Version classiqueVersion mobile

Améliorer sa récupération en sport

 | 
Christophe Hausswirth

Partie 2. Stratégies pour optimiser la récupération

Chapitre 13. Les applications thermiques locales en médecine sportive

Sylvain Dorel, Gaël Guilhem, Cédric Lucas et Lorenzo Martinez Pacheco

Texte intégral

Introduction

1Les applications thermiques locales - notamment du froid - sont classiquement utilisées pour le traitement des blessures des tissus mous dans un cadre clinique. Même si la glace reste une des techniques préférentiellement utilisées, un certain nombre d'autres modalités d'application existent aujourd'hui. Outre leurs effets positifs connus dans le cadre de traitements thérapeutiques, il est légitime de penser que ces techniques peuvent avoir des effets positifs en ce qui concerne la prévention. Allégement des symptômes liés à l'apparition de courbatures, restauration plus rapide de la capacité fonctionnelle des muscles sollicités, réduction des risques de blessures consécutives aux microtraumatismes musculaires sont autant de justifications possibles d'une utilisation de ces techniques afin d'améliorer la récupération. Ainsi, dans ce chapitre, nous tenterons de mettre en évidence les transferts possibles de ces différentes techniques dans le contexte plus général de la récupération associée à la pratique sportive de haut niveau. Nous présenterons les différentes techniques d'application thermique locale sur les régions musculaires (et tendineuses). Nous tenterons d'expliciter les principes physiologiques justifiant (ou non) leur utilisation et décrirons les dernières connaissances scientifiques ayant trait à chacune d'elles. Nous proposerons également des exemples d'application pratique pour chacune de ces techniques, ainsi que les procédés et un certain nombre de recommandations quant à leur utilisation.

1. Bases physiologiques et connaissances scientifiques

1.1 Les différentes modalités d'application thermique locale

2Le froid et le chaud appliqués localement sur une région musculaire engendrent des réponses physiologiques relativement opposées. Lors d'une application de froid, on constate différents phénomènes : une baisse de l'activité métabolique, une vasoconstriction des capillaires (puis une vasodilatation par effet rebond après l'application), une action anti-inflammatoire caractérisée par un œdème moins important, une baisse de la conduction nerveuse (effet antalgique : baisse de la sensation de douleur), une baisse de l'élasticité musculaire (i. e. une augmentation de la raideur). L'application locale de chaud induit quant à elle une augmentation de l'activité métabolique et une vasodilatation (augmentation de l'apport en oxygène, des nutriments et des anticorps), une baisse de l'activité des fuseaux neuromusculaires et de la sensibilité à l'étirement. La spécificité de l'application locale au regard des autres techniques d'application du froid (notamment l'immersion) sera abordée en partie dans ce chapitre. Il est cependant conseillé, à défaut, de se référer aux chapitres correspondant à ces dites techniques.

3Actuellement, les méthodes d'application locale de froid se diversifient ; parmi les principales, nous pouvons citer :

  • la glace, en application directe ou par l'intermédiaire d'un linge humide ou d'une vessie ; c'est une technique très largement utilisée ;

  • les poches de gel cryogène (ou coussins thermiques) et poches de froid instantané contenant de l'eau et un sel ;

  • le gaz (microcristaux de CO2) ou l'air froid réfrigéré pulsé sous forme de spray, bombe ou sous la forme plus élaborée de compresseur ;

  • les vestes réfrigérantes contenant des packs de glace ou de gel cryogène, technique plus spécifiquement utilisée dans le cadre de la récupération ou de la répétition d'efforts avec des contraintes thermiques importantes (chaleur ambiante, augmentation de la température centrale...).

4Certaines de ces méthodes, nous le verrons, sont assez souvent associées ou combinées avec d'autres techniques (notamment la compression, le massage ou l'alternance avec le chaud). On ne peut dès lors parler que d'effets cumulés et pas seulement engendrés par le froid.

5L'application locale de chaleur, quant à elle, est beaucoup moins utilisée en pratique, et les connaissances scientifiques dans le domaine restent limitées. Pour créer la source de chaleur, on peut utiliser un linge humide, le coussin thermique (ou compresse de chaud) ou encore des substances préalablement chauffées telles que l'argile, les algues ou la paraffine.

6Quelle que soit la technique employée, les effets physiologiques de ces techniques sont, pour la plupart, localisés au niveau de la zone concernée. Néanmoins, certaines d'entre elles trouvent des justifications dans le fait qu'elles entraînent également des adaptations au niveau central (notamment de la température centrale ou de la fréquence cardiaque). Afin d'appréhender au mieux la capacité de ces principales méthodes à engendrer des bénéfices en ce qui concerne la récupération, nous proposons, dans la suite du chapitre, d'étudier dans quelle mesure elles influencent (ou non) les variables physiologiques et fonctionnelles suivantes : la température cutanée, la température musculaire (voire la température centrale), les phénomènes de courbatures et de douleurs musculaires, les processus liés à l'apparition d'une inflammation locale, ainsi que la réponse fonctionnelle (voire la performance sportive).

1.2 Effets sur les températures cutanée et musculaire

1.2.1 Évolution attendue et température cible

7Dans le cadre d'une application locale, les réactions physiologiques significatives sont la conséquence d'une action concrète de l'application sur la température intramusculaire (profonde) de la zone concernée. En effet, même si la température de la peau constitue un indice intéressant de l'effet thermique, elle ne reflète pas toujours fidèlement l'impact de l'application au niveau plus profond du corps musculaire. De plus, la baisse de la température intramusculaire qu'il faut induire afin d'obtenir des effets significatifs du froid reste une question ouverte. Force est de constater que cette variable n'est pas souvent mesurée dans les études portant sur les effets de la cryothérapie locale. À ce sujet, une étude récente indique qu'une diminution de 7 à 9 °C de la température intramusculaire reste insuffisante pour provoquer une vasoconstriction locale (Selkow et al. 2012). De fait, il est classiquement admis qu'une diminution de la température cutanée jusqu'à une valeur cible de l'ordre de 10-15 °C doit être atteinte afin que les effets physiologiques significatifs du froid se fassent sentir au niveau musculaire (Mac Auley 2001). Pour autant, au regard de l'étude de Selkow et al. (2012), il est raisonnable de penser qu'une température cible de 10 °C au niveau cutané constitue une limite haute à atteindre et à ne pas dépasser pour espérer des effets physiologiques concrets au niveau des muscles.

8Les principaux paramètres pesant sur l'ampleur de la réponse sont essentiellement la méthode d'application ainsi que la durée et la fréquence de celle-ci. L'application directe de glace par l'intermédiaire d'un linge humide au niveau de la peau semble être une des manières les plus efficaces et les moins dangereuses (par rapport au risque de brûlure) pour la peau (Mac Auley 2001). L'utilisation de ce linge contenant des glaçons ou de la glace pilée (froid humide) induit la perte de 12 °C en 15 min, perte supérieure à celle des 9,9 °C et 7,3 °C, obtenue respectivement avec un sac plastique contenant de la glace (froid plus sec) et une poche de gel cryogène (Belitsky et al. 1987). Dans le même sens, mais en utilisant cette fois une interface sèche entre la peau et le mode d'application, Dykstra et al. (2009) ont récemment montré qu'une poche remplie de glaçons et d'eau engendre une diminution légèrement plus importante de la température intramusculaire qu'une poche de glaçons seuls, et bien plus importante qu'une poche de glace pilée (pendant et après la phase d'application).

9La baisse de la température cutanée est relativement rapide dans les dix premières minutes, puis de plus en plus lente au cours des 10 min suivantes. Il est donc actuellement admis qu'une durée de 15-20 min d'application peut être considérée comme optimale pour deux raisons principales : elle permet d'atteindre une baisse de température suffisante au niveau cutané (et musculaire) tout en évitant notamment les lésions nerveuses cutanées que provoqueraient des applications locales de froid beaucoup plus longues. En outre, répéter les applications de 10-15 min à des intervalles de temps réguliers, d'une durée similaire, permet à la température superficielle de revenir à des valeurs relativement normales et agit sur la température profonde de manière prolongée (Mac Auley 2001).

1.2.2 Facteurs d'influence et types d'application

10La grandeur de la zone de contact de la poche de glace sur la peau et la quantité de glace auraient un impact sur le refroidissement. Cependant, dans une étude récente, Janwantanakul (2009) a mis en évidence que c'est plutôt la quantité de glace qui influence, en premier lieu, l'amplitude de la baisse de la température. L'auteur préconise donc des poches de glace d'au moins 0,6 kg pour obtenir les meilleurs résultats sur la température cutanée et donc, par conséquent, sur la température intramusculaire.

11Un paramètre important mais plus difficile à prendre en considération est l'effet isolant de la couche adipeuse souscutanée (Hocutt et al. 1982 ; Mac Auley 2001 ; Jutte et al. 2012). Les travaux de Myrer et al. (1994 ; 2001) ont néanmoins clairement montré des baisses de la température intramusculaire nettement plus importantes pour des populations à faible tissu adipeux (moins de 8 mm vs plus de 20 mm) au bout de 20 min d'application d'une poche de glace pilée. La température intramusculaire profonde (3 cm en dessous du tissu adipeux) continue de diminuer 10-20 min après la fin de l'application, et ceci, significativement plus rapidement chez les sujets ayant une plus petite couche adipeuse que chez les autres. Ainsi, qu'elle soit prise à 1 ou à 3 cm de profondeur, la température musculaire reste significativement plus basse 30 min après le traitement pour cette population (-9,04 °C à 1 cm de profondeur et-7,35 °C à 3 cm) par rapport aux sujets présentant une quantité de graisse sous-cutanée supérieure (-5,48 °C et-4,52 °C) [Myrer et al. 2001]. Par conséquent, et ce, malgré l'absence actuelle de consensus sur les questions pratiques, il apparaît important de prendre en considération la quantité de tissus adipeux au niveau de la zone traitée pour déterminer le protocole à utiliser pour faire diminuer la température musculaire (Jutte et al. 2012).

