, Landers G, Wallman K (2011) Effect of immediate and delayed cold water immersion after a high intensity exercise session on subsequent run performance. Journal of Science and Medicine in Sport 14 :e114.

Buchheit M, Al Haddad H, Chivot A, Lepretre PM, Ahmaidi S, Laursen PB (2010) Effect of in-versus out-ofwater recovery on repeated swimming sprint performance. Eur J Appl Physiol 108 :321-327.

Buchheit M, Horobeanu C, Mendez-Villanueva A, Simpson BM, Bourdon PC (2011) Effects of age and spa treatment on match running performance over two consecutive games in highly trained young soccer players. J Sports Sci 29 :591-598.

Buchheit M, Peiffer JJ, Abbiss CR, Laursen PB (2009) Effect of cold water immersion on postexercise parasympathetic reactivation. Am J Physiol Heart Circ Physiol 296 :H421-427.

Burke DG, Macneil SA, Holt LE, Mackinnon NC, Rasmussen RL (2000) The Effect of Hot or Cold Water Immersion on Isometric Strength Training. J Strength Cond Res 14 :21-25.

Cairns SP (2006) Lactic acid and exercise performance : culprit or friend ? Sports Med 36 :279-291.

Cheuvront SN, Kenefick RW, Montain SJ, Sawka MN (2010) Mechanisms of aerobic performance impairment with heat stress and dehydration. J Appl Physiol 109 :1989-1995.

Cochrane DJ (2004) Alternating hot and cold water immersion for athlete recovery : a review. Physical Therapy in Sport 5 :26-32.

Coffey V, Leveritt M, Gill N (2004) Effect of recovery modality on 4-hour repeated treadmill running performance and changes in physiological variables. J Sci Med Sport 7 :1-10.

Cook CJ, Beaven CM (2013) Individual perception of recovery is related to subsequent sprint performance. Br J Sports Med 47(11) :705-9.

Corbett J, Barwood MJ, Lunt HC, Milner A, Tipton MJ (2012) Water immersion as a recovery aid from intermittent shuttle running exercise. European Journal of Sport Science 12 :509-514.

Crowe MJ, O'Connor D, Rudd D (2007) Cold water recovery reduces anaerobie performance. Int J Sports Med 28 :994-998.

De Nardi M, La Torre A, Barassi A, Ricci C, Banfi G (2011) Effects of cold-water immersion and contrast-water therapy after training in young soccer players. J Sports Med Phys Fitness 51 :609-615.

De Pauw K, De Geus B, Roelands B, Lauwens F, Verschueren J, Heyman E, Meeusen RR (2011) Effect of five different recovery methods on repeated cycle performance. Med Sci Sports Exerc 43 :890-897.

Delextrat A, Calleja-Gonzalez J, Hippocrate A, Clarke ND (2013) Effects of sports massage and intermittent coldwater immersion on recovery from matches by basketball players. J Sports Sci 31 :11-19.

Dunne A, Crampton D, Egana M (2012) Effect of post-exercise hydrotherapy water temperature on subsequent exhaustive running performance in normothermic conditions. J Sci Med Sport. Epub ahead of print.

Elias GP, Varley MC, Wyckelsma VL, McKenna MJ, Minahan CL, Aughey RJ (2012) Effects of water immersion on posttraining recovery in Australian footballers. Int J Sports Physiol Perform 7 :357-366.

Eston R, Peters D (1999) Effects of cold water immersion on the symptoms of exercise-induced muscle damage. J Sports Sci 17 :231-238.

French DN, Thompson KG, Garland SW, Barnes CA, Portas MD, Hood PE, Wilkes G (2008) The effects of contrast bathing and compression therapy on muscular performance. Med Sci Sports Exerc 40 :1297-1306.

Garcia-Manso JM, Rodriguez-Matoso D, Rodriguez-Ruiz D, Sarmiento S, de Saa Y, Calderon J (2011) Effect of coldwater immersion on skeletal muscle contractile properties in soccer players. Am J Phys Med Rehabil 90 :356-363.

Gill ND, Beaven CM, Cook C (2006) Effectiveness of postmatch recovery strategies in rugby players. Br J Sports Med 40 :260-263.

Halson SL, Quod MJ, Martin DT, Gardner AS, Ebert TR, Laursen PB (2008) Physiological responses to cold water immersion following cycling in the heat. Int J Sports Physiol Perform 3 :331-346.

Hamlin MJ (2007) The effect of recovery modality on blood lactate removal and subsequent repetitive sprint performance in netball players. New Zealand Journal of Sports Medicine 34 :12-17.