12Une des techniques alternatives consiste à masser au moyen de glaçons ou d'une poche de glace plutôt que de simplement appliquer cette dernière sur la peau. Cette méthode s'avère intéressante dans la mesure où elle permet d'augmenter le contact entre la glace et la peau (et donc la conductivité), de réduire le débit sanguin local et donc de limiter le réchauffement (Mac Auley 2001 ; Waylonis 1967). Cette modalité pourrait donc s'avérer intéressante dans le cadre de la prévention de traumatismes aigus (tels qu'une entorse au niveau articulaire) et pour la récupération d'exercices localement traumatisants pour les muscles tels que les exercices excentriques lourds induisant des microtraumatismes importants (surtout si cet exercice n'est pas familier au sportif). De plus, il a été montré que la compression, associée à l'application de froid - et même si elle engendre une baisse de température intramusculaire puis un maintien de celle-ci après application relativement similaire à l'application simple de glace-, permet néanmoins une baisse beaucoup plus rapide de la température intramusculaire (-5 °C en 18 min avec compression vs-5 °C en 28 min sans compression) [Zemke et al. 1998]. Une deuxième possibilité d'application locale consiste à réaliser une immersion dans l'eau froide de certaines régions musculaires (par exemple la jambe ou l'avant-bras). Comparativement à l'application d'une poche de glace pilée, l'immersion dans l'eau froide à 10 °C pendant 20 min entraîne une diminution légèrement plus faible de la température intramusculaire mais pas significativement différente : de l'ordre de-5 à-7 °C à l'issue de l'application (Myrer et al. 1998). Une étude récente a par ailleurs confirmé que la baisse de température intramusculaire et le temps nécessaire pour l'obtenir sont comparables, que l'on utilise l'immersion en eau froide ou l'application d'une poche de glace (Rupp et al. 2012).

13Cependant, ces mêmes auteurs ont également montré que le retour à la température initiale après l'application est beaucoup plus rapide avec la glace pilée (début du réchauffements min après l'application) qu'avec l'immersion (baisse supplémentaire de 1,8 °C lors des 30 min suivant l'application). De plus amples détails sur la technique d'immersion sont présentés dans le chapitre correspondant. Si la baisse de la température intramusculaire se prolonge plusieurs minutes après la fin de l'application, une condition importante semble toutefois devoir être l’inactivité relative de la partie traitée après cette application. En effet, même un exercice très modéré (par exemple une marche à 5,5 km/h) de 10 min après un traitement par la glace de 20 min du triceps sural entraîne un retour presque total à la normale de la température intramusculaire (Myrer et al. 2000, Fig. 13.1). Du fait des problèmes de temps, cette période d'inactivité n'est pas toujours facile à respecter. Ainsi, une alternative proposée est l'utilisation de poches de glace qui se fixent sur la partie à traiter (« to-go ice bag »), afin que l'athlète puisse poursuivre son activité quotidienne. L'intérêt annoncé est de permettre d'augmenter le temps d'application et, également, de favoriser les effets positifs de celle-ci par une compression due à la poche. Pour autant, dans les faits, cette technique induit certes une baisse de la température cutanée, mais elle s'avère inefficace pour diminuer la température intramusculaire profonde du triceps sural chez les athlètes qui poursuivent une activité de marche (Bender et al. 2005). Cette technique pourrait néanmoins présenter un intérêt si l'application concernait un groupe musculaire quasiment inactif (par exemple les muscles du haut du corps) lors de la phase de récupération.

14Enfin, la méthode alternant des applications de froid et de chaud (appelée « méthode de contraste chaud-froid ») n'a pas les mêmes effets. Contrairement à une application unique de glace de 20 min, l'application en alternance pendant 20 min d'une poche de gel chaud (5 min à 75 °C) et d'une poche de glace (5 min) n'a pas d'impact réel sur la température intramusculaire (Myrer et al. 1997, Fig. 13.2). Ceci remet en partie en cause l'efficacité de cette technique dès lors que les effets physiologiques attendus dépendent d'une fluctuation significative de la température profonde. À ce sujet, la méthode par contraste de température est plus largement utilisée par le biais d'immersions (cf. chapitre 16 « La récupération par immersion »). L'immersion est un procédé pour lequel il existe des preuves expérimentales montrant le bénéfice possible du phénomène de « vaso-pumping », provoqué par la vasoconstriction et la vasodilatation successives des vaisseaux sanguins.

Figure 13.1. Évolution des températures intramusculaires au cours d'une application de glace (20 min) et dans les 30 min suivant celle-ci pour deux groupes : l'un observant une période de repos (glace/repos), l'autre reprenant une activité modérée de marche pendant 10 min suite à l'application (glace/exercice).

Figure 13.1. Évolution des températures intramusculaires au cours d'une application de glace (20 min) et dans les 30 min suivant celle-ci pour deux groupes : l'un observant une période de repos (glace/repos), l'autre reprenant une activité modérée de marche pendant 10 min suite à l'application (glace/exercice).

D'après Myrer et al. (2000), avec l'autorisation du J Athl Train.

Figure 13.2. Évolution des températures cutanée et intramusculaire au cours d'un traitement de 20 min par la glace ou par la méthode de contraste froid-chaud.

Figure 13.2. Évolution des températures cutanée et intramusculaire au cours d'un traitement de 20 min par la glace ou par la méthode de contraste froid-chaud.

D'après Myrer et al. (1997), avec l'autorisation du J Athl Train.

1.2.3 Le cas de la cryothérapie à air froid pulsé

15Une nouvelle technique d'application locale de froid est apparue ces dernières années ; il s'agit de la cryothérapie à air froid ou utilisant un gaz réfrigéré (appelée aussi « neurocryostimulation »). Cette méthode consiste à puiser de l'air froid ou un gaz (généralement du CO2) intense, sec, de-30 à-80 °C, et à haute pression directement sur la surface cutanée, au niveau de la zone musculaire à traiter. Ce type de refroidissement, par convexion, permettrait un refroidissement plus important des tissus qu'avec des techniques plus classiques. Une étude de Mourot et al. (2007) confirme d'ailleurs une diminution très importante et très rapide de la température cutanée par ce type de procédé. Ainsi, 2 min d'application d'air froid (CO2 à-78 °C et à 75 bars) entraînent une baisse de 26 °C de la température cutanée de la main (qui tombe à 7 °C), alors qu'on n'observe qu'une baisse de 19 °C avec une poche de glace (appliquée pendant 15 min). Toutefois, à l'issue du refroidissement, la remontée de la température est plus rapide après la projection d'air froid (+6 °C) qu'avec de la glace (+3 °C). Cependant, la température remonte à des valeurs identiques de 21 °C (à 17 min dans les deux cas : 2 min après l'application de glace et 15 min après l'application d'air froid), et suit une évolution similaire ensuite. Lorsque le traitement par air froid pulsé inclut plusieurs applications répétées, il permet de réduire la température cutanée de manière prolongée. Trois applications successives de 4 min espacées d'une minute induisent par exemple une baisse de température cutanée qui peut descendre jusqu'à 3,1 °C pour une température moyenne sur l'ensemble de l'intervention de 9 °C (Guilhem et al. 2013), ce qui correspond aux recommandations de la littérature en matière d'effet sur la fonction musculaire (Mc Auley et al. 2001). Au regard du faible recul du monde scientifique et médical sur cette technique, son effet sur la température profonde reste à confirmer. Cependant, il est intéressant de constater que son application sur le dos de la main, ainsi que le rapportent les précédents auteurs, entraîne au niveau de la température cutanée de la paume de cette même main une diminution significative quasi équivalente à celle obtenue par une immersion dans l'eau froide. Même si la couche adipeuse n'est pas épaisse à cet endroit, on peut objectivement penser que l'air froid pulsé possède la capacité à refroidir davantage les tissus en profondeur. Pour autant, le temps de refroidissement étant relativement faible au niveau cutané (du fait de la faiblesse du temps d'application et de la vitesse, importante, de réchauffement), il reste à confirmer dans quelle mesure l'air froid pulsé permet une baisse (suffisamment durable) de la température intramusculaire.

16Le choc thermique induit par ces variations brutales de la température est l'un des principaux effets recherchés par ce type de technique. Ainsi, ce choc engendre également des réactions au niveau central : augmentation des pressions artérielles, systolique et diastolique (témoignant d'une vasoconstriction étendue), sous-tendue par une activité orthosympathique rapide, puis augmentation de l'activité parasympathique cardiaque en retour (Mourot et al. 2007). Cet effet est intéressant dans la mesure où la réactivation du système nerveux parasympathique après l'exercice (appréhendé notamment par l'étude de la variabilité de la fréquence cardiaque) est actuellement considérée comme un facteur influençant positivement la capacité de récupération des sportifs. Même si les preuves expérimentales de cet impact de l'air froid pulsé sur l'activité parasympathique post-exercice restent minces, d'autres études utilisant une application locale de froid juste après un exercice (i. e. l'immersion de la face dans l'eau froide) ont récemment confirmé qu'elle induisait une accélération de la réactivation du système parasympathique (Al Haddad et al. 2010).

1.3 Effets sur les douleurs musculaires, les phénomènes de courbatures (DOMS) et les processus inflammatoires

17Certains exercices induisant localement des contraintes mécaniques importantes peuvent être accompagnés, dans les heures et jours suivants, de phénomènes de douleurs musculaires. Ces courbatures (selon l'expression anglaise « Delayed Onset Muscle Soreness », ou DOMS) sont symptomatiques d'un certain nombre de bouleversements physiologiques dans la cellule musculaire et le liquide interstitiel : processus inflammatoires, formation d'un œdème, lyse musculaire... La question est de savoir dans quelle mesure une application thermique peut localement avoir un impact positif sur différents critères sensitifs (sensation de douleur), musculaires et sanguins, rendant indirectement compte de l'ampleur du phénomène de courbature.

1.3.1 Action locale du froid sur la blessure et bénéfice envisagé lors de la récupération d'un exercice traumatisant

18Il a été clairement mis en évidence que la vasoconstriction et la réduction de l'activité métabolique avaient pour effet de réduire le gonflement des tissus, l'inflammation, la sensation immédiate de douleur et le degré de la blessure (Enwemeka et al. 2002). Ainsi, les preuves expérimentales existent : l'application locale de froid, rapidement et de façon prolongée, juste après une blessure musculaire, atténue bien la destruction cellulaire par les leucocytes et améliore la perfusion tissulaire des nutriments (Schaser et al. 2006). Dans ce cadre précis du traitement aigu d'un traumatisme musculo-squelettique, le froid est un moyen valide pour améliorer la survie cellulaire à l'hypoxie locale induite, notamment, par le processus inflammatoire et la formation de l'œdème (Merrick et al. 1999 ; Swenson et al. 1996).

19Même si nous avons vu qu'en respectant une certaine fréquence et/ou une certaine durée d'application, la cryothérapie locale avait un réel effet sur les températures cutanée et musculaire atteintes, son influence objective sur la diminution des DOMS reste à démontrer. En effet, à l'heure actuelle, il n'existe pas de preuves scientifiques irréfutables rendant compte de réels bénéfices engendrés par l'application de froid dans la prévention et le traitement des courbatures, quel que soit son moment d'application - et en dehors, naturellement, de son effet analgésique (Cheung et al. 2003 ; Bleakley et al. 2012). Pourtant, force est de constater qu'il n'existe pas de consensus à ce sujet. Certains auteurs ne montrent aucun bénéfice d'un traitement par la glace ou d'un traitement combiné exercice + glace sur la sensation de douleur et le taux de créatine kinase (CK) dans le sang (signalons que ce marqueur, historiquement très utilisé pour témoigner des dommages musculaires, est aujourd'hui jugé trop dépendant de nombreuses autres variables au niveau central) après un exercice épuisant concentrique/excentrique de flexion du coude (Isabell et al. 1992).

20Parallèlement, aucune différence de perception de la douleur musculaire n'a été observée après des massages de 15 min avec de la glace, que ce soit immédiatement, 20 min, 24 h ou 48 h après l'exercice épuisant (Gulick et al. 1996 ; Yackzan et al. 1984). Dans leur revue de question, Cheung et al. (2003) indiquent que le niveau d'expertise ne semble pas avoir d'impact majeur sur cette absence de résultats. Ceci contredit en partie la croyance selon laquelle les athlètes entraînés seraient plus résistants aux exercices excentriques induisant des courbatures et, ainsi, présenteraient des réponses positives plus importantes à l'application de froid.

21Par conséquent, et au regard des effets positifs du froid concernant le traitement des traumatismes aigus, cela suggérerait que les courbatures sont associées à des processus inflammatoires différents ou de bien moindre envergure. On peut néanmoins penser, en faisant un parallèle, que l'application locale de froid pourrait avoir un effet favorable dans le cadre de la récupération d'exercices très traumatisants au niveau local, et engendrant donc des dommages musculaires importants, une réaction inflammatoire conséquente et l'apparition d'un œdème (i. e. exercices excentriques et/ou pliométriques lourds). Une des études les plus complètes sur le sujet est celle d'Howatson et al. (2005). Ces auteurs ont étudié l'influence d'un massage par la glace de 15 min suite à un exercice traumatisant (induisant des dommages musculaires) excentrique des fléchisseurs de l'avant-bras sur le bras. Aucun effet favorable du traitement n'a été observé sur l'ensemble des variables mesurées dans les heures et les jours suivants (perception de la douleur [Fig. 13.3], taux circulant de CK, données de force isocinétique à plusieurs vitesses, récupération de l'amplitude de mouvement - autant de paramètres correspondant à des signes ou à des symptômes de dommages musculaires). Ces auteurs ont donc conclu que les bénéfices du froid, observés pour le traitement de blessures aiguës, n'étaient pas facilement transférables au domaine de la récupération musculaire - même dans le cadre de la récupération d'un exercice traumatisant excentrique. Cependant, une seule application a été réalisée dans cette étude.

Figure 13.3. Douleur perçue (échelle de Talag) juste après, 24 h, 48 h, 72 h et 96 h après la réalisation d'un exercice excentrique des fléchisseurs de l'avant-bras sans traitement (placebo) ou suite à un massage par la glace (cryothérapie).

Figure 13.3. Douleur perçue (échelle de Talag) juste après, 24 h, 48 h, 72 h et 96 h après la réalisation d'un exercice excentrique des fléchisseurs de l'avant-bras sans traitement (placebo) ou suite à un massage par la glace (cryothérapie).

D'après Howatson et al. (2005), avec l'autorisation du Scan J Med Sci Sports.

22Le pH constitue une autre variable intéressante, témoin d'une perturbation de l'homéostasie qui peut être provoquée par un exercice musculaire intense. Une augmentation intramusculaire de la concentration en ions H+, due à une activité musculaire intense (augmentation notamment liée à une sollicitation importante du métabolisme glycolytique), entraîne une diminution du pH intracellulaire, phénomène classiquement considéré comme un facteur responsable de la baisse de performance ou d'un retard de la récupération musculaire après l'exercice.

23Encore une fois chez l'animal, il a été clairement démontré que l'application de froid entraîne une augmentation significative du pH intracellulaire (Johnson et al. 1993). Qu'en est-il des transferts possibles de ces résultats dans le cadre de la récupération après des exercices traumatisants chez l'homme ? Une étude récente de Yanagisawa et al. (2003) a examiné les effets du froid local sur des paramètres de la réponse inflammatoire, le pH intramusculaire et la perception de la douleur, suite à un exercice excentrique traumatisant des fléchisseurs plantaires chez l'homme. Alors qu'ils ne montrent pas d'influence significative du froid sur la douleur perçue tout au long de la période de récupération, les résultats indiquent un effet positif du froid sur le pH (i. e. valeur plus importante de pH dans les 30 et 60 min suivant l'exercice) et sur l'apparition de l'œdème (i. e. diminution de sa formation 48 h après l'exercice, Fig. 13.4). Ainsi, cela conforte en partie ce que nous mentionnions précédemment : ces procédés de froid local semblent autant de perspectives intéressantes dans le cadre spécifique d'exercices très traumatisants au niveau local et risquant d'engendrer des dommages musculaires et une réaction inflammatoire importante.

Figure 13.4. Coupes IRM (pondérées en T2) du mollet chez un sujet du groupe contrôle (A-B) et un sujet ayant reçu un traitement de cryothérapie (C-D). Les images sont prises avant (A-C) et 48 h après (B-D) la réalisation d'un exercice excentrique épuisant. Un hypersignal (blanc) est visible sur le Gastrocnemius medialis, indiquant un processus inflammatoire important provoqué par les microlésions musculaires sur le groupe contrôle (B) par rapport au groupe « Cryothérapie » (D).

Figure 13.4. Coupes IRM (pondérées en T2) du mollet chez un sujet du groupe contrôle (A-B) et un sujet ayant reçu un traitement de cryothérapie (C-D). Les images sont prises avant (A-C) et 48 h après (B-D) la réalisation d'un exercice excentrique épuisant. Un hypersignal (blanc) est visible sur le Gastrocnemius medialis, indiquant un processus inflammatoire important provoqué par les microlésions musculaires sur le groupe contrôle (B) par rapport au groupe « Cryothérapie » (D).

D'après Yanagisawa et al. (2003), avec l'autorisation de Med Sci Sports Exerc.

24Ces effets potentiels peuvent cependant varier en fonction du groupe musculaire considéré et du niveau de dommages musculaires induits. En effet, des travaux récents ont évalué les effets d'un traitement prolongé par air froid pulsé (une application juste après l'exercice et pendant les trois jours suivants) sur différents indicateurs des dommages musculaires induits par un exercice excentrique réalisé sur les muscles fléchisseurs du coude (Guilhem et al. 2013). Cette étude n'a pas montré d'effet systématique de la cryothérapie sur la plupart des indicateurs utilisés pour appréhender les traumatismes musculaires (i. e. douleur perçue, taux de CK, œdème musculaire mesuré en imagerie par résonance magnétique pondérée en T2). Moins soumis aux actions frénatrices, les fléchisseurs du coude sont par conséquent moins adaptés et donc plus sensibles aux effets de l'exercice excentrique, comme le montrent les taux de CK (5760 ± 1966 U.l-1 72 h après l'exercice) et les niveaux d'œdème élevés (+27 ± 6 % sept jours après l'exercice) rapportés dans cette étude (Fig. 13.5). Les auteurs soulignent également la variabilité individuelle importante de la réponse aux dommages musculaires et des effets de l'application de froid sur ces dommages (par ex. augmentation entre 3 et 77 % de l'œdème musculaire, sept jours après l'exercice). Ainsi, les effets potentiels du froid local pourraient dépendre du niveau des traumatismes musculaires engendrés.