Hamlin MJ, Sheen AM (2004) The effect of contrast-temperature water therapy on performance recovery of rugby players. In : Klisouras V (ed) Pre-olympic congress : lectures-orals : sport science through the ages, Thessaloniki, Greece, Aristotle University of Thessaloniki, Department of Physical Education & Sport Science, pp. 235-236.

Hausswirth C, Bieuzen F, Barbiche E, Brisswalter J (2010) Réponses physiologiques liées à une immersion en eau froide et à une cryostimulation-cryothérapie en corps entier : effets sur la récupération après un exercice musculaire. /Physiological responses after a cold-water immersion and a whole-body cryostimulation : Effects on recovery after a muscular exercise. Science & Sports 25 :121-131.

Heyman E, B DEG, Mertens I, Meeusen R (2009) Effects of four recovery methods on repeated maximal rock climbing performance. Med Sci Sports Exerc 41 :1303-1310.

Higgins T, Cameron M, Climstein M (2012) Evaluation of passive recovery, cold water immersion, and contrast baths for recovery, as measured by game performances markers, between two simulated games of rugby union. J Strength Cond Res. Epub ahead of print.

Higgins T, Cameron ML, Climstein M (2013) Acute response to hydrotherapy after a simulated game of rugby. J Strength Cond Res. Epub ahead of print.

Higgins TR, Heazlewood IT, Climstein M (2011) A random control trial of contrast baths and ice baths for recovery during competition in U/20 rugby union. J Strength Cond Res 25 :1046-1051.

Hing W, White SG, Lee P, Boouaphone A (2010) The use of contrast therapy recovery within the New Zealand elite sports setting. New Zealand Journal of Sports Medicine 37 :8-11.

Hing WA, White SG, Bouaaphone A, Lee P (2008) Contrast therapy-a systematic review. Phys Ther Sport 9 :148-161.

Howatson G, Goodall S, van Someren KA (2009) The influence of cold water immersions on adaptation following a single bout of damaging exercise. Eur J Appl Physiol 105 :615-621.

Howatson G, van Someren KA (2008) The prevention and treatment of exercise-induced muscle damage. Sports Med 38 :483-503.

Ingram J, Dawson B, Goodman C, Wallman K, Beilby J (2009) Effect of water immersion methods on postexercise recovery from simulated team sport exercise. J Sci Med Sport 12 :417-421.

Jakeman JR, Macrae R, Eston R (2009) A single 10-min bout of cold-water immersion therapy after strenuous plyometric exercise has no beneficial effect on recovery from the symptoms of exercise-induced muscle damage. Ergonomics 52 :456-460.

King M, Duffield R (2009) The effects of recovery interventions on consecutive days of intermittent sprint exercise. J Strength Cond Res 23 :1795-1802.

Kinugasa T, Kilding AE (2009) A comparison of post-match recovery strategies in youth soccer players. J Strength Cond Res 23 :1402-1407.

Lane KN, Wenger HA (2004) Effect of selected recovery conditions on performance of repeated bouts of intermittent cycling separated by 24 hours. J Strength Cond Res 18 :855-860.

Leal Junior EC, de Godoi V, Mancalossi JL, Rossi RP, De Marchi T, Parente M, Grosselli D, Generosi RA, Basso M, Frigo L, Tomazoni SS, Bjordal JM, Lopes-Martins RA (2011) Comparison between cold water immersion therapy (CWIT) and light emitting diode therapy (LEDT) in shortterm skeletal muscle recovery after high-intensity exercise in athletes--preliminary results. Lasers Med Sci 26 :493-501.

Leeder J, Gissane C, van Someren K, Gregson W, Howatson G (2012) Cold water immersion and recovery from strenuous exercise : a meta-analysis. Br J Sports Med 46 :233-240.

Montgomery PG, Pyne DB, Cox AJ, Hopkins WG, Minahan CL, Hunt PH (2008a) Muscle damage, inflammation, and recovery interventions during a 3-day basketball tournament. J Sports Sci Med 8 :241-250.

Montgomery PG, Pyne DB, Hopkins WG, Dorman JC, Cook K, Minahan CL (2008b) The effect of recovery strategies on physical performance and cumulative fatigue in competitive basketball. J Sports Sci 26 :1135-1145.

Morton RH (2007) Contrast water immersion hastens plasma lactate decrease after intense anaerobic exercise. J Sci Med Sport 10 :467-470.

Oksa J, Rintamaki H, Rissanen S, Rytky S, Tolonen U, Komi PV (2000) Stretch-and H-reflexes of the lower leg during whole body cooling and local warming. Aviat Space Environ Med 71 :156-161.