1.3.2 Action de l'application répétée de froid sur certains médiateurs sanguins et effets chroniques

25Concernant les marqueurs sanguins, les résultats sont encore une fois plutôt contrastés. Une étude récente (Nemet et al. 2009) a examiné la réponse pro- et anti-inflammatoire (cytokines) et celle des médiateurs de l'activité anabolisante et catabolisante, suite à l'application d'une poche de glace (i. e. deuxfoisl5 min) après un exercice des prints répétés. Les résultats montrent, durant la récupération, une diminution plus rapide, par l'application de froid, du médiateur pro-inflammatoire IL-1β, aucun effet sur IL-6 (confirmant ainsi les résultats d'études précédentes) et une diminution encore plus rapide du médiateur anti-inflammatoire IL-1ra. De plus, cette application entraîne une diminution beaucoup plus rapide du taux d'hormones anabolisantes (IGF-I et IGFBP-3) associée à une augmentation plus importante des agents cataboliques (IGFBP-1) durant la phase de récupération de la session d'entraînement. En résumé, la cryothérapie locale appliquée juste après un exercice d'interval training en sprint induit une réduction plus rapide des taux de cytokines pro- et anti-inflammatoires ainsi que celui des hormones anabolisantes (réduisant ainsi l'effet anabolisant de l'entraînement précédent). De fait, ces résultats corroborent les études montrant certains effets néfastes du froid sur la performance sportive (voir sous-titre suivant) et l'absence d'effets objectifs sur les dommages musculaires et les courbatures. Les effets d'un traitement chronique à partir d'applications répétées de froid (i. e. plusieurs fois par semaine pendant plusieurs semaines) sur les dommages ou douleurs musculaires, induits par la répétition d'exercices traumatisants ou non, ne sont pas encore clairement établis. Ceci est notamment lié au fait que les études sur le sujet chez l'homme sont rares. Il a été montré, dans une population de rats entraînés en endurance, qu'un traitement par immersion en eau froide après chaque exercice provoquait des dommages musculaires plus importants et plus rapidement (Fu et al. 1997). En fait, ces auteurs mettent en évidence que le froid appliqué de façon répétée sur ce type de protocole d'exercices s'enchaînant de jour en jour, induit une baisse de la sensation de douleur, de la formation de l'œdème, masquant ainsi les signaux physiologiques classiques des dommages musculaires. Dans ce cas, la cryothérapie serait à moyen terme un traitement dangereux, puisqu'elle permettrait d'enchaîner des exercices trop traumatisants au niveau musculaire et, en conséquence, n'améliorerait pas la régénération des fibres. Cela pose encore une fois la question du dosage adéquat (notamment quant au temps) entre l'application du froid et le retour à l'exercice musculaire dans le cadre de l'entraînement : juste après, ou même le lendemain si l'exercice produit beaucoup de dommages musculaires.

Figure 13.5. Niveau de douleur perçue (A), taux de créatine kinase (CK) circulante (B) et niveaux d'œdème musculaire du biceps brachii (T2 exprimé en pourcentage de la valeur pré-exercice) avant (PRE) et 1, 2, 3, 7 et 14 jours après un exercice excentrique fatiguant des fléchisseurs du coude.

Figure 13.5. Niveau de douleur perçue (A), taux de créatine kinase (CK) circulante (B) et niveaux d'œdème musculaire du biceps brachii (T2 exprimé en pourcentage de la valeur pré-exercice) avant (PRE) et 1, 2, 3, 7 et 14 jours après un exercice excentrique fatiguant des fléchisseurs du coude.

‡ : valeurs significativement différentes de la valeur PRE pour le groupe contrôle ;
* : valeurs significativement différentes de la valeur PRE pour le groupe ayant suivi un traitement de cryothérapie par air froid pulsé.
D'après Guilhem et al. (2013), données personnelles.

26Chez l'homme, sur une population à la base non entraînée, il a été mis en évidence un effet néfaste de la cryothérapie sur les processus adaptatifs à l'entraînement en endurance et en force obtenus au bout de six semaines - effets néfastes notamment sur la régénération myofibrillaire, l'hypertrophie et l'augmentation du diamètre des artères (Yamane et al. 2006). Ces résultats sont limités puisqu'ils concernent des sujets non entraînés et des exercices ne provoquant pas de DOMS. Cependant, ils restent intéressants, justement, parce qu'ils posent le problème de l'interférence des effets du froid appliqué de façon répétée avec les processus classiques de régénération, risquant alors de retarder plutôt que de favoriser l'amélioration de la performance à moyen terme.

1.4 Effets sur la fonction musculaire et la performance

27In fine, l'intérêt pratique, sur le plan de la récupération, est d'améliorer le retour à la normale de la performance motrice, c'est-à-dire de diminuer le temps nécessaire à la restauration des capacités fonctionnelles des muscles sollicités. Ceci est particulièrement pertinent dans le cadre d'une utilisation au cours ou à la suite d'une phase de compétition.

1.4.1 Performance aiguë post-application

28Les bénéfices fonctionnels à très court terme de l'application locale de froid sont réellement sujets à controverses. La plupart des études mettent en évidence leur effet plutôt néfaste sur la performance réalisée juste après une période de traitement. Fischer et al. (2009) ont ainsi mis en évidence, récemment, une diminution de la performance au cours d'un test de sprint en navette et d'un saut vertical immédiatement et 20 min après une application (pendant 10 min) de glace sur les muscles ischio-jambiers.

29Ces résultats confirment ceux de Cross et al. (1996) qui montraient également une augmentation du temps au cours d'un test de sprint en navette juste après une immersion locale en eau froide (i. e. des jambes) de 20 min. La force maximale des quadriceps est également diminuée immédiatement après l'application de glace, que ce soit en condition concentrique ou excentrique (Ruiz et al. 1993), mais cet effet contre-productif ne semble se maintenir que pour la condition excentrique 20 et 40 min après. Pour expliquer ces effets néfastes à court terme, la plupart de ces auteurs énoncent les hypothèses classiques des effets négatifs du froid sur la contractilité musculaire et la vitesse de conduction nerveuse.

30La plupart des auteurs s'accordent à penser que la glace (souvent utilisée dans le but de réduire la douleur ou dans un but thérapeutique, c'est-à-dire suite à une blessure), dans le cadre d'une compétition (sport collectif, sport de combat...), doit être utilisée avec prudence car elle entraîne des déficits non négligeables de la fonction musculaire lors de la reprise d'une activité compétitive (encore dans les 20 min qui suivent le traitement). Pour autant, d'autres auteurs (Kimura et al. 1997) ne montrent pas d'impacts négatifs d'une application prolongée de froid sur la chute de pic de moment de force des muscles fléchisseurs plantaires, et ceci, quelle que soit la vitesse (i. e. 30 et 120°/s). Ces auteurs attirent l'attention sur le fait que l'impact du froid pourrait sensiblement varier en fonction de la typologie musculaire concernée et l'ampleur de la diminution de la température intramusculaire, ce qui pourrait expliquer en partie les différences avec l'étude de Ruiz et al. (1993) précédemment citée. La secousse musculaire maximale des fibres rapides (plus nombreuses dans le quadriceps) ne semble pas être touchée négativement par une baisse de température intramusculaire (jusqu'à environ 20 °C), contrairement aux fibres lentes (plus nombreuses dans le soléaire notamment).

31Une solution proposée pour contrecarrer les effets négatifs possibles du froid sur la force maximale serait d'accélérer le réchauffement post-traitement en réalisant un exercice de type échauffement avant la reprise de l'activité. En effet, il a été montré que la diminution des performances en saut, sur un test de sprint en navette et sur un sprint de 40 yards, peut être contrebalancée par la réalisation d'un échauffement musculaire (type « warm-up ») de quelques minutes après l'application (Richendollar et al. 2006). C'est d'ailleurs ce qui est mis en place pour l'étude de Kimura et al. (1997) précédemment citée et qui peut ainsi expliquer l'absence d'effets néfastes du froid sur la force maximale en excentrique. Quid de la méthode par contraste chaud-froid, qui pourrait certainement avoir les mêmes effets dans ce cadre-là ?

32Dans le même temps, certaines études ne relèvent pas d'effets néfastes de l'application de froid sur certains autres paramètres de la fonction musculaire subséquente (i. e. autre que la force maximale). Dans l'étude de Tremblay et al. (2001), les phénomènes de proprioception du quadriceps (i. e. la perception de la position de la jambe et du niveau de force produite) ne sont pas significativement altérés par une application de glace pilée sur la cuisse pendant 20 min. Ceci confirme en partie certains des résultats obtenus précédemment sur la capacité d'agilité (Evans et al. 1995), mais ils ne sont pas en accord avec les résultats négatifs obtenus par Wassinger et al. (2007) après application de glace sur l'épaule, aussi bien en ce qui concerne la proprioception au niveau de l'épaule que la précision d'une tâche de lancer de 30 s (ces travaux restent pour autant limités à la réalisation d'une performance unique inhabituelle chez des sujets non entraînés).

33De plus, il a été montré qu'un traitement par la glace d'une durée de 20 min pouvait améliorer la restauration des capacités de force maximale de l'épaule chez des joueurs de base-bail ; cependant, les résultats étaient encore plus probants lorsque celui-ci était suivi d'une récupération active légère de 20 min (Yanagisawa et al. 2003). D'ailleurs, cette étude est une des rares à également montrer que ce type de récupération mixte (glace + récupération active) est associé à une diminution significative des courbatures (qui étaient cependant initialement de faible niveau). Enfin, l'application répétée de froid local (air froid pulsé) n'a pas montré d'effet significatif sur la récupération de la force musculaire maximale, par rapport à un groupe ayant récupéré de manière passive, et ce, jusqu'à 2 semaines après l'exercice traumatisant (Guilhem et al. 2013).

1.4.2 Application de froid et répétition de la performance

34Les résultats de Yanegisawa et al. <2003) nuancent quelque peu le fait, mentionné dans les paragraphes précédents, selon lequel un retour rapide à l'activité, juste après une phase de traitement par le froid, se ferait nécessairement au détriment d'une bonne réitération de la performance. Cependant, il demeure que, même associé à une reprise d'activité (type échauffement), le froid permet tout au plus de réaliser le niveau normal de performance ; ceci ne constitue pas en soi un bénéfice vis-à-vis d'une condition passive. Alors, faut-il pour autant bannir l'utilisation du froid local au cours de la répétition d'exercices ? La réponse n'est pas obligatoirement négative dans la mesure où certaines études récentes tendent à montrer son intérêt dans la répétition de la performance dans des cadres bien particuliers. Ainsi, une immersion locale, pendant 20 min, des avant-bras dans l'eau froide permet de réitérer plus facilement une performance en escalade chez des grimpeurs entraînés, comparativement à une récupération passive (Heyman et al. 2009, tableau 13.1). Étant donné la faiblesse de la profondeur du bac d'eau (70 cm), ces auteurs attribuent les effets positifs à la température (qui baisse significativement) plutôt qu'à l'effet de la pression hydrostatique, ce qui permet d'élargir ces résultats aux applications locales de froid par la glace. Les hypothèses proposées sont celles classiquement avancées pour expliquer le bénéfice du froid : une vasoconstriction locale réduit l'inflammation aiguë ainsi que la sensation de douleur musculaire (importante dans les avant-bras) et limite donc également la perte de force subséquente.

Tableau 13.1. Effet de quatre modalités de récupération sur la répétition d'une performance maximale chez des grimpeurs entraînés. La performance (durée et nombre de mouvements) est maintenue dans le cas d'une récupération active ou par cryothérapie locale au niveau des avant-bras (20 min), alors qu'elle se dégrade avec l'électrostimulation ou la récupération passive.

Tableau 13.1. Effet de quatre modalités de récupération sur la répétition d'une performance maximale chez des grimpeurs entraînés. La performance (durée et nombre de mouvements) est maintenue dans le cas d'une récupération active ou par cryothérapie locale au niveau des avant-bras (20 min), alors qu'elle se dégrade avec l'électrostimulation ou la récupération passive.

* : différence significative entre la performance initiale et la réitération de la performance (p < 0,01) ;
** : différence significative (p < 0,001).
D'après Heyman et al. (2009), avec l'autorisation de Med Sci Sports Exerc.

35Au regard de ces effets, on pourrait supposer qu'il existe des bénéfices du froid sur l'endurance musculaire. D'ailleurs, on ne peut que constater que les preuves scientifiques, dans ce domaine, sont beaucoup plus évidentes. Les dix études recensées sur le sujet par Kimura et al. (1997), études auxquelles s'ajoute la sienne, montrent une amélioration des capacités fonctionnelles d'endurance musculaire subséquente à l'application de froid, quels que soient la méthode de cooling et le type de contraction musculaire. Ces effets positifs consisteraient notamment en une douleur ou une pénibilité de l'effort perçues comme moindres, en une diminution limitée de la force, en une augmentation de la viscosité et en une baisse des produits issus de l'activité métabolique, ainsi qu'en une augmentation plus lente de la température durant l'exercice endurant (Kimura et al. 1997).

36Dans un registre légèrement différent, Verducci et al. (2000) ont étudié l'effet produit par des applications répétées de poches de glace au niveau de l'épaule, du bras et du coude (3 min) sur différents paramètres de la performance au cours d'une séance d'exercices répétés de musculation (vingt-deux répétitions à 74 % de 1RM, toutes les 8 min, jusqu'à arrêt de l'exercice). Les résultats montrent un effet positif de ce type de cryothérapie sur la vitesse et la puissance produites et, par conséquent, sur la quantité totale de travail réalisé au cours de la séance (+ 14,5 %). Au même titre que la méthode par contraste, les applications de 3 min proposées dans cette étude n'entraînent pas de baisse de la température musculaire. Cependant, il est intéressant de noter que, dans ce contexte particulier, la cryothérapie intermittente (contrairement à une application unique et prolongée) permettrait de répéter qualitativement un exercice explosif et de faire reculer le seuil d'apparition de la fatigue au cours des répétitions. Cet effet positif semble donc être surtout en rapport avec une moindre augmentation de la température locale (voire centrale) au cours de la séance réalisée dans une ambiance tempérée (i. e. salle de gym).

37Cette adaptation est donc certainement du même ordre que les effets positifs engendrés par les techniques de précooling sur la performance en ambiance thermique chaude (cf. sous-titre suivant dans ce chapitre).

2. Pratiques actuelles et modalités d'applications

38Comme nous venons de l'exposer, les applications thermiques locales utilisées sont nombreuses. À ce stade, il convient d'évoquer un certain nombre de points pratiques liés à leur utilisation comme moyen de récupération musculaire. Sans nous étendre sur le sujet, gardons à l'esprit qu'il convient de différencier, sur un plan pratique, les applications mises en place sur le lieu de compétition, celles que l'on pourra retrouver dans les centres sportifs ou les lieux d'entraînement, et celles mises à disposition dans des centres spécialisés de soins (balnéothérapie, thalassothérapie...).

39Cette partie vise donc à exposer les aspects pratiques de mise en œuvre (conditions d'application, recommandations, risques...) de chaque technique ; elle ambitionne également, dans une certaine mesure, d'accompagner les choix à faire parmi les moyens présentés précédemment. Signalons toutefois que les techniques dont l'indication principale est thérapeutique - lesquelles présentent peut-être moins d'intérêt dans le cadre général de la récupération musculaire (massage au glaçon, spray cryogène...) - ne seront pas abordées. Rappelons, enfin, que certains moyens d'application du froid ou du chaud sont approfondis dans le chapitre consacré à l'immersion (jacuzzi, bain glacé, chambre de cryothérapie...) ou encore dans le chapitre consacré aux procédés généraux de physiothérapie.

2.1 Cryothérapie locale classique

40La cryothérapie locale classique consiste à appliquer sur la peau un objet froid permettant d'abaisser les températures cutanée et musculaire.

2.1.1 Conditions et modalités d'applications pratiques

41L'application locale de froid peut se faire par l'intermédiaire d'un sac ou d'une vessie contenant des glaçons ou de la glace pilée, noyés ou non dans de l'eau, selon les moyens mis à disposition. La glace est plus économique et plus facile à trouver, que ce soit sur le lieu de l'entraînement, dans un centre de soins, directement sur le lieu de compétition ou encore à l'hôtel. Le physiothérapeute, tout comme le sportif lui-même, peut prévoir d'emporter dans son sac une vessie de glace ou de simples sacs de congélation. L'option des sachets en plastique permettant de faire des glaçons en les remplissant d'eau et en les mettant au freezer est intéressante, dans la mesure où elle est facile à mettre en œuvre dès lors que la chambre d'hôtel est pourvue d'un réfrigérateur. La fonte de la glace pouvant se produire rapidement dans certaines situations (climatiques notamment), la diminution de la température peut ne pas être suffisamment importante, ce qui nécessite d'ajouter des glaçons au cours de la séance.

42L'application de glace peut s'effectuer de manière statique (par application simple) ou dynamique (par massage sur une région plus étendue). L'application doit se faire sur une région propre et, si possible, sans plaie. Un linge humide placé entre la peau et la glace peut être utilisé. Cependant, il conviendra d'être prudent : la peau fragile de certains individus peut ne pas supporter le froid humide. Dans ce cas, un tissu sec sera privilégié. Quoi qu'il en soit, le sac de glace posé directement sur la peau augmente le risque de brûlure cutanée et, de toute façon, l'application de la glace ne pourra durer trop longtemps : son efficacité au niveau musculaire diminue. Il est donc conseillé de toujours interposer un tissu entre le sac et la peau, qu'il soit sec ou humide. L'application sur la zone à traiter doit être au minimum de 15 à 20 min (et ne pas dépasser les 30 min). Quant au volume du sac, la solution la plus efficace serait un sac de glace noyée dans l'eau, pesant au moins 600 g.

43Dans le cas de l'application dynamique, l'usage du linge n'a pas lieu d'être. Le massage avec le sac de glace concerne, tout d'abord, une plus grande surface d'action, mais son avantage majeur est de provoquer une baisse de température bien plus rapide : il n'est donc pas utile que l'application excède 20 min. Les techniques d'application de poches de glace, qu'elles soient statiques ou dynamiques, ne seront mises en œuvre qu'après le retour au calme, tant physique que psychique. Ceci diffère de l'application thérapeutique précoce à réaliser immédiatement après un traumatisme musculo-squelettique aigu (comme une entorse ou une déchirure). L'application pourra être renouvelée (mais pas avant un délai d'au moins 20 min, temps nécessaire au corps pour rééquilibrer sa température), et ce, plusieurs fois dans la journée, en sachant qu'une seule application est déjà efficace. Cette technique est particulièrement à conseiller dans le cadre de la réalisation d'un exercice musculaire très traumatisant (de type excentrique), afin de réduire la formation éventuelle d'un œdème. Néanmoins, nous rappellerons ici que l'intérêt d'une baisse de la réaction inflammatoire naturelle reste sujet à controverse pour la communauté scientifique et médicale, tant au niveau de la récupération que de la préservation de l'intégrité physique de l'athlète.

44Des techniques alternatives permettent, elles aussi, d'appliquer le froid. On peut citer :

  • Les packs de gel cryogène, dont l'inconvénient principal est la difficulté logistique à renouveler l'application rapidement, puisqu'il est nécessaire de laisser refroidir le pack avant réutilisation.