Parouty J, Al Haddad H, Quod M, Lepretre PM, Ahmaidi S, Buchheit M (2010) Effect of cold water immersion on 100m sprint performance in well-trained swimmers. Eur J Appl Physiol 109 : 483-490.

Peeling P, Fulton S, Sim M, White J (2012) Recovery effects of hyperoxic gas inhalation or contrast water immersion on the postexercise cytokine response, perceptual recovery, and next day exercise performance. J Strength Cond Res 26 :968-975.

Peiffer JJ, Abbiss CR, Nosaka K, Peake JM, Laursen PB (2009a) Effect of cold water immersion after exercise in the heat on muscle function, body temperatures, and vessel diameter. J Sci Med Sport 12 :91-96.

Peiffer JJ, Abbiss CR, Watson G, Nosaka K, Laursen PB (2009b) Effect of cold-water immersion duration on body temperature and muscle function. J Sports Sci 27 :987-993.

Peiffer JJ, Abbiss CR, Watson G, Nosaka K, Laursen PB (2010a) Effect of a 5-min cold-water immersion recovery on exercise performance in the heat. Br J Sports Med 44 :461-465.

Peiffer JJ, Abbiss CR, Watson G, Nosaka K, Laursen PB (2010b) Effect of cold water immersion on repeated 1-km cycling performance in the heat. J Sci Med Sport 13 :112-116.

Pichot V, Busso T, Roche F, Garet M, Costes F, Duverney D, Lacour JR, Barthelemy JC (2002) Autonomic adaptations to intensive and overload training periods : a laboratory study. Med Sci Sports Exerc 34 :1660-1666.

Pichot V, Roche F, Gaspoz JM, Enjolras F, Antoniadis A, Minini P, Costes F, Busso T, Lacour JR, Barthelemy JC (2000) Relation between heart rate variability and training load in middle-distance runners. Med Sci Sports Exerc 32 :1729-1736.

Pointon M, Duffield R (2012) Cold water immersion recovery after simulated collision sport exercise. Med Sci Sports Exerc 44 :206-216.

Pointon M, Duffield R, Cannon J, Marino FE (2012) Cold water immersion recovery following intermittent-sprint exercise in the heat. Eur J Appl Physiol 112 :2483-2494.

Poppendieck W, Faude O, Wegmann M, Meyer T (2013) Cooling and Performance Recovery of Trained Athletes - a Meta-Analytical Review. Int J Sports Physiol Perform 8(3) :227-42.

Pournot H, Bieuzen F, Duffield R, Lepretre PM, Cozzolino C, Hausswirth C (2011) Short term effects of various water immersions on recovery from exhaustive intermittent exercise. Eur J Appl Physiol 111 :1287-1295.

Robey E, Dawson B, Goodman C, Beilby J (2009) Effect of postexercise recovery procedures following strenuous stair-climb running. Res Sports Med 17 :245-259.

Rowsell GJ, Courts AJ, Reaburn P, Hill-Haas S (2009) Effects of cold-water immersion on physical performance between successive matches in high-performance junior male soccer players. J Sports Sci 27 : 565-573.

Rowsell GJ, Courts AJ, Reaburn P, Hill-Haas S (2011) Effect of post-match cold-water immersion on subsequent match running performance in junior soccer players during tournament play. J Sports Sci 29 :1-6.

Rupp KA, Selkow NM, Parente WR, Ingersoll CD, Weltman AL, Saliba SA (2012) The effect of cold water immersion on 48-hour performance testing in collegiate soccer players. J Strength Cond Res 26 :2043-2050.

Rutkove SB (2001) Effects of temperature on neuromuscular electrophysiology. Muscle Nerve 24 :867-882.

Schaal K, Le Meur Y, Bieuzen F, Petit O, Hellard P, Toussaint JF, Hausswirth C (2013) Effect of recovery mode on postexercise vagal reactivation in elite synchronized swimmers. Appl Physiol Nutr Metab 38 :126-133.

Schniepp J, Campbell TS, Powell KL, Pincivero DM (2002) The effects of cold-water immersion on power output and heart rate in elite cyclists. J Strength Cond Res 16 :561-566.

Sellwood KL, Brukner P, Williams D, Nicol A, Hinman R (2007) Ice-water immersion and delayed-onset muscle soreness : a randomised controlled trial. Br J Sports Med 41 :392-397.

Skurvydas A, Kamandulis S, Stanislovaitis A, Streckis V, Mamkus G, Drazdauskas A (2008) Leg immersion in warm water, stretch-shortening exercise, and exercise-induced muscle damage. J Athl Train 43 :592-599.

Stacey DL, Gibala MJ, Martin Ginis KA, Timmons BW (2010) Effects of recovery method after exercise on performance, immune changes, and psychological outcomes. J Orthop Sports Phys Ther 40 :656-665.

Stanley J, Buchheit M, Peake JM (2012) The effect of postexercise hydrotherapy on subsequent exercise performance and heart rate variability. Eur J Appl Physiol 112 :951-961.

Tessitore A, Meeusen R, Cortis C, Capranica L (2007) Effects of different recovery interventions on anaerobic performances following preseason soccer training. J Strength Cond Res 21 :745-750.

Tessitore A, Meeusen R, Pagano R, Benvenuti C, Tiberi M, Capranica L (2008) Effectiveness of active versus passive recovery strategies after futsal games. J Strength Cond Res 22 :1402-1412.

Vaile J (2008) Effect of hydrotherapy on recovery of muscle-damage and exercise induced-fatigue. School of Sports Science, Exercise and Health. The University of Western Australia, Canberra, p. 217.

Vaile J, Gill N (2003) The effect of contrast water therapy on symptoms of delayed onset muscle soreness (DOMS). (Abstract). Journal of Science & Medicine in Sport 6 :111-111.

Vaile J, Halson S, Gill N, Dawson B (2008a) Effect of hydrotherapy on recovery from fatigue. Int J Sports Med 29 :539-544.

Vaile J, Halson S, Gill N, Dawson B (2008b) Effect of hydrotherapy on the signs and symptoms of delayed onset muscle soreness. Eur J Appl Physiol 102 :447-455.

Vaile J, O'Hagan C, Stefanovic B, Walker M, Gill N, Askew CD (2011) Effect of cold water immersion on repeated cycling performance and limb blood flow. Br J Sports Med 45 :825-829.

Vaile JM, Gill ND, Blazevich AJ (2007) The effect of contrast water therapy on symptoms of delayed onset muscle soreness. J Strength Cond Res 21 :697-702.

Versey N, Halson S, Dawson B (2011) Effect of contrast water therapy duration on recovery of cycling performance : a dose-response study. Eur J Appl Physiol 111 :37-46.

Versey NG, Halson SL, Dawson BT (2012) Effect of contrast water therapy duration on recovery of running performance. Int J Sports Physiol Perform 7 :130-140.

Webb N (2011) The relative efficacy of three recovery modalities following professional rugby league competition matches. Auckland University of Technology.

Webb N, Harris N, Cronin J, Walker C (2012) The Relative Efficacy of Three Recovery Modalities Following Professional Rugby League Matches. J Strength Cond Res. Epub ahead of print.

Wilcock IM, Cronin JB, Hing WA (2006) Physiological response to water immersion : a method for sport recovery ? Sports Med 36 :747-765.

Table des illustrations

Titre Figure 16.1. Variation en pourcentage de la performance lors de squat isométrique (Force pic) suivant FROID (a), HWI (b), et CWT (c). La performance a été mesurée en pré- et post-exercice musculaire « dommageant » et à 24,48, et 72 h post-exercice.
Légende * : différence significative entre l'intervention par immersion et la situation passive. FMV : Force maximale volontaire D'après Vaile et al. (2008b).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure16.2. (A) changement en pourcentage de la force maximale volontaire isométrique avant et après les séries 1 et 2.
Légende * : atténuation significative de la production de force entre la série 2 et la série 1 (p < 0,05). Moyenne ± ET, n = 16. (B) Activité de la créatine kinase plasmatique avant et après les séries 1 et 2. Moyenne ± ET, n = 16. D'après Howatson et al. (2009).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 16.1. Exemple d'études « all-out ». R : repos entre les répétitions ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion alternée ; TEMP : Immersion en eau tempérée ; LEDT : Thérapie à infrarouges longs ; ACT : récupération active ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 16.3. Variation de la performance en contre-la-montre.
Légende * : différence significative entre la condition « Froid » et la condition « Passif » (p < 0,05) ; ** ;différence significative entre la condition « Alternée » et la condition « Passif » (p < 0,05). D'après Vaile et al. (2008a).
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 16.2. Exemples d’études de terrain - R : intervalle de temps entre les matchs ; PAS : récupération passive ; FROID : immersion en eau froide ; CWT : immersion contrastée ; TEMP : immersion tempérée ; ACT : récupération active ; GAR : vêtements compressifs ; EMS : electromyostimulation ; [La] : lactate sanguin ; [CK] : créatine kinase ; [CRP] : protéine C-réactive ; [Mb] : myoglobine ; MVC : force maximale volontaire ; CMJ : sauts en contre-mouvement ; RSA : capacité de répétition de sprints.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/1378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search