  • Les poches de froid instantané, qui ne peuvent être utilisées qu'une fois. Ces poches de froid seront plus utiles dans un but thérapeutique, juste après un traumatisme aigu.

  • Le massage au cube de glace, qui peut s'apparenter à une indication plus localisée, tant au niveau musculaire que tendineux, ou encore ligamentaire. Associé au massage transversal profond, dans un but thérapeutique, le cube de glace permet une analgésie superficielle rapide ; c'est donc une technique plus thérapeutique que de récupération. Il convient de préférer l'utilisation d'un simple glaçon en remplacement du sac de glace lorsqu'il s'agit d'atteindre des muscles ou des groupes musculaires de faible volume anatomique (comme ceux de l'avant-bras par exemple). À titre d'exemple et d'illustration, cette technique a été utilisée dans le cadre des championnats du monde junior de badminton en 2009. Les joueurs ayant disputé un tour de double ne disposaient que d'une heure avant leur match de simple. Après leur avoir laissé le temps d'effectuer leur retour au calme et de discuter avec les entraîneurs du match effectué, le physiothérapeute a choisi un endroit calme pour les mettre en déclive et leur a prodigué un massage des jambes avec un sac de glace, dans le sens du retour veineux, c'est-à-dire du pied vers la hanche. Les joueurs, quoique réticents au départ, ont admis un résultat rapide et efficace.

2.1.2 Risques, inconvénients et contre-indications

45Le risque majeur de l'application de froid est la brûlure cutanée. Le sportif doit rester à l'écoute de ses sensations et ne doit pas se forcer à supporter la douleur qui apparaît. Dans le cadre de l'application statique locale, il convient donc de rester vigilant quant à son utilisation sur des zones de passage nerveux sous-cutané, notamment au niveau des coudes et des genoux, compte tenu du risque de paralysie a frigore. Les principales contre-indications à l'utilisation du sac de glace sont les mêmes que pour toutes les méthodes de cryothérapie, et leur diagnostic doit être posé par un médecin ; mais le patient doit être capable de s'interdire lui-même l'application de glace lorsqu'il entre dans le cadre de ces contre-indications. Dans le cas où un trouble clinique inhabituel surgirait suite à l'application de glace, la sagesse impose de stopper immédiatement la procédure. Les contre-indications pouvant être rencontrées sont les suivantes :

■ Cryoglobulinémie

46Cette pathologie se caractérise par la présence, dans le plasma sanguin, de protéines (cryoglobulines de type immunoglobulines IgG ou IgM) qui précipitent et se solidifient quand la température du plasma diminue. Cliniquement, elles peuvent provoquer un purpura (hémorragie cutanée caractérisée par de petites taches rouges correspondant à la fuite des globules rouges hors des vaisseaux capillaires), un syndrome de Raynaud, des hémorragies des muqueuses, voire des arthrites. Ces protéines peuvent être détectées par des tests de laboratoire.

■ Syndrome de Raynaud

47Il s'agit d'un spasme vasculaire localisé à un ou plusieurs doigts de la main, en réponse au froid ou à un stress émotionnel, entraînant des sensations de froideur, des douleurs cuisantes, des troubles de la sensibilité ou des modifications intermittentes de la couleur des doigts.

■ Troubles de la sensibilité cutanée

48Des précautions doivent être prises quant à l'application de froid sur un territoire présentant une diminution ou une perte de sensibilité, compte tenu du risque de brûlure. Enfin, dans l'état actuel des connaissances, bien que cette technique soit intéressante lorsque sont répétées des performances musculairement traumatisantes en compétition (tournoi d'escalade, match de base-bail...), il ne semble pas conseillé de l'utiliser de façon chronique dans des phases d'entraînement intense. En effet, le risque principal est, à moyen terme, de faire s'enchaîner des exercices trop traumatisants au niveau musculaire et, ainsi, de masquer les signaux physiologiques classiques des dommages musculaires. Cela pourrait induire un effet néfaste sur les processus adaptatifs à l'entraînement, notamment ceux de la régénération myofibrillaire et de l'hypertrophie musculaire.

2.2 Cryothérapie gazeuse et cryothérapie à air froid

49La cryothérapie gazeuse consiste à pulvériser de l'azote liquide ou du CO2 pour obtenir un choc thermique rapide. La cryothérapie à air froid, quant à elle, s'effectue à l'aide d'un appareil qui refroidit l'air ambiant avant pulvérisation. Une température de-30 °C serait probablement nécessaire pour atteindre le choc thermique. Par rapport à la cryothérapie locale classique, les cryothérapies gazeuses et à air froid pulsé accentueraient les effets :

  • anti-inflammatoires ;

  • vasomoteurs : une vasoconstriction réflexe immédiate est suivie d'une vasodilatation cutanée plus rapide qu'avec la cryothérapie classique, et minimise les perturbations de la microcirculation. En associant ces trois phénomènes à la pression du gaz, cette technique produit un massage drainant les œdèmes en agissant sur la stase des capillaires ;

  • myorelaxants : réduction du tonus musculaire ;

  • analgésiques : ralentissement de la conduction nerveuse.

2.2.1 Conditions et modalités d'application pratique

50L'application de la thérapie gazeuse s'effectue sur une zone préalablement délimitée. Il convient de protéger les plaies éventuelles et de vérifier que la peau est sèche. Si l'appareil est muni d'un capteur de température, celui-ci permet d'assurer la sécurité de la manipulation en permettant de maintenir la peau à une température comprise entre 2 et 10 °C. Avant que la séance ne débute, il faut prendre le temps d'expliquer le traitement au sportif. L'opérateur commence à pulvériser le froid par un balayage lent, régulier et permanent de la zone ciblée, en conservant une distance de 10 à 20 cm entre la peau et le pulvérisateur, et en veillant à éviter de fixer un point pendant la phase de pulvérisation (sans quoi l'intensité du froid et de la pression provoquerait très rapidement des dommages tissulaires). Si l'appareil n'est pas équipé d'un capteur de température, l'opérateur doit surveiller en permanence que des cristaux blancs ne se fixent pas sur la peau. Si ce blanchiment cutané apparaît, il faut rapidement frotter la peau pour limiter l'éventuelle lésion tissulaire. En revanche, le fait que le système pileux devienne blanc pendant l'application ne change rien au déroulement de la séance.

51La durée de la pulvérisation est assez courte : il convient de maintenir la température cutanée entre 2 et 5 °C pour une durée comprise entre 30 s et 1 min 30 s (en fonction des tissus à atteindre) en cas d'utilisation de CO2 ou d'azote liquide, et pour une durée de 1 à 6 min avec de l'air froid pulsé. Si le sujet ne supporte pas le traitement, l'opérateur prendra soin d'éloigner le pulvérisateur de la peau ou de raccourcir le temps de traitement, voire de l'interrompre. Si cette application vise surtout une reprise précoce de l'effort après un traumatisme articulaire, en phase de « réathlétisation » ou de rééducation, on peut certainement étendre son utilisation au traitement des contractures ou à la récupération d'un exercice mécaniquement très traumatisant pour le muscle. L'application peut être répétée deux ou trois fois le premier jour et une fois par jour au cours des 4-5 jours suivants. De plus, même si des preuves expérimentales complémentaires restent à apporter, cette technique semble intéressante dans le processus neurovégétatif que le choc thermique induit, favorisant la réactivation du système nerveux parasympathique après l'exercice.

2.2.2 Risques, inconvénients et contre-indications

52Le risque principal de ces techniques reste - bien plus qu'avec une cryothérapie classique - la brûlure cutanée. Les réactions du sujet durant la séance doivent permettre de moduler le traitement tout au long de son déroulement. Les zones de passage nerveux sous-cutané doivent être traitées avec prudence. Par ailleurs, l'utilisation de la cryothérapie gazeuse sur de grandes superficies est délicate, compte tenu des quantités de gaz nécessaires. Il conviendra de la réserver à de petites surfaces. D'un point de vue logistique, les appareils de propulsion de gaz nécessitent une gestion d'approvisionnement en consommables, ce qui augmente le coût et l'encombrement. L'encombrement est moindre pour les appareils de cryothérapie à air froid pulsé, qui ne nécessitent pas de bouteilles de gaz. Par ailleurs, leur entretien - et notamment le dégivrage - doit être régulier. Les appareils sont transportables d'une pièce à l'autre, mais il est compliqué, voire impossible, de les emporter lors d'un déplacement en compétition. Aussi ces appareils se trouvent-ils principalement dans des centres spécialisés, lesquels peuvent d'ailleurs plus facilement en assumer le coût. De plus, l'inconvénient de ces techniques est également la pauvreté des études permettant de comparer les différentes méthodes de cryothérapie, les différents fabricants ayant la plupart du temps mené leurs propres recherches. Ce manque, nous l'avons vu, est encore plus flagrant lorsque l'on parle de récupération musculaire. Enfin, les contre-indications sont les mêmes pour ces techniques que pour la cryothérapie classique.

2.3 Thermothérapie : application locale de chaleur

53La thermothérapie est l'application de chaleur sur la peau, à des fins thérapeutiques, au moyen de corps matériels de température élevée au-dessus des niveaux physiologiques. La chaleur se propage par conduction (qui facilite les échanges de chaleur par contact direct). Pour qu'un agent thermique soit considéré comme chaud, sa température doit être comprise entre 34 et 36 °C (au minimum) et s'élever à 58 °C au maximum, cette limite supérieure étant fixée en fonction de la sensibilité cutanée.

54Les principaux effets annoncés de la thermothérapie sont les suivants :

  • amélioration de la nutrition et de l'oxygénation cellulaire,

  • amélioration des défenses du corps par une action bactéricide,

  • action contre le phénomène de courbatures (DOMS),

  • action analgésique,

  • action antispasmodique,

  • amélioration de la restauration cellulaire,

  • optimisation du drainage lymphatique,

  • processus de réparation tissulaire favorisés.

55L'application locale de chaud induit une augmentation de l'activité métabolique et une vasodilatation (entraînant une augmentation de l'apport en oxygène, des nutriments et des anticorps), une baisse de l'activité des fuseaux neuromusculaires et de la sensibilité à l'étirement. Même si nous avons peu insisté sur cette technique dans le paragraphe traitant des effets sur les températures cutanées et musculaires, les kinésithérapeutes s'accordent à penser que ces propriétés font de la thermothérapie un moyen intéressant dans la lutte contre les courbatures.

2.3.1 Conditions et modalités d'applications pratiques

56Les applications de chaud se présentent sous diverses formes : algues, paraffine, pack de gel (hot-pack) ou encore serviette imbibée d'eau chaude.

57Les algues sont des agents physiques semi-liquides formés par un mélange d'eau minérale, d'eau de mer (ou d'eau de lac salé) et de substances, organiques ou inorganiques, résultant de processus biologiques et géologiques. Elles sont utilisées comme agents récupérateurs pour des traitements locaux.

58La paraffine est un hydrocarbure solide, opaline, inodore, moins dense que l'eau, fondant facilement ; c'est un sous-produit obtenu lors de la fabrication d'huiles lubrifiantes dérivées du pétrole. La densité de la paraffine est inférieure à celle des algues (d'environ 30 %), ce qui diminue sa capacité de conservation de la chaleur.

59Les hot-packs sont des sacs de gel chimique pouvant être chauffés rapidement au four à micro-ondes. Leur utilisation est plus pratique, car ils ne nécessitent qu'un temps de réchauffage très court.

60Enfin, la solution de l'application d'une serviette chaude est la plus facile à mettre en œuvre et la plus économique, mais le bénéfice de l'élévation de température est limité dans le temps.

61Pour une application locale, la température doit être comprise entre 38 et 45 °C. La limite de température à atteindre dépend de la sensibilité et de la tolérance du sujet. L'application peut durer entre 20 et 25 min et devra être réalisée au moins 2 h après l'effort physique. Une seule application semble être suffisante.

62Les conditions principales à respecter sont les suivantes :

  • vérifier l'absence de plaies, d'inflammations, d'infections et de brûlures,

  • avoir la peau sèche de préférence,

  • ne jamais mettre l'application en contact direct sur la peau (l'interposition d'un tissu permet d'éviter tout risque de brûlures),

  • respecter une inactivité du sujet pendant le traitement,

  • éviter de couvrir la tête.

2.3.2 Risques, inconvénients et contre-indications

63Quelle que soit l'application de chaleur choisie, le risque principal est la brûlure cutanée, mais il existe également un risque d'ischémie lorsque le poids du matériel utilisé excède 600 g. Dans le cas d'une application d'algues ou de paraffine sous forme de compresses, l'inconvénient le plus gênant est l'impossibilité de chauffer rapidement les compresses après utilisation. En effet, la réactivation de l'effet thermique de ces compresses nécessite un temps de trempage dans l'eau chaude assez long.

64L'inconvénient majeur des hot-packs est la difficulté à élever leur température à un niveau optimal et homogène. Le réchauffage au four à micro-ondes se fera en plusieurs séquences courtes (30 s), entrecoupées de phases de mélange du gel, afin d’homogénéiser la température et de vérifier que celle-ci n'est pas trop élevée. Les différentes marques s'accordent sur un temps de réchauffage compris entre 1 min 30 s et 2 min.

65Signalons que l'utilisation des compresses ou des hot-packs permet au patient de rester sec ; il n'en est pas de même avec l'utilisation de serviettes imbibées d'eau chaude. Cet inconvénient prévisible doit être anticipé. De plus, le fait que l'application soit très réduite et très localisée peut constituer un inconvénient si l'on recherche un effet sur la globalité du corps. Dans ce cas, les procédés d'immersion peuvent être plus indiqués.

66Les principales contre-indications sont :

  • les processus infectieux,

  • l'hypotension artérielle,

  • l'hémorragie active,

  • l'inflammation aiguë,

  • les problèmes dermiques actifs (champignons par exemple),

  • les altérations de la sensibilité.

2.4 Alternance de chaud et de froid

67Les effets thérapeutiques du froid et de la chaleur étant déjà connus, une autre modalité thérapeutique également utilisée consiste en l'alternance des deux : la thérapie de contraste (ou méthode chaud-froid). Les effets classiquement attendus sont nombreux : stimulation de la circulation sanguine et lymphatique, consécutive à l'alternance vasoconstriction/vasodilatation (augmentation du débit sanguin), diminution de l'œdème, de la douleur et de la raideur musculaire - autant d'effets plutôt favorables à une meilleure récupération. Pour autant, comme nous l'avons vu précédemment, l'action de « pumping » supposée n'est pas définitivement prouvée, notamment parce que cette technique ne s'accompagne pas d'une diminution suffisante de la température intramusculaire (Hing et al. 2008 ; Myrer et al. 1994). De plus, son action positive sur la baisse de l'œdème est également remise en cause par ces mêmes auteurs. Même la revue de question de Cochrane (2004) quant aux effets sur la récupération de la thérapie par contraste conclut à un manque de preuves claires sur les bénéfices de cette technique, et souligne la nécessité d'études supplémentaires pour éclaircir les effets physiologiques réels de celle-ci. Enfin, cette méthode par contraste de température est plus largement utilisée dans le cadre d'immersions (cf. chapitre 16 « La récupération par immersion »). Néanmoins, force est de constater qu'elle reste largement utilisée, en pratique, dans la phase de récupération des sportifs. Nous en détaillons donc ici les principaux aspects pratiques.

2.4.1 Conditions et modalités d'application pratique

68Dans le cas d'un travail sur les extrémités, la mise en place de cette technique requiert l'usage de deux récipients, l'un contenant de l'eau chaude (entre 38 et 44 °C), l'autre de l'eau froide (entre 10 et 20 °C). Les extrémités sont donc plongées alternativement. Les moyens d'application du chaud et du froid présentés dans les précédents paragraphes peuvent tous être utilisés dans le cadre d'une alternance chaud/froid. L'application de toute méthode par contraste doit se faire au moins une heure et demie après l'exercice. Il convient, en effet, de ne pas reprendre l'exercice durant l'heure qui suit l'application : il est indispensable que les vaisseaux périphériques conservent l'élasticité suffisante pour se contracter et se dilater.

69Il est conseillé de commencer par le bain chaud, qui durera environ 7 min, et de continuer avec l'application de froid pendant 1 ou 2 min, suivie par des cycles de 4 min de chaud et de 1 min de froid, pour une durée totale pouvant atteindre 30 min. Selon les auteurs, le traitement peut se terminer soit par le chaud soit par le froid. La méthodologie et les temps d'application restent cependant très divers. Aucune tendance claire ne se dégage de la comparaison des différentes études. Néanmoins, pour que les effets physiologiques se produisent à un niveau intramusculaire, la température de la séquence chaude doit atteindre au moins 40 °C.

70Enfin, d'un point de vue plus subjectif, les athlètes traités par cette méthode après l'entraînement ou la compétition confirment avoir senti leurs muscles et articulations moins raides et évoquent une « sensation d'allégement ». Même si ce critère subjectif n'a pas été largement abordé, il ne peut être ignoré ; il est d'ailleurs souvent mis en avant pour expliquer les effets positifs de cette technique.

2.4.2 Risques, inconvénients et contre-indications

71Le risque majeur, encore une fois, est la brûlure superficielle. Les contre-indications sont les mêmes que pour les applications de froid et de chaud, auxquelles s'ajoutent :

  • les déficiences de la circulation artérielle,

  • les phases aiguës d'inflammation des articulations périphériques, des ligaments et des muscles,

  • l'algoneurodystrophie,

  • les processus initiaux vasculaires spasmodiques (une maladie de Raynaud, une claudication intermittente...),

  • les hypertonies.

Bibliographie

Bibliographie

Al Haddad H, Laursen PB, Ahmaidi S, Buchheit M (2010) Influence of cold water face immersion on postexercise parasympathetic reactivation. Eur J Appl Physiol 108:599-606.

Arngrímsson SA, Petitt DS, Stueck MG, Jorgensen DK, Cureton KJ (2004) Cooling vest worn during active warmup improves 5-km run performance in the heat. J Appl Physiol 96:1867-1874.

Belitsky RB, Odam SJ, Hubley-Kozey C (1987) Evaluation of the effectiveness of wet ice, dry ice, and cryogénie packs in reducing skin température. Phys Ther 67:1080-1084.

Bender AL, Kramer EE, Brucker JB, Demchak TJ, Cordova ML, Stone MB (2005) Local ice-bag application and triceps surae muscle temperature during treadmill walking. J Athl Train 40:271-275.

Bleakley C, McDonough S, Gardner E, Baxter GD, Hopkins JT, Davison GW. (2012) Cold-water immersion (cryotherapy) for preventing and treating muscle soreness after exercise. Cochrane Database Syst Rev 2:CD008262.

Castle PC, Macdonald AL, Philp A, Webborn A, Watt PW, Maxwell NS (2006) Precooling leg muscle improves intermittent sprint exercise performance in hot, humid conditions. J Appl Physiol 100:1377-1384.

Cheung K, Hume P, Maxwell L (2003) Delayed onset muscle soreness: treatment strategies and performance factors. Sports Med 33:145-164.

Cheung S, Robinson A (2004) The influence of upperbody pre-cooling on repeated sprint performance in moderate ambient temperatures. J Sports Sci 22:605-612.

Cochrane DJ (2004) Alternating hot and cold water immersion for athlete recovery: a review. Physical Therapy in Sport 5:26-32.

Cotter JD, Sleivert GG, Roberts WS, Febbraio MA (2001) Effect of pre-cooling, with and without thigh cooling, on strain and endurance exercise performance in the heat. Comp Biochem Physiol A Mol Integr Physiol 128:667-677.

Cross KM, Wilson RW, Perrin DH (1996) Functional performance following an ice immersion to the lower extremity. J Athl Train 31:113-116.

Duffield R, Dawson B, Bishop D, Fitzsimons M, Lawrence S (2003) Effect of wearing an ice cooling jacket on repeat sprint performance in warm/humid conditions. Br J Sports Med 37:164-169.

Dykstra JH, Hill HM, Miller MG, Cheatham CC, Michael TJ, Baker RJ (2009) Comparisons of cubed ice, crushed ice, and wetted ice on intramuscular and surface temperature changes. J Athl Train 44:136-141.

Enwemeka CS, Allen C, Avila P, Bina J, Konrade J, Munns S (2002) Soft tissue thermodynamics before, during, and after cold pack therapy. Med Sci Sports Exerc 34:45-50.

Evans TA, Ingersoll C, Knight KL, Worrell T (1995) Agility following the application of cold therapy. J Athl Train 30:231-234.

Fischer J, Van Lunen BL, Branch JD, Pirone JL (2009) Functional performance following an ice bag application to the hamstrings. J Strength Cond Res 23:44-50.

Fu FH, Cen HW, Eston RG (1997) The effects of cryotherapy on muscle damage in rats subjected to endurance training. Scand J Med Sci Sports 7:358-362.

Guilhem G, Hug F, Couturier A, Regnault S, Bournat L, Filliard JR, Dorel S. (2013) Effects of air-pulsed cryotherapy on neuromuscular recovery subsequent to exercise-induced muscle damage. Am J Sports Med. 41:1942-1951.

Gulick DT, Kimura IF, Sitler M, Paolone A, Kelly JD (1996) Various treatment techniques on signs and symptoms of delayed onset muscle soreness. J Athl Train 31:145-152.

Hasegawa H, Takatori T, Komura T, Yamasaki M (2005) Wearing a cooling jacket during exercise reduces thermal strain and improves endurance exercise performance in a warm environment. J Strength Cond Res 19:122-128.

Heyman E, B DE Geus B, Mertens I, Meeusen R (2009) Effects of four recovery methods on repeated maximal rock climbing performance. Med Sci Sports Exerc 41:1303-1310.

Hing WA, White SG, Bouaaphone A, Lee P (2008) Contrast therapy--a systematic review. Phys Ther Sport 9:148-161.

Hocutt JE, Jr., Jaffe R, Rylander CR, Beebe JK (1982) Cryotherapy in ankle sprains. Am J Sports Med 10:316-319.

Hornery DJ, Papalia S, Mujika I, Hahn A (2005) Physiological and performance benefits of halftime cooling. J Sci Med Sport 8:15-25.

Howatson G, Gaze D, van Someren KA (2005) The efficacy of ice massage in the treatment of exerciseinduced muscle damage. Scand J Med Sci Sports 15:416-422.

Isabell WK, Durrant E, Myrer W, Anderson S (1992) The effects of ice massage, ice massage with exercise, and exercise on the prevention and treatment of delayed onset muscle soreness. J Athl Train 27:208-217.

Janwantanakul P (2009) The effect of quantity of ice and size of contact area on ice pack/skin interface temperature. Physiotherapy 95:120-125.

Johnson DC, Burt CT, Perng WC, Hitzig BM (1993) Effects of temperature on muscle pHi and phosphate metabolites in newts and lungless salamanders. Am J Physiol 265:R1162-1167.

Jutte LS, Hawkins J, Miller KC, Long BC, Knight KL. (2012) Skinfold thickness at 8 common cryotherapy sites in various athletic populations. J Athl Train 47:170-177.

Kimura IF, Thompson GT, Gulick DT (1997) The effect of cryotherapy on eccentric plantar flexion peak torque and endurance. J Athl Train 32:124-126.

Mac Auley DC (2001) Ice therapy: how good is the evidence? Int J Sports Med 22:379-384.

Merrick MA, Rankin JM, Andres FA, Hinman CL (1999) A preliminary examination of cryotherapy and secondary injury in skeletal muscle. Med Sci Sports Exerc 31:1516-1521.

Mourot L, Cluzeau C, Regnard J (2007) [Physiological assessment of a gaseous cryotherapy device: thermal effects and changes in cardiovascular autonomic control]. Ann Readapt Med Phys 50:209-217.

Myrer JW, Draper DO, Durrant E (1994) Contrast therapy and intramuscular temperature in the human leg. J Athl Train 29:318-322.

Myrer JW, Measom G, Durrant E, Fellingham GW (1997) Cold-and hot-pack contrast therapy: subeutaneous and intramuscular temperature change. J Athl Train 32:238-241.

Myrer JW, Measom G, Fellingham GW (1998) Temperature changes in the human leg during and after two methods of cryotherapy. J Athl Train 33:25-29.

Myrer JW, Measom GJ, Fellingham GW (2000) Exercise after cryotherapy greatly enhances intramuscular rewarming. J Athl Train 35:412-416.

Myrer WJ, Myrer KA, Measom GJ, Fellingham GW, Evers SL (2001) Muscle temperature is affected by overlying adipose when cryotherapy is administered. J Athl Train 36:32-36.

Nemet D, Meckel Y, Bar-Sela S, Zaldivar F, Cooper DM, Eliakim A (2009) Effect of local cold-pack application on systemic anabolic and inflammatory response to sprintinterval training: a prospective comparative trial. Eur J Appl Physiol 107:411-417.

Richendollar ML, Darby LA, Brown TM (2006) Ice bag application, active warm-up, and 3 measures of maximal functional performance. J Athl Train 41:364-370.

Ruiz DH, Myrer JW, Durrant E, Fellingham GW (1993) Cryotherapy and sequential exercise bouts following cryotherapy on concentric and eccentric strength in the quadriceps. J Athl Train 28:320-323.

Rupp KA, Herman DC, Hertel J, Saliba SA (2012) Intramuscular temperature changes during and after 2 different cryotherapy interventions in healthy individuals. J Orthop Sports Phys Ther 42:731-737.

Schaser KD, Stover JF, Melcher I, Lauffer A, Haas NP, Bail HJ, Stockle U, Puhl G, Mittlmeier TW (2006) Local cooling restores microcirculatory hemodynamics after closed soft-tissue trauma in rats. J Trauma 61:642-649.

Selkow NM, Day C, Liu Z, Hart JM, Hertel J, Saliba SA (2012) Microvascular perfusion and intramuscular temperature of the calf during cooling. Med Sci Sports Exerc 44:850-856.

Sleivert GG, Cotter JD, Roberts WS, Febbraio MA (2001) The influence of whole-body vs. torso pre-cooling on physiological strain and performance of high-intensity exercise in the heat. Comp Biochem Physiol A Mol Integr Physiol 128:657-666.

Swenson C, Sward L, Karlsson J (1996) Cryotherapy in sports medicine. Scand J Med Sci Sports 6:193-200.

Tremblay F, Estephan L, Legendre M, Sulpher S (2001) Influence of local cooling on proprioceptive acuity in the quadriceps muscle. J Athl Train 36:119-123.

Uckert S, Joch W (2007) Effects of warm-up and precooling on endurance performance in the heat. Br J Sports Med 41:380-384.

Verducci FM (2000) Interval cryotherapy decreases fatigue during repeated weight lifting. J Athl Train 35:422-426.

Wassinger CA, Myers JB, Gatti JM, Conley KM, Lephart SM (2007) Proprioception and throwing accuracy in the dominant shoulder after cryotherapy. J Athl Train 42:84-89.

Waylonis GW (1967) The physiologie effects of ice massage. Arch Phys Med Rehabil 48:37-42.

Webster J, Holland EJ, Sleivert G, Laing RM, Niven BE (2005) A light-weight cooling vest enhances performance of athletes in the heat. Ergonomics 48:821-837.

Yackzan L, Adams C, Francis KT (1984) The effects of ice massage on delayed muscle soreness. Am J Sports Med 12:159-165.

Yamane M, Teruya H, Nakano M, Ogai R, Ohnishi N, Kosaka M (2006) Post-exercise leg and forearm flexor muscle cooling in humans attenuates endurance and resistance training effects on muscle performance and on circulatory adaptation. Eur J Appl Physiol 96:572-580.

Yanagisawa O, Miyanaga Y, Shiraki H, Shimojo H, Mukai N, Niitsu M, Itai Y (2003) The effects of various therapeutic measures on shoulder strength and muscle soreness after baseball pitching. J Sports Med Phys Fitness 43:189-201.

Yanagisawa O, Niitsu M, Takahashi H, Goto K, Itai Y (2003) Evaluations of cooling exercised muscle with MR imaging and 31P MR spectroscopy. Med Sci Sports Exerc 35:1517-1523.

Zemke JE, Andersen JC, Guion WK, McMillan J, Joyner AB (1998) Intramuscular temperature responses in the human leg to two forms of cryotherapy: ice massage and ice bag. J Orthop Sports Phys Ther 27 :301-307.

Auteurs

PhD. Département de la recherche – INSEP. Laboratoire Sport, Expertise et Performance (SEP)
Laboratoire « Motricité, Interactions, Performance », université de Nantes

PhD. Département de la recherche – INSEP. Laboratoire Sport, Expertise et Performance (SEP)

Département médical – INSEP

© INSEP-Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search